Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations sociologiques

Introduction

Martine Reneaud

Texte intégral

1Appréhender le sport en termes de mutations sociales (ou sociologiques !) ne va pas forcément de soi. Une telle démarche en effet correspond déjà à l'affirmation d'une hypothèse : celle d'une évolution du sport qui ne procèderait pas toujours de manière linéaire mais –aussi– par "ruptures" et par "sauts"...

2Il conviendra donc de préciser, dans le cadre de l'approche sociologique, si pareil choix est le plus à même d'éclairer les transformations récentes et spectaculaires du phénomène sportif. Les observateurs et les acteurs sportifs, que nous sommes pour beaucoup, peuvent être amenés à ne retenir que les "bouleversements" apparus dans le domaine. Des bouleversements majeurs que les moyens de communication de masse (télévision, presse, littérature sportive...) mettent souvent au compte des "progrès" du sport.

3Ne convient-il pas de repérer aussi des changements s'opérant plutôt dans la "continuité" : certaines valeurs sportives peut-être, des formes de participation et d'engagement associatif aussi, pour ne prendre que ces deux aspects, témoignent à bien des égards d'une durabilité institutionnelle. Ne s'agit-il là que des simples marques résiduelles d'asynchronies dans le développement de l’organisation sportive ? La question mérite d’être posée. La discussion confirmera probablement qu’il n'est pas toujours possible de traiter du "club sportif" comme d'une réalité sociale homogène et égale.

4Plusieurs perspectives d'approche peuvent être envisagées pour aborder, sous l'angle de la sociologie, le thème proposé par les organisateurs de l'Université d'Eté. Son intitulé : "mutations sociologiques", doit être lu autant comme une affirmation que comme une interrogation.

5Les théories dites du changement social et culturel sont susceptibles de fournir des éléments de réponse en appréhendant la longue durée et en proposant une (ou des) périodisation(s) relative(s) aux transformations du club sportif. Divers indicateurs peuvent être énumérés : évolution de la pratique, féminisation plus ou moins nette des effectifs, place du bénévolat, spécialisation, voire professionnalisation des rôles, coût des activités, subventions, accès aux équipements, relations des clubs avec les collectivités locales, etc.

6C'est aussi en termes d'une sociologie du pouvoir-qui nous est plus familière-que le fait sportif peut être abordé. Evoquons quelques points. Comment se définit ainsi le pouvoir dans ses dimensions "politiques", "économiques" et "culturelles" ? Comment s'articulent l'activité des institutions sportives et le jeu de l'administration politique (tant au niveau central qu'au plan territorial) ? Assistons-nous à la reconversion des types connus d’organisation et/ou à la naissance de structures originales et inédites ? D'où partent actuellement les "initiatives" en matière de développement sportif ? Que penser du "libéralisme marchand", tel qu'il s'impose désormais ? Peut-on parler d'un essor véritable du phénomène sportif ou y a-t-il conjointement une exploitation systématique de ce "gisement" de signification sociale, culturelle, émotionnelle et symbolique qu’est le sport ? Qu'en sera-t-il demain ?

7Sur ces aspects, nous disposons aujourd’hui de données relativement incomplètes ou trop locales. Leur formalisation sociologique est elle-même inégalement avancée.

8Les débats qui s’engageront après l'exposé de Jean-Paul Callède, chercheur à la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, nous permettront sûrement de dégager des éléments d’appréciation plus opératoires et de dissiper quelques zones d’ombre.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search