Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects sociologiques

Aspects sociologiques

Yves Chateaureynaud

Texte intégral

1Avant d'entrer dans le vif du sujet, je voudrais vous présenter et surtout remercier les conférenciers et intervenants de cette matinée :

  • J. DONNADIEU, actuellement Directeur du CREPS de Vichy et chargé de la Préparation Olympique, a été longtemps responsable des athlètes de haut niveau à l'INSEP. Il est donc dans ce domaine une personnalité tout à fait compétente.
  • Notre second conférencier est J.F. SAURIN bien connu, puisque censeur de cet établissement, maître de ballet de cette Université et grand spécialiste du ski universitaire puisqu'il est Président de la F.I.S.U. et Président de la Commission Universitaire de la F.I.S. (Fédération Internationale de Ski). Il a par ailleurs participé aux expériences sports étude université initiées par les clubs universitaires à Bordeaux, Grenoble et Lille.
  • Interviendra également Alain SPALANZANI Directeur de l'I.U.T. G.E.A. (Gestion, Entreprise, Administration) de Grenoble qui relatera le projet d'aménagement de ce type d'étude en faveur des athlètes des sports de neige et de glace.
  • Enfin Mesdemoiselles Caroline ATTIA, 3ème mondiale en ski de descente 1982 et Perrine PELEN championne du monde et médaille d'or aux Jeux Olympiques en slalom nous parleront des difficultés qu'elles ont eu pour concilier carrière sportive, études universitaires et insertion professionnelle.

2Bien que connaissant comme vous tous le sens de marginalisation, j'ai eu la curiosité d'ouvrir l'Encyclopaedia Universalis et j'ai trouvé tout heureux : marginalité sociale. Mon sujet était traité ! Hélas les rubriques citées intéressaient l'alcoolisme, la conformité et la déviance, la jeunesse avec le phénomène des bandes, le loisir avec les groupes de détente, et enfin le métissage et les migrants ! Notre sport n'en fait pas encore partie.

3Nous pourrons donc garder à marginalisation un sens commun : à la marge, à la limite voire hors limite.

4Il faut remonter aux origines du sport moderne pour tenter d'expliquer en quoi les athlètes de haut niveau sont aujourd'hui des marginaux.

5Marginaux les athlètes l'étaient encore en cette fin de 19ème siècle, jeunes gens fortunés se dépensant physiquement sur les prés ou les courts de la Croix Catelan. L'olympisme et Pierre de Coubertin avaient alors scellé pour une centaine d'année les règles du jeu ! Amateur ! qui aime et n'en tire pas profit. Le sport était alors un "en dehors" de la vie sociale à l'abri des luttes et des vilennies de toute sorte et surtout de l'argent ! le vil argent qui corrompt. Idéologie et pratique étaient à l'époque en harmonie. Mais 80 ans plus tard tout a changé, le sport a pris une autre dimension, est devenu un phénomène social total, objet de confrontations de toutes natures ! il est devenu un enjeu de première importance, local, national et international ! Dans le même temps les résultats sportifs ont formidablement évolué du fait de la rationalisation de l'entraînement, des progrès techniques et de la préparation scientifique des athlètes !

6Il faut garder présent à l'esprit qu'un athlète doué avant-guerre (1939 - 45) était champion du monde en s'entraînant deux fois par semaine. Aujourd'hui ce même athlète doué, s'il veut réussir, doit s'entraîner deux fois par jour !

7Le drame est que le monde sportif vit toujours, officiellement tout au moins avec les règles et l'idéologie du début du siècle ! Situation paradoxale à plus d'un titre !

8En effet, activité aujourd'hui à temps complet, il n'est plus question de passe-temps. Le sportif de haut niveau reste le seul à ne pas pouvoir, à l'exception de quelques sportifs professionnels peu nombreux, monnayer ses talents, ses qualités qu'il développe à force de travail, 5 à 6 heures par jour ! Quel autre secteur de la culture, puisque le sport en est partie intégrante, est-il soumis à cette discrimination ? Les prestations d'un RUBINSTEIN ou d'un MENUHIN ne sont pas dépréciés du fait que ces artistes, comme par ailleurs les grands peintres en vivent et parfois très bien !

9Dans une société qui ne reconnaît volontiers que l'argent ou la capacité d'en "faire" voilà bien un caractère marginal.

10Je voudrais illustrer ce propos en citant Alain GIRAUDO dans le Monde du 1 octobre 1978 :

11"Le sport d'élite est un monde à part, inaccessible, c'est un cocon pour bêtes de compétition où le niveau des performances exige qualités physiques, abnégation, courage et surtout disponibilité hors du commun !"

12Ou encore Benoit HEIMERMAN dans la fin des Jeux Olympiques :

13"Le champion bionique est un être anormal, en marge, tout à la fois artiste et machine".

14Nous sommes donc bien en pleine marginalité.

15Marginalité encore due au mode de vie de ces athlètes de haut niveau dont nous avons vu que les charges d'entraînement étaient lourdes, qui doivent s'astreindre à une hygiène de vie sévère à l'âge où leurs commensaux profitent de leurs 20 ans, et sur qui les contraintes psychologiques de la haute compétition pèsent effroyablement. Que dire d'un athlète lors d'une finale olympique dont le pays tout entier attend la victoire ! Quelle responsabilité que l'espoir de médaille !

16On peut raisonnablement penser que les critères du champion ne sont pas conformes à la norme, c'est encore ce qui constitue sa marginalité sociale !

17Marginalisation encore car l'industrie du spectacle sportif tourne, et pour cause, autour de la prestation de l'athlète de haut niveau, qui dans bien des cas est le seul à ne pas "toucher". A l'exception bien sûr des rares grands sports à caractère spectaculaire et médiatisé où quelques vedettes touchent des salaires pharamineux.

18Marginalisation sociale encore car du fait d'une carrière par définition courte, l'athlète aspire à une certaine assurance, à une sécurité représentée par une certitude du lendemain quant à son avenir post sportif, donc professionnel. Ceci garantissant son insertion sociale "normale".

19Je citerai à ce propos Michèle CHARDONNET après l'obtention d'un contrat Athlète de Haut Niveau chez I.B.M.

20"J'étais enfin comme les autres, j'avais un job ! Et je peux dire que cet état a contribué à me faire obtenir ce dont rêve tout athlète, une médaille olympique." Marginalisation encore dans l'approche socio-économique et médiatique (les deux allant de pair). Certains sports n'intéressent qu'une minorité de spectateurs ou de pratiquants alors que les autres attirent les foules. La télévision en traitant inégalement les différents sports répond en fait au goût des spectateurs.

21Inégalité encore entre sportifs. Une certaine assurance pour le joueur de tennis dont la possibilité d'avenir professionnel existe ne serait ce qu'au travers de leçons payées fort cher mais que dire du jeune gymnaste ? Trouvera-t-il une clientèle pour les barres parallèles ou le cheval d'arçon ?

22Marginalisation enfin dans les termes employés : ne parle-t-on pas de réinsertion du sportif de haut niveau. Si on le ré-insère dans la vie sociale normale c'est bien qu'il en était sorti.

23Voila pour une rapide approche non exhaustive sans doute du constat de marginalisation sociale des athlètes de haut niveau.

24Voyons maintenant les tentatives de réponse qui ont été jusqu'à présent faites.

  • l'aménagement des règles du C.I.O.
  • la loi de 1984 sur le sport
  • la création des Centres Régionaux de Haut Niveau
  • les sections sport étude scolaires et universitaires
  • les bourses de Préparation Olympique
  • les bourses de formation professionnelle
  • les contrats entreprise.

25Voila quelques éléments de réponse qui vont être maintenant développés par nos conférenciers et intervenants.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540