Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects médiatiques

"La victoire mais pas à n'importe quel prix !"

Robert Pringarbe

Texte intégral

1"La recherche de la performance, jeux et enjeux," tel est le thème de la "4ème Université Sportive d'Eté".

2C'est pourquoi j'intitulerai cet exposé introductif à notre débat sur la violence et le fair-play : "LA VICTOIRE MAIS PAS A N'IMPORTE QUEL PRIX !"

3Je pense bien sûr en tout premier lieu à la violence physique, vis-à-vis de certains adversaires, les coups défendus distribués lors d'un match de football, d'une rencontre de hand-ball ou de rugby, les coups de coude que l'on donne au départ d'une épreuve de demi-fond ou d'un cross-country, dans un peloton pour se placer plus rapidement en tête de la course, les "tassages", les "tête à queue" que l'on fait en cyclisme, sur la route comme sur la piste pour empêcher un adversaire "de passer", attitude qui semble gagner le sport automobile, les prises interdites en lutte, en boxe les coups bas ou derrière la tête que l'on assène à l'adversaire afin de l'abattre, les coups de crosse en hockey sur glace, comme en hockey sur gazon.

4J'en passe et des meilleures et c'est pourquoi j'arrête là cette énumération qui n'est pas exhaustive.

5Il y a également la violence verbale, vis-à-vis des adversaires dans le cours du match, après un accrochage, vis-à-vis de celui qu'on veut vaincre par intimidation, également certains propos tenus à l'encontre des arbitres ou des juges et qui vont dans le même sens : les faire revenir sur une décision toujours injustifiée aux yeux du protestataire. S'ajoutent les invectives à l'égard des spectateurs, parfois des dirigeants, les récriminations à l'encontre des entraîneurs, des sélectionneurs, des journalistes et de la presse en général. Personne n'y échappe. C'est devenu courant.

6Il y a aussi la violence que l'on se fait à soi-même, celle qui vous détruit inconsciemment, je veux dire le recours aux produits dont la pharmacopée est riche, que l'on absorbe en cachette sous une forme ou sous une autre, le plus souvent avec le concours de véritables MEPHISTOPHELES, et qui mettent ceux qui les utilisent "hors de la règle". Ce sont des tricheurs. Il sont justiciables !

7Nous avons connu, nous connaissons des sportifs - mais ont-ils droit à ce titre - qui absorbent des produits de toutes sortes - des dopants dans le but de "s'éclater" et toujours parce qu'ils sont "à la recherche de la performance de leur VIE" !

8Quand ils y parviennent, cela arrive parfois, ils ont triché, puisqu'ils ont lésé leurs adversaires ! Mais ils risquent de le payer très cher, car le plus souvent ils deviennent dépendants des drogues utilisées tout comme ces grands malades à bout de souffle, à qui les médecins injectent de la morphine afin d'alléger leurs souffrances.

9C'est parce que voici quelques années un certain nombre de nos Fédérations - pour ne pas dire toutes - associées à des dirigeants, des journalistes, a pris conscience de toutes ces déviations commises au détriment du sport qu'est née l'ASSOCIATION FRANÇAISE POUR UN SPORT SANS VIOLENCE et LE FAIR PLAY.

10Cette association a pour but :

  • de protéger le sport contre tous les dangers de violence et de désordre qui le défigurent et le discréditent, aussi bien dans sa pratique que dans son environnement ;
  • de défendre et de promouvoir l'éthique sportive et sa manifestation essentielle : le fair play.

11Son action concerne l'ensemble des disciplines sportives pratiquées en France sur le territoire métropolitain et dans les départements et territoires d'outre-mer.

12Elle s'efforce de la mener par tous les moyens appropriés : recherche, colloques, élaboration et définition d'une doctrine, attribution de récompenses, trophées, diplômes, etc.

13"Nous refusons d'accepter la violence comme une malédiction ou une fatalité, et nous avons décidé d'engager une action en profondeur en vue de limiter, de réduire et même - mais ne rêvons pas trop - de supprimer toute violence dans le sport". C'est ainsi que s'est exprimé voici quelque années Mohamed M'ZALI, membre de C.I.O., et voici encore quelques jours, le Premier Ministre de TUNISIE. Cette affirmation, nous pourrions la faire nôtre.

14C'est à l'aide de citations de ce genre que je vais essayer de cheminer avant que nous n'entamions une discussion sous la conduite de Jacques FERRAN, Président de L'A.I.C.V.S,. et de Jacques MARCHAND, Président d'honneur de l'U.S.J.S.F., avec lesquels j'ai beaucoup de chance de collaborer au sein de notre association Française.

15Je l'ai déjà dit en d'autres lieux, il sont de véritables apôtres du "sport sans violence", et c'est leur opiniâtreté et leur volonté qui nous permettent d'aller plus avant, d'essayer de gagner à nous un plus grand nombre d'adeptes, de véritables acolytes au sens biblique du terme. J'espère que vous le deviendrez vous aussi !

16Dans un premier temps il faut se mettre d'accord sur ce que l'on entend par violence.

17"S'agit-il de la violence musculaire de l'effort poussé à son paroxysme ? Ou de l'agressivité exacerbée, de l'esprit tendu tout entier vers la nécessité de la performance ? Parle t-on plutôt de la violence physique outrepassant la notion assez vague de "VIRILITE", particulièrement dans les sports de contacts (mais pas exclusivement). ?

18Ou se refère-t-on à des manifestations de violence sociale, structurelle ou provoquée (chauvinisme, nationalisme) qui trouveraient un exutoire naturel et favorisant dans les grands rassemblements de foule lors des compétitions" ?

19C'est à mes yeux tout à la fois.

20"La violence dans le sport - ou à l'occasion du sport - constitue aujourd'hui une des plus grandes préoccupations des éducateurs, des responsables de l'éducation physique et des hommes politiques.

21Il ne se passe presque plus de semaine sans que telle ou telle manifestation sportive ne dégénère en scènes déplorables ou des jeunes et des moins jeunes se livrent à toutes sortes de dégradation, de vandalisme, allant des jets de pierres, à l'incendie ou au pillage" (Mohamed M'ZALII - L'Olympisme face à la violence).

22Et l'intéressé d'ajouter dans ce même document : "la violence désigne dans le langage courant le caractère d'une force impétueuse et incontrôlable, tout comme la violence du vent ou d'une explosion". "Chez l'homme elle désigne le caractère impulsif dont il n'est pas le maître (passion, colère) et le recours illégitime à la force pour s'imposer. Elle est liée à la nature humaine, elle passe pour fondamentale et semble contituer un trait essentiel de l'homme."

  • 1 Histoire et Vérité

23Dans un texte remarquable consacré à l'homme non violent, Paul RICOEUR1 affirme que la violence est de toujours et de partout. Il n'est que de regarder comment s'édifient et se défont les empires, s'installent les prestiges personnels, s'entre-déchirent certaines religions (ou sectes), se perpétuent et se déplacent les privilèges de la propriété et du pouvoir, comment même se consolide l'autorité des maîtres sur le tas des travaux et des douleurs des déshérités.

24En termes sociologiques, la violence émerge lorsque le sens des valeurs s'estompe. Elle est alors l'oeuvre du nihilisme et traduit mal la perte du sens de la vie. La violence se nourrit de nos propres faiblesses.

  • 2 Le Pur et l'impur

25"Il ne serait pas exagéré écrit le philosophe Vladimir JANKELEVITCH2 de définir la violence : une force faible. Si la force s'oppose à la faiblesse, la violence, elle, s'oppose à la douceur : la violence s'oppose si peu à la faiblesse que la faiblesse n'a souvent pas d'autre symptome que la violence : faible et brutale et brutale parce que faible précisément".

26Regarder le sport en face, c'est en premier lieu le débarrasser de ses valeurs illusoires. C'est affirmer qu'il n'a pas de pouvoir magique. Et qu'il n'est en soi, comme toute activité humaine, ni bon, ni mauvais. Il existe. Il répond à des besoins profonds de l'homme. Mais il est à la merci de notre société. Il peut libérer ou aliéner, rapprocher ou séparer, équilibrer ou déformer, guérir ou tuer, donner du plaisir ou de la souffrance, canaliser l'agressivité ou l'exaspérer.

27Il n'est à l'abri d'aucune perversion. Il n'est certainements pas bon pour tout le monde, car il existe aussi en l'homme des tendances antisportives ou asportives qui méritent considération.

28L'auteur de ce texte n'est autre que notre ami Jacques FERRAN (le Sport : Violence et Périls).

29"Ce n'est pas en combattant la violence, mais en enseignant le fair play qu'il sera possible de retrouver le véritable esprit du sport. Cette formation concerne les élèves et les professeurs, les athlètes et les entraîneurs, les enfants et les hommes de science, les spectateurs et nous tous.

  • 3 G. SCHILLING L'agressivité, la violence, le sport

30Le sport peut être une école d'apprentissage de la violence, il peut aussi enseigner le fair play et un certain comportement social"3...

31Pierre de COUBERTIN dans un poème devenu fameux s'écriait "O Sport tu es la paix". Que dirait le rénovateur des J.O. s'il vivait de nos jours ?

32Sans la vie politique, les nations s'efforcent de parvenir au désarmement général - du moins elles en expriment pour la plupart l'intention. Pendant ce temps, dans les stades, les entraîneurs, les organisateurs, les équipes de sports collectifs, les champions s'envoient à qui mieux mieux des déclarations de guerre.

33Ferenc TAKACS, maître de conférences à l'Ecole Nationale d'Education Physique de Hongrie souligne : "Dans le monde d'aujourd'hui qui est totalement orienté vers le sport on ne se pose pas d'alternative c'est la victoire ou rien. Celui qui n'a pas gagné est une épave sur le plan de la santé, des ressources, de la vie morale. Il se voit réduit à rien puisqu'il n'a pas été capable de vivre et d'agir en accord avec la règle non écrite : "n'importe quoi pourvu qu'on gagne".

34Si nous en sommes là, viendra bientôt le temps où, chacun s'interrogera sur la finalité du sport de haut niveau et se demandera s'il ne faut pas pour le bien du sport, signer entre les nations un accord ?

35Que peut-on faire et que fait-on en réalité pour mettre un terme à la violence ? Comme certains l'affirment "les excès de violence continueront à se multiplier aussi longtemps qu'il y aura des pressions et des encouragements à la violence." Par conséquent "les entités sportives ne peuvent rester sans surveillance extérieure".

36De là, le rôle et la responsabilité des POUVOIRS PUBLICS et POLITIQUES.

37Mais les solutions à apporter à ces problèmes ne sont pas du seul ressort des autorités législatives et judiciaires, les Fédérations sont aussi impliquées.

38De là, le rôle et la responsabilité des POUVOIRS SPORTIFS.

39Mais si par ailleurs l'on veut créer une société qui ne tolère aucun acte de violence dans le sport, le système en vigueur dans chaque pays, en France en particulier a son rôle à jouer.

40Les enfants qui dans une certaine mesure sont le produit de leur intégration au sein de la société et de leur éducation doivent connaître les principes du Fair Play et de la non violence.

41C'est alors l'éducation sportive à l'école qui est en cause.

42"Le concept du sport en tant qu'activité de détente doit être compris de tous ! Professeurs d'éducation physique et éducateurs doivent recevoir une formation adéquate pour enseigner aux jeunes que le fair play, le respect de la règle est le moyen le plus honorable de parvenir au succès sportif.

43Les entraîneurs doivent recevoir une instruction relative à l'éthique sportive, ils doivent s'efforcer d'encourager une bonne conduite chez les athlètes. Dans le cas contraire, il renieraient leur fonction essentielle, celle d'éduquer" (Daniel M. REEKS).

44C'est là le rôle et la responsabilité de l'encadrement technique qui est mis en exergue.

45Comme l'a écrit Jacques GODDET "il est évident que la presse écrite se considère comme étant directement et fortement impliquée pour ce qui concerne les problèmes de la violence". Le Directeur honoraire du quotidien sportif d'ajouter "impliquée mais pas forcément responsable". De reconnaître toutefois "que la presse, même si elle se veut impartiale, a la capacité d'influencer par ses écrits, par ses commentaires, par ses images, l'attitude des compétiteurs et du public".

46Dans tous les domaines de l'actualité, la responsabilité de la presse tient une place importante dans les excès qui sont commis dans le sport.

47Lors du récent rassemblement contre la violence dans le sport, que notre association a organisé et dont je viens de rappeler, sans les préciser, un certain nombre des thèmes de réflexion et de discussion, ceux des médias, des éducateurs et des corps intermédiaires, il a également été question évidemment de la situation qui est faite aux arbitres et aux juges, à tous ceux qui sont pour les équipes en présence, pour les concurrents comme des partenaires suplémentaires ou qui devraient être considérés tels ! Nous n'en sommes malheureusement pas encore là !

48Notre ami et collègue André CATELIN souligne à ce sujet que "la compétition est porteuse en elle-même de violence, dans la mesure où très souvent seul le résultat revêt de l'importance pour certains milieux sportifs" et d'ajouter "quand on observe toutes les implications, les intérêts mis en jeu, non seulement l'attrait d'un titre de champion mais aussi tout les intérêts financiers qui en découlent avec l'apparition puis l'envahissement de la publicité dans le sport, il devient logique qu'un sponsor (ou parrain), qu'une finite commerciale qui investit des capitaux pour soutenir une équipe, un groupe, une écurie, souhaite, voire exige, des résultats".

49"Des lors, dans un tel contexte que devient l'arbitre ? Lui qui est par vocation chargé de faire appliquer les règles. Quelle doit être son altitude ? Quel doit être son comportement ? Face à certaines irrégularités mineures, le risque est grand de laisser faire. Mais où se situe la frontière du laxisme, dont on peut dire que de nos jours ça peut être le meilleur et le pire" ?

50Je dois mettre un terme à cet exposé introductif à notre débat et pour conclure je citerai un passage de "L'ESSAI DE DOCTRINE DU SPORT" :

51"Le sport encourage au dépassement et quelquefois à la démesure. Il peut comme toute activité humaine conduire à l'excès. Il faut préserver son contenu humaniste, dresser les barrières qui garantiront l'homme contre lui-même et éviteront certaines déviations dangereuses".

52La violence est de celles-là.

Notes

1 Histoire et Vérité

2 Le Pur et l'impur

3 G. SCHILLING L'agressivité, la violence, le sport

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540