Version classiqueVersion mobile

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects médicaux

La condition physique du joueur de rugby

Jean-Paul Broustet

Texte intégral

Définition de la condition physique

1La condition physique optimale est un état physiologique transitoire, permettant au joueur d'utiliser du début à la fin, le maximum de ses qualités techniques et physiques dans le cadre du sport qu'il pratique.

2Le rugby étant un sport faisant appel à la plupart des qualités physiques, naturelles ou acquises, il faut examiner successivement :

  • les exigences du rugby
  • la place de la condition physique dans la performance du joueur de rugby
  • les bases physiologiques de l'acquisition de la condition physique et de son entretien
  • les applications pratiques pour le rugby
  • la surveillance de la condition physique
  • l'hygiène de vie des joueurs de rugby.

Les exigences du rugby

3Le rugby représente pour les sports collectifs ce que le décathlon représente pour l'athlétisme (TABLEAU I) :

4Il faut pousser, lancer, sauter, courir, sprinter comme au décathlon. Il faut ajouter le jeu au pied qu'il s'agisse du ballon ou malheureusement parfois de l'adversaire et le jeu à la main qui nécessite l'adresse.

5Comme le décathlon, chaque joueur de rugby a des points forts et des points faibles que la diversité des postes permet de valoriser ou de minimiser selon les cas.

Quelle est la place de la condition physique dans la performance ou "la prestation" du joueur au cours d'un match ?

6De très nombreux facteurs détaillés sur la figure 1 président, en effet, à la génèse de la performance.

7Sur cette figure, les éléments qui sont améliorables par l'entraînement de façon discrète ou majeure sont marqués par des croix. Les éléments, qui sont surtout innés, sont marqués par les cercles.

8Tout d'abord le potentiel physique du joueur de rugby dépend de deux facteurs :

  • sa capacité physique génétique
  • sa condition physique.

La capacité physique génétique

9Elle peut bien sûr être modifiée par l'entraînement ; ses déterminants sont rappelés TABLEAU II.

10Le gabarit du joueur, sa force musculaire pure, sa vitesse de course, sa coordination dans les mouvements, son toucher de balle qui lui permettra sans entraînement particulier de délivrer de très longs et de très précis coups de pied sont des dons qui se revèlent et s'affirment entre quinze et dix huit ans avant tout entraînement durable. En particulier, la force physique brusque et intense développée lors d'un placage, d'un arrachage de balle, d'un départ en force, est une qualité innée, vulgairement appelée le "jus" et pas forcément associée à des mensurations impressionnantes.

La condition physique

11Elle va permettre au rugbyman de tirer le maximum de son potentiel physique mais aussi de son potentiel technique. Elle est acquise grâce à l'entraînement physique dont la dose et l'intensité sont fondamentales, mais également, il ne faut pas l'oublier grâce à l'hygiène de vie.

12A partir de là, entrent en jeu trois autres facteurs :

  • la technique individuelle
  • le sens du jeu
  • la motivation.

La technique individuelle

13Elle dépend certes des dons naturels : tous les joueurs n'ont pas la même adresse, la même décontraction mais le travail gestuel peut faire progresser énormément les moins doués. Enfin l'équipement n'est pas à négliger : qualité du ballon, des chaussures et du terrain.

Le sens du jeu

14Il s'acquiert peu. Certes l'enseignement de l'entraîneur aide les joueurs dans leur placement sur le terrain, dans le choix du geste à faire ou dans l'orientation du jeu collectif ; mais on sait fort bien que la classe n'attend pas des années pour éclater chez les joueurs qui occupent des postes-clés : talonneurs, demis, centres, arrières.

La motivation

15Elle peut être augmentée, voire transformée par la préparation psychologique, par l'esprit de revanche, par le désir de gagner une place, par certains avantages sur lesquels il ne faut pas insister et enfin, faut-il le dire, par l'esprit du jeu dont certains joueurs sont plus habités que d'autres.

16L'ensemble de tous ces facteurs conditionne ce que l'on appellera la performance ou la prestation sur le terrain. En fonction de l'adversaire et des conditions de jeu, cette appréciation reste subjective et cela est un charme du rugby : la percée étincelante pèse-t-elle plus lourd que le placage raté ou les coups francs non transformés ?

17On remarquera dans ce schéma la part très importante de l'inné et d'autre part, la complémentarité des cinq grands facteurs évoqués : qu'un seul d'entre eux soit faible ou nul et les autres ne servent pas à grand chose :

18Qui n'a vu des basketteurs se traîner sur un terrain de rugby, des athlètes incapables de plaquer malgré des moyens physiques étonnants, des gagneurs végéter dans les équipes réserves, faute de moyens physiques ou de sens du jeu, des virtuoses météoriques atteints par la prise de poids ou le manque de motivation.

19A cela, s'ajoutent bien sûr des exigences propres à chaque poste et il est bien évident que les qualités athlétiques, techniques, demandées à un talonneur ou à un deuxième ligne, ainsi que les qualités morphologiques sont totalement différentes de celles que l'on exige d'un arrière.

Bases physiologiques de l'acquisition de la condition physique et de son entretien

20Nous présupposerons que le joueur n'a aucune difficulté ostéoarticulaire musculaire ; sa fonction pulmonaire est également normale et ne représente jamais dans ce cas un facteur limitant : le débit ventilatoire continue à augmenter alors que la consommation d'oxygène plafonne lors des efforts supra maximaux. La capacité d'effort dépend donc essentiellement des possibilités musculaires circulatoires.

Rappel des différents processus biochimiques de l'effort musculaire

21L'énergie immédiatement disponible pour le muscle est fournie par l'ATP (adénosine triphosphate) dont l'hydrolyse entraîne la transformation en ADP et en substrats, avec libération d'électrons chargés de l'énergie.

22Cette transformation emprunte trois voies (TABLEAU III).

23En effet la concentration d'ATP dans le muscle est faible et ne représente qu'une réserve d'énergie de 1,2 Kcal, épuisée en quelques instants (un ou deux bonds verticaux par exemple).

La glycolyse anaérobie alactique

24Elle fait appel aux réserves de créatines phosphate musculaire. Cette réserve est de l'ordre de 3,6 Kcal et assure l'essentiel de la production d'énergie lors d'un effort intense (10 à 15 secondes). La course de 100 mètres fait appel à cette voie qui permet des efforts explosifs mais limités.

La glycolyse anaérobie lactique

25Elle commence au-delà d'un effort intense prolongé plus d'une quinzaine de secondes quand les besoins en ATP ont épuisé les réserves de créatine phosphate. A ce moment si l'intensité de l'effort dépasse la capacité de la mitochondrie d'oxyder l'acide pyruvique, il en résulte la formation d'acide lactique qui diffusera vers le foie où il est resynthétisé en glycogène. La glycolyse anaérobique lactique a un rendement médiocre mais fournil une source complémentaire d'énergie utilisable en fin d'effort aérobie (sprint à l'arrivée du 1 500 mètres par exemple), par voie anaérobie, une molécule de glucose fournit 2 moles d'ATP contre 38 par voie aérobie (soit 21 Kcal utilisables contre 686 Kcal). Par contre après quelques minutes, l'effort de ce type peut être recommencé.

La glycolyse aérobie

26Quand l'intensité de l'effort est réduite de telle sorte que la durée maximale se prolonge au delà de 3 minutes, le transport de l'oxygène par le système cardiovasculaire permet une fourniture croissante puis majoritaire puis totalitaire de l'ATP par les mitochondries. Les processus oxydatifs intéressent le glycogène et les acides gras tels que l'acide palmitique. La possibilité de soutenir en phase aérobie donc longtemps, un effort de haut niveau dépend d'une part, des sites actifs d'oxydation représentés par le nombre et la taille des mitochondries et leur équipement enzymatique qui correspondent en quelque sorte au carburateur et d'autre part, des stocks de glycogène et d'acides gras libres disponibles qui représenteraient le réservoir de carburant. Il faut souligner que l'entraînement physique régulier et la caféine favorisent l'utilisation prioritaire des acides gras ce qui ménage les stocks de glycogène.

27Par ailleurs l'aptitude à l'endurance ou au sprint dépend de la distribution et de la proportion génétiques des différents types de fibres musculaires.

28Dans les fibres blanches, il existe un potentiel glycolytique élevé, une faible capacité oxydative. Ces fibres correspondent aux muscles sollicités lors des sprints.

29Les fibres rouges, plus ou moins lentes ont une capacité respiratoire importante, de grands stocks de glycogène. Elles sont en majorité dans les muscles aptes à l'endurance. Il existe des fibres intermédiaires.

30Curieusement, et en dehors de toute question de morphotype ou d'entraînement spécifique, il n'existe pas au monde, un athlète qui puisse figurer honorablement à la fois sur 100 mètres et 5 000 mètres. Tous les intermédiaires existent représentés par les sprinters longs (200 - 400) les spécialistes du demi fond court, etc... En rugby, le manque de vitesse à certains postes ne peut être compensé par l'endurance (lignes arrières) alors qu'à l'avant un relatif manque de vitesse peut être compensé par une activité permanente dûe à des qualités d'endurance.

La capacité aérobique

31C'est la consommation maximale d'oxygène (VO2 max) qui rend compte de la capacite aérobique c'est-à-dire de l'aptitude à soutenir longtemps un effort de haut niveau. Elle dépend non seulement de la capacité oxydative musculaire mais aussi de celle du système de transport de l'oxygène.

32Bien des discussions subsistent pour savoir si la limite de la VO2 max est d'ordre musculaire ou circulatoire. Au moment de l'épuisement, à âge égal, il existe des disparités considérables de VO2 max et de débit cardiaque maximum alors que la fréquence cardiaque maximale est toujours peu différente de 220.

33En fait, il semble y avoir un certain équilibre entre la capacité oxydative périphérique et la capacité cardiaque ; ce qui est certain c'est que l'entraînement modifie beaucoup plus la capacité oxydative musculaire que la fonction cardiaque.

34La détermination de la capacité d'effort aérobique fait appel à la mesure de la VO2 max ou à un équivalent exprimé en capacité d'effort. Les facteurs qui conditionnent une consommation maximale d'oxygène élevée doivent être évoqués :

35Rappelons l'équation :

36VO2 max = débit cardiaque x différence artérioveineuse en 02

37Débit cardiaque = le produit de la fréquence cardiaque maximale par le débit systolique.

38Une autre équation dit que le débit cardiaque est = au rapport pression/résistance.

39Cela veut dire en pratique que d'une part, pour avoir un débit cardiaque élevé ; il faut certes avoir un volume systolique et une fréquence maximale aussi élevés que possible mais que d'autre part, l'obtention d'un volume systolique élevé dépend en grande partie de la présence de résistances périphériques basses.

40Sur le plan musculaire, l'entraînement régulier, l'absence d'hypertension artérielle d'effort sont des facteurs qui conditionnent des résistances périphériques aussi basses que possible. L'entraînement physique en endurance corrige d'ailleurs les hypertensions labiles du jeune sportif.

41En ce qui concerne la différence artérioveineuse en oxygène, elle ne dépend pas du contenu artériel qui est invariable à l'effort et reste toujours maximum aux environs de 20 volumes en l'absence d'anémie. Par contre, le sang veineux qui revient aux poumons est d'autant plus désaturé qu'il traverse des muscles entraînés, capables de prélever une quantité intense d'oxygène pour les processus oxydatifs.

Détermination de la VO2 max chez le joueur de rugby

42La question de savoir si sa connaissance est nécessaire pour la conduite de l'entraînement collectif et individuel se pose.

43Il faut souligner d'abord que sa détermination réelle est très difficile et coûteuse chez l'athlète : la valeur mesurée dépend de la motivation pour aller jusqu'à l'épuisement qui peut varier d'un joueur à l'autre en fonction de la tolérance au masque ou à l'embout buccal. Elle dépend aussi d'un appareillage onéreux, difficile à étalonner et à régler. Elle dépend beaucoup du type d'effort choisi : une étude personnelle comparant la vitesse avec un pouls à 170 pendant 20 minutes sur tapis roulant et la performance maximale sur cycloergomètre chez 35 athlètes de disciplines différentes nous a montré un classement très différent selon les sports pratiqués, la première épreuve favorisant les coureurs de demi fond, la deuxième épreuve favorisant les cyclistes et les sprinters très puissants.

44La mesure de la VO2 max réelle peut être, à notre avis, remplacée par l'utilisation d'épreuves maximales sur une machine bien étalonnée (tapis roulant de grande qualité et de grandes dimensions ou cycloergomètre à frein magnétique où la quantité de travail par minute est relativement indépendante de la vitesse de pédalage. le TABLEAU IV fournit des indications qui sont simples et assez précises pour estimer la VO2 max à partir d'une épreuve sur tapis roulant.

45Cependant BRUCE (2) souligne que sa relation n'est valable (r = 0,926) que jusqu'au 4ème palier compris et seulement si le sujet marche ; s'il doit courir (cas d'un sujet de petite taille) au 4ème palier la VO2 augmente d'environ 10 %.

46Sur cycloergomètre, la table proposée par FOX (4) le TABLEAU IV cadre bien avec la réalité et l'utilisation est simple.

47Le monogramme d'ASTRAND et RHYMING permet de prévoir la VO2 max à partir du rythme cardiaque observé pour une charge sous maximale mais rien ne dit, sur le plan individuel que le sujet étudié aurait pu atteindre la fréquence cardiaque maximale théorique.

48Il est capital de déterminer la VO2 max par kilo de poids corporel et non de l'évaluer en valeur globale : en effet lors d'une épreuve d'effort sur cycloergomètre, le poids de l'athlète n'entre pas en ligne de compte pour la réalisation de la performance puisque le vélo est immobile.

49De la sorte, il est courant de voir un pilier de 100 kilos réaliser une épreuve de 300 watts, correspondant à une consommation d'oxygène de 4,250 1. très élevée.

50Mais ramené au kilo de poids corporel, cela fait 42,5 ml/kg.

51Un cycliste, un coureur à pied entraîné, un athlète de demi fond à la fois véloce et puissant, d'un poids de 70 kilos consommeront la même quantité d'oxygène globale pour soutenir ces 300 watts mais ramené au kilo de poids corporel, cela correspondra à 61 ml/kg.

52A partir du moment où le vélo roule, où la route s'élève, la capacité aérobique disponible au niveau de chaque gramme de muscle est beaucoup plus importante chez le sujet léger et par là même, ses performances seront supérieures dans le domaine de la course d'endurance ou du vélo en côte.

53Pour cette raison, il serait préférable d'utiliser chez les rugbymen, le lapis roulant qui intègre le poids corporel, ce qui permet de donner à chacun sa vraie valeur athlétique.

54Rappelons que les athlètes de cyclisme ou de demi fond ont des VO2 max de 65 à 85 ml/kg, les footballeurs de haut niveau de 50 à60 ml, les rugbymens de 40 à50 ml. (tableau V).

55Il faut également, dans ce domaine, citer les travaux d'ALLARD (1) qui permettent de dire que l'élément génétique est très important : le coefficient d'amélioration de la VO2 max par l'entraînement le plus poussé est d'environ 25 % par rapport à la valeur génétique. La VO2 max moyenne de 24 athlètes olympiques était de l'ordre de 60 millilitres. Chez des étudiants du même âge sur un campus universitaire, seulement 1,7 % atteignent 50 millilitres / kilo de poids, leur VO2 max moyenne étant 35,4 ml.

56Sur le plan pratique, pour le joueur de rugby, le développement d'une aptitude considérable à consommer de l'oxygène n'est probablement pas indispensable. Il faut simplement qu'il ait une endurance aérobique suffisante pour pouvoir supporter des séances de résistance d'une part et pour pouvoir effectuer un travail technique à haut rythme sans être limité par l'essoufflement ou la fatigue.

Les applications pratiques pour le rugby

Les principes de l'entrainement

Acquisition et maintien de l'endurance

57Il est clair que, comme dans la plupart des sports qui demandent une activité de course, le joueur de rugby doit avoir une bonne base d'endurance. Mais contrairement aux idées reçues, cette base d'endurance doit s'entretenir en permanence et ne doit pas être limitée à la pratique du footing en début de saison. Comme le montrent les études sur le déconditionnement des sujets athlétiques maintenus au lit, pendant quelques semaines, le déconditionnement est extrêmement rapide. La perte de la VO2 max chez les athlètes atteint 25 % en vingt jours de lit. Il est clair qu'après trois mois de vacances, on commence à peu près au niveau de sa valeur génétique de base. Il est ridicule de dire ou d'admettre que telle équipe, au mois de Novembre ou de Décembre n'a pas atteint son plein rendement, alors que le championnat est commencé depuis trois mois.

58Or, malheureusement bien souvent, l'entraînement commence trop lentement. Il est interrompu très tôt par le passage à la résistance et vers le mois de Janvier ou de Février, les joueurs commencent à manquer de base en endurance ce qui rend beaucoup plus difficile les entraînements en résistance.

59Il faut donc conseiller aux joueurs de pratiquer très régulièrement le footing quel que soit le reste de l'entraînement. Il n'y a aucun risque d'épuisement, bien au contraire.

60Par contre, l'entraînement en endurance doit être adapté à chaque joueur. On a vu les grandes disparités d'aptitude à la course d'endurance comme d'ailleurs au sprint selon les postes. Il est tout à fait absurde de faire courir ensemble pendant un long footing une quinzaine de joueurs de rugby. Pour les uns, le rythme est trop lent, ils ne font pas de progrès, pour les autres, il est déjà trop rapide, ils s'épuisent, se mettent en acidose lactique et ne progressent pas non plus.

61Sur la base de tests calibrés sur tapis roulant ou plus simplement de tests de chronométrage sur piste, il doit être possible de séparer les joueurs par groupes, forts, faibles et moyens et d'imposer à chacun de ces groupes des rythmes de course différents avec des durées et des fréquences cardiaques équivalentes.

62De plus, il faut se souvenir que le joueur de rugby étant un pur amateur, il ne peut pas consacrer trop de temps à l'entraînement. Il doit donc par lui même essayer de faire tout seul la préparation d'endurance de façon à ce que lorsqu'il vient à l'entraînement, il puisse se consacrer au jeu technique. Il est ridicule de voir des rugbymen multiplier lors des entraînements collectifs, bihebdomadaires, les tours de terrain sans ballon qui devraient être fait en dehors des entraînements.

63Par ailleurs, la nécessité d'un long travail spécifique de musculation pour les avants (renforcement des muscles de la nuque, travail au bélier) ne leur permet pas de passer trop de temps à faire du cross. On doit également se rappeler que les chronométrages montrent qu'au cours d'un match de rugby, quinze à vingt minutes au maximum se passent à courir mais que le reste du temps, si les avants font ou refont des mêlées, les 3/4 se contentent de les regarder et n'ont pas besoin d'une capacité d'endurance énorme.

64Sur le plan pratique, nous pensons que pour un membre des lignes arrière, dont la VO2 max se situe aux alentours de 50 ml ce qui correspond à une capacité d'effort de 250 à 270 watts, on devrait imposer trois fois par semaine, un footing de vingt à trente minutes avec un rythme cardiaque aux alentours de 150à 160.

65Pour les avants, le même rythme cardique peut être retenu. Il correspondra habituellement à une vitesse de course moindre puisque leur VO2 max/kilo de poids est inférieure. Il ne faut donc pas leur imposer la même allure qu'aux trois quarts, sauf sans doute les troisième lignes aile. Mais on devrait obtenir une progression régulière de la distance parcourue en trente minutes.

Acquisition et maintien de la résistance

66En ce qui concerne l'aptitude à l'effort anaérobique alactique, c'est l'entraînement en résistance et en vitesse qui est nécessaire. Il consiste à faire effectuer des séries de sprint pour les lignes arrières à 90 % de la vitesse maximum avec les temps de récupération, en général, double du temps de course.

67On peut au cours d'une séance utiliser des résistances croissantes suivies de résistances décroissantes. Le rythme est bien difficile à standardiser : s'il est vrai que la "forme de pointe" coïncide avec une grande vitesse de récupération que développe l'entraînement en résistance, il est normal d'insister là-dessus lors des phases finales. Mais il est probable qu'en l'absence de blessure un joueur de rugby peut soutenir toute une saison, un entraînement en résistance et en endurance. Mais le maintien d'une motivation individuelle ou collective au plus haut niveau et de la volonté de s'entraîner qui en résulte, est très rarement observée sur l'ensemble de la saison.

68Pour les avants, le travail en fractionné doit intéresser également tous les muscles du corps et pas simplement les muscles de la course puisqu'ils sont conduits à répéter des mêlées. C'est là qu'intervient bien sûr le bélier. Au cours des efforts de bélier, lorsque celui-ci est statique l'élévation tensionnelle est forte et l'élévation du rythme cardiaque est modéré. Par contre lorsque le bélier est déplacé comme lorsque la mêlée avance et enfonce la mêlée adverse, il y a une énorme montée de fréquence cardiaque.

69Il semble que, aussi dur soit-il, c'est à ce niveau là qu'un entraînement consistant à demander des séries de poussée extrêmement rapides, extrêmement fortes et très rapprochées conduit à une progression rapide du tonus musculaire et de la force collective de la mêlée.

Contrôle et surveillance de la condition physique

70Le moyen de contrôle de la condition physique doit être adapté à la spécificité du geste. Il est tout à fait inutile de remesurer plusieurs fois par an, la consommation maximale d'oxygène ou ses équivalences sur cycloergomètre ou tapis roulant, les petites variations observées tiennent aussi souvent aux conditions de mesure ou à la motivation du rugbyman qu'à sa valeur aérobique propre.

71Il en est de même pour l'électrocardiogramme dont il convient de dire ici quelques mots.

72Chez le joueur de rugby comme chez les autres sportifs, l'électrocardiogramme de repos, standard est d'abord un examen cardiologique visant à mettre en évidence une anomalie pattologique ce qui n'est pas toujours simple (cas d'un bloc de branche droit, d'un syndrome de Wolff Parkinson White sans crises de tathycardie ou d'une anomalie de la repolarisation).

73La mesure de la fréquence cardiaque souvent faite sur l'électrocardiogramme permet certes de comparer chez un même sujet l'état de prépondérance vagale qui suit en général l'intensité de l'entraînement. Mais tout s'arrête là : la prétention de capter sur des électrocardiogrammes des indications sur la "forme" du coeur, le type d'entraînement souhaitable ou à éviter est illégitime : en ce qui concerne les vecteurs QRS, l'échocardiographie a montré les faibles corrélations qui existent chez les athlètes entre critères ECG de l'hypertrophie ou de la dilatation du ventricule gauche et mesures réelles des dimensions. Quand aux variations de la repolarisation, elles sont vagales, électrolytiques, parfois ischémiques et péricardiques et n'ont rien a voir avec la prédiction du degré d'aptitude à réussir un match le dimanche suivant qui dépend de beaucoup d'autres éléments.

74Dans cette prespective, il serait beaucoup plus utile qu'un collège de médecins et d'entraîneurs définisse et fasse généraliser des tests propres à chaque poste du jeu et que ces tests puissent être utilisés périodiquement dans toutes les équipes. On peut imaginer, par exemple :

  • un 1 000 mètres pour tout le monde
  • ou selon le test aérobique de COOPER, la distance maximale parcourue pendant un temps donné de douze minutes
  • une série de poussées au joug, tout d'abord individuelle puis collective avec chronométrage de la distance franchie, du temps de récupération, tentative de faire le maximum de séries pendant un temps donné. Contrôle de la récupération, de la fréquence cardiaque qui est un test largement suffisant.

75Pour les lignes arrières faire balle en main, un slalom de cent mètres avec des piquets plantés de façon standardisée avec placage à l'arrivée et nouveaux départs en sens inverse et ainsi de suite.

76Pour les sauteurs à la touche, on peut standardiser un test du nombre maximum de sauts pendant un temps donné, etc...

77Sur l'ensemble d'une saison, il ne nous paraît pas nécessaire de tellement modifier les données de l'entraînement comme le font la plupart des entraîneurs. Tous les matches sont difficiles. Il est plus dur de retrouver une condition physique que l'on a commencé à perdre, que de la maintenir. Elle est très rapidement perdue dès que l'entraînement est ralenti ou coupé, c'est la raison pour laquelle les blessures ostéoarticulaires ou musculaires sont si préjudiciables à la condition physique.

78Dans le contexte actuel, une équipe qui aurait la sagesse collective de consacrer les mois de Mai, Juin, Juillet à un entraînement athlétique comportant : chaque semaine, trois séances de cross de trente à quarante cinq minutes, deux séances de fractionné, une séance de musculation, soit une heure par jour commencerait le championnat par une série de victoires qui lui permettraient de développer son jeu et non de chercher à gagner les derniers matches de poule par tous les moyens. Cet entraînement peut être individuel pendant les deux ou trois mois d'interruption et compatible avec une semaine de quarante, voire même de trente cinq heures de travail.

L'hygiène de vie des joueurs de rugby

79Ici on entre dans un domaine très classique et délicat.

80Il faut fair un choix que nous nous garderons bien de proposer pour notre part.

81Si le rugby fait partie de la joie de vivre, il est bien certain qu'il serait dommage que les joueurs soient regroupés dans des hôtels, la veille des matches, séparés de leurs épouses ou bonnes amies, et qu'après la victoire, ils soient à nouveau parqués dans de véritables boxes pour éviter des libations qui les marquent finalement plus que le match lui-même dans les jours suivants et entraînent à long terme une prise de poids qui abrège bien des carrières !

82Inversement, si l'on désire vraiment tirer le maximum de son potentiel, il faut s'imposer des règles très strictes. C'est là une affaire de politique intérieure à chaque club et de philosophie personnelle.

83Par contre, le tabagisme doit être proscrit dans une équipe de rugby. Dans ce domaine, nous avons de très nombreux exemples montrant que l'association d'un tabagisme important et d'efforts physiques intenses dans des conditions parfois émotionnelles très fortes, provoque des spasmes suivis de thrombose coronaire entraînant des infarctus souvent gigantesques anévrismaux, nécessitant ultérieurement, si tant est qu'elles soient encore possibles, des résections chirurgicales.

84En plus, l'on sait que le tabagisme régulier conduit vers la cinquantaine à l'apparition de la maladie coronaire et à ce titre, médecins et entraîneurs de clubs ont un rôle préventif fondamental à jouer non seulement par les recommandations mais par l'exemple.

85Enfin, reste la prise de poids.

86Le rugbyman peut supporter quelques kilos superflu dans la mesure où cela protège sa musculature et son ossature des traumatismes. Mais il est certain qu'il doit savoir proportionner son alimentation à sa dépense physique. Dès que survient une blessure l'immobilisant pour quelques jours ou quelques semaines, dès que, à tort, la saison étant terminée, il cesse ou diminue son entraînement régulier, il doit immédiatement réduire son alimentation, faute de quoi, il prend des kilos qu'il aura la plus grande peine à perdre.

87On doit se rappeler que dans ce domaine, l'entraînement en endurance est un apport fondamental dans la réduction de poids.

88Une heure de cross à onze kilomètres/heure fait perdre 850 calories, soit environ cent grammes. Ces 850 calories seront facilement reprises par l'absorption d'un sandwich de 400 grammes sans compter le beurre et le jambon ou par l'ingestion d'un litre de vin.

89Il est donc clair que la balance doit faire absolument partie de l'arsenal du médecin chargé de surveiller la condition physique des joueurs.

En résume

90La condition physique du joueur de rugby n'a pas à être extrêmement élevée en matière d'endurance aérobique. Le tonus moteur, la coordination des gestes, la force dans les efforts de lutte, l'aptitude aux sauts verticaux, le démarrage doivent être beaucoup plus cultivés.

91Malgré tout, l'entraînement en endurance conditionne la possibilité de développer les autres aptitudes.

92L'entraînement doit être poursuivi toute l'année et plus particulièrement pendant l'inter-saison qui est l'occasion de se forger une condition physique de base à un niveau élevé.

93L'alimentation juste adaptée aux dépenses énergétiques faciliterait beaucoup l'obtention de la condition physique optimale.

Figure 1. LES FACTEURS DE LA PERFORMANCE AU RUGBY

NATURE DES EFFORTS DU RUGBY

NATURE DES EFFORTS DU RUGBY

TABLEAU I

CAPACITE PHYSIQUE GENETIQUE

CAPACITE PHYSIQUE GENETIQUE

TABLEAU II

LES VOIES DE FORMATION DE L'ATP

LES VOIES DE FORMATION DE L'ATP

TABLEAU III

TABLEAU IV

TABLEAU IV

D'APRES FOX (4)

TABLEAU V. EPREUVE DE BRUCE SUR TAPIS ROULANT (PALIER DE 3 MINUTES)

Palier 1

2,74 km/h,

pente 10 %

Palier 2

4,02 km/h,

pente 12 %

Palier 3

5,47 km/h,

pente 14 %

Palier 4

6,77 kmh,

pente 16 %

Palier 5

8,17 km/h,

pente 18 %

Palier 6

9,1 km/h,

pente 20 %

VO2/kg(ml) : 8,33 + 2,94 (temps en minute passé sur le tapis)

94Cette relation n'est valable que pour les 4 premiers paliers. Au delà l'obligation de courir augmente la VO 2 par rapport au travail mécanique fourni.

95exemple : arrêt à 14 minutes

96VO2 : 8,33 + 2,94 x 14 = 49,49 ml/kg

97Si le sujet est épuisé, si sa fréquence cardiaque est de 220 - âge ±5, on pourra parler de VO2 max.

LA VO2 MAX :

CAPACITE à COURIR VITE ET LONGTEMPS EN ETAT STABLE

ELLE DOIT ETRE RAPPORTEE AU KG DE POIDS CORPOREL

- CYCLISTES PROFESSIONNELS, MILERS : 80 ml

- FOOTBALLEURS PROFESSIONNELS : 50 à 60 ml

- RUGBYMEN : 40 à 50 ml (avants) 45 à 55 ml (3/4)

TABLEAU VI

Bibliographie

Bibliographie

1 - ALLARD C., BOUCHARD C., LEBLANC C., ALLARD F.
An estimate of proportion of potential athletes in endurance sports among the Canadian population
In : les épreuves d'effort
BROUSTET J.P., BRICAUD H., DENOLIN H., Ed., l'Expansion
Scientifique, Paris, 1978, p. 393

2 - BRUCE R.A.
Methods of exercise testing. Step test, bicycle, treadmill, isometrics
In : Exercise in cardiovascular health and disease
Amsterdam E.A., Wilmore J.H., De Maria A.N., Eds Yorke Médical Books
,
New York, 1977, p. 149

3 - COSTILL D.L., COYLE E., DALSKY G. et COLL.
Effects of elevated plasma free fatty acids and insulin on muscle glycogen usage during exercise
J. Appl. Physiol., 43, 695, 1977

4 - FOX S.M., NAUGHTON J.P., HASKELL W.L.
Physical activity and the prevention of coronary heart disease
Ann. Clin. Res., 3, 404, 1971

5 - IVY J.L., COSTILL D.L., FINK WJ. ET COLL
Influence of caffeine and carbohydrates feeding on endurance performance
Med. Sci. Sports, 11, 6, 1979

Table des illustrations

Légende Figure 1. LES FACTEURS DE LA PERFORMANCE AU RUGBY
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre NATURE DES EFFORTS DU RUGBY
Légende TABLEAU I
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre CAPACITE PHYSIQUE GENETIQUE
Légende TABLEAU II
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre LES VOIES DE FORMATION DE L'ATP
Légende TABLEAU III
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU IV
Légende D'APRES FOX (4)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 252k

Auteur

Département des épreuves d'effort et de cardiologie sportive Hôpital du Haut Levêque 33600 PESSAC

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search