Version classiqueVersion mobile

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects sociologiques

Discussion

Aspects sociologiques

Texte intégral

1La pratique de la compétition sportive à un haut niveau exige un engagement toujours croissant pour les pratiquants. Elle implique souvent des choix de vie. Quels en sont les effets ? La société, qui s'enorgueillit des bonnes performances, les perçoit-elle objectivement et les reconnaît-elle à leur juste valeur ?

2Les divers conférenciers ont apporté quelques éléments de réponse à ces questions. Mais la richesse des débats et le foisonnement des idées montrent combien aujourd'hui le mouvement sportif s'interroge sur le sens de l'action qu'il mène.

Quel statut pour le sportif de haut-niveau ?

3Peut-on en même temps exiger de plus en plus d'entraînement et de compétition tout en continuant de considérer le sportif comme un amateur ? Fautil au contraire en arriver d'ici peu à le considérer comme un professionnel, à lui attribuer un statut, avec ce que cela sous-entend ?

4Sur ce thème, les positions ne sont pas véritablement tranchées et assurées. Mais l'unanimité de parole se fait pour souligner combien il est nécessaire que les choses soient précisées. Certes depuis le début des années 70 les positions du C.I.O. ont évolué dans ce sens. Mais à ce jour le Comité Olympique n'en est pas encore à envisager l'assimilation de l'athlète de haut niveau à un statut socio-professionnel (au sens de l'I.N.S.E.E.), ceci pour tenir compte entre autres du mode de représentation voulu par les pays de l'Est.

5Toutefois, par petites touches, on tend vers un statut socioprofessionnel de l'athlète de haut niveau. D'un point de vue financier, primes et contrats attestent de cette place un peu particulière occupée dans le corps social. D'ailleurs, dans certains pays (de l'Est principalement), le sportif occupe une position sociale supérieure à celle de l'artiste !

6Peut-on comparer sportifs et artistes ? Tous deux tentent certes de conquérir l'infini, l'impossible. Et ce n'est jamais une quête de l'inutile. Mais il ne faut surtout pas omettre la spécificité du sport sous peine d'en rétrécir la place, d'en réduire la représentation. A l'inverse de l'artiste qui s'inscrit dans la durée, l'athlète s'inscrit dans la brièveté. Et il doit de plus en plus assumer des responsabilités de représentation de la collectivité locale ou nationale. D'où la nécessité d'une reconnaissance de la fonction sociale du sportif de haut niveau afin de lui garantir les meilleures conditions matérielles et psychologiques de réussite.

7De ce point de vue, si certains redoutent qu'un statut soit un cadre trop "enfermant" et préfèreraient l'assimilation à une catégorie socioprofessionnelle, chacun s'accorde à reconnaître - à déplorer ? - que la dénomination "athlète de haut niveau" permet de justifier d'une politique ou d'une non-politique locale, régionale ou nationale.

Reconnaitre le rôle des clubs

8Aujourd'hui le sportif de haut niveau n'est plus un "fruit spontané". C'est un produit ! Il importe donc de reconnaître le rôle social des structures de production que sont les clubs. Sans eux il n'y aurait pas de champions. Le club doit produire des sportifs. Il fait de la formation sportive "générale" et il ne sait pas s'il va engendrer un champion. Lequel se révèle toujours contraignant pour un club : l'athlète de haut niveau et le club ont des logiques d'action et d'intérêt différentes. Le premier vise toujours à optimiser le plus vite possible son développement de carrière sportive et/ou sociale tandis que le second tente de pérenniser ses activités.

9Par conséquent faut-il considérer le regroupement des sportifs de haut niveau comme une panacée ?

10De plus en plus l'Etat se substitue, en tout ou partie, au club à un certain stade de la performance (au travers des sports-études par exemple). Il s'agit là d'un problème structurel important. Ces regroupement constituent une perte pour le club. Le sportif a reçu un savoir, voire un savoir-être. En partant il ne peut pas rendre (entraînement, encadrement) au club formateur (la sève d'un sport), aux dirigeants et formateurs de base.

11Il s'avère important de situer le moment du regroupement de cette élite afin de ne pas nier le club en tant que structure sociale. Les réformes en cours et les efforts régionaux permettront peut-être d'atténuer le risque de voir les clubs vidés de leurs meilleurs éléments. Car les clubs demeurent la cellule de base du sport français : ils ont fourni 90 % des sportifs passés par l'INSEP et 90 % des participants aux Jeux Olympiques de 1984 !

Des droits et des devoirs

12La société exige du sportif de haut niveau qu'il représente la collectivité et lui impose, de fait, des choix personnels d'organisation de vie. Il est du ressort de la responsabilité des dirigeants de l'écouter et de l'aider, voire parfois de dépasser un certain paternalisme exacerbe en vue de le garder sous leur coupe.

13Le sport constitue un jeu bénéfique à un niveau moyen lorsqu'il permet (et parfois améliore) un investissement social. Mais il devient un danger dans le cas de la haute compétition si l'athlète est un peu "juste" et n'atteint pas le très haut niveau. Il incombe aux dirigeants de penser des plans de carrière et d'adopter des structures spécifiques pour l'athlète de haut niveau.

14Le champion a lui aussi des droits et des devoirs. Il mérite le respect pour l'effort qu'il accomplit, pour l'être humain qu'il est et pour sa vie privée. Mais il a aussi des devoirs qui tiennent à sa valeur d'exemple. Son activité publique implique le respect de quelques conduites sociales, l'acceptation d'un état d'esprit (le fair play et un certain sérieux). Car, plus que des valeurs sportives, commerciales ou économiques, le sportif incarne (et combine) des valeurs éthiques et esthétiques. Les champions inquiètent et fascinent le corps social. Ils ne doivent donc pas négliger ou nier leur rôle d'exemplarité.

Les dangers d'un univers global clos

15L'inflation d'entraînement en vue d'atteindre le haut niveau "interdit" quasiment à l'athlète de penser à autre chose qu'à son sport, notamment à la reconversion. Elle induit aussi une "inflation" de la relation avec l'entraîneur et, à un moindre degré, avec les dirigeants.

16Ceci peut être gênant pour chacun. Mais surtout cela implique le dépassement d'un simple rôle de technicien au profit ( ?) d'un rôle éducatif en remplacement des parents et la prise en charge globale de l'individu.

17L'entraîneur, selon sa situation personnelle, est un éducateur attaché aux valeurs morales, confident et auxilliaire indispensable du champion, ou un technicien jouant sur son crédit pour mener une action "commando" visant un objectif précis et ponctuel. Mais dans les deux cas des différences de statut social et de génération persistent, favorisant par là-même la situation de dépendance de l'athlète. Dirigeants et entraîneurs ne peuvent réfuter leurs responsablilités en arguant que les sportifs de haut niveau sont des égoïstes, des êtres "anormaux". Ceci s'avère d'autant plus vrai que l'athlète est jeune.

18L'univers du sport est principalement constitué de la triade athlète-entraîneur-dirigeant. Le premier ne possède pas toujours les éléments d'information pour comprendre les logiques d'action, les stratégies ou les tactiques des autres acteurs, ce qui accentue parfois les conflits et limite les capacités de prise en charge. Cette relation se caractérise enfin par une forte inégalité de pouvoir nuisible au développement de la personnalité d'individus que l'on confine uniquement dans un rôle d'athlète. Faut-il dès lors s'étonner de trouver très peu d'anciens sportifs de haut niveau au sein des appareils fédéraux ? Comment remédier à cette gabegie des compétences ?

Quand les lumières s'éteignent...

19"Il n'est de champion véritablement digne d'admiration que lorsque le sportif se révèle aussi exemplaire sur le stade qu'en dehors", selon Pierre ALBALADEJO.

20Mais ce héros, ce demi-dieu, est fragile et en danger. Ce qu'il vit sur le stade est extraordinaire. Mais le principe de réalité s'impose immanquablement à lui lorsque les feux des projecteurs s'éteignent. Il faut glorifier la performance, le geste parfait du champion qui repousse les bornes, ouvre les voies nouvelles, sert de modèle. Mais il y a risque à amalgamer le fait et son auteur car ceci contribue à marginaliser socialement l'individu.

21Seule une somme d'efforts, de petites choses résolues, de dixièmes gagnés ou de moyens mis en oeuvre par diverses personnes permettent un jour de franchir cette frontière - à la fois réelle et irréelle - qui sépare "la" performance de l'ensemble des résultats. Mais le franchissement de cette frontière si ténue change-t-elle pour autant la nature de l'individu, la personnalité du sportif ? C'est à l'entourage, et principalement à l'entraîneur, qu'il convient de relativiser, de juguler ce discours réificateur afin que l'athlète garde à l'esprit - quand cela ne l'obsède pas déjà - la question de l'après compétition.

22La pratique d'un sport à un haut niveau devient de plus en plus exigeante. Mais les disciplines sont différenciées, entre autres, par le degré d'ouverture et de fermeture à la vie sociale qu'elles induisent pour leurs pratiquants. Certains sports, tels le rugby, permettent une vie sociale parallèle à l'activité sportive tandis que d'autres, comme le ski, demandent un investissement complet qui dé-socialise les champions. D'où parfois une plus grande difficulté à s'adapter à une forme de vie normale.

23Par conséquent a-t-on aujourd'hui le droit d'affirmer que l'on ne doit rien au champion sous le prétexte qu'il tire suffisamment de royalties de sa condition (notoriété, voyages, etc) ? Mais à l'inverse il existe quelques risques à trop vouloir le prendre en charge : bien des contrats d'athlètes de haut niveau s'avèrent vides d'intérêts, servant à légitimer un discours sans pour autant laisser augurer d'une véritable insertion et promotion de l'athlète.

Négocier et utiliser le changement

24Bien sûr tout le monde s'accorde pour clamer qu'il faut aider le sportif de haut niveau et qu'il revient à celui-ci de savoir en tirer bénéfice.

25Mais à ce jeu y a-t-il véritablement compétition ?

26Qu'ils soient hommes, femmes, clubs, disciplines, tous ne partent pas à égalité dans cette course à la reconnaissance et à l'insertion sociale. Il est des voies royales, "porteuses", et d'autres parsemées d'obstacles et de "glorieux" anonymat. La course des valeurs ne corrobore pas nécessairement la valeur réelle des performances. Faut-il dès lors s'étonner de quelques brillantes reconversions, encore et toujours contées avec lyrisme par les médias ou par quelques dirigeants soucieux d'honorabilité ? Doit-on stigmatiser avec les détracteurs les reconversions manquées et stigmatisantes pour les dirigeants qui s'empressent d'individualiser, de psychologiser les cas.

27Une étude approfondie et méthodique permettrait de dépasser les catégories spontanées des mythes dorés ou des déchéances tragiques. Elle révélerait certainement la réalité sociale des sportifs et plus encore la réalité de l'après sport.

28Ce constat pourrait servir à mieux affronter l'avenir. Car l'éco-système sportif tend à subir un évolution accélérée sous l'action de nouveaux entrants (bailleurs de fonds) dans le champ qui tentent de redistribuer les données. Cette situation changeante, en créant des incertitudes, réaménage par là-même de nouvelles zones d'influence. N'y a-t-il pas là de nouvelles latitudes d'action que le mouvement sportif doit s'empresser d'utiliser à son profit en négociant cette évolution ?

29Face au risque de dilution de la fonction de socialisation et d'intégration des disciplines sportives laissées essentiellement aux mains des sponsors, le mouvement sportif dispose ici d'un atout maître qu'il lui appartient de jouer au mieux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search