Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations techniques

Les mutations techniques et technologiques depuis 1950

Maurice Woehrle

Texte intégral

Période 1950-1970

1Les pays occidentaux, dans ces années, connaissent une forte croissance économique.

2La demande des consommateurs est supérieure à l'offre des producteurs. On est en Economie de production. En règle générale, il suffit de savoir produire pour pouvoir vendre.

3Le marché du ski croît de façon spectaculaire. La masse des nouveaux skieurs a besoin de points de repères pour le matériel, l'habillement et la façon de skier. Ils prennent modèle sur les moniteurs et les coureurs. La communauté du ski est élitiste.

4Au début des années cinquante, les skis sont encore en bois, fabriqués par contre-collage de lamelles (comme par exemple l'Olympique 41). Ils sont équipés des premières semelles plastiques en nitrate de cellulose et de carres plates fixées par vissage. La robustesse, l'accrochage sur la glace et le glissement sont médiocres.

5En 1970, les skis en bois n'ont pas disparu, mais ils ont glissé en bas de gamme. Les bons skis ont une structure hétérogène : les lames de résistance sont en composite verre-epoxy ou en alliage d'aluminium ; seul le noyau est en bois. Leur semelle est en polyéthylène à haut poids moléculaire (on commence à voir pointer le polyéthylène à très haut poids moléculaire en compétition) et les carres sont du type "cachées". Elles sont en une pièce et fixées par collage. Les modèles phares de rossignol sont le Strato et l'Allais Major. Celui de dynamic est le VR 17.

6Le glissement est bon. Les skieurs, pour la plupart, ne fartent plus leurs skis. La robustesse est généralement satisfaisante. Le comportement sur neige s’est considérablement amélioré. L'accrochage sur la glace n’est plus un problème, grâce aux skis mais aussi au progrès des chaussures et des fixations.

7Les skis fibre sont particulièrement utilisés en slalom et en virage dérapé en général. Les skis métalliques sont utilisés en descente et en slalom géant concurremment aux skis fibre. Ils ont également une bonne réputation de skis polyvalents.

8Les décors restent sobres : une couleur de fond uniforme et les noms de la marque et du modèle.

La technologie

9Une vraie révolution technologique s’est produite entre 1960 et 1965.

10Les fabricants de skis ont changé d’état. Ils étaient menuisiers. Ils sont devenus "fabricants de skis". Il n’y a pas d’autre façon de désigner ce nouveau métier car s’il emprunte un peu à la chimie et à la construction mécanique, il est essentiellement original par son produit et sa technologie : un objet long et effilé, tenant sa robustesse de sa flexibité et non de sa raideur, réalisé par moulage-collage à partir d’une quinzaine d’éléments dont certains se transforment pendant l’opération même de fabrication du ski.

11Les méthodes de conception ont pris un tour nouveau. On est passé, pendant cette période, de l’empirisme à un empirisme amélioré.

12Les fabricants essaient de mesurer les caractéristiques qui leur semblent les plus pertinentes afin d’interpréter les résultats des essais sur le terrain, d’établir des spécifications et de veiller à leur respect en fabrication.

13Démarche solitaire. Dans l’environnement industriel, rien ne ressemble à un ski tant dans le mode de fonctionnement que dans la nature des efforts subis par l’engin.

14La conception des skis reste à bien des égards davantage un art qu’une technique.

Période 1970-1980

15Dans de nombreux secteurs économiques l’offre des producteurs a atteint l'équilibre avec la demande des consommateurs. Dans cette situation dite d'économie de distribution, il ne suffit plus de savoir produire, il faut également savoir vendre.

16Chez les skieurs, c’est une période d’émancipation fortement marquée à l’origine par la notion de "dépassement de soi", la pratique du ski s'attache à la notion de "jouissance". Cette évolution est facilitée par les progrès du matériel : skis, chaussures et fixations et de la préparation des pistes. D'un sport, le ski alpin devient un loisir. La compétition et la performance technique, valeurs élitistes, perdent leur caractère d'universalité pour coexister avec des valeurs plus pragmatiques : simplicité, décontraction, jeu. Dans le même temps, le désir de retrouver la nature, le tassement des revenus et l'engorgement des stations favorisent le boom du ski de fond.

17Cette période est marquée au plan technique par l'apparition des skis à noyau polyuréthanne, les semelles en polyéthylène à très haut poids moléculaire et, au plan des produits, par la création de modèles et de familles de modèles spécialisés : Montagne, Freestyle, Compact, Sport (ou MID), ainsi que les skis de fond modernes.

18A noter que c'est également pendant cette décennie que plusieurs fabricants de skis font une diversification dans le tennis.

19Le Freestyle est né dans l'Ouest des Etats-Unis. Il comprend trois disciplines : les bosses, les aériens et le ballet. Il nécessite des skis courts (180 à 140 cm) et particulièrement robustes. La mode veut qu'ils aient des talons relevés.

20Le Freestyle cautionne l'emploi des skis Compact dont la génèse se préparait dans les Ecoles de ski américaines qui enseignaient à l'aide de ski de taille croissant en fonction de la progression de l'élève.

21La Graduated Length Method (GLM) était la réponse Marketing au souhait du client de savoir skier à l'issue de son séjour d'une semaine à la neige.

22En Europe, le Compact, c'est d'abord la clef d'accès au ski en neige profonde pour de nombreux skieurs auxquels elle était jusqu'alors interdite. L'engouement est excessif. Ses limites dans le domaine du cramponnage sur la glace et de la conduite de virage est perçue par les leaders d’opinion, auxquels il n'était d'ailleurs pas destiné. Il en résulte une contre-publicité, d'où une chute du marché des Compact. Les fabricants réagissent en créant des skis de taille intermédiaire, très souples. On les appelle Mid, Soft, puis Sport.

23Le tout nouveau marché du ski de fond est bien exploité par les fabricants alpins au détriment des Scandinaves qui en sont encore à la technologie du bois. La maîtrise des structures multimatériaux collées permet de faire beaucoup plus solide, plus léger et de mieux contrôler les distributions de cambre et de raideur.

24L'évolution technologique est marquée par une avancée de la chimie. Jusqu'à 1970, les noyaux des skis étaient faits presque exclusivement de bois. Un certain nombre de fabricants lui substitue alors le polyuréthanne expansé, pour la fabrication d'une partie de leurs modèles. C'est un matériau synthétique obtenu par mélange de produits liquides qui réagissent entre eux en gonflant et en durcissant. Mis en oeuvre dans des moules, il donne des pièces aux dimensions précises et reproductibles et dont on peut ajuster le poids à la demande. Pendant la phase d'expansion le mélange est visqueux et collant. Tout élément placé dans le moule se trouvera solidarisé à la masse de polyuréthanne. Cette propriété permet de mouler des skis complets. On prépare et éventuellement préassemble les éléments structuraux et de revêtement afin de les prédisposer dans le moule de manière à constituer un volume creux dans lequel on introduit le mélange réactif.

25Avec l'introduction du Polyuréthanne c'est le dernier lien avec le passé de menuisier qui est rompu. Les raboteuses et les scies cèdent le pas aux groupes d'injection. Le poids des investissements augmente au bénéfice d'une meilleure maîtrise des caractéristiques des produits.

26L'emploi des semelles en Polyéthylène à très haut poids moléculaire est apparu progressivement, grâce à la compétition. Fabriquées par frittage de poudre de pe de poids moléculaire de 2.000.000 ou plus, tranchage puis oxydation superficielle à la flamme pour rendre le produit collable, elles sont plus résistantes à l’abrasion, plus glissantes et elles facilitent l’obtention d'une bonne géométrie de surface.

27L'usage des nouveaux matériaux apporte de façon imprévue un éclairage révélateur sur les mécanismes de fonctionnement des skis et, par voie de conséquence, enrichit le savoir-faire des concepteurs.

28Déjà, lors du passage de la structure bois monomatériau aux structures multimatériaux, aluminium ou composite fibre de verre et bois, on avait remarqué qu'à raideur en flexion égale le comportement sur neige était différent et certaines caractéristiques mécaniques, comme la raideur en torsion par exemple, étaient également différentes. D'où la possibilité d'établir des corrélations entre l'engin et ses performances sur neige. Le passage des noyaux bois aux noyaux pu permit de confirmer et d'affiner ces corrélations. En outre, on découvrit la notion de contact ski/neige qui fut au départ des travaux sur l’amortissement des vibrations.

29Dans le courant de la deuxième moitié de la décennie, nous parvenions à rassembler de façon cohérente les relations entre les paramètres géométriques et élastiques du ski et leur effet sur son comportement. C'était ce qu'on peut considérer comme la première modélisation du fonctionnement du ski. Elle mettait en oeuvre une notion nouvelle : la distribution de forces à l'interface ski/neige.

30Au début des années soixante-dix, nous avons établi de façon expérimentale un système de repérage de l'emplacement de la chaussure sur le ski qui élimine les déviations dûes à la multiplicité des pointures. Le système traditionnel, issu du ski de fond, consistait à placer l'avant de la chaussure à la mi-longueur du ski, mesurée à la toise. Le poids du skieur était de ce fait appliqué au ski en un point dépendant de la longueur de la semelle de la chaussure, avec des conséquence sensibles sur le comportement du ski puisque celui-ci est modifié pour un écart de 5 mm.

31Notre système est basé sur le fait que le centre de gravité du skieur est en moyenne à l'aplomb de la mi-longueur de son pied d’appui. Il implique des repérages correspondants sur le ski, sur la chaussure et sur le gabarit de montage des fixations. Il fut adopté par l'ensemble de l'industrie dans le cadre des normes internationales. Ces travaux de normalisation, dans lesquels le ski commença à être impliqué vers 1973, sont aussi un signe de l'évolution des mentalités et de la mondialisation du marché.

Période 1980-1987

32Les capacités de production sont dans bien des domaines excédentaires. C’est la situation d'économie de marché. Celui-ci devient de plus en plus exigeant et parfois capricieux. Les entreprises doivent développer leur effort de marketing pour mieux saisir les attentes des consommateurs.

33Le marché du ski qui progressait encore à plus de 20 % par an en moyenne a chuté brutalement en 1978. Le recul sera de 20 % entre 1979 et 1983. La reprise s’effectue à partir de 1985 au taux de 10 puis de 5 % par an.

34L’apparition sur le marché du monoski puis du surf de neige concrétise une tendance nouvelle : l’innovation née hors du milieu industriel.

35L’utilisateur ne s'intéresse plus à la façon dont le ski est construit. Il pense que tous les skis remplissent à peu près les fonctions d'usage. Ce sont "les valeurs d'estime" qui pèsent le plus au moment de l’achat.

36Dans le ski alpin, il se produit moins de remue-ménage que pendant la période 1970-1980 mais des progrès tout aussi importants sans que les utilsateurs n'en mesurent toujours la portée parce que le progrès est devenu normal. Il s'agit des systèmes amortisseurs qui rendent le ski plus stable, plus accrocheur et plus confortable, des usinages de semelle à la meule qui augmentent considérablement la facilité à tourner. Les skis sont aussi plus décorés et parfois modifiés dans leur forme : spatule en matière moulée, champs obliques, etc...

37Les skis Sport haut de gamme n’ont rien à envier aux skis de Compétition en matière de sophistication.

38Les skis de fond gagnent en légèreté avec l'emploi de matériau nid d'abeille pour la réalisation de leur noyau et se diversifient dans la technique du pas de patineur.

39Le Carbon et le Kevlar apportent un plus en légèreté ou en comportement mais ils ont surtout une valeur symbole de la technologie avancée.

40Le Mono et le Surf enrichissent spectaculairement la panoplie des engins de neige et apportent un vent de fraicheur dans le monde des skieurs.

41La technologie évolue par emprunt à l'environnement industriel : automatismes, commandes numériques, mais cela touche surtout les opérations d’usinage avant ou après le moulage.

42Cette phase de fabrication est, pour beaucoup de fabricants, restée presque inchangée depuis 20 ans en ce qui concerne les modèles haut de gamme.

43La question d'un changement éventuel de technologie se pose dans la mesure où il faut être porteur en matière de prix de revient, de qualité et de flexibilité.

44L'évolution des méthodes de conception des skis est illustrée par le First (1980) puis le SM VAS et le FP VAS (1982). Le système amortisseur qui fait l’originalité de ces modèles, résulte d'une démarche qui pour être classique chez les scientifiques, est originale dans le monde du ski : construction d'une hypothèse relative à l'effet des vibrations sur le comportement des skis, établissement d’un modèle mathématique de la structure du ski et de son comportement vibratoire, validation du modèle par des essais en laboratoire, essais instrumentés sur neige pour relier le modèle à la réalité du travail du ski et des sensations de l'essayeur, mise en oeuvre du modèle mathématique pour déterminer l'emplacement et la dimension des éléments amortisseurs, réalisation des protos et essais sur le terrain pour réception du système.

45L'empirisme garde, et c'est bien, une part importante dans la création de nouveaux modèles mais les mathématiques, l'informatique et l'instrumentation préparent sans doute l'avènement d'une nouvelle ère du ski.

Auteur

Directeur Service Recherche de ROSSIGNOL

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search