Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects médiatiques

Discussion du thème communication

Texte intégral

1Quels sont les rôles des médias à l'égard des sports ? Ces rôles sont-ils remplis de manière satisfaisante ?

2Les débats sur la communication ont principalement tourné autour de deux grands thèmes. Et ils ont permis d'éclairer de manière significative les différences - parfois les incompréhensions, sources de conflits - entre les logiques d'action et les impératifs professionnels des journalistes, d'une part, et les attentes du monde sportif, d'autre part.'

3Pour les journalistes, le rôle principal des médias consiste à "couvrir" l'événement sportif. Ils peuvent indifféremment donner des informations objectives (résultats, faits), réaliser des interviews, développer des considérations technico-tactiques, traiter du fond ou colporter des échos, etc.

4Il existe donc un triple niveau. D'une part celui de l'informantion sur les hommes, les événements, la réalité et la vie immédiate du sport. D'autre part un niveau pédagogique, de formation, qui vise à l'inculcation des connaissances de base dans les domaines réglementaires, techniques et tactiques. Enfin un niveau plus culturel qui vise à restituer une discipline dans son histoire et à la mettre en relation avec l'ensemble des pratiques socio-culturelles d'une société.

5Les dirigeants du mouvement sportif traditionnel olympique s'interrogent : pourquoi les médias traitent-ils quasi généralement uniquement de l'événement et du résultat ? Pourquoi renoncent-ils trop rapidement à leur rôle éducatif, et en particulier vis-à-vis des "petits" sports (sports peu médiatiques ou peu médiatisés) ? Quelles sont les responsabilités des médias - et principalement du médium télévision - dans le développement inégal des disciplines, voire dans la modification de l'image d'un sport ?

Spécificités et contraintes du journaliste sportif

6Les journalistes sportifs définissent - et défendent - leurs conceptions à partir des contraintes qu'ils ont à surmonter.

7D'une part la retransmission (principalement T.V.) implique des contraintes (techniques, coûts et négociations commerciales) qui ont des retombées sur l'éthique et la morale du sport ainsi que sur l'attitude du journaliste. De ce point de vue l'achat d'"exclusivités" modifie les données et le paysage de l'activité sportive : la situation de monopole confère une possiblité d'intervention (règles, durées, etc) nécessairement plus difficile à contrecarrer de la part d'une fédération devenant financièrement dépendante (plus ou moins temporairement). Quant à la presse écrite, elle doit le plus souvent se contenter de précéder (informer et promouvoir) puis de suivre (commentaires complémentaires) les "événements" sportifs choisis (créés ?) par la télévision.

8D'autre part il existe une spécificité du journalisme sportif : l'événement est prévu, fixé dans le temps, la forme et l'espace, contrairement aux autres activités journalistiques événementielles. Seuls le scénario reste inconnu. Par conséquent le journaliste sportif affronte une double contrainte : respecter les impératifs techniques et satisfaire aux attentes de son public. Ce qui ne va pas sans heurts si l'on considère qu'il s'agit d'un public d'amateurs, voire de spécialistes aux connaissances élevées.

9Mais en même temps qu'il doit traduire la réalité - informer - le journaliste est tenté (doit ?) de faire rêver le lecteur ou le spectateur qu'il veut séduire. D'où la nécessité de différencier trois niveaux sémantiques pour éclairer la réflexion et mieux comprendre les choix.

10La performance - thème de cette université d'été - est et reste le fait de l'athlète. Elle authentifie et étalonne ses capacités. Elle lui appartient ! Réalisée, cette performance existe en soi. Mais comment va-t-elle être exploitée pour prendre une dimension supérieure ?

11L'événement est le fait du journaliste et des média. La performance ne va devenir un événement que sous l'action des gens de communication qui, choisissant dans une multitude d'informations, vont l'extraire, la mettre en valeur, en faire "la une", "l'événement".

12Le spectacle enfin est le produit d'une action conjuguée entre sportif, sponsor et média (surtout T.V.). Nous nous trouvons ici à un niveau très médiatique, où le haut niveau le dispute à la mise en scène.

La dépendance journalistique

13Face à la nécessité de séduction d'un public le plus étendu possible (retombées publicitaires induites), le journaliste s'interroge : qu'elle est la valeur d'une performance ? Que vaut-elle en elle-même et par rapport au reste ?

14Il n'existe pas une réponse unique et satisfaisante. Mais la presse, elle, doit perpétuellement choisir entre plaire au public (stratégie de recherche d'indices d'écoutes ou de lectures) ou bien éduquer, former, engendrer la réflexion. C'est un problème de déontologie personnelle du journaliste dont la marge de liberté de choix est plus ou moins réelle. Force est de constater que la presse actuelle est surtout événementielle, et donc traite moins sur le fond. Ce choix permanent de plus en plus affirmé implique une mise en valeur spécifique de la performance sportive. La valeur médiatique (à rapprocher de la valeur commerciale) prime sur la valeur réelle et la valeur relative en raison de la recherche d'indices d'écoutes ou de ventes.

15Les journalistes imposent leurs choix. Ceci n'est vrai qu'en partie seulement. Car il existe une connivence certaine de la part du public (au sens large) qui s'intéresse essentiellement aux grandes compétitions et à quelques disciplines majeures. La presse audio-visuelle - dans sa course aux indices - porte ses choix sur cinq ou six sports (spectacles) et quelques grands rendez-vous. Il en résulte un "droit de vie limité" pour les "petits" sports qui, s'ils veulent les faveurs d'une retransmission, n'ont plus d'autres choix que de prendre eux-mêmes en charge les frais techniques.

Des opportunités à saisir pour le mouvement sportif

16Le monde de la communication est actuellement dans une phase d'évolution accélérée, tant du point de vue des techniques (moyens H.F, magnétoscopes, etc) que du point de vue des structures et des cadres juridiques (privatisation, multiplication des chaînes, agences de production et de commercialisation, etc).

17Les fédérations et le mouvement sportif doivent envisager cela comme une opportunité à saisir. La demande peut se diversifier. Au mouvement sportif de proposer des produits ! Mais attention : les impératifs techniques et financiers (à amortir par les taux d'écoutes, et donc les investissements publicitaires) impliquent une nécessaire adaptation aux contraintes. Il faut s'inspirer de l'exemple des courses automobiles de formule 1, du tennis ou du Volley Ball qui ont su adapter (unité de lieu, de temps, d'action) le produit au support médiatique T.V en modifiant quelques éléments de règlement (introduction du Tie Break par exemple qui limite la durée d'un match de tennis) afin de "passer (à) l'écran".

18Encourt-on le risque de dénaturer la discipline sportive ? L'exemple du tennis montre plutôt tout le bénéfice qu'une fédération peut retirer d'une promotion bien pensée et maîtrisée quand elle s'accompagne d'un plan de developpement et de la mise en oeuvre de moyens importants.

19Moribonde et ayant une mauvaise image de marque au début des années soixante dix, la F.F.T. s'est lancée à l'époque dans une politique de promotion de son tournoi majeur - Roland Garros - et de ses champions. Mais elle a accompagné cet effort d'une politique de restructuration, de réorganisation, voire de professionnalisation accrue, de création de clubs et de foisonnement de courts. Aujourd'hui l'image de ce sport est en grande partie changée (relative démocratisation) et c'est le taux d'expansion des licenciés le plus élevé de ces dernières années. Il sera intéressant d'analyser l'évolution du golf qui semble vouloir reprendre cette méthode ou celle du Volley ball après l'organisation sur notre territoire, au mois de septembre 86, des championnats du monde...

Améliorer et optimiser la communication

20Le "grand" public, non spécialiste, développe des attentes spécifiques. Mais il recherche principalement le côté émotionnel, le spectacle, la fête et le rêve. Les dirigeants soucieux de valoriser leur discipline doivent - tout en conservant une certaine mesure - la "mettre en scène" pour attirer et retenir l'attention d'un public de plus en plus sollicité par des produits élaborés et attractifs.

21La valorisation d'une discipline implique l'existence d'une meilleure coordination d'action entre techniciens et journalistes. La connaissance des impératifs réciproques devrait permettre de dépasser les obstacles techniques de la retransmission et de mieux éclairer le public sur les subtilités technico-tactiques ou autres de la discipline.

22Les fédérations doivent contractuellement fixer les règles du jeu de la collaboration, donner des informations de base nécessaires pour une meilleure compréhension, faciliter l'accès aux compétiteurs afin que les journalistes ne soient pas contraints d'inventer, de rechercher l'événementiel, le sensationnel. N'est-ce pas du ressort de leurs responsabilités que de former elles-mêmes leurs sportifs à la communication ? Afin qu'ils ne se "fassent" pas "piéger" d'une part. Et surtout qu'ils puisssent mieux exprimer et expliquer, d'autre part, afin que le journaliste ait un matériau utilisable pour un travail plus profond et plus pédagogique.

Réaffirmer la prééminence des fédérations et des dirigeants

23La performance tend à passer au service des médias lesquels sont au service des intérêts économiques. Ce mécanisme tend vers ses propres limites : qu'adviendra-t-il d'une discipline qui se serait trop bien pliée aux exigences de la T.V. quand il y aura eu saturation du marché des annonceurs ? Et si le public se lassait des jeux ? Que reste-t-il du soccer (notre foot ball) aux U.S.A. ?

24Les média jouent un rôle croissant dans le domaine du sport. Leurs stratégies répondent aux attentes d'un public le plus large possible (Européen bientôt). Mais il n'en demeure pas moins vrai que chacun s'accorde à affirmer que la crédibilité du sport - d'un sport - dépend principalement de l'action des fédérations et de leurs dirigeants. Ils sont les garants du respect de la règle et de l'esprit. Ils doivent classer et hiérarchiser leurs compétitions afin d'éviter l"'inflation" de compétitions pas toujours sérieuses.

25En authentifiant les résultats de leurs disciplines les dirigeants retrouveront par là-même une meilleure reconnaissance de leur action. Car les exemples du tennis exhibition et du ski professionnel le montrent : on n'accroche pas longtemps un public avec des compétitions artificielles et surfaites, montées à grands coup de publicité et de cachets par de savants organisateurs.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540