Version classiqueVersion mobile

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Une alternative (l’alter-développement) et un refus (l’anti-développement). La réponse de la géographie africaniste au tiers-mondisme

Une alternative (l’alter-développement) et un refus (l’anti-développement). La réponse de la géographie africaniste au tiers-mondisme

Cristina D’Alessandro-Scarpari

Texte intégral

« If I know a song of Africa, of the Giraffe, and the African new moon lying on her back, of the ploughs in the fields, and the sweaty faces of the coffee-pickers, does Africa know a song of me ? »
Karen Blixen, Out of Africa, 1937

1Dans les décennies 1970-1980, la géographie française qui porte sur l’Afrique subsaharienne traverse une période de transition. C’est à ce moment où les héritages du passé se mélangent à des signes majeurs de changement et aux choix qui vont être opérés dans cette période que cette contribution est consacrée.

2La transformation qui se produit à ce moment dans la géographie française est-elle en quelque sorte comparable aux postcolonial studies du monde anglo-saxon ? Y a-t-il au moins quelques points communs entre ces deux traditions disciplinaires ? En montrant pourquoi le « tournant » postcolonial n’a pas lieu d’être parmi les géographes français travaillant en Afrique subsaharienne dans les années 1970-1980, nous mettrons en revanche l’accent sur des auteurs et des travaux anglo-saxons particulièrement en phase avec les recherches africaines qui nous intéressent ici.

  • 1 Pour une définition de cette géographie africaniste, se reporter à C. DAlessandro-Scarpari, Géogra (...)

3Nous ne prétendons nullement à l’exhaustivité sur les deux décennies en question : nous faisons plus spécifiquement référence aux héritages et aux transformations de la géographie africaniste qui a précédé1 et encore plus en particulier à la production qui porte sur les sociétés paysannes. C’est en effet en brousse et autour des questions qui portent sur le développement des sociétés et des espaces ruraux, sur l’agriculture et des activités annexes, que se produit une transformation de la posture des géographes par rapport aux projets de développement : de l’alter-développement on passe dans les mêmes années à l’anti-développement.

4Provocation ou prise de position réelle ? Attitude momentanée ou définitive ? Il n’y a certainement pas d’accord et de positionnement unique face à ce débat, mais ce qui est certain c’est que dans le futur les géographes français vont se tourner de plus en plus vers les espaces urbains et, même pour ceux qui continueront à travailler sur les espaces de brousse, les thématiques et les questionnements ne seront plus les mêmes.

Introduction

5La géographie dont nous nous occupons ici est une géographie qui porte sur les espaces, les sociétés, les dynamiques et les problèmes des brousses africaines. Les univers villageois, ces icônes de l’Ailleurs africain, ont fasciné les géographes. Dès les premiers contacts avec le terrain, ils ont aussi fait naître bien des questionnements sur le devenir de ces sociétés plus ou moins gravement atteintes par la colonisation, mais certainement profondément transformées par leur introduction dans le système-monde. Cela ne veut pas dire que la géographie africaniste ne s’était pas déjà précédemment intéressée aux espaces urbains et dès la mise en place tardive de ces derniers au sud du Sahara : il suffit de citer les travaux de géographie urbaine de Georges Savonnet, Gérard Brasseur, Guy Lasserre et Pierre Vennetier, qui sont publiés dès les années 1950. Nous allons cependant exclure ces travaux de nos propos, car nous allons nous tourner vers les espaces de brousse et vers les idéologies et les projets de développement qui les concernent. Ces textes vont en effet mettre en place une critique et puis un refus du développement dans les années 1970-1980 : il s’agit naturellement d’une posture rhétorique qui n’exclut nullement l’implication de certains géographes dans les projets de développement. La rhétorique reste cependant intéressante et importante d’un point de vue heuristique et explique peut-être au moins en partie le fait que l’implication directe des géographes africanistes français reste somme toute limitée.

6Nous excluons aussi de nos propos la géographie du Tiers-Monde (ou géographie du sous-développement) : ce courant de pensée reste très minoritaire en France et, même si quelques travaux majeurs, comme ceux d’Yves Lacoste, seront fondateurs et marqueront l’histoire de la géographie française de façon durable, les conséquences de ces derniers sur l’Afrique subsaharienne sont plus que modestes.

Les Atlas des structures agraires au Sud du Sahar a : vers les micro-espaces

  • 2 G. Sautter, « À propos de quelques terroirs d’Afrique occidentale. Essai comparatif », Études rural (...)
  • 3 G. Sautter, P. Pélissier, « Pour un Atlas des terroirs africains. Structure-type d’une étude de ter (...)

7Dès 1962, un article de Gilles Sautter publié dans la revue Études rurales2 énonce le besoin d’une étude approfondie des terroirs africains, mais ce n’est qu’avec l’article programmatique de 1964 dans la revue L’Homme3 que Paul Pélissier et Gilles Sautter lancent le projet de recherche qui va mener à la publication de vingt-deux Atlas des structures agraires au Sud du Sahara entre 1967 et 1987.

8Par rapport aux thèses des années 1950-1960 et aux autres publications des mêmes années, quelques nouveautés sont présentes dans les Atlas. Tout d’abord, c’est la première fois que les géographes sont en mesure d’utiliser les photographies aériennes des régions étudiées. Leur utilisation permet de corroborer les observations et les intuitions du terrain, en leur fournissant une preuve irréfutable de scientificité.

  • 4 Ibidem, p. 641.

9L’analyse des terroirs commence donc par l’observation des paysages (ne serait-ce que pour identifier et sélectionner le terroir pertinent pour l’étude), mais le cœur du travail est le terrain ou « les enquêtes spécialisées4 », pour utiliser l’expression employée par Paul Pélissier et Gilles Sautter. Si cet accent sur le terrain n’est pas nouveau, car il est propre à toute la géographie africaniste depuis au moins les années 1930, il semble néanmoins qu’un changement se produit ici, car on s’oriente vers des enquêtes longues et minutieuses sur un espace local, ce qui justifie que l’on parle d’un travail de spécialistes. On ne peut plus se fier à la rencontre des acteurs et à l’intuition comme dans le passé : il faut désormais soumettre toute hypothèse à la validation d’un travail rigoureux, planifié et organisé en amont, standardisé aussi en quelque sorte. C’est ainsi qu’on va pouvoir prouver la complexité des paysages agraires africains, ainsi que l’existence d’une multiplicité de variantes et d’aménagements, en fonction des sociétés qui les produisent.

10On parvient donc désormais à montrer que les paysanneries africaines possèdent des techniques d’exploitation sophistiquées, qui dépassent de loin l’agriculture extensive sur brûlis, considérée comme la norme en Afrique tropicale, et critiquée pour ses conséquences environnementales désastreuses (alors qu’elle fait partie de la tradition agricole européenne depuis le Moyen Âge !). On peut aussi de ce fait prouver que ces techniques sont incroyablement bien adaptées aux caractéristiques des milieux physiques auxquelles elles s’appliquent. Le portrait ainsi brossé ne se veut pas pour autant statique, mais au contraire sa finalité est de montrer les transformations en cours, les tendances qui se dessinent pour le futur et les problèmes que ces évolutions comportent.

  • 5 Ibidem, p. 652-653.

Notre recherche ne borne pas son ambition à réunir les éléments d’un panorama des formes d’organisation traditionnelles de l’espace cultivé […]. Il n’est pas moins indispensable de répertorier et de classer les formes que revêtent les changements en cours, de reconnaître les lignes de force de cette évolution, en vue d’une sorte de typologie dynamique des terroirs africains, aux prises avec un monde radicalement modifié5.

11Pour ce faire, les auteurs identifient le terroir comme l’unité spatiale la plus pertinente.

Le choix du terroir

  • 6 G. Sautter, op. cit., p. 445.

12L’attention étant portée sur la communauté agricole à l’échelle villageoise, la première définition du terroir, donnée par Gilles Sautter en 1962, présente le terroir comme l’espace agricole exploité par les habitants d’un village donné, les pâturages étant inclus seulement dans la mesure où l’élevage est un complément de l’agriculture6.

  • 7 F. Plet, « Finage » in J. Lévy, M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace de (...)
  • 8 G. Sautter, P. Pélissier, op. cit., p. 641.

13Si dans le passé le terroir des géographes africanistes incluait toutes les formes provisoires ou définitives d’habitat, le village en soi donc, selon cette nouvelle définition il devient ce qui environne, ce qui permet la culture. Ainsi défini, le terroir correspond plutôt à ce que l’on appellera par la suite le finage7. La définition proposée deux ans plus tard est plus synthétique, mais insiste cependant sur les mêmes caractéristiques : le terroir est « la portion de territoire appropriée, aménagée et utilisée par le groupe qui y réside et en tire ses moyens d’existence. Le terroir ne convient, bien entendu, que dans la mesure où le sol fait l’objet d’une exploitation de caractère agricole8 ». L’accent est ici mis sur les droits fonciers, qui étaient exclus par la première formulation, qu’ils soient par ailleurs juridiques ou d’usage.

  • 9 J.-Y. Marchal, « La place des études de terroirs dans les recherches centrées sur le développement (...)
  • 10 J.-P. Raison, « Trente ans, trois phases de la géographie rurale dans les pays tropicaux », in C. C (...)
  • 11 E. Casti, « Un osservatorio sull’Africa : l’Atlas des structures agraires au Sud du Sahara », Terra (...)

14Jean-Yves Marchal fera remarquer que le choix du terroir comme unité d’étude présente des limites non négligeables : la cartographie des terroirs faisait passer en effet au second plan les conditions de vie des paysans, pour porter l’attention sur le degré de performance des techniques agricoles, par le biais des résultats obtenus9. Jean-Pierre Raison soulignera l’absence des sciences de la nature dans les Atlas, alors que le rôle de l’État dans la transformation des terroirs, notamment par le droit, ne serait pas assez mis en valeur10. Comme l’indique en effet le nom, les Atlas sont d’abord et surtout des collections de plans à l’échelle villageoise et, comme le souligne Emanuela Casti, « l’utilisation de l’instrument cartographique, au-delà de toute volonté objectivante, risque de privilégier le point de vue européen, avec son cortège de valeurs et techniques interprétatives11 ».

  • 12 P. Pélissier, G. Sautter, « Bilan et perspectives d’une recherche sur les terroirs africains et mal (...)

15La place centrale accordée aux plans découlait surtout de la conviction que les Atlas devaient être immédiatement consultables et utilisables par les acteurs du développement local, mais cela veut dire qu’on croyait encore que les géographes pouvaient aider à rendre le développement performant et à éviter les erreurs répétées par les acteurs, compte tenu de leur ignorance des espaces et des sociétés africaines. « La solution idéale est évidemment celle où toute frontière disparaît entre recherche fondamentale et recherche appliquée et où l’une et l’autre s’épaulent mutuellement pour poursuivre l’observation des transformations provoquées dans le milieu rural par une opération de développement12. »

Des recherches à contre-courant

16Le travail de terrain pour les Atlas se fait néanmoins généralement dans des conditions défavorables : les directives de recherche encouragées par les États indépendants et les orientations spécifiques dictées par les exigences des grands projets de développement réduisent la marge d’opérationnalité des chercheurs. La liberté d’enquête et les crédits y sont aussi fort limités : c’est plutôt vers les grandes enquêtes statistiques et les projets de développement ambitieux que les autorités se tournent dans ces années, avec un désintérêt affiché pour ces recherches minutieuses sur des micro-espaces, car elles ne risquent pas d’avoir un impact médiatique positif pour les pouvoirs politiques contemporains.

17Même si le terrain dépasse le domaine du village, surtout en ce qui concerne la collecte des documents et matériaux nécessaires, c’est dans un seul village que le chercheur réside sur le temps long (8 ou 10 mois en moyenne), en tissant des liens sociaux. Si le chercheur ne s’identifie pas au paysan, il doit néanmoins intégrer la communauté villageoise et participer à la vie ordinaire de son village d’accueil.

  • 13 Ibidem, p. 657-658.

Toute analyse fine d’une structure agraire suppose un chercheur parfaitement inséré dans le milieu humain local. […] À la longue bien des géographes se sont retrouvés, à leur insu, acteurs de la société villageoise, investis de fonction de conseil […]. À cette bonne insertion ont contribué le tact et la persévérance des chercheurs, mais aussi la présence à demeure, considérée dès les premières enquêtes comme un facteur essentiel de réussite. […] Plus d’un village africain s’est temporairement enrichi d’une « case » ou d’une « concession » supplémentaire dans le style du groupe local : l’installation du géographe. […] Combien de géographes visités sur place nous ont révélé une familiarité incroyable avec les gens et les affaires de la communauté d’accueil ! […] Une telle « plongée » marque un chercheur et convainc à jamais de la valeur humaine et de la légitimité de modes de pensée, d’attitudes et de façons de vivre différents des siennes. […] Elle le débarrasserait, si besoin était, de toute trace de cette superbe de « civilisé », de cette assurance technocratique qui rendent tant de « développeurs » inefficaces et odieux13.

  • 14 G. Rémy, « Yobri. Étude géographique du terroir d’un village gourmantché de Haute-Volta », Atlas de (...)

18La place centrale accordée à la carte est cependant une différence majeure avec les travaux du passé et constitue en quelque sorte un pas en arrière par rapport aux choix des géographes africanistes de la période précédente de privilégier la photographie. Cela est pour autant compréhensible à l’intérieur du cadre général du projet des Atlas. C’est ainsi que Gérard Rémy affirme avoir consacré deux mois au levé cartographique de son terroir, sans avoir pu l’achever14. Si ce choix a pu être critiqué, il n’a pas été le seul point autour duquel se sont concentrées les critiques : ce projet de recherche a en effet été fortement controversé.

La crise des espaces africains et l’alter-développement

19La démarche inédite et novatrice des Atlas dans le panorama de la géographie française de l’époque, qui n’a pas été épargnée par les critiques, était depuis sa conception inspirée par un scepticisme (pour ne pas dire une opposition) aux idéologies et aux pratiques de développement qui, de plus en plus dans les années 1970-1980, voyaient dans le transfert technologique la solution des problèmes économiques des sociétés africaines.

  • 15 P. Pélissier, « Terrains de recherche, champs d’action ? Brefs propos sur une question sans fin… »,(...)

Que l’étude des communautés villageoises transcrites dans l’espace par des « terroirs » apparaisse aujourd’hui comme le nécessaire préalable et l’indispensable ancrage de tout « projet » de développement rural donne à sourire à qui garde en mémoire l’accueil condescendant que lui firent, bardés de leurs certitudes, « scientifiques » sérieux, experts du progrès planifié, militants du transfert technologique. […] La « gestion des terroirs » apparaît désormais non seulement comme la voie éprouvée de l’analyse des systèmes agraires et comme une démarche appropriée au règlement des questions foncières posées par les transformations techniques et la croissance démographique, mais encore comme la méthode la plus capable d’harmoniser la cohabitation spatiale entre éleveurs et agriculteurs, et même de contribuer à la sauvegarde des sociétés pastorales en leur assurant un indispensable contrôle territorial de leurs aires de transhumance15.

20Dans cet extrait, tiré d’un article de Paul Pélissier, qui revient à distance de temps sur l’expérience des Atlas, on voit bien que ce projet naît déjà d’une conscience de la crise des sociétés rurales africaines, accablées par les luttes pour l’accès aux ressources de plus en plus réduites, donc controversées.

21Les transformations spatiales négatives sont en même temps les marques dans l’espace de la crise sociale et la conséquence de cette situation. L’abandon de certaines parties du terroir, autrefois fécondes, laisse présager une mutation profonde et critique des mécanismes sociaux, entraînant un désordre dans les techniques d’encadrement, donc aussi dans celles de la production. Parmi les symptômes de la crise, la pression démographique sans cesse croissante avec son cortège de conséquences négatives sur l’agriculture, est une des plus néfastes. La terre devient une ressource rare et convoitée et le système agricole se détériore.

  • 16 Cl. Bouet, « Bettié et Akiekrou. Étude comparée de deux terroirs en zone forestière ivoirienne », A (...)
  • 17 G. Rémy, op. cit., p. 58.

22C’est une géographie de la crise et des controverses qui émerge donc des Atlas et, dans le prolongement direct de ce que les géographes africanistes avaient déjà fait dans le passé, les auteurs renvoient au savoir-faire des sociétés africaines, à leur connaissance des milieux et des ressources et à leur maîtrise des techniques agraires. Cette crise des espaces villageois se manifeste parfois sous la forme d’une crise économique, l’endettement des paysans en étant une conséquence visible : les tentatives de mécanisation ou l’introduction de nouveaux procédés techniques sont bien souvent la cause principale de cet endettement16. Dans d’autres cas, les bouleversements politiques peuvent entraîner des dégradations profondes du système foncier17.

23La recherche d’innovations radicales nécessite en effet du temps et comporte des coûts souvent prohibitifs, ce qui explique les échecs engendrés par ces démarches. Si la situation des villages étudiés est souvent critique, les géographes insistent sur le besoin d’actions immédiates, pour lesquelles le chercheur peut offrir son conseil, mais les interventions parfois néfastes des pouvoirs publics sont inadaptées aux problèmes et ne font qu’empirer la situation.

24Face aux mauvais résultats, la réaction des paysans ne se fait pas attendre : la méfiance et le refus sont les stratégies adoptées.

  • 18 A. Lericollais, « Sob. Étude géographique d’un terroir sérèr (Sénégal) », Atlas des structures agra (...)

Après les années d’essai vient l’heure du bilan économique, et ce bilan est faussé par l’augmentation du prix de l’engrais et la baisse du prix de vente de l’arachide, qui tendent à se rejoindre. Ces facteurs extérieurs défavorables sont mal compris et mal acceptés ; l’effet immédiat est la contestation du circuit de commercialisation, de la coopérative en particulier, des services agricoles en général. Le paysan refuse l’engrais en 1968. Pourtant, plusieurs ont mesuré l’effet positif de l’engrais18.

25Les Atlas sont ainsi conçus comme des instruments de support du développement rural, possible et même indispensable. Paul Pélissier et Gilles Sautter, les deux concepteurs, organisateurs et directeurs du projet sont de l’avis que le développement rural souffre à ce stade des erreurs et de l’ignorance des autorités politiques africaines (locales ou étatiques), qui le rendent ainsi inefficace, et ils espèrent que les auteurs des Atlas, par le biais de leur travail, fournissent des données et des analyses qui orientent positivement les décideurs vers des mesures performantes. C’est en ultime ressort à un alter-développement que les Atlas espèrent participer, à des expériences et à des projets de développement efficaces, qui améliorent réellement les conditions de vie des paysans.

26Cet optimisme sera abandonné lors du colloque de Ouagadougou : la situation devient tellement désespérée que le développement n’est plus ni possible, ni souhaitable.

Le colloque de Ouagadougou : l’anti-développement

27Le colloque qui a eu lieu à Ouagadougou du 4 au 8 décembre 1978, intitulé Maîtrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale. Logique paysanne et rationalité technique, marque un moment fort dans le devenir de la géographie africaniste et dans la posture adoptée par la plupart d’entre eux vis-à-vis du développement.

28Ce colloque symbolise tout d’abord un moment à partir duquel la géographie africaniste se transforme profondément pour devenir une autre géographie de l’Afrique ou, pour mieux dire, le moment à partir duquel elle s’estompe pour céder la place à une autre modalité de recherche. Ce colloque offre aux géographes africains, ou du moins à une partie d’entre eux, la première occasion pour faire connaître leurs travaux dans un cadre institutionnel international : la géographie africaine de l’Afrique est désormais une réalité reconnue.

29Les recherches sur les espaces urbains se multiplient, mais que ces travaux portent sur les villes ou sur la brousse, ils ne pourront plus désormais faire l’impasse de l’analyse des dynamiques urbaines. Il ne s’agit plus de relations entre deux mondes séparés, mais de rapports profonds entre deux aspects complémentaires de la même réalité. C’est un changement majeur dans la géographie de l’Afrique, dont les géographes français sont parmi les inspirateurs. En outre, les crises urbaines, qui vont atteindre des proportions dramatiques à cause de l’étendue et du nombre d’individus impliqués, vont retenir toujours plus l’attention des géographes.

30La pratique du terrain, déjà transformée par les Atlas, va subir d’ultérieurs changements : la diminution du temps de séjour en Afrique va entraîner une perte de centralité du terrain, au bénéfice d’une attention croissante réservée aux données quantitatives, aux cartes et aux photographies aériennes, désormais disponibles en plus grand nombre et plus facilement accessibles. En outre, les changements de stratégie des institutions vouées à la recherche (l’ORSTOM étant l’une des plus importantes), de plus en plus liées aux organismes de développement, engendrent une modification des modalités et des thèmes de recherche.

31Les géographes qui se réunissent à Ouagadougou à la fin de l’année 1978, en désaccord avec cette recherche-développement désormais répandue, décident de « devenir » paysans, de se situer du côté des paysans et de s’ériger en défenseurs des logiques paysannes.

  • 19 P. Pélissier, « Le paysan et le technicien : quelques aspects d’un difficile face-à-face » in Ph. C (...)

Nous autres paysans, nous savons qu’il faut faire du temps son allié ; du temps qu’il fait, bien sûr et d’abord, mais aussi du temps qui passe. Pour nous, l’heure de l’intensification dictée par la rationalité technique est loin d’être arrivée partout. Pour vous, il faut la préparer et apprendre à entendre quand elle sonne19.

  • 20 Ibidem, p. 1.
  • 21 Ibidem, p. 3.

32Jusque-là rien de nouveau par rapport aux Atlas. « Le géographe est, en effet, regardé par beaucoup comme une sorte de fantassin de la recherche et chacun sait que les fantassins ont toujours été recrutés parmi les paysans20. [...] Si la rationalité technique a, dans un tel auditoire, une foule d’avocats brillants, c’est de quelques logiques paysannes que je tenterai de me faire l’interprète »21.

33Les géographes en arrivent ainsi à affirmer que les sociétés paysannes n’ont pas besoin de développement, mais d’encadrements efficaces, c’est-à-dire de pouvoirs politiques et administratifs performants et attentifs à leurs besoins.

  • 22 Ibidem, p. 7.

Pour coloniser une forêt, les paysans ont besoin de routes, de ponts, de puits, d’écoles et non pas qu’on leur apprenne leur métier. Pour intensifier, ils ont besoin que leur soient accessibles en temps voulu l’équipement, les semences ou les engrais les plus appropriés […]. En somme, pour tirer parti de l’arsenal que la recherche met à leur disposition, un préalable s’impose : reconnaître toute priorité à une administration cohérente de l’espace et à la qualité de l’encadrement des hommes, par conséquent des services et des structures d’organisation22.

34Si l’accent sur les encadrements était déjà présent dans la géographie africaniste des décennies précédentes, on retrouve par contre ici un anti-développement qui n’a pas de précédents ; une posture qui s’oppose au développement ou mieux aux transformations techniques prônées par l’Occident, en dénonçant leur inefficacité et bien souvent leurs effets néfastes. Les communications dénoncent donc les erreurs et les échecs des projets de développement. La différence de taille avec le passé est que, si jusqu’aux Atlas on pensait encore que ces mesures pouvaient devenir efficaces avec l’aide et le conseil des géographes, Ouagadougou témoigne d’une opposition et d’un refus de toute tentative de développement entreprise dans le monde paysan africain. Il s’agit certes d’une posture théorique, qui n’exclut pas l’implication des géographes dans les projets de développement, mais elle n’est pas pour autant moins originale et intéressante de ce fait.

35Quelques contributions préfigurent une orientation vers les stratégies participatives, qui ouvriront plus tard la voie aux pratiques de développement conçues et gérées par les sociétés paysannes elles-mêmes.

  • 23 P.S. Diagne, « Les modèles d’intervention de la S.A.E.D. », in Ph. Couty et alii, op. cit., p. 346.

Le mode de développement désormais préconisé implique de la part des paysans une très large participation. […] En définitive, si l’on admet que le développement des forces productives doit avoir pour but la satisfaction des besoins humains, la pierre de touche de toute politique dite de développement se situe moins dans les phénomènes techno-économiques et dans le devenir de leur expression quantifiée, que dans le vécu par les hommes des transformations qu’ils opèrent ou qu’ils subissent, mais auxquelles de diverses manières ils participent psycho-socialement23.

Au-delà du postcolonial

36Cette géographie française qui porte sur l’Afrique subsaharienne est fort différente de la postcolonial geography qui se développe dans le monde anglo-saxon. Le projet même de révolte et de rupture discursive, méthodologique et théorique que le postcolonial porte en soi, sous l’inspiration du postmodernisme et du refus des grands systèmes de pensée du passé, n’a ici aucun lieu d’être et pour nombre de raisons.

  • 24 Pour une présentation synthétique et encore actuelle de la postcolonial geography, on peut se repor (...)

37Tout d’abord, pour qu’il y ait une géographie du postcolonial, il faut qu’il y ait un colonial, non seulement dans le sens que le premier marque la fin des empires coloniaux et donc des savoirs qui d’une manière ou d’une autre les supportaient et les justifiaient, mais parce que le postcolonial remet aussi en cause les présupposés idéologiques occidentaux et l’altérité qui s’y oppose24. La géographie africaniste n’a jamais été une géographie coloniale, asservie au pouvoir de la métropole, bien au contraire elle s’est consacrée depuis la période coloniale à dénoncer les erreurs induites par la colonisation et les conséquences néfastes engendrées sur les sociétés et les espaces africains. Si les auteurs sont occidentaux et s’ils appartiennent à des écoles de pensée occidentales, l’accent mis sur le terrain et les séjours de longue durée, jusqu’à ce que le géographe « devienne » paysan, en se faisant porte-parole de ces compétences et de ces modalités d’exploitation des ressources, cela n’est pas pour autant complètement antithétique au postcolonial. D’un point de vue discursif, le tournant semble donc se faire de l’intérieur sans besoin de rupture forte et le colloque de Ouagadougou incarne l’anti-développement et le refus des idéologies occidentales de progrès technique qui les supportent.

  • 25 Ceci ne signifie pas pour autant que toute ambition théorique est absente : nous avons montré aille (...)

38D’un point de vue théorique, les géographes africanistes, sous l’influence incontestable de la géographie tropicale de Pierre Gourou, n’ont jamais montré un engouement pour la théorisation : leur précaution face aux généralisations hâtives, leur peur parfois excessive de l’erreur et de l’imprécision, les mène à privilégier le terrain, la connaissance directe et prolongée des réalités face aux ambitions théoriques25. Une prise de recul et un refus des grandes théories se rendent donc inutiles pour ces géographes.

  • 26 Sur ce point et sur les influences récentes du postcolonial sur la géographie française, nous renvo (...)

39Les postcolonial studies ne se limitent pas au seul projet intellectuel et plus généralement idéologique : il s’agit aussi d’un projet politique26 qui s’oppose à une certaine manière occidentalo-centrée de voir le monde et plus particulièrement les anciennes colonies. C’est encore une posture que les géographes africanistes avaient dépassée à leur manière ante litteram.

  • 27 Il suffit de penser aux travaux de Bernard Calas, Alain Dubresson, Philippe Gervais-Lambony, Jean-L (...)

40Les Atlas et le colloque de Ouagadougou affichent une continuité méthodologique et idéologique par rapport à la géographie africaniste précédente. Si quelques points de rupture sont présents et si les changements qui s’annoncent pour le futur sont néanmoins manifestes, c’est l’explosion d’un nouveau genre d’études urbaines qui va constituer la rupture majeure avec le passé. Les thèses et les publications des années 1980-199027, qui analysent les interconnexions multiples entre la ville et la brousse, les réseaux sociaux et spatiaux, les liens et le devenir de l’urbain en Afrique, sous l’angle des citadins, des nouvelles activités et des transformations morphologiques constituent le changement principal par rapport au passé.

Conclusion

  • 28 L. Timberlake, Africa in crisis : The causes, the cures and the environmental bankruptcy, Londres, (...)

41La géographie africaniste, en suivant un autre parcours, va donc dépasser le postcolonial sans ressentir le besoin de cette révolution pour se débarrasser des héritages coloniaux. Les similitudes avec le monde anglo-saxon ne se situent donc pas tellement au niveau des postcolonial studies. Toute proportion gardée, la posture de dénonciation des crises et des problèmes qui accablaient les espaces d’Afrique pratiquée par les géographes africanistes dans cette période est plutôt proche de l’ouvrage de Lloyd Timberlake, Africa in Crisis. The Causes, the Cures and the Environmental Bankruptcy28. Cet ouvrage deviendra par la suite un classique des études africaines dans le monde anglo-saxon, qui suscitera un débat vaste et animé, mais on admet aujourd’hui généralement l’importance de la prise de conscience qu’il a engendrée.

  • 29 F. Mackenzie, D.R.F. Taylor (eds.), Development from within. Survival in rural Africa, Londres, Rou (...)

42Le colloque de Ouagadougou quant à lui et son anti-développement sont aussi proches par certains côtés de la tradition anglo-saxonne du Development from within29. Les deux traditions disciplinaires présentent donc quelques points communs, mais les similitudes ne sont pas forcément là où on les attend.

Bibliographie

Bibliographie

Bouet Claude, « Bettié et Akiekrou. Étude comparée de deux terroirs en zone forestière ivoirienne », Atlas des structures agraires au sud du Sahara, Paris, ORSTOM, no 3, 1977.

Casti Emanuela, « Un osservatorio sull’Africa : l’Atlas des structures agraires au Sud du Sahara », Terra d’Africa, Milano, Unicopli, 1995, p. 267-299.

Collignon Béatrice, « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo, no 1, juin-août. En ligne sur le site Revues.org. Mis en ligne le 6 mars 2008. Disponible sur : http://echogeo.revues.org/index2089.html

D’Alessandro-Scarpari Cristina, Géographes en brousse. Un métissage spatial entre discours et pratiques, Paris, L’Harmattan, 2005.

Diagne P.S., « Les modèles d’intervention de la S.A.E.D. », in Couty Ph. et alii, Maîtrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale. Logique paysanne et rationalité technique, Actes du colloque de Ouagadougou, 4-8 décembre 1978, Paris, ORSTOM, 1979, p. 341-346. En ligne sur le site de l’Institut de recherche pour le développement. Disponible sur : horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers07/03105.pdf

Hancock Claire, « La géographie postcoloniale. “L’empire contre-attaque” » in Jean-François Staszak et alii, Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, coll. Mappemonde, 2001, p. 95-98.

Lericollais André, « Sob. Étude géographique d’un terroir sérèr (Sénégal) », Atlas des structures agraires au sud du Sahara, Paris-La Haye, Mouton-ORSTOM, 1972, no 7.

Mackenzie Fiona, Taylor David Ruxton Fraser (eds.), Development from within. Survival in rural Africa, London, Routledge, 1992.

Marchal Jean-Yves, « La place des études de terroirs dans les recherches centrées sur le développement rural » in Collectif, Les Petits Espaces ruraux : problèmes de méthode. Journée consacrée aux études de terroirs, Paris, ORSTOM, 1972, p. 105-123.

Pélissier Paul, Sautter Gilles, « Bilan et perspectives d’une recherche sur les terroirs africains et malgaches (1962-1969) », Études rurales, no 37-38-39, 1970, p. 7-45.

Pélissier Paul, « Terrains de recherche, champs d’action ? Brefs propos sur une question sans fin… », Cahiers des sciences humaines, Trente ans (1963-1992), hors série, 1993, p. 87-92.

Pélissier Paul, « Le paysan et le technicien : quelques aspects d’un difficile face-à-face » in Collectif, Maîtrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale. Logique paysanne et rationalité technique, Actes du colloque de Ouagadougou, 4-8 décembre 1978, Paris, ORSTOM, 1979, p. 1-8.

Plet Françoise, « Finage » in Lévy Jacques, Lussault Michel (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 363-364.

Raison Jean-Pierre, « Trente ans, trois phases de la géographie rurale dans les pays tropicaux » in Choquet Catherine, Dollfus Olivier, Le Roy Étienne, Vernières Michel (dir.), État des savoirs sur le développement. Trois décennies de sciences sociales en langue française, Paris, Karthala, coll. Économie et développement, 1993, p. 135-159.

Rémy Gérard, « Yobri. Étude géographique du terroir d’un village gourmantché de Haute-Volta », Atlas des structures agraires au sud du Sahara, Paris-La Haye, Mouton et Cie, no 1, 1967.

Sautter Gilles, « À propos de quelques terroirs d’Afrique occidentale. Essai comparatif », Études rurales, no 4, 1962.

Sautter Gilles, Parcours d’un géographe. Du paysage aux ethnies, de la brousse à la ville, de l’Afrique au monde, 2 vol., Paris, Arguments, 1993.

Sautter Gilles, Pélissier Paul, « Pour un Atlas des terroirs africains. Structure-type d’une étude de terroir », L’Homme, vol. 4, no 1, 1964, p. 56-72.

Timberlake Lloyd, Africa in crisis : The causes, the cures and the environmental bankruptcy, Londres, Earthscan, 1985.

Notes

1 Pour une définition de cette géographie africaniste, se reporter à C. DAlessandro-Scarpari, Géographes en brousse. Un métissage spatial entre discours et pratiques, Paris, L’Harmattan, 2005.

2 G. Sautter, « À propos de quelques terroirs d’Afrique occidentale. Essai comparatif », Études rurales, no 4, 1962 in G. Sautter, Parcours d’un géographe. Du paysage aux ethnies, de la brousse à la ville, de l’Afrique au monde, Arguments, Paris, 1993, tome II, p. 445-498.

3 G. Sautter, P. Pélissier, « Pour un Atlas des terroirs africains. Structure-type d’une étude de terroir », L’Homme, vol. 4, 1964 in G. Pélissier, op. cit., p. 640-653.

4 Ibidem, p. 641.

5 Ibidem, p. 652-653.

6 G. Sautter, op. cit., p. 445.

7 F. Plet, « Finage » in J. Lévy, M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 363-364.

8 G. Sautter, P. Pélissier, op. cit., p. 641.

9 J.-Y. Marchal, « La place des études de terroirs dans les recherches centrées sur le développement rural » in Collectif, Les Petits Espaces ruraux : problèmes de méthode. Journée consacrée aux études de terroirs, Paris, ORSTOM, 1972, p. 105-123.

10 J.-P. Raison, « Trente ans, trois phases de la géographie rurale dans les pays tropicaux », in C. Choquet, O. Dollfus, E. Le Roy, M. Vernières (dir.), État des savoirs sur le développement. Trois décennies de sciences sociales en langue française, Paris, Karthala, coll. Économie et développement, p. 135-159.

11 E. Casti, « Un osservatorio sull’Africa : l’Atlas des structures agraires au Sud du Sahara », Terra d’Africa, Milano, Unicopli, 1995, p. 277 (nous traduisons de l’italien).

12 P. Pélissier, G. Sautter, « Bilan et perspectives d’une recherche sur les terroirs africains et malgaches (1962-1969) », Études rurales, no 37-38-39, 1970 in G. Sautter, op. cit., p. 676.

13 Ibidem, p. 657-658.

14 G. Rémy, « Yobri. Étude géographique du terroir d’un village gourmantché de Haute-Volta », Atlas des structures agraires au sud du Sahara, Paris-La Haye, Mouton et Cie, no 1, 1967, p. 11.

15 P. Pélissier, « Terrains de recherche, champs d’action ? Brefs propos sur une question sans fin… », Cahiers des sciences humaines, Trente ans (1963-1992), hors série, 1993, p. 87-88.

16 Cl. Bouet, « Bettié et Akiekrou. Étude comparée de deux terroirs en zone forestière ivoirienne », Atlas des structures agraires au sud du Sahara, Paris, ORSTOM, no 13, 1977, p. 69.

17 G. Rémy, op. cit., p. 58.

18 A. Lericollais, « Sob. Étude géographique d’un terroir sérèr (Sénégal) », Atlas des structures agraires au sud du Sahara, Paris-La Haye, Mouton-ORSTOM, 1972, no 7, p. 84-85.

19 P. Pélissier, « Le paysan et le technicien : quelques aspects d’un difficile face-à-face » in Ph. Couty et alii, Maîtrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale. Logique paysanne et rationalité technique, Actes du colloque de Ouagadougou, 4-8 décembre 1978, Paris, ORSTOM, 1979, p. 8.

20 Ibidem, p. 1.

21 Ibidem, p. 3.

22 Ibidem, p. 7.

23 P.S. Diagne, « Les modèles d’intervention de la S.A.E.D. », in Ph. Couty et alii, op. cit., p. 346.

24 Pour une présentation synthétique et encore actuelle de la postcolonial geography, on peut se reporter à : Cl. Hancock, « La géographie postcoloniale. “L’empire contre-attaque” », in J.-F. Staszak et alii, Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Belin, coll. Mappemonde, 2001, p. 95-98.

25 Ceci ne signifie pas pour autant que toute ambition théorique est absente : nous avons montré ailleurs que des concepts comme le terroir, le parc ou la brousse sont autant de tentatives de théorisation plus ou moins bien réussites.

26 Sur ce point et sur les influences récentes du postcolonial sur la géographie française, nous renvoyons à : B. Collignon, « Note sur les fondements des postcolonial studies », EchoGéo, no 1, juin-août. En ligne sur le site Revues.org. Mis en ligne le 6 mars 2008. Disponible sur : http://echogeo.revues.org/index2089.html

27 Il suffit de penser aux travaux de Bernard Calas, Alain Dubresson, Philippe Gervais-Lambony, Jean-Luc Piermay pour ne citer que quelques noms.

28 L. Timberlake, Africa in crisis : The causes, the cures and the environmental bankruptcy, Londres, Earthscan, 1985.

29 F. Mackenzie, D.R.F. Taylor (eds.), Development from within. Survival in rural Africa, Londres, Routledge, 1992.

Auteur

Cristina d’Alessandro-Scarpari est attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université de Lyon 2, géographe et chercheur.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search