Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations économiques

Mutations économiques

Ernest Gibert

Texte intégral

1Il est devenu traditionnel, dans cette Université Sportive d'Eté, d'évoquer la dimension économique des phénomènes auxquels le mouvement sportif se trouve confronté. Intérêt, inquiétude, simple curiosité, chacun cherche alors à considérer les quelques certitudes qui lui restent. Cette sage habitude ne doit pas se transformer en manie. Il convient en effet d'éviter que ce qui fut pendant longtemps un tabou –parler d'économie à propos du sport– se trouve brusquement changé en obsession : chercher à tout expliquer au travers de l’économie. Pour distingués qu'ils soient, les spécialistes de l'économie sont parfois des illusionnistes. L'un de leurs représentants les plus éminents, J.R. Hicks, n'a d'ailleurs pas hésité à écrire que la théorie économique était l'art de tirer le lapin du chapeau où on l'avait préalablement placé.

2Cette précaution liminaire est apparue nécessaire dans un temps où il nous faut bien reconnaître que l'économie et le sport ne peuvent se passer l'un de l'autre. La banalité d'une telle affirmation est en partie tempérée si elle conduit à admettre que la relation entre le sport et l’économie doit être examinée dans les deux sens. A l’évidence, l'économie et la gestion ont pénétré les affaires du sport pour les gouverner de façon croissante. Mais il convient également de considérer que l'économie ne saurait aujourd’hui se passer du sport en raison de l'importance prise par ce dernier dans le monde des signes.

3Il faut d’ailleurs ajouter que les relations entre le sport et l'économie sont trop souvent considérées, notamment par les dirigeants, par le petit bout de la lorgnette. Il en est ainsi, par exemple, lorsqu'on limite l'analyse des liaisons entre l'économie et le sport au seul examen des relations entre le sport et l’argent ou à l’évocation du sponsorisme. Essayons donc de ne pas succomber trop facilement au mythe de l'hédonisme monétaire, ou à la tentation de nos fantasmes, chaque fois que nous recherchons de nouvelles sources de financement.

4Le sport est devenu une activité parmi d'autres, même si nous sommes naturellement portés à le considérer comme une activité à part. Ne soyons pas surpris de constater que le sport évolue alors que le monde connaît un changement profond. Certaines de ses mutations ont d'ailleurs, en partie, échappé aux analystes eux-mêmes. Ainsi le fait que nous soyons désormais entrés dans une économie de services, lesquels justifient aujourd’hui 60 % de nos emplois et en représenteront sans doute 70 % en 2000, c'est à dire demain. Hélas, dans le monde du tertiaire, le rapport des bons aux mauvais emplois ne cesse de se détériorer. Cette constatation abstraite prend une signification très concrète pour ce que nous avons coutume d'appeler "les métiers du sport".

5En France, pour des raisons qu'il ne serait pas convenable d'exposer ici, on ne s'est intéressé à l'économie du sport qu'avec une timidité tardive. Ceux qui participent aux progrès d'une discipline qui mériterait un meilleur encouragement sont encore de véritables pionniers réunis par une même passion. Jean-françois Nys appartient à ce petit cercle et figure au rang limité de ceux qui ont des choses pertinentes à dire. Ses contributions à nos réflexions passées en témoignent. Nul ne doute que celle qui va suivre permettra d'avancer encore de quelques pas supplémentaires.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search