Version classiqueVersion mobile

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Conclusion

Réflexions pour une synthèse

Faut-il glorifier le champion ?

Ernest Gibert

Texte intégral

1Toute tentative de synthèse est soumise à deux risques majeurs. Celui, d'abord, de succomber à la frénésie du résumé détaillé et fidèle des interventions. Sous prétexte d'exhaustivité dans la présentation des personnes et dans celle des idées, la recherche de l'équilibre a généralement pour effet de gommer les points forts des contributions et les interrogations subsistantes. Le souci d'éviter cet écueil amène assez souvent le titulaire du pensum à courir le risque opposé censé reprendre, sous forme différente, tous les apports décisifs des intervenants qui l'ont précédé. Quand la synthèse est présentée sous la forme d'une question, et s'accompagne au surplus d'un débat, toutes les conditions sont remplies pour que les deux risques s'expriment à leur pleine mesure. C'est pourtant autour du thème du débat de la journée de clôture que chercheront à s'articuler les quelques réflexions synthétiques qui suivent.

2Que le thème de la glorification du champion ait été évoqué sur le mode de l'interrogation, et non point affirmé comme un phénomène irréfutable et irréversible, témoigne certes de l'humilité teintée de réalisme, bien dans la tradition de l’esprit universitaire, mais aussi d'une certaine forme de perversité de la part des concepteurs du programme de cette IVème Université Sportive d'Eté. Partant à la découverte des mécanismes subtils de construction et d'exploitation de la performance, il peut sembler naturel d'arriver, en épilogue, à la glorification du champion. La logique d'une telle démarche est, pourtant, faussement évidente. Pour qui souhaite la voir s'imposer sans passion, elle mérite d’être, au préalable, raisonnablement discutée.

3L’idée que nous nous faisons du champion et des moyens qui pourraient concourir à l'édification de son rôle dans la société, n'est finalement pas plus claire - et en tout cas aussi changeante - que celle qui prévaut pour la notion de performance. Ne feignons pas la surprise ; Jean Paul SCHNEIDER, dans son remarquable exposé d'ouverture, nous avait clairement avertis. Considérant, à juste titre, qu'il valait mieux réfléchir "autour de la notion de performance" que gloser sur son contenu, ne nous disait-il pas, en effet : "le concept de performance nous apparaît moins comme la clef de voûte de l’édifice sportif que comme une espèce de récipient vide, capable de recevoir les contenus les plus contradictoires et de se charger, selon le contexte historique dans lequel il baigne, des sens les plus divergents".

4Avons-nous progressé dans la compréhension de ce concept à géométrie variable et pouvons-nous apporter une réponse utile à la question qui nous est aujourd'hui posée ? La qualité des contributions de nos conférenciers, la pertinence des remarques des différents intervenants, la richesse de nos discussions et de nos échanges, interdisent de répondre par la négative. A contrario, le respect mérité qu'inspire un tel effort doit nous éviter de verser dans l'inconscience d'une affirmation aveugle.

5Au demeurant, les arguments qui pousseraient à glorifier le champion trouvent leur source dans les mêmes mouvements de fond que ceux qui pourraient conduire à adopter une position mieux balancée. Ces éléments contradictoires peuvent être puisés dans les différents aspects médicaux, économiques, sociaux et médiatiques dont nous avons cherché à analyser l'influence sur les mécanismes de préparation, de réalisation et d'exploitation de la performance. Chacun d'entre eux y tient d'ailleurs un rôle ambigu, touchant à la fois le domaine des motivations et celui des finalités, susceptible d'influencer ce qui pousse le sportif à agir et ce vers quoi il tend. Autre constatation d'importance, aucun de ces aspects n'a de prééminence sur les autres. Dans la recherche de la performance comme, probablement, dans la glorification du champion, leurs effets sont en réalité entrecroisés.

6L'importance des aspects médicaux dans la préparation et la réalisation de la performance, éventuellement dans la présentation qui peut en être faite, ne constituait pas une découverte pour les habitués de l'Université Sportive d'Eté. Grâce aux efforts du Professeur CLARAC, et à l'équipe du Centre Régional Permanent de Formation et d'Entraînement de Haut Niveau, l'importance de l'enjeu avait été clairement posée lors des sessions précédentes. Notre connaissance des causes, des manifestations et des conséquences de la performance sportive a tout naturellement franchi un pas supplémentaire important. En exposer le détail conduirait le non spécialiste à fournir un effort inconsidéré, sans rapport avec la qualité nécessaire de la performance exigée. Les points forts ont cependant présenté suffisamment d’intérêt pour ne pas échapper au béotien.

7Le Docteur Vasil FOURNADSCHIEV a choisi de poser le problème sous sa forme la plus rigoureuse, mais sans doute pas la moins passionnée, en traitant la question des limites organiques de la haute performance. Reprenant le thème, déjà débattu ailleurs, des caractéristiques physiologiques des contractions musculaires, il a contribué à consolider les certitudes des spécialistes de la question, entraîneurs ou médecins, qui ont suivi son intervention. Que l'usage qui peut être fait de telles observations conduise à réfléchir et nous ramène directement à l’idée que nous souhaitons nous faire du champion.

8Abordant le sujet des "bases cardio-vasculaires de la conditions physique", le Professeur Jean-Paul BROUSTET nous a ensuite montré, dans un exposé d’une remarquable clarté, que les préoccupations du monde de la médecine et de celui du sport tendaient à se rapprocher par éclairage et compréhension réciproques. Il en résulte des conceptions d’une grande valeur opérationnelle. Ainsi la condition physique d’un athlète est-elle désormais considérée comme un état qui lui permet de tirer de sa technique une utilisation maximale.

9Quant au problème du dopage, il n’était pas traité ici pour la première fois. Saisissant adroitement l'occasion de montrer que l’humour ôtait une spécialité dans laquelle nos amis belges n'avaient de leçon à recevoir de personne, le Docteur Xavier STURBOIS nous a invité, avec malice, à quelques méditations utiles sur les perversions, organisées ou subies, du champion et de son image. Il est vrai que le dopage constitue un sujet souvent débattu. Pourtant, rarement évoqué en clair lorsqu'il est présenté publiquement, il n'est malheureusement pas assuré qu'il soit toujours considéré avec sérieux lorsqu'il est évoqué en coulisses. Véritable maladie, sa gravité ne tient pas qu'à ses seuls aspects médicaux. Il convient aussi de ne pas mésestimer l’influence du contexte, social, économique, médiatique, dans lequel il se développe et qui n'influence pas seulement le sportif de haut niveau mais aussi les vétérans que nous finirons bien par devenir.

10Sujet difficile également que celui abordé par le Docteur RODINEAU à propos de la traumatologie de l'épaule. L'aridité de cette question ne doit pas conduire à en négliger l'intérêt. La sur-utilisation de l'épaule est, en effet, un sujet de préoccupation croissant pour la pratique, au haut niveau, de disciplines telles que le volley-ball, le hand-ball et naturellement le tennis. La "mécanique" risque ainsi d’être le frein le plus sûr, mais le plus probablement fatal, aux débordements de la performance.

11Les aspects économiques de la recherche de la performance ont fait l'objet d'une attention plus récente. L’objectivité oblige à dire que cette discipline s’intéresse au moins autant à l'exploitation qu'à la réalisation de l'acte sportif. Dans le monde des signes, l'économie ne reconnaît pas la rareté et reste préoccupée par le caractère solvable de la demande. Comment ne s'intéresserait-elle pas, à la performance sportive de haut niveau pour s'en servir, par le sponsorisme par exemple, et à la performance du sportif anonyme pour le servir, en tant que consommateur, par la multitude des biens et services offerts.

12Le sponsorisme n'était pas un sujet nouveau pour les fidèles de l'Université Sportive d'Eté. L’attention portée par les auditeurs aux propos d'un de nos meilleurs spécialistes n'était certes pas entièrement désintéressée. Invité à traiter du sportif de haut niveau selon la trilogie habituelle - auxiliaire, support, produit - Sylvère PIQUET nous a gentiment renvoyés à nos études après un exposé très minutieux des techniques de mise en valeur d’un événement. Selon lui, le sportif n'est traité, dans la publicité et plus précisément - dans le sponsorisme ou le mécénat - sous aucune des trois formes précédentes, mais considéré avant tout par l'annonceur comme un partenaire à part entière.Qui, dès lors, ne se réjouirait de constater que l'économie reste au service du sport, même si quelques uns sont parfois tenté de limiter son rôle à celui d'instrument servile.

13Les relations entre l'entreprise, l'économie et le sport sont aujourd'hui, et seront sans doute demain plus encore, au coeur de nos préoccupations. Le Professeur Jean-Pierre HELFER a su nous montrer, dans un exposé d'une grande clarté et d'une particulière richesse, que gérer une entreprise était du sport, ce qui méritait d'être rappelé dans un contexte de turbulence mondiale, et qu'il convenait aujourd'hui de gérer un club sportif comme une véritable entreprise, évidence à laquelle nous avons tardé à nous soumettre. Peut-être parce que l'importance des enjeux, la difficulté à les apprécier et à les maîtriser, risquent de détouner et de compromettre l'idée que nous nous faisons du jeu. Mais, si le sport représente désormais entre 1 et 2 % de notre produit national, il contribue sans doute pour davantage au bonheur d'une société.

14Les aspects sociaux de la performance et le rôle donné au champion sont souvent considérés, surtout de l'extérieur, avec suspicion. La logique de l'économie n'est pas celle du social, même si entre les deux la frontière est souvent fluctuante, en particulier lorsque l'enjeu est le sport.

15Le thème de la marginalisation sociale de l'athlète de haut niveau recèle, dans son intitulé, suffisamment d'ambiguïté et de force provocatrice pour mobiliser l'attention et stimuler l'imagination. Jacques DONADIEU, Jean-François SAURIN et Georges JOUBERT, avec le recul nécessaire, Caroline ATTIA et Perrine PELEN, deux championnes pour lesquelles la question d'opportunité de la glorification n'a point besoin d'être posée, ont apporté la richesse de leurs trémoignages. Ceux-ci montrent, à l'évidence, que les perceptions des intéressés ne s'articulent pas spontanément avec les préoccupations, lorsqu'elles existent, et les stéréotypes de la société. Bien que probablement adéquat, l'usage du mot marginalité fait peur. Il est au coeur du débat de cette journée de clôture. Après tout, la glorification ne s’applique pas à la normalité et se prête mal à la banalisation. Le champion est, par essence, un marginal. Tout l'y conduit ; la nature de la perfomance qu'il vise, comme le souhait et parfois l'intérêt de la société. Sur ce point, le témoignage des expériences vécues a indiscutablement plus de force que les déclarations plus ou moins abstraites.

16Ce n'est sans doute pas un hasard si la seconde question abordée portait sur la valorisation sociale de la performance. Sur ce sujet délicat, Jean-Paul CALLEDE a fourni une remarquable démonstration de ce que la rigueur intellectuelle et le souci de la confirmation factuelle touchaient aussi cette discipline parfois injustement décriée qu'est la sociologie. De son intervention, plusieurs points forts se dégagent. Retenons l'affirmation la plus simple, dont l'évidence a mis du temps à s'imposer dans le corps social. Le champion remplit une fonction essentielle dans la société d'aujourd'hui. La raison, qui n'est pas autre chose que l'art des hommes à se donner raison, finit ainsi par l'emporter. Pour autant, l'athlète doit-il être ou non isolé du monde social ? On retrouve le thème de la marginalité ; celui, aussi de l'influence des médias.

17L'importance du rôle des médias n'échappe désormais à personne. Qu'ils soient évoqués en dernier tient sans doute davantage à la logique discutable de la présentation qu'à la mesure de leur contribution véritable à la mise en valeur de la performance et à la symbolique du champion. On sait ici, mieux qu'ailleurs, l'importance qui doit leur être attribuée, grâce aux efforts déployés avec persévérance par Jacques MARCHAND dont le talent mis au service de la rigueur a constitué l'un des points forts de notre Université Sportive depuis son origine.

18La complexité des mécanismes de la retransmission télévisée de la performance a été pour beaucoup une découverte ; de même, les chiffres cités pour situer le niveau des enjeux financiers ont donné le vertige à certains. Pour en explorer les arcanes, Jean-Michel LEULIOT a fourni la preuve que le brio du commentateur n'excluait pas le sérieux de l'analyste dans la présentation d'un sujet capital pour l'ensemble du mouvement sportif. Le mot "capital", saisi dans ses différentes significations, est probablement celui qui convient car il permet de situer les enjeux à leur véritable niveau.

19Le mot peut d'abord être pris sous son acceptation financière. Les chiffres avancés pour la retransmission des jeux de Séoul (500 millions de dollars) sont, à cet égard, révélateurs. Le fait que certaines disciplines sportives soient conduites à verser leur obole pour traverser nos étranges lucarnes ne l'est sans doute pas moins. Comme devraient davantage mobiliser notre vigilance certaines manifestations à caractère "économico-politico-sportivo-médiatique" crées de toutes pièces, fussent-elles présentées comme un moyen de stimuler la bonne volonté ou d'en porter témoignage. On est alors fondé à se demander si la performance n'est pas ainsi placée au service des médias plutôt que les médias au service de la performance.

20A vouloir transformer les chaînes de télévision en agences de spectacle, risquent d'etre présentés comme essentiels des événements dont la valeur n'est que secondaire. La boxe nous gratifie ainsi chaque année de quelques matches du siècle. Dans le capital, le principal s'efface derrière l'intérêt. Evénement, spectacle, performance, n’ont pas la même signification. La performance prend parfois une valeur médiatique qui n'est pas forcément le reflet, dans un sens ou dans l'autre, de sa valeur sportive réelle. Que la performance dépende d’abord du discours, comme le laisserait entendre Jean-Paul SCHNEIDER, ou qu'elle ne s'invente pas car indissolublement liée à l'événement, comme le pense Jacques MARCHAND, reste un sujet de discussion. La première position conduit à incliner plutôt vers le mythe, la seconde à affirmer davantage la réalité du champion.

21Mythe ou réalité de la performance, mythe et réalité de l’acte sportif, on est ainsi ramené à la question de départ : faut-il glorifier le champion ?

22Nous disposons, pour apporter une réponse, grâce à notre effort commun de dix jours, de quelques éléments de réflexion supplémentaires. La présence parmi nous de Pierre ALBALADEJO revêt une signification exemplaire. Robert BOBIN et Perrine PELEN, qui ont accepté de se joindre à lui, contribueront à éclairer nos idées. Grâce à eux, et pour ce qu'ils représentent, nous comprenons mieux aujourd'hui pourquoi le champion présente une valeur.

23En réalité, nos travaux ont montré qu'il lui en combinait plusieurs à la fois : valeur éthique et esthétique, valeur économique et valeur sociale, par conséquent valeur médiatique en constituent les facettes les plus visibles. Le champion a une utilité sociale indiscutable et comble notre besoin d'exemplarité. Tout concourt donc à sa glorification. Quelques raisons font pourtant redouter les excès d'un débordement : l'élitisme exacerbé, les risques d'exploitation, la peur de déviations comme la violence et le dopage, sont des dangers dont on peut sentir déjà la menace. On serait également tenté d'évoquer la sagesse de ce vieil avertissement : sic transit gloria mundi...

24N'oublions pas non plus que l’image donnée du champion et son degré de tolérance dépendent des valeurs dominantes de la société. Le phénomène est plus intéressant à observer en dynamique qu'en statique et la question vaut plus pour l'avenir que pour le passé. On peut alors laisser courir l'imagination...

25Le générique qui annonce chaque soir le journal de la cellule de communication nous transportera facilement au 25 juillet de l’année 2001. La XIVe Université Sportive d'Eté Internationale s'apprête à clore ses travaux. A cette occasion, ont été réunis les participants des sessions précédentes. Conformément à la tradition, un passionné des questions sportives - désigné par ses amis de l'U.N.C.U au bénéfice de la distraction - s'apprête à aborder le thème de clôture. Après avoir hésité, il a finalement accepté en raison de l'intérêt du sujet : "fallait-il glorifier le champion ?"

26Signe des temps, la séance est présidée par le Ministre du Troisième Age. L'assemblée est en effet composée, pour une large part, de quinquagénaires. C'est à eux qu'appartient désormais le pouvoir. Ils ont fini par avoir politiquement raison car ils sont devenus démographiquement majoritaires. Le visage et le rôle du sport en ont été profondément modifiés.

27Sont également assis à l'estrade, deux anciens Ministres des Sports, ex-participants des Universités d'Eté des années 80 dont les discussions auront porté quelques fruits. La salle est décorée aux logos des cinq plus grandes entreprises mondiales, récemment introduites dans le mouvement olympique dont elles ont racheté le sigle. Quelques champions connus les représentent, assis aux premiers rangs, dégagés à jamais des soucis matériels. Ils sont entourés de plusieurs anciens champions, dont la jeunesse apparente ne laisse pas deviner qu'ils sont devenus des dirigeants influents. Tapi auprès d'eux, le grand communicateur du début de ce XX ième siècle, ancienne vedette du show-business et dont quelques uns se souviennent qu'il fut autrefois entrepreneur, s'apprête à recueillir leurs impressions.

28Dans un coin, un auditeur attentif se souvient que chargé, une quinzaine d’années auparavant, d'évoquer le même sujet, il s’était efforcé de ne pas apporter de réponse définitive à la question posée. Il est venu avec un espoir : celui que la référence banale à l'homme, dont il s'était servi en péroraison, ait au moins conservé sa valeur de cliché et ne soit pas devenue trop désuète.

29Peut-être repartira-t-il rassuré. A la fois parce que l'évocation de l'homme n’aura pas été oubliée et parce que le thème de la glorification du champion aura été traitée sous la forme interrogative. L’utilité de cette interrogation tiendra alors probablement - comme aujourd'hui - moins à l'expression d'un doute qu'au souci de conserver au mythe sa valeur d'exemplarité.

30Pour ce qu'il est et par la manière dont nous l'idéalisons, le champion parfois nous inquiète et plus souvent nous fascine. Selon son apparence ou le visage que nous voulons lui prêter, il est comme la langue d'Esope la meilleure ou la pire des choses. Comme dans le poème d'Aragon, ceux qui croient au ciel et ceux qui n'y croient pas se disputent. Plutôt que de se quereller davantage, peut-être feraient-ils mieux de se souvenir, alors qu'il en est temps encore, que l’image donnée du champion n'est finalement que le reflet de l'action et de l'imagination de l'homme.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search