Version classiqueVersion mobile

L’anoblissement en France, xve-xviiie siècles

 | 
Centre de Recherches sur les Origines de l’Europe Moderne

Perception et appréciation de l’anoblissement dans la France du xvie siècle et du début du xviie siècle

Arlette Jouanna

Texte intégral

1Lorsque l’on essaie de connaître la façon dont les hommes d’Ancien Régime voyaient la société de leur temps, il apparaît très vite que la mobilité sociale, soit vers le haut, soit vers le bas, leur posait un certain nombre de problèmes. Dans des structures fortement hiérarchisées, le phénomène avait un aspect parfois spectaculaire, en tout cas toujours mystérieux. "Je hais le mouvement qui déplace les lignes" fera dire Baudelaire à la Beauté... Pour les observateurs de la société, qui cherchaient à en découvrir le sens, et qui y voyaient volontiers une belle œuvre d’art produite par les efforts conjugués de Dieu et de Nature, le mouvement d’ascension ou de déchéance sociales, et tout particulièrement l’entrée dans l’ordre de la noblesse, risquait de déranger, si sa rapidité était excessive, la beauté et l’ordonnance de la hiérarchie.

  • 1 Ces ouvrages sont ceux que j’ai utilisés dans ma thèse (L’idée de race en France au XVIe siècle et (...)

2Comment était perçu l’anoblissement dans les premiers Temps Modernes en France ? La réponse à cette question peut être cherchée dans les ouvrages qui, à des degrés divers, contiennent des éléments de réflexion sur les structures sociales, et peuvent donc être considérés comme présentant des théories partielles ou complètes de la société. Répondent à cette définition les traités sur la société proprement dits, les traités juridiques, mais aussi ceux des mémoires, des pamphlets, des œuvres de moralistes ou d’historiens qui consacrent de larges passages à l’analyse des réalités sociales de leur temps 1. Leurs auteurs apportent les éléments d’une problématique de l’anoblissement, telle que la percevaient des spectateurs conscients de l’importance de ses conséquences sur la société.

  • 2 Claude EXPILLY, procureur général en la Chambre des Comptes du Dauphiné, écrit par exemple : "Or po (...)
  • 3 Responce à la blaspheme et calomnieuse remonstrance de Maistre Matthieu de Launoy, chanoine de Sois (...)
  • 4 Dans La Monarchie de France, Claude de SEYSSEL écrit que "l’on voit tous les jours aucuns de l’Etat (...)
  • 5 Selon Jean Bodin, une République dans laquelle les places les plus élevées seraient réservées aux s (...)
  • 6 Cette idée ressort de tous les textes qui affirment la nécessité de la coïncidence entre la hiérarc (...)

3Une première constatation s’impose : l’anoblissement apparaît aux observateurs comme une nécessité à la fois biologique et morale. Nécessité biologique : en effet, les races nobles sont mortelles ; les guerres, la dérogeance, la stérilité en diminuent le nombre ; la noblesse serait donc exposée, sinon à l’extinction, du moins à une dangereuse perte de substance si le sang neuf des anoblis ne venait la régénérer 2. Mais l’anoblissement est aussi une nécessité morale. L’idée d’un ordre social à jamais immuable, qui enfermerait chaque lignée dans un destin fixé de toute éternité, n’est défendue par aucun auteur. Même les plus attachés à un idéal d’immobilité conviennent de l’opportunité de ne pas, selon l’expression de l’un d’entre eux, "fermer la porte à ceux qui, estans de bas et abject lieu, ont eu leurs actions si vertueuses, que courans par les chemins et sentiers des vertus, ils se soient rendus dignes de cet honneur" 3. Certains théoriciens se plaisent même à souligner le caractère relativement ouvert de la société française, qui permet, selon eux, aux roturiers méritants de s’élever 4. C’est que tous, mises à part quelques exceptions dont la plus remarquable est celle de Jean Bodin 5, pensent que la hiérarchie sociale doit être calquée, dans ses grandes lignes, sur la hiérarchie des qualités morales, et que la société, en plaçant les meilleurs au premier rang, a une fonction pédagogique d’encouragement à la pratique de la "vertu" 6. Comment donc, dans ces conditions, refuser la possibilité ouverte à tout effort "vertueux" d’être socialement récompensé ? L’élévation sociale, dans la mesure où elle est la conséquence d’une élévation morale, ne peut que renforcer la valeur didactique de la société.

4Reste que, même accepté et légitimé, l’anoblissement est difficile à interpréter, puisqu’il est passage d’un ordre à un autre. Une approche purement juridique tendrait à n’y voir qu’un simple changement d’identité sociale, entraînant l’accès à un statut légal caractérisé par un certain nombre de droits et de privilèges. Mais, si la noblesse est plus qu’une catégorie juridique, si la dignité qu’elle procure sert à désigner les êtres humainement les plus accomplis, alors l’anoblissement ne peut être qu’une métamorphose intérieure faisant accéder l’anobli à une qualité humaine d’un tout autre ordre.

5Tous les théoriciens qui donnent un contenu moral à la notion de noblesse – et ceci quel que soit le sens, parfois très divers, donné au mot "vertu" – pensent qu’une définition seulement juridique de l’anoblissement est insuffisante. Leurs divergences, lorsqu’elles existent, proviennent de l’importance différente qu’ils donnent aux divers éléments qui contribuent selon eux à former la qualité noble.

6Ces éléments, si l’on essaie de reconstituer le modèle commun qui ressort des descriptions de la noblesse proposées par les théoriciens, peuvent être réduits au nombre de quatre : la naissance, la "vertu", la reconnaissance sociale par la collectivité, et la reconnaissance légale par le roi. Chaque auteur se réfère, explicitement ou non, à ces quatre aspects, mais insiste plus ou moins sur l’un ou sur l’autre ; et de ces différences d’accent découlent les divergences dans l’appréciation de l’anoblissement.

  • 7 Responce à la blaspheme, ouv. cit., p. 8.

7Lorsque l’importance donnée au premier facteur, la naissance, est telle que les trois autres sont présentés comme découlant automatiquement et nécessairement du premier, l’anoblissement, dans la mesure où il sanctionne un dysfonctionnement du mécanisme de l’hérédité des qualités, apparaît comme la constatation d’un événement contraire aux lois naturelles, d’un petit miracle qui ne peut être que tout à fait exceptionnel. C’est la position de l’auteur anonyme du texte déjà cité plus haut. Ce pamphlet, la Responce à la blaspheme et calomnieuse remonstrance de Maistre Matthieu de Launoy, chanoine de Soissons, a été écrit en 1591 en réponse aux attaques ligueuses contre l’idée de race, ce qui explique peut-être la netteté des prises de position. Voici la définition qu’il donne de la noblesse : "Et me semble que la description ou définition de Noblesse, pour entendre que c’est, ne sera pas mauvaise, de dire, que ce soit une habitude des vertus morales transmise par les prédécesseurs, et délaissée par eux, accompagnée d’honneurs ou richesses, ou de tous les deux ensemble" 7. Cette définition fait la part belle à la transmission héréditaire de la qualité ; le rôle de la consécration sociale par la réputation et légale par le roi n’est évoqué que par l’intermédiaire du mot "honneurs". Aussi la discordance entre nature et vertu est-elle présentée comme un phénomène rare et finalement de peu d’importance : "si il y en a qui venus de bon lieu dégénèrent, ou venus de bas lieu parviennent aux premiers degrez de la vertu, de sorte qu’ils facent des nobles vilains, et des vilains nobles, ce qui est rare et contre nature ne doit estre tiré en conséquence". Une telle position n’est certainement pas isolée ; son auteur se donne comme un gentilhomme, servant le roi et exerçant le métier des armes, poussé à écrire par les arguments fallacieux des Ligueurs sur la noblesse. Reste que la conception très restrictive qu’il présente de l’anoblissement est exceptionnelle dans l’ensemble des écrits sur la société.

  • 8 David RIVAULT DE FLEURANCE, Les Estats, ouv. cit., pp. 272-273. Même opinion chez Pierre de DAMPMAR (...)
  • 9 David RIVAULT DE FLEURANCE, Les Estats, ouv. cit., p. 293.
  • 10 Ibid., p. 359.
  • 11 Ibid., p. 287.
  • 12 Jean de SAULX-TAVANES, Mémoires de Gaspard de Saulx, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1838, p. 107, (...)

8Une deuxième catégorie d’auteurs fait porter l’accent, dans la définition de la noblesse, sur le groupe vertu + reconnaissance sociale par la collectivité. Sans doute considèrent-ils la vertu comme déterminée le plus souvent par le sang ; mais ce déterminisme n’est pas tel, selon eux, qu’elle ne puisse naître dans une race obscure. La valorisation de la vertu entraîne alors les théoriciens à penser qu’elle peut, lorsqu’elle est pratiquée avec constance et courage, modifier le corps, l’affiner, le "subtiliser" et le "spiritualiser" 8, comme l’écrit David Rivault de Fleurance, auteur d’un traité intitulé Les Estats, esquels il est discouru du prince, du noble et du tiers estat, conformément à nostre temps (1596) ; ainsi les qualités psycho-corporel les acquises peuvent-elles être transmises héréditairement. La vertu crée alors véritablement la naissance, et finit par susciter la considération sociale autour d’une lignée qui accède ainsi lentement à la qualité noble. C’est là une sorte d’anoblissement naturel et quasi automatique, le roi n’intervenant in fine que pour reconnaître un processus qui pour l’essentiel s’est déroulé sans lui. C’est ainsi que David Rivault de Fleurance, qui a lui-même bénéficié en 1614 de lettres de relief qui ne sont peut-être qu’un anoblissement déguisé, estime que "la vertu ou la Noblesse n’est point tant attachée au sang, que tous sages n’ayent enfanté des hommes de bien petite qualité, qui ont néantmoins esté très illustres" 9. Aussi a-t-il pu écrire, d’une formule frappante, que "la vie noble faict finallement le noble" 10, phrase qu’il précise ailleurs en constatant que "néantmoins soit que le nom de Noble ait besoin du bénéfice du Prince, si est ce que la seule coustume de vivre noblement, entretenue avec quelque droict de vertu, sert à gens moyennés et riches à se faire réputer "nobles" 11. Ce qui ne paraît pas du tout scandaleux à cet auteur par ailleurs convaincu de ta supériorité biologique de la noblesse. La logique d’une telle position, poussée à l’extrême, peut conduire à refuser au roi toute possibilité d’intervention active, y compris par le don de lettres d’anoblissement. C’est le cas de Jean de Saulx-Tavanes, qui n’hésite pas à écrire : "les roys ne peuvent faire ny princes ny gentilshommes : plus ils en donnent de lettres, et plus ils anéantissent ce nom, qui se forme par la grande ancienneté et approbation du peuple, continuation des charges et réitérés beaux actes des prédécesseurs de ceux qui possèdent cette qualité" 12.

  • 13 François de L’ALOUETE, Traité des Nobles et des Vertus dont ils sont formés, Paris, R. Le Manier, 1 (...)
  • 14 Guillaume d’ONCIEU, La Precedence de la Noblesse, Lyon, J.B. Buisson, 1595, p. 38.

9Une position aussi extrême est cependant rare ; la plupart des auteurs qui acceptent l’idée d’un anoblissement naturel automatique admettent que la reconnaissance royale est nécessaire. Mais le roi n’intervient alors, selon eux, même lorsqu’il donne des lettres, que pour distinguer et honorer les familles que la nature a portées à un degré de perfection humaine suffisante ; il ne fait donc qu’obéir à "la volonté de Nature" et ajuster l’ordre social à l’ordre naturel. Processus que décrit ainsi François de l’Alouëte, bailli de Sedan, auteur d’un Traité des Nobles de 1577 : "Il s’ensuit aussi, que comme la vertu n’est jamais oisive, ains est toujours preste de produire les effects et fruicts de son travail en ceus qui l’emploient, toutes les fois qu’elle sera exercée en son sujet, mise en avant en la vocation et profession des Nobles (c’est à dire, pour F. de l’Alouëte, la vocation des armes), et qu’elle aura rencontré le point auquel Noblesse peut et mérite d’estre conceuë et formée, elle ne faudra point de faire et produire un homme Noble, que le Prince avouëra et déclarera pour tel, et tous le recevront au rang des Nobles" 13. Même opinion chez Guillaume d’Oncieu, membre du Sénat de Savoie, dans son ouvrage sur La Précédence de la Noblesse (1593) : "le prince ne peut faillir lors qu’à l’imitation de nature recognoissant les plus suffisants à commander, semble plutost confirmer et approuver le don de nature qui leur est faict par elle de leur noblesse et honneur sur les autres que la donner nouvellement" 14.

  • 15 André TIRAQUEAU décrit (sans l’approuver) l’anoblissement par prescription au chapitre XIV de ses C (...)
  • 16 L’édit sur les Tailles de 1600 interdit à tout homme de prendre la qualité d’écuyer et de s’insérer (...)
  • 17 Josse CLICHTOVE, Le livre et traité de toute vraye noblesse, nouvellement translaté de latin en fra (...)
  • 18 "Noblesse est heritiere d’honneur, comme de son propre pere : car de luy provient la source et sple (...)

10Ces textes, qui minimisent considérablement le rôle du roi, et suggèrent une sorte de gestation naturelle de la noblesse, permettent d’entrevoir les raisons pour lesquelles l’anoblissement par agrégation a été longtemps toléré et accepté, à condition qu’il soit étalé sur plusieurs générations. Des juristes comme André Tiraqueau, Jean Bacquet et Cardin Le Bret ont décrit ce type d’anoblissement 15, auquel l’édit sur les Tailles de 1600 a apporté une consécration légale, du moins sous sa forme militaire 16. L’acceptation d’un tel mode d’anoblissement est parfaitement compatible avec l’idée de race, dans la mesure où il permet de donner une large place à l’œuvre de la nature. Aussi, bien des auteurs rapportent-ils complaisamment l’étymologie souvent attribuée aux mots "noble" et "noblesse", qui viendraient du latin "noscibilis" (connu, renommé) et "noscibilitas" 17. L’anoblissement par la réputation, par la considération sociale, dont on peut trouver une excellente description dans Le Hérault de la Noblesse de France (1578) de Pierre d’Origny 18, traduit en somme la capacité de l’ordre naturel, même dans ses lentes mutations, à s’imposer avec évidence à la conscience collective.

  • 19 Florentin THIERRIAT, Trois Traictez, sçavoir : 1- De la Noblesse de Race. 2- De la Noblesse Civille (...)
  • 20 Ibid., pp. 1 et 137-140.
  • 21 La fable des métaux est rapportée par Platon au 3e livre de La République (415a) et par Aristote (P (...)
  • 22 Louis LE CARON, Pandectes ou Digestes du Droit François, livre I, éd. cit., p. 163. De ce texte peu (...)

11Une troisième possibilité consiste à mettre bien davantage l’accent sur te rôle du roi, et à n’accepter qu’avec réticences l’anoblissement par agrégation. Mais ceux qui y ont recours sont alors obligés, lorsqu’ils restent très attachés à l’idée de la coïncidence nécessaire entre noblesse et vertu, de faire du souverain un véritable magicien capable de métamorphoser un être inférieur et de modifier par sa seule intervention le cours naturel des choses. Le thème de la métamorphose se trouve en particulier chez Florentin Thierriat, avocat au bailliage de Vosge et auteur d’un traité sur la noblesse paru en 1606. Evoquant les anoblissements, il s’adresse ainsi à son lecteur : "Lecteur quiconques fois (si tu as veu que Cineas de femme devint homme, à son simple voeu les hommes transmuez en scorpions et en loups, et quelques-fois, comme les compaignons d’Ulysse, en pourceaux, pour les vices qu’ils avoyent semblables à ces animaux), tu ne trouveras pas estrange que par les Vertus les Ignobles acquièrent Noblesse, et la servitude Liberté : et que les Princes ayent autant de pouvoir à transmuer de mal en bien, qu’une Circé avoit de bien en mal" 19. Si F. Thierriat compare ainsi le Roi à une Circé bénéfique, capable d’opérer des mutations étonnantes chez ses sujets, c’est qu’il a creusé un abîme entre la qualité roturière et la vertu noble. Il rappelle longuement le mythe platonicien des métaux : "Platon dit qu’en la génération des hommes, Dieu se servit de matières diverses : qu’il en fit avec de l’or pour commander et régner. D’autres avec de l’argent pour seconder et adsister les Princes, et aspirer à choses excellentes. D’autres avec du Plomb, pour estre collez à la Terre, la labourer, et vacquer aux services Mercenaires" 20. Florentin Thierriat n’est pas le seul à évoquer cette image des métaux. La complaisance avec laquelle bien d’autres que lui -Guillaume Budé, Pierre de La Place, François de La Noue, Jean Duret, Louis Le Caron- s’y sont référés, même s’ils ne l’acceptent pas totalement 21, témoigne de la vitalité de l’idée selon laquelle l’anoblissement ne peut être qu’une transmutation, et le Roi, lorsqu’il l’opère, un tout puissant Alchimiste, capable de faire du plomb un métal précieux. Certains auteurs emploient d’autres images ; ils comparent la condition des roturiers à une souillure qui aurait fait perdre à ceux-ci la liberté humaine originelle, et dont le roi aurait seul le pouvoir de les purifier. Ainsi le juriste Louis Le Caron écrit qu’anoblir, c’est "restituere natalibus, c’est à dire, remettre et restablir à l’originelle condition et qualité, en laquelle (comme dit le jurisconsulte Marcian) tous les hommes ont esté du commencement, et non celle en laquelle ils seroyent nez : car l’anoblissement efface toute la tache et macule de la condition roturière, tellement que l’anobly est tel reputé, que s’il n’avoit esté jamais roturier ains estoit né de race Noble" 22. Toutes ces comparaisons tendent à souligner l’ampleur de la transformation opérée par te roi.

  • 23 Pierre de BOISSAT, Remerciement au Roy. Par les Annoblis du Dauphiné... Paris, P. Pautonnier, 1603, (...)

12C’était bien le sentiment d’une métamorphose que devaient éprouver les bénéficiaires de lettres royales. Nous pouvons en juger par la description qu’en donne l’un d’entre eux, Pierre de Boissat, vi-bailli de Vienne, anobli en 1602 avec un certain nombre de Dauphinois, et auteur d’un Remerciement au Roy par les Anoblis du Dauphiné paru en 1603. S’adressant au roi, il écrit : "c’est une goute de ceste précieuse liqueur dont V.M. est ta vraie source et le vray Ocean, par laquelle nous sommes nettoyez de l’ordure ancienne, et regenerez à une vie libre et honorable. Il nous semble qu’elle a effacé ta honte de nos visages, chassé la crainte et deffiance de nos coeurs, dressé nostre desmarche, asseuré nostre parole, et empraint une nouvelle generosité dans nos ames" 23. Lignes étonnantes, où il ne faut pas voir seulement une rhétorique courtisane.

  • 24 L’idée de race en France, ouv. cit., quatrième partie, chapitre IV.

13Enfin, pour être complet, il faudrait évoquer parmi ceux qui insistent sur le rôle du roi, les auteurs plus ou moins hostiles à l’idée que la noblesse implique nécessairement une supériorité morale héréditaire. Ces auteurs, parmi lesquels Claude de Seyssel, Etienne Pasquier, Claude Fauchet, Louis le Roy, Pierre Grégoire, Jean Bodin, Charles Loyseau 24, se différencient des autres dans la mesure où ils ont tendance à démythifier l’anoblissement, et à en donner une simple définition juridique, beaucoup plus proche de la description que les historiens en présentent aujourd’hui. Il semble bien cependant qu’ils n’étaient qu’une minorité au XVI° siècle et encore au début du XVII°.

* * *

14Ces diverses appréciations de l’anoblissement s’accompagnent d’un certain nombre d’idées sur les règles auxquelles il doit se conformer, et de refus de certaines pratiques considérées comme abusives. Ce sont ces refus qu’il convient maintenant d’examiner. Ils concernent essentiellement quatre aspects : les effets, les modes, les causes et le nombre des anoblissements.

  • 25 Sur la preuve de la noblesse de race, voir François-Paul BLANC, "La preuve de la noblesse de race e (...)
  • 26 Pour "faire que l’on se puisse dire gentilhomme, convient faire preuve de ses quatre lignes, deulx (...)
  • 27 Parmi les auteurs qui accordent beaucoup d’importance à la noblesse du sang maternel, certains vont (...)
  • 28 Voir David RIVAULT DE FLEURANCE, Les Estats, ouv. cit., pp. 293-294 ; Pierre de SAINT JULIEN DE BAL (...)

15Sur les effets, tous les auteurs s’accordent : un anobli, bien que juridiquement il soit un noble à part entière, n’est cependant pas, humainement et socialement, l’égal d’un gentilhomme. Le nombre de degrés nécessaires pour acquérir la gentillesse ou la race est estimé à trois ou à quatre selon les auteurs. Parmi ceux qui n’en exigent que trois figurent Jean Bacquet, Cardin Le Bret, Florentin Thierriat, Charles Loyseau ; d’autres estiment qu’il en faut quatre, comme François de L’Alouëte et plus tard Louis de La Roque ; c’est également le parti que choisit la législation royale de 1484 et de 1583 25. Ce long délai, les auteurs qui se rallient à l’idée de race l’expliquent par le fait que l’anoblissement, s’il constitue bien un "seuil", une mutation, dans l’évolution naturelle conduisant une lignée à la perfection noble, n’est cependant qu’une étape dans un processus qui se poursuit bien longtemps encore après lui. S’il faut trois ou quatre degrés pour acquérir la race, il en faut davantage pour prétendre à la qualité de "gentilhomme de quatre lignes". Comme le montre fort clairement un passage du traité manuscrit sur la noblesse écrit par René de Sanzay, chevalier de l’Ordre du Roi et capitaine d’une compagnie de gendarmes, d’une ancienne famille poitevine, ce niveau ne peut être atteint qu’au prix d’une politique matrimoniale rigoureuse menée sans failles pendant au moins cinq générations par seize familles ! 26. Encore la famille d’un anobli par lettres ne pourra-t-elle prétendre à la meilleure noblesse, celle qui est immémoriale. Le temps et, pour bien des auteurs qui pensent que la noblesse du sang maternel est importante, le refus de mésalliances 27, sont ainsi censés apporter une lente maturation, volontiers comparée à celle d’une greffe entée sur la souche de la noblesse, qui en acquiert peu à peu la nature 28.

  • 29 Ainsi Florentin THIERRIAT présente-t-il les anoblis comme des hommes "qui ont penetré le nuage de l (...)

16Une autre raison, selon les auteurs qui croient à la ressemblance morale héréditaire entre les générations, ajoute encore à la différence entre l’anobli et le gentilhomme. Le premier inaugure sa race ; il ne fait que se dégager lentement de l’obscurité qui enténébrait l’existence anonyme et besogneuse de ses prédécesseurs. Le second, au contraire, est enrichi dès l’enfance par les vertus de ses ancêtres, qui revivent en lui. Son existence individuelle se trouve ainsi comme dilatée aux dimensions de celle de toute sa race, et sa valeur humaine personnelle en est augmentée 29.

  • 30 Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, ouv. cit., p. 589.
  • 31 En particulier, Jean-Marie CONSTANT, Nobles et Paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille I (...)

17Ces exigences sur la nécessaire lenteur de la mobilité sociale pouvaient, bien entendu, se trouver démenties dans les faits par des ascensions particulièrement rapides, comparées alors à des moisissures comme les champignons, ou à des boursouflures comme les potirons 30 ; mais elles n’en ont pas moins influencé les comportements sociaux. Aujourd’hui, beaucoup d’historiens de la noblesse des XVI° et XVII° siècles s’accordent sur la nécessité de séparer, dans leurs tableaux, les nobles récents, dont la noblesse remonte à moins de cent ans, et les gentilshommes dont la race est plus ancienne 31.

  • 32 Etienne TABOUROT, Les Bigarrures du Seigneur des Accords. Quatriesme Livre, Paris, J. Richer, 1585, (...)
  • 33 François de L’ALOUETE, Traité des Nobles, ouv. cit., f. 26 r° ; Gui COQUILLE, Histoire du Pays et D (...)
  • 34 Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, ouv. cit., p. 554.
  • 35 L’idée de race en France, ouv. cit., troisième partie, chapitres V et VI.
  • 36 Louis ERNAUD, Discours de la Noblesse et des justes moyens d’y parvenir, Caen, B. Macé, 1584.

18En ce qui concerne les modes, les théoriciens en distinguent quatre, plus ou moins légitimes. Le premier est l’anoblissement par lettres, unanimement reconnu comme un moyen légal d’accès à la noblesse, mais pas toujours très prisé. Etienne Tabourot des Accords a écrit, dans ses Bigarrures, qu’on se moquait de ces anobl is en les appelant ’‘gentilshommes en parchemin" 32. Le deuxième mode est l’anoblissement par offices, au sujet duquel les avis sont très partagés. Certains nient absolument que les offices puissent apporter la noblesse héréditaire, parce que, selon eux, seule la vaillance guerrière peut anoblir. C’est le cas en particulier de François de l’Alouëte, de Guy Coquille, de Noël du Fail 33. D’autres acceptent cette sorte d’anoblissement, mais affirment qu’elle ne peut donner naissance qu’à une noblesse de type inférieur. Ainsi Pierre de Saint Julien de Balleure, gentilhomme bourguignon, estime que si un anobli par office veut faire accéder sa lignée à la véritable noblesse, c’est à dire, selon lui, à la noblesse d’épée, il lui faudra marier ses enfants et petits-enfants avec des "gentil-femmes" et leur faire embrasser la profession des armes : ce n’est qu’à ces conditions que son arrière-petit-fils pourra se dire vraiment noble ! 34D’autres enfin pensent que non seulement l’anoblissement par offices est tout à fait légitime, mais aussi que la noblesse qu’il engendre est égale, voire supérieure à celle de l’épée 35. Parmi ceux-ci, mention doit être faite de Louis Ernaud, seigneur de Chantores, auteur d’un remarquable ouvrage intitulé Discours de la Noblesse et des justes moyens d’y parvenir (1584), où il faut voir un véritable manifeste en faveur de l’égalité de la robe et de l’épée 36.

  • 37 Voir ci-dessus, note 22.
  • 38 BRANTOME, Discours sur les Couronnels de l’Infanterie de France, éd. L. Lalanne, Soc. de l’Hist. de (...)
  • 39 Noël DU FAIL, Contes et Discours d’Eutrapel, éd.. cit., t. II, pp. 125-126.

19Troisième mode d’anoblissement : l’anoblissement par agrégation. Refusé par tous ceux qui estiment que seul le roi a le droit d’anoblir 37, il est accepté, on l’a vu, par les auteurs qui pensent que la pratique de la vertu est capable, dans certains cas évidemment assez rares, de modifier la qualité naturelle héritée à la naissance. C’est ainsi que Brantôme et Monluc citent avec complaisance le cas de soldats des guerres d’Italie qui, d’origine modeste, se sont élevés par leur seule vaillance 38. Mais cette acceptation s’accompagne d’un refus violent de toute agrégation qui ne serait pas fondée sur la "vertu", c’est à dire sur l’adoption d’un genre de vie noble, comportant des obligations militaires plus ou moins étendues. L’achat de fiefs, par exemple, ne saurait à lui seul engendrer la noblesse. On connait la pittoresque indignation de Noël du Fail contre les abus de gens de justice ou de marchands qui se font "titrer et qualifier du mot de Monsieur, soubs le nom de quelque closerie qu’ils auront, Monsieur du fossé, de la vigne, du capendu, du chappeau verd, de la truie qui file, du blandureau, et autres de telle farine, contrepetans et suivans au grand galop les anciennes marques des gentils-hommes, que peu à peu ils effaceront, pour y supplanter les leurs" 39. Et Noël du Fail de citer avec approbation, l’ordonnance de Blois qui, en 1579, a supprimé la possibilité de l’anoblissement à "la tierce foi", après achat d’un fief.

  • 40 François de BELLEFOREST, commentant la harangue de Jacques de SILLY, aux Etats d’Orléans de 1560, m (...)

20Enfin, l’anoblissement par mariage avec une femme noble, reconnu par certaines coutumes comme celle de Champagne, où, disait-on, "le ventre" anoblit, est, soit mentionné avec quelque dédain lorsqu’il est légal, soit violemment réprouvé lorsqu’on tente de l’utiliser dans d’autres provinces de France 40.

  • 41 Pour Louis TURQUET de MAYERNE par exemple, dont La Monarchie Aristodémocratique a été écrite, pour (...)
  • 42 Florentin THIERRIAT, Trois Traictez, ouv. cit., p. 148.

21Les théoriciens de la société ne s’attachent pas seulement à l’analyse des divers modes d’anoblissement ; ils en examinent aussi les causes, qu’il est nécessaire de préciser dans le cas de lettres du roi. Leur maître-mot à tous est vertu : anoblir un homme sans "vertu", c’est faire un faux noble. Mais le sens qu’ils donnent au mot "vertu" n’est pas toujours le même : c’est le plus souvent le courage guerrier ; ce peut être aussi la science, voire, dans quelques cas très rares, la richesse considérée comme une qualité humaine 41. L’accent plus ou moins grand placé sur chacune de ces qualités dépend de l’idéal social propre à chaque auteur. Il y a une corrélation entre la préférence accordée à telle ou telle cause d’anoblissement et le contenu concret donné à la notion de noblesse ; Florentin Thierriat, par exemple, concède que la "science" et la richesse, si elles sont accompagnées de vertu, sont des occasions légitimes d’anoblissement ; mais il précise : "combien que le bon Soldat soit le vray sauvageau sur quoy l’Annoblissement doit estre enté" 42.

  • 43 Ibid., pp. 144-145.
  • 44 Jean d’ARRERAC, La Philosophie Civile et d’Estat, Bordeaux, S. Millanges, 1598, pp. 37-38.

22L’insistance sur la nécessité de la vertu n’est pas sans témoigner d’une certaine inquiétude chez tous ceux qui soulignent l’ampleur du pouvoir du roi. Si celui-ci peut agir avec ses sujets comme, selon une image souvent employée, un receveur avec ses jetons, de sorte que, selon le rang qu’il leur donne, "quelquefois un faict nombre de mit et tost après dix fois plus" 43, ne faut-il pas craindre qu’il n’abuse de sa puissance, n’élève des hommes indignes et n’abaisse les généreux ? Les rois, écrit Jean d’Arrérac, conseiller au Parlement de Bordeaux, "peuvent distribuer leurs graces et faveurs à qui leur plaist de leurs subjects et villes, et mesmes sans merite. Le pot à pisser n’a point d’occasion de se plaindre du potier, de ce qu’il ne l’a formé à quelques autre plus honeste usage.." 44Il y a là un pouvoir dont les excès peuvent être redoutables. Aussi Jean d’Arrérac cherche-t-il à se rassurer et à rassurer son lecteur en écrivant que les rois "ne peuvent vouloir que ce qui est juste et raisonnable"...

  • 45 Bernard du HAILLAN, notant après Cl. de Seyssel que les roturiers peuvent parvenir à la noblesse, p (...)
  • 46 James B. WOOD, The Nobility of the Election of Bayeux 1463-1666, ouv. cit. pp. 64-65.
  • 47 Pierre de BOISSAT, dans le Remerciement au Roi (ouv. cit., p. 14-15) suggère que le roi devrait aug (...)
  • 48 Pierre de BOISSAT, Histoire des chevaliers de l’Ordre de l’Hospital de S. Jean de Hierusalem, Lyon, (...)

23Beaucoup ne partagent pas cette confiance et trouvent excessif le nombre de ceux que la faveur royale a anoblis pendant les guerres de Religion. Cet aspect quantitatif de l’anoblissement est évidemment un élément important de la réflexion des théoriciens, sans qu’ils aient pu, ou su donner à cet égard des indications précises. Certains font état d’une progressive diminution du nombre des anoblissements, et en particulier des anoblissements par agrégation, qui se serait produite à partir du milieu du siècle ; cette information correspond en gros à ce qu’on sait de la réalité par ailleurs 45. Il est probable que ce phénomène a donné plus d’attraits à l’achat d’offices anoblissants, qui devient désormais un moyen très utilisé d’accès à la noblesse, au grand scandale de ceux pour qui cette forme d’anoblissement est méprisable ; mais il a aussi redonné de l’intérêt aux lettres royales, qui semblent bien avoir connu, au moins en certaines régions comme la Normandie 46, une multiplication pendant les guerres de Religion. Cet aspect n’est sans doute pas étranger aux plaintes que suscitent les excès de la faveur royale, et au sentiment que les anoblissements par lettres ne doivent, ni être accordés sans raison valable, ni être mis en vente, ni être trop nombreux. Encore que, sur ce dernier point, les positions varient selon l’ancienneté de la noblesse. Des hommes nouveaux comme Pierre de Boissat ou Louis Turquet de Mayerne proclament que le roi devrait anoblir le plus possible de gens 47. Mais cet enthousiasme n’est pas durable. En ce qui concerne Pierre de Boissat, ses tentatives d’insertion dans son nouveau milieu l’ont vite amené à adopter un langage plus mesuré : une dizaine d’années seulement après son accès à la noblesse, il écrit que l’anoblissement ne devrait pas être distribué trop généreusement, car c’est "tousjours une altération de la noblesse ancienne..." 48. En exprimant cette opinion, Pierre de Boissat atteste que la métamorphose de l’anoblissement a achevé de produire ses effets en lui : il est désormais aussi hostile à une trop grande ouverture de la noblesse qu’un gentilhomme ancien. Une fois la porte franchie, il est difficile de résister à la tentation de la fermer derrière soi…

* * *

24Les diverses approches de l’anoblissement qui viennent d’être évoquées permettent de mieux apprécier la façon dont les hommes du XVI° siècle ont perçu et vécu la mobilité sociale ascendante. Celle-ci doit être, selon eux, lente, progressive, étalée sur plusieurs générations, de sorte qu’elle ait l’apparence d’un mouvement naturel. Si elle est trop rapide, ou si elle n’est pas fondée sur la "vertu", c’est tout l’ordre social qui risque d’être bouleversé.

25Mais ces textes montrent aussi à quel point sont liées les formes de l’anoblissement et les structures mêmes de la noblesse. Le choix de tel ou tel mode d’accès au second ordre, l’attitude à l’égard des anoblis sont révélateurs des valeurs qui régissent les comportements. Or, ces valeurs contribuent, tout autant que les réalités socio-économiques, à définir la noblesse. Les observations qu’ont pu faire les contemporains sur la société dans laquelle ils vivaient, dans la mesure où elles sont imprégnées par ces valeurs, et où, en retour, elles ont pu concourir à les renforcer, apportent donc des éléments précieux à l’historien. En ce domaine plus qu’en aucun autre, structures sociales et structures mentales sont étroitement liées.

Notes

1 Ces ouvrages sont ceux que j’ai utilisés dans ma thèse (L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe, Univ. de Lille III, 1976 ; reéd. Montpellier, Presses de l’Univ. Paul-Valéry, 1981, 2 vol.).

2 Claude EXPILLY, procureur général en la Chambre des Comptes du Dauphiné, écrit par exemple : "Or pource que la suite des ans et des siècles en dévore beaucoup (de lignées nobles), que les familles à la longue se perdent (...) : si vostre Majesté se lioit elle-mesme les mains, et s’ostoit les moyens d’annoblir ceux qui par services et merites luy en donnent sujet, elle verroit à la longue ses Provinces vuides de Noblesse" (Plaidoyer, éd. de 1612, Paris, Vve A. L’Angelier, p. 379). Voir aussi David RIVAULT DE FLEURANCE, Les Estats, esquels il est discouru du prince, du noble et du tiers estat, conformément à nostre temps, Lyon, B. Rigaud, 1596, pp. 293-294 ; Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, Lyon, B. Rigaud, 1588, p. 555.

3 Responce à la blaspheme et calomnieuse remonstrance de Maistre Matthieu de Launoy, chanoine de Soissons..., Tours, Cl. de Montr’œil et Jean Richer, 1591, pp. 10-11.

4 Dans La Monarchie de France, Claude de SEYSSEL écrit que "l’on voit tous les jours aucuns de l’Etat populaire monter par degrés jusques à celui de Noblesse ; et au moyen état, sans nombre" (éd. par Jacques POUJOL, Paris, Lib. d’Argences, 1961, p. 125). La même constatation est reprise par Bernard du HAILLAN, mais avec des nuances (voir ci-dessous, note 45) dans De l’Estat et Succez des Affaires de France, Paris, P. L’Huillier, 1570, f. 79 v°. Pour Pierre d’ORIGNY, "est la porte ouverte de la maison de la Noblesse à tous les bienfaisans du Tiers Estat". (Le Hérault de la Noblesse de France, Reims, J. de Foigny, 1578, f. 41 r°).

5 Selon Jean Bodin, une République dans laquelle les places les plus élevées seraient réservées aux seuls vertueux courrait à sa ruine : "car qui ne voudrait octroyer tes estats, et charges honnorables, sinon aux gens vertueux, la République seroit tousjours en combustion, d’autant que les hommes de vertu sont tousjours en fort petit nombre, et seroyent aisément chassez, et déboutez du surplus" (Les Six Livres de la Republique, Paris, J. Du Puys, 1576, éd. de 1577, livre VI, chap. 6, p. 755).

6 Cette idée ressort de tous les textes qui affirment la nécessité de la coïncidence entre la hiérarchie sociale et la hiérarchie morale. David RIVAULT DE FLEURANCE l’exprime souvent dans son livre Les Estats : "car les races nobles sont autant de brandons qui esclairent à ceux qui recherchent la vertu, ou de chefs qui conduisent les nouveaux soldats aux assauts des vices, des tribulations et des infirmités humaines", (ouv. cit., pp. 270-271).

7 Responce à la blaspheme, ouv. cit., p. 8.

8 David RIVAULT DE FLEURANCE, Les Estats, ouv. cit., pp. 272-273. Même opinion chez Pierre de DAMPMARTIN (De la Connaissance et Merveilles du Monde et de l’Homme, 1585, Paris, Th. Périer, f. 110 v°) et chez Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, ouv. cit., p. 631).

9 David RIVAULT DE FLEURANCE, Les Estats, ouv. cit., p. 293.

10 Ibid., p. 359.

11 Ibid., p. 287.

12 Jean de SAULX-TAVANES, Mémoires de Gaspard de Saulx, éd. Michaud et Poujoulat, Paris, 1838, p. 107, col. 2.

13 François de L’ALOUETE, Traité des Nobles et des Vertus dont ils sont formés, Paris, R. Le Manier, 1577, ff. 23 r°-v°.

14 Guillaume d’ONCIEU, La Precedence de la Noblesse, Lyon, J.B. Buisson, 1595, p. 38.

15 André TIRAQUEAU décrit (sans l’approuver) l’anoblissement par prescription au chapitre XIV de ses Commentarii de Nobilitate et Jure Primigeniorum (Paris, J. Kerver, 1549). Jean BACQUET, dans un texte important, rappelle que pour prouver la noblesse, il suffit de témoignages oraux attestant que ta vie noble a été poursuivie pendant au moins trois générations : "Car nous tenons en France, que pour vérifier que un homme est noble, il suffit que les tesmoins desposent qu’ils ont cogneu son ayeul et son pere, les ont veu vivre noblement, suivre les armes, aller aux guerres, mesmes avoir eu charge de compagnies, avoir esté Capitaines, Lieutenans, Enseignes, Guidons, hommes d’armes, hanter les Gentilshommes, porter habits de Damoiselles, et faire autres actes de nobles, sans avoir esté assis à la taille comme nobles, et que au païs ils ont esté censez, estimez et reputez nobles, par tous les habitants, ensemble celuy qui se pretend noble...” (Quatriesme Traicté des Droicts du Domaine de France, Paris, S. Nivelle, 1584, f. 72 v°) Cardin LE BRET mentionne également la preuve par témoins, mais précise que la Cour des Aides de Paris ne l’accepte que si elle est confirmée par des documents authentiques prouvant la filiation (Recueil d’aucuns plaidoyez faictz en la Cour des Aydes, Paris, 1602, ff. 112 r° – 114 v°).

16 L’édit sur les Tailles de 1600 interdit à tout homme de prendre la qualité d’écuyer et de s’insérer dans le corps de la noblesse, à moins d’être issu d’un aïeul ou d’un père ayant exercé la profession des armes, sans avoir dérogé (Jean Richard BLOCH, L’anoblissement en France au temps de François 1er, Paris, F. Alcan, 1934, p. 33 ; François BLUCHE et Pierre DURYE, L’anoblissement par charges avant 1789 Paris, Les Cahiers Nobles, t. II, p. 37).

17 Josse CLICHTOVE, Le livre et traité de toute vraye noblesse, nouvellement translaté de latin en françoys, Lyon, T. Payen, 1533, f. Aii r° (De Vera Nobilitate Opusculum, Paris, H. Estienne, 1512, f. 3r°) ; André TIRAQUEAU, Commentarii de Nobilitate..., ouv. cit., p. 2 ; Louis ERNAUD, Discours de la Noblesse et des justes moyens d’y parvenir, Caen, B. Macé, 1584, f. 14 r°.

18 "Noblesse est heritiere d’honneur, comme de son propre pere : car de luy provient la source et splendeur de l’opinion genereuse que les autres hommes ont de ceux, lesquelz ilz respectent, et ausquelz ils deferent toute faveur et bienveillance. Or n’est-ce autre chose de Noblesse, qu’une persuasion digne de prelature, à cause d’honneur, qui s’engendre es coeurs des humains, ou par vertu, ou par sçavoir, ou par richesse, ou bien est imputee aux heritiers des vertueux, sages et riches" (Pierre d’ORIGNY, Le Herault de la Noblesse de France, ouv. cit., ff. 4 r°-v°).

19 Florentin THIERRIAT, Trois Traictez, sçavoir : 1- De la Noblesse de Race. 2- De la Noblesse Civille. 3- Des immunitez des Ignobles, Paris, L. Bruneau, 1606, p. 367.

20 Ibid., pp. 1 et 137-140.

21 La fable des métaux est rapportée par Platon au 3e livre de La République (415a) et par Aristote (Politique, trad ; de Louis LE ROY, Paris, M. Vascosan, 1568, p. 159). Au XVIe siècle, elle est reprise par Guillaume BUDE (De studio litterarum recte et commode instituend, Bâle, 1533, p. 30, cité par Jacques POUJOL, L’évolution et l’influence de l’idée absolutiste en France de 1498 à 1559, thèse dactylographiée, 1955, Paris-Sorbonne, p. 24) ; par Pierre de LA PLACE (Traicté sur la vocation à laquelle chacun est appelé, Paris, 1561, éd. de 1578, Paris, R. Le Manguier, p. 168) ; par François de LA NOUE (Discours politiques et militaires. pub. par F.E. Sutcliffe, Genève, Droz, 1967, p. 592) ; par Jean DURET (Commentaires aux coustumes du duché de Bourbonnois, Lyon, B. Rigaud, 1584, p. 63, col. 2) ; par Louis LE CARON, Pandectes ou Digestes du Droit François, livre I, Paris, 1587, éd. de 1596, Lyon, J. Veyrat, p. 163) ; et par F. THIERRIAT (voir note 20 ci-dessus).

22 Louis LE CARON, Pandectes ou Digestes du Droit François, livre I, éd. cit., p. 163. De ce texte peut être rapproché un passage des Contes et Discours d’Eutrapel, de Noël DU FAIL : "Se taisent donc tels villenots enrichis, et chacun se contente et suyve la trace et chemin de ses prédécesseurs : si le Prince en l’anoblissant ne l’affranchist, encore à cent ans après demeurera la cicatrice de telle qualité bastarde et illégitime" (éd. E. Courbet, Les Baliverneries et les Contes d’Eutrapel, Paris, A. Lemerre, 1894, t. II, p. 127). Noël du FAIL est de ceux qui refusent catégoriquement la possibilité de l’anoblissement par agrégation.

23 Pierre de BOISSAT, Remerciement au Roy. Par les Annoblis du Dauphiné... Paris, P. Pautonnier, 1603, p. 5.

24 L’idée de race en France, ouv. cit., quatrième partie, chapitre IV.

25 Sur la preuve de la noblesse de race, voir François-Paul BLANC, "La preuve de la noblesse de race en Provence à l’époque des Réformations de Louis XIV", Annales de la Faculté de Droit et de Science Politique d’Aix-Marseille, 1972, pp. 132-136.

26 Pour "faire que l’on se puisse dire gentilhomme, convient faire preuve de ses quatre lignes, deulx paternelles et deulx maternelles, qui est du pere et de la mere et de l’ayeulle paternelle et de l’ayeulle maternelle ; et chacune de ces dictes quatre lignes veriffiees par mesme ordre de quatre lignes valeureuses de gentilzhommes et gentilzfemmes de nom et armes sans degeneration, non mecanicques, mercenaires, ny nouvellement anoblis et de foible noblesse, ny suspectz, qui font consequence de seize lignes, huict paternelles et huict maternelles necessaires pour veriffier que les quatre lignes ne sont faulces, suspectes ny supposees. Et ainsy faisant la preuve des quatre lignees, et icelles se trouvans sans reproche de nom et d’armes, de maisons de gentilzhommes et gentilzfemmes, et non de ceulx quy faulcement se sont atribuez ceste qualitté, ou de noble homme annobly par offices, dignitez, ou benefices du prince, comme beaucoup de riches officiers ou Cytoiens peu à peu en usurpent la qualité, celluy nay de cesdictes quatre lignes sera gentilhomme de nom et d’armes ores mesme que son orrigine feust roturière, pourveu que son trisayeul ayt esté anobly ; aultrement la preuve ne seroit entiere et ne seroit rien mieulx le gentilhomme que le roturier ou le noble anobly". (René de SANZAY, De l’origine, dignité et debvoir du Prince, du Seigneur, du Gentilhomme et du Noble Homme, traité manuscrit, écrit entre 1583 et 1589, B.N., Ms. Fr. 14722-14724, tome I, chapitre VII, ff. 104 r° – 105 v°). Sur René de SANCAY, voir M. ORLEA, La noblesse aux Etats Généraux de 1576 et de 1888, Paris, P.U.F., 1980, pp. 142-147.

27 Parmi les auteurs qui accordent beaucoup d’importance à la noblesse du sang maternel, certains vont jusqu’à qualifier de "métis" les enfants dont la mère ou le père est de naissance inférieure : c’est le cas de Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, ouv. cit., p. 597 ; de Noël DU FAIL, Contes et Discours d’Eutrapel, éd. cit., p. 86 ; de François de L’ALOUETE, Traité des Nobles, ouv. cit., ff. 31 r° – v° ; de SULLY, Mémoires des Sages et Royalles Oeconomies d’Estat, éd. des Trois V Verts, s.d. (vers 1638), tome II, p. 20.

28 Voir David RIVAULT DE FLEURANCE, Les Estats, ouv. cit., pp. 293-294 ; Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, ouv. cit., p. 555 ; Florentin THIERRIAT, Trois Traictez, ouv. cit., p. 6.

29 Ainsi Florentin THIERRIAT présente-t-il les anoblis comme des hommes "qui ont penetré le nuage de leurs predecesseurs, et se sont mal-gré le sang et le corps avancez aux despens de l’esprit et de la peine sur le Théâtre de l’Honneur". Leur qualité humaine sent l’effort et la contrainte (Trois Traictez, ouv. cit., p. 135).

30 Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, ouv. cit., p. 589.

31 En particulier, Jean-Marie CONSTANT, Nobles et Paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles, Lille III, 1981, et James B. WOOD, The nobility of the Election of Bayeux, 1463-1666, Princeton Univ. Press, 1980.

32 Etienne TABOUROT, Les Bigarrures du Seigneur des Accords. Quatriesme Livre, Paris, J. Richer, 1585, ff. 27 v° – 28 r°.

33 François de L’ALOUETE, Traité des Nobles, ouv. cit., f. 26 r° ; Gui COQUILLE, Histoire du Pays et Duché de Nivernois, Paris, 1612, éd. de 1665, Les Oeuvres, Paris, J. Guignard, t. I, pp. 337, 390 et 462 ; Noël DU FAIL, Mémoires recueillis et extraits des plus notables et solemnels Arrests du Parlement de Bretagne, Rennes, 1579, Epître liminaire.

34 Pierre de SAINT JULIEN DE BALLEURE, Meslanges Historiques, ouv. cit., p. 554.

35 L’idée de race en France, ouv. cit., troisième partie, chapitres V et VI.

36 Louis ERNAUD, Discours de la Noblesse et des justes moyens d’y parvenir, Caen, B. Macé, 1584.

37 Voir ci-dessus, note 22.

38 BRANTOME, Discours sur les Couronnels de l’Infanterie de France, éd. L. Lalanne, Soc. de l’Hist. de France, t. V, p. 367 ; MONLUC, Commentaires, éd. P. Courteault, Paris, Gallimard (La Pléiade), 1964, pp. 11-12, 821 et 823.

39 Noël DU FAIL, Contes et Discours d’Eutrapel, éd.. cit., t. II, pp. 125-126.

40 François de BELLEFOREST, commentant la harangue de Jacques de SILLY, aux Etats d’Orléans de 1560, met au rang des anoblissements frauduleux le mariage avec "une Damoiselle" (Les Grandes Annales, Paris, G. Buon, 1579, t. II, f. 1620 r°) ; Louis TURQUET DE MAYERNE cite avec quelque dédain, parmi les modes d’anoblissement, "les accointances par mariages en certains endroicts" (La Monarchie Aristodémocratique, Paris, J. Berjon, p. 286).

41 Pour Louis TURQUET de MAYERNE par exemple, dont La Monarchie Aristodémocratique a été écrite, pour l’essentiel, vers 1590, la richesse acquise par des moyens légitimes est te signe de la vertu (pp. 115, 250, 256-257).

42 Florentin THIERRIAT, Trois Traictez, ouv. cit., p. 148.

43 Ibid., pp. 144-145.

44 Jean d’ARRERAC, La Philosophie Civile et d’Estat, Bordeaux, S. Millanges, 1598, pp. 37-38.

45 Bernard du HAILLAN, notant après Cl. de Seyssel que les roturiers peuvent parvenir à la noblesse, précise : "mais non à la vérité si frequemment que jadis" (De l’Estat et Succez des Affaires de France, Paris, P. L’Huillier, 1570, f. 79 v°). Louis ERNAUD déc rit l’anoblissement par agrégation en utilisant l’imparfait, et souligne qu’il était facile "au precedent" (Discours de la Noblesse, ff. 12 r° – v°). Louis TURQUET DE MAYERNE, après avoir noté "nous avons veu saison que chacun se fourroit de soy-mesme au rang des Nobles, sans autres formalitez ny moyens que l’usage et la coustume", ajoute que "aucuns de nos derniers Roys" se sont efforcés de faire disparaître cet abus (La Monarchie Aristodémocratique, ouv. cit., p. 261).

46 James B. WOOD, The Nobility of the Election of Bayeux 1463-1666, ouv. cit. pp. 64-65.

47 Pierre de BOISSAT, dans le Remerciement au Roi (ouv. cit., p. 14-15) suggère que le roi devrait augmenter le nombre des nobles, et diminuer celui des artisans, comme à Sparte, où tous les habitants étaient "Gentils-hommes", et où une minorité d’Hilotes assumaient les fonctions les plus basses. Pour Louis TURQUET DE MAYERNE, "quand un Roy peut faire un vray Noble, il n’a pas peu faict, et s’il en fait plusieurs en son temps, l’on dira à bon droict qu’il a Royalement administré, et s’il pouvoit bien annoblir tous ses subjects (ce qui n’est pas toutes-fois expediant en ceste vie sociale humaine), il approcheroit de la Divinité" (La Monarchie Aristodémocratique, ouv. cit., p. 76).

48 Pierre de BOISSAT, Histoire des chevaliers de l’Ordre de l’Hospital de S. Jean de Hierusalem, Lyon, G. Rouillé, 1611-1612, p. 10.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search