Version classiqueVersion mobile

Le sport en pleine mutation

 | 
Jean-Paul Callède

Conférence inaugurale

Conférence inaugurale de la cinquième université sportive d'été

Jacques Marchand

Texte intégral

1"Le sport en pleine mutation" est le titre de l'Université Sportive d'Eté de 1987.

2Un titre ne dit pas tout, il est un raccourci qui doit traduire l'essentiel en quelques mots. Il indique une direction. Or la nôtre, nous l'avons détaillée dans les sous-titres comportant une variété de sous-thèmes, qui nous dirigeront sur des chemins très différents.

3Le sport n'est pas un champ clos. Ses limites, ses frontières sont imprécises. Avec lui et pour lui, nous devons, chaque année, traiter ensemble de technique de l'activité sportive, de psychologie, de médecine, de droit, d'économie, de communication, de sociologie et même de politique.

4Il ne s'agit donc pas d’une mutation, simple évolution et naturelle, car le sport est la vie et comme elle, il bouge et se transforme, mais de mutations avec un pluriel obligatoire.

5Le programme de notre cinquième session est de répertorier et classer ces différentes mutations, d'en avoir-et d’en donner-conscience, au sens propre du mot, c'est-à-dire de provoquer la faculté de les juger. Il nous faudra, en particulier, distinguer les mutations de progrès, donc positives et indispensables au développement du phénomène sportif, autant pour l'élite que pour le "Sport pour Tous" ou le sport de tous, des mutations pernicieuses et négatives qui sont autant de déviations et de fausses routes.

6Les responsables de cette université, après en avoir choisi le thème, avaient souhaité que l'exposé introductif en soit fait par Philippe Chatrier. Pourquoi ?

7Parce que Philippe Chatrier est le symbole et l'exemple du dirigeant qui a réussi la mutation de son sport, comme Président national, comme Président international, sur le plan sportif et sur le plan médiatique, et au-delà sur le plan commercial.

8Philippe Chatrier a tenu la semaine dernière à Abidjan, en Côte d’ivoire, le premier congrès international du Tennis en Afrique, confirmant la dimension mondiale de cette discipline, qui a retrouvé, grâce aux efforts de son Président, une vocation olympique et qui fera sa rentrée aux Jeux de Séoul.

9S’il n'était reparti de France, aujourd'hui même, pour remplir sa mission de Président international aux U.S.A., et s’il avait pu tenir sa promesse, Philippe Chatrier aurait insisté sur ce dernier point auprès de vous. La principale mutation du tennis et surtout sa grande ouverture est sa reconnaissance olympique et l’accès aux Jeux de son élite.

10Je ne prétends pas remplacer Philippe Chatrier mais, en journaliste, je vais tenter de l’interpréter et de le traduire, après avoir recueilli ses opinions et en reprenant certaines de ses déclarations sur des points précis liés au thème de notre Université.

11Commençons d’abord par ce qui ne change pas et nous permettra peut-être de mieux comprendre ce qui a changé.

12Ce qui ne change pas, pour Philippe Chatrier, est que le sport, je cite et j’ouvre les guillemets : "est la dernière roue du carrosse de l'Etat avec un 0,2 % du budget général. La France n'est pas un pays sportif, tout au moins ses dirigeants ont fait très peu de cas du sport. On le sait, il faut faire avec cet esprit, s'organiser soi-même et rester vigilant.".

13Le sport ne peut-il compter que sur lui-même, sur ses propres ressources, sur le travail et les initiatives de dirigeants bénévoles ?

14Philippe Chatrier ne peut et ne veut que répondre par l’exemple du tennis, mais sa méthode et sa philosophie peuvent être reprises et adaptées à d’autres disciplines. Comme le Président du C.N.O.S.F., Nelson Paillou, il souligne l’importance du bénévolat et l’aubaine qu’il représente pour le sport, et il ne pense pas que ses sources risquent de le ternir. "Bien au contraire, " dit-il, "le bénévolat est le sel de la vie, tout homme ou toute femme, ayant résolu ses problèmes professionnels et familiaux, aspire dès lors à réaliser une envie, une vocation, une passion pour oublier les soucis quotidiens. Le sport peut apporter cette opportunité."

15Je ferme les guillemets pour ajouter : oui, mais pas à n’importe quel prix et pas sans moyens. Les moyens ne sont pas seulement financiers, ce sont aussi ceux que procurent la compétence et le respect.

16Pour permettre à l’athlète ou au dirigeant d’exprimer sa personnalité, dans un climat sain et sans suspicion, l’autorité fédérale doit être en mesure de garantir au public l’authenticité de la compétition sportive. Chatrier déclare : "Je m'efforce, moi, de conserver à mon sport sa crédibilité et sa vérité, car je pense que tout est lié, tous ces gens qui se dévouent dans les clubs et dans les ligues ont besoin de respecter quelque chose, de croire en quelque chose. Le phénomène propre au tournoi de Roland-Garros en est la preuve. Il est attendu toute l'année, il éveille mille curiosités, mille sensations. Il captive et nourrit l'enthousiasme de chacun. " D'où son succès et un succès payant.

17Philippe Chatrier le reconnaît comme la conséquence logique d'une politique globale. Suivez son raisonnement : "Nous avons beaucoup de chance à la F.F.T., nous le savons, de posséder des moyens. C'est tant mieux, car sans argent on ne peut rien faire. Mais nous ne sommes pas riches, parce que être riche c'est capitaliser, et toutes nos ressources tirées des licences et du tournoi de Paris, nous les réemployons à nous organiser et à nous développer encore plus. Mais pour y parvenir, les structures sont nécessaires, il nous faut des gens compétents et entièrement disponibles à la tête des services techniques et des services administratifs d'une fédération. Comment croyez-vous que soit né le succès des Internationaux de France et qu'il s'entretienne ? Il faut une fédération forte, qui dispose de moyens. "

18Or l'une des mutations les plus importantes de la gestion sportive illustrée par la Fédération de Tennis est d’avoir ajouté à son pouvoir sportif un pouvoir économique réel et sans intermédiaires.

19Relisez les déclarations de Philippe Chatrier, publiées dans "L'Equipe", qui évoquaient le rôle de la commission de marketing, dont la création a été décidée à Abidjan par le congrès de la Fédération Internationale de Tennis :

20"Jusqu'alors, pour tous nos problèmes de sponsoring, nous faisions appel à des intermédiaires qui faisaient des bénéfices juteux sur notre dos. Pour avoir créé ce genre de service au sein de la F.F.T. (Fédération Française de Tennis), je sais de quoi je parle car nous avons effectué d'énormes bénéfices. Donc désormais, c'est la Fédération internationale qui va discuter de ses contrats pour la coupe Davis et pour d'autres coupes, et pourquoi n'envisagerait-elle pas à l'avenir de vendre le label FI.T. Tout est à étudier. " Fin de citation. Donc apparaît une évolution essentielle qui se généralise à tous les sports et qui devient la préoccupation de tous les dirigeants, il faut savoir "vendre son sport", nouveau langage qui eut encore horrifié, il y a moins de dix ans. Il faut vendre son sport au public, le vendre aux sponsors, le vendre à la presse et surtout à la télévision.

21Si la manifestation sportive est retransmise à la télé, elle aura l'appui des sponsors, si elle a l'appui des sponsors, elle aura les moyens pour obtenir des résultats, pour créer l'évènement, donc pour devenir populaire. Un sport populaire se vend d'autant mieux qu'il intéresse les médias, qui vont en tirer un profit de notoriété et de vente pour la presse écrite, ou d'audience pour l'audio-visuel. Le cercle est bouclé, l'engrenage est automatique et le mariage à trois : organisateur-sponsor-médias fonctionne parfaitement.

22L'organisateur a besoin de la presse pour monter l’événement, le faire connaître et le rentabiliser, comme il a besoin du sponsor pour le financer.

23Le sponsor a besoin de l'organisateur pour s'associer à un événement valorisant pour son image de marque, mais il a aussi besoin des médias, sans lesquels son action ou sa participation resterait inconnue et, ce qui est pire aujourd'hui, serait invisible.

24Or n'oublions pas, sans que cette remarque soit péjorative, que le sponsorisme comporte parfois du "tape à l’oeil". Je pense plus spécialement aux panneaux publicitaires installés dans les stades pour les retransmissions télévisées.

25Pour manifester et faire fonctionner cette règle à trois, des trois forces, force de promotion du sport, qui est celle d'une fédération sportive ou d'une organisation privée, force économique du sponsor, force médiatique de la presse, il faut une certaine autorité et suivant les cas, je pourrais dire suivant les fédérations, l'autorité appartient à l’un des trois partenaires :

  • L'organisateur est confondu avec le média et occulte pratiquement la fédération chargée seulement du contrôle sportif : le Tour de France ou le Cross du Figaro.
  • Le sponsor est le propre organisateur et crée son événement, avec plus ou moins la bénédiction fédérale, le Lancôme en golf, le Martini en escrime et la plupart des épreuves en voile.
  • Le pouvoir institutionnel, le C.I.O., fédération internationale, fédération nationale, ligue ou comité, reste maître d'oeuvre avec sa propre compétition en cherchant l'appui économique des sponsors et en négociant les droits de retransmission avec les télévisions.

26Le tennis s’inscrit dans ce cas de figure le plus courant, mais en améliorant le système à son profit. Chatrier l'a démontré, il cumule le pouvoir sportif et le pouvoir économique et contrôle en partie le pouvoir médiatique, pas seulement parce qu'il est journaliste de profession, mais en raison de ses accords avec une télévision (TF1 aujourd’hui, une autre peut-être demain), ses bonnes relations et surtout ses bonnes méthodes avec la majorité de ses confrères. Il est le dirigeant qui a meilleure presse. Saura-t-il s'en contenter ?

27Il a un projet en tête, qui est celui de beaucoup d'organisateurs. Ce n'est pas une révélation, c’est tout de même une confidence, car il me l'a exposé au cours d'un entretien informel, comme il en accorde souvent aux journalistes, avec engagement de non publication immédiate. Mais ce projet, parce qu'il constitue aussi une mutation importante, s'il avait été présent, je lui aurais demandé de nous le développer. Philippe Chatrier envisage de devenir aussi le producteur de toutes les images de son spectacle du tournoi de Paris. Et ce sont les images de sa production, donc dans le cadre qu'elle aura fixé, avec le décor publicitaire qu'elle aura monté techniquement et financièrement, que la Fédération Française de Tennis vendra ensuite aux différentes télévisions, charge à elles d’y apporter des commentaires personnalisés.

28L'avantage pour l'organisateur est de ne pas dépendre d'une seule chaîne de télévision, dont les caméras montrent ce qu’elles veulent bien montrer, d'augmenter l'audience de l'événement sans avoir à accorder une exclusivité. L'organisateur-producteur restera entièrement maître du marché et de l'image qu'il veut reproduire de son spectacle.

29Félix Lévitan avait la même idée en tête pour le Tour de France.

30Et c'est parce qu'il avait commencé cette opération de revente des images du Tour aux Etats-Unis qu'il est récemment entré en conflit avec la direction du groupe Parisien Libéré-l'Equipe, conflit qui doit inévitablement déboucher sur une série de procès.

31Donc il y a des perspectives nouvelles et bien sûr des ressources nouvelles pour le sport dans le domaine de la communication internationale. Les fédérations seront directement concernées demain pour la promotion de leur sport en assurant elles-même la production de leur image. C'est un sujet que nous aborderons, en traitant des mutations médiatiques et de la presse sportive de demain, en évolution et même en ébullition avec la création d'un deuxième quotidien sportif en septembre. L'attaque du monopole de l'Equipe est en soi un événement et marque l'une de ces mutations qui justifie à elle seule un débat.

32Tenu par la suppléance de Philippe Chatrier que j'assure en tant que journaliste et en commentateur et non pas en porte-parole de la F.F.T., j'ai conscience de ne traiter qu'un angle bien particulier de l’exposé sur le thème de notre Université 87.

33N'importe comment, le sujet est si vaste, si complexe, si varié et si personnel, en ce sens que chacun d'entre nous repère surtout la mutation qui l’intéresse, le passionne ou l'inquiète. Il m'était impossible de tout balayer et d'introduire en un quart d'heure tous les éléments qui vont animer les débats des prochains jours.

34J'aurais pu m'inspirer des analyses publiées dans un récent numéro de la revue "Esprit" sur le nouvel âge du sport.

35Les sujets de réflexion et de... mutation ne manquent pas :

  • Les épopées modernes, du Tour de France cycliste au Paris-Dakar.
  • Les nouveaux usages de sports classiques dérivés pour l’athlétisme par exemple en footing, jogging, marathon, mais aussi triathlon, constituant de nouvelles formes d'investissement sportif. Deuxième exemple, la gymnastique déviée en entretien corporel avec toutes les exploitations commerciales, car il existe maintenant un marché du corps et de la forme.
  • Autre thème, l’esprit d'aventure que Christian Pociello distingue en écologie douce et écologie dure et qui influence souvent le loisir sportif pouvant aller jusqu'au corps à corps avec la mort ; ce qui est devenu courant avec l'utilisation d'engins mécaniques et diaboliques poussés à fond, ou le retour d'Icare, puisqu'on vole maintenant des ses propres ailes de toile, ou l'escalade à mains nues et encore la "voile" où le risque du naufrage fait partie du jeu.
  • "Le monde du sport aspiré par le siècle", selon l'expression de la revue "Esprit" constitue un chapitre sur l'analyse du show sportif, répondant à la loi du spectacle et ses illusions perdues, en particulier par les interférences politiques, la "tapisation du sport", la "sponsorisation" habilement médiatisée et le marché du sport qui a aussi ses grandes surfaces.

36Des mutations techniques, médicales, sociales, économiques, nous pourrions en citer d'autres, beaucoup d'autres.

37Nous laisserons aux spécialistes le soin de le faire.

38Revenant à la mission qui m’a été confiée qui est de faire parler Chatrier, je lui laisse en conclusion traiter le point sensible et éternel du vrai professionnalisme face au faux amateurisme, trop hypocrite pour ne pas s'estomper avec le temps et ne plus sévir que dans notre vocabulaire.

39Philippe Chatrier aura contribué à éclaircir le débat en lui imposant ses "pros" du tennis aux Jeux Olympiques. C'est la mutation la plus audacieuse qui frôle la révolution des moeurs sportives et qui devient inévitable dans le contexte économique du sport de haute compétition. Et même les défenseurs de l'olympisme, en se référant au Baron de Coubertin, qui soit dit en passant, s’il vivait à notre époque, en partagerait les conceptions, ne peuvent plus tenir longtemps sur des positions figées, peut-être justifiées en théorie, mais dépassées en pratique. Philippe Chatrier explique clairement : "La promotion du sport passe par l'argent. Et 80 % des gouvernements ne le débloque que pour les Jeux. Quand, il y a dix ans, un dirigeant soviétique m'a dit "tant que vous ne serez pas un sport olympique, notre gouvernement ne nous aidera pas", j'ai tout de suite compris ce que devait être mon objectif prioritaire." Objectif aujourd'hui atteint.

40"Qui en profitera le plus, le tennis ou le mouvement olympique ?" demande notre confrère "L'Equipe" à Philippe Chatrier.

41Réponse du Président : "Le Tennis... car outre la promotion inhérente aux Jeux, nous bénéficierons des fonds de reversement, ce qui permettra d'aider, entre autres, notre secteur développement. Cela dit, nous renvoyons bien l'ascenseur car nous apportons notre morale, notre vue simple des choses. Quand j'entends encore certains vieux défenseurs de l'esprit olympique dire qu'ils ne veulent pas de nous, nous les professionnels porteurs de tous les maux, je leur dis au contraire, félicitez-vous de nous voir arriver, nous allons vous rendre honnêtes en appelant un chat un chat. Pour le prochain meeting d'athlétisme à Paris, certains des meilleurs athlètes du monde seront présents. J'espère seulement que Raymond de Lorre, l'organisateur a ce qu'il lui faut, car il m'étonnerait fort que les soi-disants amateurs viennent comme ça, gratuitement. De toute façon, même le sigle de la fédération d'athlétisme mentionne qu'elle demeure amateur. A partir de là..."

42Je laisse au Président Philippe Chatrier la responsabilité de ses engagements, car étant membre de la profession, ce n'est pas lui qui se laissera piéger par l'interview et d'autre part il a toujours assumé ses responsabilités.

43En son nom et au mien, je vous remercie de votre attention.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search