Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects sociologiques

La valorisation sociale de la performance sportive : constats et perspectives

Jean-Paul Callède

Texte intégral

1Le développement spectaculaire du sport de haut niveau doit être considéré comme un fait majeur - culturel, social, économique et politique - de la seconde moitié du XXème siècle. Le principe de performance est devenu presque exclusif dans ce qu'il est convenu d'appeler le sport d'élite. La haute performance, de toute évidence, demande un investissement considérable, programmé et constant, de la part de l'athlète. Elle se mesure par des critères objectifs et rationalisés. Elle nécessite une détection précoce, un entraînement régulier et intensif et, parfois, le recours à des usages "para-médicaux" sur lesquels plane une certaine réprobation diffuse.

2La recherche de la performance implique donc une radicalisation des choix de l'athlète (ou du couple qu'il forme avec l'entraîneur) qui n'est pas sans conséquence sur sa reconversion sociale post-compétitive. Le public, friant consommateur d'exploits spectaculaires, se pose rarement des questions sur l'environnement - social - au sein duquel évolue le champion, si ce n'est sous forme de "jugements" très fragmentaires et simplistes. Et les responsables du marché des biens d'équipement sportifs, quant à eux, s'appuient bien plus sur le renouvellement régulier de l'élite sportive que sur les acteurs qui précisément la composent.

3Le thème de la valorisation sociale de la performance est de première importance. Les propos qui suivent s'efforcent de dégager un ensemble de points susceptibles d'éclairer cette difficile question. Notre problématique, à bien des égards exploratoire et interrogative, n'a donc pas un caractère exhaustif et se limite à un éclairage sociologique. C'est dire que nous n'aborderons pas directement les expériences "ponctuelles" et "militantes" visant à valoriser le champion et ses performances ou à "éduquer" le public...

  • 1 Une double dimension saisie par Pierre LEBLANC dans un article fort bien documenté et - justement (...)

4Il nous a paru utile de définir un cadre général de discussion et d'échange prenant en compte simultanément deux plans : le présent du sportif performant et le temps de sa (re)conversion post-compétitive, avec les garanties ou les incertitudes sociales qui les accompagnent.1

5Notre exposé s'articule autour de trois aspects. Le premier concerne quelques généralités relatives aux rapports qui se nouent entre culture sportive, performance et opinion publique. Le suivant traite de la valorisation sociale par la performance sportive. Le dernier, enfin, vise à définir quelques préalables indispensables à une véritable valorisation sociale de la performance.

Culture sportive, performance et société quelques perspectives générales.

6La culture sportive, par sa complexité et sa diversité, rend extrêmement délicate la prise en compte d'une réelle valorisation sociale de cette caractéristique spécifique du fait sportif qu'est la performance.

La recherche de la performance

7La pratique sportive ne saurait être dissociée d'une - certaine - recherche de la performance. Une activité sportive sans confrontation compétitive, sans performance individuelle et/ou collective se réduirait à un simple exercice de détente ou d'hygiène.

les niveaux de performance et leur appréciation

8Il ne fait pas de doute qu'un ensemble hiérarchisé de seuils et de critères définissent, au sein de l'institution sportive, différents niveaux de performance et, par là, plusieurs catégories de compétiteurs. On se reportera ici, par exemple, à la classification des sportifs proposée dans la plaquette du Ministère de la Jeunesse et des Sports : Le sport de haut niveau (1985).

9Sur un autre plan, rappelons également que l'exaltation de la haute performance peut irriter les réformateurs de la société et autres prédicateurs de la morale publique. Pourtant, faisant face à ces tenants d'une conception très "relativiste" de la réussite sportive, les défenseurs d'une performance maximale ne sont peut-être pas moins ridicules dans leurs plaidoyers. C'est pour cela qu'il nous paraît prudent de rompre - raisonnablement-, et autant que possible, avec de telles argumentations "apologétiques".

la spécificité croissante du sport de haut niveau et le prix de la performance

10La pratique sportive de très haut niveau tend à s'imposer comme un type de rôle social spécifique au sein de la société. Ceux qui y prétendent prennent un risque assez considérable concernant la réalisation de leur vie entière et ils doivent trancher ou composer avec d'autres rôles liés à la formation scolaire, universitaire et/ou professionnelle, l'exercice d'un métier, le mariage et la famille, les loisirs... De même, véritable enjeu social, économique, voire politique, le sport d'élite n'est pas tant une activité "hors du social" qu'une activité sociale particulière. La difficulté de l'analyse, posée en termes de valorisation sociale de la performance, tient aussi au fait qu'il s'agit à la fois d'une activité sociale à part entière et d'une activité sociale à part.

La performance sportive comme "exploit"

11Disons quelques mots d'un certain type d'appréhension du sport de haut niveau, de ses performances et de ses champions. Dans l'opinion publique, l'univers du sport procède à la fois de l'imaginaire et de la réalité sociale. Cette signification anthropologique, se développant sur une dualité de registres, ne facilite pas toujours la tâche du sociologue.

Un spectacle d'exception et des êtres de légende...

12Le fait sportif de haut niveau, dans sa présentation et dans sa retransmission, fait apparaître un langage, une rhétorique qui ouvrent largement sur l'imaginaire. De tels procédés, facilités par les moyens de communication de masse, correspondent à une attente - légitime - du public. Le fait sportif transporte le spectateur sur le plan de l'essentiel, du mythe et du merveilleux, tout en s'inscrivant dans la réalité concrète - et sociale - de la confrontation sportive.

13Cette majoration épique, combinant l'expression et la projection, selon les termes mêmes que Roland BARTHES propose dans ses Mythologies (1957), est sans nul doute un des traits constitutifs de la culture sportive de notre XXème siècle. Assurément, une telle perspective introduit une sorte de "fausse connaissance" du fait sportif qui joue comme un obstacle à une véritable valorisation sociale de la performance et de la prestation du sportif...

Le champion et sa fonction sociale

14Notons que le "champion" joue un rôle non négligeable au sein de la société. Sans doute faudrait-il distinguer avec soin plusieurs niveaux et leurs significations sociales respectives.

15La performance et le champion remplissent un rôle évident dans la socialisation culturelle de l'enfant et de l'adolescent. Le jeu permet à l'enfant de "prendre des rôles" et le jeu sportif de s'intégrer dans un ensemble de rôles pour accéder à ce que G.H. MEAD appelle l"'autrui généralisé". La performance et plus encore l'image du champion peuvent devenir source et facteur d'identification et d'imitation.

16De même, les personnalité politiques, les responsables d'entreprise, les élus locaux sont unanimes à souligner la fonction sociale "positive" du champion.

  • 2 Ministère de la Jeunesse et des Sports : Le sport de haut niveau, plaquette éditée en 1985.

17"L'athlète est un véritable symbole de la réussite, son image est liée à l'idée d'entreprendre et de gagner" 2

  • 3 Sur ces aspects, voir en particulier le document de synthèse réalisé par Pierre LEBLANC et Borhane (...)

18L'exemplarité du sportif influence, dans une certaine mesure, les valeurs et les comportements des jeunes. A cet égard, le sport de haut niveau peut jouer un rôle d'incitation à la pratique, dans le cadre du sport de masse, et susciter des vocations. Les possibilités de rattachement des sportifs de haut niveau à des services municipaux des sports3 vont quelquefois dans le sens d'une valorisation sociale. Les responsables d'entreprise ne manquent pas de souligner le rôle d'émulation des sportifs de haut niveau. Hervé GRANGER-VEYRON, escrimeur, est entré dans les établissements EDF - GDF en novembre 1982. Son supérieur hiérarchique présente ainsi son "rôle" au sein de l'entreprise :

19"Le travail d'H. G-V. est essentiel, son dynamisme et ses qualités de battant cadrent parfaitement avec l'esprit commercial développé dans les établissements EDF/GDF. Si on y ajoute compétence et esprit d'équipe, on comprend aisément qu'un sportif de haut niveau trouve tout naturellement sa place dans un service qui recherche avec détermination la performance" (in Le sport de haut niveau, op. cit.).

20Retenons le ton et le vocabulaire utilisés qui sous-entendent une stricte correspondance entre les "valeurs" du sport de haut niveau et celles qui prévalent au sein d'une entreprise "dynamique". Valorisation sociale de la performance sportive et valorisation sportive de la performance sociale renvoient l'une à l'autre comme par un jeu de miroirs... Nous aurons l'occasion de revenir sur ces figures tantôt métaphoriques tantôt analogiques, assez répandues dans le domaine qui nous intéresse.

La caractérisation sociale de la performance

21La "définition" sociale de la performance résulte - ou procède - de différents processus de représentation du fait sportif. Une politique volontariste de valorisation sociale de la performance se doit d'en avoir une conscience et une maîtrise conceptuelle aussi précises que possible. Nous insisterons ici sur deux processus majeurs et relativement contradictoires : d'une part l'idéalisation emphatique et mythique de la performance, d'autre part, la "désocialisation" progressive de la performance.

Paraboles, métaphores et analogies autour de la performance et du sportif

22Sans vouloir revenir sur quelques remarques précédentes, force est de constater que la performance apparaît, pour le public, comme l'instant privilégié, unique, de la "réussite" sportive, par ailleurs fragile et éphémère. Sa puissance symbolique, sa résonance émotionnelle tiennent essentiellement à de telles caractéristiques. Un autre aspect, relativement dissocié de ce plan, concerne le (re)classement social des athlètes. Or, très souvent, le problème de la réussite sociale des sportifs de haut niveau se résume dans l'opinion à l'admiration de reconversions très réussies et spectaculaires et, conjointement, au constat attristé de quelques cas dramatiques d'échecs ou de ratages non moins spectaculaires. Ce lyrisme rend interminables et mal ajustés bien des discours et des commentaires et, à notre avis, il ne sert pas la compréhension-sociale ou sociologique - du fait sportif. Plus encore, il l'occulte.

23En un sens, une véritable valorisation sociale de la performance - au présent avec l'acte ou la production athlétique et plus globalement avec la carrière professionnelle post-compétitive - passe probablement avec la diffusion d'une autre image du sport, ordonnée autour de valeurs plus "réalistes", procédant d'une connaissance précise et rigoureuse du milieu sportif.

"Désocialisation" de la performance et déclin de l'esprit sportif

24En rompant avec ce "charme" de la représentation "idéalisée", que constate-t-on ? L'élévation du niveau de performance instaure une certaine distance - ou rupture - du sportif à la collectivité, au sein de la "communauté sportive" elle-même, et, en un sens, des sportifs entre eux.

25Dans le but de conserver ou d'atteindre le meilleur rang international et/ou mondial, la performance s'impose comme le critère essentiel. Certains principes humanistes sont ainsi sacrifiés à cet objectif majeur et le système sportif du haut niveau international contredit l'idéal - éthique - d'une universalité du sport transcendant les lignes de fracture politiques et idéologiques.

  • 4 Voir par exemple le chapitre consacré au sport dans l'ouvrage de Christopher LASCH : Le complexe d (...)

26Cette évolution s'accompagne d'un changement d'attitude des sportifs. Le prestige social et les revenus motivent de plus en plus la pratique de haut niveau et ce, indépendamment sans doute des régimes politiques4. De plus, l'autonomisation progressive du sous-système sportif du haut niveau accentue le processus de "désocialisation" qui affecte le sport.

27Ce mouvement se retrouve sur un autre plan avec l'élévation du niveau des performances. Ne percevant plus la possibilité d'accéder à l'élite, les sujets composant le sport de masse ont tendance à s'orienter vers les formes du sport-loisirs.

28De nombreux facteurs contribuent ainsi aux changements - internes - des systèmes de valeurs des sportifs de haut niveau. De même, on enregistre de sensibles modifications dans la représentation sociale - externe - de la performance et de l'élite sportives. A certains égards, le processus de "désocialisation", que connaît le sport de haut niveau (élévation des performances, "marchandisation" de l'événement sportif, ouverture vers le sport-loisir et le "sport pour tous"...) est probablement le signe d'une forme de déclin de l'esprit sportif.

29Ces quelques aspects, à peine esquissés ici, sont l'occasion de marquer, par delà la complexité du fait sportif et quelques unes de ses contradictions, des obstacles potentiels à la mise en oeuvre d'une valorisation sociale de la performance.

La valorisation sociale par la performance. apercu institutionnel et biographique.

30Le thème de la valorisation de la performance passe d'abord, à notre sens, par la reconnaissance, par la valorisation sociale - de l'athlète - par la performance. Nous aborderons succinctement cette perspective sous l'angle de l'institution sportive et sous celui de la biographie de l'athlète performant.

La préparation a la haute performance

31Cette préparation correspond à un cas particulier et spécialisé de l'orientation sportive. Une des missions essentielles des fédérations sportives est de renouveler - en l'élevant - le niveau de leur élite. Pour cela, elles s'appuient habituellement sur l'organisation hiérarchisée des clubs et des compétitions et sur les performances réalisées. Pourtant, l'élévation des niveaux de performance et de prestation sportives impose désormais de recourir à des dispositifs institutionnels mieux adaptés à la confrontation internationale.

Détection des talents et rentières sélections sportives

32La recherche de jeunes sujets présentant les potentialités les plus élévées, les mieux appropriées également, est une des conséquences directes de l'évolution récente du sport. Certains pays ont déjà prouvé l'efficacité de la détection du "talent" sportif dans le cadre d'un plan de développement de l'élite et de l'optimisation des performances.

  • 5 Cf. Georges CAZORLA : "Aide à l'orientation, détection, sélection, suivi de l'entraînement. Conditi (...)

33Si l'on en croit les travaux de spécialistes, nous possédons aujourd'hui une maîtrise technique relativement fiable en matière de tests prédictifs5. Par contre, il n'est pas sûr que nous ayons conjointement une maîtrise tout aussi efficace de la définition des contextes socio-institutionnels permettant la préparation à la haute performance, en relation par exemple avec le thème abordé ici.

  • 6 P. LEBLANC identifie trois scénarios possibles : - se consacrer d'abord aux études et réduire mome (...)

34De plus, la valeur du pronostic initial ne peut se vérifier que par le suivi de l'entraînement, se traduisant par une intensification des temps de préparation et des périodes de compétition, une modification des intérêts et des priorités du jeune athlète par lesquelles l'entraîneur engage lui aussi sa propre responsabilité. Et rares néanmoins sont les études qui prennent ces aspects en considération6 C'est bien dommage dans la mesure où une information synthétique et précise pourrait mieux asseoir la crédibilité de l'institution sportive et favoriser une certaine valorisation sociale de la performance. On serait alors en mesure de bien évaluer les latitudes d'action, les "passerelles" pouvant jouer à l'occasion de changements d'orientation ou de stratégie personnelle des athlètes.

Pratique sportive et perspectives d'insertion professionnelle

35Le jeune athlète fait figure de stagiaire aux antichambres de la haute compétition internationale. Deux cas doivent être distingués : celui des athlètes appelés à progresser plus encore et à se hisser au niveau de l'élite internationale et mondiale, celui des sportifs qui, pour diverses raisons possibles, doivent envisager une forme de reconversion précoce. De telles "retraites" prématurées ont pour cause la lassitude, l'incertitude quant au choix effectué, la déception relative aux résultats sportifs obtenus ou à l'ambiance sportive et, plus rarement, des erreurs d'entraînement ou des problèmes médicaux. Notons à cet égard qu'il serait utile de développer les recherches psychologiques et les analyses socio-médicales (des formes de traumatologie) liées directement à la pratique performante précoce.

36A ce niveau de la carrière sportive, quelles sont les garanties de rattrapage et de recyclage - scolaire et/ou professionnel - pour les moins doués, les déçus ou les blessés ? Pour les autres, est-il raisonnable de les "laisser" s'orienter sans de solides garanties initiales vers la pratique intensive et exigeante du sport de haut niveau ? Ces garanties doivent porter autant sur le présent sportif que sur le futur social. Bref, une valorisation sociale par la performance et conjointement de la performance.

L'athlète performant

37Le sport de haut niveau se caractérise par un environnement - mental et institutionnel - très particulier. Le rôle de l'entraîneur s'intensifie, le groupe restreint - l'équipe, le collectif d'entraînement - prennent une place majeure dans le système de référence de l'athlète. Son temps quotidien est organisé autour du "temps sportif" ; plus encore, il lui est subordonné. Cette situation peut se traduire le cas échéant par un relatif isolement social sinon par une "marginalisation" du champion, y compris au sein de son club d'appartenance.

Le champion et sa prise en charge

38Avec l'élévation des performances, le temps consacré à l'entraînement et à la préparation des compétitions s'est accru et les rapports entraîneur/entraîné se sont resserrés. L'athlète tend alors à évoluer dans un milieu spécifique, restreint et au contact de quelques spécialistes : l'entraîneur, des techniciens divers, le médecin, le masseur-kinésithérapeute, le diététicien, voire le psychologue ou le fondé de relations publiques.

  • 7 Raymond THOMAS : Psychologie du Sport. Paris, P.U.F., 1983, (cit. p. 22).

39"Le sujet qui se destine à la haute compétition doit s'y consacrer totalement. Le sport envahit son existence" souligne Raymond THOMAS7.

40De ce fait, la rémunération comme reconnaissance - sociale - de la performance ne devrait pas susciter autant de divergences d'opinion. Une activité "à plein temps" ne saurait être menée à titre gracieux et toute compétence indiscutable, de nos jours, se voit "rétribuée"... Il est vrai, en outre, qu'on peut observer des différences pour le moins étonnantes entre la "valeur" financière d'un footballeur et celle d'un nageur ou d'un athlète. De même, la femme sportive est nettement plus désavantagée que l'homme. L'histoire des disciplines sportives explique pour une part de telles différences d'évaluation de l'excellence sportive ; pourtant, le passé n'est sûrement pas le seul aspect à invoquer... Mais cet autre débat nous mènerait trop loin !

  • 8 Cf. T. FOLDESI : art. cit. et, de Georg ANDERS : « The role behaviour of top athlétes : coping wit (...)

41Soulignons que l'activité du sportif de haut niveau n'a rien à voir avec une sorte de "vie de château". Elle impose une discipline de vie et des choix difficiles à assumer. Divers travaux réalisés à l'étranger montrent comment les athlètes de haut niveau s'efforcent de surmonter différents conflits de rôle. Ces conflits et les stratégies d'action visant à les résoudre varient selon la discipline sportive pratiquée (poids de l'entraînement, âge pour atteindre les meilleures performances, liaison avec le milieu social d'appartenance, degré de publicité et de commercialisation sportive...) et selon le sexe de l'athlète8.

42Il nous paraît normal que l'athlète soit le plus à même de négocier sa valeur sportive quand il se trouve à son "top-niveau" ou en forme ascendante. Et, sinon, comment parler véritablement d'une valorisation sociale de la performance ? Rappelons, pour en terminer sur ce point, que, compte tenu des écarts financiers enregistrés en fonction des disciplines sportives, on observe bien des cas de survalorisation et/ou de dévalorisation - sociale - des performances...

Son rapport à la société et à la pression médiatique

43Le type de préoccupation de l'athlète de haut niveau montre un certain "rétrécissement" de l'horizon social. Le "monde" sportif s'impose alors comme une totalité mentale. Les préoccupations et les perspectives socioprofessionnelles sont généralement réléguées sur un plan secondaire, voire contingent. Le devenir social et professionnel est occulté par un présent sportif très dense. Peut-être y a-t-il même incompatibilité radicale entre ces deux plans, pour le sportif en pleine possession de ses moyens physiques et de son art.

  • 9 Le bel ouvrage autobiographique de Jules LADOUMEGUE : Dans ma foulée (Paris, Amiot-Dumont, 1955), (...)

44Le champion se perçoit aussi dans les yeux du public. La pression médiatique constitue une des principales relations que l'athlète entretient avec la société globale. La presse, le public ne sont pas neutres dans leurs commentaires sur la "prestation sportive", sur la "performance" et sur la "personnalité" du sportif. Ainsi, un rapport fragile et changeant s'établit, qui peut devenir pour l'intéressé source d'inquiétude et de désorganisation psychologique9.

45La reconnaissance sociale de la performance, par delà l'appréciation de "la beauté du geste", doit passer par la reconnaissance du risque social pris par le sportif de haut niveau.

L'abandon de la haute compétition

46Le moment critique, redouté aussi, de l'abandon de la haute compétition est généralement sous-estimé par le public et... par les chercheurs.

le retrait de la scène sportive

47L'image consacrée - de la scène sportive - traduit bien l'achèvement de la prestation de l'"acteur" sportif qui, jusque là, focalisait sur lui les feux de la rampe et les médias. Ce retour à l'anonymat, brusque parfois, n'est pas sans affecter - provisoirement - la personnalité du sportif.

48"Le retrait de la scène sportive, étape ultime de la carrière du champion, constitue un temps fort de la vie de l'athlète et, en général, il n'y est pas préparé". (R. THOMAS : op. cit., p. 21)

49L'assistance technique et matérielle inféode pour une part l'athlète à un "système de production" aux ramifications complexes, qu'il ne perçoit pas toujours comme tel, et qui le tient éloigné de l'appréciation de certaines échéances sociales inévitables. Il est subordonné, en quelque sorte, à ce "système" dont l'enjeu économique n'est plus à démontrer.

50La valorisation sociale de la performance doit permettre au champion de ne pas être traité comme un simple "produit" de consommation (spectacle, support publicitaire, échéance sportive du calendier européen ou mondial...). Or, trop souvent, l'abandon de la haute compétition montre ce que la "reconnaissance" de la performance et des "services rendus" peut avoir de fragile et d'illusoire...

La "renaissance" à la vie collective et sociale

  • 10 Se reporter par exemple à l'article désormais classique de Peter HILL et Benjamin LOWE : « The ine (...)

51La réussite sportive inclut sûrement la réussite de la "sortie" du domaine de la compétition active. Il s'agit pour le sportif autant de se construire une nouvelle identité sociale que de se préparer à subir, dans l'immédiat, le choc psychologique que constitue la fin de carrière10.

52L'ex-champion perd - de - son statut social en quittant la pratique sportive du haut niveau. C'est un constat qui déborde très largement la seule recherche d'un emploi. Il convient cependant de souligner les difficultés socio-professionnelles que vont, le plus souvent, connaître les sportifs au sortir de la compétition, surtout si le devenir social n'a pas été préparé.

53On peut penser que les difficultés rencontrées par les sportifs sont très variables selon les disciplines sportives et selon le niveau de performance atteint. Nous aurons l'occasion de revenir sur ces aspects.

54Prenons garde aussi de ne pas reproduire l'idée reçue de l'"athlète-assisté" ou de l'"athlète-irresponsable" ; ce genre d'images rassure, donne bonne conscience et "psychologise" des questions qui demandent pour l'essentiel un traitement socio-institutionnel s'inscrivant dans une politique de développement sportif !

55La "renaissance" à la vie sociale est parfois d'autant plus délicate que le sportif "retraité" doit rompre avec l'univers familier du sport. N'est-ce pas regrettable ? Une reconnaissance sociale et durable de la performance ne passe-t-elle pas également par la valorisation d'un savoir, d'une expérience propre du sport de haut niveau ? L'athlète, qui engage une reconversion sociale, possède déjà une identité sociale : une mémoire, des compétences et des acquis parfois mésestimés... A ce titre, le sportif lui-même est susceptible d'assurer, dans une certaine mesure, sa propre valorisation sociale !

Quelques préalables a une véritable valorisation sociale de la performance.

56Nous avons regroupé dans cette dernière section trois ensembles de références qui nous paraissant de nature à favoriser une valorisation efefctive de la performance. Dans les limites de cet exposé, leur traduction institutionnelle ou administrative a été simplement esquissée.

Des recherches à approfondir ou à entreprendre

57La grande pauvreté bibliographique sur ce sujet, en France et par rapport aux productions étrangères, est pour le moins étonnante. Là encore, la preuve en est qu'une véritable valorisation sociale de la performance manque de points de référence pour s'exprimer efficacement.

  • 11 Cf. P. LEBLANC : art. cit., I.C.S.S. et l’enquête réalisée auprès des sportifs anciens stagiaires (...)

58Les travaux disponibles11 gagneraient à être actualisés, complétés et élargis plus systématiquement à des fins d'analyse comparative. D'autres aspects, par ailleurs, restent entièrement inexplorés, au moins en France. Ces acquis de la recherche permettraient de dépasser le plan des constats empiriques épars, des anecdotes et des recommandations, et la simple énumération de figures quasi-rhétoriques illustrant comme autant de "portraits-modèles" les réussites et les échecs sportifs et/ou sociaux...

Motivations et stratégies des athlètes de haut niveau

59L'élévation des niveaux de performances, la radicalisation des choix (sportif, scolaire, professionnel...), la démultiplication des formes de compétition sportive, la commercialisation et la "marchandisation" du fait sportif, l'impact des mesures proposées en faveur du sport de haut niveau, etc. Autant d'aspects qui mériteraient d'être étudiés sous l'angle de la sociologie.

60De même, il serait utile de réaliser conjointement des enquêtes biographiques, de motivation et de stratégie, des athlètes de haut niveau qui s'engagent ou sont engagés dans la compétition sportive. Comment jouent ici les principales variables indépendantes : âge, sexe, milieu socio-culturel, niveau scolaire ou professionnel, diplômes... ? Quel est le degré de rationalisation du présent et du futur sportifs (espérances de réussite, objectifs visés, évaluation du "manque à gagner"...) ? Quelles sont les stratégies de (re)conversion post-compétitive élaborées ? Quelle peut être ici l'influence de l'entourage (famille, entraîneur, club, tierce personne) ou de la mode ? Y-a-t-il, à cet égard, des évolutions et des effets de génération ? Bien peu de données sont aujourd'hui disponibles sur ces aspects de la performance sportive.

Les disciplines sportives et leurs spécificités sociales

  • 12 Le "marché de l'enseignement du tennis" fournit un bon exemple. En 1982, 1648 moniteurs ou profess (...)

61Cet autre aspect est important. On sait qu'il existe des différences sociales plus ou moins marquées selon les disciplines sportives. Comment évoluent ces caractéristiques selon les divers niveaux de pratique ? N'y a-t-il pas des différences spécifiques, voire des oppositions, nettement affirmées, pour le haut niveau, selon les disciplines sportives et leur degré de développement12 ? Autant de variables dites dépendantes qu'il faudrait identifier et croiser avec l'ensemble des variables indépendantes (présentées plus haut) : discipline olympique ou non, aire de diffusion du haut niveau international, masse de licenciés, émulation et niveau de performance des élites, degré de structuration commerciale (publicité, sponsoring), rapports amateurs/professionnels, etc.

62Il est indispensable aussi de bien identifier les processus cumulatifs - négatifs ou positifs - qui caractérisent et en un sens hiérarchisent les disciplines sportives : circulation de l'argent, organisation d'un marché commercial autour de la discipline (tourisme sportif, activités de pleine nature, biens d'équipement sportifs...), place dans le système de la mode et des canon de l'esthétique, résonance médiatique, prestige social, "recrutement" social, etc. Le tennis, le ski ou le judo, par exemple, n'offrent pas les mêmes opportunités que l'athlétisme, la natation ou l'haltérophilie. Et là, qui plus est, champions et championnes sont rarement sur un pied d'égalité. De même, l'autonomie financière (voire législative, avec la reconnaissance sociale de diplômes d'enseignement ou de gestion) du sportif de haut niveau est très variable selon les disciplines. Ces dernières, on l'a vu, s'inscrivent pour partie dans un contexte et un marché spécifiques plus ou moins favorables à une reconversion sociale décente.

63D'autres variables, enfin, qui ont le statut logique de variable intermédiaire, peuvent jouer un rôle non négligeable, support institutionnel local ("centre" de préparation sportive, section sport-études, club universitaire...), opportunités locales en matière de reconversion sportive (métiers de la mer, de la montagne...) et/ou professionnelle (politique d'entreprise, incitation des collectivités locales et territoriales...).

64De fait, une valorisation sociale de la performance ne nécessite-t-elle pas une politique publique - différenciée - visant dans un souci d'équité à compenser l'effet de ces facteurs de différenciation évoqués plus haut ?

65Etudes quantitatives et qualitatives font aujourd'hui défaut. Leurs données permettraient de mieux évaluer l'impact des mesures - d'initiative publique et/ou privée - prises en faveur du sport de haute compétition. D'autre part, elles faciliteraient la conception plus globale d'un véritable plan - institutionnalisé-de valorisation sociale de la performance. Enfin, elles fourniraient un outil de diagnostic précieux, le cas échéant, pour comprendre les contraintes, les obstacles et les limites à la réalisation de performances de haut niveau dans diverses disciplines.

Un ensemble de structures coordonnées plus efficaces

66On connaît les composantes institutionnelles du sport de haut niveau (voir par exemple le Manuel de l'éducateur sportif, de E. THILL, R. THOMAS et J. CAJA ou les textes officiels disponibles) ; nous n'y reviendrons pas. Il paraît plus utile d'insister sur l'esprit d'une véritable garantie institutionnelle de la valorisation sociale de la performance.

Des filières institutionnelles mieux adaptées

67En effet, le souci d'une bonne coordination des institutions sportives, publiques, privées, des milieux professionnels (formation alternée, spécialisation) s'impose comme la marque indispensable d'une valorisation sociale - et institutionnalisée - de la performance. Mais la réalité quotidienne n'est pas toujours aussi nette.

68"Il faut observer, objectivement, un manque évident d'idées directrices, un défaut de coordination des structures intéressées, (...) l'absence d'une réelle action, qui, au-delà des mots, s'attache à poser les fondements de ce problème" (Pierre LEBLANC : art. cit., p.241).

  • 13 Jean-François SAURIN aborde ces aspects dans un article : « échéances sociales, échéances sportive (...)

69De même, il est nécessaire de dépasser certaines solutions précaires ou en trompe-l'oeil. Les caractéristiques actuelles de marché de l'emploi (rareté des postes disponibles, exigence de qualification, élévation des savoirs et des compétences...) montrent la naïveté de certains parti-pris : promesse de débouchés professionnels directs, passe droit, exemple-vitrine, "planque" et rente de situation... introduisent une illusion de perspective13. Il est indispensable de (re)penser le délicat problème des dérogations qu'il conviendrait d'accorder aux sportifs de haut niveau dans le cadre de la formation secondaire, universitaire ou professionnelle. Et ceci, sur la base de passerelles et de relais institutionnels évidents et opérationnels.

70Une information générale doit être rassemblée sur le suivi de carrière sportive et/ou professionnelle des élites sportives du moment, de façon à évaluer la fiabilité des mesures en vigueur.

Une incitation interministérielle et des opportunités locales

  • 14 Cf Le sport de haut niveau, op. cit. et le dossier « réussir après », paru dans la revue Stadium, (...)

71La valorisation sociale de la performance sous-entend la réussite sportive ainsi que la réalisation d'un projet de carrière, à la fois sportif et professionnel des athlètes de haut niveau. Il faudrait proposer ici une analyse précise des textes, conventions et procédures contractuelles mises en oeuvre dans ce secteur. Rappelons simplement que des conventions ont été signées par plusieurs entreprises publiques ou privées (PTT, SNCF, SNAAS, EDF, RATP, Crédit Lyonnais, IBM, UAP, Fédération Léo-Lagrange...) ; elles concernaient 122 emplois (en 1985). Un certain nombre de conventions ont été négociées également à l'échelon régional14. Une politique contractuelle associant universités (UEREPS en particulier) et collectivités locales a été mise en place depuis quelques années. Les Clubs universitaires, de par leur statut, ne pourraient-ils pas jouer un rôle plus important, de médiation, dans certains aspects de la reconnaissance et de la valorisation de la performance ?

72Aujourd'hui, bien des débats, sur le plan de la politique générale, opposent les tenants du "public" à ceux du "privé", favorables à l'engagement ou au désengagement de l'Etat. Il n'en reste pas moins vrai que les pouvoirs publics doivent être sensibilisés plus encore sur la pratique sportive de haut niveau et sur les valeurs culturelles du temps présent ainsi que de leurs répercussions au plan économique et technologique. La valorisation sociale de la performance se révèle ici sous un angle qui n'est pas à négliger.

Pour une banalisation sociale du champion

73Ce dernier point est volontairement proposé sous forme de boutade. Il s'agit également de le développer comme un paradoxe qui conduit à penser l"'exceptionnel" (la performance, le champion) sous la dimension du "banalisé", mais pour mieux soutenir l'expression spécifique de la haute performance.

Une possible éducation sportive du public

74Il importe à notre avis de réconcilier le public avec ses champions. Il paraît indispensable de changer l'image - habituelle - du sportif de haut niveau, une image qui est en totale contradiction avec la place qu'il occupe dans la société. La sensibilité du "public"-, nourrie de fable, d'épopée, d'émotion, de joie ou de déception, n'est pas toujours préparée à appréhender le sportif dans son statut social spécifique. Certaines présentations, trop lyriques en un sens, de la performance peuvent desservir celui ou celle qui l'accomplit.

75La "pression" médiatique, au désavantage de l'athlète de haut niveau, est peut-être d'autant plus forte que l'élite nationale est "fragile" et que ses succès sont essentiellement rapportés sur le mode épique (et non rationnel). La presse, si elle veut s'en donner la peine, peut jouer ici un rôle d'information et de formation du public et les journalistes de la presse non spécialisée ont probablement une fonction non négligeable à remplir.

La performance : un essai de comparaison avec la culture

76Le thème qui nous occupe gagnerait à être envisagé sous l'angle d'une approche comparative entre deux types de performance : la performance sportive et la performance artistique. Et cela, pour plusieurs raisons. D'abord pour des raisons intrinsèques, qui tiennent à l'objet lui-même, la production d'une "performance" : l'oeuvre artistique ou l'exploit sportif. Ensuite pour une raison externe, en quelque sorte, qui tient à la façon sociologique d'appréhender ces deux types de production culturelle.

  • 15 L'analyse différenciée de la politique culturelle publique se réfère aux lois constitutives des di (...)

77Sur ce dernier point, rappelons que le développement des recherches n'est pas comparable. Les travaux réalisés en matière de politique culturelle, d'animation artistique et d'impact du mécénat public ou privé sur les productions culturelles et sur les conditions de travail de leurs auteurs sont nombreux et approfondis15. Il n'en est pas de même en sociologie du sport. Il serait utile, nous semble-t-il, de combler ce retard et d'engager une approche comparative portant à la fois sur les mesures politiques et sociales prises dans les domaines respectifs du sport et des beaux-arts et sur les modélisations sociologiques des problématiques élaborées. Ici, différences d'appréciation, d'interprétation et de prospective peuvent s'avérer largement significatives.

78Sur la question des traits et des caractéristiques propres à chacun des deux univers de "performance", au risque de paraître quelque peu inculte dans le domaine artistique, nous dirons que le sport obéit peut-être à des critères plus "objectifs", plus tangibles que l'art (tant pour le sport de haut niveau que pour le sport de masse, à l'échelon du club ou de la commune). Le sport se définit par des critères univoques de classement et de consécration de l'excellence. L'art, par contre, avec ses critères "subjectifs", rend floues les lignes - imaginaires - qui séparent le fait du contrefait ou du surfait...

79Entre sport et art, diverses caractéristiques sont semblables : l'assistance financière comme facteur de développement et d'extension du domaine, le processus complexe de professionnalisation et de revendication d'un statut social reconnu, l'impact et l'audience (entrées enregistrées à des manifestations...), le travail de création et d'innovation culturelles... D'autres sont au contraire très dissemblables : le temps d'expression (de la performance) et sa durée biographique, les phénomènes de "surpopulation" artistique, un rapport offre (culturelle)/demande (sociale) qui peut revêtir un aspect artificiel et arbitraire dans le cas de l'expression artistique, la performance sportive comme spectacle vivant, instantané (et non reproductible par définition), etc.

80Penser raisonnablement la question de la valorisation sociale de la performance sportive nécessite - aussi - de bousculer un certain ethnocentrisme du "monde sportif pour élargir la comparaison à d'autres secteurs de la vie sociale.

81Nous avons pris le parti d'aborder le thème proposé sous la double perspective de la prestation - sociale - du sportif de haut niveau et de sa (re)conversion post-compétitive.

82Le recours à une déconstruction analytique des dimensions sociologiques jugées pertinentes ne permet pas, on le comprendra aisément, de formuler un ensemble de propositions générales en matière de "politique" de valorisation de la performance.

83Cette approche, exploratoire et interrogative, doit être considérée comme un cadre de réflexion parmi d'autres possibles. Nous avons présenté d'abord quelques dimensions autour desquelles se modèle l'opinion publique concernant le champion et sa prestation. Ensuite ont été rapportés divers aspects intéressant plus précisément l'univers spécifique du sportif engagé dans la haute performance. Enfin, nous avons tenté d'identifier quelques préalables et médiations possibles qu'il conviendrait de retraduire en propositions concrètes (d'une valorisation sociale de la performance) si leur pertinence se trouvait entièrement vérifiée.

84Compte tenu de l'absence de repérages et de données systématiques, il reste aussi à engager des programmes de recherche en sciences sociales autour des points esquissés. Il est regrettable que ces aspects, qui pourraient contribuer incontestablement à la reconnaissance et à la valorisation sociale de la performance, soient pour le moins sous-estimés par les instances qui favorisent et régissent la recherche sportive.

85Voici, sans nul doute, quelques uns des atouts majeurs pour poser rigoureusement les fondements de ce problème du présent et de l'avenir social des représentants sportifs nationaux. Et l'adéquation entre la pratique sportive de haut niveau et l'assurance d'une réussite sociale de l'athlète pourrait être un facteur supplémentaire de développement du sport de compétition.

Notes

1 Une double dimension saisie par Pierre LEBLANC dans un article fort bien documenté et - justement - intitulé : "Avenir social et présent sportif", Sports et sociétés contemporaines. VIIIème symposium de l’I.C.S.S., I.N.S.E.P., Paris, 1983, (pp. 241-249).

2 Ministère de la Jeunesse et des Sports : Le sport de haut niveau, plaquette éditée en 1985.

3 Sur ces aspects, voir en particulier le document de synthèse réalisé par Pierre LEBLANC et Borhane ERRAIS : "Sport municipal en région Ile-de-France. Analyse du marché du travail et besoins en formation", synthèse d'une recherche financée par le Commissariat Général du Plan, I.N.S.E.P., 1985. Le texte présente une estimation de l'effectif moyen d'un service municipal des sports et sa variation en fonction de la taille des communes.

4 Voir par exemple le chapitre consacré au sport dans l'ouvrage de Christopher LASCH : Le complexe de Narcisse. La nouvelle sensibilité américaine. Paris, Laffont, 1979 ("déclin de l'esprit sportif, pp. 142-173). L'auteur suggère que le sport subit un processus de banalisation et de bureaucratisation, se réduisant par ailleurs à une "coopération antagoniste" et basculant dans "l'industrie du divertissement".
Cf. également le bon article de la hongroise Tamasné FÖLDESI : "Conceptions de rôle et valeurs de vie des sportifs d'élite". I.C.S.S., op. cit., 1983, pp. 209-220. L'auteur montre l'évolution significative de l'attitude des sportifs vers des valeurs « comportant des intérêts individuels supposés ou réels » au détriment de « valeurs exprimant des intérêts sociaux et collectifs généraux ».

5 Cf. Georges CAZORLA : "Aide à l'orientation, détection, sélection, suivi de l'entraînement. Conditions d'une politique sportive", L'enfant et le sport, Cahier no l de l'Université sportive d'été, U.N.C.U. - M.S.H.A., 1986, (pp. 53-78).

6 P. LEBLANC identifie trois scénarios possibles : - se consacrer d'abord aux études et réduire momentanément ses ambitions sportives ; - se centrer essentiellement sur la réusssite sportive en faisant l'impasse sur les études ; - s'engager dans des structures type sections sport-études ou INSEP pour concilier les deux activités. L'auteur montre que ces choix peuvent être mis en relation avec l'origine sociale et, semble-t-il, le niveau - provisoire - d'instruction (art. cit., p.243 et suiv.).

7 Raymond THOMAS : Psychologie du Sport. Paris, P.U.F., 1983, (cit. p. 22).

8 Cf. T. FOLDESI : art. cit. et, de Georg ANDERS : « The role behaviour of top athlétes : coping with role conflict », I.C.S.S., 1983, (pp. 195-202).

9 Le bel ouvrage autobiographique de Jules LADOUMEGUE : Dans ma foulée (Paris, Amiot-Dumont, 1955), bien que déjà ancien, est particulièrement éclairant à cet égard. Sans compter que les tracasseries et les sanctions subies par le bordelais dans sa carrière sportive montrent déjà, a contrario cl a silentio, la nécessité d'une valorisation sociale de la performance...

10 Se reporter par exemple à l'article désormais classique de Peter HILL et Benjamin LOWE : « The inevitable metathesis of retiring athlete », International Review of Sport Sociology. 9, 1974, (pp. 5-32).

11 Cf. P. LEBLANC : art. cit., I.C.S.S. et l’enquête réalisée auprès des sportifs anciens stagiaires de l’I.N.S.E.P. (1970-80).
« Les 3/4 environ des athlètes exercent un métier dans le sport (cadres techniques, moniteurs ou employés municipaux, éducateurs sportifs et aussi enseignants et maîtres auxiliaires en EPS. »
Mais sans doute faut-il parler ici d’un dispositif de réinsertion socio-professionnelle efficace plutôt que d’une véritable « promotion sociale ».

12 Le "marché de l'enseignement du tennis" fournit un bon exemple. En 1982, 1648 moniteurs ou professeurs d'état et 12 000 éducateurs fédéraux sont en activité (contre respectivement 531 et 780 en 1970). Source : DTN FFT. Sans compter l'existence d'un marché "sauvage" et saisonnier qui est loin d'être négligeable.

13 Jean-François SAURIN aborde ces aspects dans un article : « échéances sociales, échéances sportives », I.C.S.S., 1983, (pp. 251-257).

14 Cf Le sport de haut niveau, op. cit. et le dossier « réussir après », paru dans la revue Stadium, printemps 83, no 3, (pp. 15-22).

15 L'analyse différenciée de la politique culturelle publique se réfère aux lois constitutives des divers marchés artistiques et à l'évolution historique de chaque discipline. Cette politique varie sensiblement, par son histoire, ses méthodes et son poids relatif, selon qu'il s'agit des biens d'art uniques (sculpture...), des biens d'art reproductibles (livre, film...) et des arts du spectacle vivant (danse...). Cette analyse met en évidence l'existence de plusieurs domaines "protégés" qui peut déboucher sur le financement et le contrôle de véritables segments assistés des marchés artistiques. Le Ministère, aujourd'hui, s’emploie à favoriser un transfert des soutiens en tâchant de substituer aux aides ministérielles l'action du mécénat privé. Rien n'empêche d'engager une recherche sociologique similaire dans le cadre de la politique sportive de haut niveau et de ses effets.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540