Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects économiques

Discussion

Aspects économiques

Texte intégral

1Gérer un club sportif, c'est une véritable entreprise. Par de nombreux aspects les clubs et les entreprises présentent quelques similitudes. La différenciation des fonctions et les attitudes organisationnelles les font fortement s'apparenter. La place de l'économie, mais aussi la fonction économique, tendent à se développer au sein du mouvement sportif. Ce qui ne va pas sans poser quelques problèmes ni sans engendrer bien des interrogations.

2Certes vouloir mêler sport et économie a longtemps confiné à faire preuve d'inconvenance. Les économistes regardaient d'un oeil dédaigneux à peine voilé une activité qu'ils jugeaient mineure, se dont se satisfaisait le monde sportif au nom de la pérennité des grandes valeurs éthiques et sociales dont il se faisait le défenseur. Aujourd'hui ce fossé d'incompréhension tend à se réduire. Mais il n'en existe pas moins un écart certain entre les systèmes de valeurs qui régissent et motivent l'action dans ces deux univers.

Respecter et perpétuer les missions du mouvement sportif

3Le mouvement sportif fédéral détient principalement une mission sportive et sociale reconnue de l'ensemble du corp social et légitimée par l'Etat. Les divers Ministères dont il relève ou avec lesquels il entretient des relations lui imposent, par le biais des habilitations ou des subventions, le respect d'un certain nombre de contraintes. Par conséquent le mouvement sportif olympique ne peut pas se situer sur le créneau des flots d'argent.

4Le plus souvent, les clubs ne sont pas propriétaires des installations sportives. Il leur est donc très difficile d'organiser des manifestations - à caractère plus ou moins sportif - susceptibles de leur permettre de "faire de l'argent" en vue d'accroître leur budget d'activité. Or les dépenses de fonctionnement ne cessent de croître. En raison de la trop faible participation financière de l'Etat, ne revient-il pas aux collectivités locales de tenir compte des fonctions du mouvement sportif ? Ne faut-il pas déplorer que, bien souvent, une très forte proportion du budget sportif des municipalités va essentiellement vers une ou deux activités ou manifestations de renom au détriment de l'ensemble des disciplines ?

5Clubs ou fédérations doivent dégager de nouveaux moyens afin de faire face à leurs contraintes. Sont-ils disposés à une certaine conversion des mentalités ? Sont-ils véritablement capables d'assurer eux-même la mise en oeuvre de nouveaux moyens d'action ?

Percevoir les nouvelles conduites socio-culturelles et y répondre

6Le sport repose par tradition sur l'action des bénévoles. Longtemps leur don de soi s'est révélé suffisant. Mais il faut craindre que cela ne soit plus vrai aujourd'hui en raison de l'évolution sociale. D'une part il semble de plus en plus difficile de trouver des dirigeants disposant de beaucoup de temps libre et désirant s'investir profondemment dans la vie d'un club sportif uniquement par conviction ou foi personnelle. Et il existe d'autres voies pour ceux qui ont soif de notoriété ou nourrissent quelques ambitions sociales. Le recrutement de dirigeants bénévoles - qui plus est d'une certaine qualité - devient de fait un problème tout à fait réel pour le mouvement sportif.

7D'autres part la demande des pratiquants (effectifs ou potentiels) évolue elle aussi. La clientèle sportive développe de nouvelles attentes que ne peut pas - ou ne sait pas - prendre en compte le mouvement sportif organisé traditionnel. Renonçant à la pratique institutionnalisée de compétition quelques "affairistes" se sont emparés de ce créneau délaissé pour proposer des formes d'activités physiques qui attirent - parfois au prix fort - une clientèle croissante.

8Faut-il voir là un simple effet de mode ou un signe de perte d'attractivité et d'influence du mouvement sportif ? Force est de constater que ces organisateurs privés savent faire preuve de dynamisme, s'entourent d'un encadrement de bon niveau. Mais surtout, ils offrent des conditions idéales de pratique en même temps qu'ils multiplient les services et les innovations.

9Les fédérations tardent à s'adapter à cette situation nouvelle. Les pratiques restent cloisonnées dans la conception traditionnelle du sport. Les dirigeants sportifs n'ont plus le temps de diversifier leurs activités, voire d'en créer. Aussi il y a tout lieu de poser clairement la question : dans quelle mesure ne doit-on pas faire appel à des professionnels ?

Du bénévolat a la professionnalisation

10Car le bénévolat, aussi louable et nécessaire soit-il, montre malgré tout quelques limites.

11Tout club sportif est soumis à la nécessité d'une certaine réussite. Un club qui n'a pas de résultats est un club qui recule, et donc ses ressources diminuent car recettes et subventions sont étroitement liées aux performances. Or la majorité des bénévoles des clubs sont incompétents dans le domaine de la gestion, du marketing ou de l'organisation de grandes manifestations. Le bénévolat traditionnel meurt en raison de la professionnalisation du système. Les compétences se paient et il en va de la survie du mouvement sportif d'intégrer cette donnée dans son mode de penser et d'agir.

12Bien sûr le temps du bénévolat n'est pas expiré. Cela reste aujourd'hui un moyen nécessaire sans lequel tout l'édifice du mouvement sportif s'effondrerait. De plus on ne peut nier l'intérêt humain de développement personnel et de formation à travers l'investissement dans la vie d'un club. Certes la cohabitation sport-argent a toujours été mal vécue par les dirigeants sportifs et l'on peut craindre quelques départs de bénévoles actuels avec l'arrivée massive de flôts financiers. Mais il existe aussi des compétences disponibles dans les clubs, souvent peu ou mal utilisées. Le véritable problème reste en fait celui des changements d'attitudes qu'implique le franchissement du pas de l'argent.

13Car le constat des économistes est clair : c'est une nouvelle ère qui s'ouvre pour le monde sportif. Mais il importe de tenir pour acquis ceci : s'il existe un marché de l'organisation de spectacles sportifs, alors apparaîtront nécessairement des sociétés de service. Plutôt que de se voiler la face il convient de tenter de maîtriser ce phénomène. Par conséquent l'alternative posée au mouvement sportif s'exprime en ces termes : ou bien laisser des professionnels prendre totalement à leur charge l'organisation et la promotion du sport, ou bien contribuer lui-même à la création de sociétés de service sur lesquelles il garderait une certaine prise.

Gérer et organiser : c'est un métier !

14Les exemples suffisamment nombreux et caractéristiques attestent des dangers qui guettent le devenir du sport lorsqu'il tombe dans les mains des organisateurs privés dont la logique est nécessairement commerciale. Les circuits parallèles et les matches exhibitions du Tennis, la multiplication des organisations et des titres en boxe, les monopoles sur l'organisation de grandes compétitions (Coupe du Monde de Foot-Ball, Jeux Olympiques de Séoul, etc), laissent planer quelques incertitudes quant au respect des sportifs, à la valeur des performances et à la crédulité à l'égard du public.

15Face au risque d'une certaine dépossession au profit d'organisateurs privés totalement libres, deux voies semblent se dégager pour le mouvement sportif.

16D'une part, en s'inspirant de l'exemple de la Fédération Française de Tennis, il convient de gérer sa discipline (quasiment) comme une entreprise. Il faut pour cela recruter des cadres salariés de haut niveau, rémunérés et jugés sur leurs résultats, capables de penser, prévoir, organiser, travaillant en termes de marketing et cherchant à dégager des bénéfices sur quelques opérations ponctuelles en vue de créer des capacités d'auto-financement et d'abolir la dépendance des subventions - seule cette capacité exercée à plein temps, dans un cadre et un programme bien défini, semble à même de générer une gestion performante des fédérations ou des clubs.

17D'autre part, à l'instar de la Fédération Française de Foot-Ball qui s'est alliée à un publiciste pour promouvoir et exploiter son image dans le cadre de la société Promofoot, et constatant qu'elles manquent souvent de grands organisateurs, les fédérations, et à un moindre degré les clubs, devraient trouver eux-mêmes des partenaires en vue de créer des sociétés de service. Ceci pourrait constituer une bonne garantie contre tout risque de trop grave "dérapage". Mais il faut occuper très vite le terrain, afin d'y rester maître, tout en conservant à l'esprit les dangers liés à la diversification des activités (comme dans une entreprise). Sortir du cadre sportif pour "vendre" du spectacle sportif, c'est risquer de vendre "de la soupe", de remettre en cause des mythes, des rites et des tabous.

Préparer l'avenir avec réalisme et décision

18Les fédérations doivent jouer pleinement leur rôle car nous nous situons dans une phase cruciale. L'arrivée des financiers tels Mac Cormack, Proserv, Turner, etc..., qui visent à gagner le plus possible d'argent, tend à faire des sportifs des saltimbanques et des disciplines des exhibitions. Leur réussite montre qu'il existait un créneau à prendre. Mais qu'en sera-t-il demain lorsque ce créneau deviendra moins porteur ?

19Si l'on se bat pour les cinq ou six meilleurs clubs du championnat de foot ball, peu d'annonceurs investissent massivement dans les autres équipes. Que vaut une compétition dont le classement épouse trop fidèlement la hiérarchie des budgets ? Qu'adviendrait il si cette manne cessait soudainement ?

20Les fédérations doivent s'appuyer sur la loi du 16 juillet 1984 pour combattre les organisations concurrentes. Mais cette lutte juridique ne doit pas masquer la nécessaire adaptation aux situations contemporaines afin de faire face à l'avenir et d'éclaircir quelques situations. Peut-on décemment demander toujours plus de contribution à un athlète de haut niveau sans lui reconnaître officiellement le droit à quelque rétribution ? Faut-il se condamner à quémander des subventions pour former des jeunes qui n'hésiteront pas à quitter, les bonnes propositions venues, le club d'origine sans que celui-ci ne puisse prétendre à quelque indemnité ? Est-ce que le club, qui permet au sportif d'exercer son activité et de montrer son talent, ne devrait pas avoir droit à quelques royalties sur les contrats publicitaires de ses champions ?

21Toutes ces questions méritent d'être approfondies. Elles "interpellent" le mouvement sportif, sur son "ici et maintenant" et sur son devenir. Le problème de "l'économie et du sport" n'est pas seulement un problème éthique mais une donnée réelle et vitale comme nous l'a indiqué Jean-Pierre HELPER pour qui : "c'est possible de faire et "des ronds", et du sport, sans se dénaturer, et c'est vraiment nécessaire pour survivre."

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540