Version classiqueVersion mobile

L’anoblissement en France, xve-xviiie siècles

 | 
Centre de Recherches sur les Origines de l’Europe Moderne

Quelques réflexions sur les critères d’analyse d’un groupe social : la noblesse, dans une durée séculaire.

Michel Peronnet

Texte intégral

  • (1) Voir M. PERONNET, Pour un renouveau des études biographiques : approches méthodiques. Actes du Cong (...)
  • (2) Mises au point de Ph. CONTAMINE, La noblesse au Moyen Age, Paris, 1976 ; J. MEYER, Noblesse et pouv (...)

1Le centre de recherches sur les origines de l’Europe moderne de l’Université de Bordeaux III apporte sa pierre à la construction d’une histoire de la noblesse, réclamée par les Annales E.S.C., spécialement par un de ses directeurs, Marc Bloch, dès 1936. Quelques monographies ont vu le jour, consacrées à un groupe fonctionnel comme les Magistrats du Parlement de Paris ou à un groupe régional comme la Noblesse bretonne ou la Noblesse beauceronne. J. Meyer, dans la préface de sa Noblesse bretonne, il y a presque vingt ans, renonçait à énumérer les titres d’ouvrages consacrés à la noblesse parce que trop nombreux et trop inégaux. On me permettra de suivre la même voie et de ne me référer qu’à l’évocation des problèmes que j’ai rencontrés à propos des recherches prosopographiques qui ont été utilisées dans les Evêques de l’ancienne France(1). Il s’agissait d’établir une grille d’étude sociale, valable aussi bien pour le XVI° siècle que pour le XVIII° siècle, applicable à un groupe social aux contours flous si l’on se place aux origines de l’Europe moderne et comme un groupe social aux contours parfaitement définis, si l’on se place au moment où l’Europe moderne devient l’Europe contemporaine (2). Les questions posées par cette recherche sont les suivantes : comment définir la noblesse ? Comment définir un anobli ? Comment établir des critères d’analyse utilisables pour toute la période moderne et pour l’ensemble du groupe réuni sous le nom de noblesse ?

  • (3) Dictionnaire de l’Académie, 2 volumes in 4°, Nîmes, 1786. Il s’agit du texte de l’édition in folio (...)

2Il me paraît souhaitable de faire précéder mon propos d’un certain nombre de définitions empruntées au Dictionnaire de l’Académie(3), édité à la fin du XVIII° siècle. Dans ce dictionnaire, le mot est d’abord défini puis, ensuite, les divers sens sont indiqués et précisés par des exemples. A partir des définitions même, il arrive que l’on soit amené à chercher et à préciser d’autres mots :

3 "Noblesse : Qualité par laquelle un homme est noble. Exemples : bonne noblesse, haute noblesse, ancienne noblesse, nouvelle noblesse, noblesse d’épée, noblesse de robe. On lui conteste sa noblesse. Prouver sa noblesse. Faire preuve de noblesse... Lettres de noblesse. On appelle noblesse de cloche celle qui vient de mairie ou d’échevinage. Noblesse est aussi terme collectif qui signifie tout le corps des Gentilshommes, en ce sens il ne se dit jamais sans article. Exemple : Les Trois Etats du royaume sont le clergé, la noblesse et le Tiers Etat. Cahiers de la noblesse, Chambre de la noblesse. La noblesse française. Brave et généreuse noblesse. Le Roi accompagné de sa Noblesse. La noblesse monte à cheval. Quand on dit une assemblée de noblesse sans article, on entend alors parler d’une assemblée particulière de gentilshommes. On dit proverbialement, "noblesse vient de vertu, pour marquer qu’un homme n’est proprement au-dessus d’un autre que par la vertu et par le mérite...". Cette définition de noblesse renvoie à noble : "Noble, qui par le droit de sa naissance ou par les lettres du prince est d’un rang au-dessus du tiers ordre. Exemple : noble de naissance, noble d’extraction, être de noble sang... de race noble. Etre noble de race. Etre noble de père et mère. Noble des deux côtés. Etre noble par lettres du prince est aussi un substantif. Exemple : nouveau noble, faux noble, petit noble de compagnie. Les anciens nobles. Les nobles sont exemptés de... Il y avait souvent discorde entre le peuple et les nobles. Nobles vénitiens, Nobles génois. Les vieux nobles. Les nouveaux nobles. Il se prend quelquefois plus particulièrement pour celui qui est noble par lettre et non de race. Exemple : tout gentilhomme est noble, mais tout noble n’est pas gentilhomme. Le Prince fait les nobles, le sang fait les gentilhommes".

4Le terme "noblement" complète ce dispositif de vocabulaire : "Noblement. D’une manière noble, avec noblesse. Exemple : il nous a traité noblement signifie aussi en gentilhomme. Ses ancêtres n’ont jamais dérogé, ils ont toujours vécu noblement. Il n’est pas noble, mais il vit noblement. On dit tenir noblement une terre pour dire ta tenir en fief".

5Cette dernière définition renvoie, comme la précédente d’ailleurs, à ta notion de gentilhomme que le dictionnaire définit clairement : "Celui qui est noble de race. Exemple : Gentilhomme de campagne... Gentilhomme de nom et d’armes... Gentilhomme d’ancienne extraction".

  • (4) A. JOUANNA, L’idée de race en France au XVI° siècle, 3 volumes, Paris, Lille, 1976. Voir l’introduc (...)

6Ainsi le mot noble renvoie d’abord à une position dans une hiérarchie sociale : "rang au-dessus", puis à la manière dont on accède à cette position, "par droit de naissance ou par lettres du Prince", et, enfin, à une opposition nettement marquée entre le gentilhomme "noble de race" et "le noble qui n’est pas gentilhomme". On peut constater que ces définitions de la fin du XVIII° siècle se rapprochent de celles de la fin du XV° siècle, telles qu’elles sont présentées par Arlette Jouanna : "Par idée de race, nous entendons l’idée, si répandue alors, selon laquelle les qualités qui classent un individu dans la société sont transmises héréditairement par le sang..." (4).

7La recherche de vocabulaire peut se poursuivre avec les diverses définitions tournant autour des mots évoquant l’anoblissement. "Anoblissement, grâce et concession du Prince". Cette définition du Dictionnaire de l’Académie ramène aux exemples donnés dans l’article noble. Il faut souligner, d’autre part, te lien qui s’établit avec l’action du Prince et qui évoque le vieil adage : "Dieu fait les gentilshommes, le Roi fait les nobles". L’action d’anoblir est définie comme celle "de faire noble, rendre noble" et l’exemple qui suit précise : "Le Roi l’a anobli par lettre". Le dernier mot anobli marque le résultat de l’anoblissement, mais le Dictionnaire précise : "Celui qui a été fait noble depuis peu de temps" et ajoute cet exemple : "Les nouveaux anoblis jouissent des privilèges des anciens nobles". Ainsi, le mot anobli se trouve lié dans les définitions de la fin du XVIII° siècle à une ancienneté de jouissance de privilèges. Par rapport à la durée, on devrait donc prendre en considération trois termes : noble de race ou gentilhomme, noble pour désigner un anobli ancien et enfin anobli pour désigner "celui qui a été fait noble par le Prince, depuis peu de temps".

  • (5) Traité de la noblesse suivant les préjugés rendus par les Commissaires députés pour la vérification (...)

8La notion de privilège, introduite à propos de celle d’anoblissement, ramène vers des définitions juridiques. Privilège, en effet, est d’abord un terme de droit désignant un statut particulier en dérogation d’un statut général : le sens d’avantages et la nuance morale d’injuste viennent plus tard avec la Révolution et la nuit du 4 août. "Privilège. Faculté accordée à un particulier ou à une communauté de faire quelque chose ou de jouir de quelque avantage à l’exclusion des autres... Il signifie aussi l’acte qui contient la concession du privilège... Toutes sortes de droits, de prérogatives, d’avantages attachés aux charges, aux emplois, aux conditions, aux états... Signifie aussi quelquefois la liberté qu’on a, ou qu’on se donne de faire quelque chose que d’autres n’oseraient pas faire". Les définitions des notions d’ordre, de corps, d’état et de rang permettent d’achever cette série de définitions du vocabulaire social en usage à la fin du XVIII° siècle. "Ordre se dit des corps qui composent un état. Exemple : En France, les états sont composés de trois ordres : ordre de l’Eglise, ordre de la noblesse et le Tiers Etat. La noblesse est un des corps qui composent l’état français et qui est convoqué aux Etats Généraux". "Corps se dit figurément de la société, de l’union de plusieurs personnes qui vivent sous les mêmes lois, mêmes coutumes, même règles... Le royaume est un corps politique. Plus étroitement se dit de compagnies particulières : exemple : le corps de la noblesse", "Etat... condition des personnes en tant qu’elle est légitime ou bâtarde, noble ou roturière. Exemple : on lui dispute son état". De l’ensemble de ces définitions, on peut conclure que la noblesse est un statut juridique parfaitement clair et défini, placé sous la dépendance complète du pouvoir souverain. Il découle de cette définition que l’on peut prétendre jouir de ce statut par fraude par rapport à la loi, d’où l’explication du terme usurper : "s’emparer par violence ou par ruse d’un bien, d’une dignité ou d’un état qui appartient à un autre...". La date tournante dans l’histoire de la noblesse, tant celle des nobles de race que celle des anoblis, est 1666. A cette date, en effet, le Roi de France exige de tous ceux qui se disent nobles en France, la preuve de ce qu’ils prétendent être : ils doivent présenter aux commissaires du Roi les titres écrits qui justifient leurs prétentions. L’enquête doit établir la jouissance du statut nobiliaire avant 1560 pour ceux qui se disent nobles de race, sans faire apparaître de titres, même antérieurs à cette date prouvant la roture. Pour les anoblis, la preuve est apportée par ta lettre d’anoblissement, qu’elle émane du bon plaisir du Roi ou qu’elle sanctionne l’exercice d’offices ou de charges et dignités. La confirmation du statut résulte d’un "jugement souverain" de commissaires du Roi. Un de ces commissaires, le sieur Belleguise, a laissé un petit opuscule : Traité de la noblesse(5), publié en 1669, dans lequel il indique les pratiques à suivre pour mener à bien son enquête. Le Roi jouit d’un monopole d’anoblissement et tout anobli par lettre du Roi peut présenter un titre. Ce titre est authentifié par la Chambre des Comptes et par la Cour des Aides, qui exempte l’intéressé du droit de franc fief et du paiement de la taille. Belleguise rappelle que, si le Roi jouit du droit d’anoblir, il jouit aussi de celui de révoquer les anoblissements et il rappelle les révocations de 1598, 1640 et 1654. En ce qui concerne la noblesse de race, c’est-à-dire la noblesse qui n’a aucun principe connu, les preuves consistent en actes "portant la qualification de chevalier ou d’écuyer... établissant la filiation... la possession des fiefs, les emplois et les services les actes retenus par l’enquêteur sont les contrats de mariage, de partage, les actes de tutelle, les aveux et dénombrements. La famille qui prétend à la noblesse de race ne doit avoir commis aucun acte de dérogeance et "qu’il ne soit rapporté aucune pièce par lesquelles il paraisse que les auteurs qui soutiendront leur noblesse fussent roturiers avant l’année 1560".

  • (6) L.N. H. CHERIN, Abrégé chronologique d’édits, déclarations, réglements, arrêts et lettres patentes (...)
  • (7) Id. Ibid, p. 33 (Saint-Michel), p. 58 (Saint-Esprit), p. 58, 193, 354 (généalogiste des ordres), p. (...)

9La répression de l’usurpation apparaît à partir des édits, ordonnances et déclarations du 26 mars 1555, 23 avril 1556, 1560, juillet 1576, mai 1579. Les divers règlements des tailles précisent aux mêmes dates : "ceux qui se disent nobles sans pouvoir justifier leur état seront soumis à la taille" (9 octobre 1546, 29 octobre 1583, mars 1600) (6). Ainsi, se dégage une pratique royale à partir des années 1540-1550 qui culmine dans la grande recherche de 1666 et qui, à travers une construction séculaire, aboutit à une définition précise de l’ordre de noblesse. Il faut ajouter que l’accès aux ordres du Roi, Saint-Michel (1469), Saint-Esprit (1578), se fait aussi sur preuves de noblesse. A partir du 9 mai 1595, le Roi donne commission à un généalogiste des ordres pour procéder à l’examen des preuves de noblesse des chevaliers des ordres. En juin 1615, l’office de juge d’armes de France est créé pour tenir à jour le grand armorial de France et le catalogue général de la noblesse (7).

10Il est maintenant permis de définir la noblesse comme un ordre, organisé par l’état, qui reconnait le statut des gentilshommes, crée celui des nobles et exige de tous les preuves écrites de leur statut.

11Grâce aux documents conservés depuis cette enquête, grâce aux actes authentiques, aux preuves de noblesse présentées en diverses occasions, conservés au Cabinet des Titres du département des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, il est possible à l’historien de fixer exactement le statut juridique des familles. Les informations fournies par ces documents généalogiques permettent de fixer la date depuis laquelle une maison figure dans la noblesse ainsi que le mode d’entrée ou de maintien dans le second ordre et, par conséquent, l’ancienneté de jouissance des privilèges ; elles permettent en outre de fixer l’implantation géographique des familles et d’étudier la mobilité de ces familles ; elles permettent d’établir le statut professionnel des parents, grands-parents, frères et soeurs ; elles permettent, enfin, grâce aux titres notariés présentés comme preuves, d’établir le montant des dots.

12Pour élaborer les séries documentaires du Cabinet des Titres, il est nécessaire de choisir un certain nombre de critères permettant de ventiler les informations par catégories. Il est un paradoxe constant en histoire sociale quantitative qu’il est bon de souligner sans l’esquiver : le but de la recherche est de parvenir à une définition des divers groupes sociaux et d’en fixer le nombre avec rigueur. Il faut donc compter et ventiler les informations réunies entre les diverses catégories sociales, mais on vient juste d’écrire que le but de la recherche est justement de définir ces catégories. Comment – surtout au ner des données permettant de définir des catégories si l’on ignore ce que sont ces catégories ? Le parodoxe n’est qu’apparent. Un premier contact avec le document permet le plus souvent de définir avec assez de rigueur les diverses catégories pour pouvoir revenir ensuite au dépouillement sériel.

13C’est donc à l’intérieur de la catégorie sociale noblesse qu’il faut rechercher des critères permettant une approche plus fine en combinant des facteurs purement juridiques avec des facteurs liés aux mentalités sociales de l’époque. F. Bluche a beaucoup insisté dans sa thèse sur l’égalité de toute noblesse ; son dessein était de laver le monde parlementaire d’un préjugé de noblesse de seconde zone. Il est indéniable que tous les nobles français jouissent des mêmes privilèges, mais aussi que l’opinion, et même le Roi, mettent quelque différence entre un anobli de la veille par la "savonnette à vilain", un anobli prouvant deux ou trois siècles de noblesse et un vieux lignage chevaleresque : l’admission dans les ordres du Roi n’est possible qu’à des nobles prouvant plusieurs degrés. Un certain nombre d’autres privilèges sont réservés aux nobles, souvent en fonction de l’ancienneté de jouissance des privilèges.

14L’enquête de vérification des titres, en 1666, est ta seule référence fixe en matière de noblesse : elle doit fournir le point de départ de toute étude. On peut pénétrer dans les analyses historiques sur la noblesse par différentes voies : la réalité du statut juridique, l’image des théoriciens sociaux, les divers discours tenus par les députés de la noblesse dans tes Assemblées provinciales ou nationales, les images que les contemporains ont élaborées de leur société, la pratique des généalogistes officiels. Il importe, me semble-t-il, de ne mélanger, ni les discours, ni tes statuts, ni les époques, ni les conceptions philosophiques, ni les conceptions historiques. L’essentiel est de bien déterminer la finalité de la recherche, de bien évaluer la valeur des différentes approches pour parvenir à montrer comment les choses se sont passées.

  • (8) F. BLUCHE, L’origine des magistrats du Parlement de Paris, Paris, 1956.
    Les honneurs de la Cour, 2 v (...)

15Certaines faveurs ou certains avantages sont réservés à des nobles anciens : les honneurs de Cour, par exemple, ne sont accordés qu’à des nobles prouvant une noblesse antérieure à 1400, sans aucune trace de roture ou d’anoblissement (8). Les Pages de la Cour sont recrutés parmi les fils des nobles prouvant deux cents ans de noblesse pour la Petite Ecurie. Les Ecoles militaires, les Gardes de la Marine, les Officiers des Troupes réglées après le règlement de 1781, les Chevaux-légers, les Corps militaires de la Maison du Roi se recrutent parmi les nobles prouvant deux cents ans de jouissance de noblesse ou quatre degrés de noblesse paternelle, le postulant compris, c’est-à-dire une noblesse remontant à l’arrière grand-père. L’Ordre de Malte exige des futurs chevaliers la preuve de seize quartiers de noblesse, soit la noblesse des huit ascendants paternels, c’est-à-dire remontant à l’arrière grand-père paternel ainsi que celle des huit ascendants du côté maternel.

16Les contours de l’ordre de la noblesse sont parfaitement précisés grâce à cette rigidité juridique. L’acte de reconnaissance de noblesse indique l’origine du statut nobiliaire, soit par jouissance immémoriale, soit par anoblissement à la suite de l’exercice de certaines charges. Dans les deux cas, la date à partir de laquelle la noblesse est reconnue à une famille est précisée : pour la noblesse immémoriale ou de race, c’est le point de départ de la filiation prouvée continue ; pour les anoblis c’est l’acte royal octroyant la noblesse. Dans les deux cas, la durée de jouissance du privilège est facilement calculable. Un tel critère comptable a été préféré à celui des degrés de noblesse, généralement utilisé par les généalogistes de l’Ancien Régime et que F. Bluche, dans sa thèse de doctorat, utilise également. La documentation permet toujours de déterminer la date à partir de laquelle une famille jouit des privilèges nobiliaires, mais ne permet pas toujours d’établir entièrement la généalogie d’une famille, ce qui permettrait de déterminer les degrés de noblesse. Les généalogies conservées, en outre, peuvent contenir des lacunes, des omissions, voire des falsifications qui gênent les calculs par degrés ; en ce qui concerne certaines familles anciennes, le nombre des degrés deviendrait considérable et de peu de signification. Les actes juridiques de reconnaissance de noblesse indiquent toujours une date, soit de départ de filiation continue, soit d’octroi de privilège ; en déterminant toujours la date à laquelle l’historien place son étude, la durée de jouissance des privilèges nobiliaires est facile à déterminer. Il y a donc lieu, dans une étude sociale fondée sur des définitions juridiques, de retenir les critères de noblesse, d’anoblissement et de roture ; de retenir aussi le critère d’ancienneté de jouissance des privilèges.

17Les théoriciens de la noblesse, sous l’Ancien Régime, ainsi que les généalogistes professionnels inventèrent de multiples divisions internes de l’ordre pour rendre compte, à la fois de la nature de l’entrée dans le second ordre et de la durée de jouissance du privilège. En fait, ces auteurs ne tombent pas d’accord, généralement à cause de points de détail. Pour classer les diverses informations réunies sur la nature de la noblesse et l’ancienneté de jouissance, il m’a paru souhaitable de m’inspirer des cadres juridiques propres à la société d’ordre et d’introduire des nuances liées à la possibilité donnée à une famille noble d’obtenir des privilèges.

18On peut appeler noble de race tout noble qui peut prouver qu’il descend par les hommes d’une famille qui a toujours joui des privilèges de noblesse, sans qu’on puisse découvrir un acte d’anoblissement ou un acte prouvant la roture. Ce sont généralement tes généalogistes du Roi, la dynastie des Hozier ou le généalogiste des ordres, le dernier fut Cherin, qui opposent leur propre interprétation aux prétentions des familles. Ce sont les Chambres des Comptes qui reconnaissent et enregistrent les reconnaissances de noblesse qui fixent et le statut et l’ancienneté de jouissance des statuts. J. Meyer a utilisé spécialement cette source pour l’étude de la Noblesse Bretonne.

  • (9) P. DURYE – F. BLUCHE, L’anoblissement par charge, 2 vol., Paris, 1958.

19Mais, à l’intérieur même de cette noblesse de race, on peut tracer des distinctions fondées sur la date à laquelle les documents officiels fixent l’origine d’une famille. On peut retenir deux dates comme caractéristiques : 1400, 1560. Jouir du privilège de noblesse avant 1400 est la condition mise par les règlements royaux à la réception aux honneurs de la Cour, pour ne recevoir que les descendants d’une noblesse ancienne et authentique (9). La date de 1560 marque le terme des preuves à présenter aux commissaires du Roi, lors de l’enquête de 1666. La jurisprudence royale exige de tout noble, faisant ses preuves après la grande Recherche de 1666 et voulant se faire reconnaître noble de race, qu’il établisse ses preuves à partir de 1560 ; c’était fixer une date précise et non plus, selon la tradition, une durée : cent ans de jouissance de privilèges nobles. Un noble sortant de sa province en 1789 et désirant se faire reconnaître noble de race, doit prouver 229 ans de jouissance du statut noble sans contestation. Le résultat des démarches est une lettre de maintenue de noblesse. La procédure est, le plus souvent, déclenchée pour une cause fiscale : l’assujetissement aux tailles. Ce moyen était le seul qui restait aux roturiers pour s’agréger insensiblement à la noblesse de race en surprenant la vigilance des généalogistes au service du Roi, ce qui était loin d’être facile. On distingue ainsi à l’intérieur de la noblesse de race trois catégories : les familles qui prouvent leur noblesse antérieurement à 1400, celles qui prouvent à une date allant de 1400 à 1560, celles qui prouvent leur noblesse depuis 1560, mais après l’enquête de 1666.

20On classera dans la catégorie des anoblis tout noble entré dans le second ordre à la suite de la publication d’un acte royal, la lettre d’anoblissement, et de son enregistrement en Cour des Comptes et Cour des Aides. C’est à propos de cette catégorie qu’il est bon de rappeler que toute analyse sociale doit se fonder sur l’étude d’un groupe homogène et cohérent. Par conséquent, on peut choisir une date précise à laquelle on établit la liste des membres du groupe. L’étude d’une noblesse régionale, par exemple, peut se faire à deux moments privilégiés : 1666, la grande Enquête, 1789, la convocation de "tous les nobles tenant fief". L’étude d’un groupe spécifique comme un chapitre ecclésiastique, l’épiscopat de l’Ancienne France, les sous-lieutenants de l’armée royale, doit prendre pour base une date précise, puis, en étude régressive, la date d’entrée dans le groupe : élection dans un chapitre, nomination d’un évêque, brevet d’un officier militaire. C’est en effet en fonction d’une date précise concernant un individu que l’on peut préciser les diverses catégories d’anoblis que l’on distingue par un écart trentenaire : un famille anoblie depuis moins de trente ans au moment de la nomination d’un évêque, par exemple, était roturière au moment de sa naissance, une famille anoblie entre quarante et soixante ans avant la nomination épiscopale l’avait été dans la personne du père ou du grand-père à la fin de sa vie. Dans la catégorie de soixante à quatre vingts ans de noblesse, on rencontre les anoblis depuis environ trois générations, terme que l’on fixe normalement pour estimer que l’intégration à la noblesse est complète. Au-delà de quatre vingt dix ans, on peut progresser de soixante en soixante ans, le début de l’anoblissement étant suffisamment éloigné pour que l’assimilation soit complète et permette l’accès à certains corps nobles, comme les Pages du Roi. La dernière catégorie est celle des anoblis depuis plus de deux cent dix ans à la date de la nomination à un évéché ; il paraît bien que, dans cette catégorie, l’anoblissement soit plus ou moins oublié ; la famille peut participer à toutes les faveurs ou distinctions accordées aux nobles, excepté celle des honneurs de Cour, à moins d’une autorisation expresse du Roi.

21A titre d’exemple, le classement des familles des 130 évêques de la génération de 1789 entre ces diverses catégories montre que 99 appartiennent à ta noblesse de race et 25 aux anoblis, que trois familles ont un statut douteux, que pour deux familles il est impossible de se prononcer et qu’une famille seulement est, nettement et sans ambiguïté, roturière.

  • (10) M. PERONNET, Les évêques de l’Ancienne France, I, p. 155 à 162.
    N.B. Toute la fin de l’étude est fon (...)

22Il est impossible, faute d’informations, de fixer le statut juridique de deux de ces familles : les Mercy et les Du Mouchet de Villedieu. Elles sont donc classées comme indéterminées. Sur les Du Mouchet de Villedieu, les notices biographiques sont très succinctes ; on ne trouve que quelques lignes dans l’ouvrage du P.A. Jean et dans celui de Fisquet consacré à l’évéché de Digne. Le seul renseignement apporté par Fisquet, d’après l’acte de décès de l’évêque intervenu en 1823, est le nom de sa mère : Gattepied de Servière (10). Sur Mercy, rien dans les notices biographiques de Jean ou de Tressay ne permet d’éclaircir la question des origines familiales. Les ouvrages généalogiques restent muets sur la famille Du Mouchet et la famille Gattepied. Aucune notice ne figure au Cabinet des Titres. Dans l’état actuel des recherches, il est impossible de conclure à l’appartenance à la roture, mais on peut penser qu’elle est possible, A propos de Mercy, on ignore même le nom de sa mère. Aucun ouvrage généalogique, aucune notice ne permet de tracer les origines de cette famille. Il est possible qu’elle se rattache à une vieille famille lorraine assez connue après passage d’une de ses branches en Autriche : les Mercy-Argenteau. Le seul lien ténu avec cette famille dont on connait la généalogie est l’emploi assez fréquent du double prénom Charles-Isidore, qui est aussi celui de l’évêque.

23Deux familles ont été considérées comme probablement nobles ou anoblies, parce qu’il n’a pas été possible d’établir la filiation noble ou de trouver l’acte d’anoblissement. Il s’agit des familles Malide et Plan des Augiers. Le père de l’évêque d’Avranches, Malide, était brigadier et capitaine des Gardes Françaises ; il s’était allié à Elisabeth Prondre, qui appartenait au milieu de la Robe parisienne, puisque son père était Président de la Chambre des Comptes. Toute la famille maternelle de l’évêque tenait à ce milieu robin parisien et avait été anoblie par charge. Sur les Malide, par contre, il n’a pas été possible de retrouver de documents précis. Les dictionnaires ne font mention de cette famille que pour le mariage d’une Malide avec un Cossé-Brissac en 1795. L’Armorial général de 1696 indique des Malide dans la région bordelaise, avec le titre d’écuyer ; c’est sur ces bases que j’ai classé Malide dans les "probablement nobles".

24La famille Plan des Augiers n’apparaît guère avant le XVIII° siècle ; le père de l’évêque est trésorier général de France à Aix -donc anobli par cette charge s’il ne l’était déjà. C’est son mariage avec Suzanne d’Hugues, appartenant à une très ancienne famille provençale de noblesse de race, qui permet sans doute à Georges Alexis de devenir évêque de Die, tandis que son aîné devient conseiller au Parlement de Dauphiné et est, en 1760, nommé Marquis de Sieyès par le Roi ; les deux fils du conseiller deviennent maîtres de camp. On rencontre, à propos de cette famille, un des processus de mobilité juridique -donc sociale- des XVII° et XVIII° siècles. Les membres d’une famille s’enrichissent et obtiennent des charges financières aussi lucratives qu’anoblissantes, puis exercent des charges de Cour souveraine à la seconde génération et parviennent aux grades militaires à la troisième. L’armée paraissait le demier échelon à franchir pour être reconnu pleinement noble par l’opinion. C’est l’absence de tout acte d’anoblissement daté qui oblige à ranger la famille Plan dans la catégorie des "probablement anoblis", malgré l’exercice de la charge anoblissante de Trésorier de France par le père de l’évêque.

25La famille Le Quien de la Neufville est aux confins de la roture et de la noblesse. En d’autres termes, elle est juridiquement roturière, mais elle affiche avec assurance des prétentions nobles. Au Cabinet des Titres, dans la série du Nouveau d’Hozier, on trouve une demande de maintenue de noblesse faite vers 1750 par Jacques Le Quien, oncle de l’évêque, brigadier des armées du Roi depuis 1744, dans laquelle il expose que son père a égaré tous les titres de la famille, que cette famille est "noble et ancienne", en foi de quoi il demande un arrêt de maintien avec dispense de titres. Le père de ce Jacques Le Quien, le grand-père maternel de l’évêque, avait assez bien réussi : ancien officier aux gardes françaises, avocat général en Cour des Monnaies, directeur des Postes en Flandre, il s’était établi au Portugal et "avait été reçu officier de l’Ordre du Christ, après une enquête secrète qui l’avait déclaré Hidalgo". A l’appui de sa demande, le brigadier exhibait quelques titres prouvant une haute ancienneté. Malheureusement, le généalogiste remarquait et précisait que, sur un titre de 1637, acte de location d’une maison à Rudolf Maximilien de Saxe par Pierre Le Quien "écuyer et noble", il fallait lire, à la place des mots "écuyer et noble" celui de "honorable", titulature indiquant la roture, ce mot avait été rayé pour faire place à la titulature noble. Le père de l’évêque avait suivi les traces du grand-père dans l’administration des Postes où il avait été directeur en Flandre, puis en Guyenne ; il avait épousé Anne de Vuez, fille d’Arnold Vuez, "peintre de l’Académie", fixé à Lille. La famille Le Quien désirait concrétiser sa réussite par la noblesse ; rien ne prouve qu’elle ait réussi ; c’est pourquoi il a semblé logique de la classer comme "en cours d’agrégation".

26Vingt cinq familles sont entrées dans le second ordre par un acte du pouvoir souverain : l’anoblissement. Près de la moitié, soit onze familles, jouit depuis plus de deux siècles de privilèges nobles, c’est à dire qu’elles prouvent leur noblesse depuis les alentours du milieu du XVI° siècle, voire depuis plus longtemps. Six de ces familles obtinrent les honneurs de Cour, réservés en principe aux nobles de races. C’est parmi ces onze familles anoblies depuis plus de deux cents ans que l’on trouve celles qui prétendent se donner de prestigieuses origines chevaleresques. Elles sont cinq dans ce cas. Les Des Michels, établis en Provence au XV° siècle, anoblis par le Duc de Calabre en 1456 maintenus dans leur noblesse en 1667, prétendaient -dans un mémoire envoyé à La Chesnaye des Bois- que l’acte de 1456 n’était qu’une reconnaissance de noblesse et non un anoblissement. Les Du Tillet avaient été anoblis par Lettres Patentes en 1484. Depuis le XVII° siècle, ils essayent de faire reconnaître une origine chevaleresque, sans aucun succès d’ailleurs, puisque Chérin écrit : "Un fait aussi constant et aussi connu qu’un anoblissement semblait devoir fixer à jamais, à cette époque, le principe de la noblesse de Mrs Du Tillet, cependant, ils ont fait en différents temps des tentatives pour passer dans l’Ordre de l’Ancienne Noblesse". Les Jouffroy-Goussans, anoblis par le Duc de Bourgogne en 1444, tentent eux aussi de se faire reconnaître comme d’ancienne noblesse : "L’Abbé de Jouffroy avait tenté de prouver la noblesse de sa famille depuis 1347... il avait produit ses titres au Cabinet de l’Ordre du Saint-Esprit au mois de Décembre 1772 ; voyant qu’on été (sic) décidé à en orner la véritable origine de sa famille, il les retira sans en laisser prendre copie". Même tentative chez les La Croix de Castries, anoblis par charge en 1487, chez les Machault anoblis par charge en 1523. Le ton agressif du Garde des Sceaux provoque cette remarque de d’Hozier, généralement plus complaisant : "... il me traite de haut, alors que sa noblesse vaut la mienne". Les Suffren, anoblis en 1557, prétendaient se rattacher aux très nobles et très anciens Suffreni de Lucques. Chérin, dans une note envoyée au Comte de Maurepas en Mai 1779, fait justice de ses prétentions : "Un fait aussi public et aussi avéré qu’une lettre d’anoblissement enregistrée au Parlement de Provence, citée dans l’Histoire de Provence par Nostradamus, produite en 1667 pour les recherches en 1685 à la Chambre des Comptes, imprimée dans un mémoire fait en 1755 par le Chapitre de Saint-Victor, contre les preuves de M. l’Abbé de Suffren, aujourd’hui évêque de Sisteron..., semblait avoir être à jamais pour cette famille l’espoir et les moyens de se donner une noblesse d’extraction... cependant... M. le Comte de Suffren a produit... au Cabinet de l’Ordre du Saint-Esprit... des actes qui le faisaient venir de Lucques... et remontaient sa filiation avec qualification et alliances nobles à l’année 1389. On lui a dit franchement qu’à la simple lecture, le premier de ces actes portait des caractères marqués de suppositions".

27On peut voir que toutes ces familles avaient de très solides prétentions, exerçaient de très hautes charges dans l’Etat et ne se distinguaient que peu de l’ancienne noblesse du royaume. On peut supposer que le réglement des honneurs de Cour, en 1756, exigeant des preuves antérieures à 1400 et écartant les anoblis, est à l’origine des prétentions de ces familles. Elles désiraient obtenir le degré ultime de la réussite : l’accès aux honneurs de Cour, sans dispense du Roi.

28 Avec les cinq familles anoblies depuis cent cinquante ans au moins, on rencontre le même type de familles que celui des familles anoblies depuis plus de deux cent dix ans. Toutes ces familles d’ailleurs étaient proches de cette durée de noblesse : les Amelot étaient anoblis par charge au Parlement de Paris depuis 1580, les Cambon par charge du Parlement de Toulouse depuis 1592 ; les Godart par charge de la Chambre des Comptes de Rouen depuis 1587 ; les Letonnelier de Breteuil avaient acquis la noblesse grâce à la charge de secrétaire du Roi, la fameuse "savonnette à vilain" depuis 1572, et les Lomenie par le même procédé depuis 1552.

29Deux familles seulement sont anoblies au XVII° siècle : les Barral, par Lettres Patentes en 1643, et les Couet du Vivier de Lorry, maintenus dans la noblesse en 1675. Les Barral avaient déposé leurs titres devant les généalogistes, notamment les lettres de noblesse accordées à Gaspard, maître des Requêtes de la Reine-mère. Malgré cet acte précis, ils prétendaient, eux aussi, à une haute ancienneté. Les Couet du Vivier de Lorry sont originaires de Touraine ; ils viennent à Paris au milieu du XVI° siècle avec une charge de maître des Requêtes de l’Hôtel de la Reine. La famille se disperse pendant les guerres de religion, une partie restant catholique et se fixant en Normandie, une autre partie devenue protestante se fixant à Metz, c’est de ce rameau qu’est issu l’évêque. En 1674, les Couet sont déclarés roturiers faute de titres, mais ils sont rétablis nobles par un arrêt de Conseil de 1675 ; en 1697, ils obtiennent un arrêt de maintenue de l’Intendant de Metz. Il est, dans ces conditions, difficile de fixer avec précision la date d’accès au second ordre. Il semble que l’on se trouve en face d’un cas d’agrégation à la noblesse. Issu de Philibert, maître des Requêtes de Catherine de Médicis, Jacques, avocat au Parlement de Paris, devient à Bâle ministre protestant et est appelé comme aumonier par Henri IV en 1590. Son fils est docteur en médecine et devient médecin du Roi ; son petit-fils, avocat à Metz, achève sa carrière comme capitaine de cavalerie. Dès lors, pendant deux générations, les Couet sont soldats. La réussite de la famille paraît liée à deux charges de Cour : aumonier protestant auprès de Henri IV, médecin du Roi auprès de Louis XIII. Philibert, en tout cas, n’était pas noble : l’acte de mariage de son fils a été falsifié. Le texte primitif était : "Philibert en son vivant", le généalogiste remarque : "les deux mots, "en son" ont été grattés, on a voulu en faire celui "d’écuyer". Le titre d’écuyer est porté régulièrement cette fois-ci à partir de Jacques.

30Quatre familles représentent les anoblis récents. Les Chaumont de la Galaisière doivent une extraordinaire progression sociale à leur réussite matérielle. Antoine Chaumont est né en 1671 à Namur ; il s’établit courtier en grains et. épouse une courtière en dentelles : Catherine Bare. Leur affaire est assez florissante pour leur permettre de prêter au Roi de France, Louis XIV, quatre millions de livres. Ils continuent à placer de l’argent en France pendant le "système". En juin 1720, la famille Chaumont s’établit en France ; Antoine reçoit des lettres de naturalisation et achète une charge de secrétaire du Roi premier pas vers la noblesse ; il acquiert, par ailleurs, la Galaisière, le marquisat de Gal et le comté de Mareil. La réussite des garçons d’Antoine est exemplaire : l’ainé, Antoine-Martin, devient intendant de Lorraine et Chancelier du Duc Stanislas, il épouse Elisabeth Orry, la soeur du Contrôleur des Finances. Les puinés et cadets sont Intendant du Limousin, Lieutenant Général, abbés richement pourvus de grosses abbayes. C’est du mariage d’Antoine-Martin et d’Elisabeth Orry qu’est issu l’évêque de Saint-Dié.

31Il y a peu de choses à dire des nobles de race. On soulignera l’importance de cette catégorie dans le recrutement social des évêques puisqu’elle fournit 60 % du corps, rien que pour les nobles qui pouvaient prétendre aux honneurs de Cour, c’est-à-dire ceux qui prouvent une noblesse antérieure à 1400 et 70 % du corps en y comprenant ceux qui prouvaient une noblesse de race prouvée avant la date de 1560.

32La famille Bausset – qui fournit deux évêques – est reçue aux honneurs de Cour en 1754 et en 1776. Il n’empêche que les généalogistes des Ordres du Roi sont réticents : "Si elle est ancienne, elle a dérogé au XVI° siècle, écrit Baujon qui ajoute "qu’elle a peu de service depuis le XVII° siècle". Un mémoire, retrouvé dans la série Pièces originales, va plus loin et précise qu’il s’agirait de marchands d’Aubagne qui auraient fait fortune, auraient acheté la seigneurie de Roquefort et se seraient agrégés à la noblesse par un gentilhomme ordinaire du Roi Charles IX.

33Il a fallu, en outre, classer deux familles : les Leyssin et les Chabot dans cette catégorie de noblesse antérieure à 1400, tout en conservant de sérieux doutes. Les Chabot vivent en Poitou, ne paraissent pas avoir fait parler d’eux. Les documents généalogiques réunis sur eux ne montrent au XVII° et au XVIII° siècles, ni de grands services, ni de grandes alliances. Leur grande préoccupation est de prouver leur parenté avec la grande famille des Chabot, alliée aux Rohan ; l’abbé Chabot – le futur évêque de Saint-Claude – s’y intéresse fort et dépose titres sur titres, mémoires sur mémoires, mais il manque des titres et des actes pour prouver la filiation de ces Chabot-Chezeaux avec les Chabot-Rohan, notamment ceux qui prouvent ta jonction des deux maisons et ceux de la première génération suivant la séparation des deux branches, qui se serait produite vers le début du XV° siècle. L’abbé écrivait : "mon but serait de savoir qui est le père et l’aïeul de Louis". Ce Louis vivait au milieu du XV° siècle. La noblesse de cette maison ne saurait être mise en doute, mais son rattachement à la célèbre maison féodale, et par là son ancienneté, soulèvent des réserves bien que Chérin ait accepté de dresser un mémoire reproduisant cette généalogie à laquelle il manque deux degrés prouvés les plus importants : ceux de la jonction avec la famille féodale.

34La famille dauphinoise des Leyssin peut être classée dans la noblesse de race faisant ses preuves avant 1400, car un jugement de la Chambre des Comptes du Dauphiné, obtenu le 12 juillet 1769, lui accorde une ancienneté prouvée remontant à 1381. Il existe cependant un acte d’anoblissement par le Dauphin Louis en 1446, mais dans lequel il est dit que "celui que ce Prince anoblissait était, en quelque manière, descendu de parents nobles". En 1773, un mémoire est dressé par Chérin pour obtenir les honneurs de Cour ; il ne paraît pas avoir produit l’effet souhaité, mais l’archevêque de Vienne peut écrire à Chérin, le 6 mai 1776 : "le mémoire... a été envoyé au feu Roi en 1773, si les parents de la personne que doit épouser ma nièce vont chez vous le demander, vous pourrez leur dire le fait". En mai 1789, nouvelle demande pour obtenir les honneurs de Cour ; le duc de Richelieu demande la communication du mémoire pour le présenter au Roi. Il est fort possible que les Leyssin aient été anoblis en 1446, mais le jugement de la Cour des Comptes coupe court à toute polémique : juridiquement, les Leyssin sont reconnus d’ancienne extraction sur titre de 1381.

35Deux familles provençales ont été classées dans la catégorie des nobles établissant leurs preuves après la Grande Recherche de 1666 et ne les remontant pas jusqu’en 1560. Les Pisani de la Gaude n’apparaîssent en pleine lumière qu’après 1701, date à laquelle l’arrière grand-père de l’évêque apparaît comme Trésorier général de France à Aix, charge que l’on sait anoblissante. Ils se prétendaient, par ailleurs, nobles de race, d’origine italienne, venus en France au XV° siècle. La famille des Roux Bonneval prétend à la même origine italienne ; ils obtiennent en 1732 un arrêt de confirmation de noblesse, puis, en 1796, un arrêt de la Chambre Royale de Sicile reconnaissant leur lien avec les Ruffo de Calabre et leur donnant une filiation prouvée de 1325. Ils avaient réussi à faire entrer en 1776 un garçon à l’Ecole militaire. Il semble que les Roux aient suivi la voie de l’agrégation à la noblesse consistant à obtenir des reconnaissances de noblesse ou des lettres de réhabilitation plutôt que des lettres d’anoblissement auxquelles ils pouvaient prétendre dès 1694 pour une charge au Parlement de Provence ; cette voie préservait l’avenir, évitait de fonder la noblesse par un acte précis d’anoblissement et permettait éventuellement de prétendre par la suite à une très haute ancienneté.

36Cette étude des catégories de noblesse et de l’ancienneté des familles des évêques en 1789, montre une prépondérance écrasante de la noblesse de race : 99 évêques prouvent une noblesse sans trace d’anoblissement antérieurement à 1560, dont 85 antérieurement à 1400. Parmi les anoblis dominent les anoblis anciens, jouissant depuis plus de deux siècles des privilèges nobles : 12 sur 25 anoblis. La part des anoblis récents est faible : 6 sur 130 ; celle des roturiers encore plus faible : 1 sur 130, auxquels, cependant, on peut ajouter le cas de Le Quien, roturier semble-t-il en passe de s’agréger à la noblesse. Si, contrairement à ce qu’on a toujours écrit, il y a au moins un roturier, sinon deux dans l’épiscopat leur importance est minime et il permet d’écrire que l’épiscopat se recrute principalement dans des familles de race ancienne.

37La noblesse en France se transmettait par tes mâles, d’où l’importance des généalogies paternelles, mais une étude sociale ne saurait se limiter à ce seul aspect. Les familles maternelles jouent un rôle dans l’avenir des jeunes, au moins aussi important que les familles paternelles. D’autre part, l’étude des combinaisons réalisées par les mariages montre si le milieu étudié se replie sur lui-même ou bien s’ouvre sur d’autres milieux et permet d’essayer de déterminer si les critères de catégories de noblesse ou d’ancienneté de noblesse jouent un rôle important dans les unions contractées et, au-delà, si leur rôle est important dans la société d’Ancien Régime. Du côté maternel, les évêques de 1789 tiennent à des familles dont le statut juridique est beaucoup moins prestigieux que celui de leur famille paternelle. En effet, on ne trouve plus que 54 familles de noblesse de race, dont 46 seulement établissent des preuves antérieures à 1400. On trouve, en revanche, 38 familles d’anoblis, la plupart d’anoblis récents. Les familles maternelles apparaissent moins souvent dans les documents conservés, preuve de leur manque d’illustration : 17 familles parmi les "inconnus" et 15 familles dans la catégorie de "probablement nobles ou anoblis", faute de preuves suffisantes. Par exemple, Pierre Godart épouse Hélène Le Pelletier ; aucune des généalogies des multiples Le Pelletier n’aboutit à Hélène. Il apparaît, d’après les documents du Cabinet des Titres, que la famille Le Pelletier de Saint-Gervais serait la branche aînée des Le Pelletier, du Parlement de Paris ; or, Hélène est donnée comme étant de la branche Saint-Gervais et qui plus est la dernière de cette branche. Il paraît probable qu’il y a un lien avec les Le Pelletier de Rosambo, mais aucune généalogie ne le prouve. En d’autres termes, dans cette catégorie des "probablement nobles" et "probablement anoblis", on a rangé des familles pour lesquelles les preuves généalogiques de filiation étaient insuffisantes pour apporter une certitude totale.

38Le classement social retenu finalement pour l’étude de la noblesse dans la longue durée repose d’abord sur le clivage juridique entre nobles et roturiers, puis sur le clivage entre noble de race et anobli. On a vu qu’il fallait prendre en compte l’ancienneté de jouissance des privilèges d’une maison au moment choisi par l’historien pour enquête sociale. Il me semble indispensable de conserver les critères d’entrée dans le second ordre par "race" ou par "anoblissement" et de réserver ces mots, le premier à la noblesse héréditaire, le second aux nobles par décision royale. Le cas des agrégés à la noblesse est, sans doute, facile à résoudre : survivants en 1666, ils peuvent prouver qu’ils jouissent d’un statut noble en 1560 et personne ne peut leur opposer une preuve d’acte de roture, ils sont, dès lors, reconnus comme nobles de race, sur confirmation par les commissaires du Roi, d’où l’importance de cette catégorie des nobles de race prouvant entre 1400 et 1560 : c’est là qu’on trouvera les mécanismes d’agrégation. Disparus en 1666, ils deviennent l’objet d’études régressives minutieuses permettant de préciser le mécanisme d’agrégation à la noblesse. Dans aucun des deux cas, il n’y aura lieu de parler d’anoblis. Il faut souhaiter que ce terme soit strictement réservé aux nobles qui sont entrés dans le second ordre par charges, offices, fonctions municipales ou lettres royales, c’est-à-dire aux nobles qui ont été d’abord roturiers avant d’être faits nobles par le Roi. C’est surtout pour eux que L’ancienneté de jouissance des privilèges nobles a de l’importance, et qu’il est nécessaire d’établir la durée écoulée entre le de cujus et l’acte d’anoblissement. Cette durée liée à celui d’une génération, trente ans, est applicable à tous les moments de l’histoire et devient un critère d’analyse en durée séculaire.

Notes

(1) Voir M. PERONNET, Pour un renouveau des études biographiques : approches méthodiques. Actes du Congrès National des Sociétés Savantes, Rennes, 1966, Paris, Bibliothèque Nationale, 1969. Généalogie et histoire : approches méthodiques. Revue historique 1968. Dreux en 1696. Bulletin des sociétés archéologiques d’Eure et Loir. Chroniques 1968. Les évêques de l’Ancienne France (1516-1792). 2 vol. Lille-Paris 1977, spécialement les chapitres 1 – 2 – 3 de l’annexe.

(2) Mises au point de Ph. CONTAMINE, La noblesse au Moyen Age, Paris, 1976 ; J. MEYER, Noblesse et pouvoirs dans l’Europe d’Ancien Régime, Paris, 1973 ; J. P. LABATUT, Noblesse européennes (fin XV° – fin XVIII° siècle), Paris, 1978 ; M. ORLEA, La noblesse aux Etats Généraux 1576-1588, Paris, 1980 ; G. HUPPERT, Bourgeois et Gentilshommes : la réussite sociale en France au XVI° siècle, Paris, 1983 (traduction d’un ouvrage publié en anglais, Chicago, 1977).

(3) Dictionnaire de l’Académie, 2 volumes in 4°, Nîmes, 1786. Il s’agit du texte de l’édition in folio de l’Académie publié à Paris, en 1762 et et réédité en 2 volumes in 4° à Nîmes, en 1765. L’éditeur de l’édition en 2 vol. in 4° à Nîmes, précise qu’il a suivi le texte d’Avignon et qu’il a confronté ce texte à l’édition de l’Académie de 1762, (en 1786).

(4) A. JOUANNA, L’idée de race en France au XVI° siècle, 3 volumes, Paris, Lille, 1976. Voir l’introduction.

(5) Traité de la noblesse suivant les préjugés rendus par les Commissaires députés pour la vérification des titres de la noblesse en Provence. Avec la déclaration de Sa Majesté. Arrest et réglement du Conseil sur le fait de la dite vérification, in 12°. s.l. MDCLXIX (pagination de 1 à 188, un feuillet de 16 pages comprend la page de titre, l’Epistre aux nobles de Provence, signée Belleguise, 8 pages de Table des Matières et enfin le Privilège du Roi.)
L’Epistre de Belleguise indique te but poursuivi : "... Il s’agit... des règles qu’on a suivi pour vous distinguer des roturiers...". Ce dessein, essentiellement pratique, permet à l’historien d’examiner ces règles et d’en tirer les définitions concernant le statut juridique des nobles en 1666.

(6) L.N. H. CHERIN, Abrégé chronologique d’édits, déclarations, réglements, arrêts et lettres patentes des Rois de France de la troisième race concernant le fait de noblesse, Paris, 1788, réimpression avec introduction de P. Durye. Paris, 1974.

(7) Id. Ibid, p. 33 (Saint-Michel), p. 58 (Saint-Esprit), p. 58, 193, 354 (généalogiste des ordres), p. 91, 92 (juge d’armes).
L’introduction de P. Durye précise le rôle des généalogistes des ordres (Chérin à la fin du XVIII° siècle) et des juges d’armes (d’Hozier). Ce sont leurs fonds qui constituent l’essentiel du Cabinet des Titres de la Bibliothèque Nationale.

(8) F. BLUCHE, L’origine des magistrats du Parlement de Paris, Paris, 1956.
Les honneurs de la Cour, 2 volumes, Paris, 1957.
Les pages de la Grande Ecurie, 3 volumes, Paris, 1966.
Les magistrats de la Cour des Monnaies de Paris, Paris, 1966.
Les magistrats du Grand Conseil au XVIII° siècle, Paris, 1966.

(9) P. DURYE – F. BLUCHE, L’anoblissement par charge, 2 vol., Paris, 1958.

(10) M. PERONNET, Les évêques de l’Ancienne France, I, p. 155 à 162.
N.B. Toute la fin de l’étude est fondée sur ce travail. Tous les exemples sont extraits de cet ouvrage.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search