Version classiqueVersion mobile

L’anoblissement en France, xve-xviiie siècles

 | 
Centre de Recherches sur les Origines de l’Europe Moderne

La famille perigourdine des la Bermondie marquis d’Auberoche (xv° -xvii° siècles)

Jean Valette

Texte intégral

  • 1 Dordogne, com. de Fanlac, c. de Montignac, arr. de Sarlat.
  • 2 A.D. Dordogne, B 1173, pièce 33.

1Le 31 juillet 1675, mourait en son château d’Auberoche 1haut et puissant seigneur Joseph de La Belmondie, marquis d’Auberoche. Son fils Marc Antoine, "chevallier, seigneur marquis de Planié, Auborroche et autres places", qui résidait à Paris lors du décès de son père, retournait en Périgord à l’annonce de cette nouvelle et par requête du 26 septembre présentée à François de Gérard, lieutenant général au siège présidial de Sarlat, demandait "pour la conservation des ces droicts et hypothèques" qu’il soit procédé à l’inventaire des biens délaissés par son père. Cet inventaire, dressé par de Gérard les 2, 3 et 4 octobre, est conservé aux Archives départementales de la Dordogne 2.

  • 3 Dont l’inventaire des 2, 3 et 4 octobre 1675 nous donne une remarquable et très précise description
  • 4 A.D. Dordogne, 2 E 1819 (19). Ce dossier est très largement postérieur à la période qui nous intére (...)
  • 5 Le comte de Saint-Saud ne cite un Bermondie que dans son Essai sur la deuxième recherche de la nobl (...)
  • 6 cf. infra.

2Cette pièce nous parait particulièrement intéressante à étudier. Nous ne connaissons en effet que très peu de choses sur le château d’Auberoche 3et sa seigneurie 4, et pratiquement rien sur la famille de La Bermondie. Cette famille n’apparaît pas en effet dans les importants travaux consacrés par le comte Arlot de Saint-Saud à la noblesse de Périgord 5, ni dans les multiples dictionnaires de la noblesse et les armoriaux existants. Notre texte, qui contient l’inventaire des titres trouvés à Auberoche 6, permet sur ce point de combler une importante lacune, du XV° au XVII° siècle.

La famille de la Bermondie

3Les titres analysés dans l’inventaire permettent en effet d’établir l’arbre généalogique suivant, de Bertrand Bermond, décédé en 1415, à Marc-Antoine de La Bermondie, qui hérite de son père en 1675.

  • 7 Il serait sur ce point intéressant d’étudier les alliances de la famille de La Bermondie.
  • 8 Les lettres patentes furent données à Poitiers le 19 janvier 1616 et enregistrées par le Parlement (...)

4Cet arbre généalogique attire quelques remarques intéressantes. En particulier sur la forme même du nom de la famille, appelée Bermond au tout début du XV° siècle, de Bermond en 1515, de La Bermondie à partir de Raymond vers 1570. Il y a là certainement preuve de l’ascension de la famille. Ascension qui ne fait aucun doute dans ta deuxième moitié du XVI° siècle 7et qui est vraisemblablement due à la notoriété acquise par Jean de La Bermondie au service d’Henri IV. Les services rendus à ce souverain ont dû être d’importance, puisqu’ils furent récompensés en 1609 par la nomination dans l’ordre de Saint-Michel, ainsi que ceux rendus sous la minorité de Louis XIII, puisque c’est en 1616 que la terre et seigneurie d’Auberoche devient vicomté et que Jean de La Bermondie devient ainsi le premier vicomte d’Auberoche 8.

  • 9 Nous connaissons un lieu-dit La Bermondie, commune de Manaurie, canton du Bugue. Est-ce là l’origin (...)

5Malgré l’importance de notre texte, de nombreux renseignements nous font encore défaut. D’où vient en particulier cette famille Bermond avec Beltrans, damoiseau, décédé en 1415 ? 9Et d’où viennent dans notre texte même, le titre de marquis accolé au nom de Marc-Antoine de la Bermondie, et cette terre de Planié qui ne parait pas périgourdine ?

Extraits de l’inventaire établi apres le décès de Joseph de la Bermondie (1675) concernant les titres et contrats.

6... Et ce faict estant allés dans la salle basse dud. chatteau led, seigneur de Planier ayant faict porté tous les papiers qui estoint dans lesd. placards et garderobes nous y aurions trouvé ceux qui s’en suivent :

  • premièrement un tiltre en parchemin en langue latine contenant inventaire faict par Peyronne Jaubert, tutrisse de noble Bernard, Elies, autre Bernard Guillaume, Hugues, Jeanne et Luce Bermondie, ses enfans et de Bertrand de Bermond, damoizeau, son espoux, du dernier apvril 1415, signé P. Deverdalont et Salle ;

  • plus un contract de mariage en latin de Hélies Bermond, damoizeau, fils de Bertrand Bermond, damoizeau, et de Peyronne Jaubert, avec Bertrande de Salaignac, dammoiselle, du séziesme septembre mille quatre cents vingt et neuf, signé Jouanet. Est scellé ;

  • plus autre contract de mariage en latin entre Raymond Bermond, damoizeau, fils de noble Hélies Bermond, avec noble Jeanne de Casnac, en dacte du 3 febvrier 1470, signé Guilhiermes de Filiparis ;

  • plus un testament en latin de Helies Bermond par lequel il institue ses héritiers Jean et Raymond Bermond, ses enfans et de dammoiselle Bertrande de Salaignac, du 15 juillet 1504, signé Trilliats ;

  • plus autre testament en latin faict par noble Raymond de Bermon, damoizeau, et Jeanne de Casnac son espouze, par lequel ils instituent leur héritier Jean de Bermond l’ayné, leur fils, du 15 may 1504, signé Bunierty ;

  • plus un contract de mariage en latin de noble Jean de Bermond, damoizeau, fils de notre Raymond de Bermond, avec demoiselle Anthoynette de La Serventi, du quatorziesme juillet 1504 ;

  • plus un testament en latin de noble Jean de Bermond par lequel il institue son héritier Raymond de Bermond, son fils, et de damoiselle Anthoynette de La Serventie, du 20 septembre 1528, signé Prade, notaire ;

  • plus un contract de mariage de noble Raymond de La Bermondie, escuyer, avec dammeselle Jeanne de Paulin, du 1° janvier 1571, signé Ni Olie, notaire ;

  • plus autre contract de mariage de François de La Bermondie de Mèle, fils de messire Jean de La Bermondie, chevallier de l’ordre du Roy, seigneur viscomte d’Auborroche, et de dame Francoisse de Mèle, avec damoiselle Suzanne de Gain de Linarde, du 23 apvril 1616, signé Grand, notaire royal ;

  • plus autre contract de mariage de Messire Joseph de La Bermondie, chevallier, seigneur viscomte d’Auborroche, fils de messire François et de dame Suzanne de Gain de Linarde, avec damoiselle Suzanne de La Roche-Aymond Sainct-Messan, du premier de may 1646, signé Girou, notaire royal ;

  • plus un codicille fais par led. feu messire François de La Bermondie, du 28 aoust 1651, signé Girou, notaire royal ;

  • plus deux procès-verbaux faicts en la cour des Requêtes du Palais à Bourdeaux et en ta sénéchaussée de Périgueux contenant l’enregistrement des provisions de chevallier de l’ordre de Saint-Michel en faveur de messire Jean de La Belmondie, viscomte d’Auborroche, le premier en dacte du 28 may mil six cens neuf, signé Hoyquest, et l’autre du 23 mars 1609, signé Tourtel, greffier ;

  • plus des lettres patantes du Roy accordées en faveur de Messire Jean de La Bermondie, chevallier, pour services rendeus à Sa Majesté portant eslation du viscomte de la terre et seignieurie d’Auborroche avec l’enregistrement des lettres faict au parlement de Bourdeaux, les lettres patantes du 19 janvier 1616 signé Louis et sur le reply par le Roy Bruslard et scellé du grand sceau et lacqs de soye et led. arrêt du 29 apvril 1617, signé Dufaule ;

  • plus un hommage rendeu au Roy à cause de lad. viscomté d’Auborroche, du 7 novembre 1667, signé Chauzay, greffier ;

  • plus deux lettres escriptes par les roys Henry IV et Louis XIII à Monsieur de la Bermondie, des 12 mars 1609 et 14 novembre 1615, l’une signée Henry et plus bas de Laumenie, et l’autre Louis et plus bas de Phélipeaux, tous lesquels susd. papiers nous aurions faict mestre en liasse et iceux faict remettre dans les susd. armoires et placards ;

  • plus un livre terrier couvert de baszanne rouge estant escript en quatre-vingt feuilliets de papier contenant diverses recognoisances et arrantemens touchant la terre d’Auborroche commansant par ses mots : Jesus Maria die nona mensis augusti anno Domini millesimo quadragentesimo sexagesimo sexto, et finissant par ses mots : Led. Tiersse a signé et ny led. assansateur ny aucun des tesmoingts pour ne scavoir de ce enquis Vigery, lesd. recognoisance et arrantemens signés Vigery, de Gland de Vallety et de divers autres des notaires ;

  • plus autre livre terrier couvert de parcemin contenant cinquante-neuf feuilliets de papier escrips commansant par ses mosts : Recognoissances pour Léonard Horlic au siège d’Auborroche. Sachent tous qu’aujourd’huy dixiesme juin 1587... et finissant par ses mosts : lequel Thibeyran et lad. recognoissante ont dict ne scavoir signé de ce requis par moy. Signé de La Belmondie et Joseph Debernard. Led. terrier signé Dupuy, notaire royal ;

  • plus un autre terrier aussy couvert de parcemin contenant diverses recognosances des tènements dépendant de la terre et seignieurie d’Auberroche escrips depuis le premier numéro jusques au numéro 203, excepté deux feuilliets qui sont numérotés 122 et 123, estans en blancs, et depuis le feuilliet 203 jusques au feuilliet 221 jusques au feuilliet 287 sont tous escrips, excepté cinq feuilliets et demy qui sont en blanct, et depuis led. feullet 287 jusques au feulliet 314 sont aussy tous escrips, et de l’autre cotté dud. livre depuis le numéro 3 jusques au numéro 42 tous escrips, lesd. recognoissances contenue dans led terrier signées par Girou, Guibert, Besse et Faine, notaires royaux ;

  • plus un contract de vante faicte par Peyronne Lafilelie, femme de noble Pierre Millon, en faveur de noble Raymond de Belmondie d’un quarton de froment mesure de Montignac et 4 s. le tout de cens et rante phéodalle et foncière avec tous drois d’acaptement sur deux pièces de terre scituées dans la parroisse de Sargeac et dans le territoire vulguérement appellé au Chavamas confrontant au chemin publicq qu’on va de Sargeac à Sarlat ;

  • plus un quarton de seigle aussy de cens et rante féodalle et foncière sur une piesse de terre et vignes contigues scituées dans lesusd. tènement de Chavamas. Au pied dud. contract est la recognoissance faicte par les tenanciers desd. domaines en dacte du 13 juin 1461. Signé P. Lastaliadas ;

  • plus autre contract de vante de huict quartons froment, huict quartons seigle, huict quartons advoine, mesure de Montignac, et huict sols d’argent de rante faicte par noble Jean de Carbonnière en faveur de noble Anthoyne de La Bermondie sur certaines pièces de terre scituées sur le tènement appelé de Las Esplatas, parroisse de Sageac, portant recognoissance de lad. rante faicte par Jean de Meyrignac en faveur dud. seigneur de La Belmondie, du 15 mars 1482. Signé Dengiren ;

  • plus autre recognoissance faicte par noble François de Reilliau, escuyer, sr. de Palevesy, en faveur de François de La Bermondie, escuyer, seigneur dud. lieu, de certains fiefs y contenus, du 20 décembre 1602, signé A. Girou notaire royal, et collationné de feu Me Arnaud Girou, notaire royal, son père ;

  • lesquels susd. terrirs et tiltres nous aurions faict remettre dans la susd. guarderoble à deux armoires dans laquelle ensemble dans les placards nous aurions trouvé diverses lettres missives, mémoires et autres papiers de peu de conséquence que nous n’aurions pas treuvé estre nécessaire d’inventoriser.

Annexes

Annexe I

Généalogie des La Bermondie d’après D’Hozier

D’Hozier a constitué un dossier La Bermondie 10dont nous pensons utile de donner ici l’essentiel.

"De gueules à une tour d’argent à la bordure d’azur chargée de huit besans d’or"

Nous noterons :

  1. que la généalogie donnée par d’Hozier ne comporte aucune date ;

  2. qu’elle ne correspond pas avec celle que nous avons établie à partir des analyses des contrats de mariage et des testaments données dans l’inventaire ;

  3. que si elle ne correspond pas exactement, elle comporte néanmoins des points communs avec la nôtre, et cela à partir de Jean de La Bermondie, premier vicomte d’Auberoche, que nous savons être encore vivant en 1617.

Les deux généalogies sont d’accord sur le nom de sa femme, Françoise de Merle chez d’Hozier, Françoise de Mèle dans l’inventaire ; sur le nom de son fils François marié chez d’Hozier à Suzanne de Guing de Linars, dans l’inventaire à Suzanne de Gain de Linarde.

Les deux généalogies diffèrent à nouveau sur le fils de François, le Marc-Antoine que nous trouvons dans l’inventaire en qualité de fils et héritier ne se trouvant pas dans d’Hozier, ni ses soeurs Suzanne et Marie Marguerite.

Il conviendra donc de revenir ultérieurement sur cette question, lorsque de nouveaux textes le permettront.

Notes

1 Dordogne, com. de Fanlac, c. de Montignac, arr. de Sarlat.

2 A.D. Dordogne, B 1173, pièce 33.

3 Dont l’inventaire des 2, 3 et 4 octobre 1675 nous donne une remarquable et très précise description.

4 A.D. Dordogne, 2 E 1819 (19). Ce dossier est très largement postérieur à la période qui nous intéresse. Il concerne pour les années 1733-1789 la régie de la terre d’Auberoche appartenant aux Durand de Bastite. A noter qu’il ne faut pas confondre la seigneurie d’Auberoche dont il est ici question avec celle située sur la commune de Change, canton de Savignac-les-Eglises, arr. de Périgueux.

5 Le comte de Saint-Saud ne cite un Bermondie que dans son Essai sur la deuxième recherche de la noblesse dans la généralité de Bordeaux, 1698- 1718, à la p. 26 : "Bermondie d’Auberoche Jean, Sgr. de la Brande, 18 juin 1698".
"J..., descendant de Jean de La Bermondie, vicomte d’Auberoche et Sgr de La Brande, possédait le fief de La Batusserie dans la paroisse de Thonac en Périgord".

6 cf. infra.

7 Il serait sur ce point intéressant d’étudier les alliances de la famille de La Bermondie.

8 Les lettres patentes furent données à Poitiers le 19 janvier 1616 et enregistrées par le Parlement de Bordeaux le 21 avril 1617. cf. A.D. Gironde, 1 B 20, fol. 412 à 422 : "... à quoy ayant esgard et aux bons et agréables services que nostre cher et bien aimé Jean de La Bermondie, chevallier, seigneur d’Auberoche, Fanlac, nous a rendus et ses prédécesseurs aux nostres désirans icelles recoignoistre, ... ayans esté bien et duement advertis que la terre et seigneurie d’Auberoche est belle, noble, ancienne, composée de plusieurs terres, seigneuries, chastellenies, de laquelle sont tenues et mouvans plusieurs fiefs, arrières-fiefs et seigneuries, et à la très humble requeste que led. sieur de La Bermondie nous a faicte pour la décoration et honneur perpétuel de sa maison luy voulloir ériger lad. seigneurie en viscomté, scavoir faisons que nous... avons icelle terre et seigneurie d’Auberoche et autres terres qu’il a et qu’il pourra cy après acquérir et joindre à lad. terre de quelque sorte et manière que se soit, décore et décorons du nom, tiltre et dignité de viscomte d’Auberoche..."
Notons que selon l’inventaire Jean de la Bermondie serait dit vicomte d’Auberoche en 1609 lors de sa nomination dans l’ordre de Saint-Michel. Ce qui est en contradiction avec les lettres patentes du 19 janvier 1616.

9 Nous connaissons un lieu-dit La Bermondie, commune de Manaurie, canton du Bugue. Est-ce là l’origine de la famille ? Sur ce point voir l’annexe I.

10 Cabinet de d’Hozier, mss. 41 (B.N. Fonds français mss. 30922). Nous respectons l’orthographe de d’Hozier.

Auteur

Conservateur en Chef des Archives d’Aquitaine, Directeur des Archives de la Gironde –

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search