Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects médicaux

Suivi physiologique des sportifs appartenant au centre de haut niveau du C.R.E.P.S. de Poitiers

Marianne Herve

Texte intégral

Introduction

1Il existe à Poitiers un centre de haut niveau rattaché au C.R.E.P.S.

2Ce centre fonctionne pour six disciplines sportives qui sont :

  • tennis,
  • athlétisme,
  • natation,
  • canoë-kayak,
  • basket,
  • judo.

3Il est pratiqué un suivi physiologique composé de trois examens médicaux par an, un à chaque trimestre. Ces examens se sont plus ou moins bien déroulés selon les disciplines sportives.

4L'examen de base comprend :

  • interrogatoire,
  • examen biométrique,
  • examen de l'appareil loco-moteur,
  • examen au podoscope,
  • dents, O.R.L., vision de loin, examen des urines,
  • plis cutanés et pourcentage de masse grasse,
  • entretien diététique,
  • capacité vitale,
  • examen cardio-vasculaire avec E.C.G., Ruffier-Dickson sous E.C.G., test d'effort sous-maximal sur ergocycle avec détermination de la VO2 max indirecte.

5Au terme de cet examen, un bilan est établi :

  • de l'état de forme,
  • des pathologies éventuelles à traiter (dentition),
  • des actes préventifs à effectuer (étirement).

6Ce bilan est communiqué au sportif et à l'entraîneur.

7D'autres tests (VO2 MAX directe maximale sur tapis roulant, lactates, bilans biologiques) sont effectués à l'hôpital pour certains sportifs.

8L'intérêt de ces examens réside dans la répétition et la comparaison des tests pour un même sportif au cours de la saison, en fonction de l'entraînement.

Particularités en fonction des différentes disciplines

Tennis

9Il s'agit d'enfants de 10 à 15 ans d'où la facilité de pratiquer les examens du fait de la discipline instaurée.

10Ces jeunes ont une très bonne préparation physique générale (M. MANIOS) dans laquelle le travail en endurance et les jeux collectifs ont une grande part. Ceci est un gage d'équilibre pour ces enfants endurants, non spécialisés trop précocement et possédant ainsi un bon esprit d'équipe.

11Ils obtiennent de bons résultats de consommation d'oxygène pour l'âge et la discipline : 60 à 70 ml/mn/kg soit 2.5 à 3.1/mn.

12Il existe une bonne corrélation des résultats entre tests de terrain (Luc Léger), VO2 MAX indirecte (ergocycle) et VO2 MAX directe (tapis).

13Il est à souligner l'importance de la surveillance médicale chez les jeunes adolescents pour détecter un surentraînement (l'enfant ne dit pas être fatigué, il n'a plus envie de s'entraîner), ou un problème de dystrophie de croissance (surmenage articulaire).

14En fait, nous n'avons observé que très peu de traumatologie et pas de surentraînement. Les seuls problèmes sont dus aux méformes passagères après infection virale ou bactérienne avec nécessité d'un temps de repos suffisant à respecter.

Athlétisme

15Il s'agit d'athlètes adultes s'entraînant au stade Rébeilleau situé à 15 kilomètres du C.R.E.P.S.

16En conséquence, peu d'athlètes ont été vus au C.R.E.P.S. même.

17Ils ont bénéficié des tests physiologiques à l'hôpital (VO2 MAX directe, lactates, bilan biologique).

18Ils sont également suivis médicalement une fois par semaine sur le terrain (stade).

19Ils sont bien encadrés par :

  • un kinésithérapeute,
  • un podologue,
  • un acuponcteur.

20Le travail préventif est dans cette discipline particulièrement important (port de semelles plantaires, conseils diététiques). Enfin, grâce à une certaine confiance, il n'est pas perdu, en cas de traumatisme, un temps précieux consacré aux "guérisseurs" et "toucheux".

21L'électrode à lactates obtenue cet été permettra de pratiquer la saison prochaine des tests de terrain plus spécifiques et adaptés à l'entraînement.

Natation

22Les nageurs sont vus à la piscine par le Docteur ROUSSEY, 2 fois par semaine.

23Ils ont leurs explorations physiologiques (VO2 MAX et lactates) à l'hôpital.

24Le dosage des lactates dans l'eau a été effectué lors du passage du Docteur CERVETTI.

25Il existe peu de traumatologie.

Canoë-kayak

26Il s'agit de sportifs adultes très indépendants.

27Ils sont peu demandeurs d'examens médicaux.

28Ils souhaiteraient davantage de tests de terrain : lactates sur l'eau ce qui sera possible la saison prochaine grâce à l'acquisition de l'électrode à lactates.

29La construction d'une machine à bras pour l'obtention de la VO2 MAX en laboratoire permettra d'obtenir des résultats de consommation d'oxygène plus fiables.

Basket-ball

30Il s'agit de jeunes adolescents entre 16 et 20 ans.

31En moyenne ils se présentent comme :

  • peu endurants car ils n'ont que très peu d'entraînement physique généralisé,
  • possédant une récupération médiocre (rôle néfaste du tabac),
  • présentant une grande laxité ligamentaire, source d'entorses à répétition,
  • de grande taille (environ 1.85 m) contrastant avec une absence de tonicité musculaire.

32La prévention joue encore ici un rôle fondamental, avec l'importance de la musculation dynamique appropriée, de l'éducation proprioceptive des articulations, des chevilles et des genoux, de la notion d'une certaine hygiène et équilibre diététique (hydratation insuffisante, tabac).

Judo

33Les sportifs ne sont pas vus au C.R.E.P.S. car ils ne s'y entraînent pas et sont sous le contrôle du Docteur FOUQUET.

Conclusion

34Les disciplines telles que : athlétisme, tennis, natation et basket-ball paraissent motivées par le suivi médical.

35La collaboration entraîneurs, sportifs, kinésithérapeutes et médecins est bonne. Par contre, pour le judo et le canoé-kayak, des améliorations sont à espérer.

Auteur

Médecin

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.