Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La recherche de performance

 | 
Jean-Paul Callède

Conférence inaugurale

"Autour de la notion de Performance"

Jean-Paul Schneider

Texte intégral

1Engager aujourd'hui un débat sur la performance, c'est se placer de propos délibéré à un point névralgique de la réflexion sur le sport, zone stratégique aux enjeux multiples, zone d'irritabilité accrue où se rencontrent à plaisir fausses évidences et vrais problèmes.

2Evidence trompeuse tout d'abord que celle du contenu même du mot. L'acceptation du terme, dans le milieu sportif, semble devoir aller de soi. Réaliser une performance, lorsque le substantif est employé sans épithète, signifie accomplir un exploit, remporter une victoire inattendue, mener à son terme un acte sportif dans un espace ou dans un temps dont les mesures chiffrées montrent qu'il sort de l'ordinaire. A certains égard, la notion de performance est liée étroitement dans les mentalités comtemporaines à celles de comparaison et de dépassement.

3Pendant longtemps d'ailleurs l'aspiration à la performance a constitué l'une des valeurs incontestées du sport. Et ceux qui s'engageaient dans la pratique sportive, quel que fût leur niveau d'entrée, ont accepté pendant plusieurs générations de se fixer comme objectif majeur l'amélioration de leurs résultats personnels ou collectifs, et ce par le moyen d'un entrainement persévérant, impliquant souvent, à long terme, des sacrifices considérables.

4Avec d'autres valeurs, comme celles de solidarité, de fair-play, d'engagement gratuit, la quête de la performance faisait l'objet d'un accord unanime. Et ce consensus autour de valeurs qui apparaissaient alors comme fondatrices semblait devoir garantir en la cimentant l'unité même du mouvement sportif. Depuis le sport de masse jusqu'au sport de haut niveau, sous l'influence de cette recherche généralisée de la performance, le mouvement sportif en effet s'est organisé en pyramide, tendu tout entier vers les résultats de pointe, chaque pratiquant étant, à son niveau propre, aspiré en quelque sorte vers le haut par ce mouvement ascendant qui assurait la vie, la force et la cohésion du sport.

5Ce fonctionnement que l'on a pu considérer comme immuable continue d'ailleurs à peser lourdement sur certaines formes de pensée. Les débats préparatoires à l'Université d'été qui nous réunit aujourd'hui ont été, de ce point de vue, tout à fait symptomatiques. Dirigeants, pratiquants, journalistes sportifs venus d'horizons très différents, nous nous sommes engagés dans une réflexion sur la performance, sur ses aspects médicaux, sur ses enjeux économiques, sur ses implications sociales, sur ses répercussions médiatiques, sans nous rendre compte qu'une imperceptible dérive nous conduisait peu à peu à parler moins de la performance que de la haute performance et à oublier le sportif moyen pour ne plus nous occuper que des problèmes du champion. A notre tour nous avions été happés par ce dynamisme ascensionnel qui nous attirait irrésistiblement vers le sommet de la pyramide.

6Il y a vingt ou trente ans une telle déviation aurait paru normale à tous, comme le fruit d'une sorte de nécessité logique. Et elle aurait été acceptée par tous. Aujourd'hui, aux yeux de certains, elle peut prendre le tour d'une provocation. En effet, pour diverses raisons comme par exemple l'apparition de groupes de pratiquants à nouvelle définition sociologique, ou le rôle de plus en plus déterminant, - et déterminé !, - joué par les intérêts commerciaux dans la conception des manifestations ou dans la promotion des activités sportives, ou encore à cause des engagements profonds survenus dans les habitudes de vie et dans les mentalités, pour toutes ces raisons, dis-je, ont fait leur apparition dans le panorama du sport contemporain des conceptions et des pratiques qui n'ont plus forcément comme visée principale la performance physique.

7La devise des jeux Olympiques, - "altius, citius, fortius", - et l'éthique de dépassement qu'elle implique continuent certes à exercer leur attrait sur les esprits. Mais ce pouvoir d'attraction est souvent ressenti comme ambigu dans la mesure où interfèrent dans sa définition le pouvoir politique, les visées économiques et la volonté sportive. Et pendant ce temps, dans un univers parallèle que le mouvement sportif s'efforce à grand-peine de contrôler sans toujours y parvenir, se développent des activités sportives dites de loisir, étrangères par leur nature même à la recherche de la performance et à sa dynamique ascensionnelle.

8Dans ces conditions, organiser en 1986 une rencontre autour de la notion de "performance", n'est-ce pas à certains égards faire acte de polémique ? Telle n'a pas été, en tout cas, l'intention des organisateurs de ces journées de débats. Il leur a semblé au contraire qu'une réflexion sur la performance, - précisément parce qu'elle présente une valeur aujourd'hui discutée de l'éthique sportive, - et plus particulièrement une réflexion sur la haute performance, - parce que les cas limites sont toujours des cas révélateurs, - devrait pouvoir aider à y voir un peu plus clair dans la crise qui secoue actuellement un mouvement sportif à la recherche de son unité perdue.

9Et puisque le mot lui-même, malgré sa clarté apparente, semble prêter à malentendu, qu'il soit permis à un universitaire, littéraire de surcroît, de s'intéresser pendant quelques instants à son histoire et à ses avatars. El puisque d'autre part la force du mot est encore telle qu'elle exerce sur les esprits une poussée presque irrésistible, on voudra bien pardonner à un ancien footballeur de calmer le jeu en ce début de partie, et de pratiquer délibérément le hors-jeu.

10"Performance", vous avez dit "performance" ? Le mot n'a pas toujours eu dans notre langue la signification que nous lui connaissons aujourd'hui. Il tire son origine d'un verbe "parformer" qui, en ancien français, voulait dire "accomplir", "exécuter". "Parformer" avait alors un sens voisin de verbe "parfaire". Etymologiquement la performance désigne donc une réalisation qui implique un achèvement, une sorte de perfection. Le mot est attesté en France jusqu'au XVIème siècle. Après quoi, curieusement, il disparaît de notre vocabulaire pour quelque deux cent cinquante ans. A vrai dire son éclipse n'est pas totale. Car entre-temps il a franchi la Manche, à peu près à l'époque à laquelle Christophe Colomb traversait l'Atlantique pour découvrir l'Amérique. "Performance" va s'installer en Angleterre ; il y prend sa forme moderne, mais garde un sens voisin de celui qu'il avait en ancien français : à la fin du XVème siècle on entend communément en Grande-Bretagne par "performance" l'exécution d'un travail, l'accomplissement d'un acte. La "performance" alors s'oppose à la "promesse". L'homme qui met à son actif une performance est celui qui mène une action jusqu'à son terme, qui ne se contente pas d'en parler, mais qui la réalise.

11Dans les premières années du XVIIème siècle, toujours en Angleterre, "performance" tend à se particulariser dans son emploi : le mot continue à désigner un accomplissement, mais il se spécialise et s'applique plus souvent au monde du spectacle. Dans un sens assez proche de celui qu'a gardé le mot en anglais moderne, la "performance" alors signifie l'action d'exécuter un rôle, une pièce de théâtre, un morceau de musique, en d'autres termes l'organisation d'un divertissement public, généralement dans le domaine des arts.

12Ce n'est que dans la première moitié du XIXème siècle que le mot "performance" enfin repasse la mer, et qu'il revient en France avec un sens qui désormais nous est plus familier : vers 1840 en effet, il sert à désigner le résultat obtenu par un cheval de course lors d'une exhibition en public, et, dans la foulée si l'on peut dire, celui d'un athlète dans les mêmes conditions. Il faudra attendre encore de longues années pour voir "performance" prendre deux sens tout à fait communs aujourd'hui, bien qu'ils soient pratiquement contradictoires : d'une part le sens figuré d'"exploit", d'action qui sort de l'ordinaire, qui surprend, et d'autre part le sens technique dont le mot s'est chargé notamment dans son emploi au pluriel : les "performances" d'une machine représentent les définitions chiffrées de ce qu'elle est capable, dans des conditions d'utilisation ordinaire, de fournir en travail et en puissance.

13L'histoire a donc accumulé sur le mot "performance" des valeurs et des connotations diverses, voire divergentes. Qui dit "performance" dit action, - et non discours, - acte mené jusqu'à une forme à laquelle il n'y ait rien à ajouter, travail débouchant sur une réalisation "par-formée", en d'autre termes par-faite. "Performance" implique aussi, dans son sens mécanique, la définition d'une norme, voire de limites. En revanche la "performance" au sens d"'exploit" sous-entend le dépassement de la norme ; elle nous renvoie à une action qui sort de l'ordinaire, qui peut à certains égards rendre caduque une limite. "Performance" au sens anglais enfin suppose un spectacle, c'est-à-dire l'exhibition d'un acteur devant un public auquel il cherche à faire partager une certaine émotion esthétique, soit directement, soit indirectement.

14On se rend compte que toutes les questions que soulève actuellement la réflexion sur la performance semblent s'être donné rendez-vous dans les résonances dont l'histoire a chargé ce mot voyageur et à signification variable. En fait il ne s'agit pas là d'une simple coïncidence, comme va le confirmer une rapide mise en parallèle de l'histoire du mot et de celle des mentalités.

15L'idée de performance n'est pas, de toute évidence, une idée moderne. Depuis toujours l'homme, inquiet sur lui-même, semble avoir rêvé d'exploits qui lui permettent de s'affirmer à ses propres yeux comme à ceux d'autrui. Quand Pindare salue la victoire remportée par Hiéron de Syracuse à la course de chevaux montés, lors des Jeux Olympiques de 476 avant Jésus-Christ, il lui manque peut-être l'équivalent du mot de "performance", il n'en a pas moins parfaitement conscience de célébrer un exploit qui place Hiéron au-dessus de ses concurrents malheureux. Et quand au Moyen-Age Chrétien de Troyes met en scène, dans de somptueux récits de tournois, l'invicibilité d'un Lancelot ou d'un Perceval, il contribue à la constitution d'une image durable de la performance.

16Et pourtant on peut considérer que jusqu'à l'aube des temps modernes on traverse une sorte de préhistoire de la performance. Car on a beau pressentir ce qu'elle est, on ne l'appréhende encore qu'en tant qu'événement ponctuel, comme une suprématie confinée dans l'instant. La performance ne se mesure pas vraiment, elle ne se compare guère, elle ne se projette pas dans le temps. Elle demeure, simplement, un acte mené à bien.

17Pendant la plus grande partie de cette longue période le temps n'est rythmé que par l'invariable succession des nuits et des jours, et par l'éternel retour des saisons. La montre, si elle existe, est un objet de luxe ou de parade. On se souvient du maître qui, dans Jacques le Fataliste de Diderot, passe encore son temps à tirer sa montre du gousset, à regarder l'heure, et... à ne rien faire ! En simplifiant les choses de manière à ne retenir que les lignes de force les plus marquantes, on peut dire que tend à s'imposer aux esprits, durant toute cette période pré-moderne, une conception cyclique de l'histoire.

18Le phénomène est particulièrement net en France à l'apogée de l'Ancien Régime. L'histoire est très souvent comprise alors comme un vaste mouvement répétitif qui, sous l'effet de la volonté divine, ramènerait périodiquement des événements comparables. Et pour ce qui est de l'homme lui-même, on a le sentiment qu'il occupe dans le monde une place que Dieu ou les dieux lui ont assignée, et dont par conséquent il serait sacrilège de vouloir changer.

19Dans ces conditions, la "perfomance" au sens moderne de "dépassement" est nécessairement perçue de manière péjorative, comme la manifestation de ces "humeurs transcendentales" qui effraient tant Montaigne à la fin de l'Apologie de Raimond Sebond : pour lui en effet il est vain et "monstrueux" de vouloir "faire la poignée plus grande que le poing, la brassée plus grande que le bras, et d'espérer enjamber plus que l'étendue de (ses) jambes". L'homme a beau chercher à "se montrer au-dessus de soi et de l'humanité", encore faut-il "voir que de ses yeux ni saisir que de ses prises".

20Se contenter de ce qu'on est, savoir rester à sa place : de telles formules constituent pour le grand nombre, et pendant des siècles, la clé de la sagesse. Un exemple particulièrement frappant en est fourni par la relation à la montagne. Sous prétexte que l'homme est fait pour vivre dans les plaines, - ne prétend-on pas voir au XVIIème siècle dans les reliefs du globe des monuments de la colère de Dieu datant du déluge ? - on va pendant des centaines d'années cotoyer les montagnes sans chercher vraiment à en gravir le sommet autrement que par défi blasphématoire. Et dans tous les esprits reste présente la mésaventure arrivée aux Titans qui ont prétendu escalader l'Olympe et qui sont morts, foudroyés par Zeus, le père des Dieux et des hommes. Leur châtiment est ressenti comme exemplaire : on est convaincu qu'un sort semblable attend tous les imprudents que leur témérité pousserait à aller au-delà des limites qui leur ont été imposées.

21Or voici qu'à partir de la fin du XVIIème siècle des mutations profondes vont peu à peu affecter les mentalités. L'hommme se met à explorer enfin systématiquement le monde qui l'entoure. Cette entreprise requiert notamment des instruments et des méthodes de mesure fiables. Ceux-ci ne cessent de se perfectionner tout au long du XVIIIème siècle. Quand on sait qu'un dictionnaire très sérieux, contemporain de Voltaire, voyait encore dans le plateau de Langres le point culminant de la France, ou qu'on estimait communément pouvoir comparer la hauteur de deux montagnes en comparant les temps qu'on mettait à gravir chacune d'elles, on conçoit les progrès qui restaient à accomplir dans ce domaine. Or il est évident que la notion de performance au sens moderne du terme ne pouvait s'imposer qu'à partir du moment où l'on disposait d'instruments de mesures précis et où l'on savait comment s'en servir.

22En réalité, en cette époque charnière qu'est le siècle des "lumières", coexistent deux pratiques et deux conceptions très différentes de la "performance". Lorsqu'au mois d'août 1786 le docteur Paccard et Balmat atteignent le sommet du Mont-Blanc, et H.B. de Saussure quelques mois après eux, c'est leur victoire sur la montagne qui constitue l'événement, et non les conditions ou les temps dans lesquels elle a été remportée. Peu importe qu'ils aient choisi la voie d'accès la plus difficile, peu importe qu'il ait fallu à Saussure plus de quinze ans et une vingtaine de guides et de porteurs pour arriver à ses fins. Ce qui compte pour eux tous, c'est qu'ils aient réussi, à un moment donné, à poser le pied sur la cime la plus élevée des Alpes.

23Une dizaine d'années plus tard à peine débarquent à Chamonix d'étranges Anglais. Dans leurs bagages, une montre, et peut-être le mot "performance" dans son acceptation moderne. Et à quoi passent-ils leurs journées, ces Anglais ? A gravir la montagne de la Côte jusqu'à la jonction du glacier des Bossons et de celui de Taconnaz, chronomètre à la main, comparant la durée qu'il a fallu à chacun pour venir à bout de l'obstacle, et décidés à recommencer le lendemain sans autre but que d'améliorer leur temps de la veille.

24Que Saussure, qui rapporte le fait dans sa correspondance, traite ces Anglais de fous paraît révélateur. Même pour un homme aussi averti et aussi expérimenté que lui, le culte de la performance au sens moderne du terme relève encore de la tératologie, c'est-à-dire de la science des monstres. Qu'importe ! Ce culte est né et il va s'installer désormais de façon durable dans les esprits.

25C'est que la conception que l'on se fait de la place de l'homme dans le monde est en train de changer. Les résistances inévitables et les protestations parfois spectaculaires de fidélité à la tradition n'y change rien : à l'ancienne soumission aux volontés divines tend à se substituer un idéal plus dynamique de l'être humain, responsable et non plus victime de son destin.

26Et si la représentation d'un temps cyclique toujours fascine, elle cède pourtant peu à peu du terrain devant l'idée d'un temps linéaire, évolutif et non plus seulement répétitif, facteur d'un progrès dont l'homme serait le principal, voire le seul artisan. On sait d'ailleurs à quel point ce mythe du progrès a influencé à partir des "philosophes" du siècle des lumières toute la pensée du XIXème siècle.

27Aussi n'est ce pas un simple hasard, sans doute, si c'est précisément dans la première moitié du XIXème siècle, au moment où se mettent en place les structures de la société moderne fondée sur la libre entreprise et sur la recherche du profit dans la concurrence économique et commerciale, si c'est précisément à ce moment-là que réapparaît dans notre langage le mot "performance" avec un sens voisin de celui que maintement nous lui connaissons.

28Désormais, réaliser une performance, c'est faire, et faire mieux,-mieux que les autres, mieux que soi-même, l'essentiel étant de participer, à sa place et avec ses moyens, à cette vaste marche en avant de l'humanité dans laquelle maintenant on a une foi inébranlable. Jusque dans ses recoins les plus ambigus, la notion moderne de performance sportive est historiquement liée à l'idéologie du progrès.

29Ce lien, que l'on a pu oublier pendant un certain temps, est rendu à nouveau particulièrement sensible de nos jours. L'évolution à laquelle nous assistons depuis environ deux décennies présente en effet une simultanéité qui ne semble nullement fortuite. Au moment même où est ébranlée la croyance en un progrès illimité est mise en question également la recherche de la performance comme fondement de la pratique sportive. D'un coté est lancé l'objectif, - d'abord perçu comme révolutionnaire, - d'une "croissance zéro" ; des esprits de plus en plus nombreux se tournent vers le passé, rêvent de retour en arrière, cherchent à substituer au mythe du progrès celui de la nature ; de l'autre prennent corps des conceptions et des pratiques du sport pour lesquelles la performance n'est plus une visée fondatrice.

30Faut-il en conclure que la recherche de la performance a fait son temps, et que l'éthique du dépassement n'aura été qu'un phénomène éphémère, un épisode dans l'histoire du sport, alors qu'on croyait pouvoir reconnaître en elles des valeurs qui fondaient l'unité du mouvement sportif et garantissaient la permanence de la pratique sportive ?

31Pour pouvoir espérer répondre à cette question il n'est peut-être pas inutile de faire un ultime détour par ce qu'implique, dans la pratique, la recherche de la performance. S'employer à améliorer un résultat sportif sous-entend évidement chez l'athlète qui se consacre à cette tâche la conviction que ce résultat peut être amélioré. De cette conviction première dépendent son effort et sa persévérence.

32Or la nature même du corps humain fait qu'il y a des actes dont il n'est pas capable. Qu'on le veuille ou non, l'homme en tant que machine physique a des limites. Et si dans le rêve, pour reprendre le mot d'André Breton, "l'angoissante question du possible" ne se pose plus, dans la pratique, - de l'activité sportive notamment, - on la rencontre à chaque pas. L'amélioration des résultats ne peut-être infinie. Et plus on s'appproche des limites du corps humain, plus les progrès deviennent infinitésimaux.

33Ce qui d'autre part, nous semble-t-il, caractérise la pratique sportive, c'est que chaque individu ne peut avoir des limites de son propre corps qu'une connaissance empirique, rétrospective en quelque sorte. Cela entraîne une conséquence grave : trop souvent l'homme ne découvre ces limites qu'une fois qu'il les a dépassées. Les médecins spécialistes du sport connaissent bien les problèmes, parfois dramatiques, que cela pose.

34Un fait troublant vient s'ajouter au précédent. Que la pratique de la "performance" implique une expérience des seuils et des limites n'a pas de quoi surprendre. Que la connaissance de ces seuils et de ces limites ne puisse prendre forme et force que de manière différée, après coup, trop tard parfois, on peut le regretter, mais il faut bien reconnaître que dans le domaine physique cela est pratiquement inévitable, compte tenu de la manière dont nous sommes obligés d'appréhender notre propre corps. Il est plus inquiétant en revanche de constater que le problème éthique de la performance est posé exactement dans les mêmes conditions de tâtonnements empiriques et de remords tardifs.

35Tout le monde, dans le mouvement sportif, est conscient des risques moraux que comporte, dans l'environnement économique actuel, la quête à tout prix de la performance. Quand par exemple le public s'agglutine autour de l'arène moins pour encourager l'athlète dans son effort que pour le voir tomber peut-être, et peut-être se perdre, le culte de la performance engendre, de l'avis de tous, une situation malsaine.

36Lorsque la technique n'est plus au seul service de l'athlète pour lui permettre d'améliorer son résultat, mais que l'athlète devient un instrument dont se servent les techniciens pour mieux vendrent leurs produits, le culte de la performance, de l'avis de tous, engendre une situation malsaine.

37Lorsque la pratique du sport de très haut niveau n'est plus l'expression des aspirations morales de la collectivité, mais qu'elle n'est plus que prétexte à un spectacle alibi ou exutoire ; lorsque, au lieu de permettre à l'individu de se réaliser et de s'épanouir, le sport conduit à aliéner, à marginaliser, voire à briser le champion déchu pour le restant de sa vie, le culte de la performance engendre, de l'avis de tous, une situation malsaine.

38L'un des paradoxes du mouvement sportif tient à ce qu'il est parfaitement conscient des risques que porte avec elle la recherche de la performance, et tout aussi impuissant à les conjurer. Une fois de plus en effet il semble condamné à ne pouvoir situer et définir les seuils qu'une fois qu'ils ont été franchis.

39Une longue suite de drames émaillé ainsi l'histoire du sport. Le plus récent, - celui du stade du Heysel, - est encore présent à tous les esprits. Il y en eut d'autres avant lui, aussi bouleversants : que l'on songe à Torn Simpson par exemple. Et qui dira l'infini chapelet des accidents anonymes qui ont brisé la carrière et parfois la vie de milliers de pratiquants sportifs ? Chacun de ces drames fait parfois prendre conscience avec brutalité que, dans ce mouvement de surenchère qu'engendre inévitablement la recherche de la performance, on est allé trop loin. A chaque fois aussi on se rend compte de l'impossibilité dans laquelle on se trouve de préciser à partir de quand exactement on est allé trop loin.

40Il y a plus inquiétant encore. Plus l'athlète avance vers le très haut niveau, plus son encadrement, son entraînement, son équipement sont susceptibles de jouer un rôle déterminant dans ses résultats. De nos jours la quête de la performance, pour être efficace, a besoin de s'appuyer sur des recherches scientifiques ou technologiques de plus en plus coûteuses, à mesure que l'on s'approche des limites du corps humain. Le gain de quelques dixièmes voire de quelques centièmes de seconde dans une course exige désormais des moyens énormes, tant en argent qu'en hommes.

41Le grand public l'ignore la plupart du temps. Mais lorsqu'ici ou là surgit la question de la disproportion des investissements par rapport aux résultats obtenus, lorsqu'on s'interroge pour savoir jusqu'où il est légitime de laisser croître le prix de revient de la performance, en d'autres termes lorsque se pose le problème de la limite à ne pas dépasser, ce qu'on peut constater est symptomatique. Car la réponse ou les réponses à ces questions la plupart du temps ne viennent pas des athlètes ou de leurs dirigeants, mais des techniciens de la physique, de l'économie, du commerce comme si le mouvement sportif sentait confusément qu'il y a des seuils à ne pas franchir, mais comme si en même temps, incapable ou non désireux de les définir lui-même à l'avance, il devait ou préférait s'en référer à d'autres pour les définir à sa place.

42Telle est en effet la conséquence du paradoxe que nous évoquions plus haut : alors que le culte de la performance visait à donner au sportif une meilleures maîtrise de lui même, il tend aujourd'hui à l'enfermer, quel que soit le degré de conscience qu'il en ait, dans une aliénation tragique. Et se réalise insidieusement ce que pressentait Georges Pérec dans l'espèce de cauchemard Olympique qu'il a décrit dans W ou le souvenir d'enfance, il y a un peu plus de vingt ans : "Immergé dans un monde sans frein, ignorant les lois qui l'écrasent, tortionnaire ou victime de ses compagnons sous le regard ironique et méprisant de ses juges, l'Athlète W ne sait pas où sont ses véritables ennemis, ne sait pas qu'il pourrait les vaincre et que cette Victoire serait la seule vraie qu'il pourrait remporter, la seule qui le délivrerait. Mais sa vie et sa mort lui semblent inéluctables, inscrites une fois pour toutes dans un destin innommable." Loin de libérer l'homme, la recherche de la performance ne ferait-elle de lui, en fin de compte, qu'une victime ?

43Ce constat, pour sombre qu'il soit, n'en est pas moins utile. L'exploration succincte à laquelle nous venons de procéder, nous a en effet permis de mettre en relief un certain nombre de points essentiels.

44Le concept de "performance" nous apparaît désormais moins comme une clé de voûte de l'édifice sportif que comme une espèce de récipient vide, capable de recevoir les contenus les plus contradictoires et de se charger, selon le contexte historique dans lequel il baigne, des sens les plus divergents. L'histoire du mot est, quant à elle, parallèle à celle du concept : c'est l'histoire d'un mot caméléon dont la couleur n'est jamais ni certaine, ni définitive. Le fait n'a d'ailleurs pas de quoi surprendre. On se souvient que le mot "parformer" signifiait à l'origine "mener à un achèvement". Il impliquait une perfection, mais ne définissait pas par rapport à quoi cette perfection pouvait ou devait être appréciée. La "performance" ne peut avoir de sens que par rapport à un idéal qui lui serve de référence.

45Les ambiguïtés du mot prennent ainsi une valeur exemplaire. Elles attirent notamment l'attention sur un fait paradoxal. La pratique sportive en effet implique toujours une dimension morale, c'est-à-dire une idée qu'on se fait de l'homme, de ses limites, de ses finalités, des moyens qu'il peut ou doit utiliser pour les atteindre.

46D'autre part les valeurs morales qui fondent la pratique sportive ne sont pas des absolus. Elles sont relatives et changeantes. Il convient surtout de rappeler qu'elles prennent leur source et trouvent leur fondement en-dehors du mouvement sportif. Du même coup celui-ci apparaît en état de dépendance dans la mesure où sa fonction semble être de mettre en oeuvre - et souvent de mettre en scène, - des objectifs qui sont définis ailleurs qu'en son sein.

47Cette analyse conduit tout naturellement à poser une question-clé. Est-il vraiment fatal que tous ceux qui oeuvrent dans le mouvement sportif, - dirigeants, entraîneurs, pratiquants, - ne soient que les exécutants d'actions dont la finalité et la signification sont arrêtés en dehors d'eux ? En d'autres tonnes, sommes-nous là en présence d'une loi qui découle de l'essence-même de l'activité sportive, ou s'agit-il là seulement d'un accident de l'histoire ?

48Des réponses que l'on apportera à ces interrogations dépendent les propositions que l'on peut formuler ici. Si l'on considère que cette sujétion de l'activité sportive est inéluctable, il semble urgent que dans le mouvement sportif on prenne conscience de l'illusion d'optique qui a fait longtemps prendre pour propres et originales des valeurs qui, en fait, étaient étrangères. Cette conscience claire nous paraît pouvoir être posée comme condition nécessaire pour négocier le cas échéant, dans la position la moins désavantageuse possible, les conditions mêmes de la dépendance.

49Si en revanche on considère que cette dépendance n'est pas fatale, il devient impératif de définir, à l'intérieur du mouvement sportif lui-même, des exigences éthiques, une sorte de minimum moral garanti sur lequel le mouvement sportif s'engage ensuite sans compromission.

50Viser à la performance, c'est, étymologiquement, viser à parfaire l'homme. C'est au mouvement sportif, et à lui seul, qu'il appartient de l'affirmer en priorité. C'est à lui également qu'il incombe de dire clairement au service de quelle image de l'homme il prétend se mettre.

51Faute de quoi il est à craindre que tous les débats techniques sur la pratique du sport, l'organisation du sport, l'utilité du sport, resteront entachés d'ambiguïté, et qu'à travers des voeux pieux ils ne conduisent en fait qu'à des constats d'impuissance ou à des surenchères suicidaires.

52S'il veut survivre, il faut que le mouvement sportif apprenne à savoir ce qu'il veut, et à ne plus faire seulement ce que veulent pour lui les autres.

53Dans "performance" il y a "former". Et qui dit "formation" dit "éducation", et sous-entend "efficacité". Le programme qui nous réunit, au cours de cette Université d'été, autour de la notion de performance est décidément, à tous points de vue, un programmme d'actualité.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540