Version classiqueVersion mobile

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Une alternative (l’alter-développement) et un refus (l’anti-développement). La réponse de la géographie africaniste au tiers-mondisme

Présentation

Annie Chéneau-Loquay

Texte intégral

1ATER à l’Université Lumière-Lyon 2, l’auteur travaille surtout sur le développement et la protection environnementale transfrontalière au Sénégal et en Guinée Conakry. Parmi ses publications majeures, on note Géographes en brousse (L’Harmattan, 2005) et La Clé des villes (avec Marc Dumont, Cavalier bleu, 2007).

2À l’issue de sa communication, la discussion a porté essentiellement sur le champ scientifique, spatial et temporel de la géographie des atlas par rapport aux autres géographies et sur l’adéquation du propos de l’auteur avec la chronologie des faits considérés.

3S’agissait-il d’une géographie à contre-courant ? L’auteur parle à propos des promoteurs et des auteurs des atlas d’une démarche inédite et novatrice dans le panorama de la géographie française de l’époque en indiquant que leur démarche était toujours sceptique par rapport aux idéologies et aux pratiques de développement basées sur les transferts de technologies impulsés par les pouvoirs publics.

4Mais si les géographes français sont peu impliqués dans les projets étatiques de développement du moins en Afrique dans les années 1970-1980 (contrairement aux agronomes), les recherches sur les atlas forment un courant fort sinon dominant parmi les géographes qui travaillent sur l’Afrique. S’ils sont à contre-courant de l’idéologie des grands projets, ils ne sont pas marginalisés dans la recherche française. L’idée que le travail de terrain se serait fait dans des conditions défavorables matériellement et intellectuellement parce que les autorités locales se tournent vers les projets de développement ambitieux et négligent les études sur les micro-espaces est peu défendable.

  • 1 Forte implantation, chercheurs titulaires, séjours de longue durée, allocations pour les doctorants

5En effet, même s’il n’est pas toujours réjouissant de passer de longues périodes « en brousse », les moyens financiers et l’encadrement scientifique donnés par l’ORSTOM ou le Centre d’études de géographie tropicale ne sont pas négligeables pour nombre de jeunes chercheurs qui à partir de là ont pu faire carrière1.

  • 2 Voir Jean-Pierre Raison, « Trente ans, trois phases de la géographie rurale dans les pays tropicaux (...)

6Une raison fondamentale de l’existence d’une différence avec les géographies faites ailleurs en Amérique latine, en particulier à cette époque, est que les chercheurs n’ayant pas bénéficié de telles conditions pratiques ont été davantage liés aux institutions locales et à leurs thématiques2 et aussi plus concernés par une approche tiers-mondiste marquée à l’époque par le marxisme.

7Au cours des débats, des participants africains font remarquer qu’ils n’avaient pas le choix, car ils étaient impliqués dans les projets des autorités, et cette implication ne permettait pas la critique du système de développement choisi. Entre géographie impliquée et géographie académique, il y aurait un fossé.

8Des remarques ont également été faites concernant le bien-fondé du lien de la « géographie des atlas » avec les postcolonial studies : (1) celles-ci sont beaucoup plus tardives, elles datent des années 1990 et ne peuvent donc qu’être ignorées des géographes africanistes de la décennie précédente ; (2) les géographes africaniste ne ressentent pas le besoin d’une révolution pour se débarrasser des héritages coloniaux qu’ils ne revendiquent pas, en effet ; (3) en outre la théorie ne préoccupait pas ces géographes de terrain. On est donc ni sur les mêmes plans (thématiques et méthodologiques) ni sur les mêmes époques. L’école française a longtemps évolué sans influence des écoles anglo-saxonnes. Si elle peut s’y référer aujourd’hui, des analyses rétrospectives sous leur prisme peuvent sembler quelque peu décalées.

Notes

1 Forte implantation, chercheurs titulaires, séjours de longue durée, allocations pour les doctorants.

2 Voir Jean-Pierre Raison, « Trente ans, trois phases de la géographie rurale dans les pays tropicaux », in C. Choquet, O. Dollfus, É. Le Roy, M. Vernières (dir.), État des savoirs sur le développement, trois décennies de sciences sociales en langue française, Paris, Karthala, coll. Économie et développement, 1993, p. 135-159.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search