Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects médicaux

Discussion aspects médicaux

Texte intégral

1Dans un passé peut-être pas si lointain un sportif possédant des qualités physiques hors du commun pouvait parfois se contenter de deux entraînements par semaine pour devenir un grand champion. Un sens aigu de l'observation des méthodes d'entraînement et des techniques des adversaires se révélait souvent suffisant pour améliorer ses propres performances, et donc pour perpétuer les résultats.

2Ce temps de l'empirisme semble bien révolu aujourd'hui. La pratique sportive au plus haut niveau nécessite actuellement l'élaboration très poussée de nouvelles méthodes d'entraînement pour obtenir de hautes performances. Celles - ci ne sont possibles qu'à partir de cette prise de conscience et de l'utilisation - appropriée cl adaptée - du progrès, du développement des sciences et des techniques. Il semble illusoire aujourd'hui d'escompter une progression si une dissociation persiste entre connaissance et pratique. Au contraire tout entraîneur, tout athlète, doit tendre à intégrer ces deux démarches pour envisager avec réalisme de meilleures performances.

3Conséquence de la sophistication des méthodes d'entraînement et de l'accroissement du temps que consacre le sportif à se préparer, la plus petite déviation dans ces méthodes peut avoir des conséquences néfastes pour la santé du pratiquant. Il importe donc de bien connaître tous les processus physiologiques propres à chaque discipline, à chaque mouvement, à chaque athlète, pour bien mener une préparation afin de maximiser les effets positifs d'un mode spécifique d'entraînement et d'en réduire les effets négatifs qui nuisent à la performance.

Quelques aléas irréductibles

4Toutefois on ne saurait oublier l'étendue des difficultés à surmonter pour maîtriser une préparation dite "scientifique".

5En effet un premier problème apparaît avec la translation opérée entre tests médicaux, en laboratoires, et réalité de l'effort du sportif sur un stade et face à l'adversité (concurrents, conditions climatiques, etc). Y-a-t-il véritablement validité de la démarche ?

6Il semble par exemple aléatoire de mesurer en laboratoire la capacité physique maximale réelle par le test du tapis roulant ou du home trainer et de tirer des plans sur ce qui devrait se produire en compétition. Compare-t-on vraiment deux choses comparables ? Des tests cardio-vasculaires, notamment, n'ont-ils pas fait déclarer inaptes des sportifs qui pourtant étaient des champions ? Les études menées dans ce domaine laissent à penser que les déformations du coeur proviennent en fait des processus d'adaptation à l'effort, à l'entraînement. Mais ces tests ne permettent pas d'augurer du talent ! Et qu'en est-il de la part - de l'apport - du psychique (stress, angoisse, motivation, etc) ?

7L'état actuel des recherches permet cependant de répondre à deux interrogations.

8D'une part il n'existe pas un "coeur de sportif" en particulier ! Cette donnée médicale limite donc la validité des procédures de détection des futurs champions chez les très jeunes pratiquants. Une part d'aléas persiste toujours quant à leur développement physiologique. Et il ne suffit pas d'avoir un coeur exceptionnel pour être un sportif de haut niveau !

9De même il n'existe pas de corrélation statique vérifiée entre la réalisation de la performance et le risque d'accident cardio-vasculaire, à condition que l'activité coronaire ne soit pas perturbée. Citons l'exemple de certains joueurs de pelote basque qui "montent" leurs pulsations à 185 durant deux heures alors que, "normalement", on ne peut soutenir un tel rythme qu'environ trois quart d'heure ! Les haltérophiles bulgares s'entraînent jusqu'à 1 200 heures par an, soulèvent à peu près 30 tonnes de fonte par jour. Cela semble impossible pour le corps médical français. Cependant les scientifiques bulgares nous (dé)montrent qu'il existe d'autres limites possibles pour les athlètes.

Préparation scientifique et dopage : quelle frontière

10Ces exemples nous amènent à poser une nouvelle question : quelle est la frontière entre préparation scientifique et dopage ?

11L'entraînement naturel peut permettre d'arriver à la haute performance, avec une surveillance médicale et scientifique. Mais il faut pour cela une véritable foi chez le sportif qui doit croire en son potentiel et en son travail. On peut d'ailleurs faire l'hypothèse que d'importantes marges d'amélioration de la performance peuvent être dégagées à l'étude et au perfectionnement du geste, des techniques et de la préparation psychologique.

12Mais la tentation est grande d'utiliser quelques produits favorisant tel type d'effort, la concentration (bétabloquants) ou la récupération. Chaque concurrent, à un moment ou à un autre, est tenté de croire que son vainqueur a bénéficié des effets d'une substance qui aura contribué à faire la différence.

13Le dopage relève souvent du "bricolage" ou de l'apprenti sorcier. Mais la grande difficulté pour le combattre provient d'obstacles de deux ordres.

14Il faut d'une part, pour mener une véritable lutte en profondeur, s'attaquer aux éléments psycho-sociologiques du phénomène, dénouer un climat de suspicion et de crédulité, démonter des croyances et des représentations. Mais il s'agit là certainement de l'objectif le plus difficilement accessible.

15A plus court terme le problème est celui de la détection. On ne peut repérer un phénomène et étudier ses effets qu'après utilisation d'une substance. Même si cela ne dure jamais très longtemps l'utilisation d'un produit précède toujours sa détection. Malheureusement la détection reste quasiment nulle chez les jeunes. Dans ce cas précis c'est un travail d'information et un effort pédagogique qu'il importe de mener afin de prévenir les risques d'accident, la réponse réglementaire et juridique devant plutôt s'appliquer aux entraîneurs et dirigeants complices.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540