Version classiqueVersion mobile

L’anoblissement en France, xve-xviiie siècles

 | 
Centre de Recherches sur les Origines de l’Europe Moderne

Les structures sociales et mentales de l’anoblissement Analyse comparative d’Etudes récentes xvi°-xvii° siècles

M. Constant

Texte intégral

1La littérature nobiliaire répète inlassablement des notions qui se sont imposées au XVIII° siècle et que les hommes de la “Renaissance" ignoraient superbement. Ces derniers entraient dans le second ordre quand ils s’en jugeaient dignes, mais leur intégration, œuvre de longue haleine, se faisait sur plusieurs générations, en fonction d’un mode de vie, celui du gentilhomme campagnard ou du chevalier avide de gloire militaire, qu’il fallait adopter. L’histoire de cette noblesse du XVI° siècle commence à peine. Avant de franchir une nouvelle étape il est utile de dresser un premier bilan des connaissances dont nous disposons sur la façon de s’anoblir. J’aborderai trois thèmes qui me paraissent correspondre à nos interrogations essentielles : le nombre des anoblis, le mode d’anoblissement, les couches sociales qui constituent le vivier de la nouvelle noblesse.

Le nombre des anoblis

  • 1 Bretagne : Meyer Jean, La noblesse bretonne au xviii° siècle, Paris 1966.

2Une première approche est possible grâce aux enquêtes de noblesse du règne de Louis XIV. Elles permettent de saisir une répartition à une date certes tardive, mais à un moment capital pour l’évolution du système nobiliaire. Pour la généralité de Paris, les listes de 1667 semblent introuvables. En revanche, alors que généralement l’enquête de 1696 s’avère peu sûre dans la majorité des provinces, elle est tout à fait remarquable dans la région parisienne. Il paraît possible après un énorme travail d’investigation de répertorier toute la noblesse française de la seconde moitié du XVII° siècle. M’attachant à cette tâche depuis quelques années je suis en mesure de présenter quelques statistiques. Le premier tableau révèle des poussées successives d’intégration à la noblesse. Les familles qui prétendent être nées nobles depuis la fin du Moyen Age forment encore en 1667 les deux cinquièmes de celles de Beauce, entre le quart et le tiers de celles de Bretagne et de la généralité de Tours (Maine, Anjou, Touraine)1.

LA NOUVELLE NOBLESSE D’APRES LES ENQUETES DE 1667 ET 1996

LA NOUVELLE NOBLESSE D’APRES LES ENQUETES DE 1667 ET 1996

(1) Bretagne : Meyer Jean, La noblesse bretonne au XVIII° siècle, Paris 1966.

(2) Beauce : Constant Jean Marie, Nobles et paysans en Beauce aux XVI° et XVII° siècles, Lille III 1981.

(3) La généralité de Tours comprend la Touraine, le Maine et l’Anjou. B.N. Mss Fr : 32264.

L’enquête de noblesse de la généralité de Paris est perdue mais celle de 1696 semble d’excellente qualité. Mss de la bibliothèque de la ville de Paris, 1222.

Ces deux enquêtes sont en cours d’étude.

(4) Bayeux : J. Wood, The nobility of the election of Bayeux 1463-1666. Princeton University Press, 1980.

(5) Provence : Monique Cubells : "A propos des usurpations de noblesse en Provence sous l’Ancien Régime" Provence historique, 1970.

La nouvelle noblesse des soixante premières années du XVI° siècle atteint des proportions comprises entre la moitié et les trois quarts des maintenus du temps de Louis XIV dans ces mêmes pays proches de la Loire, en Bretagne, dans les élections d’Etampes et surtout de Vézelay. Le renouvellement du XVII° siècle bat tous les records à Paris, dépasse les deux tiers en Provence, se trouve proche des deux cinquièmes dans l’élection de Bayeux. Au contraire, une relative fermeture est perceptible dans la généralité de Tours, à Vézelay, en Bretagne.

  • 2 Ces statistiques s’appuient sur les ouvrages suivants : J. MEYER, La noblesse bretonne au XVIII° si (...)

3Mais on ne peut se contenter de cette coupe réalisée à une date donnée. Les modèles paraissent si divers qu’il est nécessaire de multiplier les analyses. Si l’on compare les résultats acquis en Beauce et dans l’élection de Bayeux à trois époques charnières, d’autres contours se dessinent. Dans la circonscription normande, la poussée la plus importante se situe au XVI° siècle comme en Beauce d’ailleurs. En revanche, si la progression sur le riche plateau du sud du Bassin parisien s’essouffle au XVII° au point de diminuer presque de moitié, elle demeure forte à Bayeux où l’on ne peut parler que de tassement. En 1523, on assistait déjà à un bond considérable, mais son ampleur est sans commune mesure avec ce qui allait s’accomplir dans les soixante dix années suivantes2.

  • 3 L. STONE, Crisis of aristocraty (1558-1641), Oxford, 1965.

4Si l’on reprend le tableau déjà publié dans ma thèse qui prend pour base de travail non les familles nobles mais les seigneuries que j’ai patiemment collationnées en m’inspirant de la méthode du grand historien Stone, on s’aperçoit que le poids des hommes nouveaux est à son maximum au tout début du XVI° siècle 3. La guerre de Cent Ans a détruit une grande partie de la noblesse de cette zone frontière entre les Anglo-Bourguignons et les Orléans. Les vides ont été comblés rapidement. Le nombre des roturiers acheteurs de fiefs ne varie pas de façon considérable pendant les deux siècles : il se maintient en moyenne autour de 25 %. La mobilité de ces propriétaires est d’ailleurs forte. La noblesse extérieure à la Beauce, faite de grands lignages princiers et d’administrateurs proches des souverains pendant une centaine d’années, s’enfle démesurément sous le règne de Louis XIV. Les officiers des cours souveraines s’intéressant davantage à ce moment aux riches terres céréalières de cette région.

LA PROPORTION DE NOUVEAUX NOBLES EN BEAUCE ET DANS L’ELECTION DE BAYEUX EN 1523,1598,1667

1523

1598

1667

Election de Bayeux

43,25 % sur 178

70 % sur 253

59 % sur 252

Beauce

30,34 % sur 145

60,28 % sur 209

33 % sur 125

LA NOUVELLE NOBLESSE DE BEAUCE PAR RAPPORT A L’ENSEMBLE DES POSSESSEURS DE SEIGNEURIES.

LA NOUVELLE NOBLESSE DE BEAUCE PAR RAPPORT A L’ENSEMBLE DES POSSESSEURS DE SEIGNEURIES.

Les six coupes qui s’échelonnent avant et après les grands évènements susceptibles de transformer profondèment la structure nobiliaire rendent compte de la lente reconstruction de la noblesse ancienne qui double ses effectifs en deux siècles. Les anoblis pris entre la résistance de la gentilhommerie et la percée de la robe parisienne lâchent prise. Deux notions nouvelles de ce fait interviennent : le taux de disparition, corollaire de la durée moyenne d’existence noble d’un lignage, et l’élimination provoquée par les enquêtes de noblesse. En 1696, dans la généralité de Paris les commissaires ont refusé l’inscription de 713 familles et accepté l’enregistrement de 1066 soit une proportion de 66,88 % de condamnés par rapport aux maintenus. Cette proportion est également forte, en 1667, dans la généralité de Tours (52 %) et en Bretagne (38 %). En revanche, elle est relativement faible en Normandie (Esmonin : 18 %), dans l’élection de Bayeux (10 %) en Beauce (15 %). Des caractères particuliers qu’il faudrait analyser et qui sont propres à chaque enquête, ont joué leur rôle et expliquent les différences de résultats. Mais là n’est pas notre propos. Nous voulons simplement montrer que dans certaines provinces comme la Bretagne ou les Pays proches de la Loire, les hommes nouveaux ont dû modifier leur stratégie sociale, retarder leur entrée dans la noblesse, voire y renoncer. En Normandie, le taux de renouvellement élevé impose la prise en considération d’autres paramètres notamment le nombre de terres disponibles et la concurrence entre les lignages pour leur acquisition par achat, mariage ou succession. La densité noble peut varier dans le temps : en Auvergne, en 1488, elle est de 0,05 feu noble au Km2 alors qu’elle était de 0,1 en 1357, soit une baisse de 50 %. En Beauce, en 1700, elle n’est que de 0,076. L’accroissement considérable du nombre des nobles en Normandie se traduit sans doute par une augmentation de ceux qui ne possèdent pas de seigneuries et doivent s’employer dans les armées et les offices. M. Wood relève que 52 nobles qui ne tiennent pas de fief offrent leur service lors de la convocation du ban et de l’arrière ban.

LES TAUX DE DISPARITION DES LIGNAGES NOBLES BEAUCERONS.

1560

1600

1700

total des lignages collectés

243

289

255

nombre de disparitions

45

55

132

% de disparitions par rapport à ceux qui demeurent

18 %

19 %

52 %

LES LIGNAGES BEAUCERONS QUI DISPARAISSENT.

BASE

1560
45

1600
55

1700
132

Ancienne noblesse

17 %

25 %

35 %

Nouvelle noblesse

31 %

25 %

14 %

Noblesse extérieure à la province

17 %

13 %

14 %

Roturiers possesseurs de fiefs

33 %

36 %

37 %

En Beauce où j’ai suivi la destinée de centaines de familles pendant plusieurs siècles j’ai tenté de calculer des taux de disparition. La proportion de lignages qui quittent ce pays ou n’y ont plus de descendants demeure stable pendant tout le XVI° siècle autour de 20 %. Le mouvement s’accélère au XVII° avec brutalité puisqu’on atteint 52 % de ceux qui demeurent. Ce changement ne touchant véritablement ni la noblesse extérieure à la province ni les roturiers, il se situe à l’intérieur du groupe beauceron. L’ancienne noblesse résiste mieux que ta nouvelle au XVI° siècle. En revanche, la situation s’inverse au XVII°. Certes le nombre des anoblis s’affaiblit, les vides se comblant grâce aux vieux lignages qui récupèrent les terres des héritières en les épousant ou par la robe parisienne disposant de capitaux qui lui permettent l’achat de seigneuries. Au cours du XVII° siècle, 70 % des familles dont l’origine se situe entre 1300 et 1450 disparaissent, 40 % seulement qui étaient nées avant le XIV° siècle et 30 % pour celles apparues après la guerre de Cent Ans. La noblesse qui prend sa source avant 1300 connaît sa plus forte défaillance entre 1500 et 1560. Les anoblis de la "Renaissance" perdent le tiers de leurs membres entre cent et deux cents ans d’existence. Ils paraissent beaucoup moins puissants que les anciennes familles médiévales ou les officiers du grand siècle qui tiennent au minimum deux cents ans et souvent davantage. L’obstacle des deux siècles d’histoire noble une fois franchi, toutes les chances de se perpétuer s’offrent au lignage. Deux conditions s’imposent pour durer : être riche de terres afin de pouvoir multiplier les branches nouvelles en installant les cadets et, dans le même but, élaborer une savante politique de mariages. En effet, le manque de mâles pour continuer le nom est la cause essentielle des disparitions.

5Mais ce cas beauceron n’est pas le modèle français type. En Normandie, par exemple, le nombre des nobles continue à augmenter alors qu’en Beauce la croissance est stoppée dans la seconde moitié du XVII° siècle. La diversité des comportements entre les différentes provinces s’explique sans doute par le mode d’anoblissement.

Le mode d’anoblissement

6Trois études fournissent quelques statistiques sur la façon d’entrer dans la noblesse pour trois provinces situées dans des régions françaises très différentes : la Provence, l’élection de Bayeux, la Beauce. Si l’on distingue pour imiter les dispositions prises par Louis XIV lors de l’enquête de 1667 deux périodes séparées par ta date fatidique de 1560, on s’aperçoit qu’il est impossible de généraliser les conclusions. Les trois exemples analysés représentent trois modèles qui sont autant de cas particuliers. En Provence, la noblesse de fait qui s’agrège au second ordre grâce aux fiefs qu’elle possède voit ses effectifs croître de 11 % alors que dans l’élection de Bayeux le phénomène exactement inverse à 1 % près se produit. En Beauce, la progression des charges anoblissantes est spectaculaire. Le nombre des inconnus diminue de façon tout aussi nette. Cette chute est due aux exigences du Roi Soleil qui oblige en 1667 les gentilshommes beaucerons à indiquer la date de l’origine de leur noblesse si celle-ci est postérieure à 1560. Le tableau du mode d’anoblissement dans l’élection de Bayeux tiré du livre de J. Wood montre que les lettres de noblesse apparaissent aux Normands comme la voie royale d’entrée dans le second ordre. En Beauce au contraire, ce moyen est particulièrement dédaigné à toutes les époques. La mode ancienne au XV° siècle consistait à s’agréger par le service militaire ou la vie noble sur son fief. La première partie du XVI° voit naître une nouvelle structure qui prend par la suite de plus en plus d’importance : l’agrégation par office anoblissant qui sera peu à peu légitimée et réglementée juridiquement. Parmi les charges prisées celle de notaire et secrétaire du Roi maison et couronne de France, ta fameuse "savonnette à vilains", arrive en tête suivie par celle du Parlement. Au XVII°, les offices des Bureaux de finances et de la Chambre des comptes sont également choisis. Les moyens traditionnels, l’armée et la terre, reculent après 1560. Olivier de la Marche en 1436 dans son traité de duel réédité à la fin du XVI° siècle distinguait cinq moyens d’entrer dans la noblesse qu’il hiérarchisait dans un ordre qui mérite d’être remarqué :

  1. La possession des grands offices du Prince

  2. La vie honneste des nobles hommes

  3. Le service du Prince

  4. Le métier des armes

  5. La lettre de noblesse

  • 4 Pour l’Auvergne : CHARBONNIER, La seigneurie en Auvergne du XIV° au XVI° siècles, Clermont-Ferrand, (...)

Il place en seconde position l’agrégation par le style de vie du gentilhomme campagnard avant l’office, l’armée ou la lettre. Au XVII° cette conception n’est plus comprise. A Orléans, le chanoine Hubert auteur d’un traité de noblesse sous le règne de Louis XIV a eu le temps de méditer sur le phénomène nobiliaire. Grâce aux documents récoltés par l’Intendant en 1667 et aux titres recueillis dans les manoirs seigneuriaux, il a confectionné huit volumes de généalogies concernant les familles notables de la généralité. Il méprise profondément l’agrégation à la noblesse par les fiefs : "ils sont entrés par la porte de la fausseté". Il ajoute encore : "ce sont des nobles de plume qui sans risque de verser le sang s’anoblissent chez eux par des voies douces". En Normandie, la coutume voulait qu’un roturier qui possédait une terre noble pendant quarante années sans être récusé pût être considéré comme anobli. En 1470, Louis XI, pour des raisons fiscales, exigea que ces hommes payassent le droit de franc-fief. Les Etats de la province protestèrent et s’opposèrent à cette mesure. Après de longues négociations, le roi accepta de reconnaître la coutume normande contre versement d’une forte somme à son trésor. Cette situation dura jusqu’en 1579, année où fut publiée l’ordonnance de Blois. L’article 258 stipule : "les roturiers et les non-nobles achetant fiefs nobles ne seront pour ce anoblis de quelque revenu que soient les fiefs par eux acquis". L’ordonnance de 1560 avait été plus évasive ; on y lisait : "ceux qui usurperont le nom et le titre de noblesse et porteront armoiries timbrées seront multés d’amendes arbitraires". On évoquait bien l’usurpation mais on ne la définissait pas 4.

LE MODE D’ANOBLISSEMENT DANS TROIS PROVINCES FRANCAISES

LE MODE D’ANOBLISSEMENT DANS TROIS PROVINCES FRANCAISES

LE MODE D’ANOBLISSEMENT DANS L’ELECTION DE BAYEUX

LE MODE D’ANOBLISSEMENT DANS L’ELECTION DE BAYEUX

LE MODE D’ANOBLISSEMENT EN BEAUCE

LE MODE D’ANOBLISSEMENT EN BEAUCE
  • 5 Ce cahier est publié par Y. DURAND dans "Enquêtes et documents" du Centre de Recherches sur l’histo (...)

7En 1614, la noblesse du gouvernement de l’Orléanais dans son cahier de doléances qui est l’émanation des opinions publiques des gentilshommes de quatorze bailliages, vilipendait les roturiers acheteurs de "terres seigneuriales" qui prennent le nom des grandes familles qui les ont précédés, se parent de leurs titres "pour faire oublier leur basse naissance". Ils critiquent le rôle de l’argent et de la faveur qui remplacent le mérite. Pour eux le droit d’entrer dans le second ordre n’appartient qu’aux hommes qui servent aux armées ou qui vivent noblement. Ils repoussent en fait les officiers, les financiers, les gens proches du pouvoir pour ne retenir que la manière ancienne 5.

  • 6 B.N., Cabinet des titres, Nouveau d’Hozier, 311 (Du Teiller) Villequoy : Chanoine Hubert, vol. II, (...)

8Cette dernière demeurait encore dans l’esprit de l’intendant d’Orléans, de Machaut, lorsqu’il écrit à propos de la famille du Teiller : "... Le dit Antoine fils de Nicolas, écuyer et de Etiennette de Villequoy ses père et mère qui ont vécu noblement tant auparavant l’année 1551 et depuis icelle PRIS la qualité d’écuyer" 6. Chez ces du Teiller comme chez les Villequoy suivis depuis 1485, aucune trace d’anoblissement. Leurs alliances se concluent avec des familles dont l’origine est semblable et qui vivent comme eux la vie noble des gentilshommes campagnards : les Fesnières, Bernardin, Varenne, de Moustiers, Saumery, Fouquet, Brosset.

9L’agrégation par le métier des armes se fait de la même façon. Par exemple, Robert de Tarragon à la fin du XV° siècle, apparaît soudainement comme écuyer seigneur de Morgues en Dunois. Homme d’armes de l’ordonnance du Roi sous le Maréchal de Gié, il inaugure un lignage rempli de guerriers prestigieux jusqu’au XX° siècle. Nul autre signe d’anoblissement que ce service militaire exercé presque continuellement. Aucune condamnation lors des enquêtes de noblesse : leur qualité acquise sur les champs de bataille n’est mise en doute par personne. De nombreux textes confirment d’ailleurs cette réalité, les uns de façon favorable les autres pour la stigmatiser.

10Jean du Bueil dans Le Jouvencel écrit :

  • 7 Jean du Bueil, Le Jouvencel, 2 vol., S.H.F., Paris, 1887-99

"Nous, pauvres soldoyers qui sommes en l’estat de nobles et nobles de lignée la plus part et ceux qui ne sont nobles de lignée le sont par exercice et mestier des armes qu’ils suivent et qui est noble de soi-même" 7.

11Racine de Villegomblin, gentilhomme de la Beauce blésoise, rapporte pour l’année 1569 :

  • 8 Racyne de Villegomblain, Mémoires des troubles arrivés en France sous Charles IX, Henri III, Henri (...)

"C’était un jeune homme qui était de Chateaudun nommé Gouin qui s’était fait bon soldat et depuis homme de commandement qui y fut fort bien" 8.

12Blaise de Monluc vante dans ses Commentaires l’ardeur des paysans qui, avides de gloire militaire, se hissent au premier rang :

  • 9 Biaise de MONLUC, Commentaires, La Pléïade, Paris 1964, p. 23.

"J’en ai veu parvenir qui ont porté la pique à dix francs la paye faire des actes si belliqueux et se sont trouvés si capables qu’il y en a eu prou qui étaient fils de pauvres laboureurs qui se sont avancés plus avant que beaucoup de nobles pour leur hardiesse et vertu... toutes ces choses sont passées par devant moi j’en puis parler sans mentir..." 9.

13D’autres témoignages venant de milieux sociaux proches des paysans couvrent ces soldats d’opprobre et leur refusent tout droit à la noblesse parce qu’elle serait acquise non par la gloire mais par le vol, le pillage, la tyrannie, la paresse :

"M.M. les voteurs du peuple qu’ils étaient, en sont devenus riches en peu de temps jusques à aucuns simples bellistres et soldats d’être faits gentilshommes non de vertu mais de tyrannie… tel soldat pour parvenir à noble a fait l’an passé douze à quinze voyages sous divers capitaines partant de sa maison à petit équipage revenait en quinze jours bien monté et à cheval la bourse bien garnie... Cela leur était toléré et souffert par les capitaines et chefs qui participaient à leur butins et larcins... à celle noblesse acquise par brigandage les vrays nobles ont singuliers intérêts..."

14(Cahier du village de Cintray près de Chartres, 1576).

Le cahier de La Loupe, gros bourg du Perche, va beaucoup plus loin ; il décrit avec un sourire grinçant comment les guerres secrètent les cadres futurs de la société :

  • 10 Cahiers de doléances de Chartres, B.N. Mss FR 26324. Etude faite dans ma thèse : Nobles et paysans (...)

"... Une infinité d’artisans mercenaires et autres fainéants quy ont délaissé leurs arts et mestiers et prins les armes durant les troubles soubz couleur pour aller piller et troubler le pauvre peuple et vivre en toute liberté d’ordure et pris titre de seigneurie comme le vivier, le rotoir, la fosse, le buisson, l’épine, l’étang, la borde, la queue et autres tels et semblable... et dont la plus part sont aujourd’hui voleurs et guetteurs de chemin pour ces causes leur soit enjoint de prendre incontinent leurs arts et métiers et leurs premiers noms sur peine d’être pendus ou étranglés.., " 10.

  • 11 CHARBONNIER, ouv. cité, p. 773.

15Ces phénomènes ne sont pas propres aux guerres de religion. M. Charbonnier dans sa thèse cite le cas notamment de Jean Malet, capitaine de Murol, au service de Guillaume de Murol, à la fin de la guerre de Cent Ans, dont les descendants se considèrent comme nobles en présentant des aveux et dénombrements à leur seigneur et suzerain 11. M. Charbonnier relate en outre qu’au début du XIV° siècle les lignages de petite noblesse hésitaient à adopter la qualité nobiliaire. Ils ne se seraient décidés qu’après avoir été convaincus des avantages fiscaux que leur conférait leur nouvelle situation sociale.

16Ainsi dans ces périodes anciennes comme au XVI° siècle. les nouveaux nobles pouvaient être des soldats valeureux ou pillards comme des exploitants agricoles vivant noblement sur des terres seigneuriales. Il faut néanmoins approfondir et rechercher sous ces apparences à quels véritables groupes sociaux ils appartiennent.

Sociologie de l’anoblissement

17La comparaison entre ta Normandie et la Beauce révèle de notables différences. Le poids des offices et des hommes de loi est énorme à Bayeux comme dans l’ensemble de la Normandie. En revanche la Beauce ne choisit parmi eux qu’un peu plus du tiers de ses nobles nouveaux, réservant une part semblable aux militaires. L’autre surprise réside dans le faible nombre des marchands et bourgeois des villes. Pourquoi lorsqu’on connaît l’activité de cités commerçantes comme Rouen ou Caen, ne trouve-t-on pas davantage de représentants des professions liées à l’activité économique alors que ces derniers constituent 30 % des anoblis beaucerons, venus de Chartres et surtout d’Orléans, l’une des grandes métropoles de redistribution des marchandises du royaume ?

18Une autre méthode permet d’approcher ce vivier social qui constituera la future noblesse : il s’agit des roturiers acquéreurs de fiefs. Le tableau indique que la composition sociale de ce milieu varie beaucoup en deux siècles. Les avocats, si l’on excepte une éclipse entre 1560 et la Fronde, maintiennent leurs positions de même que les officiers seigneuriaux. Les propriétaires vivant noblement sur leurs terres voient leur pourcentage décroître régulièrement mais la véritable diminution de leur nombre se situe dès 1560 où ils perdent la moitié de leurs effectifs. Les marchands subissent le même sort mais plus tard à l’époque des guerres de religion. Au contraire, les officiers prennent de plus en plus de place doublant leur proportion vers 1560, parvenant à détenir la moitié des seigneuries possédées par des non-nobles, à la fin des guerres de religion. Leur prépondérance demeure jusqu’au milieu du XVII° siècle. A cette date, leur rôle s’amenuise. Le monde du droit domine parmi les candidats à la noblesse sous le règne de Louis XIV alors que les marchands et les bourgeois des villes comme les seigneurs vivant noblement en exploitant leurs terres jouaient un rôle égal avec eux à la fin du Moyen Age.

  • 12 Beauharnois : Chérin, 19.

19Ainsi, à propos des Beauharnois marchands orléanais agrégés à la noblesse, le commis de Chérin soulignait en 1786 qu’ils appartenaient "à la bourgeoisie d’Orléans.."..." Aucuns de ses sujets ont été marchands, échevins et lieutenants de bailliage et siège présidial..." En 1642, le Trésorier de France de Chaludet disait : "la maison de Beauharnois qui est une famille plus ancienne que je crois... ils ont toujours gardé (la qualité de marchands) jusqu’au père de ceux d’à présent mais véritablement c’était de grands marchands et riches qui se sont alliés dans de bonnes familles.." 12.

L’ORIGINE SOCIALE DES ANOBLIS (XV° au XVII° siècles)

Bayeux

Normandie (1)

Beauce

Officiers

61 %

57 %

15 %

Hommes de loi

17 %

10 %

20 %

Militaires

9 %

14 %

32 %

Marchands Bourgeois des villes

5 %

14 %

30 %

Seigneurs vivant noblement

3 %

100 %

100 %

100 %

(1) D’après les chiffres cités par M. WOOD.

ROTURIERS POSSESSEURS DE FIEFS EN BEAUCE

ROTURIERS POSSESSEURS DE FIEFS EN BEAUCE
  • 13 Colas des francs : à propos de cette famille voir notre thèse p. 34-35 et l’article de la Revue XVI (...)

20Cette famille comme celle des Colas des Francs étaient tellement notables dans la province comme dans la ville qu’elles dépassaient sur le plan du prestige et des services rendus à la monarchie bien des gentilshommes de cette époque du règne d’Henri IV 13.

  • 14 Manterne : P.O 1831 (Brichanteau).
  • 15 L’Aubépine : Chérin, 10. Reg. Par. Bazoches en Dunois (1717). Fauvelet du Toc : Histoire des secrét (...)
  • 16 Feugerets : P.O. 1136. Chérin, 81.

21Il en est sans doute de même pour certains officiers seigneuriaux tels Gilles Manterne écuyer seigneur de Ruffin, bailly de Nogent-Le-Roi alors entre les mains des de Brézé. Sa juridiction s’étend sur 22 villages et 6 hameaux en 1488. De par ses fonctions, ce personnage est bien plus puissant que n’importe quel petit gentilhomme campagnard 14. D’autres firent des carrières glorieuses comme les L’Aubépine, secrétaires d’état des Rois Valois, qui commencèrent leur ascension sociale par une charge de bailly de Brou 15. Certains bornent leurs horizons à un modeste destin. En 1402, Gervais Feugerets, bailly de Dreux pour le duc d’Orléans, ne paraît pas transi d’ambitions puisqu’il ne possède aucun fief. Son fils Bertrand, licencié es lois, exerce la même profession que son père mais à Nogent-le-Rotrou et l’imite en tous points. A la troisième génération, le petit-fils franchit l’étape décisive en s’intitulant en 1508 Noble homme Florent des Feugerets, seigneur de Vacheresses les Basses. Il n’exerce plus aucune fonction. Celles de ses ancêtres lui ont servi de passeport pour entrer dans la petite noblesse 16.

  • 17 Minutes notariales de Yenville au sel. Arch. départ. d’Eure et Loir, Etude XIX, liasse 43.

22Ce milieu d’hommes de loi et de marchands qui constituent le vivier dans lequel la gentilhommerie puise les éléments qui lui permettront de se renouveler appartient à la ville ou à la campagne. Un avocat peut devenir un bailly seigneurial mais un riche laboureur peut espérer la même chose. Ainsi Honnête personne Denis Gervaise, marchand à Rouvray St Denis, époux d’une fille de laboureur beauceron devient, en 1549, procureur de la seigneurie de son village. Son cadet suit ses traces comme prévôt du même lieu. Le Puîné François, marchand laboureur, se fait appeler "sieur des Chasteliers". Son fils Joachim étudiant à l’Université de Paris en 1542 sera intitulé, en 1582, "Noble homme, ... Seigneur des chasteliers et de Frouville" 17. Le chemin direct entre la condition paysanne, certes très aisée, et un futur agrégé à la noblesse passe par l’accumulation terrienne et les fonctions juridiques apprises sur le tas par les vertus de l’apprentissage ou de la Faculté.

  • 18 Serisy, Arch. Départ. Eure et Loir, E 876 à 881. Lecoq, E 876-77. B.N., Cabinet des titres, N.H. 30
  • 19 B.N., Cabinet des titres, N.H. 305.

23Un autre laboureur, Jean Lecoq de Bouville, au Gault en Beauce au sud de Chartres, a rassemblé des terres, comme beaucoup, à toutes les époques, dans les années 1479-89. En 1511, son fils est devenu marchand laboureur. A la quatrième génération, le titre "d’honnête personne" lui est donné par le notaire avec celui de sieur de Moisville. En 1571, le descendant reçoit du "Noble homme" 18. Sa fille, unique héritière de ses biens, parce qu’il n’a pas eu la chance de procréer des fils, épouse Jean de Serisy un autre "noble homme" écuyer seigneur de Cogny, gentilhomme campagnard depuis quatre générations, tout heureux de bénéficier des investissements terriens de son beau-père malchanceux. Ces Serisy ne routent pas sur l’or ; leur ancêtre en 1529, paie 100 sols pour la rançon de François I°, sa terre rapportant 50 livres par an 19. Les Serisy paraissent bien sortir du monde paysan comme beaucoup d’autres lignages de gentilshommes campagnards nés à la fin du XV° et au début du XVI° siècles. Nous avons vu que la mobilité sociale était rapide chez ces nouvelles familles qui tenaient à peine plus de cent ou cent cinquante ans. Elles surgissent soudain, demeurent quelques générations puis s’évanouissent souvent faute de mâles, et surtout de richesses suffisantes pour installer leur progéniture sur les seigneuries voisines en élaborant une stratégie matrimoniale qui pourrait les mettre à l’abri du besoin. Une partie de ta petite noblesse beauceronne née entre les règnes de Charles VII et Henri II est sans doute sortie de la riche paysannerie de ce fertile plateau céréalier. Les indices permettant d’établir cette hypothèse ne manquent pas. Il serait possible sans grand risque d’erreur de désigner une liste de ces familles. Elles ont néanmoins tellement bien caché leurs origines qu’elles devaient considérer comme honteuses, qu’il est difficile de trouver des archives suffisamment étoffées pour établir un tel bilan quantitatif comme on peut le réaliser pour les grandes bourgeoisies urbaines. Seule une patiente recherche dans l’océan des minutes notariales anciennes, quand elles ont été conservées, apporterait une telle moisson qui pourrait toujours être considérée comme des éléments d’un cas particulier.

Conclusion

24Ces hypothèses ne seront confirmées que par des études nombreuses. Les poussées nobiliaires se sont succédées selon les provinces avec une intensité variable. Le mode d’anoblissement semble propre à chablesse se recrute n’a pas les mêmes dimensions en Normandie et dans l’Orléanais. En fait la seule conclusion qui s’impose véritablement est l’obligation de multiplier les enquêtes régionales voire locales. Elles permettront de créer des modèles puis une typologie. Il faut donc à mon avis se replier sur une "histoire bailliagère" pour reprendre le célèbre mot de Pierre Goubert, pleine de charme et de rêve, parce qu’elle nous fait pénétrer au fond des choses et des réalités de la France profonde.

Notes

1 Bretagne : Meyer Jean, La noblesse bretonne au xviii° siècle, Paris 1966.

2 Ces statistiques s’appuient sur les ouvrages suivants : J. MEYER, La noblesse bretonne au XVIII° siècle, Paris, 1966 ; M. CUBELLS, "A propos des usurpations de noblesse en Provence sous l’Ancien régime", Provence Historique, 1970 ; J. WOOD, The nobility of the election of Bayeux (1463-1666), Princeton University Press, 1980 ; J. M. CONSTANT, Nobles et Paysans en Beauce aux XVI° et XVII° siècles, Lille III, 1981.
Les autres chiffres proviennent de mes recherches personnelles en cours.

3 L. STONE, Crisis of aristocraty (1558-1641), Oxford, 1965.

4 Pour l’Auvergne : CHARBONNIER, La seigneurie en Auvergne du XIV° au XVI° siècles, Clermont-Ferrand, 1980.
Pour tout ce qui concerne la Normandie, ouvrage cité de J. WOOD.
La réglementation nobiliaire est fort bien résumée par CHERIN, Abrégé chronologique d’édits, déclarations, réglements, arrêts et lettres patentes des Rois de France de la troisième race concernant les faits de noblesse, réédition en 1974 par les Editions du Palais Royal.

5 Ce cahier est publié par Y. DURAND dans "Enquêtes et documents" du Centre de Recherches sur l’histoire de ta France Atlantique de l’Université de Nantes, 1971.

6 B.N., Cabinet des titres, Nouveau d’Hozier, 311 (Du Teiller) Villequoy : Chanoine Hubert, vol. II, p. 264 Fesnières : Dossiers bleus, 266, Nouveau d’Hozier, 133, Hubert, I, 140, Archives du Loiret, 2 J 1634 Bernardin : Enquête de noblesse de 1667. (B.N.) Registres paroissiaux des Illiers, Barjouville, Sours, Theuville, Berchères l’évêque Varennes : Hubert, VII, 254 de Moustiers : Archiv. d’Eure et Loir, E 1184 ; registres paroissiaux de Theuville et Beauvilliers pour les années 1564 et 1577. Saumery : N.H. 238 Fouquet : DB 279, E et L, B 1369 ; E 499-521. RP Al lones, 1678. Brosset : P. 0., 259 ; Cabinet d’Hozier, 68, Hubert, I, 75 Tarraqon : N.H. 310 ; P. 0. 2790 ; D.B. 26 ; Chérin, 192 ; Carré d’Hozier, 591.

7 Jean du Bueil, Le Jouvencel, 2 vol., S.H.F., Paris, 1887-99

8 Racyne de Villegomblain, Mémoires des troubles arrivés en France sous Charles IX, Henri III, Henri IV, Paris, 1667.

9 Biaise de MONLUC, Commentaires, La Pléïade, Paris 1964, p. 23.

10 Cahiers de doléances de Chartres, B.N. Mss FR 26324. Etude faite dans ma thèse : Nobles et paysans en Beauce..., ouv. cité.

11 CHARBONNIER, ouv. cité, p. 773.

12 Beauharnois : Chérin, 19.

13 Colas des francs : à propos de cette famille voir notre thèse p. 34-35 et l’article de la Revue XVI° siècle, numéro spécial sur la mobilité sociale, Janv-mars 1979, p. 12.

14 Manterne : P.O 1831 (Brichanteau).

15 L’Aubépine : Chérin, 10. Reg. Par. Bazoches en Dunois (1717). Fauvelet du Toc : Histoire des secrétaires d’Etat (1668).

16 Feugerets : P.O. 1136. Chérin, 81.

17 Minutes notariales de Yenville au sel. Arch. départ. d’Eure et Loir, Etude XIX, liasse 43.

18 Serisy, Arch. Départ. Eure et Loir, E 876 à 881. Lecoq, E 876-77. B.N., Cabinet des titres, N.H. 305

19 B.N., Cabinet des titres, N.H. 305.

Table des illustrations

Titre LA NOUVELLE NOBLESSE D’APRES LES ENQUETES DE 1667 ET 1996
Légende (1) Bretagne : Meyer Jean, La noblesse bretonne au XVIII° siècle, Paris 1966.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre LA NOUVELLE NOBLESSE DE BEAUCE PAR RAPPORT A L’ENSEMBLE DES POSSESSEURS DE SEIGNEURIES.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11474/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre LE MODE D’ANOBLISSEMENT DANS TROIS PROVINCES FRANCAISES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11474/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre LE MODE D’ANOBLISSEMENT DANS L’ELECTION DE BAYEUX
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11474/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre LE MODE D’ANOBLISSEMENT EN BEAUCE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11474/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre ROTURIERS POSSESSEURS DE FIEFS EN BEAUCE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11474/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteur

professeur d’Histoire moderne à l’Université du Mans

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search