Version classiqueVersion mobile

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects sociologiques

Marginalisation sociale de l'athlete de haut niveau

Jacques Donnadieu

Texte intégral

Etudes et sport dans les 1er et 2ème cycles de l'enseignement secondaire

1Lors de récentes assises nationales de la Préparation Olympique qui viennent de se dérouler à Paris (Juillet 1986), les athlètes unanimes ont souhaité :

  • une adaptation des structures à leurs difficultés et non l'inverse qui se produit très régulièrement.
  • une aide certes mais non une assistance.
  • une prise en compte des acquis obtenus par la pratique sportive leur permettant d'accéder à certaines formations.
  • l'aménagement, l'étalement de ces dernières pour obtenir des diplômes qu'ils ne souhaitent pas avoir au "rabais".
  • des postes réservés par convention auprès des Administrations ou entreprises, mais leur permettant une réelle insertion par une formation adaptée et la définition d'un profil de carrière.

2Par ailleurs, Monsieur MAHEU, Directeur de l'UNESCO écrit : "il n'est pas exagéré de dire que l'avenir du sport dans le monde et dans la cité dépendra dans une large mesure de la conception qui sera adoptée de la haute compétition et du statut qu'on aura donné aux athlètes qui s'y consacrent".

3Entre le voeu exprimé par le Directeur de l'UNESCO et les préoccupations actuelles des sportifs, on peut constater que malgré les actions conduites par le Ministère de la Jeunesse et des Sports il reste beaucoup à entreprendre. Le statut auquel il est fait référence n'est toujours pas établi et il faut encore trop souvent compter sur la bonne volonté et la compréhension de certains décideurs pour apporter les solutions aux difficultés rencontrées par les athlètes.

4J. F. SAURIN fera état dans son exposé qu'à l'Université on est athlète de haut niveau ou on ne Test pas. L'élite étant par nature restreinte il sera toujours nécessaire de régler parfois au coup par coup les aménagements nécessaires. Il n'en est pas de même dans le système éducatif du 1er et 2ème cycle car mis à part pour les sports dits à maturité précoce tous les sportifs recensés ne sont que des sportifs de haut niveau en devenir. Il est nécessaire pour ces derniers de mettre en place des structures particulièrement adaptées leur permettant de concrétiser leurs potentialités au plan sportif sans mettre en péril leur scolarité, qui mal conduite hypothéquerait tout leur devenir socio-professionnel.

5A ce propos nous devons faire un certain constat d'échec des sections sport-études pour le haut niveau. Si elles ont le mérite essentiel d'apporter un "plus" indiscutable pour certains élèves au plan de la pratique sportive elles ne constituent pas le vivier naturel qui devrait alimenter naturellement l'INSEP et les Centres Nationaux.

6Une enquête statistique conduite à l'INSEP prouve en effet qu'à peine 10 % des athlètes de cet établissement étaient issus des Sections Sports Etudes.

7A l'heure où progressivement se mettent en place et plus particulièrement dans les C.R.E.P.S. des centres d'entraînement et de formation il nous appartient d'éviter les erreurs passées et notamment :

  • procéder à une évaluation très sérieuse des candidats.
  • s'assurer d'un encadrement technique et pédagogique de valeur.
  • s'assurer au plan régional d'une pratique sportive permettant un recrutement et une activité de valeur.
  • s'assurer un nombre suffisant de sportifs afin de pouvoir constituer des classes à effectifs réduits et à horaires aménagés.
  • s'assurer d'un contrôle médical permettant le suivi de l'entraînement.

8Je n'aborderai ici que le point concernant les études dont les aménagements doivent permettre :

  • de ne plus avoir à faire le choix toujours douloureux : le sport ou les études.
  • de mener à terme une scolarité même étalée autorisant soit la conduite des études au plan universitaire ou la préparation à un métier.
  • de rassurer les parents tout naturellement hésitants devant une hypothétique gloire sportive sans assurance de lendemains professionnels. Ces réflexions étant encore plus fortes dans les disciplines sportives ne permettant pas d'envisager soit un professionnalisme soit un débouché en tant qu'Educateur Sportif.

9J'ajoute qu'au-delà de ce souci éductif, j'ai pu à maintes reprises constater que la conduite harmonieuse des deux activités contribue largement au bon équilibre de vie de l'enfant ou de l'adolescent.

10J'ai également pu constater que l'échec au plan des études entraîne très souvent et ce dans les deux mois l'échec au plan sportif.

11L'expérience tentée et réussie par l'Institut National de Sports prouve qu'avec la volonté et les moyens adéquats il est possible de réussir dans ces deux entreprises. A titre d'exemple, lors de la dernière année où j'ai exercé à l'INSEP nous avons enregistré un taux de 87 % de réussite au BAC (1985).

12Effectuant au fil des ans les améliorations permanentes, l'INSEP est parvenu à ces résultats car il possède un nombre suffisant de sportifs autorisant la constitution de classes uniquement composées de sportifs.

13Cette condition me paraît primordiale car il est peu concevable, malgré toute sa bonne volonté à un Chef d'Etablissement de procéder à des aménagements pour un ou deux sportifs dans une classe sans perturber l'ensemble.

14Les sportifs isolés sont trop souvent marginalisés car incompris par des enseignants connaissant mal les contraintes liées à la pratique du sport de haut niveau qui peut entraîner naturellement absentéisme et retards.

15Les classes ainsi constituées, à effectif réduit par rapport aux classes traditionnelles peuvent supporter sans risque un allègement des horaires journaliers, conduisant vers le mi-temps.

16La "gestion du temps" étant l'objet de toutes les inquiétudes il est à ce propos souhaitable que les cours soient organisés sur le lieu même de l'hébergement pour éviter les transports vers les établissements scolaires. Seules les matières nécessitant un matériel spécialisé devront s'effectuer au sein des établissements.

17Un suivi individualisé doit permettre la mise en place rapide de cours de soutien ou de rattrapage afin que le sportif ne soit pas définitivement rebuté par une succession éventuelle d'échecs.

18Le sportif n'aime pas l'échec, il nous appartient d'établir les objectifs à atteindre en collaboration avec l'intéressé, son encadrement technique et sa famille. Etablir une programmation autorisant non le redoublement toujours mal perçu mais l'étalement.

19Cette démarche a conduit l'INSEP à prévoir 3 ans au lieu de deux pour la préparation au BEP ou au BTS comme il est admis la préparation en 5 ans au concours de recrutement des professeurs d'E.P.S..

20L'essentiel est de maintenir le goût pour les études et de préserver la réussite à court terme.

21Il ne doit exister aucune différenciation de comportement entre le scolaire et le sportif. Ce dernier constitue une entité, il appartient donc à l'équipe éducative qui l'entoure de prendre en compte l'ensemble de ses activités Sports, Etudes, Santé, Loisirs.

22Il est nécessaire pour cela de provoquer des réunions permettant les contacts entre tous les intervenants, notamment que les entraîneurs assistent aux conseils de classe et que les enseignants des disciplines intellectuelles assistent aux entraînements de leurs élèves.

23Pour conclure, un souhait.

24L'enseignement traditionnel reste peu adapté aux sportifs de haut niveau.

25L'absentéisme important dû aux compétitions et aux stages nécessite l'organisation de cours de rattrapage et de soutien.

26Ceci entraîne une gestion individuelle lourde et onéreuse. Il est souhaitable comme l'a réalisé l'INSEP pour une filière de formation (BEP Vente) de s'orienter vers une pédagogie par objectifs établie à partir de dossiers.

27Chaque athlète travaillant suivant un rythme préétabli, subissant les contrôles réguliers est responsabilisé. Cette pédagogie a donné d'excellents résultats à l'INSEP et devrait pouvoir être étendue à d'autres formations.

28Les solutions existent pour permettre les adaptations souhaitées, il suffit de le vouloir et de mettre en présence les décideurs.

Auteur

Directeur du CREPS de Vichy

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search