Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects médicaux

La maladie dopage

Xavier Sturbois

Texte intégral

Introduction

1Le dopage est connu depuis la haute antiquité où il se confond avec différentes pratiques appelées selon les époques ou les circonstances magie, sorcellerie, art des philtres et des potions, thérapie...

2Le dopage est intimement lié à la vie des hommes : aux temps préhistoriques, il faut chasser pour vivre. Cette condition impose courage, voire témérité, force, performance physique... d'où les incantations aux dieux, les cérémonies rituelles et les potions magiques.

3On retrouvera jusqu'à une période récente l'idée de la chasse ancrée dans la magnification de l'homme. Chasseur et gibier voient leurs qualités confondues et pour vaincre le gibier, il est nécessaire d'en posséder les qualités. Cette possession s'exprimera dans le fait de manger ce rival (homme ou bête) dont on s'appropriera ainsi les qualités physiques ou morales. Cet aspect magique se perpétuera jusque dans la pratique sportive où encore aujourd'hui persiste quelques croyances au sujets de certaines viandes... ou sachets de protéines lyophilisées.

4L'aspect magique sera parfois affermi par des effets réels bien connus actuellement en pharmacologie mais utilisés en leur temps de manière empirique : ainsi en Amérique la coca donna-t-elle son nom à la distance parcourue par son mâcheur (cocada) et les tarahumaras sont-ils restés célèbres en même temps que le Pevott qu'ils ont divinisé de par leurs fameuses courses à pied.

5Enfin la guerre, vieille compagne de l'homme, répandit nombre de substances nécessaires à éblouir ses acteurs : depuis "la goutte" des tranchées de 14-18 jusqu'au "chocolat dynamite" (amphétamines) de 4045...

6Dans le monde du sport d'après guerre, les cas dramatiques de dopage vont se succéder depuis celui d'un coureur cycliste décédé en 1949 à l'hopital de Rapallo en Italie jusqu'à la mort télévisée de Tom Simpson sur les pentes du mont Ventoux en 1967 et la liste n'est malheureusement pas close.

Etiologie et définition du dopage

7L'individu a le plus souvent recours au dopage par besoin d'affirmation de sa personnalité vis-à-vis de la société qui l'entoure. La société sportive est propice à ce mécanisme puisqu'elle est prête à saluer d'une part l'exploit et d'autre part le vainqueur. Ceci explique également la portée très large du dopage qui touche aussi bien le quinquagénaire voulant prouver son aptitude à un jogging (trop) populaire que le concurrent olympique rêvant d'un podium truqué. Le "Veni, Vidi, Vici" fait toujours partie du subconscient de tout un chacun et le Docteur Faust est presque intégré à notre patrimoine génétique. De plus, il est d'autres circonstances où l'usage du dopage ne semble pas illicite - quand il n'est pas simplement et purement prescrit - comme le bon vieux captagon du temps des examens universitaires : qu'importe le flacon...

8La définition du dopage n'est pas simple et s'il sera facile de dénoncer les pratiques évidentes visant à améliorer artificiellement la performance d'un sujet, il sera nettement moins commode de fixer à partir de quand on a "créé l'exploit" et "produit un vainqueur". Il existera donc une marge importante entre la notion de dopage et la définition de ce qui sera considéré comme répréhensible et punissable.

9En terme d'éthique ou de morale sportive, le dopage sera l'utilisation de tout moyen destiné à accroître artificiellement les possibilités physiques d'un sportif (énoncé 1).

10En terme d'éthique civique, il sera précisé que le dopage sera l'utilisation consciente de tout moyen destiné à accroître artificiellement les possibilités physiques et susceptibles de nuire à la santé (énoncé 2).

11La première formulation aura pour conséquence qu'un concurrent dopé ne pourra profiter de son état pour revendiquer la victoire et devra donc être déclassé. Il découle donc naturellement la nécessité d'un contrôle et l'édition d'un règlement précisant ce qu'est "tout moyen destiné à accroître artificiellement les possibilités physiques d'un sportif. Ce contrôle deviendra bientôt une nécessité pour les fédérations afin de lever tout doute sur l'honorabilité de leurs compétitions auprès des compétiteurs et du public.

12La deuxième formulation conduira à la publication de la loi du 2 avril 1965. Cette loi vise non seulement le sportif mais aussi son entourage jusqu'au médecin prescripteur. Elle établira le contrôle du dopage et instaurera une commission chargée de proposer la liste des moyens interdits ou liste des produits dopants (cette liste est publiée par l'A.P.B.). La loi belge vise les produits appartenant aux classes suivantes :

  • les stupéfiants
  • les stimulants du système nerveux central et analeptiques
  • les glucosides cardiotoniques
  • les substances hormonales.

Existe-t-il une base scientifique du dopage

13Le dopage relève parfois de pratiques plus ou moins folkloriques qui firent longtemps mettre en doute son sérieux ou même son efficacité. Le développement de l'industrie pharmaceutique après 1945 apporta au monde et aux sportifs des moyens insoupçonnés, normalement destinés à soigner des malades et non à créer des champions ou des héros d'un jour. C'est à partir de l'usage de ces produits par les sportifs que l'on en vint progressivement à parler de dopage scientifique basé sur l'étude de la physiologie du sportif et de la manipulation de cette nouvelle science. Il faut faire remarquer ici que si la médecine traditionnelle s'arrête à l'étude de "l'homme sédentarisé", la médecine du sport s'intéresse de très près à la physiologie de "'homme à l'effort". Les données recueillies peuvent servir de base à l'établissement d'un entraînement scientifique ou préparation scientifique d'un athlète dans le bon sens du terme. Mais sur ces données physiologiques peuvent se greffer également les connaissances de la pharmacodynamie et de l'hormonologie pour aboutir ainsi au dopage ou préparation scientifique dans le mauvais sens du terme.

14Il est donc essentiel de ne pas nier l'effet dopant de certaines catégories de substances empruntées à l'arsenal thérapeutique. Celles-ci ont une action prouvée scientifiquement et sont applicables au sportif en vue de sa préparation ou de sa participation à une compétition. Ces catégories de substances sont actuellement selon la loi, les stupéfiants, les psychostimulants et analeptiques ; les glucosides cardiaques et les substances hormonales (A.. 2.4.77 et 14.6.78).

15Cependant, il faudra constater que dans la pratique courante en Belgique, l'administration sauvage de médicaments à des sportifs a été assez répandue. De nombreuses erreurs furent ainsi commises par extrapolation des effets de ces substances depuis l'homme malade jusqu'à l'homme sain. Ainsi en fut-il des cardiotoniques (par ailleurs fort peu utilisés) et d'autres tonicardiaques ou de substances bradycardisantes etc... La pratique du doping est donc dans les faits peu scientifique car elle concerne quasi toujours des sportifs mal connus sur le plan de leur physiologie. Ceci n'exclut pas qu'une préparation hautement scientifique d'un athlète ne soit pas possible en usant de moyens frauduleux comme les hormones anabolisantes par exemple. Par ailleurs, il existe aussi une façon d'entraîner méthodiquement un athlète et d'en étudier scientifiquement les diverses facettes de son adaptation à l'effort sportif en fonction de son plan de travail. On parle également à ce propos de préparation scientifique d'un athlète. Ce mode de préparation est parfaitement éthique et licite ; il constitue le contrepoint de l'entraînement scientifique par dopage et entre ces deux extrêmes, il apparaît des étapes intermédiaires souvent discutables comme les autotransfusions sanguines, l'entraînement sous hypnose etc...

Aspect médico-social

16Il n'est pas utile d'énoncer ici les divers aspects pharmacologiques ou toxicologiques mis en évidence à l'occasion de l'usage ou du surdosage des substances visées par les lois et réglementations contre le dopage. Il est par contre nécessaire d'attirer spécialement l'attention sur la facilité de contagion qui préside en matière de dopage. De plus, il faut souvent reconnaître que les sportifs sont un terrain facile pour le dopage du fait d'un penchant naturel à croire que l'adversaire l'a emporté grâce à un "remède miracle" dont il s'agira de s'armer également dans l'avenir...

17Enfin, l'épidiémologie du dopage dépasse nettement le sport de haut niveau trop contrôlé et se répand très largement au niveau du sport non compétitif et même au niveau d'activités physiques récréatives. Le cas exemplaire est la randonnée où le père de famille "s'aide quelque peu" pour ne pas abdiquer devant sa progéniture grandissante !

18Si la prise de substances pharmacologiques chez l'homme sain apparaît aisément être abusive, il n'en va pas toujours de même de la prescription médicamenteuse du sportif malade. En effet, le sportif amateur peut à la rigueur s'absenter sans trop de conséquences néfastes des terrains de sport pour des raisons de maladie ou de traitement par substances prohibées lors de la compétition (éphédrine, par exemple) ; il n'en va pas de même chez le sportif professionnel pour lequel certains traitements nécessaires entraîneront un préjudice ou un manque à gagner important. Certains médecins et dirigeants sportifs ont parlé de discrimination sociale envers le sportif par rapport au chef d'orchestre, au chanteur d'opéra ou au titulaire d'une quelconque profession libérale. Il ne faut cependant pas oublier trop vite l'aspect éthique de la compétition elle-même, l'aspect médical qui doit considérer l'inopportunité de l'exploit sportif d'un patient malade sous traitement et les abus connus dans le passé sous le couvert d'une maladie dont on parlait beaucoup plus qu'on n'en ressentait les effets !

19Il faut également dénoncer les sollicitations diverses et fréquentes des sportifs vis-à-vis de leur médecin. La question vient naturellement de la part du sportif qui demande "un soutien", "une substance qui peut l'aider", voire "un remontant" ou même tel médicament dont on lui a vanté les effets sur les sportifs ou... les pigeons de concours (Strychnine) ! ! !

20La responsabilité du médecin de ces sportifs est donc grande et le médecin doit être préparé à ce genre de sollicitation afin de ne pas se rendre complice d'une action illégale. Il faut souligner ici les difficultés qu'ont nombre de médecins devant la prescription. Il n'est en effet pas toujours aisé de décrypter les formules compliquées de certains médicaments et de les restituer dans leur groupe pharmacologique. Il est encore plus difficile de deviner que certaines substances peuvent donner des métabolites repris sur la liste des dopants.

21La pharmacocinétique des substances est le plus souvent inconnue et les prescriptions de repos sportifs lors des maladies ayant nécessité des traitements à base de substances interdites sont plus qu'aléatoires... C'est pourquoi, puisque loi il y a, il pourrait sembler opportun de disposer bientôt d'un sigle spécial apposé sur tout médicament concerné par la loi contre le dopage...

22Enfin, il faut parfois du courage au médecin pour se distancer d'un sportif de renom qui ne prétend pas rester dans le droit chemin. De même, et sans qu'il s'agisse de dopage, il est peu admissible de créer un lien "pharmacologique" entre le patient et le médecin. Trop de praticiens se sentent obligés de prescrire "un cachet miracle", souvent de simples vitamines, afin de contenter le sportif et d'assurer un meilleur contact avec lui. Cela constitue souvent une première étape dans la conviction psychologique du sportif de la nécessité des remèdes et dans l'escalade des substances utilisées. Cette attitude peu médicale en fait doit être remplacée par une connaissance de la physiologie de l'entraînement et par une compétence à en évaluer les effets dans le cadre du plan de préparation et de compétition. Ceci permet souvent de corriger nombre de défaut de l'athlète qui s'en portera certainement mieux et croira plus en lui-même et en son entraînement.

23Sur le plan "épidémiologique", le contrôle dopage a toujours eu un effet, là où il a été exercé. A titre d'exemple nous rapporterons les chiffres provenant de la Commission Médicale de la Ligue Vélocipédique Belge. Les premiers contrôles de 1965 (254 examens) révèlent 25 % de positifs ; l'année suivante le pourcentage baisse à 19 % puis à 8,5 % en 1967 pour atteindre 2,5 % en 1972 et se maintenir à ce taux jusqu'à présent (2,2 % sur 923 contrôles en 1983). Les substances incriminées sont dans 85 % des cas l'amphétamine, la méthylamphétamine, l'éphédrine ou la noréphédrine. Il faut souligner que le contrôle sur les anabolisants n'était guère effectif avant 1980. Il ne faut pas croire par cet exemple que le sport cycliste est le seul sport visé. Les quatre derniers jeux olympiques depuis 1972 ont montré que nombre de disciplines étaient concernées : certains médecins de ces équipes eurent à s'expliquer et l'un d'entre eux fût même banni à vie du monde olympique.

24Il n'en reste pas moins qu'entre toutes définitions de ce qui est permis et de ce qui ne l'est pas, il persiste des zones d'indécisions rassemblant les cas limites : ainsi en a-t-il été de l'alcool aujourd'hui prohibé dans les compétitions d'escrime, de tir, de pentathlon moderne et dans certaines courses automobiles ; de même les diurétiques ne sont pas (encore) sur la liste des produits interdits mais sont aujourd'hui surutilisés dans nombre de compétitions où le poids joue un rôle important (saut en hauteur, judo, etc...) ; faut-il rappeler les cas liés à des problèmes thérapeutiques précis, il existe aujourd'hui dans les grandes organisations internationales des commissions médicales habilitées à trancher sur base d'une requête adressée avant la compétition.

En conclusion

25Le dopage est encore à ce jour une menace pour le sport et l'activité physique dite récréative et est de plus une menace également pour la santé morale et physique de notre population. Si le dopage n'atteint pas chacun d'entre nous, il tente néanmoins chaque sportif de quelque niveau et parfois même insidieusement : "je n'ai pris que quelques anoxigènes (amphétamines) pour me sentir mieux dans mon jogging". Le dopage concerne le médecin qui peut prescrire des substances dont il ignore la portée exacte sur le plan juridique (Enseigne-t-on l'existence de cette loi dans nos facultés de médecine ?) et qui pourra être sollicité directement ou indirectement par le sportif. Le remède contre le dopage est avant tout une compétence du médecin en matière de sport, de physiologie du sport et de médecine du sport. Certaines facultés de médecine belge ont créé à cet effet une licence spéciale en médecine du sport. Ces médecins ainsi formés sont plus aptes à collaborer à l'éducation sanitaire de leur patient et à leur faire découvrir les heureux effets d'un entraînement bien conduit en collaboration avec son entraîneur. Il n'existe cependant pas de remèdes miracles et comme pour beaucoup de maladies, on ne peut guère espérer les voir disparaître à jamais.

26En 392 après J.C. l'empereur Théodore (chrétien) promulga un édit interdisant les jeux et fêtes olympiques car les participants s'étaient par trop éloignés de l'idéologie antique (et païenne) en devenant des professionnels et en usant de moyens illicites pour se préparer ou pour vaincre...

Auteur

Professeur à la faculté de Médecine UCL. Vice-président du comité Olympique et interfédéral Belge.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540