Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

La question postcoloniale dans la géographie du développement

Présentation

Denis Retaillé

Texte intégral

1Esoh Elamé, géographe camerounais passé par l’école grenobloise de géographie et enseignant à l’Université de Venise, nous fournit, par son attention aux questions didactiques, un texte décalé sur plusieurs plans. Il est heureux de recevoir un tel éclairage critique mais aussi très positif, somme toute, quoi que l’on pense des restitutions et interprétations proposées de la géographie « francophone », disons plus franchement française, la géographie française a-t-elle pris le tournant postcolonial ? Ou même, sans inféodation à des modes exogènes, a-t-elle traité de la nouvelle situation de pouvoir qui s’est installée en matière d’autorité scientifique après que la décolonisation a rendu nécessaire une révision des tableaux admis tels ceux du développement, du sous-développement, des sociétés et de leurs territoires ? La question mérite d’être posée sans pour autant nier les fondements mêmes de l’activité scientifique.

2Parce qu’en effet, c’est la liaison du scientifique et du politique qu’il est, encore une fois, utile d’interroger. En évoquant la contribution d’Yves Lacoste à l’éclaircissement des concepts de développement et de sous-développement, de Tiers-Monde aussi, Esoh Elamé évoque des « concepts scientifiques de grande utilité politique ». L’État est pointé du doigt et sans doute devrait-il être le premier concept à déconstruire, avant tout autre, même celui de village qui fait l’objet de la seconde partie, probatoire, du texte qui est soumis là. En effet, si la catégorisation est en cause, c’est de part en part. L’activité critique, postcoloniale ou non, ne peut pas l’être à demi. Malgré cela, pourtant, on sait bien combien il est difficile de se départir totalement de ses repères et comment, finalement, la critique postcoloniale ou postmoderne en général s’appuie sur des principes intellectuels de raison qui relèvent de la modernité, et en particulier de la raison scientifique. C’est là le nœud épistémologique qu’essaie de nous signaler Esoh Elamé. Comment conjoindre l’exigence « scientifique » et la diversité des pensées ? Comment ne pas poser l’universel à partir de catégories provinciales historiquement situées en Europe, pour penser l’universel comme aboutissement, comme construction donc ? C’est la question qu’une lecture empathique produit.

3Quelles sont les argumentations successives proposées par Esoh Elamé à l’appui de son appel, puisqu’il s’agit bien de cela ?

4C’est d’abord un rappel à l’exemplarité, celle de Lacoste dans sa Géographie du sous-développement (1965), qui, selon Esoh Elamé fournit le premier une réflexion scientifique sur le concept du sous-développement, passant, d’ailleurs, par celui de Tiers-Monde. C’est l’occasion de réfléchir au niveau de généralité et à la modélisation concernant le développement dont les critères finalement sont en cause. On peut penser qu’à l’amont des catégorisations, ce sont eux qui doivent retenir l’attention. Le PNB, qui a été une mesure de comparaison et de classement, est justement épinglé. Évidemment, les géographes n’ont pas été les premiers à le faire, mais alors faudrait-il remettre aussi en cause l’assiette de l’État, et admettre qu’il est aussi nécessaire de prendre en compte les contradictions internes spatiales et sociales des États et surtout des États postcoloniaux, au sens faible d’après la colonisation, les inégalités internes sociales et spatiales étant une marque de la faiblesse des États en question et, partant, de leur sous-développement. Dans les louanges adressées à Lacoste, une contradiction se révèle. Mais là n’est pas l’essentiel puisque le programme porte sur les catégories, donc sur l’évaluation même des situations décrites : la critique postcoloniale, au sens fort cette fois, devrait y aider, y compris en prenant tous les implicites nécessaires en ligne de mire. Comme l’État donc, et il faudra aller au bout au risque de disqualifier l’ensemble de la démarche, ou encore le développement et maintenant le développement durable. Chiche donc ! Disons que tout cela relève d’un mixte du politique et du scientifique. Comment s’en sortir quand tous les repères et tous les « slogans » se brouillent ?

5C’est une deuxième lecture, toujours empathique, qui trouve dans l’argumentation d’Esoh Elamé de quoi entrevoir quelques pistes. Elle porte, cette fois, dans la seconde partie de ce texte, sur la signification du village. Qu’il soit permis à un cul-terreux de s’exprimer directement. D’abord par une allusion francophone dépassée : le cul-terreux de la langue française châtiée n’est autre que le « pécore » (insulte). Cette insulte-là, courante dans les années 1950, ne référait pas aux villages enclavés de l’Afrique coloniale en fin de vie, mais avait pleine signification dans la France de l’Ouest de langue gallo par exemple. Ces choses si récentes en « métropole » sont oubliées par la méthode de l’extension typologique, celle qui consiste à donner d’abord des limites, à décrire ensuite un idéal-type (la manifestation concrète d’un modèle), puis à étendre l’idéal-type à l’ensemble préalablement délimité. Voilà bien le travers méthodologique dont souffre la géographie, et pas seulement la géographie classique, coloniale ou tropicale, ou même la géographie du développement : la géographie tout court, comme celle qui croit que la ville et la campagne sont séparées par une frontière de nature, et plus loin encore toute la « science humaine et sociale » qui doit rendre cohérent ce que l’on vit et ce que l’on sait. C’est là que le village, dans ses multiples sens, devient exemplaire, et pas seulement comme un conflit d’usage sémantique limité au Cameroun ou en Afrique en général, soumis au colon. Beaucoup plus globalement se trouve posée la question du pouvoir de nommer. Et si la critique postcoloniale a un sens, c’est qu’elle permet de grossir cet enjeu qui dépasse le fait colonial. Admettons le « village » comme significatif de l’enjeu du pouvoir de nommer.

6Qui nomme, qui catégorise ? Le détenteur du pouvoir, et d’abord celui de la langue qui s’impose, la langue scientifique étant pleine de ces mots qui assurent la jonction entre la réalité concrète et la pensée : on appelle cela un concept. Le « village » est-il un concept ? Oui, assurément, même si cela peut prêter à sourire, du fait de tout ce que le mot entraîne d’idées. Simplement descriptif, il ne devrait pas choquer en désignant l’habitat rural groupé, mais hors que le niveau de groupement pose problème, immédiatement c’est une question de sens donc de connotation et non de dénotation qui s’impose. Le village va de pair avec la campagne, en Afrique la brousse (encore une autre connotation à mettre en relation avec la « cambrousse » de France et même avec le bled qui ne désigne plus seulement, et depuis le milieu du xixe siècle, une contrée reculée de l’Afrique du Nord (la montagne par exemple)). Les mots tournent alors et grossissent comme « boule de neige », un renforcement de sens par extension. La connotation l’emporte sur la dénotation et voilà comment le concept perd de sa pertinence. C’est bien notre problème qui dépasse la dispute postcoloniale ou plutôt, comme cela était suggéré plus haut, qui invite à la reprise épistémologique des sens cachés. Le « village », par exemple, au Cameroun ou ailleurs, peut aussi être le lieu de l’identité y compris dans les villages urbains, et même à Paris. On sait comment s’exprime là une nostalgie qu’il n’est pas question de rejeter ni de disqualifier comme « folklorique », mais qui doit prendre sa place dans une analyse de sens dialectiquement construite avec l’impératif concret de la fonctionnalité. De la même manière, les ritualisations géographiques encore plus assurées par leur caractère exotique du genre « tombe des ancêtres », doivent-elle être replacées dans un même mouvement de réaction salutaire. Encore faut-il reconnaître que la fonctionnalité rituelle est une fonctionnalité parmi d’autres, que nous ne pouvons pas, d’un point de vue scientifique, prendre comme plus ou moins vraie en substance. C’est le rôle de l’idéologie de prendre en charge de tels discours.

7Nous y voilà donc revenu. Où le discours scientifique se place-t-il, qu’il soit postcolonial affiché ou non ? Bien avant que la posture ait pris un nom et quelques visages, qu’il s’agisse des précurseurs comme Fanon ou Césaire, des relais philosophiques comme les déconstructeurs Foucault ou Derrida, ou des hérauts comme Saïd ou Bhabha, modestement, dans une discipline de pensée très secondaire, la géographie dénigrée du terrain et de la culture de l’espace, quelques voix avaient tenté de se faire entendre, repoussées par le scientisme de l’époque et décalées de la croyance occidentale appelée « développement ». Et quelques autres les avaient relayées. Comprenne qui voudra : la géographie ou la géographie francophone ou française est aussi une catégorie à déconstruire ou à reprendre en évitant d’en faire un agglomérat stable. Il faudra un jour relire, à froid, les textes qui fouillaient la signification du village, de l’ethnie, de l’État et quelques autres choses encore pour asseoir une réflexion rénovée de la contribution de la géographie au traitement du problème grave du développement, lui-même à réinterpréter dans les mêmes textes. Avec environ 50 ans de retard, malheureusement, et parfois plus ! Justement par exemple chez les géographes que l’on qualifie « d’africanistes » avec cette pointe actuelle qui rapproche l’africanisme de l’orientalisme et tous ces mots finissant en « -isme » spatialisés par les aires culturelles qui permettent l’essentialisation. Il faut choisir, et effectivement ce n’est plus spécifiquement une question scientifique mais une question politique : les identités sont-elles essentielles, inscrites dans la nature et irréductibles ou en construction permanente par communication et interaction ? Comment un géographe s’inscrit-il dans cette problématique du développement qui n’est pas celle du rapport entre les hommes et la nature exploitée, mais d’abord entre les hommes eux-mêmes, vers une « communauté » qui a la terre pour limite ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540