Version classiqueVersion mobile

L’anoblissement en France, xve-xviiie siècles

 | 
Centre de Recherches sur les Origines de l’Europe Moderne

Avant-propos

Bernard Guillemain

Texte intégral

  • 1 , Ph. CONTAMINE, Introduction à La noblesse au Moyen Age. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, (...)

1Si la noblesse, considérée comme un ordre de la société, doté d’un statut juridique particulier qui est transmissible par le sang, est clairement distinguée en France au XII° siècle, si la composition de ce corps peut être décrite à partir du XIV° siècle, les lignages ne se perpétuent pas, semble-t-il, durant plus de six générations1. Sous des attributs prestigieux, durablement définis et reconnus, un incessant mouvement de renouvellement se déroule. L’anoblissement qui fait d’un homme un noble, selon l’article du dictionnaire de l’Académie française en 1694, est le principe même qui entretient un corps dont la place est éminente dans la hiérarchie sociale. Il était intéressant d’étudier le processus à travers les traités théoriques et à travers des ensembles régionaux ou simplement des cas familiaux.

2Le Centre de recherches sur les origines de l’Europe moderne de l’Université de Bordeaux III, qui s’efforce de suivre les transformations sociales et mentales de la société, notamment en France, du XIII° au XVI° siècle, a pensé utile de lancer une enquête sur la noblesse en Bordelais, Agenais, Périgord et Quercy des alentours de 1450 au milieu du XVII° siècle. Le cadre régional est facilement justifié par la proximité des sources, des vestiges monumentaux et le désir d’intéresser les membres des Sociétés savantes aussi bien que les étudiants. Mais il n’importait pas seulement de distribuer des questionnaires, de ’’lever" des bonnes volontés, de provoquer quelques réunions, de susciter et de recueillir des contributions qui sont publiées depuis 1982, dans les fascicules de "Travaux du Centre de recherches sur les origines de l’Europe moderne" ; encore était-il souhaitable de donner des orientations exemplaires, de faire entrevoir les résultats accessibles en sollicitant le concours de chercheurs réputés. C’est ainsi que grâce à Anne-Marie Cocula, à l’époque maître-assistant, actuellement professeur d’Histoire moderne à l’Université de Bordeaux III, fut mis sur pied un colloque sur "l’anoblissement en France du XV° au XVII° siècle". Il se déroula le 27 novembre 1982 à l’Hôtel des Sociétés Savantes de Bordeaux qui nous fut aimablement ouvert grâce au docteur Lacoste-Lagrange, président du Centre généalogique de Bordeaux. Le nombre et la qualité de l’auditoire justifièrent l’initiative. Huit communications furent présentées. Cinq sont publiées dans le présent volumes d’Actes, qui après bien des incertitudes et des délais, voit le jour sous les auspices de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine dont nous remercions vivement le directeur. le professeur Pierre Guillaume.

  • 2 J. P. LABATUT, Les noblesses européennes, de la fin du XV° siècle à la fin du XVIII° siècle, Paris, (...)
  • 3 A. JOUANNA, L’honneur perdu de la noblesse, dans l’Histoire, n° 73, décembre 1984, p. 54-62.

3Le terme final de l’enquête s’impose : en 1666, Louis XIV ordonne une "grande recherche" sur la qualité des personnes dont les modalités sont précisées par l’arrêt du Conseil du 19 mars 16672. Dans une œuvre de restauration de la société, il convient de savoir qui est noble, soit par des preuves indiscutables postérieures à 1560, soit par la reconnaissance d’un état de noblesse antérieur à cette dernière date. C’est que le recrutement de l’ordre a échappé au contrôle. Si les auteurs du XVI° siècle analysent clairement les caractères moraux de la noblesse, s’ils mettent en évidence l’honneur qui en est le fondement et qui suppose la valeur au combat, un style dans le comportement, la renommée3, force est de constater que la "vertu" du guerrier et sa consécration sont revendiquées au cours des guerres de religion par des capitaines, qui sont loin d’être tous issus de familles nobles. La même distorsion entre l’idéal et celui qui prétend le réaliser s’est produite durant la guerre de Cent Ans. La fin de celle-ci fournit un point de départ à la recherche. La noblesse risque d’être peuplée de gens sans passé ni titre. Une agrégation de fait, qui a toujours été admise, doit bénéficier d’une ancienneté, d’un train de vie. D’autre part, la noblesse, depuis longtemps, peut être acquise par des lettres du roi, par l’exercice de charges et d’offices, voire par le mariage comme dans la coutume champenoise. La faveur, la robe et la cloche rivalisent avec l’épée. Sous ses aspects de fait et de droit, l’anoblissement est l’un des ressorts de la société. Les articles que j’ai l’honneur de présenter et dont je suis reconnaissant aux auteurs offrent des idées, des bilans, des modèles qui devraient concourir à faire avancer la connaissance de la noblesse, en une époque confuse de son évolution, et trouver leur place dans l’historiographie française, déjà riche, sur ce grand sujet.

Notes

1 , Ph. CONTAMINE, Introduction à La noblesse au Moyen Age. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, 1976, p. 19-35.

2 J. P. LABATUT, Les noblesses européennes, de la fin du XV° siècle à la fin du XVIII° siècle, Paris, p. 144-146 (L’Historien).

3 A. JOUANNA, L’honneur perdu de la noblesse, dans l’Histoire, n° 73, décembre 1984, p. 54-62.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search