Version classiqueVersion mobile

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects économiques

Aspects économiques

Ernest Gibert

Texte intégral

1Il fut un temps, récent encore, où l'idée d'examiner les relations entre le sport et l'économie était considérée comme une incongruité, parfois même comme une inconvenance. Idée baroque aux yeux des économistes, gens par nature sérieux et - on le sait - distingués, comprenant mal l'utilité d'intégrer à leur champ habituel de préoccupations des pratiques sociales ludiques, futiles et probablement subalternes. Idée étrange, voire suspecte, aux yeux des pratiquants et dans l'esprit de l'opinion publique, souhaitant préserver une part mesurée d'évasion ou de rêve de préoccupations trop bassement commerciales.

2En bref, les économistes, avec la superbe qui les caractérise, ignoraient le monde du sport et celui-ci, avec la remarquable constance d’une naïveté plus souvent feinte que désintéressée, le leur rendait bien. Tout concourait pourtant à les rapprocher ; à commencer par la notion de performance. Il est d'ailleurs frappant de noter une remarquable similitude dans la fréquence d'usage de certains mots. Compétition, concurrence, risques, valeur et, naturellement, performance, tiennent une place à part dans le vocabulaire de l'économie et du sport.

3Au delà des mots, un autre point commun les unit. Le monde du sport, (comme celui de l'économie), a souvent pour habitude de vanter les mérites d'une performance sans s'être toujours interrogé sur sa nature ou sur sa portée. Obscurité, entretenue ou subie, qui n'empêche cependant pas une évocation, quand ce n’est pas une invocation, péremptoire.

4En dépit de ces similitudes, dans l’usage des mots et les comportements, la véritable raison d'un rapprochement indéniable, et probablement irréversible, est ailleurs. Elle tient à la nature des deux disciplines tendues, l'une et l'autre, vers la recherche du résultat. La reconnaissance de la valeur, son exploitation et, d'abord, la mise en place des conditions qui facilitent son émergence, sont au coeur même des préoccupations de l'économie et du sport.

5Aujourd'hui, les activités liées à la pratique sportive contribuent, par leurs effets directs ou dérivés, à une fraction non négligeable de la production nationale d'une économie. Progressivement, l'économie et la gestion ont pénétré les affaires du sport avant, peut-être, de les gouverner tout à fait.

6Face aux rapports qui se sont ainsi définitivement établis entre l'économie et le sport, deux attitudes extrêmes sont possibles. La première, fortement teintée de pessimisme reprend à son compte quelques uns des griefs adressés à l'économie et qui guettent aussi le monde du sport. Investissant la gratuité, faisant commerce d'esthétique et d'anesthésie, comme le lui reproche, par exemple, le philosophe Michel SERRES, l'économie risque en effet si l'on n'y prend garde, de détruire la beauté de l'acte sportif en substituant la rigueur de la rentabilité à la spontanéité de la grâce. La seconde attitude n'est pas moins bardée de certitudes candides. Elle est assez bien représentée, au sein du monde sportif, par tous ceux qui attendent des gestionnaires - dont le rôle est devenu assurément indispensable - qu'ils apportent des solutions miracles, avant même de se demander quelles pourraient être la nature et l'étendue de leur contribution.

7Entre ces attitudes marginales, la liberté laissée à l'imagination ne suffit pas toujours à compenser l'anxiété du choix d'un juste équilibre. Tous ceux qui, parmi nous, sont à la recherche d'éléments de réflexion pour l'action apprécieront les contributions qui vont suivre à leur juste valeur. Sur deux sujets contigus, Jean-Pierre HELFER et Sylvère PIQUET nous apportent, en effet, un éclatant témoignage de la richesse et de l'utilité d'une recherche dont les responsables du monde sportif ne sauraient désormais se dispenser.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search