Version classiqueVersion mobile

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Aspects médiatiques

Les mécanismes de retransmission de la performance

Jean-Michel Leuliot

Texte intégral

1En acceptant de venir passer cette journée avec vous à Poitiers, j'ai tout d'abord répondu favorablement à l'invitation d'un ami Jacques MARCHAND - qui m'a connu très jeune lorsque j'arpentais les réunions sportives, accroché au pantalon golf - c'était la mode - de mon père, lui aussi journaliste, et puis surtout parce que depuis quelques années Jacques MARCHAND a toujours répondu présent lorsque des problèmes spécifiques à la profession, en particulier dans le secteur audiovisuel, se sont présentés.

2Homme d'expérience, il a connu l'époque où le journaliste sportif était le laissez pour compte de la profession, rejeté au fond des salles de rédaction, faisant banquette à proximité du rubricard des petites annonces et du préposé au tiercé, eux aussi rejetés. Cette quarantaine du journaliste sportif comparable aux lois d'admission des chiens en Grande-Bretagne, était de la part des autres professionnels un aveu d'ignorance. Oui, ils ignoraient la chose sportive, ils ne voulaient pas reconnaître la nécessité de l'incitation à la pratique sportive, ils rejetaient la valeur d'exemple de l'athlète, du champion, celui qui est au sommet de la pyramide. Bref, ils étaient malheureusement de leur temps. Et à l'intérieur des différentes salles de rédaction qu'il a connues, Jacques MARCHAND se battait pour les convaincre.

3Puis soudain la télévision est arrivée. Enfin des images d'athlètes. Il est désormais impossible pour les patrons de presse écrite d'ignorer le phénomène. L'entrée de BIKILA sur la piste d'un marathon olympique pieds nus, annonçait en son temps l'arrivée d'un continent Africain jusqu'alors oublié et en voie de décolonisation. C'était un signe politique. La défaite d'un Jazy à Tokyo, une contre performance sportive. L'ascension de Cassius CLAY, une légende. Le duel Anquetil/Poulidor, une France coupée en deux. Le triomphe de Comaneci, l'arrivée de la grâce. Le pari fou de Killy, les frontières de l'impossible. Désormais ces noms se retrouvaient en première page et étaient porteurs d'admiration, d'émotion, de vérité. Parce-que derrière chaque victoire, chaque défaite, c'était une leçon de vie, de volonté, de tenacité extraordinaire. L'athlète vaincu redescendait de son piedestal au niveau des humains. Grâce à tous ces talents, à tous ces champions, le journaliste sportif sortait de son ghetto et de sa page réservée.

4Et puis, Jacques MARCHAND fait face maintenant tous les jours aux nouvelles questions, aux nouveaux problèmes posés par l'atteinte, les atteintes répetées, au droit à l'information, c'est le problème des grands médias signataires d'exclusivité et c'est logique, en situation de concurrence.

5Jacques MARCHAND est aujourd'hui encore à nos côtés pour tenter de définir ce qu'est le droit à l'information. Ce qu'est le droit à l'image, et de permettre ainsi au journalisme sportif d'exister encore, sinon nous deviendrions des animateurs patentés de produits manufacturés. Ainsi pourquoi ne pas avouer que le choix de Poitiers me paraît judicieux pour cette Université d'Eté et du journalisme.

6Un fait historique a pris dans ces murs toute sa valeur... Comment ne pas se souvenir que c'est à Poitiers qu'on été arrêtés, pour la première fois, les invasions en France des magnétoscopes. Un pouvoir politique avait à l'époque officiellement décidé qu'il était nécessaire de sous-équiper une nation. Alors que toutes les études de marché, toutes les informations en provenance des Etats-Unis, pays de référence télévisuelle, faisait état d'une demande considérable. Le magnétoscope est devenu déjà le premier marché américain de télévision. Loin devant les netwoks ABC, CBS ou NBC, loin devant les câbles netwoks ou pay TV, le magnétoscope à déjà provoqué une transformation colossale, une transformation cinématographique Outre-Atlantique. Les salles d'exploitation disparaissent et demain le cinéma, ce sera à domicile, contre paiement d'une taxe sûrement moin chère par cassette, qu'un siège de cinéma et le sport demain, ce sera aussi le magnétoscope, selon les goûts de chacun.

7Enfin, avant d'évoquer les principes de la retransmission sportive, un petit mot de présentation : j'ai 48 ans. Mon père m'avait affirmé : "le journalisme est un métier de con, tu y crèvera de faim." Après le Bac Philo, service militaire, puis début à la radio. Pigiste chez Georges BRIQUET, au poste parisien pendant deux ans. Premier salaire 790 francs par mois. A 23 ans, je prends mes valises, direction les Antilles, plus précisément une île anglaise pour animer les informations et les émissions d'une station de radio bilingue privée.

8En 1964, en vacances en France, je m'aperçois qu'il n'y a aucune possibilité de recrutement, je repars pour deux ans. En 1966, premier essai rélévisé, après quatre ans de journalisme radio. Promesse d'un contrat futur par Raymond MARCILLAC. Je l'obtiendrai six ans plus tard. Puis c'est la fin de l'ORTF. Grand reporteur à Antenne 2 pendant cinq ans, jusqu'en 1979, date à laquelle, j'émigre vers T.F.1. à la demande de Christian QUIDET pour assurer la rubrique "cyclisme". Rédacteur en chef adjoint en 1982, Rédacteur en chef en 1984, Responsable des sports, de nouvelles fonctions qui m'ont obligé à abandonner le grand reportage, les directs, pour me muer en médiateur, acheteur d'événements, ou producteur d'émissions. C'est presqu'un nouveau métier, passionnant... mais aussi frustrant, car il n'est pas question de pouvoir continuer à faire partager ses émotions autour des patinoires, des pistes de ski ou dans les grands cols du tour de France. Passionnant puisque malgré tout, c'est toujours le journaliste qui agit. Je précise bien, le journaliste. Ayant la chance de pratiquer un métier formidable dans un média moderne, je me sens journaliste à part entière. Mais bien qu'appartenant au sevice public, je refuse cette étiquette d'homme public ou de vedette que certains nous accolent. J'aime l'instrument de la télévision, la technique et si je ne me suis pas dirigé vers la presse écrite, c'est peut-être inconsciemment. J'ai trop attendu mon père dans les salles d'imprimerie, gamin, pendant des nuits alors qu'à l'époque il faisait le marbre, la vérification de linotypistes dans les odeurs d'encre et le bruit des rotatives. Peut-être aussi parce que le parlé m'a toujours plus inspiré que l'écrit, question de facilité. Je crois que demain, je pourrais abandonner le journalisme sportif, mais pas le journalisme. Un long métrage de 1 H 30 sur le sport à Cuba ; les coulisses de l'exploit aux quatre coins du monde, de l'Afrique du Sud à l'Australie, de St Lénonard de Noblat chez Poulidor, aux Jeux de Munich, sans oublier la répression en Tchécoslovaquie en 1969, sont les reportages qui m'ont le plus marqués, puisqu'ils faisaient partie de la vie tout simplement, et non du sport d'une manière spécifique.

9Pour un responsable des sports, quel cadre d'action ? Comment peut-il agir ?

10Tout d'abord un mot sur le cahier des charges d'une chaine publique - style T.F.1. Nous sommes régis par l'Article 51, qui tient en trois lignes :

11"Une chaine de service public conclut des conventions avec les organismes sportifs dirigeants, avec les fédérations sportives, afin de déterminer les conditions dans lesquelles elle assure les retransmissions. La société (T.F.l.) réalise des émissions d'information et d'initiation. Elle réserve dans ses programmes une information mensuelle aux sports de faible audience. Point final"

12Nous travaillons donc dans le sens désiré par le législateur et rendons compte chaque année des applications du cahier des charges. Ainsi en 1985, signature de dix-huits conventions de retransmission avec les fédérations, avec le Football - évidemment - mais aussi avec la Pelote Basque, l'Escrime, le Judo, Les Sports Automobiles, le Jeu à XIII, etc...

13En 1984, dans le cadre de Sport Dimanche Soir, diffusion de sujets d'initiation et de présentation de tous les sports olympiques, sans exception, incluant les chances françaises. Je pourrais encore vous citer la réalisation des émissions d'initiation sur le Football (HIDALGO, LARQUE) et le Tennis (NOAH), tout cela c'est l'application stricte du cahier des charges.

14La Haute Autorité examine chaque année les conditions de son respect. De plus, une fois par an, nous sommes conviés par le Comité Olympique Français en présence des Présidents de Fédérations afin d'établir un calendrier sportif cohérent, ce qui n'est pas toujours aisé, et surtout nous recevons une multitude de programmes offerts par l'Eurovision et la Mondiovision.

15L'Eurovision, groupe sport, à laquelle ont adhéré toutes les grandes télévisions européennes, et qui négocie à longueur d'année, des contrats avec les fédérations internationales et le C.I.O.. Le Mondial de Mexico, c'est l'Eurovision. Les Jeux Olympiques, c'est l'Eurovision. La Formule 1, c'est l'Eurovision. Wimbledon, Flushing Meadow, c'est encore l'Eurovision. C'est l'Eurovision qui nous permet en fait d'élaborer les grandes lignes des programmmes sportifs. Le processus est simple. Le groupe sportif de l'Eurovision prend contact avec une fédération internationale, définit un protocole d'accord, négocie l'achat de plusieurs événements à l'intérieur de ce sport : Coupe d'Europe, Championnat du Monde, Galas exceptionnels, meetings, etc... Un prix d'achat global est fixé et les membres sont contactés afin de connaître la valeur exacte des droits qu'ils sont prêts à payer. Après différents tours de table, un prix est fixé et le contrat signé pour un, deux ou le plus souvent quatre ans. Nous avons à définir une politique de programmes à long terme. Chaque pays reçoit une facture calculée au prorata du nombre de possesseurs de poste à l'intérieur de ses frontières. Ainsi à population presque égale, l'Eurovision fonctionne surtout grâce à trois pays : RFA (ARD-ZDF), Grande-Bretagne (BBC-ITV) et France (TF1-A2). A un degré moindre, l'Italie - largement sous-équipée - et l'Espagne. Ces grands pays sont les membres garants de l'Eurovision. Les principaux payeurs. A titre d'exemple : la Belgique ou la Suisse reçoivent des factures très fiables, puisque le nombre de détenteurs de postes ne dépasse pas chez eux celui des foyers équipés chez nous dans le périmètre Lille-Valenciennes-Roubaix-Tourcoing. Ainsi s'explique aussi la plus grande présence du sport sur les écrans de ces pays puisqu'ils achètent à l'Eurovision pour un prix minime.

16Pour les Jeux Olympiques, l'Eurovision négocie et là vous allez voir que les chiffres grimpent allègrement tous les quatre ans. Uniquement pour les Jeux d'Eté, les droits ce sont élevés pour :

- Rome en 1960

1 200 000 $

- Mexico en 1968

9 750 000 $

- Montréal en 1976

35 000 000 $

- Séoul en 1988

500 000 000 $

17soit 350 000 (XX) $ pour les Américains, et 150 000 000 $ pour l'Eurovision.

18Pour les Jeux d'Hiver, même escalade :

1950 000 $ à Squaw Valley en 1970, et 309 millions de $ pour Calgary en 1988.

20Il faut préciser en outre que le cours du dollar de ces dernières années n'a pas forcément été favorable et que les droits évoluent en fonction du nombre toujours grandissant des téléspectateurs touchés par les programmes.

21L'Afrique, par exemple, sous-équipée, de même qu'une grande partie de l'Asie. Elle n'a pas payé les Jeux Olympiques qu'elle reçoit dans le cadre de l'Assistance culturelle de France ou d'Angleterre.

22L'évolution du nombre des téléspectateurs est également intéressante. Le Mondial de Football en 1966 avait été vu par 2 millards d'habitants sur la planète pour l'ensemble des rencontres. Près de 45 milliards l'ont - paraît-il - regardé en 1986. Soit une moyenne de 900 millions de téléspectateurs par an.

23Uniquement en France, 26 matches diffusés à 20 heures, l'écoute moyenne 30 %, cela donne 300 millions de téléspectateurs.

24Autre point, la comparaison du volume d'émissions sportives programmées par les médias sur le plan mondial. Il est étonnant de constater que les chiffres se rejoingnent pour les chaines Françaises :

  • 10 % pour A2 (A2 bénéficiant de 260 heures de "Sport Eté".)
  • 8 % pour TF1
  • 8 % pour RTB
  • 7 % pour RAI
  • 9 % pour SSR
  • 7 % pour BBC
  • Moyenne de 7 % des trois networks, au Etats-Unis.

25Ainsi sans consultation entre les pays, on atteint pratiquement le même volume d'émissions sportives par rapport à l'ensemble des programmes.

26Comment s'effectue le choix du sport télévisé ?

27Débat intéressant, mais il nous faut résumer d'abord, comme je vous l'ai expliqué, l'application du cahier des charges. Par ailleurs, quels sont les programmes proposés par les autres organismes de télévision dans le cadre de l'Eurovision ? On s'aperçoit que les organismes de l'Eurovision sont prêts à payer très cher les retransmissions de sports dits de grande audience. Ce qui semble logique. On sait aussi que les Présidents des Fédérations Internationales connaissent l'attrait de leur sport sur les téléspectateurs, et négocient en conséquence. D'autre part, les prix d'achat d'événements des networks américains dépendent directement de l'indice d'écoute... donc du prix qu'ils pourront faire payer à leurs nombreux annonceurs, remboursant ainsi la mise de fond initiale consacrée à l'achat des droits sur ces grands sports. C'est la surenchère et elle n'est pas prête de s'arrêter.

28Exemple récent : Flushing Meadow en septembre, un tournoi du grand chelem, acheté 300 000 $ par l'Eurovision en 1986.

29Monsieur BERLUSCONI, au nom de la 5 et de ses chaines Italiennes a proposé 500 000 $ pour la France et 500 000 $ pour l'Italie, faisant ainsi échouer les négociations à l'Eurovision. Mais pourquoi Monsieur BERLUSCONI peut-il atteindre des prix d'achat aussi élevés ? Tout simplement en truffant les minutes de repos de spots publicitaires tout en vendant le programme dans son entité. Ainsi il rembourse son achat et fait même des bénéfices. Le procédé est interdit aux chaines publiques. Interdiction de faire offrir un programme. Interdiction également de faire intervenir la publicité à l'intérieur d'un programme. Interdiction enfin de négocier séparément lorsque l'Eurovision démarche.

30Il nous est également interdit de moduler le prix des publicités en fonction de l'événement et que seule la privatisation peut offrir les accès souhaitables. Cela fait plusieurs dizaines d'années que nous attendons un cahier des charges plus simple, nous permettent de négocier à égalité et comme soeur Anne... Aussi me suis-je proconcé pour la privatisation de TF1. Seul moyen de survivre dans le domaine sportif.

31Autre point important.

32Selon le critère, l'Eurovision négocie-t-elle les grands événements ? Selon l'intérêt des téléspectateurs. Un sondage de 1984 révèle que sur 100 spectateurs :

  • 68 % suivent le patinage artistique
  • 50 % le Football et le Tennis
  • et, déja moindre, le Ski
  • 45 % le Cyclisme, l'Automobile, Le Rugby, etc...

33A noter que le patinage est un sport spectaculaire qui rassemble devant le poste toute la famille, quelque soit le sexe. Ceci explique les 68 %. D'autre part, en moyenne, un téléspectateur sur deux ne regarde pas les émissions sportives.

34Une autre enquête tentait de définir en 1980 les réflexes du téléspectateur moyen. Comment choisit-il ses programmmes ?

351er critère de choix

36le genre de sport. (C'est le sondage dont je vous parlais plus haut)

372ème critère de choix

38L'importance de l'événement... Il faut qu'il soit d'un très haut niveau. Par exemple : en ski, une descente olympique ou de championnat du monde. Mais si vous lui proposez 62 épreuves chaque hiver, il sature, c'est le trop plein. Les sondages baissent en conséquence.

393ème critère de choix

40La possibilité pour un français (ou un national) de s'illustrer dans une compétition internationale. Regardez le boum du tennis avec Noah en France, avec Becker en RFA, ou inversement du tennis aux Etats-Unis sans Connors, ni Mac Enroe.

414ème critère de choix

42La transmission en direct de l'événement, somme de dramaturgie, d'émotion, de vie de l'instant présent. Vient ensuite, le différé, le commentaire, la façon de retransmettre, etc...

43A noter que chaque pays de l'Eurovision doit offrir gratuitement ou presque à l'ensemble des autre médias étrangers, les grands événements organisés sur son sol. Ainsi pour recevoir les images de Kitzbuhel ou de Garmish, en ski, devons-nous proposer Val d'Isère ou Saint Gervais. Il en est de même pour la Formule 1, où en assurant la couverture du Grand Prix de France (près de 2 millions de Francs) nous recevons les autres Grands Prix, tout en payant les droits négociés par l'Eurovision avec la Fédération Internationale.

44Voilà pour l'Eurovision. Mais il existe aussi d'autres négociations bilatérales à charge pour nous de payer les satellites, d'envoyer les commentateurs, d'organiser les réalisations, etc...

45Autre cas de figure :

46La retransmission nationale sur l'événement pour lequel l'Eurovision n'a montré aucun intérêt. Dans ce cas nous utilisons de préférence les cars de la SFP. Prix moyen d'un car + quatre caméras 150 000 Francs par jour, les délais de route nous sont facturés. Soit nous utilisons les moyens de production lourde de FR3. Dans ces deux cas FR3 et SFP agissent comme prestataires de service de TF1.

47D'une façon générale les équipes techniques sont maintenant rodées aux manifestations sportives. La couverture est préparée par un repérage, d'un chef de production et réalisateur. Un rapport fait ensuite le point sur ces problèmes et la mise en place des moyens, la veille de l'événement.

48Impérativement, nous établissons un contact définissant les droits de transmission avec l'organisateur tout en tenant compte, dans toutes ces démarches, des interdictions basées sur les règles de l'Eurovision - pas de publicité d'alcool et de tabac, pas de panneaux publicitaires entre les caméras et l'action, hauteur et largeur définies des panneaux publicitaires, pas de publicité tournante mobile, etc...

49Mais tout cela évolue désormais très vite, et l'on se dirige peut-être déjà vers une formule américaine, beaucoup plus saine. La télévision paiera plus cher peut-être l'événement. Ses frais techniques de production seront remboursés par un partage des retombées publicitaires et les sports à l'intérieur des émissions, et rembourseront le network de ses achats de droits. Actuellement dans une période difficile, c'est le désordre organisé en matière sportive. La Haute Autorité n'existe plus et la Commission Nationale de la Communication et des libertés n'est pas encore nommée.

50A noter aussi, je n'ai pas évoqué les contrats d'exclusivité, nous jouons encore la complémentarité, football et tennis sur la Une, cyclisme et rugby sur l'A2.

51Complémentarité et alternance. Mais nous vivons peut-être les derniers mois de cette cohabitation utile.

52Un mot également sur l'évolution des techniques issues pour beaucoup des retransmissions sportives.

53En juillet 1948, c'était l'arrivée du Tour au Parc. Dix ans plus tard, premier direct de cyclisme d'une moto HF. En 1968, les 24 heures du Mans en couleur, et demain les satellites, avec également des caméras à l'intérieur du champ de jeu, sur les voitures de la Formule 1, sur un casque de skieur et des micros dissimulés dans la pelouse, et pourquoi pas - mais l'on peut rêver - le relief.

54J'aimerais terminer par la nouvelle approche des sports, sur les nouveaux médias. La 5 de Monsieur BERLUSCONI n'a pas accès à l'Eurovision, elle négocie en dehors des marchés et peut pratiquer la surenchère tout en truffant ses événements de publicité.

55Canal Plus de son côté a innové en ne retransmettant que des sports demandés par ses abonnés ou susceptibles d'augmenter leur nombre. D'autre part, elle n'offre pas de production lourde à l'Eurovision, bien que faisant partie d'un Office Français représenté à Genève. Canal Plus a également le droit de faire offrir un programme sportif par un publicitaire.

56La 5 en matière sportive innove et je crois qu'une télévision privée lui ressemblera. Aux Etats-Unis les sports dits de faible audience n'ont pratiquement plus accès aux grands networks, sauf lors des Jeux Olympiques, encore faut-il que les médaillés soient américains. C'est malheureusement la réalité, et l'Europe s'en inspirera sûrement demain.

Auteur

Directeur du service sportif T.F.1.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search