Version classiqueVersion mobile

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects sociologiques

Pratique sportive de haut-niveau et études universitaires

Jean-François Saurin

Texte intégral

Préalable

  • 2 Directeur du C.R.E.P.S. de Vichy.

1Il est bien évident que si mes propos font suite à ceux de mon ami Jacques DONNADIEU,2 qui vient de traiter des problèmes liés à la pratique simultanée du sport de haut niveau et des études dans les 1er et 2ème cycles de l'enseignement, c'est tout simplement que nos idées et nos observations sont souvent similaires et que l'un et l'autre nous espérons et oeuvrons pour voir un système cohérent et efficace de l'enfance au plus haut niveau d'études et de pratique sportive.

2Aussi, les limites de mon intervention seront-elles définies et délimitées, d'une part par une observation des actions mises en place en faveur de la poursuite des études universitaires et du sport de haut niveau, et d'autre part par une série de propositions découlant des observations précédemment formulées.

3Cependant, si avec Jacques DONNADIEU nous faisons ensemble le même cheminement, nous ne le faisons pas dans le cas présent avec les mêmes troupes. Lors de l'exposé précédent, nous avons pu remarquer que dans les premier et deuxième cycles nous pouvons observer et organiser des actions en faveur d'athlètes qui ont des potentialités en devenir sportif, ou qui sont déjà des athlètes de haut niveau ; à l'université, il en est tout autrement.

  • 3 SAURIN J.F. - Thèse 3ème Cycle - Etudes des problèmes posés par le devenir social des cyclistes et (...)

4Lors de la présentation de mon Doctorat en 1980,3 j'avais insisté sur le fait qu'il était nécessaire de ne pas perdre de vue que l'élite était par nature peu nombreuse. Cette idée doit être constamment présente dans toutes nos analyses et réflexions. A l'université, on est athlète de haut niveau ou on ne l'est pas, mais on le devient rarement. C'est là une réalité fondamentale peut-être commode à oublier, mais que nous ne devons pas perdre de vue. Quelques esprits contradictoires peuvent toujours me faire remarquer qu'il y a des exceptions, je n'en disconviens d'ailleurs pas, mais ce n'est pas la règle générale.

5Le cadre de mon intervention étant délimité, je viens de vous en définir la population concernée.

Quelques rappels législatifs

  • 4 Conseil pour l'Education Physique et le Sport - Manifeste sur le sport - Saison de 1964.

6"Il n'est pratiquement plus possible aujourd'hui à un athlète qui veut arriver au sommet, d'avoir un métier à temps complet (...). Les dirigeants doivent certes les aider à réussir leur vie de champion, mais ils ont aussi le devoir de les aider à réussir leur vie d’homme. C'est un principe essentiel."4

7Cette analyse de la situation d'un athlète de haut niveau faite par le Conseil International pour l'Education Physique et le Sport date de 1964. Le sujet en fonction des réponses apportées reste toujours d'actualité.

8Depuis 1960, après les jeux de Rome, et dans tous les pays du monde, sport et politique ont été largement associés. En même temps, les différentes obligations de préparation, liées à la haute compétition, et les formations nécessaires à l'obtention d'un poste de travail sont devenues elles-mêmes de plus en plus exigentes. Dès lors, en France, les gouvernements qui se sont succédés ont tous, à des degrés divers, par des textes de loi, essayé d'apporter des dispositions en faveur des athlètes de haut niveau pour leur insertion sociale.

9La loi no 75.988 du 29 octobre 1975, en ses articles 17 et 18 et la loi 84.610 du 16 juillet 1984 par ses articles 1 et de 26 à 32 nous rappellent ces préoccupations. Pour le problème qui nous concerne, celle du 16 juillet 1984 relative à l’organisation des activités physiques et sportives en son article 28 est certes plus précise, mais l'application n'est pas toujours plus aisée.

10Pour réussir cette performance d'allier les études et le sport de haut niveau, d’autres ministères ont été sollicités et parmi les textes officiels en vigueur, ceux qui suivent sont de loin les plus utilisés à l'heure actuelle.

Régime spécial pour étudiant salarie

11Il est défini dans le décret no 81.621 du 18 mars 1981.

12Ce régime particulier a été étendu par la circulaire no 84.379 du 12 octobre 1984 au bénéfice des "sportifs de haut niveau sous réseve que cette qualité leur ait été reconnue par la commission nationale prévue à l'article 26 de la loi no 84.610 du 16 juillet 1984."

  • DEUG en quatre ans au lieu de trois.
  • Priorité pour s'inscrire aux TP et TD en soirée.
  • Dispense du contrôle continu des connaissances sous réserve de se présenter aux examens terminaux.

13Le texte de la circulaire qui autorise cette dérogation n'est bien entendu pas opposable au décret du 18 mai 1981. Il s’agit-là d'une mesure particulière qui relève de la compétence exclusive de l'Université dans le cadre de son autonomie pédagogique. Ce n’est pas un droit systématique pour l’étudiant-athlète de niveau.

14Dans l’ensemble, les Présidents d’Université ont dans leur majorité appliqué ce régime aux étudiants qui en ont fait la demande.

L’arrêté du 31 mars 1981 du ministère de la sante

15Il dispense les athlètes de haut niveau des épreuves de classement pour l'entrée en école de masso-kinésithérapie.

16Les places sont limitées, et attribuées après étude des dossiers par une commission qui comprend des membres des deux ministères (Santé + Jeunesse et Sport).

17Il s'agit d'une mesure exceptionnelle et importante pour qui connaît la difficulté des concours d'entrée dans les écoles de masso-kinésithérapie. Cependant, cet arrêté ne semble pas connu de toutes les fédérations ni également des athlètes de haut niveau eux-mêmes.

Bilan

18Voici donc résumés les textes officiels qui régissent les possibilités et les dérogations légales offertes aux athlètes de haut niveau pour mener de front des études supérieures et la compétition sportive au plus haut niveau.

19C'est peu et beaucoup à la fois !

20C'est peu pour ceux qui souhaitent voir apparaître des textes plus larges, plus caractéristiques et plus « favorisants » pour les athlètes. Cette démarche ne semble pas forcément souhaitable, elle aurait pour conséquence inéluctable de marginaliser un peu plus l’athlète de haut niveau.

21C'est beaucoup si nous regardons les possibilités qui sont offertes et qui permettent parfois à des gens qui n'en sont pas tout à fait capables de rejoindre des filières qui les conduisent irrémédiablement à l’échec.

22Personnellement, je pense qu’eu égard aux observations faites en préalable de cet exposé et à la population de véritables athlètes de haut niveau présente dans les Universités, la batterie de textes et dispositions qui nous sont actuellement offerts sont importants. C'est avant tout dans leur mise en oeuvre et leur utilisation qu’il convient de fouiller.

23Quoi qu’il en soit, le problème du législateur n’est pas simple même si celui-ci connaît ou est informé des impératifs d'entraînement et de compétitions des athlètes. En effet, pourquoi pas demain des textes privilégiant pour la poursuite de leurs études d’autres catégories de personnes qui auront toutes de bonnes raisons de demander des cursus aménagés.

24Toutes les possibilités offertes par les textes présentés dans ce chapitre sont utilisées avec plus ou moins de bonheur. La connaissance parfaite des dispositifs prévus, la bonne orientation, les possibilités réelles de l’athlète et les impératifs sportifs de ses compétition sont les facteurs fondamentaux à observer avant d’engager un athlète vers l’obtention de diplômes universitaires. Il s’agit-là d’une "assistance" dans le sens noble du terme, doublé d’un "conseil" objectif cl non partisan.

Autres aménagements

25Dans le même esprit qui a prévalu à l'élaboration des textes que nous venons de parcourir, des initiatives de tous ordres ont vu le jour.

Conventions avec les grandes écoles

26Plusieurs exemples :

  • I.N.S.A. Lyon
  • I.S.A. Paris (Institut Supérieur des Affaires). etc...

27Suite à la convention en date du 26 mars 1985 entre cet établissement et le Ministère de la Jeunesse et des Sports, les années de compétition des sportifs de haut niveau sont assimilées à une expérience professionnelle. Caroline ATTIA et Perrine PELEN, qui sont aujourd’hui parmi nous, bénéficieront de cet accord.

Cycles d’études en I.U.T.

28Plusieurs I.U.T. présentent en faveur des athlètes de haut niveau des cycles de formation conduisant à des carrières où le passé sportif apporte un "plus" à la qualification professionnelle obtenue.

29A noter également que ces cycles de formation proposés sont étalés dans le temps afin de satisfaire aux exigences d’entraînement et de déplacement des athlètes.

I.U.T. Annecy

30- D.U.T. technique de commercialisation

31- Ouverture en 1985

32- Formation en 3 ans

33- Cours du 15 avril à la fin septembre. Pendant cette période, les stages fédéraux sont protégés.

34- Cours de 8 heures à 13 heures.

35Cette formation mise en place en collaboration étroite avec la F.F.S. se déroule en trois ans et prépare aux métiers de la vente, de la distribution, de la gestion et du marketing.

36La scolarité se poursuit en période estivale pour ne pas entraver le laps de temps nécessaire et suffisant à l'entraînement physique des champions et à la prospection des entreprises de la région ; les cours sont regroupés dans la matinée.

  • 5 Extrait du document de présentation du ski-études universitaire de l'I.U.T. d'Annecy (Rapport prés (...)

37Cette formation permet ainsi d'acquérir les connaissances pour devenir immédiatement opérationnel grâce à ses enseignements en économie, droit, gestion, marketing, publicité, vente et informatique car ils constituent les voies obligatoires du savoir-faire professionnel. Mais cette formation met également l'accent sur les technique les plus modernes de communication et les langages de base dont la maîtrise constitue un facteur clé de réussite personnelle en même temps qu'un instrument essentiel de management.5.

I.U.T. de technologie II - Grenoble

38Actuellement, il s’agit d'un projet pour :

39"La préparation d'un diplôme universitaire de technologie gestion réservé aux skieurs et hockeyeurs de haut niveau."

40(Ce projet sera d'ailleurs présenté dans un instant par Monsieur SPALANZANI Alain, Directeur du Département concerné).

Sections sports-études universitaires

41Le prolongement naturel des sections sport-études des 1er et 2ème cycles ne se retrouve pas à l'université.

42Officiellement, les sections sport-études universitaires n'existent pas. Elles sont semi-clandestines et gérées par des clubs universitaires, seuls représentants du sport "civil" à l'université : ils sont donc directement concernés.

  • Bordeaux Etudiants Club
  • Grenoble Université Club
  • Lille Etudiants Club

43Le système est viable puisque complet. L'athlète est suivi non seulement dans son parcours universitaire, mais aussi dans sa "vie" en créant autour de lui un milieu favorable à son épanouissement ;

  • logement privilégié
  • suivi médical
  • suivi des études par un "parrain" véritable tuteur qui est un professeur de l'Université où l’étudiant est inscrit.
  • etc...

Observations et bilans

44Toutes ces expériences ont le mérite d'exister et de plus, elles répondent en partie aux attentes des athlètes et aux exigences du sport de haut niveau par leur souplesse de fonctionnement.

45Des améliorations sont à apporter car elles reposent souvent sur l'utilisation d'un faisceau de relations personnelles.

46Toutes ces organisations, mises en place par des gens passionnés et à l'écoute des sportifs de haut niveau, ne sont pas innocentes. Elles constituent des images de marques, des références, des éléments d'appel pour les supports organisationnels qu'ils soient I.U.T., écoles ou clubs. Face à l'article 1 de la loi du 16 juillet 1984 qui veut que l'Etat, en liaison avec le mouvement sportif veille à l'insertion professionnelle du sportif de haut niveau, il semble qu'un transfert de compétence soit en train de s'exercer, dans la mesure où ces initiatives ne sont pas officiellement agrées.

Constats des difficultés

  • 6 Sylvère PIQUET - « L'utilisation du sportif de haut niveau auxiliaire, support et produit » Profes (...)

47La conférence de Monsieur Sylvère PIQUET6 sur "l'utilisation du sportif de haut niveau auxiliaire, support et produit" dans le cadre de cette université d'été, nous a montré avec quelles rapidité et efficacité s'opère actuellement l'accrochage du sport sur le secteur économique. La forme de partenariat technique qui se développe va sans aucun doute aller, et j'en suis persuadé, jusqu'à la prise en charge et le suivi des formations scolaire, universitaire ou professionnelle des athlètes.

48N'est ce pas d'ailleurs souhaitable si l'on veut répondre vite et efficacement aux besoins des athlètes de haut niveau ?

49La génération, et l'apparition de propositions nouvelles de tous ordres, pour permettre le suivi des études universitaires et la haute compétition proviennent de deux points essentiels.

Haut-niveau... et haut-niveau

50L'apparition du qualificatif "athlète de haut niveau" a suscité des envieux, non seulement parmi les sportifs ce qui est louable, mais aussi parmi ceux qui pensaient obtenir une certaine notoriété en touchant de près ou de loin aux gens affectés à cette catégorie.

51L'élite est devenu subitement nombreuse, non pas par élévation soudaine des performances mais par une attribution par trop généreuse du label "athlète de haut niveau".

52C'est là une spécialité typiquement Française. Une catégorie se crée, si elle peut présenter des avantages. Quelques temps après, elle est peuplée par des personnages qui ont su trouver ou pour lesquels on a présenté des éléments "irréfutables" pour justifier leur présence dans cette catégorie.

53Cette multiplication des athlètes classés haut niveau dévitalise le contenu même des actions entreprises et discrédite les véritables athlètes.

54Il faut revenir à une juste mesure et des attributions justifiées.

Le poids administratif

55Dans la régionalisation du sport de haut niveau, tout à fait souhaitable, il eut été nécessaire de clarifier fermement les secteurs de responsabilités des intervenants et ceci sans ambiguité.

56Pour le haut niveau, les postes de responsables ont été multipliés. Afin de mieux comprendre, je ne peux faire ici l'économie d'un rappel de cette typologie régionale :

  • Le Préfet : responsable de la Politique sport de haut niveau.
  • Le Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports : il représente le Préfet.
  • Le responsable du sport de haut niveau (circulaire Jeunesse et Sports).
  • Le chargé du suivi des Etudes et de l'Entraînement (convention des Centres Permanents Haut Niveau).
  • Le chargé des études à l'Université.
  • Etc...

57Face à tous ces "responsables", il apparaît immédiatement que la règle des rapports hiérarchiques constitue un handicap important, qui les prive au demeurant de toutes initiatives élémentaires. Les informations nécessaires vont leur faire défaut, seront inexploitables, voire même inaccessibles pour permettre une organisation rationnelle.

58Cet aspect des choses est parfaitement illustré ci-après par l'application de la circulaire no 016.780 du 26 septembre 1985 qui définit les modalités d'attribution du statut de l'étudiant salarié au profit des athlètes de haut niveau. Il s’agit là d'une redistribution formelle des pouvoirs administratifs qui marginalise encore plus l’athlète de haut niveau.

Application du statut de l’étudiant salarie aux athlètes de haut niveau

59Direction des Sports = 016.780 du 26 septembre 1985

601 - La liste proposée par la Commission Régionale du Sport de haut niveau.

612 - La liste est déterminée par le Directeur Régional représentant le Commissaire de la République.

623 - La liste comprend les athlètes inscrits sur la liste officielle des athlètes de haut niveau.

63Cette liste peut également comporter des espoirs régionaux dont le niveau sportif est reconnu par les fédérations intéressées.

644 - Le nombre de places offertes est déterminé chaque année par le Président de l'Université après concertation avec le Directeur Régional.

CONVENTION

Signatures

Associés aux travaux

. Président Université

Recteur

. Commissaire de la République

Président des Fédérations

. Président du C.R.O.S.

Délégué F.N.S.U.

. Directeur du C.R.E.P.S.

65Que l'on me comprenne bien. Je ne cherche pas à démontrer que les administratifs ne sont pas capables d’aider les athlètes dans leur vie de sportif et d’étudiant. Simplement, les responsabilités sectorielles doivent être clairement définies. L’enjeu est trop important, la responsabilité ne se partage pas. A noter également que cet encadrement administratif abondant est guidé par une volonté politique qui n'engage pas assez les fédérations.

Perspectives

Les principes

66Les perspectives permettant de mener de front les études et la haute compétition doivent passer obligatoirement par l’établissement d’un climat relationnel entre les différentes composantes :

  • l’athlète de haut niveau
  • université ou grandes écoles
  • fédération nationale.

L'athlète de haut niveau

67- Etablissement de son programme sportif (entraînement - échéances nationales et internationales, etc.)

68- Identification de la formation réellement envisagée par l’athlète.

69N.B. : Ne pas mettre l’athlète en formation pour le principe.

  • Repérer les possibilités réelles du candidat, savoir privilégier ou les études ou la haute compétition.
  • L’athlète doit être informé dès le départ que ses choix ne sont pas illimités. Toutes les formations ne lui sont pas permises.

Universités ou grandes écoles

70Négocier avec les responsables administratifs et pédagogiques un cahier des charges qui permette dans le cadre de la réglementation en vigueur :

  • Un programme aménagé des études
  • Les reports éventuels d'examen
  • Le cadre de vie de l'étudiant

71Déterminer les moyens nécessaires :

  • Cours de soutien
  • Hébergement et nourriture
  • etc.

72Organiser et faire vivre tout cet ensemble :

73- Suivi de la formation de l'athlète dans son parcours universitaire par un tuteur (ex. Expérience du BEC).

Fédération Nationale

74Elle doit s'engager réellement dans :

  • l'évaluation des coûts liés à la formation
  • la coordination de tous ces ensembles avec la nomination de responsables susceptibles d'intervenir à tous moments auprès des différentes composantes. Cela est actuellement fait dans le cadre des Centres Permanents pour le sport de haut niveau, mais la dépendance hiérarchique de ces personnels les rend souvent inefficaces, comme cela a été démontré précédemment.

75Ce schéma de l'intégration d'un sportif de haut niveau dans un cursus universitaire est certes connu, mais n'a jamais été réalisé puisque les obligations n'ont jamais été clairement annoncées. Non sans raison !

76C'est un fait certain que l'implication d'un sportif de haut niveau dans une formation universitaire inquiète les responsables sportifs d’encadrement.

77De même, les responsables universitaires ont toujours eu une réserve quant à l'acceptation d'un sportif de haut niveau dans un cycle de formation.

78Ces positions latentes proviennent de la non observation des règles élémentaires qui constituent un véritable "plan de carrière" envers lequel les athlètes doivent se considérer comme responsables.

Vers d'autres voies

79Au-delà de toutes les filières qui ont été utilisées, si certaines sont peut-être à découvrir, d'autres peuvent être mises en oeuvre dès maintenant.

Télé-enseignement par correspondance

8029 Universités sont dotées d’un centre de télé-enseignement.

81Dans cette optique, les établissements du Ministère de la Jeunesse et des Sports (CREPS) peuvent constituer des supports intéressants pour l’organisation de cours de mise à niveau, de soutien ou de rattrapage, à l’intention des étudiants en difficulté. Ceci pendant les périodes estivales.

  • mise à disposition des locaux pour cours, hébergement, etc.
  • Bénéfice d’une couverture sociale à taux réduits.7

Actions de formation continue

82Les situations sont à examiner auprès de chaque université.

Aides à la formation par prêts bancaires

83Eléments de réflexion

84banques :

  • Solliciter celles déjà engagées dans les actions en faveur du haut niveau (sponsorisation, etc.)
  • Jeu de la concurrence
  • Aspect social important

85montant ;

86En fonction des besoins réels

87Plan de carrière précis, à réaliser

88Relations disciplines et économie à considérer.

89Conditions

90Relations individuelles + banques

91Etre athlète de haut niveau

92Durée du prêt ;

93A définir suivant les cas :

  • Durée de la formation
  • Obligation sportive.

94Remboursement :

  • Dispense de remboursement au moment où l'athlète est engagé dans un cycle de compétitions importantes.
  • Aides des "Fédérations" dans le cadre de l'aide à la formation.
  • etc.

95Taux :

96- 0 %

97Cautions. ;

98Cautionnement accordé par CNOSF, Fédérations, Ministère des Sports.

99L’ensemble de ces propositions sont tout à fait réalisables et méritent d'être explorées plus précisément.

Relations, sport, économie, formation

100La société évolue, le sport de haut niveau, partie intégrante de cette Société, également mais avec convergence. Au gré des transformations économiques, industrielles, la participation de l'athlète de haut niveau au sein des systèmes va devenir de plus en plus préoccupante.

101Inévitablement, le mouvement sportif va devoir répondre à des besoins et des exigences qui vont apparaître brutalement. La négociation, si nous ne prenons pas garde entre le temps de formation et le temps sportif, va devenir impossible.

102Dans la situation présente, tout est encore jouable à tous les niveaux si chacun ordonne ses actes et ses pensées.

103Nous savons tous que les athlètes de haut niveau sont souvent des gens inquiets dès qu'une difficulté non liée à leur discipline se présente à eux. Celle-ci prend alors un caractère obsessionnel ayant un effet perturbateur sur ses entraînements et ses résultats. Il convient d’être vigilant et de ne pas embarquer des jeunes vers des formations inadaptées dans lesquelles ils vont se trouver en situation d'échec.

104Personnellement, et ce sera là ma conclusion, je ne crois pas en un système universitaire unique mis en place spécialement pour des athlètes de haut niveau. Chaque athlète constitue à lui seul un cas particulier, difficilement intégrable dans une situation uniformisée. Il faut aller vers l'individualisation des solutions. Celles-ci passent par l'utilisation de toutes les mesures dérogatoires possibles et aménagées pour des cas particuliers dans lesquelles il convient d'essayer d'intégrer les athlètes de haut niveau. Pour cela, il faut faire admettre au monde universitaire le droit pour chaque athlète à se réaliser au travers de la performance sportive ; mais en contre-partie, les cadres sportifs doivent permettre à leurs athlètes d'entreprendre des études ou une formation continuée.

  • 8 Rapport des professeurs du Collège de France.

105« Chaque enfant, chaque jeune peut exceller quelque part. La réussite est à la portée de tous si nous savons offrir à chacun les conditions favorables à la culture de ses talents et de ses goûts.., ».8

Bibliographie

Bibliographie

- BARBIER (J.M.) et LESNE (M) - L’analyse des besoins en formation
Paris - Editions R. Jauze 1977

- ENAULT (G), VANDERCHMITT (G), LORIN (A) et ENGUEHARD (J.L.)
Le sport en France. Bilan et perspectives
Paris - Berger Levrault 1979

- SAURIN J.F. -Thèse Doctorat 3ème cycle
Etudes des problèmes posés par le devenir social des coureurs cyclistes et des skieurs de haut niveau.
Paris-1980

- Sport et société - Bozouls, Maglio, Perès, Hatier
Paris-1981

- THOMAS (R) - Sports et sciences
Paris Vigot - 1980

- Sports et Société contemporaine
Société Française de Sociologie du Sport
Paris - 1984

- Cahiers de l'Université Sportive d’été
L'enfant et le Sport - Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine
Bordeaux - 1986.

Notes

2 Directeur du C.R.E.P.S. de Vichy.

3 SAURIN J.F. - Thèse 3ème Cycle - Etudes des problèmes posés par le devenir social des cyclistes et des skieurs de haut niveau.

4 Conseil pour l'Education Physique et le Sport - Manifeste sur le sport - Saison de 1964.

5 Extrait du document de présentation du ski-études universitaire de l'I.U.T. d'Annecy (Rapport présenté par Monsieur HEIDSIECK).

6 Sylvère PIQUET - « L'utilisation du sportif de haut niveau auxiliaire, support et produit » Professeur à l'Académie Commerciale Internationale.

7 Régime d’assurance personnelle à cotisation forfaitaire réduite. Circulaire AP/3 no 83.152/B du 28 novembre 1983.

8 Rapport des professeurs du Collège de France.

Auteur

Directeur du CREPS de BOIVRE

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search