Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations sociologiques

Approche sociologique des transformations du club sportif

Contribution à une analyse des politiques sportives

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1Le sport connaît incontestablement des transformations importantes qui incitent à reconsidérer en particulier la place tenue aujourd'hui par les clubs sportifs. Le domaine montre une élévation globale des coûts de pratique. Il s’ouvre largement au marché des biens de la consommation de masse et il traduit également une évolution significative des mentalités en matière de loisirs.

2Notre exposé vise à proposer une approche sociologique de l'évolution du club, en identifiant les principaux facteurs –internes et/ou externes– de changement dans les modes d'organisation du sport, dans ses formes comme dans ses niveaux de pratique, dans son environnement local et socio-économique.

  • 1 Ces clarifications préalables, bien que très succinctes, sont indispensables car elles révèlent des (...)

3Nous utiliserons de façon délibérée les termes de "transformation" et d"'évolution", de préférence à la notion de "mutation". Cette dernière, en effet, sous-entend une ou plusieurs variations brusques, des ruptures, des substitutions soudaines et imprévisibles dans certains cas. Celle de "transformation” évoque un changement moins rapide, plus progressif même. Enfin une évolution, de manière générale, désigne simplement un ou des mouvements successifs, dont la continuité est rapportée souvent en termes de processus ; l'expression s'emploie par opposition à un constat de "permanence" ou, au contraire, de "révolution", qui indique alors une transformation brusque ou violente1. Toutefois, nous n'excluons pas a priori que l'évolution récente du phénomène sportif ne puisse être appréhendée à proprement parler comme une véritable mutation.

4L'institution sportive, telle qu’elle est composée des clubs et de leurs fédérations, se caractérise par un niveau croissant de complexité. Les activités de loisirs sportifs se développent de façon spectaculaire. L'extension globale des pratiques échappe en partie aux clubs. Elle s’accompagne d'une –certaine– relativisation sociale de ce modèle institutionnel qu'est le club. Pareil changement, compte tenu de ses caractéristiques internes (c'est à dire spécifiques aux clubs) comme de ses caractéristiques externes (l'environnement socio-économique du loisir sportif), fait surgir des problèmes majeurs et inédits. Ils sont, nous semble-t-il, principalement de trois ordres et ils relèvent ainsi de trois thèmes de réflexion : les fonctions sociales dévolues aux clubs, leur mode d'organisation et leur identité institutionnelle, le type de rapport qu'ils entretiennent avec l'environnement local (les municipalités, la "concurrence locale", les "marchés" de l’offre et de la consommation sportive, par exemple).

5L'approche proposée définit un cadre de référence susceptible d'éclairer l'évolution du fait sportif appréhendé sous l'angle du "club". Pour autant, elle n'a pas prétention d'exhaustivité. Le thème est difficile, complexe et inégalement étudié à ce jour. Il faut reconnaître que les études sociologiques s'intéressent surtout à la stratification sociale des publics de pratiquants sportifs. Les travaux relatifs aux politiques sportives, institutionnelles ou publiques, restent pour leur part relativement rares, tout au moins en France. Les données sont souvent lacunaires.

6Nous aborderons successivement trois perspectives. La première renvoie à un essai de généalogie des clubs sportifs, plusieurs périodes paraissant assez bien individualisées. La seconde envisage la place actuelle du club sportif qui doit compter désormais avec la concurrence d'autres promoteurs des activités d'expression sportive. Enfin, dans une dernière section, nous abordons le thème des stratégies d'adaptation des clubs sportifs dans le contexte de la société contemporaine.

Les âges successifs du sport : esquisse d'une généalogie

7Les études socio-historiques conduites sur les associations sportives font apparaître trois périodes assez bien individualisées. A chacune d'elles correspond une génération spécifique de clubs dont les modalités d’organisation et de fonctionnement ont pu évoluer il est vrai au fil des décennies. Par ailleurs, dans la plupart des communes, on peut observer une certaine superposition de ces trois âges, avec des types de club biens définis.

L'époque héroïque de la "société sportive"

8Dans une recomposition du passé, il est souvent d'usage d'évoquer une "époque héroïque", voire même un "âge d'or" pour désigner la séquence initiale –et fondatrice– d'une généalogie. Parfois même, cette période fondatrice condense-t-elle les caractéristiques "idéales" du thème ou du domaine envisagé : la ou les périodes suivantes n'étant considérées alors que comme une lente dégradation de ces idéaux et valeurs originelles...

  • 2 Toute une littérature sportive de l'époque s'emploie d'ailleurs à célébrer le fait sportif sous cet (...)

9Le sport n'échappe pas à la règle et il ne fait pas de doute que l'analyse sociale du phénomène sportif ne gagne pas toujours à s'accommoder d'un tel discours. Parler d'une "époque héroïque" ou d’un "âge d'or" risque de compromettre l’étude socio-historique proprement dite, pour peu que soit privilégiée la narration épique et/ou la représentation mythique –et nostalgique– des origines... Les témoignages historiques concernant les débuts du mouvement sportif, en France, ne manquent pas. Nombreux sont ceux qui font allusion aux idéaux essentiels qu'incarne le sport. Et, dès le début du siècle, divers témoignages sur les premières décennies du sport soulignent qu'alors, les "vrais" sportifs s'affrontaient en toute loyauté, réalisant ainsi L'essence" du sport : effort désintéressé et gratuit, respect des règles, amateurisme indéfectible et esprit chevaleresque... Si l'expression d'"époque héroïque" rend bien cette ferveur désintéressée de "l'esprit sportif, elle témoigne conjointement de l’imposition sociale d’une symbolique "utopique" érigée en code universel. La remarque ne serait qu'anecdotique si pareille idéalisation symbolique n’avait contribué à définir –arbitrairement– un modèle normatif du "vrai" sport. Ce fameux débat, nous le savons bien, est toujours d’actualité. Inventé par les nouvelles élites de la bourgeoisie, le sport ne pouvait que condenser, un peu comme l'art dans un domaine voisin, des valeurs d'excellence transcendant les sphères du "quotidien" et du "social"2.

  • 3 Sur ces aspects, se reporter par exemple à l'ouvrage de Georges Bourdon : La renaissance athlétique (...)
  • 4 "Eole" Frantz Reichel, L. Mazzuchelli : Les sports athlétiques ("petite bibliothèque athlétique", s (...)

10Disons quelques mots de la création des premiers clubs sportifs. En 1881, un groupe d'élèves des lycées Rollin et Condorcet (Paris) fondent un Racing Club qui devient l'année suivante le Racing Club de France. La jeune société tient ses assises sur la grande route du Tir aux pigeons, au Bois de Boulogne. A la même époque, les lycéens de Saint-Louis se retrouvent au Jardin du Luxembourg et ils fondent en 1883 le Stade Français. Rapidement, le souci majeur de ces sociétés va être de parvenir à disposer d'installations propres à ce nouveau foyer de sociabilité et d'expression culturelle qu'est désormais le club3 : être "propriétaire" des installations utilisées renforce L’autonomie" du club et l'affirmation de son "identité". Dès 1884, un comité constitué dans le cadre du R.C.F. élabore un réglement précis des courses pédestres et, avec lui, l'interdiction des prix en espèces et une définition rigoureuses de l'amateurisme "qui mettait à l’avenir, les sports athlétiques à l'abri de toute empreinte de professionnalisme"4.

11Divers comité et ligues se mettent en place. Leur but explicite est bien de développer les exercices physiques et sportifs, essentiellement dans le cadre lycéen, estudiantin et péri-scolaire, mais également de s'assurer le "patronage" de la jeunesse. Sans entrer dans le détail, disons que ces initiatives (avec leurs promoteurs respectifs) correspondent à différentes fractions composant l'élite socio-politique de l'époque. Une Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (U.S.F.S.A.) est constituée en 1889. Elle regroupe bon nombre de disciplines sportives. Elle éclatera en 1920-21 pour donner naissance aux fédérations.

12A côté de ces grands clubs, qui bénéficient largement des réseaux d'influence des personnalités qui les patronnent, se développent progressivement d’autres clubs, d’abord à Paris et dans les grandes villes de province. Ils affichent des prétentions variables. Leur recrutement social est différent, parfois plus populaire. Ils disposent quelquefois de ressources plus modestes.

  • 5 Rapportons pour illustration, quelques extraits d'une lettre adressée en mars 1904 par Paul Fournia (...)

13Les clubs universitaires forment un type particulier et quelque peu hybride. Prenons le cas du Bordeaux-Etudiants-Club. C'est en partie à cause de difficultés financières que le Bordeaux-Université-Club, fondé en 1897, décide de fusionner avec le Stade Bordelais. L’entente ne dure pas. Le B.E.C. est (re)constitué en 1903. Il bénéficie du soutien des autorités universitaires (en particulier plusieurs professeurs des facultés de médecine et de droit) mais ses ressources financières sont plutôt limitées5. Inversement, le "club ennemi", le puissant Stade Bordelais, patronné par de riches commerçants et industriels bordelais, sans grandes attaches avec les milieux universitaires locaux, possède déjà un important capital immobilier. Une telle asymétrie des ressources : d'un côté le capital "culturel" pour le B.E.C., de l'autre le capital "économique" à l'avantage du S.B.U.C., explique à notre sens les manifestations de mépris réciproque qui deviendront par la suite autant de catégories de pensée et d'"appréciation" mutuelle...

  • 6 Dès l’origine, le B.E.C. est étroitement lié à l'Association Générale des Etudiants de Bordeaux. Ap (...)
  • 7 Jean Bernier : Tête de mêlée, Paris, Rieder et cie, 1924. Cit. p. 145.

14A ses débuts, le club étudiant utilise divers terrains de jeux et équipements sportifs de Bordeaux ou de la banlieue (comme le domaine de Bourran, à Mérignac) tandis que son siège est installé en ville. L'ouverture en 1933 d'un stadium universitaire, à Talence, lui donne une meilleure visibilté dans l'espace bordelais6. Constat analogue, d'une certaine manière pour le Paris Université Club, fondé en 1907. A ce sujet, il faut lire le beau roman –autobiographique– de Jean Bernier : Tête de mêlée (1924) qui restitue bien l’ambiance du sport universitaire, à la veille de la première guerre mondiale. "L'automne précédent, le Lutèce-Université-Club, réalisant enfin le rêve de ses fondateurs, s'était mis dans ses meubles. En pleine campagne, sur les bords de la Bièvre, il avait loué, avec promesse de vente, et en engageant toutes ses ressources, trois hectares de prairie spongieuse où il avait fait tracer aussitôt un terrain d'"assoce" et un terrain de rugby. Les deux goals d'"assoce" et les quatre poteaux de rugby étaient avec deux méchantes cabines de planches recouvertes de papier goudronné et pompeusement dénommées vestiaires, tout ce que, dans le paysage désert, l'oeil pouvait saisir de ce soi-disant stade universitaire."7.

15Les terrains de grands jeux sont assez rudimentaires. Les équipements couverts (gymnase, salles, piscines...) sont très rares dans les grandes agglomérations et quasi-inexistants ailleurs. Ils sont, pour la plupart, de gestion privée.

16Pour cette période héroïque, on retiendra en résumé les caractéristiques suivantes :

  • un patronage notabiliaire qui facilite le cas échéant les rapports avec l'autorité municipale ou préfectorale en garantissant la loyauté républicaine des associations sportives ;

  • un recrutement qui intéresse d'abord la jeunesse issue des milieux aisés ;

  • une faible bureaucratisation de l'organisation fédérale à ses débuts ;

  • un faible coût de la pratique sportive personnelle (athlétisme et sports collectifs) ;

  • des équipements sportifs relativement sommaires et sans véritable coût d'entretien ;

  • l'absence ou le caractère exceptionnel des subventions publiques ;

  • un encadrement technique et administratif minime et uniquement bénévole.

Les grands programmes municipaux d'équipement sportif

17La mise en oeuvre –progressive– de ces programmes marque l'avènement de l'intervention des pouvoirs publics, en l’occurrence des municipalités, dans l'organisation des cadres de la pratique sportive. Le développement des architectures sportives, dès les années trente, traduit une évolution sensible dans les programmes d'action municipale. Des équipements imposants voient le jour, à l'initiative des municipalités, socialistes S.F.I.O. pour beaucoup d'entre elles. A cet égard, les élections municipales de 1925 et de 1929 forment une date charnière. Elles inaugurent le deuxième âge du sport. On assiste aux débuts de la réalisation du "programme" défini par le socialisme réformiste. C'est conjointement l'affirmation de l'Etat –providence–.

  • 8 Pour Bordeaux, voir en particulier l’article de L. Vaillat : "L’oeuvre édilitaire d'une grande vill (...)

18Dans ce contexte nouveau, le sport est présenté comme un important moyen éducatif, tant du point de vue des exercices du corps (l'éducation physique) que de l'hygiène. Les équipements sportifs, qui sont construits durant cette période, forment un ensemble cohérent : stade, piscine, gymnase, salle d'E.P., regroupés quelquefois au sein de véritables "complexes sportifs". Ils sont autant l'expression parfois grandiose à l'échelon communal, d'une politique sociale (et culturelle !) conduite en faveur des classes –plus– populaires que le signe d’une nouvelle conception de faction municipale8. Désormais, la municipalité se fait bâtisseur et gestionnaire en matière de sport. C'est donc une nouvelle forme d'organisation du sport qui se dessine et ce, pour plusieurs raisons. De telles architectures sportives marquent une étape décisive en matière de conception de la "politique sportive" et même du spectacle sportif. Elles signifient aussi un accroissement important des budgets dévolus aux sports, exposant les municipalités initiatrices aux violentes critiques des partis d’opposition et/ou des détracteurs du sport. Enfin, l'offre municipale (d'équipements sportifs) vient ici déterminer la demande (d'activités sportives), renversant la conception plus ancienne, d’inspiration coubertinienne, selon laquelle c'est le goût manifesté et partagé pour le sport qui engendre la formation d'associations volontaires...

19La présentation de cette période, antérieure dans les faits au Front Populaire de 1936, est essentielle pour comprendre cette étape décisive et fondatrice de formalisation des politiques sportives municipales. La politique sportive conduite par le gouvernement du Front Populaire complètera et généralisera ce programme. A la "période épique" succède une phase "topique", d’aménagement sportif. Elle se caractérise par un modèle urbain d’équipement (stade, piscine, gymnase) qui se diffuse progressivement des grandes villes aux plus petites, du "centre" (grandes agglomérations) vers la "périphérie" (petites villes, communes rurales). Plus tard, l'incitation de l'Etat va encourager les communes à développer cette politique d'aménagement du territoire et de réduction des inégalités socio-géographiques (cf. les Lois-programmes d'équipement, les textes relatifs aux bases de plein air ou de loisirs ou encore les contrats de villes moyennes, les chartes inter-communales, etc...). Cette seconde phase n’est pas achevée, à proprement parler, puisque le processus récent d'ouverture d’équipements ou d'espaces sportifs (bases de plein air et de loisirs, plans d’eau, aires de golf...) se continue aujourd'hui. De même, les récents "programmes" inter-ministériels : Loisirs Quotidiens des Jeunes et Vacances et Loisirs pour Tous (1982) complètent cette perspective en envisageant l'espace résidentiel local comme "équipement" et support d'animation. Nous pouvons y ajouter les politiques publiques de développement touristique et de mise en valeur du patrimoine de nature. Nous y reviendrons dans la partie suivante.

  • 9 On pourra se reporter à l'ouvrage composé par Eugène Raude et Gilbert Prouteau : Le message de Léo (...)

20L'intervention des municipalités, dès les années trente, marque les débuts de l'organisation du domaine sportif par la politique publique. Le souci –municipal– de démocratiser le sport ou l'éducation physique et de permettre la pratique des activités physiques et sportives dans des conditions de confort et de santé signifie aussi mettre fin à l'aspect gratuit, humaniste, voire dilettante qu'elles pouvaient suggérer jusque là. En fait, les tenants du "socialisme" et du "démocratisme" vont contribuer à la formulation d'une politisation du sport. Dans divers contextes communaux, les "contrats" de collaboration avec les clubs municipaux pour l'utilisation des équipements se généralisent. Cette politique connaîtra son expression la plus achevée sous le gouvernement du Front Populaire avec l'action du Sous-Secrétariat d'Etat des Sports, Loisirs et Education Physique dirigé par Léo Lagrange9 et le fameux B.S.P. (Brevet Sportif Populaire). Notons que les sports de neige ou encore de pleine nature (canoë-kayak, camping, cyclotourisme...) connaissent dans ces mêmes années un essor important ; ils échappent cependant à ce mouvement de municipalisation sportive.

21Pour cette période topique d'aménagement sportif de l’espace social, on peut retenir les caractéristiques suivantes :

  • un patronage municipal et une mise à disposition publique des équipements ;

  • un recrutement sportif qui révèle une démocratisation progressive des effectifs ;

  • une bureaucratisation de l’organisation fédérale qui va croissant ;

  • un coût de la pratique sportive personnelle encore faible ;

  • un encadrement technique et administratif encore bénévole ;

  • des équipements sportifs imposants et nécessitant une budgétisation municipale ;

  • une bureaucratisation administrative (municipalité et Etat) qui va croissant ;

  • des subventions publiques aux associations encore exceptionnelles et modestes.

La segmentation progressive du modèle sportif

22Le terme de segmentation s'applique à la démultiplication croissante des formes –et des modèles– de pratique sportive, particulièrement spectaculaire depuis les années soixante-dix. Jusque là, le type d’organisation du club et sa pratique de compétition éclipsait d’autres modalités secondaires, associatives (comme la gymnastique volontaire) ou d’exploitation commerciale (les salles de culture physique), relativement confidentielles.

23Aujourd'hui, si l'activité compétitive du club est en augmentation régulière, elle perd en importance relative puisque d'autres types de pratique sont apparus (loisir-détente, entretien physique, individualisme de masse...) qui bénéficient largement de l’audience des médias. Ces nouveaux "modèles" puisent en partie leur expressivité dans le renouvellement des images de la mode. De nouvelles formes associatives d'activités d'expression corporelle et sportive se sont constituées dans le cadre des équipements socio-culturels (maison de quartier, centre d'animation, centre social...). Le secteur socio-culturel fait une part non négligeable aux loisirs de pleine nature et aux activités d'expression corporelle. Divers groupes d'activités gymniques (clubs du 3ème âge, gymnastique volontaire, jazz-dance, twirling...) tendent à utiliser régulièrement les équipements sportifs municipaux.

  • 10 Pour une synthèse de cette évolution, se reporter à l'analyse proposée par Antoine Haumont dans : S (...)

24Ces formes de pratique résultent de l'initiative associative et/ou municipale, des opérations de sensibilisation menées par les services départements ou régionaux de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs. Elles traduisent également l'évolution des mentalités culturelles. En effet, l'apparition de nouvelles populations sportives (qu'on peut identifier sur la base des variables sociologiques ou socio-démographiques classiques) illustre pour partie ces transformations sociables durables et une évolution assez spectaculaire des pratiques –et des cultures– corporelles10.

25Le développement du secteur marchand (salles privées de mise en forme, promoteurs de vacances sportives...) introduit une nouvelle forme d'offre. Il faut compter désormais avec les organismes de vacances et de tourisme qui proposent tout au long de l'année des séjours et des stages sportifs variés (le Club Méditerranée, l'U.C.P.A., par exemple). De fait, les mentalités évoluent. Pour certaines catégories sociales (et/ou d'âge), le loisir de fin de semaine tend à être volontairement dissocié du cadre de vie quotidien (ski, planche à voile, tennis quelquefois, randonnée, etc...). La pratique des activités physiques et sportives ne se limite plus à l'adolescence et à la "jeunesse". La femme sportive contribue elle-même à l'évolution et au renouvellement des formes d'expression corporelle. La publicité, les moyens de communication de masse que maîtrisent bien les marchands de spectacles sportifs, de vacances, de soleil, de muscle, de grâce, de condition physique, contribuent à la modélisation des "valeurs" du temps présent et à leur amplification.

26Les relations entre collectivités locales et groupes d'usagers s'en trouvent singulièrement compliquées. L'attribution de subventions aux associations, la mise à disposition des équipements sportifs ou bien des personnels communaux spécialisés dans l'animation sportive, la satisfaction des demandes en matière de création –ou de développement-extension– des équipements et/ou des aménagements sportifs (plaine des sports, base péri-urbaine avec plan d’eau, parcours aménagés, sites de pleine nature...) sont autant de dimensions nouvelles qui caractérisent le troisième âge du sport. D'autre part, les exigences de la bureaucratie fédérale, en matière de normes d'équipements, se font de plus en plus pointilleuses, tatillonnes, au point de devenir dans certains cas véritablement dissuasives. Or, si les solutions "normatives" en matière de compétition sportive sont surtout exprimées par les fédérations et le mouvement sportif, il n'en reste pas moins que les municipalités restent le principal bâtisseur-payeur-gestionnaire des équipements sportifs. Les conseilleurs ne sont pas toujours les payeurs !

27Enfin, le sport, dans le cadre d'expression d'une politique culturelle et sociale, revêt un changement de signification. D'abord sans relation directe avec le politique (cf. le premier âge du sport), puis résultante du politique (le deuxième âge du sport), le thème sportif s'impose désormais comme une composante du politique. Il apparaît comme un enjeu symbolique important lors des campagnes électorales précédant le renouvellement des mandats électifs locaux. Les prises de position officielles peuvent aller du discours de dénonciation ("du gouffre financier qu'est le sport"...) au discours de célébration ("l'image sportive et dynamique de la commune"...).

28On parlera d'une période stratégique pour qualifier ce troisième âge du sport. La municipalité est constamment obligée de garantir ses marges d'initiative et de décision, compte tenu des sollicitations et des revendications toujours plus pressantes formulées par les groupe(ment)s d'usagers. Le club, pour sa part, doit préserver sa spécificité tout en entretenant sa légitimité locale.

29Pour caractériser ce troisième âge du sport, on retiendra, en se limitant à la sphère du club sportif, les caractéristiques suivantes :

  • une émulation –concurrentielle– entre les associations sportives ;

  • un recrutement sportif (de club) hiérarchisé en fonction des niveaux de compétition ;

  • l'invention du statut d'athlète (ou de section sportive) de haut niveau ;

  • une bureaucratisation fédérale forte et normative ;

  • un coût de la pratique sportive personnelle déjà élevé et grandissant ;

  • la spécialisation statutaire et la professionnalisation des postes d'encadrement (animation, entraînement, administration, gestion...) ;

  • des équipements sportifs nombreux, variés et sophistiqués, très coûteux pour les municipalités ;

  • la recherche systématique de subventions publiques et, plus récemment, le recours au sponsoring.

30Cette esquisse de généalogie, qui met en évidence trois âges du sport, peut être rapportée schématiquement sous la forme d’une typologie (cf. la figure ci-jointe).

Figure 1 : Les transformations du club sportif
Quelques indicateurs pour une esquisse de périodisation

31Une étude approfondie permettrait de détailler les ruptures sociales (leurs dimensions pertinentes, les conjonctures et les agents en présence) qui marquent l'évolution d'un type de club à un autre.

Le club sportif : un modèle d’organisation parmi d’autres ?

32L'organisation locale du phénomène sportif repose en grande partie sur les clubs. Pour autant, ceux-ci n'ont plus l'exclusive, en quelque sorte, du domaine. Exception faite de la haute compétition sportive, va-t-on assister à une banalisation progressive du modèle culturel de club, devenant ainsi un modèle d'organisation parmi d'autres ? Ou encore, le phénomène sportif s'engage-t-il aujourd'hui dans un quatrième âge, celui du modèle marchand ? La réponse –ou l'essai de réponse– à cette question n'est pas simple. Nous envisagerons successivement le club dans sa relation avec la municipalité, et compte tenu des offres sportives du nouveau secteur marchand (ou commercial). Ensuite, nous tâcherons de voir, en se plaçant du point de vue de la "logique" de club, si le domaine des pratiques sportives gagne à être analysé globalement comme un champ concurrentiel.

Le rôle municipal en matière d'animation sportive

33Rappelons brièvement –car nous aurons l'occasion d'y revenir– le type de rapports qui se nouent entre clubs sportifs et pouvoirs publics, en l'occurrence les municipalités. Cette politique "contractuelle" peut être appréhendée comme un échange de ressources. Les responsables de clubs ne manquent pas une occasion d'insister sur la fameuse "mission" confiée aux clubs par les pouvoirs publics. D’un côté les collectivités locales assurent l'offre d'équipement, de l'autre les clubs proposent l'offre pédagogique et culturelle. Compte tenu de la démultiplication récente des clubs ou des sections de clubs, de l'élévation des coûts de pratique (en particulier pour la compétition) et de l'élargissement des groupes et groupements d'usagers revendiquant l'accès aux équipements, par exemple, on assiste à une réorganisation fondamentale du phénomène sportif. Désormais, les impératifs économiques sont déterminants. A cet effet, il est possible de compléter la typologie proposée en désignant précisément les modèles d'organisation du sport qui s'y rapportent :

Les "âges" du sport

modèle d'organisation

. 1 période héroïque :

modèle "culturel" (expression)

. 2 période topique :

modèle "social" (démocratisation)

. 3 période stratégique :

modèle "segmenté'(différenciation)

. 4 période marchande (?) :

modèle "économique"... (rentabilité)

Figure 2 : Les âges du sport

  • 11 "Réflexion : sport et loisir, un phénomène en effervescence”, compte rendu paru dans : Sport dans l (...)

34En fait les études sociographiques montrent à la fois une succession, une certaine superposition, et même des combinaisons, entre ces divers modèles. Notons toutefois que la médiatisation récente du sport de haut niveau et du sport-spectacle tend à privilégier le quatrième registre. En effet, depuis quelque temps, le néo-libéralisme est à la mode. On prône le "désengagement" de l'Etat au profit de l'esprit d'entreprise et de l'ingéniosité privée en matière de sport. Est-ce à dire que le club sportif est désormais à même de remplir son rôle essentiel sans une contribution des fonds publics ? On a pu "constater qu'au fur et à mesure que les subventions privées augmentaient, l'Etat se désengageait. Pour mémoire : le budget C.N.O.S.F. en 1982 comptait 96 % des ressources venues de l'Etat ; en 1987 elles sont tombées à 50 %, les 50 autres venant de ressources propres. Les collectivités locales en 1986 ont de leur côté participé à hauteur de 15 milliards et l'Etat 1 milliard"11.

  • 12 Cf. Notre étude : "Dynamique spatiale et politiques d'équipements. Le cas des équipements culturels (...)

35Il y a lieu de distinguer pour les besoins de l'analyse entre l'intervention de l'Etat et le rôle des collectivités locales, en particulier depuis la mise en place de la décentralisation. Le rôle des municipalités en matière de politique d'équipement et leur contribution au développement sportif sont fondamentaux. On assiste à une diversification des incitations municipales, qui se traduit par une distribution ordonnée des équipements à vocation sportive12. Sans risquer de trop schématiser le propos, disons que l'étude détaillée des politiques municipales d'équipement et leur contribution au développement sportif fait apparaître un système d'aménagement et de fonctionnement (flux de fréquentation et types d'utilisation), c'est-à-dire une distribution ordonnée des équipements à vocation sportive. Ces politiques, engagées à l'échelon communal, s'inscrivent globalement dans la phase topique présentée plus haut. Implantés plus tôt dans les grandes agglomérations (et d'abord dans les villes-centres), les équipements sont apparus ensuite dans les communes de première couronne (d'agglomération) et dans les villes moyennes importantes. Par la suite, les communes de deuxième couronne et les autres villes moyennes ont cherché à se doter, dans la mesure du possible, d'équipements analogues : d'abord des équipements de "première génération" (stade, piscine, gymnase) ensuite des équipements de "deuxième génération” (plaine des sports, base de plein-air et de loisirs avec plan d'eau ou, tout récemment, aire de golf). Les communes rurales, à leur tour, s'efforcent de proposer une offre d'équipement sportif élargie au-delà des "habituels" sports collectifs (football, rugby en particulier). Le tennis a joué un rôle évident dans cette ouverture, qui date des années quatre-vingt. Actuellement la promotion du patrimoine de nature pout assurer à ces communes une place non négligeable dans le système récréatif sportif, compte tenu de l'élargissement récent du domaine de la pratique sportive aux activités de pleine nature, de détente ou de compétition.

36Conjointement à l'élargissement croissant de la gamme des équipements sportifs, on enregistre une hiérarchisation progressive mais nette entre les équipements sportifs de grand rayon (haut-niveau, sport-spectacle...) et les équipements de proximité, destinés à la desserte locale (quartier, groupe de quartiers, secteur de la commune). Elle paraît d'autant plus précise que la densité démographique est forte. L'utilisation respective de ces différents équipements recoupe précisément les configurations de la segmentation des formes de la pratique sportive organisée. L'institution scolaire (enseignement primaire et secondaire) fait également valoir ses droits en ce domaine.

37Enfin, à une phase d'"exportation" du modèle sportif "urbain" (stade avec gradins, gymnase couvert polyvalent, piscine d'été et d'hiver) se surajoute la diffusion d'un modèle de "promotion des sites de nature" (forêts, reliefs divers, plans d'eau, cours d'eau...), qui favorise les initiatives d'équipement et/ou d'aménagement à la périphérie. Le tourisme sportif tend à assurer une plus grande visibilité des communes (balnéaires d’abord, d'arrière-pays ensuite), dès lors qu'elles valorisent ce patrimoine sportif de pleine nature, combiné avec des structures d'accueil et d'hébergement adaptées.

38La pratique sportive organisée à l'échelon communal connaît une segmentation très poussée : grand club, sport professionnel, sport de haut niveau et spectacle sportif d'une part, club modeste, sport de masse, "sport pour tous", loisir sportif, associations du cadre de vie d'autre part. De plus, bien des grands clubs omnisports combinent quelquefois sections de haut niveau et simple pratique de compétition. Généralement, la concurrence entre clubs pour l’attribution de subventions décroît du centre (villes-centre d'agglomération) vers la périphérie (petites villes et communes rurales), en fonction du nombre de clubs locaux (et de sections sportives) ou du nombre d'associations ayant prétention en matière d'animation des A.P.S.

39Les municipalités remplissent un rôle majeur et indispensable clans le domaine de l’animation sportive, en particulier par la construction et la gestion des équipements, et par l'attribution de subventions plus ou moins substantielles.

La promotion sportive du secteur commercial

40Deux grands ensembles peuvent être distingués : le premier concerne le domaine des séjours-vacances et l'autre celui du "service" sportif de proximité avec le développement des salles privées de gymnastique, de sports et de mise en forme.

  • 13 A. Haumont : op. cit., p. 97.

41Depuis une quinzaine d'années, on assiste à une promotion sans précédent des activités sportives de vacances. Ces activités de plein-air et de pleine nature bénéficient d’une bonne couverture médiatique et elles sont largement utilisées par les publicitaires et les promoteurs d'articles de sport. Le lien entre les pratiques sportives et les vacances (d’été ou d'hiver) est bien mis en évidence par Antoine Haumont dans un ouvrage récent : "les vacances interviennent dans plusieurs éléments du système sportif : elles incitent à la préparation physique et à son prolongement, elles permettent un mode de vie où le sport est un accomplissement individuel, un jeu spectacularisé et une activité classificatoire”13.

42Le Club Méditerranée symbolise cette culture du loisir sportif. Sur les 6800 animateurs du "Club", on ne décompte pas moins de 1 300 animateurs sportifs. Divers organismes du tourisme associatif –l'expression tend à remplacer l'ancienne appellation de tourisme social !– développent des formules analogues. V.V.F. (Villages Vacances Familles) va investir 40 millions de francs par an, et durant cinq années consécutives, pour s'adapter à cette nouvelle demande des "vacances sportives" : réorganisation des structures et des aménagements, adaptation des méthodes et de l'encadrement qui évoluent vers le profil de l'animateur spécialisé, formé par les fédérations. Des organismes comme l'U.C.P.A. ou la F.U.A.J. (Fédération Unie des Auberges de Jeunesse) proposent des stages sportifs, d'initiation ou de perfectionnement. L'U.C.P.A. a accueilli 77 000 personnes pour les sports d'hiver et 67 000 pour les autres disciplines (dont 16 000 en voile et planche à voile, et 8000 en tennis) durant la seule année 1985.

43Le secteur commercial est bien intégré au mode de vie quotidien d'une partie de la population urbaine. Les salles de gym renouvellent leur panoplie d'activités au rythme de la mode. La France ne compte pas moins de 10 000 salles de sport qui intéressent trois millions et demi d'usagers, dont une majorité est constituée d'une clientèle féminine.

  • 14 Nelson Paillou : Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1986.

44"A Paris notamment, la concurrence est âpre (Vitatop, Fitness Club, Garden Gym, le Samouraï...). La salle des Champ-Elysées s'étend sur 3 000 m2 et 5 niveaux (1 500 clients par jour, 70 % de femmes, un chiffre d'affaires de 15 millions)."14

45Le souci de rester jeune, l’importance accordée au corps et à la "condition sportive" jouent un rôle important dans la pratique des loisirs physiques et quelquefois jusqu'à un âge avancé.

46Ces adeptes du sport multiplient les expériences, les apprentissages et les (re)conversions sportives, dans un cadre de détente, d'évasion ou de nature. Evidemment, le développement de ces activités ne se traduit pas par une égalisation sociale mais il fait apparaître des formes de différenciations sociales liées en partie au coût de pratique.

47Dans un tel contexte, c'est la logique de la consommation qui prévaut. L'individualisme sportif de masse s'accommode de relations interpersonnelles minimales. La sociabilité est occasionnelle et fluctuante. La logique de la participation sportive propre au club n’est pas de mise. Les "obligations” de club et L'engagement personnel" que suppose la pratique compétitive, y compris à un niveau relativement modeste, n’ont pas de sens dans le "service sportif" que fournit le secteur commercial. L'animation sportive que proposent les comités d’entreprise (EDF-GDF, aéronautique, IBM, etc...), montre une tendance analogue. A côté des classiques championnats corpos se mettent en place de véritables services de loisirs sportifs, qui accueillent des participants toujours plus nombreux, tout en contribuant à une démocratisation des APS.

L'élargissement du domaine sportif : un champs concurrentiel pour les clubs ?

  • 15 Voir les études suivantes :

48Depuis une vingtaine d'années, le domaine sportif s'est considérablement élargi et ce mouvement d'extension des A.P.S. se continue. Tous cadres d'organisation confondus et toutes formes de pratique prises en compte, on note une relative tendance à l'égalisation sociale, à la réduction des inégalités entre hommes et femmes et à l'atténuation des effets d'âges15. Toutefois, les données statistiques des grandes enquêtes (Ministère de la Culture, INSEE, CREDOC, en particulier) montrent que des inégalités demeurent dans l’accès au loisir sportif, liées aux catégories socio-professionnelles, aux revenus, aux groupes d’âge, au sexe, à la commune de résidence...

49De grandes sphères de la pratique sportive paraissent échapper à l'organisation associative des clubs : les vacances sportives, les stages à dominante sport, l'individualisme sportif de masse (courses sur route, rassemblements de véliplanchistes, week-ends ski...), les opérations "loisirs pour tous", la fréquentation des salles privées, etc. Peut-on raisonnablement penser que les clubs sportifs puissent atteindre les publics du loisir sportif –lucratif– sans pour autant risquer de compromettre leur vocation fondamentale ? D'autre part, n'est-il pas simpliste et anachronique de formuler des jugements sommaires et stéréotypés du type : valorisation systématique de la prestation compétitive de club / dévalorisation systématique du "marchand" et du "commercial", supériorité de la sociabilité de club / infériorité de l'individualisme de masse ? Il existe en outre des exemples de cohabitation réussie (pour le ski ou le tennis, par exemple) et le "hors club" propose souvent des prestations de service qui sont de qualité. Enfin, les adeptes du loisir sportif ne sont pas ou plus (avec l'avancement de l’âge) des espoirs potentiels pour la pratique compétitive. Il est impératif de tenir compte de l'évolution des aspirations et des mentalités. Les subventions municipales, l'accès aux équipements sportifs communaux ne peuvent pas ne pas s'ouvrir en partie "au plus grand nombre" soucieux simplement d'entretenir la "condition physique".

50Toutefois, par rapport à une logique de marché et compte tenu de l'évolution des pratiques, il n'est pas interdit de réfléchir à un "programme" d'action qui permettrait aux clubs de s'assurer personnellement des sources de revenus. Le thème de l'Université Sportive d’Eté 1987 peut y aider largement. Quel(s) produit(s) sait "faire" un club ? Peut-il raisonnablement les vendre, avec ou sans aménagements ? Sur quel(s) marché(s) peut-il les offrir ? A cet égard, nous disposons de témoignages intéressants : les animations type Centre de loisirs sans hébergement et les sections-vacances (du L.U.C. ou du B.E.C.), les actions menées par le G.U.C. en matière de stages de neige... Tous ces exemples rentrent dans la catégorie des produits pédagogiques. De même, pourquoi ne pas envisager de développer, dans le cadre de l'Union Nationale des Clubs Universitaires, un service de formation continue, d'expertise universitaire et d'aide à la décision auprès d'organismes publics ?

51Le club est incontestablement un modèle institutionnel parmi d'autres. Il ne saurait pour autant répondre à l'ensemble des formes de pratique qui se manifestent aujourd'hui. Il n’en constitue pas moins un modèle pédagogique spécifique. Par la haute compétition, il crée aussi l'événement sportif. Il peut lui arriver de jouer un rôle de support publicitaire ou encore de vecteur de communication sociale et d'identité locale. En même temps, il lui faut désormais compter avec d'autres cadres de pratique des A.P.S., dans un environnement concurrentiel. Toutefois, pour assurer sa crédibilité sociale dans un tel champ, il lui faut conserver et défendre sa spécificité. Nous développons ces aspects dans la section suivante.

Les clubs sportifs : stratégies d'adaptation et légitimation sociale

  • 16 Sur ces aspects, voir diverses contributions au numéro spécial de la revue Esprit : Le nouvel âge d (...)

52Dans un "système" sportif en pleine évolution, quelles sont les stratégies d'adaptation dont disposent les clubs sportifs ? Comment peuvent-ils défendre leur spécificité dans un domaine qui paraît privilégier largement le sport-spectacle, la "professionnalisation" des athlètes16 et un modèle "libéral" en matière d'exploitation du fait sportif ? La référence à cette forme de "libéralisme" est-elle pleinement justifiée ? Dans quelle mesure est-elle fondée dans les faits ? Par ailleurs, la collectivité publique doit-elle obligatoirement assumer la majoration des coûts de la pratique sportive des clubs ? C'est autour de ces perspectives que nous essayerons de fournir quelques éléments de réponse, sinon de préciser certains enjeux socio-politiques qui nous paraissent sous-tendre les choix définis en ce domaine. Nous espérons contribuer ainsi au débat engagé par les organisateurs de l'Université Sportive d'Eté.

Les "leçons" du secteur commercial et les possibilités de transposition aux clubs...

53Les finalités d'une entreprise commerciale sont de créer un produit et de le vendre avec profit. Toute entreprise cherche les moyens d’accroître sa productivité, dans un domaine soumis à la concurrence du marché, et de façon à s'assurer une plus grande rentabilité. Peut-on raisonner en ces termes à propos du club sportif ? Mais qu'appelle-t-on, dans ce contexte institutionnel, "bénéfice" ou "rentabilité" ? Faut-il nécessairement envisager un élargissement du club à des fonctions marchandes ? Cela n'implique-t-il pas alors des modifications d'infrastructure (équipements, matériels, personnels qualifiés, etc...) pour le moins discutables ?

54Appréhender le club comme une entreprise peut conduire à modifier la perception qu'on a de celui-ci dans "son” environnement social et économique. Dans ce cas, il s'agit d'envisager le club comme relevant du secteur relatif à la production, à la diffusion et à la consommation de services marchands. Dans ce cas de figure, le rôle de dirigeant doit être partiellement redéfini. Doit-il obligatoirement évoluer vers un statut incluant des fonctions de gestionnaire ou de promoteur des produits culturels et de loisirs ? Ici, il convient –au moins dans l’immédiat– de raisonner cas par cas, dans la mesure où tous les clubs sportifs ne se trouvent pas forcément sur un même plan. En effet, les opportunités varient très sensiblement d'un club à un autre, en fonction de sa situation locale, des disciplines qu'il regroupe et de leur niveau de pratique.

  • 17 Les travaux de l'Université Sportive d’Eté 1986 ont permis d’analyser ces aspects. Cf. La recherche (...)

55On peut schématiquement distinguer deux niveaux –possibles– d'extension des domaines d'activité. Le premier concerne la mise en valeur du sport de haut niveau et du "produit" d'exception17 avec les aspects suivants :

  • promotion du spectacle et de l'événement sportif de haut niveau ;

  • utilisation du sport de haut niveau comme support publicitaire ;

  • promotion du sport de haut niveau comme vecteur de communication ;

  • présentation du sport de haute compétition comme marqueur d'une identité locale.

56Le club des Girondins de Bordeaux F.C. illustre ces différents aspects. Il faut noter cependant quelques incertitudes sur les retombées et les bénéfices "symboliques" liés à la réussite d'une équipe sportive, comme celle des Girondins en Coupe d'Europe ou en championnat. Que peut-on précisément démontrer, par exemple, en présentant le sport comme "vecteur de communication" ou comme "ciment" et "marqueur d'une identité locale" ? L'équipe des Verts de Saint-Etienne et celle de l'O.M. de Marseille ont connu leur "traversée du désert", au début des années quatre-vingt. Ces destins tragiques ont-ils affecté la vie sociale des deux cités ? Disons plutôt qu'une belle aventure s'est évanouie pour mieux renaître plus tard...

57Le second niveau intéresse les possibilités d'animer, au sein des clubs, des sections-loisirs payantes (abonnement, animation à la carte, initiation ou perfectionnement technique, etc...). Evidemment, toutes les activités sportives ne se prêtent sûrement pas à ce type de prestation. Le ski, le tennis, la voile, la G.R.S. offrent sans doute plus de potentialités et de possibilités à exploiter que l'athlétisme, la natation ou le hand-ball... Pour autant, les clubs doivent-ils s'orienter obligatoirement vers la mise en place d'un service –lucratif– de "produits" de consommation de loisirs sportifs ? Nous avons dit plus haut quelques mots des contraintes structurelles. Il faut compter en outre sur des effets d'image institutionnelle. Un club comme le G.U.C., par exemple, pourra plus facilement proposer des stages neige et ski (mise en condition physique, stages techniques, etc...) compte tenu de son palmarès récent dans ce domaine. Néanmoins, le club est perçu comme un modèle particulier de pratique du sport (du type : entraînement, sélection, compétition, performance). Les images d"'élitisme” et d'"ascétisme" ne facilitent pas forcément l'ouverture –et la fréquentation– de sections loisirs payantes.

58L'essentiel de la promotion des loisirs sportifs passe par d’autres cadres d'organisation, à la fois pour des raisons d’efficacité économique (par exemple le renouvellement accéléré des "produits sportifs" en fonction de la mode) et pour des raisons d'ordre culturel ou hédoniste (les attentes du public en matière de "nouveauté", de "dépaysement", de "nature", d'"évasion" et de thématique corporelle...).

  • 18 Bernard Michon, et avec la collaboration de Fabien Ohl : "Le prix de la consommation sportive", Le (...)

59Néanmoins, l'adaptation du mouvement sportif aux réalités économiques est aujourd'hui une nécessité. "Gérer un club, c'est gérer une entreprise" affirme-t-on avec conviction. Il ne s'agit pas pour autant de laisser croire que les clubs sportifs sont capables de concurrencer le "modèle marchand" de la consommation des loisirs sportifs ou qu'ils doivent le faire. Les possibilités de transposer aux clubs les "leçons" du secteur commercial restent donc relatives. Par contre, la recherche de ressources complémentaires, de façon à mieux aménager l’environnement de la pratique compétitive, est indispensable. Or, la pratique sportive de club revient de plus en plus cher. Bernard Michon, dans un article intéressant et documenté, nous propose un "coût global-moyen" de nombreuses pratiques sportives18. On peut néanmoins se demander si le service collectif rendu par le club, à l'échelon d'une commune ou d'une agglomération, est "payé" à sa réelle valeur par la collectivité publique.

Le "service sportif" et sa définition contractuelle

60Il convient d'analyser la prestation sociale fournie par les clubs sportifs et d'en préciser à la fois la spécificité et la qualité. Cet objectif fait partie intégrante d'une réflexion socio-économique sur le sport. Il ne s'agit pas de nous laisser séduire par les mirages du "libéralisme" spontané à la mode. Il s'agit encore moins de céder à l'intimidation psychologique engendrée par la prétention libérale prônant que, désormais, le sport de compétition (et de club) peut ne plus –rien– coûter à la collectivité publique !

  • 19 Pour un bilan des réflexions et un état des lieux détaillé dans ce domaine, voir le récent volume d (...)

61Jusqu'à ces dernières années, on concevait que les pouvoirs publics –l’Etat et/ou les collectivités locales– prennent obligatoirement en charge financière les domaines particuliers regroupant ce que l’on désigne plus communément selon l'expression de "services collectifs" ou encore de "services sociaux". Dans ce cas, c'est à la collectivité de proposer l'infrastructure d'équipement(s) nécessaire et d'assumer l'essentiel du financement. Qui plus est, les domaines du sport, et de la culture à un moindre degré, offrent ceci de particulier que les associations qui rassemblent bon nombre de pratiquants (les sportifs et/ou les publics de la culture) se trouvent occuper une situation "contractuelle" vis-à-vis de la municipalité. Généralement, la commune construit les équipements, assume les coûts d'investissement, de fonctionnement et de maintenance, tandis que les associations sportives (les clubs en l'occurrence) proposent un modèle pedagogique de sociabilité culturelle et d'apprentissage des techniques sportives. D'ailleurs, et nous l'avons déjà noté, les associations ne manquent jamais une occasion d'invoquer cette "mission de délégation" que lui ont confiée les pouvoirs politiques19.

Fig. 3. La contribution des clubs sportifs à l'animation de l'espace public

62En matière de références théoriques, il n'existe guère de concepts généraux permettant de rendre compte de la complexité des phénomènes culturels et sportifs, en sociologie comme en économie. On peut chiffrer une "demande" culturelle, on peut estimer ce que coûte(rait) un "produit" sportif, tout en précisant des seuils et/ou des marges. Par contre, bien malin qui saurait dire, avec une précision analogue et dans l'état actuel des données disponibles, ce que rapporte la "prestation" sportive ou culturelle en matière de socialisation de la jeunesse, d'éducation, de santé, de polarisation de l'espace, d'intégration du territoire communal ou d’identité locale.

63Pour autant, la crédibilité sociale du club –sa justification et sa légitimation– n’est pas contestable et elle ne saurait se réduire à la satisfaction de critères simplement marchands. Au moins pour deux raisons. D’une part, le club rend un service collectif ; d'autre part, c'est un modèle institutionnel, au sens sociologique. Autrement dit, c'est un cadre d'organisation d'un type particulier ! Il fixe des règles et des devoirs, il repose sur un ensemble de valeurs partagées et sur une certaine conception de la vie collective et de la solidarité.

64Par ces deux dimensions, le club apparaît d'une toute autre nature –sociale– que les "entreprises" du sport-spectacle, les salles privées ou la plupart des formules "sport pour tous", qui ne sont que des dispositifs organisationnels (et non institutionnels !). La justification sociale du club sportif ne tient pas directement à sa capacité de stricte autogestion.

Le club : une composante constitutive de l'"espace public"

  • 20 J. Habermas : L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la socié (...)

65Cette dimension fondamentale du fait sportif peut être appréhendée par la sociologie ou la science politique. Nous empruntons l'expression d'"espace public" au titre d'un ouvrage de Jürgen Habermas qui désigne par là un des traits majeurs de la modernité socio-politique20. On peut localiser l'espace public comme le lieu d'expression de la démocratie, situé entre la sphère des intérêts strictement privés et le pouvoir étatique proprement dit.

66Le sport, dans sa dimension locale, est bien une composante importante de la vie démocratique. L'association de personnes (le club sportif) autour d'un but commun introduit un élément positif de complexité sociale. Conjointement, elle exprime une possibilité spécifique de participation sociale et, le cas échéant, d'interpellation du pouvoir municipal. De même, la collectivité locale s'emploie à proposer des cadres variés (équipements, aménagements, animations ponctuelles) pour la pratique sportive envisagée sous ses formes les plus diversifiées. Ces deux logiques –celle de la collectivité locale et celle du club– s’éclairent réciproquement. Encore faut-il, dans cette relation "contractuelle" qui les associe, que les termes du contrat soient "jouables", pour les partis en présence. Auquel cas, ces logiques, par delà des tensions et/ou des négociations ponctuelles, définissent véritablement un "espace public", qui peut être considéré comme un foyer important de la démocratie locale.

67La crédibilité du club, les stratégies qu'il déploie pour assurer sa légitimité et sa contribution à l'animation de l'espace public peuvent s'analyser dans les termes d'une sociologie du pouvoir. Il ne s'agit pas pour nous, dans le cadre de cette Université d'Eté, d'énumérer quelques principes de bonne conduite à tenir ou de conseiller des choix tactiques dans le domaine. Par contre, il nous paraît urgent de proposer une interprétation qui replace le club –et le club universitaire !– dans ce qui nous semble être son véritable contexte social de référence.

68En cédant au goût du jour, il est possible de faire l'apologie du club loué comme "entreprise dynamique" de spectacles de qualité ou encore celle du secteur privé cité comme "modèle de réussite" à imiter. Par exemple, d'une part les Girondins de Bordeaux F.C. du président Bez ou encore la "Tapisation" du sport de haut niveau, de l'autre la prolifération des salles du genre : Fitness club, Vita-top, Narcisse et autres Calypso... Mais encore faut-il savoir ce qui est "perdu", en quelque sorte, avec la célébration exclusive de ces formules d'organisation du sport et de l'exercice physique ! Ces aspects ont été abordés plus haut, nous n'y reviendrons pas.

69Contentons-nous de rapporter sous la forme d'un schéma les composantes institutionnelles et/ou organisationnelles du fait sportif. Les "logiques" fédérales et le rôle de l'Etat n'ont pas été matérialisées, de manière à ne pas trop compliquer la lecture de cette représentation simplifiée.

Fig.4. L'organisation locale du phénomène sportif (représentation simplifiée)

70L'animation sociale de l'espace public (local) se joue essentiellement entre la collectivité locale1 (ex. : municipalité) et les clubs ou quelques autres associations intégrant les APS2. Le sport-spectacle3 entretient la ferveur populaire. Il participe largement à l'animation locale et même à la formalisation de processus identitaires. Il ne relève pas (ou plus !) de l'espace public, au sens où nous l'entendons. Enfin, les salles et les clubs privés4 sont un des lieux d'expression de l'individualisme sportif de masse, sans aucun rapport (sinon d'exclusion !) avec l'animation de l'espace public.

  • 21 Pour une analyse théorique du thème du pouvoir, se reporter tout particulièrement aux travaux condu (...)

71Le "service public", qui est une forme particulièrement institutionnalisée de relation entre collectivités locales et groupes d'usagers, gagne, nous semble-t-il, à être analysé dans les termes d'une sociologie du pouvoir. Les sociologues s'accordent pour reconnaître la place centrale qu'occupe le pouvoir dans le fonctionnement des systèmes sociaux. Pourtant, les définitions du pouvoir sont nombreuses, diversifiées et quelquefois divergentes. Retenons simplement quelques dimensions, qui n'ont aucune prétention d’exhaustivité21, de façon à éclairer faction des clubs.

72Une des interrogations fondamentales est en particulier de savoir si le pouvoir est une relation ou s'il est la capacité générale d'un système. En fait, et sans entrer ici dans les détails, disons que ces deux théories, chacune à sa façon, sont éclairantes.

73Avec les théories systémiques du pouvoir, il faut constater une certaine dilution du concept de pouvoir. La question de la légitimité est supposée résolue (dans le cadre d'un consensus par exemple). Ces théories s’inscrivent dans une conception fonctionnaliste du pouvoir et elles mettent l'accent sur la capacité d’un système à réaliser ses buts en mobilisant les ressources adéquates. Le pouvoir est une quasi-propriété du système. A priori, cette thèse semble bien (ou mieux) s'appliquer à l'étude de dispositifs locaux se fondant par exemple sur un Office municipal des Sports arbitrant entre la municipalité et les associations, ou encore sur un club municipal omnisport occupant une position centrale et non contestée dans la commune. Cette conception "systématique" conduit néanmoins à négliger le caractère nécessairement hiérarchique du pouvoir et les divergences d'intérêt qui pourraient en résulter.

  • 22 Yves Chateaureynaud a proposé une première analyse sociologique pour ce domaine dans sa communicati (...)

74Pour les théories relationnelles du pouvoir, deux d'entre elles nous semblent particulièrement pertinentes. Notons au passage que nous ne traitons pas des analyses formulées en termes de conflit, dont il conviendrait de préciser, dans une étude plus approfondie, si elles sont un modèle d'analyse spécifique ou une –simple– rupture passagère des "règles du jeu" dans le cadre des autres figures évoquées22. Mais revenons aux deux modèles qui nous intéressent plus précisément.

75Les théories de l'échange des ressources (jugées souhaitables et/ou indispensables, comme dans le cas de la fameuse "mission" confiée aux clubs par les pouvoirs publics) spécifient que les relations de pouvoir peuvent avoir pour fondement la distribution inégalitaire ou asymétrique des ressources (d'un côté celles des collectivités locales avec l'offre d'équipement et leur financement, de l'autre celles des associations avec l'offre pédagogique et le bénévolat...). L'échange prend tout son sens dans la mesure où les acteurs définissent un "contrat” intégrant des ressources de nature différente. Enfin, dans ce cas, le pouvoir est lié aux possibilités, effectives ou non, pour l’un ou l’autre des partenaires, de trouver des ressources ailleurs (une municipalité qui se dote de nombreux animateurs sportifs ou qui élargit la politique "contractuelle" sportive aux partenaires du secteur socio-culturel ; les possibilités du sponsoring, etc...).

76Les théories relatives au partage des zones d'influence sont également susceptibles de se prêter à l'étude de diverses situations locales. Globalement, ce type d’analyse ne met pas directement l'accent sur l’alternance : détention du pouvoir/soumission au pouvoir, de même d'ailleurs que la figure précédente de l'échange de ressources. La totalité des interactions –entre associations sportives et municipalités– fait apparaître des réciprocités d'influence et un partage des zones d'influence. Les stratégies institutionnelles d'un des partis en présence, visant à élargir directement ou non sa propre zone d’influence, peuvent être illustrées par de nombreux exemples (le cas d'une municipalité favorisant la création d'un deuxième club omnisport dans la commune, dès lors que l'influence du précédent est jugée trop grande ; associations du cadre de vie ou du secteur socio-culturel revendiquant un rôle d'animation sportive auprès de populations que paraissent "ignorer" les clubs, etc...). Le développement des loisirs sportifs de masse déplace quelque peu le centre de gravité de la culture sportive et peut conduire aujourd'hui à une redéfinition du partage des zones d'influence dans le champ local des pratiques organisées.

77En conclusion, soulignons la différenciation croissante du phénomène sportif, dont notre communication retient seulement quelques aspects avec un essai de formalisation sociologique parmi d'autres possibles. Nous avons surtout cherché à préciser les transformations que connaissent les clubs envisagés dans leur périmètre communal.

  • 23 Bien évidemment, il s'agit d'une tendance générale de l'évolution du phénomène sportif, particulièr (...)

78L'institution sportive, telle qu'elle est composée des clubs et des fédérations, se caractérise par un niveau de complexité qui va grandissant23. Manifestement les différences et les écarts se creusent entre le sport de haut niveau et le simple sport de compétition : type et niveau d'organisation, assistance technique, coût global de la pratique, etc... Par ailleurs, les loisirs sportifs se développent de façon spectaculaire et ils échappent largement aux clubs. Les données statistiques confirment cette évolution et montrent ainsi le déplacement des configurations de la culture sportive. Selon le constat formulé par Antoine Haumont, le sport de haute compétition (et le club) fournit le gestuel et les exemples que sont les champions, tandis que le secteur du loisir sportif définit quelques unes des médiations (et un véritable marché) pour l'appropriation du –plus– grand nombre (op. cit).

79Désormais le club est soumis à une double concurrence : il lui faut d'abord tenir compte de la capacité attractive des nouveaux loisirs sportifs (en termes de concurrence externe) ; il doit composer aussi avec le développement local des clubs et des sections du club (concurrence interne) et une augmentation en volume et en rubriques de l'offre compétitive.

80L'élévation du coût de la pratique compétitive n'est plus à démontrer. Elle concerne d'ailleurs de multiples aspects : sophistication des installations, des aménagements et des équipements, administration et bureaucratie fédérales, déplacements des équipes ou des athlètes, rétribution avouée ou non des "sportifs" de tous genres (athlètes, entraîneurs, techniciens...), etc...

81Le club sportif a pour vocation de former une élite de compétition tout en assurant un service collectif dans le domaine de l'éducation sportive et de l'animation des championnats, à différents niveaux. A ces titres, il a droit à une assistance financière des municipalités et des pouvoirs publics.

82Sans doute y a-t-il pour les clubs de réelles opportunités en matière de recherche de ressources complémentaires. Elles varient très sensiblement selon les clubs, les disciplines sportives et les niveaux de pratique : promotion de produits pédagogiques, organisation de spectacles et d'événements sportifs, démarchages publicitaires, par exemple.

83Des études approfondies appliquées à ce domaine, outre une meilleure connaissance –sociologique– de celui-ci, permettraient aux différents partenaires sociaux de disposer d'outils d'évaluation non négligeables, compte tenu de l'évolution de l'organisation du sport et de son animation. Les sciences sociales et économiques peuvent aider, sinon à une meilleure maîtrise, du moins à une meilleure compréhension des développements –et des mutations– que connaît le phénomène sportif.

Notes

1 Ces clarifications préalables, bien que très succinctes, sont indispensables car elles révèlent des présupposés sous-jacents, avec les hypothèses –spontanées– qui les sous-tendent...

2 Toute une littérature sportive de l'époque s'emploie d'ailleurs à célébrer le fait sportif sous cet angle. Une telle idéalisation inconditionnelle a aussi joué comme un "obstacle épistémologique" vis-à-vis de la constitution d'abord d'une réflexion critique puis, plus tard, des sciences sociales appliquées au sport.
Une des analyses les plus pertinentes reste l'important travail de Monique Coornaert : "Règle et morale dans le sport", L'Année sociologique, P.U.F., vol. 30, 1979-80, p. 161-202.

3 Sur ces aspects, se reporter par exemple à l'ouvrage de Georges Bourdon : La renaissance athlétique et le Racing club de France, Paris, éd. par le R.C.F., 1906. Voir également le livre de Raoul Fabens : Les sports pour tous, Paris, A. Colin, 1905.

4 "Eole" Frantz Reichel, L. Mazzuchelli : Les sports athlétiques ("petite bibliothèque athlétique", sous la direction de G. de Saint-Clair), Paris, A. Colin, 1907 (2ème éd.), p. 11 et suiv.

5 Rapportons pour illustration, quelques extraits d'une lettre adressée en mars 1904 par Paul Fournial, alors président du jeune B.E.C., au maire de Bordeaux. Il s'agit d'une demande de subvention.
"Le “Bordeaux-Etudiant-Club” est une Société sportive que nous avons fondée en avril 1903 entre les étudiants de l'Université de Bordeaux et les élèves du Lycée National de notre ville. Il a déjà conquis dans le Sud-Ouest une place honorable et, le 6 mars dernier, au Vélodrome du Parc, il a donné une après-midi sportive telle qu'il n'en fut jamais organisée à Bordeaux".
Et l'auteur de la lettre en vient à sa requête :
"La jeune société a besoin de ce qu'on a appelé “nervum belli".
Ce "nerf de la guerre" lui permettrait de "mener à bien cette oeuvre de rénovation physique que nous considérons comme éminemment patriotique et démocratique."
(Archives Départementales de la Gironde, lettre inédite).
L'esprit était conforme à la devise de l'U.S.F.S.A. : "Ludus pro Patria". Hélas !
Le "pressant appel" devait rester sans écho sonnant et trébuchant...

6 Dès l’origine, le B.E.C. est étroitement lié à l'Association Générale des Etudiants de Bordeaux. Après avoir utilisé divers locaux appartenant aux Oeuvres Universitaires, son siège est transféré en 1978 sur le Stadium du Domaine Universitaire de Rocquencourt (Talence). Son nouveau club-house, intégrant trinquet, squash et courts de tennis, est ouvert en 1983 (Sud-Ouest du 17 mai 1983). Sur l’ambiance des débuts du B.E.C., voir le Journal ("numéro unique" !) : L'Université sportive, Bordeaux-Etudiants-Club, tous les sports, année 1905.

7 Jean Bernier : Tête de mêlée, Paris, Rieder et cie, 1924. Cit. p. 145.

8 Pour Bordeaux, voir en particulier l’article de L. Vaillat : "L’oeuvre édilitaire d'une grande ville de Province : Bordeaux", L'Illustration, no 4980, août 1938 (p. 485-492, ill.). L'auteur présente le Stade municipal et son Parc des Sports, les piscines municipales et la Maison communale d'éducation physique.
L'historien Georges Dupeux a analysé dans le détail cette période durant laquelle Bordeaux penche vers le radicalisme (à partir des élections municipales de 1925) s'accompagnant d'un renouvellement –social– des élites politiques locales. Voir sa contribution : "La vie politique entre les deux guerres", Bordeaux au XXe siècle, Bordeaux, 1972, p. 21-50.

9 On pourra se reporter à l'ouvrage composé par Eugène Raude et Gilbert Prouteau : Le message de Léo Lagrange, Paris, La Compagnie du Livre, 1950. Plusieurs chapitres fournissent des estimations chiffrées et présentent la doctrine sportive du Sous-Secrétariat des Sports et Loisirs.

10 Pour une synthèse de cette évolution, se reporter à l'analyse proposée par Antoine Haumont dans : Sociologie du sport, (par R. Thomas, A. Haumont et J.L. Levet), Paris, P.U.F., 1987 ("La pratique sportive", p. 63-148). Pour un bilan complémentaire, voir les Actes du colloque : Sport Economie-Loisir, publiés par l’Office départemental des Sports de l'Hérault et l'U.F.R. S.T.A.P.S. de l'Université de MontpellierI, 1988, (234 p.). Coordination scientifique : Jean-Pierre Chaze et Charles Pigeassou.

11 "Réflexion : sport et loisir, un phénomène en effervescence”, compte rendu paru dans : Sport dans la Cité, revue de la F.N.O.M.S., 2ème trim. 1987, no III (p. 74-75).

12 Cf. Notre étude : "Dynamique spatiale et politiques d'équipements. Le cas des équipements culturels et sportifs : leur rôle dans les rapports centre-périphérie", Association Française de Sciences Politiques, L'administration publique en France, Congrès de Grenoble, 1984.

13 A. Haumont : op. cit., p. 97.

14 Nelson Paillou : Les trois enjeux du sport français, Paris, Dalloz, 1986.

15 Voir les études suivantes :

  • Lemel (Y.), Paradeise (C.) : La sociabilité, Paris, INSEE, 1976 (exploitation complémentaire des données de l'enquête réalisée en 1967 par l’INSEE : Les comportements de loisirs des Français).

  • Faure (J.M.) : "Les pratiques sportives", Données sociales 1984, Paris, INSEE, 1984 (p. 397-399). Synthèse réalisée à partir de l'enquête conduite par le Ministère de la Culture : Pratiques culturelles des Français, description démographique. Evolution 1973-1981.

  • Betbeze (J.P.), Maffre (J.), Lahlou (S.) : "Le sport en pleine forme. Les tendances de fond du phénomène sportif, CREDOC, lettre no 24, nov. 1987.

16 Sur ces aspects, voir diverses contributions au numéro spécial de la revue Esprit : Le nouvel âge du sport, "Lauda, Platini, Tapie, Edlinger et les autres", sous la direction de Georges Vigarello et Olivier Mongin, 4, avril 1984.

17 Les travaux de l'Université Sportive d’Eté 1986 ont permis d’analyser ces aspects. Cf. La recherche de la performance. Jeux et enjeux, M.S.H.A., no 2, 1987.

18 Bernard Michon, et avec la collaboration de Fabien Ohl : "Le prix de la consommation sportive", Le nouvel âge du sport, Esprit, numéro spécial, avril 1987 (p. 297-311). Les auteurs apprécient et additionnent plusieurs coûts : administratif, lié au cadre, aux déplacements, à la tenue vestimentaire, au matériel et des coûts annexes. Des variations significatives apparaissent selon les disciplines sportives.

19 Pour un bilan des réflexions et un état des lieux détaillé dans ce domaine, voir le récent volume des Cahiers du Centre National de la Fonction Publique Territoriale : Les Politiques municipales des Sports, Actes des rencontres d’Angers (nov. 1987), no 24, Février 1988 (292 p.).

20 J. Habermas : L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, trad., 1978 (1962).

21 Pour une analyse théorique du thème du pouvoir, se reporter tout particulièrement aux travaux conduits par François Chazel. Cf. par exemple un de ses articles : "Pouvoir, structure et domination", Revue Française de Sociologie, XXIV, 1983, p. 369-393.

22 Yves Chateaureynaud a proposé une première analyse sociologique pour ce domaine dans sa communication : "Pouvoir sportif associatif et pouvoir municipal", Sport et changement social, Premières journées d’études de la Société Française de Sociologie du Sport, M.S.H.A., 1987 (p. 179-187).

23 Bien évidemment, il s'agit d'une tendance générale de l'évolution du phénomène sportif, particulièrement bien analysée dans la littérature sociologique nord-américaine. Voir Allen Guttmann : From Ritual to Record : the Nature of Modern Sports, New-York, Columbia University Press, 1978, ou, plus récent, le livre dirigé par Jean Harvey et Hart Cantelon : Sport et pouvoir. Les enjeux sociaux au Canada (version en langue Française), Les Presses de l'Université d'Ottawa, 1988.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search