Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Mutations techniques

Mutations techniques

Le cas du ski

Georges Joubert

Texte intégral

1Thème de cette Université d'Eté : "Le sport en pleine mutation". Objectif plus ou moins avoué : "Comment les clubs, et peut-être plus particulièrement les clubs universitaires et leurs animateurs, peuvent-ils s'adapter à cette mutation, voire y contribuer".

2On m'a demandé de vous parler des aspects techniques de cette mutation à travers le ski, spécialité sportive à laquelle j'ai consacré une grande partie de ma vie. Le choix du ski me semble bon pour évoquer des mutations techniques pour plusieurs raisons.

  • Il s'agit d'un sport jeune, donc d'un sport dans lequel l'évolution a été rapide –et même très rapide– si on la compare à un sport comme l'escrime qui s'est affinée durant des siècles.

  • Des facteurs économiques et politiques, d’ordre nationaux, ont joué un rôle important dans cette évolution et sont à l'origine de véritables mutations.

  • L'évolution technologique, en particulier au niveau de l’engin ski, a considérablement pesé sur l'évolution de la technique des skieurs.

  • Enfin la nature particulière des cadres techniques qui ont pris en main cette évolution a créé des conflits que je ne pourrai manquer d'évoquer.

3Convaincu d'avoir un bon sujet à traiter, il me reste à le bien traiter !...

Mutations techniques : comment définir le terme "technique" ?

4D'après l'Encyclopédie Larousse, cet adjectif s'utilise pour "tout ce qui se rapporte au côté pratique d'une activité, à l'exercice de celle-ci ou au savoir-faire exigé". "Se dit aussi de ce qui est relatif au fonctionnement du matériel d'un appareil, d'une installation". Cette deuxième partie de la définition recouvre plus ou moins l'aspect généralement qualifié de "technologique de l'activité". Je laisserai mon ami et ancien collaborateur, devenu Directeur Technique des Skis Rossignol, Maurice Woerhlé, parler tout à l'heure.

5Pour moi la technique du skieur c'est son "savoir-faire" dans la pratique du ski. Ce n'est pas seulement sa technique gestuelle, c'est aussi sa capacité d'adaptation aux éléments extérieurs qui varient sans cesse : qualité de la neige, pente, nature des reliefs, vitesse, placement des piquets en compétition...

6A la réflexion, j'ajouterai qu'à ce "savoir-faire" il faudrait additionner le "pouvoir-faire", celui-ci étant limité par les capacités physiques du skieur, et également par l'efficacité du matériel dont il dispose, chaussures et ski en particulier.

7Ne disposant que d'un temps limité, je n'analyserai pas dans l'ordre chronologique toutes les mutations techniques qu'a connu le ski, en envisageant chaque fois leurs causes et leurs effets, mais j'essaierai de traiter successivement certains des aspects très particuliers de ces mutations. Je citerai souvent l'intervention des techniciens du GUC non pas par prétention, mais pour montrer qu'un club, et plus particulièrement un club universitaire, peut se trouver bien placé pour jouer un rôle important dans l'évolution des techniques sportives.

Grandes étapes historiques

Les temps anciens

8Dès l'âge de pierre, on pratiqua le ski, et même le ski-joering derrière un renne ainsi qu'en témoignent des gravures découvertes dans des grottes de Sibérie. Le ski demeure un engin de locomotion qui semble avoir été utilisé sur tous les continents mais peut-être plus particulièrement par les Lapons. Ceux-ci inventent vers les années 1500 un système révolutionnaire : un ski assez court, revêtu de peau de bête sert à la propulsion, un autre très long permet de glisser. Dès 1700, 2000 patrouilleurs à ski sont utilisé par l'armée norvégienne. L'utilisation militaire du ski dans les pays nordiques, puis dans les zones montagneuses sera l'un des moteurs de son extension et de son évolution.

9Vers 1850 s'ouvre l'époque "sportive" du ski. Une première course de ski de fond est organisée en Norvège dès 1840. D'autres suivent... Réalisant autant un exploit sportif qu'une expédition scientifique, le Norvégien Nansen traverse le Groenland à ski. Le mouvement se développe parallèlement en Europe Centrale mais il prend il prend une teinte tout à fait sportive. Des clubs de ski se créent en Allemagne méridionale, Suisse, Autriche, France et ce sont souvent les touristes anglais qui furent à l'origine de ce mouvement. De grandes stations thermales servirent de support à ce qui allait devenir des stations de ski. Parallèlement au ski, distraction pour touristes aisés séjournant en station, un ski plus populaire prend déjà naissance et dès 1896 un Ski Club Vosgien est créé à Strasbourg.

10Pour initier les touristes à la pratique du ski, dès 1897, on voit apparaitre un livre qui s'intitule La Technique du Ski, écrit par Zsarsky, un Autrichien qui entend lutter contre l'influence déterminante qu'exerçaient les Norvégiens un peu partout. Il provoqua même l'un d'eux à un combat singulier sur une piste de descente. Zsarsky préconisait l'utilisation d'un long bâton qui jouait un rôle important lors des freinages et des virages, alors que la technique norvégienne avait débouché sur le virage dit Télémark, qui faisait appel à une fente importante en trace serrée. L'époque des balbutiements devait durer jusqu'à la guerre de 1914-1918.

L'époque moderne

11Après la première guerre, le ski va très rapidement se développer dans deux directions. Toujours pour répondre aux besoins des touristes, les inventeurs de "techniques" et de "méthodes", les moniteurs, les organisations touristiques locales, régionales ou nationales vont chercher à attirer, à satisfaire et à s'attacher leur clientèle. Parallèlement, des sportifs convaincus vont s'employer à faire du ski un sport moderne.

Les Écoles de ski "nationales"

12Entre 1920 et 1930, un Autrichien de Saint Anton élabore la première méthode d'enseignement du ski parfaitement cohérente : la Méthode de l’Arlberg. Une succession bien ordonnée de gestes prétend mener le débutant jusqu'aux sommets de la technique : chasse-neige, stem bogen, stem Christiana, Christiana parallèle. Les passionnés de ski de toutes nationalités font leur pélerinage à Saint Anton. Les moniteurs autrichiens portent la voix du maître dans les stations de ski du monde entier.

13Bien que les champions autrichiens de cette époque soient considérés comme les porte-drapeaux de cette technique, la plupart d'entre eux la trouvent très rapidement dépassée. Deux d'entre eux, Tony Ducia et Anton Seelos appelés en France pour entraîner notre équipe nationale apportent un certain nombre d'idées nouvelles et aident les Français à réfléchir sur ce qui pourrait être une nouvelle méthode d'enseignement. La victoire d'Emile Allais aux Championnats du Monde de 1937 et le succès collectif des Français décident notre champion et son capitaine d'équipe, Paul Gignoux, à élaborer une nouvelle méthode d'enseignement et à publier un livre "Ski Français" qui connaîtra un succès mondial.

14Après la pause de la guerre 1940-1945 la Technique française prit le pas sur la Technique autrichienne un peu partout dans le monde. Malheureusement le nombre de moniteurs français qui s'expatria fut infime. La Technique française de l'époque marquait une évolution très nette des skieurs vers un comportement plus doux, plus glissé, skis parallèles et en trace plus serrée. Pour mieux "contrer la Technique autrichienne elle prit néanmoins souvent des aspects excessifs : interdiction de planter le bâton, interdiction d'utiliser des poussées de jambes vers le haut... Ce côté excessif, joint à l'absence d'Emile Allais qui partit en Amérique de 1945 à 1955, fit que le système exceptionnellement cohérent que composait la Méthode française ne fut jamais remis en cause par les responsables de l'enseignement du ski jusqu'en 1956.

15En 1955 Emile Allais rentré d’Amérique, où il avait connu de très grands succès, se déclare stupéfait de voir que les Ecoles du Ski Français travaillent toujours de façon conforme aux directives établies avant la guerre ! Depuis 1951, à l'Université de Grenoble où je fus chargé d'organiser l'enseignement du ski, nous avons été obligés, sous la pression de nos étudiants, de remettre en cause la méthode dite "officielle" d'enseignement. Nous occupant à la fois d'enseigner à des skieurs de tous niveaux et d’entraîner des coureurs de valeur régionale et bientôt nationale, nous avons été obligé d'innover. Profitant d'une longue immobilisation dûe à une fracture de jambe, nous décidions, avec Jean Vuarnet qui n'était pas encore un champion, d'écrire un livre sur la technique du ski. Ce livre, préfacé par Emile Allais, fit l'effet d'une bombe dans les milieux du ski français. Une évolution commença alors à s'amorcer mais malheureusement, les Autrichiens allèrent plus vite.

16En 1957 une nouvelle technique autrichienne voyait le jour et, en quelques années, allait submerger le monde. Mise au point par le Professeur Kruckenhauser, Directeur de l'Ecole nationale de Ski autrichienne, cette technique avait de nombreux points communs avec celle que nous avions proposée en France. Mais elle fut imposée aux Ecoles en Autriche et sa diffusion dans le monde fut faite aux frais de l'Etat Autrichien. Cette technique, excessive elle aussi par souci d'originalité, vieillit assez vite et fut rapidement l'objet de vives critiques. L'évolution qui s'amorça dans les Ecoles de tous les pays conduisit à une certaine unification facile à constater lors des Congrès Internationaux de l'Enseignement du Ski où chaque nation présente sa façon d'enseigner. Vers les années 1970 l'Autriche, une fois encore, entendit innover radicalement en présentant un enseignement basé sur un geste nouveau dont les techniciens du GUC avaient souligné l'intérêt dans le domaine de la compétition : ravalement. J'en avais longuement parlé dans un livre publié en 1966.

L'évolution dans le domaine de la compétition

17C'est vers les années 1920 que le ski prend place parmi les sports codifiés. Des grands clubs se créent un peu partout, dont le Kandahar Ski Club créé par l'Anglais Arnold Lund qui lance les premières grandes compétitions internationales. Des épreuves de descente et de slalom se disputent un peu partout mais ne sont pas encore admises aux côtés des épreuves de fond et de saut lors des premiers Jeux Olympiques d’hiver de Chamonix en 1924. La Fédération Française de Ski est créée à cette époque mais ce sont des clubs généralement nés de sections du Club Alpin Français qui animent principalement le ski de descente en France. Le Ski Club de Paris crée et anime les premiers centres d'enseignement du ski en France à Megève et Chamonix. Ce sont les Autrichiens appelés pour enseigner dans ces centres qui servent de modèles et de locomotives à des jeunes du pays comme Emile Allais, James Couttet.

18J'ai déjà parlé du lancement de la Technique Française. Elle dut son succès à sa cohérence, à la perfection de sa présentation, et bien entendu aux succès de nos champions. Alors qu'aucun d'eux ne dût ses succès à une préparation ayant fait appel à ses principes. Il en fut de même pour la Technique Autrichienne de 1956 dont tous les grands champions autrichiens de l'époque ignorèrent tout.

19Dans toutes les nations qui brillent dans le ski alpin, les mondes de l'enseignement destiné aux touristes et de l’entraînement des coureurs sont presque sans liens. Nous verrons que les Clubs sportifs et les Ecoles de ski se situent généralement dans deux mondes à part. A Grenoble, le Club universitaire eut la chance de faire constamment cohabiter enseignements et entraîneurs (il s'agissait souvent des mêmes personnes), et touristes et coureurs de niveau régional, national et même international depuis 1953. C'est cette situation exceptionnelle qui permit aux techniciens du club de procéder à des expériences systématiques les conduisant à des publications qui furent reprises par les revues spécialisées du monde entier.

20Parler de l'évolution des techniques de compétition à partir de l’après-guerre c'est encore évoquer des évolutions à caractère "national". Rien de très particulier jusqu'en 1952, date à laquelle le Professur Roessner entreprit de créer une grande équipe d'Autriche. Doublant ou triplant les quantités d'entraînement sur ski, imposant une préparation physique complémentaire hors ski, en 1956 et jusqu’en 1958, les Autrichiens dominent le ski alpin. Mais Roessner, jugé trop autoritaire, est rejeté par les coureurs devenus des vedettes. Dans l'ombre une équipe de jeunes Français aux dents longues veut battre "l'Autrichien". Les Jean Vuarnet, Charles Bozon, Adrien Duvillard, Guy Périllat, François Bonlieu, René Collet... travaillent d'arrache-pied et deviennet de vrais techniciens aussi bien en matière de technique gestuelle qu'en ce qui concerne la mise au point des skis, des chaussures, des fartages. En 1959, 1960, 1961, Adrien Duvillard, Jean Vuamet, Guy Périllat s'imposent au plan mondial. Ces champions "self made man" ont coopté comme directeur d'équipe Honoré Bonnet qui sera un coach remarquable. A partir de cette plate-forme une nouvelle génération de jeunes champions va s'élever vers les sommets : les soeurs Goitschell, Annie Famose, Florence Steurer, Georges Mauduit, Jean-Claude Killy et beaucoup d'autres. A cette époque, nos jeunes champions semblent baigner dans un "climat" technique tel que lorsqu'ils arrivent à maturité ils deviennet tout naturellement des champions. Alors qu'à l'époque actuelle on assiste en France à un phénomène inverse.

21Cette hypothèse d'une certaine "ambiance technique" régnant dans les milieux compétition d'une nation, qui serait favorable ou non à l'éclosion de talents, ne se base pas exclusivement sur l'observation des Français.

22Lorsqu'en 1958, Jean Vuarnet fut appelé à prendre en main l'équipe nationale d'Italie qui accumulait les échecs, il imposa comme modèle un jeune champion à la technique révolutionnaire, Gustavo Thoeni. Il renversa la situation d'une manière telle que même après son départ on vit surgir en Italie un nombre étonnant de jeunes champions. L’Italie prit la succession de la France en tête du ski mondial masculin. Même phénomène en Suisse où, à partir des années 1976, on vit surgir toute une séries de géantistes de talent. Je dois aussi citer l’Autriche, où jusqu'à ces dernières années, les grands descendeurs semblaient se former spontanément. La Yougaslavie également, ou des slalomeurs de valeur internationale surgissent chaque année. En marge de ces observations qui mettent en cause des individus fortement influencés par des structures nationales, on a vu durant ces quinze dernières années des individualités faire aussi bien sinon mieux. Les deux exemples les plus frappants sont le Suédois Ingemar Stenmark et l'Austro-Luxembourgeois Marc Girardelli. A travers ces deux exemples on peut se demander si, demain, la formule la plus efficace pour former un champion ne sera pas de constituer une doublette "1 coureur-1 entraîneur" plutôt qu'un collectif "plusieurs coureurs-un ou plusieurs entraîneurs". Mais ce que je peux affirmer pour l'un et l'autre des deux exemples cités, c'est que le rôle joué par le ou les techniciens accouplés au champion furent déterminants.

La technique gestuelle, ses différentes conceptions

23Dans les milieux du sport en général, et plus particulièrement du ski, on croit ou on ne croit pas, à l'importance de ce que l'on appelle "la technique". Suivant qu'on croit ou qu'on ne croit pas, on donne à ce mot un sens plus ou moins restrictif. Dans l'esprit de ses détracteurs, la technique du ski c’est un geste, ou une série de gestes, bien définis et stéréotypés qui risquent d'enfermer le coureur dans un comportement plus ou moins figé. Alors que si on laisse le coureur parfaitement libre du choix de ses gestes, il s'adaptera au mieux à toutes les situations qui se présentent à lui. Cette conception du mot "technique" est absurde mais elle est historiquement dûe aux créateurs des techniques et des méthodes d'enseignement qui firent le succès des Ecoles de ski.

L'opposition entre une technique descriptive et une technique faisant appel aux sensations

24Je citerai deux exemples. Le premier est pris dans le ski. Pour présenter le freinage par demi chasse-neige, tu te poses sur la carre et tu rentres le genou. La forme du geste pourra être respectée sans qu'il y ait freinage. Par contre, si on lui dit : tu ouvres le ski en chasse-neige et tu te freines en pesant sur le talon, l'élève freinera, sans même savoir qu'il aura obligatoirement "rentré" le genou. La technique est alors devenue le moyen d'obtenir un résultat. Autre exemple, en natation. Pendu à une potence, un élève du début du siècle apprenait les gestes de la brasse : un, deux... trois, quatre... Après dix séances il savait nager mais il faisait du surplace et s'asphixiait si une goutte d'eau touchait ses narines. Aujourd'hui il apprend à glisser sur l'eau, à sentir l'appui de l'eau sur ses mains et en 10 séances il sait nager et il est devenu aquatique.

25En natation, après avoir vu cohabiter Maitres nageurs et Educateurs sportifs de la Fédération de natation, on a rapidement vu l’enseignement s'orienter dans la bonne direction. Malheureusement il n’en est pas de même dans le ski. Et y compris dans les milieux de l'entraînement où l'on cherche plus à copier un geste nouveau dans sa forme extérieure que dans ce qui fait sa véritable efficacité. Je citerai à titre d'exemple le geste dit "projection latérale" en entrée de virage. Un geste parfaitement copié dans sa forme sera totalement inefficace s'il ne part pas d'un accrochage maximum du ski d’appui sur la neige, et si le rythme de la poussée n'a pas le caractère "explosif" qu’il doit avoir.

26Mais il est plus difficile de voir l'intérêt réel d'un geste de champion que sa simple forme extérieure. Plus difficile encore de percevoir si le geste copié réalisé par un élève lui apporte réellement, ou peut lui apporter plus tard, une efficacité accrue. Cette conception de la technique gestuelle implique une large culture à faire d’abord acquérir à celui qui veut devenir un véritable éducateur. Or de multiples impératifs pratiques interdisent souvent cette entreprise ; en France peut-être encore plus qu’ailleurs...

Progressions techniques proposées et véritables processus d'apprentissage

27On apprend à skier sans moniteurs, sans conseils, uniquement en accumulant les kilomètres et les virages. On apprend même parfois plus vite de cette façon car les pauses obligatoires subies dans les cours de ski sont souvent du temps perdu. Autre remarque : l’analyse minutieuse de ce que font les élèves placés l'un derrière l’autre, et derrière un moniteur qui fait travailler un mécanisme de virage, montre que presque tous les élèves, sinon tous, réussissent à tourner en utilisant des mécanismes élémentaires variés très souvent sans lien avec celui "proposé" par le moniteur. L'idée d’intervenir sur un ou plusieurs élèves dans le simple but d'accélérer des processus naturels d'apprentissage ne s'est imposée que très lentement dans les milieux de l'enseignement du ski.

28L'idée que le problème numéro un posé à l'apprenti skieur est d’assurer le maintien de son équilibre n'est encore que moyennement admise. Alors qu’en fait, les quelques mécanismes moteurs à acquérir pour freiner, tourner, godiller, sont bien peu de choses par rapport aux milliers de mécanismes réflexes qui permettent au skieur de s'équilibrer malgré les changements de pentes, de neiges, de rayons des virages, malgré les freinages et les accélérations constantes. On a même vu des méthodes d’enseignement tout faire pour compromettre l'acquisition des mécanismes d'équilibration trace serrée, solidarisation du travail des deux jambes, grands gestes des bras...

Le concept de gestes ou de comportements modèles

29Faut-il obligatoirement avoir des modèles en matière technique ? Et comment doivent-ils être choisis ?

30Toute formation d'un skieur doit viser un but. Ce but peut être la réalisation de gestes semblables à ceux qu'exécutent un modèle : ce peut être ceux du moniteur ou ceux du Maître qui a inventé la technique, ou ceux d'un champion ou d'un groupe de champions. Mais le but visé peut être avant tout une augmentation de l'efficacité, et dans ce cas le modèle à copier est encore davantage le champion. Etant entendu que ce dernier n'est pas seulement le meilleur sur les parcours chronométrés : son aisance lui procure une nette supériorité en toutes neiges et tous terrains.

31La très grande similitude des comportements des plus grands champions d'une époque apporte une base assez stable aux techniciens qui entendent orienter la formation des skieurs –et surtout des jeunes skieurs– en fonction de ces modèles. Mais l'évolution au fil des années, de ces techniciens de pointe pose deux problèmes. Sans cesse les méthodes d'enseignement et d'entraînement doivent évoluer. Une stagnation de quatre ou cinq années peut conduire à des révisions qu'admettent difficilement moniteurs et élèves. La tentation d'attendre devient alors très grande. L'"ambiance technique" dans laquelle les jeunes coureurs découvrent alors le ski devient mauvaise et leur avenir sportif peut se trouver compromis. Second problème posé par l'évolution des modèles techniques : comment former un jeune skieur de talent à une époque X alors qu'il aura son rendement maximal à une époque Y, alors que la technique de pointe aura évolué ? C'est là que doit intervenir le talent de l'entraîneur de très haut niveau qui, au vu des modèles du moment, doit pressentir ce que seront les modèles de demain. Je crois qu'en trois circonstances au moins les techniciens du GUC ont réussi une anticipation de ce type : avec Jean Vuarnet et les techniques de glisse qui devaient conduire à sa victoire Olympique de 1960, avec Patrick Russel vers les années 1966-68 –il remporta la Coupe du Monde Slalom 1968 et Slalom Géant 1969 avec une technique de pointe absolument révolutionnaire à l'époque– et avec Perrine Pelen dans les années 1974-1977. Elle fut l’une des premières slalomeuses mondiales de 1978 à 1985 et sa technique fut reconnue d'avant-garde.

L'entraînement sportif est une science expérimentale

32Le technicien innovateur qui a observé un comportement nouveau chez un champion talentueux accumule les observations directes et indirectes : films, photos, temps partiels sur telles ou telles fractions de parcours... A partir de ces observations il donne une interprétation claire de ce comportement. Il doit alors rechercher si ce comportement nouveau peut apporter quelque chose à d’autres champions. Avec leur collaboration active, il va travailler des dizaines ou des centaines d'heures sur le terrain. Pour réussir il doit faire preuve d’un véritable talent pédagogique car l’instruction d'un nouvel élément technique dans le puzzle que constitue la masse des savoir-faire d'un coureur n'est pas chose facile. Des milliers d'observations faites durant cette étape expérimentale surgissent d'autres hypothèses. Ce comportement nouveau n'est peut-être pas unitaire ? Peut-être ne peut-il s'acquérir que par étapes ? Peut-être est-il incompatible avec tel autre élément de technique qu'il convient d'éliminer ? Tel type de terrain, ou tel type de tracé, ou telle forme de travail est peut-être plus propice à l'acquisition de ce comportement nouveau ? Les difficultés s'accumulent, même dans l'appréciation des résultats. Certaines acquisitions techniques ne s’avèrent "payantes" qu'après deux années de travail même si, apparemment, l'acquisition semble s'être faite en quelques mois.

33Je viens d'analyser le cas du technicien innovateur mais tout entraîneur qui veut influencer le comportement technique d'un de ses coureurs se trouve confronté à des problèmes presque semblables. Or que fait-on pour préparer les futurs entraîneurs à ce type de travail ?

Les théories pédagogiques

34Certains pensent qu’il existe une véritable science pédagogique. Ceux qui auraient cette science auraient moins besoin de connaissances touchant à la matière enseignée. Si l’on fait entrer dans cette science le sens psychologique qui fait la qualité de la relation enseignant-enseigné, l’esprit d’organisation, la rigueur... Je suis en partie d'accord, mais en partie seulement. La connaissance approfondie de la matière enseignée, la multiplication des expériences tentées, sont absolument indispensables à l'efficacité de l'enseignant sportif.

35Diverses formes d'espériences pédagogiques systématiques que j'ai vu mettre en oeuvre sur le terrain : pédagogie de situation, pédagogie d'objectif, pédagogie non directive... m’ont confirmé dans l’idée que les résultats obtenus dépendent toujours plus des connaissances techniques de ski de l’enseignant que de ses connaissances en matière de technique pédagogique.

36Or je constate qu'en France et dans la plupart des pays où, depuis 15 ou 20 ans, on cherche à améliorer l'efficacité des enseignants et des entraîneurs de ski, on diversifie de plus en plus leur formation en direction des sciences humaines et biologiques sans approfondir suffisamment leur formation technique. Les formateurs de cadres actuellement utilisés se trouvent ainsi en état de carence dans ce domaine et la situation ne peut qu'aller en s'aggravant...

Notre théorie dite des éléments techniques

37Longuement exposée dans mon avant dernier livre Le ski... un art, une technique, cette théorie s'applique au ski. Peut-être aussi à d'autres sports mais seuls des techniciens très compétents dans d'autres spécialités et acceptant une très longue expérimentation pourraient l'affirmer. D'après cette théorie, ce qu'on peut appeler globalement la technique d'un skieur serait un puzzle d'éléments unitaires que j'ai arbitrairement appelé éléments techniques mais que j'aurai pu appeler "éléments d'acquisition" ou "unités de comportement" ou autrement... De quoi s’agit-il ? Je vais essayer d’éclairer cette notion de façon concrète. Etudions d’abord la technique d'un skieur en action : il utilise un certain nombre d'armes techniques mais il ne les utilise pas toutes, même dans des circonstances précises où il aurait intérêt à les utiliser. Disons qu'il a des "manques". Exemple : il a de mauvaises prises d'appui dynamiques au sol, et plus précisément il ne possède pas le rythme qui caractérise des prise d'appui efficaces. Il est handicapé dans des slaloms à cadence rapide, lors de l'exécution de godilles accélérées sur pentes faibles ou moyennes ou lors de godilles freinages. Inculquons à ce skieur le bon rythme de la prise d'appui-rebond en utilisant des gestes qu'il maîtrise bien et des terrains ou des tracés bien adaptés : dès qu’il découvre ce rythme il l'intègre dans d'autres gestes chaque fois qu'il peut en tirer profit. Le "manque", qui est un véritable trou dans le puzzle que constitue sa technique vient d'être supprimé. Autre façon d'envisager notre théorie : apprendre à l'élève, non pas une succession de gestes, mais lui faire acquérir succesivement, et un par un, une somme d'éléments techniques. Cela est réalisable en n'utilisant que quelques gestes, ceux qui s'exécutent le plus couramment sur la piste, mais en introduisant successivement dans ces gestes les éléments techniques qui en feront peu à peu les gestes les plus efficaces. Cette théorie a des limites car le concept d'un élément qui serait unitaire et indivisible s'avère quelquefois difficile à mettre en pratique. En fait, le pédagogue peut utiliser cette théorie de façon très pointue s'il veut former un skieur complet, c'est-à-dire presque parfait, mais il peut aussi considérer que l'acquisition de quelques groupements d'éléments techniques présentant entre eux une bonne cohérence pourra donner rapidement à son élève un savoir-faire qui lui suffira. Pour reprendre mon exemple précédent, on peut considérer qu'une prise d'appui dynamique contre le sol, qui peut être décomposée en plusieurs éléments unitaires (poussée verticale, latérale, en pivotement, déplacement de l'appui avant-arrière, rythme de travail musculaire...) constitue en fait globalement un élément technique qui apportera quelque chose à l'élève même si certaines de ses composantes ne sont pas assimilées. Revenant à l’image du puzzle, je dirai que suivant le niveau d’approfondissement du travail technique qu'on se propose, on considèrera le puzzle comme composé de 10 pièces imbriquées les unes dans les autres, ou comme un puzzle de 100 pièces... Cette notion d'éléments techniques est aujourd'hui reprise en France –mais de façon assez élémentaire– dans le Mémento des Moniteurs de ski. Un diagramme montre l’intervention de 6 éléments techniques dans la réalisation de quatre virages-types proposés aux élèves.

38J'aimerais que des techniciens d'autres spécialités sportives essaient de mettre en application cette théorie longuement exposée dans mon avant dernier livre Le ski... un art, une technique, et me fassent part de leurs remarques.

39Je crois que de telles expériences, y compris dans le ski, peuvent être plus facilement poursuivies dans les clubs que dans tout autre milieu sportif. Nous allons voir que ce point de vue, en France tout particulièrement, ne semble pas être celui de l'autorité de tutelle, c'est à dire de l'Etat.

Les enseignants et techniciens du ski. Les écoles

Avant la seconde guerre mondiale

40On trouve alors trois types d'enseignants et de techniciens. D'abord ceux qui voient un profit à tirer de l'initiation au ski de touristes aisés qui viennent en montagne. Parmi ces touristes, et aussi parfois parmi les techniciens-commerçants déjà cités, se trouvent des passionnés qui décident de se consacrer à des recherches concernant la technique du ski et de son enseignement. Les livres de technique ski sont rédigés un peu partout dès la fin du siècle dernier. Troisième catégorie de techniciens-enseignants : les militaires qui voient dans le ski un mode de déplacement irremplaçable sur les terrains enneigés, tout particulièrelment en régions montagneuses difficiles.

41J'ai fait un historique rapide de la création des Ecoles. En France on vit se développer parallèlement des écoles de club et des écoles pour militaires. Les clubs s’étant regroupés en une Fédération nationale, celle-ci créa avant la guerre une première Ecole Nationale. Celle-ci s'appuyant sur notre équipe nationale élabora une technique et une méthode nationale d'enseignement dont la réputation devînt rapidement mondiale. La Fédération française de ski, dès cette époque, forma des moniteurs de ski dits "nationaux". Ce fut la grande époque du Ski français. L'Etat prit alors l’affaire en main.

Dès l'après-guerre l'État prend les chose en main

42Un vaste plan de développement des sports d'hiver fut élaboré en France dès la Libération (avec l'aide du Plan Monnet qui profitait du Plan Marshall par lequel les USA aidaient la France dans sa reconstruction). Avec le souci d'assurer aux touristes séjournant dans les stations françaises un enseignement du ski de qualité, quelques parlementaires de la montagne firent voter, en 1948, une loi relative à l'enseignement du ski. "Nul ne peut enseigner le ski contre rétribution s’il n'est titulaire d'un brevet de Moniteur de ski". Cette loi était révolutionnaire car quiconque en France pouvait enseigner n'importe quoi sans restriction... Et cette liberté demeure presque inchangée, dans le domaine de l'enseignement, sauf pour l'enseignement sportif depuis 1963.

43Les aspects positifs de cette loi étaient indiscutables : garantie de qualité pour les touristes, obligation pour l'Etat de veiller à la formation de ces cadres... Mais les effets négatifs ne tardèrent pas à apparaître. Les moniteurs diplômés fondèrent aussitôt un Syndicat très corporatiste qui organisa la chasse aux enseignants de club non diplômés, bien que parfois beaucoup plus efficaces que les diplômés pour former de jeunes champions...

44Une loi plus astucieuse mise en place en Autriche avait préservé les clubs de certaines obligations et un corps d'entraîneurs mi-amateurs, mi-professionnels continua à vivre en marge des écoles pour touristes. En France comme dans la plupart des autres pays, l'impératif "satisfaire les clients des écoles” prit rapidement le pas sur l'impératif "délivrer le meilleur enseignement sportif". Et l’on vit en France l'Etat-providence accepter de dépenser des sommes considérables pour former de bons moniteurs, alors que dans le milieu du ski de compétition, tout le monde s'accordait à trouver la formation des entraîneurs très insuffisante ! Même pour la corporation des moniteurs cette étatisation de l'enseignement du ski eut des effets négatifs. L'Etat défendait la profession, mais exigea en contrepartie de réglementer le prix des leçons de ski. Le moniteur de ski de qualité a, en général, une situation financièrement inférieure à celle du moniteur de tennis ou de golf. Cette réglementation des tarifs, jointe à une réglementation intérieure des écoles très démagogique, a certainement joué un rôle important en nivelant plus ou moins les gains des moniteurs, donc en incitant les meilleurs à s'orienter vers d'autre activités. On assista peu à peu à la disparition des cadres qui, au début, composèrent une élite qui fit la réputation initiale du ski français.

La domination exercée par le Syndicat des Moniteurs de ski (SNMSF)

45Regroupant, dès sa création, la plupart des moniteurs de ski, ce Syndicat remarquablement organisé fit preuve d'une efficacité étonnante. Sa réussite n°1 fut la création dans toutes les stations d'une école dite du "Ski français" –appellation commeciale dont la structure juridique est à la fois celle d'une cellule locale du Syndicat, et d'une Société civile professionnelle de fait regroupant des travailleurs indépendants. Durant 20 ans, les moniteurs diplômés se crurent presque tous obligés de travailler dans ces écoles. Encore aujourd'hui les moniteurs dits "indépendants" ou regroupés dans des écoles concurrentes, connaissent de grandes difficultés pour survivre dans certaines stations.

46La toute puissance de ce Syndicat, basée sur son excellente organisation et sur sa force électorale dans les régions de montagne, freina considérablement l'évolution technique dans le domaine du ski. D'abord en supprimant le facteur concurrence entre écoles. Ensuite en faisant pression sur l'Etat pour que le recrutement privilégie les gens de la montagne ; en demandant que le niveau de culture générale imposé aux candidats ne soit pas celui exigé dans d'autres sports ; en freinant au niveau de la formation des moniteurs l’intervention de spécialistes sportifs, y compris des skieurs formés hors du milieu ski, à l'Université de Grenoble par exemple... Enfin, en retardant la création de nouveaux brevets d'Etat d'entraîneurs de ski de compétition, brevets jugés dès 1972 indispensables par la fédération française de Ski qui avait constaté que la formation des moniteurs ne les armait pas du tout pour prendre en main la formation et le perfectionnement des coureurs. Des brevets d'Etat 1er et 2ème degré d'entraîneurs furent alors créés mais, toujours sous la pression du SNMSF, un nouveau brevet qui vise à 90 % l'enseignement et 10 % l'entraînement vient de provoquer la suppression du brevet d'entraîneur 1er degré...

Le problème posé par la formation accélérée d'enseignants du ski

47Le ski est un sport dont la technique et la pédagogie sont extrêmement complexes. Comment former en quelques semaines des enseignants ski, en partant de sujets dont le niveau de culture est celui de candidats à un quelconque CAP ? La réponse s'impose : il faut simplifier. Et l'on débouche sur l’élaboration d'une espèce de bréviaire à faire apprendre presque mot pour mot et qu'on appelle un "Mémento" pour enseignants. Mais il ne s'agit pas d'un aide-mémoire résumant une étude approfondie qui pourrait contribuer à donner au moniteur une véritable culture dans sa spécialité. Il s'agit d'un document qui se suffit à lui-même et que le moniteur considère comme la base de tout savoir en matière de ski. Ce mémento devenant un bréviaire, il est extrêmement difficile de le faire évoluer. Et s'il évolue trop il risque de se décrocher de l'enseignement donné sur le terrain par la masse des moniteurs antérieurement formés, ce qui remettrait en cause cette fameuse unité d'enseignement nationale dont se glorifie chaque nation alpine, peu soucieuse de ce qui se fait hors de ses frontières.

48La seule solution à apporter à ce problème est l'élévation des niveaux d'accès et des niveaux de formation à imposer pour l'obtention de titres d'enseignants diplômés d'Etat. Mais alors interviennent des problèmes socio-politiques.

Les antagonismes Professeurs d'EPS/Moniteurs de ski et Scientifiques/Hommes de terrain

49Ces deux antagonismes ont constitué un frein considérable à l'évolution des techniques du ski et de leur enseignement. Ne produisant pas d'élite en son sein, le corps des moniteurs de ski a toujours voulu éviter l'arrivée possible d'une élite venue d'ailleurs. Le Professeur d'EPS, même moniteur de ski diplômé, est considéré avec suspiscion. S'il se contente de travailler dans les écoles de ski pour gagner un peu d'argent durant les vacances, on le tolère. S'il veut prendre des responsabilités, on le barre. Reste aux Professeurs d'EPS une possibilité d'intervention par le canal des clubs. C'est ce que j'ai pu faire avec quelques succès de 1955 à 1960 en devenant le porte-drapeau de la FFS en la matière. Mais la coalition des représentants de l'Etat et de ceux du SNMSF contre ceux de la FFS dans les organismes paritaires nationaux tripartites détenant le pouvoir a considérablement réduit l'effet de mes interventions. Quant à celles des hommes de science dans la recheche d’une amélioration des techniques et de leurs méthodes d'enseignement, ainsi que dans l'amélioration de la formation des entraîneurs, on peut dire qu'elles ont été très réduites...

50Aujourd'hui, la médiocrité des cadres techniques du ski français dans le domaine de la compétition a obligé les dirigeants fédéraux à faire appel à un certain nombre de techniciens étrangers pour encadrer les équipes de France. Plus récemment le ministère Jeunesse et Sport à la recherche d'un possible Directeur Technique National Ski a dû abandonner l'espoir de trouver un homme de terrain déjà formé. Un homme jeune et dynamique formé dans une grande école de commerce, médaille d'argent aux Universiades alors qu'il était au GUC, s'est vu investi de la mission de rebâtir le ski français, si possible avant une échéance malheureusement trop rapprochée, 1992... et les J.O. d'Albertville. Un échec des skieurs français lors de ces épreuves pourrait revêtir un aspect de catastrophe nationale.

Mutations techniques et évolution des capacités physiques

51Ce type de mutations techniques s'observe surtout dans le ski de compétition et plus particulièrement dans la compétition de haut niveau. Mais nous l'avons vu, les techniques enseignées à la base s'inspirent de celles des champions.

52Jusque vers les années 1950 les gestes des champions de ski faisaient appel à un type de force physique assez proche de celui qu'exigeait la pratique de l'alpinisme ou même plus simplement celui de la plupart des activités pratiquées en montagne. Le travail physique requis était de type semi-statique et exigeait surtout rusticité et robustesse. Le premier grand champion type "athlète des stades” fut le Norvégien Stein Eriksen qui, dès les années 1952, fit dire aux journalistes "l'ère des champions athlètes est arrivée". En 1954, flagrant démenti : un jeune Français, à peine pubère et très peu musclé, se classe, à 17 ans, 2ème aux Championnats du Monde de géant à quelques fractions de secondes de Erikssen. Mais François Bonlieu se glissait comme un chat entre les piquets, prouvant que l'adresse et la technique pouvaient remplacer la puissance. Ce fut alors l'époque de la godille et des slalomeurs virtuoses. Ce qui n'empêcha pas un second super-athlète, l'Autrichien Tony Sailer, de devenir triple Champion Olympique en 1956. Sailer fut le premier coureur qui prouva que la puissance musculaire pouvait être l'atout décisif permettant un contact plus fin, moins brutal avec la neige. C'est en associant puissance musculaire et précision dans le travail technique au niveau des pieds et des jambes que Jean Vuarnet fit faire des progrès décisifs aux techniques dites de "glisse". Parallèlement l’augmentation de la durée des entraînements sur skis et leur mise en oeuvre précoce chez les jeunes amenait une augmentation considérable de la force musculaire plus ou moins statique des muscles des jambes dont la fonction est d’assurer la solidité de la morsure des carres des skis sur la neige. Guy Périllat inventa dès 1955 la conduite dite "coupée" –c'est à dire non dérapée– des skis dans les virages. Dès cette époque, les skieurs cultivèrent inconsciemment deux qualités musculaires qu'on aurait pu croire contradictoires : force statique des jambes pour pouvoir tenir sur la carre, force dynamique pour rebondir sur les pistes gelées comme des balles de caoutchouc. De 1966 à 1968 Jean-Claude Killy intégra à la perfection tout ce qui avait été acquis dans le domaine des capacités physiques et de la technique gestuelle. Depuis cette date, il y eut des évolutions radicales de la technique gestuelle mais seulement une évolution continue dans l'amélioration des qualités physiques déjà évoquées. D'une part, force dans les morsures des carres, élasticité dans les rebonds, puissance dans les projections en entrée de virage, vitesse lors des enchaînements de gestes accélérés imposés par le terrain ou les tracés. D'autre part, finesse sans cesse accrue au contact ski-neige pour apporter plus de précision aux trajectoires et supprimer un maximum de frottements. On assiste en continu à une inter-action technique gestuelle-amélioration de certaines qualités physiques, puis à partir de certaines qualités physiques considérablement accrues, évolution de la technique gestuelle. Avec l'évolution technique des équipements, cette évolution des capacités physiques des champions de ski semble être l'un des principaux moteurs de l'évolution technique du ski alpin durant les 10 dernières années.

53Un phénomène semblable, quoique moins évident, peut être observé dans le domaine de la technique des skieurs amateurs. Dans l’ensemble les qualités physiques de ces skieurs s'améliorent. La durée de leur passage dans les rangs des débutants et des skieurs moyens s'abrège, en partie d'ailleurs en raison de l’amélioration de leurs terrains d’exercice. Pistes mieux damées et équipements plus sophistiqués leur permettent d'accéder à une technique de plus en plus proche de celle des champions. Pour garder longtemps leurs clients, les Ecoles doivent inventer toutes sortes de formules, y compris des stages de travail en continu type stage de compétition, ou stages toutes neiges, tous terrains. Ou encore dévier du ski alpin vers d'autres sports de glisse sur neige : le monoski ou le surf. Les skieurs moyens ou bons ne prennent plus alors pour modèle les champions, mais de jeunes équilibristes prodiges qui inventent des sports nouveaux, peut-être plus grisants mais, il faut bien le reconnaître, plus difficiles d'accès.

L'évolution des techniques vues par les Champions

54La plupart des journalistes et, chose beaucoup plus grave, beaucoup de dirigeants fédéraux et de fonctionnaires du Ministère de la jeunesse et des sports, lorsqu'ils veulent s'informer au sujet de technique sportive s'adressent directement aux champions. Or ceux-ci possèdent la technique mais sont quatre vingt dix neuf fois sur cent dans l'impossiblité de l'expliciter et souvent même dans l'incapacité de se rendre compte si elle joue un rôle déterminant dans leur réussite. Lorsqu'ils perçoivent certains des éléments de leur technique c'est fréquemment parce que le fait de les avoir acquis tardivement a amélioré leur rendement. Mais ils peuvent n'avoir aucunement conscience de certains autres éléments techniques qu'ils ont acquis dès leur jeune âge et qui, en fait, sont les causes profondes de leur efficacité. Pour les plus grands champions, surtout pour ceux parvenus au premier plan grâce à des dons exceptionnels, la technique n'est pas un problème. Beaucoup pensent que ceux qui perdent leur temps à l'approfondir font un travail inutile, voire nuisible. Les dirigeants fédéraux, souvent jaloux de la compétence de leurs cadres techniques sont parfois tentés d'adopter le point de vue de leurs champions.

55Dans les milieux du ski de compétition de haut-niveau en France, jusqu'à ces dernières années, les entraîneurs ne pouvaient apporter une aide technique à leurs coureurs qu'en faisant preuve d'une très grande prudence, et en asseyant leur autorité sur les mille services matériels qu’ils pouvaient leur rendre. Ce type d'intervention technique, consistant en légères "retouches", peut avoir une certaine efficacité pratique mais ne saurait prétendre à amener le coureur à consentir l'effort qu'exige souvent une remise en cause technique sérieuse. Ce comportement, valable s'il ne s'agit que de suivre une lente évolution technique, est parfaitement inefficace lorsqu’il faut créer dans une équipe une véritable mutation technique.

56Pour améliorer ce type de relation entraîneur-entraîné, il conviendrait tout d'abord de donner aux entraîneurs une culture technique initiale approfondie et d'exiger d'eux ensuite un travail sur le terrain méthodique et prolongé, effectué en club. Leur rendement pourrait être facilement jugé au travers des résultats obtenus.

57Ensuite une sélection rigoureuse basée sur la compétence et les qualités humaines des candidats entraîneurs nationaux pourrait permettre de placer auprès des jeunes champions des hommes capables de les aider efficacement, y compris dans le domaine technique. Mais le choix de collaborateurs talentueux exige, de la part des responsables en place, une confiance en eux dont ils ont rarement fait preuve jusqu'à ce jour. J'ai été confronté à ces problèmes entre 1972 et 1974, alors que nous avions accepté, avec mon ami Jean Vuarnet, de prendre en main le ski de compétition français. Les champions de l'époque avaient successivement "démissionné", les deux directeurs d'équipes hommes qui avaient succédé à Honoré Bonnet après 1968. La baisse des résultats collectifs obtenus en compétition depuis cette date et l'impossibilité de gouverner l'équipe nationale avaient amené la totalité des responsables régionaux de la FFS à solliciter notre intervention. Celle-ci se fit dans les domaines de la technique et de la remise en ordre des relations coureurs-entraîneurs-dirigeants. Notre travail technique fut pleinement satisfaisant mais notre remise en cause de certains privilèges acquis par quelques champions de tout premier plan et quelques dirigeants en place eut des conséquences désastreuses. J'évoque les réactions d'une bonne moitié de journalistes ski qui prirent le parti des champions, mais surtout celles de la majorité des dirigeants fédéraux qui firent tout pour mettre fin prématurément à notre expérience. Certaines des mesures réglementaires que nous avions fait prendre continuèrent à porter leurs fruits mais l'idée d'une intervention technique plus importante des entraîneurs sur les coureurs fut abandonnée jusqu'à ces dernières années. Les cadres aujourd'hui en place n'ont pas encore réussi à convaincre leurs coureurs qu'ils doivent effectuer un travail technique énorme pour rejoindre les leaders du moment. Ce travail technique n'empêchant pas une préparation physique maximale. Bien qu'à mon avis les quantités et l'intensité maximale des entraînements sur ski que devraient s'imposer aujourd'hui les skieurs de niveau international pourraient en grande partie se substituer à des séances d'entraînement physique qui ne peuvent avoir une spécificité suffisante. Là encore il s'agit de technique, mais cette fois ci de technique d'entraînement. Il est d'ailleurs curieux de constater qu’aujourd'hui dans les trois domaines essentiels qui sont la recherche de la technique gestuelle la plus efficace, le développement maximal de capacités physiques très spécifiques et la mise en condition psychologique la meilleure, on trouve de plus en plus de points communs. Dans certains sports de pointe une bonne programmation de l'entraînement d'un athlète le fait progresser simultanément dans les trois domaines cités.

58Le niveau de complexité extrême atteint par les techniques d'entraînement fait qu'il est utopique de croire que dans les sports les plus évolués l'athlète puisse être le "self made man" qu'il était encore fréquemment il y a 20 ans. Mais il faut néanmoins en faire le partenaire actif de tous ceux qui travaillent pour lui. Et il faut que le niveau d'intelligence et de compétence de ceux qui l'aident à progresser lui apparaissent comme incontestable.

59Dans les clubs se sentant la vocation de former de jeunes champions, on trouve assez fréquemment des cadres bénévoles de très haute qualité. Mais souvent leur intervention sur les jeunes athlètes, et l'influence qu'ils arrivent à exercer sur eux, est mal perçue par les cadres professionnels qui prennent leur relais lorsque l'athlète accède à un niveau supérieur, régional ou national. Dans le ski la barrière entre certains entraîneurs amateurs que je qualifierai d"'éclairés" et professionnels –parfois bons, parfois médiocres– est absolument infranchissable. Aucune réunion ou colloque ouvert où l’on parlerait de technique n’a été organisé depuis 30 ans !

60Même entre entraîneurs régionaux et nationaux les échanges se font mal. D'où des divergences de vocabulaire, voire même de conceptions techniques, qui n'échappent pas aux coureurs. Dès lors comment s'étonner du peu de confiance qu'accordent beaucoup de champions à leurs entraîneurs et du peu de crédit qu'ils accordent à des conseils techniques dont ils ne perçoivent pas la cohérence.

61J'ai l'air d'être excessif alors qu’en fait je me tiens très en dessous des réalités. Je sais que dans beaucoup d'autres sports les problèmes que je soulève sont beaucoup moins criants. Mais il se pourrait que l’évocation des situations extrêmes rencontrées dans le ski aide à percevoir la naissance de situations du même type dans des sports n'ayant pas encore subi les contraintes socio-économiques qui s'exercent sur le ski...

Mutations technologiques et mutations techniques

62L'évolution continue de l'équipement du skieur qui, vue avec un peu de recul, donne l'image de véritables mutations, a joué un rôle considérable dans l'évolution des techniques gestuelles.

63Les skis. Souples à l'avant, avec de longues spatules pour les faire émerger des neiges non damées, donc avec des arrières assez durs pour assurer une "portance" suffisante, les premiers skis condamnaient les pratiquants à adopter des positions dites de "recul", en appui dominant sur les talons.

64Le damage des pistes, produit initialement par l'augmentation du nombre des skieurs, fit progressivement apparaître l'intérêt du dérapage et la nécessité d'un ski plus équilibré entre l'avant et l'arrière. Le "Allais 41", ski français né à cette date, fut l'un des modèles les plus typiques de ce changement de conception. Mais les skis bois de cette époque et des quinze ou vingt années qui suivirent possédaient en eux-même leurs limites. Trop souples en torsion, même lorsqu'on les réalisait très rigides en flexion, ils interdisaient un travail efficace des carres... Leur glissement réduit-semelles en bois puis en plastique cellulosique-malgré l'utilisation de carres cachées qui apportèrent beaucoup, n'incitaient pas à une recherche intensive de la glisse.

65L'apparition des skis métalliques et plastiques, dès 1960, en introduisant des caractéristiques mécaniques nouvelles, permit l'adoption de techniques utilisant au maximum le travail des carres. De même les semelles de plus en plus glissantes, faites avec des polyéthylènes de plus en plus sophistiqués, permirent l'affinement extrême des techniques de glissement.

66Hors de ces évolutions technologiques, on assista aussi à des évolutions exclusives liées aux modifications de la technique des coureurs. Pour exemple je citerai l'adoption de skis à moitié avant plus rigide que la moitié arrière tant que les skieurs utilisèrent l'avancée, aussi bien pour faire mordre les carres que pour déraper skis à plat, et par contre l'adoption de skis à moitié arrière plus rigide lorsque les techniques utilisant l'appui-talon se développèrent. Cette exigence des champions, transférée sur les skis de "monsieur tout le monde", influença ces derniers et les fit souvent évoluer vers une technique d'appui-talon excessive conduisant à la faute aujourd'hui la plus répandue que j'ai baptisée dans mon dernier livre le "talon gouvernail".

67A côté de cette évolution négative, je dois cependant insister sur l'évolution essentiellement positive du matériel proposé aux touristes. Aujourd'hui, avec un ski de longueur intermédiaire de qualité, souvent baptisé "sport", un amateur à la recherche de plus en plus d'efficacité est automatiquement conduit vers une technique gestuelle très proche de celle des champions. Pour des vitesses et des difficultés de piste moins grandes bien entendu...

68Durant ces dernières années, on s’est également aperçu que la qualité de glissement d'une semelle plastique et le mode différencié d'accrochage des carres qui peut être obtenu par meulage, peuvent influencer considérablement le comportement d'un ski et par contre-coup de celui qui l'utilise. Un travail de recherche considérable est aujourd’hui effectué dans ce domaine.

69Les fixations de ski, jusque vers les années 1940, laissaient les flexions de cheville totalement libres, donc interdisaient les techniques d’avancée. Ensuite l'utilisation généralisée des "longues lanières" par les bons skieurs permit l'avancée et poussa même vers des excès d'avancée qui paraissent aujourd'hui surprenants. Ensuite tout se stabilisa et les progrès ne concernèrent plus que la recherche des mécanismes de sécurité par ouverture automatique des fixations. Cette nouvelle sécurité permit à beaucoup de skieurs timorés d'accepter des vitesses qu'ils refusaient auparavant, découvrant ainsi des techniques plus glissées, plus agréables.

70Les chaussures de ski. Leur évolution accompagna celle de la technique des champions et contribua, dans un deuxième temps, à aider celle de la grande masse des skieurs de piste. D'abord souples et basses jusque vers les années 1947, pour permettre une prise d'avancée par flexion maximale des chevilles, elles évoluèrent ensuite constamment vers plus de rigidité et de hauteur. Rigidité latérale pour permettre une meilleure utilisation des carres de ski, et, dans un premier temps, rigidité avant pour donner un point d'appui solide à la jambe dans la recherche d'une morsure des carres de la partie avant du ski. L'apparition des coques de plastique d'abord hyper-rigides, vers les années 1968, permit d'atteindre pleinement ce but. Ensuite l'évolution vers des appuis-talons de plus en plus marqués entraîna –et entraîne encore aujourd’hui– la recherche d'une rigidité arrière maximale. Parallèlement la recherche d'un comportement "en finesse" des skis sur la neige plaida pour une recheche systématique de la souplesse de la chaussure en flexion avant. Parallèlement la recherche d'un moulage anatomique de plus en plus poussé du pied et de la jambe s'avéra indispensable pour l'adoption de techniques faisant de plus en plus appel aux sensations et à la mobilité très fine des articulations du pied et de la cheville.

En guise de conclusion

71Cet exposé est plus long que celui qui m'était demandé. Et pourtant j'ai l’impression de n’avoir fait que survoler les nombreux sujets abordés. Ma conviction est qu'actuellement on accorde une importance insuffisante à l'aspect technique des activités physiques.

72Moyen de développer le tourisme pour les uns, activité pleinement commerciale pour d’autres, exploitation du snobisme pour beaucoup, l’enseignement du ski n’exploite pas suffisamment ce que pourrait être l'intérêt pour la technique des skieurs pratiquants. Et je pense que dans ce domaine les clubs pourraient avoir un rôle important. Ne subissant pas les freinages que connaissent les Ecoles de ski, ils pourraient être des centres d'expérimentation et d'innovation. A condition toutefois que la fédération française de ski prenne conscience de leurs possibilités et ne cherche pas à leur imposer l'observation de règles techniques dictées par les professionnels.

73Car les amateurs éclairés, qui se sentent une vocation pour animer les clubs de ski et initier et perfectionner leurs amis, peuvent rapidement atteindre –et même dépasser– le niveau de compétence technique et pédagogique de la moyenne des enseignants professionnels, même s'ils ne peuvent pas toujours prétendre atteindre le niveau de ces derniers dans leur comportement sur neige. Un certain complexe –dans ce domaine– semble être la cause de la non prise de responsabilités suffisantes au sein des clubs par des enseignants amateurs. Ceux-ci auraient pu considérablement accélérer l’évolution de l'enseignement technique en France.

74Et parmi ces clubs, il est certain que les clubs universitaires ont pu, et pourront encore, jouer un rôle essentiel.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search