Version classiqueVersion mobile

L’anoblissement en France, xve-xviiie siècles

 | 
Centre de Recherches sur les Origines de l’Europe Moderne

Les origines de la famille Pouget de Nadaillac en Périgord et Quercy (vers 1380 – vers 1500)

Jean Lartigaut

Texte intégral

  • (1) Arch. dép. Tarn-et-Garonne, VE, 5.992, fol. 25 : Noble Jean del Bosc, en décembre 1456, (exemple pr (...)
  • (2) A.N., JJ 229, fol. 1.

1On m’avait suggéré de traiter l’anoblissement en Quercy au XV° siècle. Accepter cette offre m’exposait à remettre copie blanche. En effet, le passage à la condition noble semble bien s’y être effectué de façon à peine sensible, subrepticement, sans intervention du pouvoir royal. Cette règle générale peut comporter des exceptions. J’ai présent à l’esprit le cas d’une famille de vieille bourgeoisie du castrum de Montcuq en Bas-Quercy, les del Bosc, dont la noblesse est reconnue par les notaires autour de 1460 (1). Cela ne l’empêche pas d’obtenir ultérieurement des lettres de noblesse données à Monty-les-Tours en septembre 1492 (2). Cette précaution, cette confirmation si l’on préfère, fait penser à ce "supplément aux cérémonies du baptême" que l’on administrait en l’église paroissiale à l’enfant précédemment ondoyé à la maison. A défaut d’une impossible synthèse, je vais m’efforcer de présenter un cas concret en recherchant les véritables origines d’une famille indiscutablement importante dont "l’avènement" à la noblesse peut être fixé à la fin du XV° siècle.

  • (3) J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse (...)
  • (4) A.N., M. 508, n° 19.

2On m’excusera de revenir sur les débuts d’une famille dont j’ai donné ailleurs un bref aperçu (3). A ma décharge, l’intérêt toujours très vif que l’on accorde aux périodes de gestation ou de transition, également la notoriété et parfois les "illustrations" d’une lignée qui tint une place non négligeable en Périgord, en Quercy, dans le Haut-pays d’Auvergne et encore en Limousin. Seulement voilà ! Lors de ce qu’il est convenu d’appeler -peut-être à tort- la réaction nobiliaire, au cours des dernières décennies de l’Ancien Régime, les gentilshommes se soucièrent de leurs racines à des fins plus "alimentaires" que désintéressées. Quelques uns connurent d’heureuses surprises, d’autres, plus nombreux, estimèrent peu reluisants les premiers degrés de leur généalogie et, tel le médecin de Molière, y portèrent remède en changeant tout cela. Ce fut le cas de la branche aînée des du Pouget, les marquis de Nadaillac, qui imaginèrent de se rattacher à une famille fort mal connue du Quercy méridional, les du Pouget de Castelnau-Montratier. Milites castri ou peut-être bourgeois enrichis du XIII° siècle, on ne sait au juste, ils eurent la gloire de donner à l’Eglise un homme éminent, administrateur selon le coeur du pape Jean XXII : Bertrand du Pouget, cardinal d’Ostie (mort en 1352). Celui-ci fonda en 1321 dans l’hôtel paternel (et cela donnerait à penser qu’il était le dernier de sa race) un couvent de Clarisses qui prit le nom de Saint-Marcel du Rouget et où furent rapatriés ses os. Il y avait là beaucoup de gloire en déshérence ; les Beaumont péri gourdins, héritiers de la branche des du Pouget du Repaire, revendiquèrent le droit de patronat sur cet établissement dont ils tentèrent d’éviter la suppression au milieu du XVIII° siècle (4).

  • (5) Essai d’un armorial quercynois, Cahors et Paris, S.D., 1907, p. 94-95.
  • (6) "Nadaillac-de-Rouge et la famille du Pouget", Bulletin de la Société des Etudes du Lot (abrév. B.S. (...)
  • (7) L. Esquieu, Op. cit., planche XIII, n° 252 et 252 a, et surtout : M. et R. Merceron, "Quatre cardin (...)
  • (8) Arch. dép. Lot, F. 480. Copie par Lacabane, qui fut directeur de l’Ecole des Chartes, d’un mémoire (...)
  • (9) Dans un ordre d’idée comparable, un descendant des du Pouget, châtelain de Beynac, Christophe de Be (...)

3Bien plus près de nous, dans le sillage de L. Esquieu(5), un érudit local, H. Viers (6) a repris dernièrement la thèse du XVIII° siècle et fait descendre les du Pouget gourdonnais d’un frère du cardinal. Pourtant, la différence fondamentale des blasons (7) aurait dû constituer une première mise en garde. Surtout, dès le XVIII° siècle, l’abbé de Lespine, qui ne disposait pas d’une lampe de Wood, avait été plus clairvoyant. Une connaissance intime du milieu nobiliaire l’avait rendu méfiant. De fait, il n’eut aucun mal à décrire les truquages pratiqués par les du Pouget sur des parchemins authentiques afin de se prévaloir le plus tôt possible de la précieuse qualité noble. L’abbé explique judicieusement grattages et surcharges plus ou moins habiles. Il reconnait cependant comme satisfaisant un acte du 24 avril 1496 dans lequel Pierre du Pouget, seigneur de Nadaillac, est dit noble. En outre, il conclut en substance : on ne peut avoir deux origines : celle, véritable, produite auparavant pour une réception prestigieuse dans l’ordre du Saint-Esprit, et ta nouvelle marotte cardinalice (8). Epargnons-nous une indignation aussi vertueuse qu’anachronique, ce genre de supercherie était monnaie courante (9). Les gentilshommes payèrent à prix d’or des hommes de loi imaginatifs qui auraient fait de merveilleux romanciers. L’ennui, c’est qu’à la longue les descendants finirent par croire dur comme fer à ces balivernes. Celles-ci, du moins, témoignaient de la qualité sociale d’une famille qui avait osé soutenir de telles fables, prétentions qui eussent paru insupportables de la part de hobereaux crottés. Quant au chercheur, s’il manifeste peu d’intérêt pour l’étude des mentalités, il s’irrite de ces fausses pistes qu’il doit remonter avant de découvrir une vérité sociale obscurcie.

Les notaires de Domme

  • (10) Arch. dép. Dordogne, IVE, 47-1.
  • (11) 2° édit. Marseille, 1981, p. 161.

4En fait, nos du Pouget sont originaires du Périgord. C’est plus précisément à ta bastide royale du Mont de Domme que nous les découvrons dès la fin du XIV° siècle grâce à un acte qu’a bien voulu me signaler mon ami L.-F. Gibert. En 1386, une concession de droits de pêche consentie par Gisbert de Domme en faveur des consuls et habitants du Mont de Domme avait été retenue par Me Guillaume du Pouget, notaire royal. Ce contrat nous est parvenu sous la forme d’une grosse sur parchemin (10) transcrite par Bernard du Pouget, fils et coadjuteur du précédent. Par chance, le même document nous livre ainsi deux générations de notaires. La Clonique de Tarde nous apprend que Bernard du Rouget avait reçu en janvier 1412, sans doute 1413 (n. st.), un accord sur la réunion des églises de Caudon et de Domme en raison de la dépopulation de ces paroisses (11).

  • (12) Dont les proches descendants seront seigneurs de la moitié de Groléjac.
  • (13) Dordogne, III E.1999 (registre de Nauco), fol. 3, 6.
  • (14) Archives du château de Besse (Dordogne), grosse en parchemin.

5Bernard est qualifié de notaire royal du Mont de Domme dans le contrat de mariage de sa fille Hélène qui épouse, le 30 août 1412, Guillaume de Labroue(12). Le futur appartient à l’oligarchie gourdonnaise, tant par son père, feu Raymond, que par sa mère, Marguerite de Palot. Des témoins de ce contrat comptent parmi les principaux marchands : Raymond de Marsis et Pierre de Brolhio. On note en outre la présence du recteur de Gourdon, Jean del Castel, issu d’une famille de chevaliers devenus co-seigneurs de Vaillac, qui au soir de sa vie fut recteur du Mont de Domme, si toutefois il s’agit bien du même personnage (13). Compte tenu des malheurs du temps, la dot constituée par Bernard est mieux que décente : 300 florins d’or, plus les habits nuptiaux et une contribution de dix florins aux réjouissances du jour des noces (14),

  • (15) Arch. dép. Lot, F. 480.
  • (16) Dordogne, III E, 1999 (de Nauco), fol. 7. Ici, non plus, Bertrande n’est pas dite mère de Guillaume

6Cependant, ce contrat nous réserve quelques surprises : d’abord, il est passé à Gourdon et non à Domme, et surtout la mère de la future épouse n’est même pas nommée, sans doute est-elle décédée, mais en ce cas, il faut admettre un second mariage de Maître Bernard dont la veuve, Bertrande de Las Carras, teste te 25 avril 1440 en faveur de Guillaume du Rouget. Cet instrument n’est malheureusement connu que par une analyse de l’abbé de Lespine qui mentionne également Raymonde, fille de l’héritier universel (15). On peut rapprocher ce document de la déclaration faite le 5 avril 1446 à Me Guillaume du Pouget par un prêtre du Mont de Domme qui certifie avoir célébré cent messes pour l’âme de feue Bertrande de La Carrau, de Belvès, dont on nous rappelle que Guillaume est l’héritier (16).

  • (17) Dordogne, IV E, 49-2, fol. 52 de l’enquête de 1489.
  • (18) Sénéchaussée de Périgord au tome IV, 1954, p. 411-444.
  • (19) Dordogne, IV E, 49-1, fol. 12.
  • (20) Ibidem, fol. 3.
  • (21) Ibidem, fol. 7.
  • (22) Ibidem, fol. 32.
  • (23) Ibidem, fol. 62.
  • (24) Dordogne, IV E, 49-2 (cahier incomplet de 132 fol.).

7La documentation sur les du Pouget à Domme est peu fournie, d’abord en raison de l’étroitesse des sources mais aussi, nous le verrons bientôt, parce que la nouvelle génération s’est installée à Gourdon peu avant 1440. Déplacement à contre-courant : tandis que des laboureurs à la recherche de terres vacantes descendent la Dordogne et se fixent en Sarladais, notre juriste délaisse la bastide royale pour la petite ville quercinoise qui offre des chances de promotion sociale. A vrai dire, il serait plus exact de parler de double domicile car les séjours au Mont de Domme furent fréquents. En effet, tout en exerçant le métier de notaire dans le sillage de son père, Guillaume du Rouget, te fils de Bernard, a connu une promotion dans la hiérarchie : il fut durant quelques années lieutenant du sénéchal de Périgord et tint, à ce titre, les assises du Mont de Domme. Celles-ci duraient deux ou trois jours et avaient lieu sept fois par an (17). Certes, Dupont-Ferrier n’a pas retenu son nom dans la Gallia Regia(18) dont on sait que les listes d’officiers royaux établies d’après les sources parisiennes sont très incomplètes. Cependant la nomination ne fait pas de doute car j’ai trouvé copie des lettres de nomination par le notaire de Nauco, scriptor, comprenez greffier, de la cour du Mont de Domme. Le 1er février 1444 (1445 n. st.), alors qu’il résidait dans son château de Commarque, en Sarladais, Pons de Beynac, chevalier, seigneur de Beynac et de Commarque, chambellan du roi et sénéchal de Périgord, institua son lieutenant discret homme Guillaume du Pouget, clerc et jurisperite (19). Aux assises de l’année 1445, Guillaume se dit "commissaire, député" du sénéchal (20), lieutenant du sénéchal in sede montis Dome(21) et la même année encore vice-gérant en 1447 (22). Il a rempli ces fonctions au moins jusqu’au 6 septembre 1451 (23). Un des temps forts de cette lieutenance fut sans doute l’enquête sur les limites des châtellenies de Domme vieille et de Castelnaud-Berbiguières, vers 1450. Quarante ans plus tard, à l’occasion d’une nouvelle enquête, les témoins évoquent le lieutenant Guillaume du Pouget siégeant sur une souche, aux abords du rocher del Sautet, dans la paroisse de Cénac. Devant le représentant du roi se tiennent un puissant baron, Brandelis de Caumont, des officiers royaux, les consuls de Domme, des donzels du voisinage et "toute la vieillesse" de plusieurs juridictions appelée à témoigner (24). A vrai dire, il est permis de s’interroger sur la nature de la commission délivrée à Guillaume du Pouget, surtout en ce milieu du siècle, avant le renforcement des institutions. Davantage qu’un officier du roi, n’était-il pas un officier du sénéchal dont les fonctions expiraient en même temps que celles de l’autorité qui l’avait investi ? Or, Pons de Beynac résigne en 1452.

  • (25) Ibidem, III E, 1999 (de Nauco) et III E, 12080.
  • (26) Ibidem, III E, 12080, fol. 113
  • (27) J. Lartigaut, "Trois notes sur le Sarladais au milieu du XV° siècle". Bull. de la Soc. hist. et arc (...)

8Durant les séjours à Domme, où il paraît tantôt seul, tantôt en compagnie de son fils Bernard, Guillaume s’occupait de la gestion de son patrimoine. Par malheur. les données recueillies dans deux registres de notaire (25) ne permettent pas une vue d’ensemble de cette fortune. Au fil des actes, au hasard des confronts, on rencontre des parcelles qu’il conserve à sa main et d’autres qu’il a inféodées, dans les paroisses de Domme, Cénac, Saint-Front, Sainte-Catherine de Lestroa et jusqu’à Daglan (au moins un bon pré dans la rivière du Céou et quelques cens). En 1457, Guillaume confirme l’accensement verbal du mas de Montolieu ; en juin 1468, il inféode celui del Beusca, paroisse et juridiction de Castelnaud. En ville au Mont de Domme, il possède maisons et ayrals sans qu’il soit possible de distinguer l’ostal payrenal. Une maison, rue Saint-Pierre, fut donnée en locaterie de dix neuf ans à un prêtre par Bernard du Pouget en juin 1458. Le même mois, Maître Guillaume, qualifié jurisperite et bourgeois du Mont de Domme, consent une donation entre vifs à Noble Hélène de la Ribiera, veuve de Noble Rigon de Cugnac, de la jouissance, sa vie durant, de biens ayant appartenu à Jean de Claduech, marchand de Belvès. Il s’agit d’abord de ta moitié d’une borie située dans la rivière de Brusc, paroisse de Caudon, d’un jardin, rue saint-Pierre et de quatre ou cinq parcelles isolées dans les paroisses de Saint-Front et de Domme (26). Malgré son départ pour Gourdon, le jurisperite avait conservé la confiance de ses concitoyens : en novembre 1458, les consuls le prirent pour arbitre à la suite du procès qui avait opposé les habitants au recteur sur les coutumes de l’église paroissiale (27).

  • (28) Dordogne, 3 E, 1999 (reg. Martial de Gordo), fol. 111°°, 118°°, 151°°.

9Tout porte à croire que nos du Pouget étaient implantés de longue date sur la butte de Domme. En effet, leur nom s’inscrit dans la toponymie du XV° siècle : mas du Rouget vers Cénac, combe du Rouget au voisinage de la bastide. Surtout, on rencontre dans ces parages d’autres porteurs de ce patronyme. Bien que de condition modeste, ils appartiennent très vraisemblablement à ta même souche. Quelques actes passés entre 1479 et 1482 m’ont permis de relever tes noms d’Etienne, Jacques, Guillaume et Raymond du Rouget en compagnie de Raymonde Gasc, leur mère. Il est également question des "hoirs de Blaise du Rouget", autre manière de désigner les quatre frères ? Ces laboureurs éprouvent des difficultés à payer les rentes qu’ils doivent à Bertrand de Rouffignac, évêque de Sarlat. Celui-ci, ut privata, bien entendu, rafle tout ce qu’il peut en fait de cens et rentes dans les juridictions de Domme vieille et du Mont de Domme. Etienne du Rouget, qui semble l’aîné, en est même réduit à hypothèquer l’avenir en constituant à un Augustin de Domme une rente perpétuelle de deux salmées de vin (28).

A Gourdon

  • (29) Prenons la place de l’avocat du diable et demandons-nous s’il n’a pas existé deux Guillaume du Roug (...)
  • (30) A. Monzat, Gourdon en Quercy du milieu du XIII° siècle à la fin du XIV° siècle, (Thèse d’Ecole des (...)
  • (31) Archives du château de Fénelon appartenant à Mme la comtesse L. de Maleville, dossier n° 2 des parc (...)
  • (32) A.C. Gourdon, FF. 17, fol. 59°°, 61°°.

10Nous retrouvons (29) Guillaume du Pouget à Gourdon où il s’était fixé par mariage, à une date inconnue mais antérieure à 1440, nous l’avons dit. Comme les plus chanceux de ses contemporains, il avait épousé une héritière, Alamande de La Manhanie, dame de Nadaillac-de-Rouges et de Nabirat. Celle-ci était la dernière d’une lignée de marchands gourdonnais qui avaient fourni des consuls à leur ville dès 1288, en 1299... (30). A l’occasion, avec d’autres, ils avaient servi de banquiers à leur seigneur. Cependant l’époque du grand commerce était bien révolue lorsque se nouèrent ces deux destins. Alamande ne dut guère apporter de revenus à son mari : les profits de l’ouvroir avaient disparu et fondu les réserves d’argent. Restaient les placements fonciers de générations de marchands. Par malheur, il s’agissait surtout de tenures vacantes et de champs en friche. Aussi Guillaume continua-t-il à exercer un métier après son mariage. Il est qualifié de notaire de Gourdon dans un contrat du 6 novembre 1445(31). Par la suite, à Gourdon comme à Domme, il prend la qualité de jurisperitus. Qu’est-ce qu’un jurisperite au milieu du XV° siècle ? Ce titre a certainement moins de prestige qu’au XIII° siècle. Son contenu reste incertain et ne correspond pas nécessairement à des grades universitaires, peut-être même en masque-t-il l’absence... Pratiquement, les activités juridiques de Guillaume étaient celles qu’exercent de nos jours un avocat et un avoué. A l’occasion, comme en avril 1466, il tient à Gourdon les assises des juridictions de La Fontade et de Prouilhac en qualité de lieutenant de Me Géraud Laval, juge ordinaire de presque toutes les seigneuries du Gourdonnais (32).

  • (33) Ibidem, BB 7, fol. 60.
  • (34) Ibidem, CC 38, après fol. 25.

11Renouant avec la tradition de sa belle-famille, il apparaît sur les listes consulaires de Gourdon dès 1443 (33). Un rapide sondage nous assure qu’il fait preuve d’une belle assiduité lorsqu’il siège au conseil de la ville : il assiste à treize séances sur dix-sept au cours de l’année 1446 (34). Les activités juridiques, judiciaires et municipales laissent tout de même de grands loisirs employés à la restauration du patrimoine. Nous avons perdu la notion de ces fréquentes séances dans l’ouvroir du notaire et sur le terrain pour mettre en mémoire des contrats souvent infimes. Bien que chef de famille, Guillaume du Pouget n’assume pas l’entière gestion, son héritière de femme ne rechigne pas à la besogne et les enfants devenus majeurs suppléent parfois leurs parents.

  • (35) Qui collabora notamment au classement des archives du Capitole de Toulouse.

12Certes, nous ne pouvons prétendre à une connaissance approfondie du patrimoine d’Alamande de La Manhanie. A défaut d’archives familiales, nous avons relevé ici et là des informations de qualité inégale. Les minutiers des notaires gourdonnais ayant presque complètement disparu, nous en sommes réduits, ou peu s’en faut, à des inventaires de registres notariés confectionnés avec soin au XVIII° siècle par Hugues de Marsis, sieur de La Poussie (35). Commençons par les biens les plus proches de Gourdon. Les répertoires mentionnent quelque cent-dix contrats : accensements et reconnaissances féodales, lausimes plus rarement, concernant des parcelles éparpillées dans une soixantaine de terroirs et vingt-trois maisons en ville. En fait, leur revenu est bien modeste : 42 quartons de froment, seize de seigle, trois et demi d’avoine et, après conversion de ta monnaie de Cahors en tournois, environ huit livres en argent.

  • (36) Registre factice de la maison de Larnaudie à Dégagnac (Lot) (acte du 10. 06. 1486).
  • (37) L’importance du décor de cette tour-moulin suggère que cette construction fut aussi une résidence s (...)
  • (38) Lot, fonds Gary n° 7. Répertoire de Géraud de Valle CC.
  • (39) Dordogne, 2 E, 1802 (191).
  • (40) Archives de la famille de Marsis appartenant à Mme Desbirons, à Gourdon.

13 Un peu plus loin de la ville, au-delà de la zone des fazendas, Guillaume et Alamande disposent d’un second moulin, lo molibas, qui procure chaque année sept setiers de froment, un setier d’avoine, quatre gelines, autant de journées d’hommes (corvées), une livre de cire et trente sous sans compter la taille aux quatre cas (36). Sur la limite occidentale du finage, le ménage lève les cens de la borie située près de l’étang de Lasvals qui comprend aussi un moulin et une tour dits de La Ricardie (37), soit quatorze quartons de froment et huit d’avoine avec la "suite" (38). Tout au sud de la juridiction de Gourdon, le tènement de Malhol ou de La Béraudie inféodé en décembre 1450 leur procure trois setiers de froment, un seul d’avoine, cinq sous tournois, autant d’acapte, quatre gelines ou quatre manoeuvres (39). La borie voisine, également dite de Malhol, fut inféodée en 1463 pour un cens presque identique au précédent (40).

14A défaut d’un bilan rigoureux, indiquons un ordre de grandeur pour fixer les idées : l’ensemble des fiefs de la juridiction de Gourdon procure chaque année 156 quartons de froment, soit près de 44 hl, seize quartons de seigle et trente-cinq quartons et demi d’avoine.

  • (41) Même référence que la note 31.
  • (42) Lot, fonds Gary n° 7. Répertoire de Val le F.
  • (43) Archives du château de Fénelon, dossier n° 3 des parchemins.

15Au-delà de ta seigneurie de Gourdon, les du Rouget bénéficient encore de menus cens, aussi bien du côté de Soucirac à l’entrée du Causse de Gramat qu’à Ailhac en Sarladais. Alamande possède en 1445 le terroir de La Dama redonda, au voisinage de la Combe de La Dame, entre Calés et Payrac (41) et partage avec la chapellenie del Fermalhie les cens de la borie del Gasco et de diverses parcelles dans la paroisse de Nozac (42). En revanche, le ménage a dû vendre, avant 1474, au redoutable Jean de Salignac partie ou totalité de ses possessions dans la juridiction de la Mothe-Massaut (Lamothe-Fénelon) (43).

16Avec une pointe d’exagération, on pourrait dire que ces fiefs ne constituent que des hors d’œuvre, dans l’attente du plat de résistance : les véritables seigneuries de Nadaillac-de-Rouges et de Nabirat qu’Alamande apporta dans sa corbeille. Du point de vue prestige, cela ne fait pas de doute, mais il serait imprudent de sous-estimer le poids économique du patrimoine citadin et de la banlieue gourdonnaise.

  • (44) Dordogne, III E, 1999 (registre de Martial de Gordo), fol. 12.
  • (45) Lot, J. 678 (Mention d’un procès au parlement opposant le marquis de Nadaillac à ses tenanciers sur (...)
  • (46) Vicesinam quartam partem totius loci de Nadalhaco (Archives du château de Besse, folios arrachés à (...)

17En 1473, le curé de Nadail lac, Guillaume Fondieu, s’emploie à acheter une maison à Sarlat (44). La cura animarum ne semble pas chez lui un souci obsédant. Il est vrai que ses paroissiens ne devaient pas être bien nombreux. En effet, cette seigneurie était déserte lorsqu’elle fut réoccupée en 1450 au moyen d’un accensement collectif (45). A défaut de cet instrument que les féodistes qualifiaient de primordial, on peut faire état d’une reconnaissance féodale du 8 février 1463 (n.st.) consentie en faveur d’Alamande de La Manhanie, dame de Nadaillac, pour une pagésie, soit, en ce cas, une vingt-quatrième partie du lieu (46).

  • (47) Dordogne, 2 E, 1802 (191).

18L’autre pôle de la puissance territoriale du ménage était la seigneurie de Nabirat, cette fois en Périgord. Alamande est dite en 1458 dame de Nabirat (de Ybiraco) et de la terre et paroisse de Saint-Aubin, dans l’accensement que consent en son nom son fils Bernard des mas de Monberta et de Terrasso alias Pissa rossi contigus, paroisse de Nabirat, sous le cens de deux setiers de froment, un setier d’avoine, mesure du Mont de Domme, trente sous tournois et, pour le fouage, une paire de gelines, une livre de cire et deux manoeuvres. La taille aux quatre cas équivaut au cens en argent (47).

  • (48) Lot, fonds Gransault-Lacoste, Durfort-Boissières, liasse 1, parchemin. Antoine est âgé de 28 ans en (...)

19A ce noyau hérité des Manha, Guillaume du Rouget ajouta des fiefs qui formeront la seigneurie du Repaire. En 1466, Antoine de Durfort-Boissières obtint des lettres royaux cassant la vente faite à "un nommé Poget” par sa mère, Marguerite de Casatou, dame de Salviac et de Saint-Germain, de la basse justice jusqu’à soixante sous sur des fiefs dépendant de la baronnie de Salviac dans la paroisse de Saint-Aubin (48). Cependant les biens litigieux demeurèrent aux Du Rouget.

Formation des branches

  • (49) Archives de la famille de Marsis. Extrait du registre A. du notaire Costut, de Domme.

20Guillaume et Alamande eurent au moins quatre enfants : une fille, Raymonde, qui ne fait qu’une furtive apparition, et trois fils. L’un deux, Pierre, semble s’être d’abord destiné à l’Eglise. Etant simple clerc, il se voit conférer ta chapellenie de Leygue en l’église Saint-Pierre de Gourdon, en guise de cadeau de Noël, le 25 décembre 1469. Aucune difficulté, sa mère étant patronne de cette chapellenie (49). Il restait donc à caser deux fils : l’aîné, Bernard, tôt disparu, et le puiné, Etienne, qui est à l’origine de la branche du Repaire. Ensuite, le ménage se dissout : d’abord Guillaume dont on perd la trace après 1476, puis Alamande vers 1482 ou 3, les deux branches acquièrent alors leur pleine autonomie.

  • (50) Plusieurs paroisses situées au sud de Souillac portaient en complément ce nom de Rouges : Le Roc, M (...)
  • (51) Archives du château de Fénelon, dossier n° 2 des parchemins.
  • (52) Dordogne, III E, 1999 (reg. Martial de Gordo), fol. 56°°.

21L’aîné, comme il se doit, fut tôt associé à la gestion paternelle et nous l’avons déjà rencontré en séjour à Domme. Il semble bien avoir été apanagé du vivant de ses parents avec la seigneurie de Nadaillac. Le 18 février 1455 (n. st.), discret homme Bernard du Pouget, bourgeois de Gourdon, accense à deux habitants du Roc-de-Rouges (50), par indivis, l’entier mas de Trévals, paroisse de Nadaillac, confrontant avec les terres du seigneur de Nadaillac (régies par l’accensement collectif), celles du mas de Sestayrols, celles du seigneur de Mareuil et le ruisseau si bien nommé de Tournefeuille. Le cens est fixé à deux setiers de froment, mesure de Gourdon, dix quartons "rasiers" d’avoine, vingt sous tournois et une paire de gelines (51). En 1459, on rappelle que Pierre de Massaut, donzel de La Mothe, avait vendu quelques cens à Bernard du Pouget. Celui-ci apparaît pour la dernière fois en 1463. Etienne s’engage, en 1476, à faire ratifier un accensement par son père et par l’autre frère, Pierre. De l’aîné, il n’est plus fait mention (52).

  • (53) A.C. Gourdon, CC 7, fol. 179.
  • (54) La maison des Manha, située dans la principale rue de Gourdon, avait été partagée entre deux des fi (...)
  • (55) Lot, J. 203, fragment d’un registre d’Antoine de Marcilhac, notaire de Gourdon (1492-1494).

22Pierre, l’ancien clerc, succède à Bernard dans la seigneurie de Nadaillac. Il a son compte dans les estimes gourdonnaises de 1491. Il n’y est allivré qu’un peu plus de quatre-vingt livres (53). Devenu résolument rural, il afferme ces biens trop éloignés de sa demeure seigneuriale. Le 2 octobre 1492, au château de Nadaillac, dans la salle, Noble Pierre du Pouget, seigneur de Nadaillac, loue pour huit années à Jean Vidal, chaudronnier de Gourdon, l’ensemble de ses possessions foncières dans cette juridiction et tout d’abord sa maison de la rue du Majou qui confronte avec la volte joignant la rue de Ségur et avec la maison de Noble Etienne du Pouget, son frère (54). Le bail concerne l’entière maison, sans autre réserve qu’un ouvroir déjà affermé à Me Géraud Palot, notaire. Aux environs de la ville, le beau pré de la Condamine, une vigne dite de La Clavia au terroir de Crozols, une terre à La Poussie et une autre à Armissen. Le fermage annuel est fixé à dix-huit livres tournois, une pipe de bon vin contenant cinq charges, quatre sacs de noix rescals (sèches, raclées), sauf les années de tempêtes (les cas fortuits), auxquels s’ajoute un chaudron sorti des mains du preneur. Celui-ci promet d’engraisser la vigne dès la première année en y portant deux cents charges de fumier, de la fouir par trois fois et enfin d’y faire les provins nécessaires (55).

  • (56) La suzeraineté de "M. de Belcastel" a de quoi surprendre. Il s’agit vraisemblablement du seigneur d (...)
  • (57) En Gourdonnais, la charge équivaut au setier, soit 2,24 hl.
  • (58) Bibli. mun. Cahors, fonds Greil, n° 138, fol.148.
  • (59) Ibidem, Papiers mêlés de G. Lacoste, G. 13

23Avant de quitter la branche de Nadaillac, nous rapporterons le dénombrement que fit Pierre du Rouget en 1504. Il avoue tenir cette seigneurie de M. de Belcastel (56). Il y possède l’entière justice et, en cens, dix-huit charges (57) de froment, six d’avoine, en argent : six livres et quinze sous, 80 gelines, autant de journées de corvées, dix livres de cire, trois livres tournois pour la baylie. La réserve consiste en une borie du labourage d’une paire de boeufs rapportant cinq charges de blés, et un modeste moulin sur le Tournefeuille qui, en mixture, rapporte autant que la métairie. Une vigne de trente journaux de pré ne parvient pas à fournir l’entière provision de vin de la maison et les trois journaux de pré ne suffisent certainement pas à l’entretien des chevaux. Sur le mas de Rigal, paroisse de Gindou, dans la juridiction de Gazals, il lève un cens d’un peu plus de quatre charges de froment, deux charges d’avoine, trente sous, une livre de cire et six poulailles (58). A la même date, Pierre tient encore en hommage d’Annet de Salignac un mas, un moulin et un pré dans la juridiction de La Mothe (59).

  • (60) Lot, fonds de Valon, registre Mostolac, fol. 58°°.

24Enfin, le dernier fils de Guillaume et d’Alamande : Etienne. Bien qu’il se qualifie ordinairement de seigneur de Nabirat et du repaire de Laval, il réside douilletement dans sa bonne ville de Gourdon en son hôtel de la rue de Majou. Nous savons qu’il fut au moins une fois consul et le premier nommé, lors de l’échange des serments avec l’un des co-seigneurs, Olivier de Gourdon (Cénevières), le 7 septembre 1474 (60).

  • (61) J. Lartigaut, "Gourdon autour de 1500. Aspects économiques et sociaux d’après deux registres. d’est (...)
  • (62) Dordogne, IV E, 49 -2 -3 (Acte signalé par L.F. Gibert).
  • (63) Inventaire de la Bouriane (collection particulière), p. 41.
  • (64) Dordogne, IV E, 2 -7 (également signalé par M. Gibert).

25Etienne semble s’être taillé la part du lion dans l’héritage de ses parents. Il est pourtant difficile d’en faire l’aîné. D’abord, Bernard apparaît très tôt dans la documentation, nous L’avons rencontré à Domme dès 1455, et surtout la règle de l’alternance des prénoms Guillaume et Bernard dut être observée à la quatrième génération au profit du premier né. Etienne serait plutôt un prénom des Manha. Quoi qu’il en soit, celui qui en est pourvu recueille, en plus des possessions du Périgord, le plus gros des biens de ses parents dans la juridiction de Gourdon où il est le premier seigneur foncier. Sa directe s’étend sur plus d’un dixième du territoire gourdonnais (61) . Contrai rement à son père, il n’exerça aucun métier et se contenta d’administrer les biens familiaux, d’abord comme procureur de ses parents et ensuite pour son propre compte. Comme tous les seigneurs fonciers du temps, il s’emploie à retrouver les limites des seigneuries rendues incertaines par un long abandon des terres : transaction avec les consuls du Mont de Domme, en juillet 1475, à propos du terroir de Malavaqua, aux confins de Domme, Saint-Martial et Nabirat (62), nouvelle transaction, en 1488, avec Déodat de Thémines, baron de La Bouriane, pour déterminer les limites de La Bouriane et de la terre de Nabirat qu’ils fixèrent au chemin de Gourdon à Saint-Martial passant par la font Pelegry (63), ultime accord, le 27 juillet 1500, pour planter des bornes entre les seigneuries de Saint-Martial et de Nabirat (64).

26Etienne dut disparaître peu après, en tout cas avant 1504. Nous disposons heureusement du dénombrement que firent alors au roi sa veuve et leur fils Jean du Pouget. Ce document nous procure une bonne vue d’ensemble du patrimoine de la branche périgourdine. Il réunit des biens provenant de la souche paternelle et surtout des Manha, des acquêts de la génération précédente et l’apport de la femme d’Etienne, Alpaye de Lagrange. Après avoir rappelé que son mari était seigneur du repaire de Laval, de Nabirat et de Groléjac, dans la sénéchaussée de Périgord, la veuve détaille :

  1. – à Gauléjac (Groléjac), une maison (noble) avec, en rentes, quatre charges de froment, deux de seigle et trois d’avoine, cinq livres de tournoi, dix poules et dix manoeuvres. Une mouline à fer tenue en paréage avec "M. de Lamothe". la justice, haute, moyenne et basse, également en paréage avec le même Annet de Salignac, seigneur de La Mothe-Massaut. Ces possessions de Groléjac viennent certainement des del Brelh ou de Brolhio gourdonnais : Raymond, bourgeois de Gourdon, co-seigneur de Groléjac en 1452 (65), Arnal, pareillement qualifié en 1467, marié à Noble Alpagne de Ségui, périgourdins (66).
  2. – Dans les paroisses de Montvalent et de Floirac, en rentes : dix-sept charges de blés (froment, seigle et avoine), trente sous en argent et une douzaine de poulailles. On notera la disproportion entre le cens en céréales et celui qui est payé en numéraire. Nous avons là une part des placements fonciers des Lagrange des trois générations précédentes, hostes de l’auberge de ta Carreta, au pied de l’escalier conduisant aux sanctuaires de Rocamadour, marchands, "fermiers généraux" de l’abbaye d’Obasine en Quercy, entrepreneurs.
  3. – Jean seul, le fils d’Etienne, tient le lieu noble du "Repaire" (il n’est plus question du repaire de Laval) avec, en cens, vingt charges de froment, cinq de seigle et douze d’avoine (proportion considérable de la céréale destinée aux chevaux), en argent, huit livres tournois et, pour le fouage, vingt poules et huit livres de cire. La réserve n’est pas négligeable : une métairie de deux paires de boeufs assortie de dix-huit journaux de prés (le repaire contemple de sa falaise la vallée du Céou), quarante journaux en vigne et un petit bois.
  4. – A Nabirat, en rentes : quarante charges de froment, neuf de seigle et dix d’avoine, vingt poulailles, dix livres en argent et dix livres de cire (ce cens suggère un accensement collectif en dix ou vingt pagésies). Il n’est pas fait mention de biens nobles, mais, n’en doutons pas, il devait exister quelque tour écroulée, peut-être celle de Dona Guilherma... Nabirat est tenu en hommage de M. de Thémines, baron de La Bouriane.
  5. – A Domme, en rentes, sans aucune justice : vingt charges de blés (froment, seigle, avoine), dix poules et dix livres tournois. Un pré noble de quatre journaux. Le plus gros de ce patrimoine a sans doute été constitué par les notaires du Pouget.
  6. – Alpaye tient encore des menus fiefs, en divers lieux non nommés (Campaynac, Marminiac), qui donnent cinq charges de froment et d’avoine, quatorze gélines et vingt sous tournois.
  7. – Enfin la mère et le fils jouissent de maisons et de plusieurs héritages, cens et rentes dans la ville de Gourdon pour lesquels ils payent la taille au roi comme les autres habitants de cette ville (67). Du coup, ces possessions ne sont pas décrites.
  • (68) Bibl. mun. Cahors, fonds Greil, n° 138, fol. 159°°.

27Réparant un oubli, les dénombrants déclarent in fine qu’ils disposent en divers lieux de cinquante manoeuvres ou journées de corvée (68).

28Esquissons un bilan approximatif en ramenant toutes les données à la mesure de Gourdon et en supposant (sous-estimation) qu’au terme de sa vie, Etienne jouissait de la moitié de l’avoir de ses parents dans la juridiction de Gourdon. Nous parvenons au résultat suivant :

  • Froment : 90 charges
  • Seigle : 24 charges
  • Avoine : 40 charges
  • Argent : 39 L. 10 S.
  • Poules : 86
  • Cire : 18 livres
  • Manœuvres : 60

Soit, toujours approximativement, un peu plus de 200 hl pour la céréale noble. Il manque les revenus d’une partie de la réserve seigneuriale, notamment ceux de la mouline à fer de Groléjac qui devait produire, pour une moitié, entre dix et quinze livres tournois et un peu de ferraille si l’on se réfère aux fermages d’installations analogues à la même époque. Nous ne tenons pas davantage compte des biens ruraux qui, par définition, ne figurent pas dans ce type de document. En conclusion, on peut estimer que les revenus des héritiers d’Etienne du Pouget se situent très au desssus de ta moyenne des ressources dont disposent les nobles du Quercy – et sans doute du Périgord – sans toutefois atteindre le niveau des quelques familles de barons.

Passage a la noblesse

  • (69) Dordogne, II E, 1999 (reg. de Nauco), fol. 38.

29Après inventaire des fiefs, il convient de se préoccuper de la condition des personnes. J’ai entrepris une recherche un peu vaine en espérant obtenir quelque lueur d’un relevé des termes qui qualifient nos du Pouget au cours du XV° siècle. Pour trois générations de notaires, l’usage de "maître" s’impose, mais ce titre professionnel est agrémenté par une formule telle que "discret homme". Les notaires, toujours généreux, n’épargnent aucune redondance : nous trouvons, par exemple, en 1452, "vénérable et discret maître Guillaume du Pouget, jurisperite de Gourdon" (69). On nous assure que son épouse est "honnête femme" Alamande de La Manhanie, n’en doutons pas, et qu’elle soit "honorable", non plus !

Leurs fils, qui vivent noblement, sans profession connue, bénéficient des mêmes qualités de "vénérable", de "discret" et surtout d’"honorable". Il est peut-être plus intéressant de noter la date d’apparition de nobilis vir : il n’est jamais employé pour le jurisperite, ne serait-ce qu’en raison d’une certaine incompatibilité avec magister. Bernard est dit noble dans le dernier acte le concernant, en 1463. Etienne doit attendre 1491, Pierre, seigneur de Nadaillac, 1492. Passé 1500, tous les du Pouget, aînés et puinés, hommes et femmes, sont uniformément qualifiés nobles. On peut donc admettre que le passage à la noblesse de ce lignage est accompli au cours de la dernière décennie du XV° siècle. Par quels moyens ? Bien peu de chance pour que ces aspirants au second ordre aient songé à obtenir des lettres de noblesse d’un pouvoir encore lointain. Il faut s’orienter vers une "noblesse de fait", due à une lente et furtive transition vers un statut qui leur sera un jour définitivement reconnu : par eux-mêmes, n’ayons pas peur de le dire, mais aussi par la vox populi, du moins par les notables du cru. En Quercy, il n’y eut guère de "brusques mutations" pour reprendre l’expression du naturaliste De Vries : on ne se couchait pas bourgeois pour se réveiller de noble condition.

Cette métamorphose demandait patience et temps : au moins trois générations de bonne bourgeoisie, un terrain, une opinion publique préparés par plusieurs alliances avec la noblesse rurale. Tant pis si les dots étaient modestes et surtout interminables les amortissements ! Mais il fallait certainement, avant toute chose, acquérir des fiefs : un repaire, quelque justice jusqu’à soixante sous, des rentes seigneuriales et assurer soi-même ou par personne interposée les services militaires qui en découlaient. Après avoir mené quinze ou vingt ans un genre de vie noble, la troisième génération parvenait à s’intégrer au second ordre et personne n’y trouvait à redire dans un pays, le Quercy, où la taille royale était réelle et non personnelle.

  • (70) Par exemple : A.N., Q1 1462, fol. 158.

30En gros, les Du Rouget se sont conformés à ce schéma. Depuis la fin du XIV° siècle, et peut-être plus anciennement, ce sont des notables. En plus des titres juridiques, Guillaume affiche volontiers sa qualité de bourgeois de Domme ou de Gourdon (tous les habitants d’une ville ne sont pas des bourgeois, tant s’en faut !). Bernard se dira tantôt "bourgeois et habitant de Gourdon", tantôt "seigneur de Nadaillac". A l’occasion, Etienne s’affirme également bourgeois de Gourdon, mais plus souvent seigneur de Nabirat et du repaire de Laval, à plus forte raison lorsqu’il agit es qualité (70).

  • (71) Article cité note 6, p. 214.
  • (72) Un rameau des Saint-Gily quercinois s’était établi dans le Sarladais où il avait une part de la sei (...)
  • (73) AC. Gourdon, GG. 3.

31 Pour les alliances avec la vieille noblesse bien éprouvée par un siècle de guerres, les du Rouget manifestent quelque déficience. La grande dame de leur maison est incontestablement Alamande de La Manhanie, héritière d’antique bourgeoisie. H. Viers nous assure (71) que Bernard épousa Jeanne de Cornil et Pierre, Blanche de Saint-Gily. C’est fort possible, mais il n’a pas pris la peine d’indiquer ses références. L’union avec les Cornil serait excellente : un très vieux lignage, d’ancienne chevalerie... mais le rameau fixé autour de Gourdon ne roulait pas sur l’or malgré les fiefs de Prouilhac en Quercy, de Veyrignac et de Roquenadel en Périgord. Ils n’étaient d’ailleurs que co-seigneurs dans ces deux paroisses. Vers 1460, le chef de famille était jurisperite, en somme un "collègue" de Guillaume du Pouget, au demeurant très estimé : l’indispensable arbitre des litiges opposant les familles seigneuriales de l’ouest du Quercy. On peut penser que l’intéressant repaire de Roquenadel, reconstruit vers ta fin du XV° siècle, doit beaucoup à ses activités juridiques. Je connais bien une Jeanne de Cornil, soeur d’Aymeric, co-seigneur de Prouilhac. En 1492, elle était la femme de Guillaume de Leygue, également co-seigneur de cette paroisse, de fraîche noblesse et d’antique bourgeoisie. Aurait-elle contracté ce second mariage après le décès de Bernard du Pouget ? Quant à Blanche de Saint-Gily, je ne parviens pas à la situer. Elle ne parait pas appartenir à la branche des seigneurs de Péchaurié ni à leurs cousins du Bas-Quercy, les seigneurs de Saint-Pontaléon. Peut-être est-elle périgourdine ? On serait allé la chercher au repaire de La Salle, près de Saint-Geniès (72). L’alliance est d’autant plus vraisemblable que nous trouvons à Gourdon, vers 1515, une Blanche du Rouget qui pourrait être sa fille ou encore sa filleule. Cette dévote personne appartient à la confrérie des Cinq Plaies du Christ établie en l’église Saint-Pierre de Gourdon (73) et elle est mariée à un Réganhac, famille de juristes sortie d’une auberge de Gourdon. La première femme d’Etienne du Pouget serait Marguerite del Breil, de très vieille race gourdonnaise – un consul dès 1289 – et de plus, nantie de fiefs en Quercy et en Périgord. Par malheur, cette alliance est mal assurée. En revanche, nous connaissons bien Alpaye de Lagrange, épouse du même Etienne. Cette fraîche demoiselle appartient à un milieu social en pleine ascension, celui des profiteurs de la guerre, marchands et juristes, qui ont le moins souffert durant les épreuves et vont combler les vides de la noblesse rurale après avoir contribué à la reconstruction du pays.

32Telles sont les origines, modestes mais claires et honorables, des du Pouget de Nadaillac et du Repaire. Ceux-ci parvinrent à la noblesse dès la fin du XV° siècle grâce à la possession de fiefs importants et grâce, dans une certaine mesure, à leurs alliances. En fait, ce fut surtout leur richesse qui favorisa leur épanouissement : ces mêmes seigneuries demeurées vacantes et improductives n’auraient pu être le support d’un genre de vie noble qu’autorisèrent des revenus substantiels au terme d’une reconstruction réussie.

33Il me reste, pour finir, à préciser l’image que les du Rouget ont voulu donner de leur lignage depuis la fin du XVIII° siècle. A ce sujet, n’est-il pas plaisant de constater l’évolution des mentalités ? En milieu nobiliaire, les familles ne se trouvaient jamais assez anciennes : le pouvoir héréditaire, la puissance des châteaux, le fondement économique des seigneuries, les services personnels... importaient bien moins que l’antiquité supposée d’une race : tous eussent voulu débarquer de l’arche de Noé, titres nobiliaires en main.

  • (74) Article cité note 6, p. 210-211.

A défaut d’une plongée dans la "nuit des temps", on se rabattait sur la participation aux croisades. Ce phénomène qui nous révèle la santé d’une Eglise, qui témoigne du trop plein de vie de l’Occident au terme d’une phase de repli et plus particulièrement de l’ardeur des juvenes mis en vedette par M. Duby, soulève de nos jours peu d’enthousiasme. On y décèle une précoce manifestation du "colonialisme" et l’Eglise contemporaine a beaucoup perdu de la fougue de saint-Bernard, mais il y a seulement cent-quarante ou même cent ans, qu’eut-on fait pour pendre ou plutôt peindre son écu aux murs de la salle des Croisades à Versailles, au besoin avec l’aide du sieur Courbois ! Les du Rouget ont revendiqué leur participation aux première et septième croisades (74), mais ils ne semblent pas avoir été entendus !

  • (75) G. Saige et Cte de Dienne, Documents historiques sur la vicomté de Carlat ; t. I, p. 667-673 ; t. I (...)

34Guillaume le jurisperite et son Alamande auraient été bien ébahis de se voir frauduleusement introduits dans la procession dominée par la haute figure du Cardinal d’Ostie. A l’inverse, pour nous, tes trois tabellions de Domme inaugurent un autre cortège où prennent place, cette fois à juste titre, de brillants capitaines des XVI et XVII° siècles et tout particulièrement l’héroïque ménage de Carlat en Haute Auvergne (75).

Notes

(1) Arch. dép. Tarn-et-Garonne, VE, 5.992, fol. 25 : Noble Jean del Bosc, en décembre 1456, (exemple pris parmi d’autres).

(2) A.N., JJ 229, fol. 1.

(3) J. Lartigaut, Les campagnes du Quercy après la guerre de Cent Ans (vers 1440 – vers 1500), Toulouse, 1978, p. 479-481.

(4) A.N., M. 508, n° 19.

(5) Essai d’un armorial quercynois, Cahors et Paris, S.D., 1907, p. 94-95.

(6) "Nadaillac-de-Rouge et la famille du Pouget", Bulletin de la Société des Etudes du Lot (abrév. B.S.E.L.), t. LXXXII, 1961, p. 206-219.

(7) L. Esquieu, Op. cit., planche XIII, n° 252 et 252 a, et surtout : M. et R. Merceron, "Quatre cardinaux quercynois en Avignon au XIV° siècle", B.S.E.L., t. C, 1979, p. 202-217. Les auteurs ont retrouvé au Pouget le gisant décapité du cardinal portant ses armoiries avec chapeau, cordons et houppes. Ces mêmes armes ont été découvertes sur une frise de la livrée de Viviers à Avignon : une bande et un chef plein. Quant aux "Nadaillac", ils portent avec un mont de six coupeaux un chevron d’azur. Ce dernier meuble ne semble guère antérieur au XVI° siècle, en Quercy tout au moins.

(8) Arch. dép. Lot, F. 480. Copie par Lacabane, qui fut directeur de l’Ecole des Chartes, d’un mémoire de l’Abbé de Lespine au Cabinet des titres, t. 3, p. 255.

(9) Dans un ordre d’idée comparable, un descendant des du Pouget, châtelain de Beynac, Christophe de Beaumont, brigadier des Armées du Roi, n’hésite pas à conseiller à sa cousine, Mme de Cousserans, de prier son curé d’antidater de deux ans l’extrait baptistaire du fils de celle-ci dont on se propose de faire un officier aux Gardes françaises, Beaumont avait usé du même procédé pour son propre fils. Ajoutons que ces gens précautionneux envisageaient déjà le mariage de "Cousserantou", âgé de huit ans, avec une nièce de Beaumont, fille du baron de Castelnau en Chalosse et d’une Beynac, pour lors pensionnaire à N.D. de Sarlat. Hélas ! le petit Cousserans mourut peu après, au collège de Navarre où il était interne, (Arch. dép. Lot, fonds de Valon, 2° partie : papiers de Labastidette, IA5/16/..., lettre du 8 novembre 1777 de ce dossier incomplètement classé).

(10) Arch. dép. Dordogne, IVE, 47-1.

(11) 2° édit. Marseille, 1981, p. 161.

(12) Dont les proches descendants seront seigneurs de la moitié de Groléjac.

(13) Dordogne, III E.1999 (registre de Nauco), fol. 3, 6.

(14) Archives du château de Besse (Dordogne), grosse en parchemin.

(15) Arch. dép. Lot, F. 480.

(16) Dordogne, III E, 1999 (de Nauco), fol. 7. Ici, non plus, Bertrande n’est pas dite mère de Guillaume.

(17) Dordogne, IV E, 49-2, fol. 52 de l’enquête de 1489.

(18) Sénéchaussée de Périgord au tome IV, 1954, p. 411-444.

(19) Dordogne, IV E, 49-1, fol. 12.

(20) Ibidem, fol. 3.

(21) Ibidem, fol. 7.

(22) Ibidem, fol. 32.

(23) Ibidem, fol. 62.

(24) Dordogne, IV E, 49-2 (cahier incomplet de 132 fol.).

(25) Ibidem, III E, 1999 (de Nauco) et III E, 12080.

(26) Ibidem, III E, 12080, fol. 113

(27) J. Lartigaut, "Trois notes sur le Sarladais au milieu du XV° siècle". Bull. de la Soc. hist. et arctiéo. du Périgord, t. CVI, 1979, p. 322-331.

(28) Dordogne, 3 E, 1999 (reg. Martial de Gordo), fol. 111°°, 118°°, 151°°.

(29) Prenons la place de l’avocat du diable et demandons-nous s’il n’a pas existé deux Guillaume du Rouget, contemporains, l’un à Domme, l’autre à Gourdon. Hypothèse bien improbable car tous deux auraient en commun la qualité de jurisperite et un fils prénommé Bernard. Ce n’est certes pas impossible, mais comment expliquer encore que l’autre fils du Guillaume gourdonnais, Etienne, ait possédé des biens importants à Domme et que tes descendants de ce même Guillaume aient pu exhiber le testament de Bertrande de Las Carras dont on sait qu’elle fit héritier Guillaume, de Domme. Ajoutons que la généalogie "mythologique" a conservé pour des du Pouget, seigneurs en Bas Quercy, l’alternance des prénoms Guillaume et Bernard qui suppose une continuité de Domme à Gourdon. A la même époque, nous trouvons un cas analogue en Bas Quercy, celui de Pons de Charry, de vieille bourgeoisie de Montcuq, devenu noble autour de 1460. En Agenais, où il possède de nombreux fiefs, les notaires le qualifient de bourgeois puis de donzel de Tournon. L’évolution est identique à Montcuq. Seule, la présence à ses côtés de sa femme, Noble Hélène de Lolmie, nous assure qu’il s’agit du même personnage dans les deux castra.

(30) A. Monzat, Gourdon en Quercy du milieu du XIII° siècle à la fin du XIV° siècle, (Thèse d’Ecole des Chartes, exemplaire dactylographié aux Archives du Lot), p. 133, 325 etc

(31) Archives du château de Fénelon appartenant à Mme la comtesse L. de Maleville, dossier n° 2 des parchemins.

(32) A.C. Gourdon, FF. 17, fol. 59°°, 61°°.

(33) Ibidem, BB 7, fol. 60.

(34) Ibidem, CC 38, après fol. 25.

(35) Qui collabora notamment au classement des archives du Capitole de Toulouse.

(36) Registre factice de la maison de Larnaudie à Dégagnac (Lot) (acte du 10. 06. 1486).

(37) L’importance du décor de cette tour-moulin suggère que cette construction fut aussi une résidence secondaire pour les premiers Ricard, marchands de Gourdon.

(38) Lot, fonds Gary n° 7. Répertoire de Géraud de Valle CC.

(39) Dordogne, 2 E, 1802 (191).

(40) Archives de la famille de Marsis appartenant à Mme Desbirons, à Gourdon.

(41) Même référence que la note 31.

(42) Lot, fonds Gary n° 7. Répertoire de Val le F.

(43) Archives du château de Fénelon, dossier n° 3 des parchemins.

(44) Dordogne, III E, 1999 (registre de Martial de Gordo), fol. 12.

(45) Lot, J. 678 (Mention d’un procès au parlement opposant le marquis de Nadaillac à ses tenanciers sur l’origine des redevances).

(46) Vicesinam quartam partem totius loci de Nadalhaco (Archives du château de Besse, folios arrachés à un registre de J. La Glevada, notaire de Gourdon, fol. 134°°).

(47) Dordogne, 2 E, 1802 (191).

(48) Lot, fonds Gransault-Lacoste, Durfort-Boissières, liasse 1, parchemin. Antoine est âgé de 28 ans en 1466, la vente a été consentie lorsqu’il avait entre 12 et 14 ans, donc vers 1450-1452. Des lettres de la chancellerie du parlement de Bordeaux, en 1479, précisent que ces fiefs de la paroisse de Saint-Aubin ont appartenu à un nommé "Marchier" (Ibidem, parchemin). On notera l’existence d’un lieu-dit "Larchier" aux abords immédiats du Repaire. (Carte E.M. au 1/50.000, édit. 1954). L’ancien nom de ce repaire était Laval. Des routiers s’en emparèrent tandis que Pierre de Rampoux guerroyait dans la compagnie de Jean de Salazart. En 1462, des lettres royales en ordonnèrent la restitution à son légitime possesseur (Arch. dép. Tarn-et-Garonne, VE, 5999, fol. 39 – en chiffres arabes). Une enquête conduite la même année par un lieutenant du sénéchal de Quercy nous apprend que le Repaire avait auparavant appartenu à Marguerite de Feleno, mère de Pierre de Rampoux. Celle-ci le tenait d’Aymar Ithier, son oncle à la mode de Bretagne, qui avait succédé à son propre père, Gisbert. Ce donzel l’avait reçu en héritage de ses père et mère Guillaume Ithier et Alamande Guiraudo, cette dernière ayant apporté en dot cette maison forte. (Ibidem, à la suite de l’acte précédent).

(49) Archives de la famille de Marsis. Extrait du registre A. du notaire Costut, de Domme.

(50) Plusieurs paroisses situées au sud de Souillac portaient en complément ce nom de Rouges : Le Roc, Mareuil, La Mothe, Nadaillac... Nous avons avec cette dénomination un ’’fossile" d’une structure très ancienne, peut-être carolingienne : le pays des Rouges".

(51) Archives du château de Fénelon, dossier n° 2 des parchemins.

(52) Dordogne, III E, 1999 (reg. Martial de Gordo), fol. 56°°.

(53) A.C. Gourdon, CC 7, fol. 179.

(54) La maison des Manha, située dans la principale rue de Gourdon, avait été partagée entre deux des fils d’Alamande.

(55) Lot, J. 203, fragment d’un registre d’Antoine de Marcilhac, notaire de Gourdon (1492-1494).

(56) La suzeraineté de "M. de Belcastel" a de quoi surprendre. Il s’agit vraisemblablement du seigneur d’un castrum situé au confluent de l’Ouysse et de la Dordogne, à 10 km à vol d’oiseau à l’est de la seigneurie de Pierre du Pouget. En saine logique, il faudrait admettre que le repaire primitif de Nadaillac ait été tenu par un chevalier de Belcastel. Or, nous disposons d’un indice, fragile certes mais tout de même troublant : en 1087, Géraud de Nadaillac est associé à la donation de l’église du Bougayrou à l’abbaye Saint-Martin de Tulle par Bertrand de Belcastel et ses proches (J.B. Champeval, Cartulaire de l’Abbaye Saint-Martin de Tulle, Bull. Soc. Archéo. de la Corrèze, t. 15, 1983, p. 655.)

(57) En Gourdonnais, la charge équivaut au setier, soit 2,24 hl.

(58) Bibli. mun. Cahors, fonds Greil, n° 138, fol.148.

(59) Ibidem, Papiers mêlés de G. Lacoste, G. 13

(60) Lot, fonds de Valon, registre Mostolac, fol. 58°°.

(61) J. Lartigaut, "Gourdon autour de 1500. Aspects économiques et sociaux d’après deux registres. d’estimes", Bull. philologique et hist., 1980, paru en 1983, p. 185-237.

(62) Dordogne, IV E, 49 -2 -3 (Acte signalé par L.F. Gibert).

(63) Inventaire de la Bouriane (collection particulière), p. 41.

(64) Dordogne, IV E, 2 -7 (également signalé par M. Gibert).

(65) Inventaire de la Bouriane, p. 176.

(66) Distincts des Segui gourdonnais, futurs seigneurs de Pechrigal, qui en sont encore à l’exercice des métiers du cuir. Sur Arnal, Inventaire de la Bouriane, p. 34.

(67) Sur la contribution des biens nobles à la taille, voir notre étude citée note 61.

(68) Bibl. mun. Cahors, fonds Greil, n° 138, fol. 159°°.

(69) Dordogne, II E, 1999 (reg. de Nauco), fol. 38.

(70) Par exemple : A.N., Q1 1462, fol. 158.

(71) Article cité note 6, p. 214.

(72) Un rameau des Saint-Gily quercinois s’était établi dans le Sarladais où il avait une part de la seigneurie de Saint-Geniès (Tarn-et-Garonne, VE, 6017, fol. 40 ; Dordogne, III E, 1999 (reg. de Nauco), fol. 11°°, 19, 22).

(73) AC. Gourdon, GG. 3.

(74) Article cité note 6, p. 210-211.

(75) G. Saige et Cte de Dienne, Documents historiques sur la vicomté de Carlat ; t. I, p. 667-673 ; t. II, p. CCCXLII à CCCXLIX, Monaco, 1900.

Auteur

Président de la Société des Etudes du Lot

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search