Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

La géographie des « autres mondes » : une advocacy au service des populations marginalisées, ou la construction de « paradis agraires » ?

La géographie des « autres mondes » : une advocacy au service des populations marginalisées, ou la construction de « paradis agraires » ?

David Goeury

Texte intégral

Introduction : la géographie des lieux lointains, une géographie particulière ?

  • 1 Pour la définition d’enclavement, nous nous appuyons sur : J. Lévy, 2003, « enclavement » in J. Lév (...)
  • 2 D. Goeury, 2006, Enclavement et espaces du mérite, mémoire de master II, Montpellier, Université Pa (...)
  • 3 M. Foucault, 1994, « Des espaces autres », in M. Foucault, Dits et Écrits, tome IV, 1980-1988, Pari (...)

1Atlas, Himalaya, Andes, Sahara, Amazonie, Arctique, autant d’espaces supports sur laquelle s’est construite une géographie particulière, celle des lieux lointains. Leur configuration spatiale d’espaces enclavés1, à l’écart des réseaux modernes, momentanément non encore déployés par l’État central, du fait des surcoûts générés par un milieu contraignant, les a rendus spécifiques, car mis en quelque sorte « hors jeu » du développement, et surtout à « l’abri » du mal-développement. Leur enclavement momentané les transforme en ce que nous avons appelé les « espaces du mérite2 ». Ces espaces, bien que matériellement lointains, sont idéellement projetés au cœur de l’espace mondial, comme supports et décors à la prise de parole sur le développement. Les occidentaux vont y construire un discours spécifique, non pas à destination de populations locales, mais surtout à destination des populations occidentales, fascinées par cette mise en scène de contre-modèles possibles. Ils occupent notre imaginaire en étant sans cesse médiatisés. Ils sont mis en scène telles des hétérotopies, soit des lieux fermés où une utopie peut se réaliser3. Les sociétés traditionnelles lointaines, entretenant une relation différente avec la « Nature », sont survalorisées à fin de remettre en question le modèle de développement industriel occidental qui s’est diffusé à l’échelle planétaire. Dès lors, des lieux sont intégrés à un nouvel imaginaire multispatial occidental comme des idéaux-types éthiques, où pourrait se réaliser un véritable développement durable sans succéder à la phase de l’industrialisation, considérée comme destructrice.

  • 4 M. Foucault, 1969, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 275 p.
  • 5 V. Berdoulay, O. Soubeyran, 2000, « Milieu et colonisation dans le contexte de la modernité », in V (...)
  • 6 M.-V. Ozouf-Marignier, 2000, « Les géographes français et les “mauvais pays”, 1890-1930 » in Vincen (...)
  • 7 Pour le Maroc, la colonisation avait créé deux distinctions. La première fut celle de « Bled Siba » (...)
  • 8 S. Brunel, 2004, Le Développement durable, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, p. 11-14.

2Pour comprendre cette nouvelle géographie, il est possible de procéder à une « archéologie du savoir », en s’inspirant de Michel Foucault4, et de revenir d’abord sur le contexte spécifique d’émergence de ces discours et de ces pratiques. En effet, la géographie coloniale et son héritière, la géographie du développement, associaient découvertes de ressources potentielles et projets d’exploitation5. L’objectif était la domination et la transformation d’un espace en un « bon pays6 », « un pays utile7 ». Les indépendances ne marquent pas de rupture conceptuelle, mais seulement un changement de commanditaire. Les États nations qualifiés « d’en voie de développement » poursuivent le même projet de mobilisation raisonnée des ressources et d’aménagement planifié de leur territoire, mais cette fois-ci au profit de leur population et non plus d’une métropole. Ce n’est qu’à partir des années 1970 que se dessine progressivement, à l’échelle mondiale, une rupture conceptuelle autour de la notion de développement8. L’incapacité de certains États, surtout à faire face aux besoins élémentaires de leur population croissante, favorise une critique grandissante du développement purement économique, considéré comme prédateur vis-à-vis de la biodiversité et des identités culturelles. Dès lors, un changement de paradigme aboutissant à l’ajout de qualificatifs, comme soutenable, durable, au concept de développement s’initie. Il n’est plus seulement question d’économie, mais aussi d’éthique.

  • 9 Les organismes favorisent la constitution d’équipes pluridisciplinaires. Le géographe est souvent c (...)
  • 10 Les grands programmes internationaux de l’Unesco ont un effet d’entraînement direct par un système (...)

3Dans ce contexte, les territoires en marge du développement national deviennent des espaces privilégiés d’études. Des chercheurs, ethnographes, zootechniciens, écologues et géographes, trouvent des financements auprès des organisations internationales, comme l’Unesco, le PNUD ou la Banque mondiale, pour questionner ces territoires spécifiques, comme les vallées enclavées de haute-montagne9. Ainsi, dans le cadre du programme « Man and Biosphery », en 1973, le projet 6 (« impact des activités humaines sur les écosystèmes de montagnes et de toundra ») amorce une dynamique de recherche mondiale. Elle renforce des initiatives plus anciennes comme celle de l’Union géographique internationale qui avait créé une commission montagne en 1968 et surtout favorise la multiplication de programmes de recherche nationaux ou internationaux ponctuels sur le pastoralisme au Maroc ou au long cours comme l’étude du Ladakh qui donne naissance à l’IALS, International Association for Ladakh Studies10. Les sociétés étudiées ne sont plus des vestiges d’un temps révolu, comme les décrivaient les géographes coloniaux, mais des reliques, portant en elles des modèles de relations raisonnées « Homme/Nature ».

  • 11 Nous reprenons ici la distinction lacanienne entre « réel » et « réalité ». Le réel renvoie à une r (...)

4Or, tous ces travaux ne risquent-ils pas de générer un réel constitué de représentations qui peuvent dépasser la réalité11 ? Toute étude ne devient-elle pas, volontairement ou involontairement, une advocacy pouvant être instrumentalisée par des acteurs multiples aux logiques divergentes ? En effet, la dimension idéologique autour de la construction de nouvelles valeurs mondiales comme le développement durable, la protection de la biodiversité, la défense des particularismes culturels, n’entrent-elles pas en contradiction avec des urgences locales ? Les projets généreux portés par des organisations internationales ne deviennent-ils pas des réalités décevantes ? Par conséquent, quelle est la place du géographe comme analyste du territoire et des jeux d’échelles ? Partage-t-il les mêmes présupposés que les autres scientifiques renforçant un modèle dominant par un processus d’accumulation, ou se distingue-t-il pour générer une complémentarité critique discordante ? Du fait de sa capacité technique à produire des cartes et des systèmes, prend-il le risque du dédale entre théorie, action et analyse critique, ou s’engage-t-il, consciemment ou inconsciemment, comme expert pour le soutien d’une cause ?

5Nous verrons d’abord comment ce changement de paradigme se construit autour de nouveaux modes opératoires que sont le terrain et l’enquête participative, puis comment il propose de nouveaux projets portés par des institutions spécifiques pour affirmer de nouvelles vérités.

Le terrain comme mode opératoire : la tentation des « paradis agraires »

  • 12 R. Pourtier, 2007, « Le terrain pour les tropicalistes », Bulletin de l’Association de géographes f (...)

6L’espace enclavé est d’abord étudié comme l’espace de la tradition, du non-développement qui n’aurait pas connu la modernité définie, entre autres, par Fernand Braudel comme le changement. Ce présupposé est renforcé par les techniques d’appréhension de ce type d’espace. En effet, si les villes et les plaines agricoles sont régulièrement mises en statistiques et en cartes par l’État pour planifier et analyser leur transformation, les lieux reculés, comme les hautes vallées, sont souvent à peine répertoriés. De même, alors que les archives des espaces centraux sont structurées et consultables dans des administrations spécialisées, celles des hautes montagnes sont éparses et privées, éclatées entre les grands lignages locaux et les institutions religieuses. De ce fait, le chercheur se doit de parcourir longuement l’espace comme principale source d’information12. Sous l’influence des ethnographes et anthropologues qui revendiquent l’observation participative de longue durée, l’idée de faire du terrain atteint une dimension sublime. Le terrain devient vérité.

  • 13 Lire le livre manifeste de Claude Collin Delavaud qui revendique cette position du géographe aventu (...)
  • 14 D. Le Breton, 1991, Passions du risque, Paris, Métailié, p. 130.
  • 15 Y. Daer, 1978, « L’Afrique terrain d’aventure. Libres propos sur la pratique et la relation d’enquê (...)
  • 16 Cl. Collin Delavaud, 2005, Jusqu’au bout de la Terre. Parcours d’un géographe, Paris, Arthaud, p. 2 (...)

7La faible accessibilité, la pénibilité du relief et du climat, favorisent la venue de chercheurs dotés d’une bonne condition physique, fascinés par ce type de milieu et animés par l’envie de découverte13. Ils participent de la catégorie des néo-aventuriers14. Ils acceptent de prendre le risque de la confrontation de leurs corps à un milieu difficile, comme pour nouer physiquement une nouvelle relation homme/nature. Le territoire étudié et le chercheur entrent en interrelation, la pénibilité du terrain renforçant le mérite de l’observateur. Ils nourrissent un prestige commun autour de l’aventure humaine, le terrain forgeant le géographe, le géographe mettant en scène le terrain15. Claude Collin Delavaud écrit ainsi sur son premier terrain : « Je n’ai jamais cessé de t’aimer, Khaoadja Quendu […]. Tu as hanté ma mémoire et me visitais dans certains de mes cours […]. Je vivrai le temps qu’il me reste en ta compagnie, non plus comme toile de fond de ma jeunesse mais de toute ma vie d’aventurier géographe16. »

  • 17 « Amazonie ou Tibet exigent des parcours démesurés avant qu’un territoire d’étude puisse être chois (...)
  • 18 F. Driver, 2001, Geography militant. Cultures of exploration and empire, Oxford, Blackwell Publishe (...)
  • 19 Armand Frémont en parlant du géographe voyageur conclut : « Son vrai luxe est de parcourir […] les (...)
  • 20 P. Bourdieu, 1980, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, p. 162.

8L’approche et l’appréhension de ces espaces particuliers commence, donc, par le paysage saisi durant de longues marches exploratoires17. Marqués par les récits des premiers explorateurs coloniaux et la permanence des grands reportages photographiques18, cette approche est gratifiante associant fascination et sentiment de domination d’un espace à découvrir19. En montagne, l’escarpement des versants, le passage des cols donnent le sentiment de pouvoir saisir et s’approprier un territoire qui se livre en coupe et en plan. Immédiatement, il semble possible de délimiter un finage, des pratiques, des aménagements et ainsi comprendre la relation entre une société et son environnement. Or, cette entrée par le paysage mène, souvent, à la construction de « paradis agraires20 ».

  • 21 B. Giblin, 1978, « Le paysage, le terrain, les géographes », Hérodote, no 9, p. 84-87.
  • 22 Cl. Collin Delavaud, 2005, Jusqu’au bout de la Terre. Parcours d’un géographe, Paris, Arthaud, p. 3 (...)
  • 23 Ibidem, p. 54-55.

9Ce phénomène est accentué lors de la réécriture des observations de terrain pour un travail de publication. En effet, le géographe reconstruit le paysage observé en diminuant le hiatus entre la réalité et les idéaux types auxquels il fait consciemment ou inconsciemment référence21. Dés lors, le souci constant de la société locale de tirer profit des ressources offertes par l’étagement de la végétation, par un labeur besogneux, avec des moyens techniques faibles, est décrit comme une juste gestion du milieu biophysique, une symbiose entre une société et son environnement. Il est ici possible de citer, à nouveau, Claude Collin Delavaud qui s’exprime ainsi dans la conclusion de sa biographie scientifique : « Certes des déserts de glace, de sable, de montagne et de jungle, abritent des peuples qui, sur leurs lisières se sont à la fois arrêtés et accrochés. Ce sont les plus courageux sans doute et je me suis pris de passion pour leur extraordinaire faculté d’adaptation à des milieux naturels dont ils ont fait leurs alliés22. » Or, souvent, la description de la diversité des pratiques agricoles, associant agriculture intensive des fonds de vallées (céréaliculture, maraîchage, arboriculture) et élevage extensif sur les bassins versants et les hauts plateaux, induit la construction d’un modèle autarcique d’autosubsistance minimisant la réalité des échanges, souvent considérés comme la meilleure forme de production rurale23.

  • 24 J. Berque, 1978, Structures sociales du haut-atlas, suivi de Retour aux Seksawa (par Jacques Berque (...)

10Les liens historiques avec les différents pouvoirs centraux successifs (dynasties ante-coloniales, autorité coloniale, État nation actuel) sont souvent minorés, voir ignorés. La haute vallée est décrite comme indépendante, dotée de structures politiques différentes de celles du pouvoir central et n’entretenant que des relations de voisinage. Elle est présentée comme un lieu gouverné par des républiques (Atlas) ou des monarchies bienveillantes (Himalaya). Le pouvoir central (monarchie chérifienne, empire moghol) est présenté comme un prédateur vis-à-vis de populations considérées comme autonomes et libres. Cette représentation est renforcée par la situation particulière que connaissent ces hautes montagnes durant le xxe siècle : la haute vallée qui lors de la période précoloniale faisant partie intégrante d’un espace se déployant comme un long tissu sans couture24, est devenue une enclave du non-développement. L’incapacité de l’État moderne à développer des infrastructures performantes est perçue comme maintenant ces territoires de haute montagne dans une forme d’éternité.

  • 25 Cl. Laux, 2008, « La construction d’une géographie de l’Océanie par les explorateurs, les missionna (...)
  • 26 Les multiples actions de l’Unesco ont abouti, le 13 septembre 2007, à la Déclaration des Nations un (...)
  • 27 Ces représentations coloniales perdurent au Maroc, entre les Berbères et les Arabes, comme au Ladak (...)

11L’étude va privilégier ce qui apparaît comme des permanences, en distinguant ce qui serait lié à des processus endogènes de ce qui serait lié à des facteurs exogènes, comme si elle était désireuse de conjurer le temps qui passe. Les transformations radicales dues aux longues guerres de conquêtes, à la restructuration de l’espace économique par le contournement de certaines vallées par des routes performantes sélectives, à la réorganisation administrative et à la redéfinition des terrains de parcours, sont considérées comme secondaires. La société est présentée comme à même de conserver des structures héritées, plutôt que comme capable de s’adapter à de nouveaux contextes. Elle est essentialisée comme un archétype du « bon sauvage » des lumières, dont le rapport privilégié avec la Nature assurerait une ingénuité permettant d’atteindre une forme de vérité sur la vie humaine, car non corrompu par le processus de civilisation25. Cette approche désormais revendiquée comme la défense « des peuples autochtones26 » ne fait que prolonger la construction du discours colonial qui hiérarchisait les populations rencontrées, entre « cannibales », « bon sauvages » et « fourbes civilisés »27.

12L’entrée par le paysage renforce ce sentiment, en réduisant l’impact de l’État au village centre. Il apparaît comme le seul espace connecté au reste du territoire national. Desservi par une mauvaise piste, il contient quelques bâtiments administratifs défraîchis, occupés ponctuellement par des fonctionnaires absentéistes. Cet unique marquage étatique semble noyé dans l’immensité des bassins versants et des hauts plateaux laissés à la seule gestion communautaire traditionnelle.

13Ces hautes montagnes sont associées à des modèles autarciques où la vie communautaire serait autonome, dure mais saine. Cette vision est traversée de contradictions. D’une part la surmortalité qu’elle soit infantile ou maternelle est minorée, voire inconsciemment intégrée à une logique darwinienne du phantasme de la sélection naturelle des individus les plus adaptés au milieu, prolégomènes conceptuels aux relations de symbiose Homme/Nature. D’autre part, la santé et l’instruction sont considérées comme du ressort de l’État dont l’incurie est alors dénoncée.

  • 28 A. Berque, 2000, Ecoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, coll. Mappemon (...)

14Il apparaît dès lors une contradiction entre le « topos » et sa « chôra »28, entre un territoire de la mort violente et le rêve de l’espace pur à même de guérir les maux de la modernité (maladies respiratoires liées à la pollution atmosphérique des villes). Cette contradiction se retrouve à la fois dans la personnalité des chercheurs, qui, venant de pays confortables, riches et développés, mettent en valeur des régions pauvres et peu développées, et aussi de celle de leurs interlocuteurs locaux, qui sont partagés entre la valorisation de leur mode de vie traditionnel et la juste réclamation d’accéder à des infrastructures modernes.

Rencontrer la population : s’exposer à une stratégie de l’araignée

  • 29 Certains comme Lydie Pézelet détaillent dans leur thèse les espaces d’hébergement et les avantages (...)
  • 30 R. Pourtier, 2007, « Le terrain pour les tropicalistes », Bulletin de l’Association de géographes f (...)
  • 31 Ceci ressort des entretiens informels menés avec de jeunes géographes. L’atelier 7 « co-constructio (...)
  • 32 J. Berque, 1989, Mémoires des deux rives, Paris, Seuil, p. 64.
  • 33 Bernard Kayser rappelle que certains informateurs négocient le prix de leur savoir en 1978. B. Kayz (...)

15Ces terrains de longue durée prennent des formes spécifiques. Du fait, de la faiblesse des infrastructures de transport et d’hébergement les chercheurs deviennent les hôtes réguliers de la communauté étudiée29. Systématiquement invité pour un thé, mais aussi souvent obligé de trouver refuge dans une maison pour dormir, il entretient peu à peu une relation privilégiée avec certains individus. Cette sociabilité très forte est recherchée par le géographe qui a le sentiment de pouvoir pénétrer ainsi au cœur de la société étudiée. Ces rencontres avec des informateurs indispensables à la recherche sont considérées systématiquement comme des moments forts, fondateurs de la construction de l’identité du géographe, quels que soient les générations et les terrains, allant de Roland Pourtier30, à Claude Collin Delavaud, aux jeunes chercheurs travaillant sur la relation entre nature et peuples autochtones31. Cependant, il faut revenir sur les fondements de l’hospitalité généreuse d’une population toujours présentée comme accueillante. Le sociologue Jacques Berque, en tant qu’ancien contrôleur civil, associe cette libéralité à une stratégie : la volonté de créer un sentiment de dette chez l’étranger de passage qui devient inconsciemment redevable32. Le don d’hospitalité induit un contre-don. Celui-ci n’est pas forcément matériel, il peut être juste l’assurance d’une bienveillance, un échange d’information ou un potentiel appui en cas de problème33. Ceci est également renforcé par le fait que l’étranger n’est pas accueilli par n’importe quelle famille. Souvent, ce sont des familles de notables, du fait de leur position traditionnelle d’intercesseurs entre l’étranger et le local. Elles renforcent leur prestige social auprès de leur groupe en monopolisant la position d’intermédiaires, seuls susceptibles d’accueillir l’étranger, souvent à son insu. Parallèlement, ces élites sont les plus questionnées par le chercheur, considérées comme les détentrices de la tradition et surtout les dépositaires de la parole ancienne.

  • 34 P. Pascon, 1984, La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt, Rabat, SMER, p. 6.
  • 35 La relation entre chercheur et ONG est de plus en plus forte, soit parce que certains chercheurs on (...)

16De plus, il ne faut pas imaginer que les détenteurs de la tradition soient toujours désintéressés. Nombreux sont ceux qui désirent se raconter. Certains notables, qui ressentent très fortement une situation de déclassement à l’échelle régionale et nationale, désirent mettre en scène un passé héroïque auprès d’un étranger à même de diffuser à l’échelle nationale, voire internationale, leur histoire. Le sociologue Paul Pascon parle de la « stratégie d’araignée » de certains notables qui attirent progressivement le chercheur dans une toile d’informations et d’obligations, afin qu’il devienne leur relais et, surtout, qu’il raconte leur histoire34. Le chercheur peut, dès lors, devenir dépendant d’un interlocuteur privilégié et de son point de vue. De même, l’étranger est perçu comme un vecteur pour faire passer des revendications spécifiques vis-à-vis d’un pouvoir central défaillant et cela d’autant plus fortement qu’il est « extérieur » à la société et l’espace qu’il étudie. Dans de nombreuses vallées, il est désormais considéré comme un relais international potentiel35. Ainsi, la population locale va décrier un État dont elle est désormais dépendante sans qu’il comble les inégalités croissantes avec le reste du territoire.

Décrire et dénoncer : du simple récit à l’advocacy

17La simple description des hautes vallées est un rappel des inégalités mondiales, aujourd’hui unanimement perçues comme injustes. Les habitants démunis sont décrits comme à l’écart de l’amélioration globale des conditions de vie, mesurée par l’indice de développement humain qui est très faible (autour de 0,200). Or, depuis le milieu du xxe siècle, les grandes organisations internationales, et tout particulièrement l’Unesco, par le multiplication de sommets et de chartes érigent certaines valeurs, comme les droits des peuples à l’équité politique et économique tout en préservant leur spécificité culturelle, la protection de la biodiversité tout en assurant des conditions de vies décentes, comme universelles, c’est-à-dire devant être partagées, acceptées et vécues par tous les individus, quels qu’ils soient. Les géographes sont traversés par ces mêmes valeurs, comme les citoyens de leur temps, et certains décident de s’engager dans leur diffusion à l’échelle mondiale. Le problème est de savoir quelle est la part de l’intentionnalité à relayer des points de vue et la part de l’inconscient social, lié à un environnement et à un objet d’étude favorable à ce type d’analyses. La simple diffusion d’un texte descriptif engage le géographe dans un processus de soutien et de légitimation des revendications de ces sociétés traditionnelles exclues. Il soulève des interrogations et surtout pointe des responsables.

18Certains peuvent revendiquer clairement la volonté de faire remonter cette vision du bas qui critique violemment celle du haut, surtout dans des régions où l’État central est peu opérant par manque de moyens. Ces géographes donnent, alors, la parole aux « sans voix » ou plutôt ouvre « la voie du bas vers le haut avec force ». Voulant pallier la faiblesse des institutions démocratiques locales encore embryonnaires, certains chercheurs se sentent investis d’une mission de rééquilibrage, en transmettant les vrais problèmes perçus localement. Cette prise de parole des exclus de la scène médiatique est toujours justifiée par la construction d’un espace démocratique mondial. La population présentée peut être jugée significative d’une majorité de populations pauvres oubliées ou apparaître comme une minorité spécifique qui doit être respectée. Par conséquent, quel que soit le poids démographique, les enjeux économiques ou politiques, certains chercheurs n’hésitent pas à se lancer dans une action d’advocacy qu’ils jugent légitime.

  • 36 Parmi, les nombreux travaux, il est possible de lire : P. de Robert, A.-É. Laques, 2003, « “La cart (...)
  • 37 J. Crook, H. Osmaston (eds.), 1994, Himalyan buddhist villages : Environment, resources, society an (...)

19Les géographes deviennent des relais entre le local et le mondial. D’une part, ils transforment les revendications locales en un cas qui permet de décliner et d’avaliser les nouveaux paradigmes mondiaux. D’autre part, il diffuse, volontairement ou involontairement, les nouvelles valeurs universelles à la population locale qui les utilise pour légitimer sa contestation du pouvoir central. Par exemple, ils investissent le champ politique par les cartes, transcrivant les pratiques spatiales matérielles et idéelles des populations locales sur les cartes administratives. Ainsi, ils facilitent le processus de revendication et de négociation36. Certains lieux sortent de l’anonymat et deviennent des hauts lieux de la réflexion sur les relations développement, environnement et spécificité culturelle, ainsi le Ladakh et le Zanskar sont investis à partir de 1974, comme des espaces de comparaison himalayens avec le Tibet37.

De la théorie à l’action : le risque du dédale entre le réel et la réalité

20Coupées du développement, les hautes vallées sont décrites comme à un moment clef de leur histoire, impliquant la nécessité de l’action. Elles intègrent des programmes définis à l’échelle mondiale le plus souvent par des organisations internationales, comme la Banque mondiale, le PNUD ou les services de coopération internationaux. Elles deviennent les étendards incarnant un certain nombre de valeurs, comme celles du protocole de Rio et son Agenda pour le xxie siècle. Deux projets émergent : la protection d’une spécificité spatiale, réclamant le droit au conservatoire et à la différence, ou la multiplication des micro-actions associatives.

  • 38 Nous avons observé une concentration d’écrits universitaires autour de certaines vallées. Chaque an (...)

21L’implication des géographes est alors multiforme. Certains, directement financés par ces institutions, participent de la définition de multiples projets étatiques ou associatifs aux ampleurs variés. D’autres, plus ou moins indépendants, proposent régulièrement des études d’impact des dits programmes et établissent de nouvelles recommandations. Certaines unités de recherche spécialisées dans ce type d’études encadrent de nombreux jeunes chercheurs, souvent très proches des associations qui interviennent localement38. Ils s’investissent pleinement dans ces projets qu’ils considèrent comme justes et utiles.

22Certaines zones deviennent des points chauds de la recherche universitaire. En effet, la médiatisation de l’action attire les chercheurs et surtout la multiplication de relais potentiels favorise leur travail de terrain. Ainsi, l’Atlas, du massif du Toubkal à Imilchil, est régulièrement étudié tout comme l’Himalaya entre le Népal et le Ladakh indien. Débute une série de recherches, d’abord sur les modes de vie traditionnels, puis sur le tourisme et enfin sur le développement durable. Une même activité devient un objet sans cesse questionné : au Maroc, la transhumance d’abord décrite comme une activité traditionnelle, peut être étudiée comme un projet de conservation de la biodiversité et enfin comme une activité liée à la permanence de la sainteté et d’une religiosité différente.

  • 39 R. Reich, 1993, L’économie mondialisée, Paris, Dunod, 336 p.

23Cette multiplication d’études, orientées ou non par des valeurs généreuses, à l’échelle mondiale, crée un « réel » composé de représentations. Les géographes deviennent « des manipulateurs de symboles39 » qui constituent des cadres des actions futures à l’échelle mondiale ou nationale. La diffusion des discours et des analyses, à l’échelle internationale, sont autant de référents aux actions à venir. Même si les discours ne sont pas suivis d’action, le seul fait qu’ils soient émis dans différents médias, les constitue en réels. Certains projets vont être largement diffusés dans les cercles décisionnels, ou gagner la sphère médiatique du grand public. Nous posons comme hypothèse qu’ils ont un effet cumulatif à l’échelle mondiale et permettent peu à peu de faire émerger une idée. Progressivement, elle devient incontournable, comme la notion de développement durable. Chacun, qu’il soit un expert international, un cadre administratif, un membre de la société civile, devra se positionner à son égard.

24Certaines communautés, certains projets, certaines pratiques vont émerger comme des références. Considérées comme n’ayant pas connu la phase du développement occidental industriel consumériste, elles deviendraient le lieu idéal pour appliquer directement les nouveaux principes du développement durable qui associe économie, environnement et société. Tous les projets vont donc chercher à concilier préservation de la biodiversité symbolisée par de jolies fleurs (la baie jaune, l’edelweiss) ou de grands arbres (le cèdre) et surtout de grands mammifères (mouflon à manchette marocain, léopard des neiges himalayen, vigogne bolivienne…), et la défense des pratiques culturelles indigènes locales (berbères, amchis bouddhistes, Kallawayas…). Pour concilier ces multiples contraintes, le tourisme rural est souvent présenté comme la seule activité à même de valoriser ces caractéristiques spécifiques de ces territoires, sans les altérer.

  • 40 Équipe MIT, 2002, Tourismes 1 : Lieux communs, Paris, Belin, coll. Mappemonde, p. 52-74.
  • 41 S. Brunel, 2006, La Planète disneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Paris, Éditions Sciences (...)

25En effet, il associe conservation et développement économique progressif sans destruction des activités existantes, car valorisées comme constitutives de l’attractivité touristique. Par conséquent, tous les projets insistent sur ce mode de mise en valeur du territoire et plus particulièrement sur le contact privilégié entre touristes et autochtones, comme reconnaissance mutuelle des différences culturelles. Ils incarnent la possibilité d’un vivre ensemble autour d’enjeux mondiaux partagés, comme l’environnement, la diversité culturelle, le développement durable. Nous nous demandons si le chercheur ne propose pas ici la généralisation de sa propre expérience heureuse, de sociabilité et d’entente cordiale avec des populations considérées comme différentes, pour ne pas dire « exotiques » lors de son terrain d’étude. Le touriste présenté comme un « néobarbare40 », incarnation de la violence destructrice occidentale, pourrait être transformé en un individu éclairé, à même de rencontrer paisiblement l’autre41. Il reproduit le comportement d’une élite, citoyenne du monde, qui se veut consciente de l’impact de son action. Ce projet porte en lui une part de l’idéologie altermondialiste. Il se veut un contrepoint à la marchandisation du monde par de grandes multinationales du tourisme de masse, en favorisant la micro-activité locale et la mise en contact directe entre consommateur et producteur. Ces petits projets ont une forte dimension symbolique et leur résonance médiatique ne doit pas masquer l’étude d’impact concrète.

  • 42 Lors de nos études de terrain au Maroc et au Ladakh, nous avons observé que moins de 10 % des foyer (...)
  • 43 Les riches propriétaires terriens, les dynasties « seigneuriales » (chorfas du Haut-Atlas, « haute- (...)
  • 44 Pour le cas de l’Atlas, les gîtes les plus fonctionnels ont un chiffre d’affaires annuel entre 40 0 (...)

26Sur le terrain les conséquences économiques sont souvent faibles et insuffisantes pour sortir toute une communauté de la pauvreté. En effet, le plus souvent seuls quelques individus bénéficient de ce type de projet42. L’activité d’hébergement touristique est pour la plupart des habitants une activité complémentaire dans le cadre d’une pluriactivité rurale classique. Dans la majorité des cas, elle perdure comme un complément de revenu ponctuel nécessitant peu d’investissement. Seuls, quelques individus, le plus souvent des notables, deviennent des professionnels à même de répondre aux exigences d’une clientèle internationale43. Ceci s’explique par les objectifs même du tourisme rural. Son principe est celui d’un complément de revenu qui permet aux habitants de sortir de la pauvreté sans pour autant connaître un changement brutal de mode et de niveau de vie44. Certaines activités, qui avaient tout leur sens dans une économie d’autoconsommation (polyculture, artisanat), menacées par l’ouverture de la vallée, sont maintenues pour satisfaire des consommateurs exogènes. Ainsi, les paysages, les architectures traditionnelles perdurent et fixent, ainsi, un territoire dans une image de carte postale magnifiant l’éternité. Il répond à un inconscient malthusien qui induit une stabilité de la population et une permanence des modes de mise en valeur du territoire en refusant tout principe de Schumpeter de « destruction créatrice ». La montagne des pays en voie de développement est transformée en une montagne éternelle, qui ne doit connaître ni l’âge de l’aluminium, ni celui des stations de ski intégrées, et encore moins celui des start-up.

27De même, les structures traditionnelles présentées comme capables de régler l’ensemble des problèmes sont survalorisées. La tradition devient un élément fort de légitimité et surtout l’incarnation d’une construction politique locale spécifique, adaptée au territoire. Elles sont considérées comme pouvant autogérer le bien commun local, sur la base du consensus et dans l’intérêt de tous. « Démocraties locales quasi naturelles », construites autour d’usages collectifs comme l’eau, les chemins, les terrains de parcours et de systèmes ponctuels de redistribution des richesses par la prise en charge de fondations pieuses, elles restent limitées à la gestion de ressources non extensibles. On oublie souvent qu’elles se sont construites autour de situations ponctuelles sur des bases contractuelles à l’échelle locale, et qu’elles restent dépendantes de l’État pour la mise en place de projets de grande ampleur, seuls à même de transformer radicalement leur espace de vie. Les projets les plus importants ne sont réalisés qu’avec le soutien d’une diaspora ayant réussi économiquement en ville ou à l’étranger, et ils se limitent à déployer des activités de branchement au réseau national (santé, éducation, réseau de communication).

  • 45 Il est intéressant de noter la récurrence de la violence physique comme mode de gestion du conflit. (...)

28Magnifier ces instances locales revient à magnifier les microprojets qui ne transforment pas radicalement le paysage et qui s’inscrivent dans une continuité avec les structures traditionnelles. Elles deviennent les garantes d’une forme d’âme locale et de culture locale. Elles sont présentées comme des lieux de consensus à même de porter les projets de prescriptions de vastes espaces à protéger (parc nationaux ou régionaux) et d’usages raisonnés des ressources naturelles. Cependant, l’acceptation concrète du projet de conservatoire ne se fait pas sans affrontement. La délimitation des espaces protégés, la réglementation des usages sont autant de moments de conflits inévitables. La population locale est souvent divisée par des tensions internes héritées qui réapparaissent. Ainsi, si certains notables sont favorables aux nouveaux projets qui mettent en valeur leur culture et leur permettent de développer de nouvelles activités autour du tourisme, les plus pauvres subissent la mise en défens de certaines zones comme la mutilation de leur espace de survie. Le rêve du consensuel « Small Is Beautiful » se transforme en « Small Is Ugly », les positions pouvant se radicaliser au point parfois de se transformer en violences physiques45.

En guise de conclusion : la géographie des lieux lointains est-elle un projet altermondialiste ?

  • 46 M. Weber, 1919, Le Savant et le Politique, Paris, Union générale d’éditions, coll. Le monde en 10-1 (...)

29Par conséquent, ces « espaces du mérite » portent le décalage entre un mode de mise en valeur présenté comme un nouveau modèle de développement dit durable et une réalité plus complexe. De plus, la surenchère des productions intellectuelles et la multiplication des références font qu’ils abritent un modèle hyperréel qui dépasse les résultats matériels. Il peut se créer des situations d’aveuglement où, au nom de l’idéal, la réalité est niée. La position des géographes investis dans ce type de projet devient difficile. Leurs actions passant par l’engagement et leurs réflexions s’appuyant sur la volonté de neutralité scientifique entrent parfois en contradiction, surtout lorsqu’il se retrouve écartelé entre leur empathie pour les plus démunis, leur adhésion aux grands courants de pensée mondiaux et leur financement par des organisations internationales. De ce fait, malgré les précautions indispensables rappelées par Max Weber46, sur le souci de neutralité des scientifiques, la pression insoutenable des urgences locales, pousse certains à dénoncer la vacuité du monde universitaire face au besoin de l’action de terrain.

  • 47 E. Fougier, 2006, Dictionnaire analytique de l’altermondialisme, Paris, Ellipses, p. 8.
  • 48 U. Beck, 2003, Pouvoir et contre pouvoir à l’heure de la mondialisation, Paris, Aubier, p. 432.

30Dès lors, cette géographie est associée à la mouvance altermondialiste de par ses modes opératoires. En effet, en reprenant, l’idée d’Eddy Fougier qui définit l’altermondialisme en trois slogans : « le monde n’est pas une marchandise », « un autre monde est possible », « agir local, penser global47 », il est possible d’y intégrer les représentations projetées sur les hautes vallées enclavées qui restent des espaces peu monétarisés, avec la permanence des échanges sous forme de dons et de services organisés autour de rituels. Ces territoires sont alors présentés comme des « autres mondes » préservés. Ils sont considérés comme des espaces à protéger, non encore touchés par les déviances du libéralisme économique. Ils représentent un espace idéal sur lequel il serait possible d’intervenir selon de nouvelles règles évitant la « destruction créatrice » du développement économique. Ils deviennent des utopies réalisées ou réalisables. Dans ce contexte, les géographes participent de la mise en relation des populations locales avec la société civile transnationale en revendiquant parfois cette logique altermondialiste. Certains soutiennent les revendications locales à l’échelle internationale face à un État central uniformisateur, considéré comme acquis à l’idéologie libérale. Les géographes favorisent ainsi la participation des communautés aux grands débats transnationaux et leur intégration à ce qu’Ulrich Beck appelle la deuxième modernité du cosmopolitisme. Elles peuvent ainsi s’émanciper du pouvoir étatique grâce au soutien d’une société civile mondialisée, en revendiquant des principes érigés par les organisations internationales48.

  • 49 Il faut entendre cette idée d’héritage comme une réalité dénuée de jugements moraux comme le propos (...)
  • 50 N. Elias, 1991, La Société des individus, Paris, Fayard, p. 62.

31En effet, les organisations internationales structurent idéellement l’espace mondial et œuvrent à la constitution d’une société civile locale, active, acquise aux nouvelles valeurs mondiales, qu’elles veulent ériger en valeurs universelles. Par conséquent, les géographes, consciemment ou inconsciemment, participent de ce système de diffusion de ces valeurs en devenant des relais entre le mondial et le local. Or, il ne faut pas écarter la dimension idéologique du débat et son instrumentalisation politique par des acteurs nombreux aux logiques divergentes. De « l’espace du mérite », à l’espace conservatoire mondialisé, il n’y a qu’un pas, sans que soient toujours évaluées les opportunités et les contraintes nouvelles pour les populations directement concernées. L’enjeu reste dans le rapport de domination et de participation des populations locales, et si l’idéologie du développement durable est héritière des productions culturelles coloniales49, son application ne doit pas reproduire les mêmes méthodes de mise sous tutelle de communautés au nom de valeurs universelles. De ce fait, nombreux sont les géographes qui établissent une conversation, comme l’entend Norbert Elias, entre communautés locales et organisations internationales, où au fur et à mesure, chacun des interlocuteurs s’amende tout en créant des concepts et des actions nouvelles50.

Bibliographie

Bibliographie

Beck Ulrich, 2003, Pouvoir et contre pouvoir à l’heure de la mondialisation, Paris, Aubier.

Berdoulay Vincent, Soubeyran Olivier, 2000, « Milieu et colonisation dans le contexte de la modernité », in Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran (dir.), Milieu, colonisation et développement durable. Perspectives géographiques sur l’aménagement, Paris, L’Harmattan, coll. Géographies en liberté, p. 17-19.

Berque Augustin, 2000, Ecoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, coll. Mappemonde.

Berque Jacques, 1978, Structures sociales du haut-atlas, suivi de Retour aux Seksawa (par Jacques Berque et Paul Pascon), Paris, PUF.

Berque Jacques, 1989, Mémoires des deux rives, Paris, Seuil.

Bourdieu Pierre, 1980, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, coll. Le sens commun.

Brunel Sylvie, 2004, Le Développement durable, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?.

Brunel Sylvie, 2006, La Planète disneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Paris, Éditions Sciences Humaines, coll. Essais.

Collin Delavaud Claude, 2005, Jusqu’au bout de la Terre. Parcours d’un géographe, Paris, Arthaud.

Crook John, Osmaston Henry (eds.), 1994, Himalyan buddhist villages : Environment, resources, society and religious life in Zangskar, Ladakh, Delhi, Motilal Banarsidass, 866 p.

Daer Yann, 1978, « L’Afrique terrain d’aventure. Libres propos sur la pratique et la relation d’enquête », Hérodote, no 9, p. 105-122.

Driver Felix, 2001, Geography militant. Cultures of exploration and empire, Oxford, Blackwell Publishers.

Elias Norbert, 1991, La Société des individus, Paris, Fayard.

Équipe MIT, 2002, Tourismes 1 : Lieux communs, Paris, Belin, coll. Mappemonde.

Foucault Michel, 1994, « Des espaces autres », in Foucault Michel, Dits et Écrits, tome IV, 1980-1988, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 1969, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 275 p.

Fougier Eddy, 2006, Dictionnaire analytique de l’altermondialisme, Paris, Ellipses.

Frémont Armand, 2005, Aimez-vous la géographie ?, Paris, Flammarion.

Giblin Béatrice, 1978, « Le paysage, le terrain, les géographes », Hérodote, no 9, p. 84-87.

Goeury David, 2006, Enclavement et espaces du mérite, mémoire de master II, Montpellier, Université Paul Valéry.

Hirt Irène, 2008, Redistribuer les cartes : Approche postcoloniale d’un processus de cartographie participative en territoire mapuche (Chili), thèse de doctorat, Genève, Université de Genève.

Kayser Bernard, 1978, « Sans enquête pas de droit à la parole », Hérodote, no 9, p. 6-17.

Laux Claire, 2008, « La construction d’une géographie de l’Océanie par les explorateurs, les missionnaires, les colonisateurs… », in Pierre Singaravélou, L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation xixe -xxe siècle, Paris, Belin, coll. Mappemonde.

Le Breton David, 1991, Passions du risque, Paris, Métailié, coll. Traversées (4e éd., 2000, coll. Suites).

Lévy Jacques, Lussault Michel (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Ozouf-Marignier Marie-Vic, 2000, « Les géographes français et les “mauvais pays”, 1890-1930 » in Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran (dir.), Milieu, colonisation et développement durable. Perspectives géographiques sur l’aménagement, Paris, L’Harmattan, coll. Géographies en liberté, p. 73-84.

Pascon Paul, 1984, La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt, Rabat, SMER.

Pezelet Lydie, 1997, Dynamique sociale dans le Haut-Atlas central marocain : quelle production sociale autochtone du sens de l’espace dans un contexte de sollicitation touristique internationale ? Étude centrée sur la production sociale du sens de l’espace domestique, Thèse de doctorat en géographie, Grenoble 1, Université Joseph Fournier.

Pourtier Roland, 2007, « Le terrain pour les tropicalistes », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 84, no 4, p. 437-445.

Reich Robert, 1993, L’économie mondialisée, Paris, Dunod, 336 p.

Robert Pascale de, Laques Anne-Élisabeth, 2003, « “La carte de notre terre”. Enjeux cartographiques vus par les indiens kayapó (Amazonie brésilienne) », Mappemonde, no 69, p. 1-6.

Weber Max, 1919, Le Savant et le Politique, Paris, Union générale d’éditions, coll. Le monde en 10-18 [1963], 186 p.

Notes

1 Pour la définition d’enclavement, nous nous appuyons sur : J. Lévy, 2003, « enclavement » in J. Lévy, M. Lussault (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, Paris, p. 309-310.

2 D. Goeury, 2006, Enclavement et espaces du mérite, mémoire de master II, Montpellier, Université Paul Valéry, p. 11.

3 M. Foucault, 1994, « Des espaces autres », in M. Foucault, Dits et Écrits, tome IV, 1980-1988, Paris, Gallimard, p. 755.

4 M. Foucault, 1969, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 275 p.

5 V. Berdoulay, O. Soubeyran, 2000, « Milieu et colonisation dans le contexte de la modernité », in Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran (eds.), Milieu, colonisation et développement durable. Perspectives géographiques sur l’aménagement, Paris, L’Harmattan, p. 17-19.

6 M.-V. Ozouf-Marignier, 2000, « Les géographes français et les “mauvais pays”, 1890-1930 » in Vincent Berdoulay et Olivier Soubeyran (dir.), Milieu, colonisation et développement durable. Perspectives géographiques sur l’aménagement, Paris, L’Harmattan, coll. Géographies en liberté, p. 79.

7 Pour le Maroc, la colonisation avait créé deux distinctions. La première fut celle de « Bled Siba » (Pays de la dissidence) et de « Bled Makhzen » (Pays du pouvoir central) pour justifier la conquête militaire. La seconde fut celle de « Maroc utile » (les plaines littorales) et de « Maroc inutile » (les montagnes et le Sahara) pour justifier les investissements sélectifs.

8 S. Brunel, 2004, Le Développement durable, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, p. 11-14.

9 Les organismes favorisent la constitution d’équipes pluridisciplinaires. Le géographe est souvent choisi pour sa compétence technique de cartographe.

10 Les grands programmes internationaux de l’Unesco ont un effet d’entraînement direct par un système de bourses, de prix accordés aux chercheurs, mais ils ont surtout un effet indirect en posant un cadre légitime à l’échelle mondiale. Ils permettent de justifier les programmes de recherches nationaux et les demandes de financements. Par conséquent, il apparaît que si peu de chercheurs bénéficient directement d’un financement Unesco, nombreux sont ceux qui s’investissent dans des projets de recherches similaires.

11 Nous reprenons ici la distinction lacanienne entre « réel » et « réalité ». Le réel renvoie à une représentation, un sentiment, souvent inconscient, de perception du monde dans sa complexité, parfois impossible à dire ou à déduire, alors que la réalité s’appuie sur un factuel que nous pouvons objectiver.

12 R. Pourtier, 2007, « Le terrain pour les tropicalistes », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 84, no 4, p. 438. Roland Pourtier rappelle un fait souligné dans l’introduction de la majeure partie des thèses.

13 Lire le livre manifeste de Claude Collin Delavaud qui revendique cette position du géographe aventurier. Cl. Collin Delavaud, 2005, Jusqu’au bout de la Terre. Parcours d’un géographe, Paris, Arthaud, p. 355.

14 D. Le Breton, 1991, Passions du risque, Paris, Métailié, p. 130.

15 Y. Daer, 1978, « L’Afrique terrain d’aventure. Libres propos sur la pratique et la relation d’enquête », Hérodote, no 9, p. 107-109.

16 Cl. Collin Delavaud, 2005, Jusqu’au bout de la Terre. Parcours d’un géographe, Paris, Arthaud, p. 200.

17 « Amazonie ou Tibet exigent des parcours démesurés avant qu’un territoire d’étude puisse être choisi, quelle que soit l’ambition du projet ». Ibidem, p. 106.

18 F. Driver, 2001, Geography militant. Cultures of exploration and empire, Oxford, Blackwell Publishers, p. 218.

19 Armand Frémont en parlant du géographe voyageur conclut : « Son vrai luxe est de parcourir […] les chemins de traverse où il peut assurer que lui seul est allé ». A. Frémont, 2005, Aimez-vous la géographie ?, Paris, Flammarion, p. 25.

20 P. Bourdieu, 1980, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, coll. Le sens commun, p. 162.

21 B. Giblin, 1978, « Le paysage, le terrain, les géographes », Hérodote, no 9, p. 84-87.

22 Cl. Collin Delavaud, 2005, Jusqu’au bout de la Terre. Parcours d’un géographe, Paris, Arthaud, p. 354.

23 Ibidem, p. 54-55.

24 J. Berque, 1978, Structures sociales du haut-atlas, suivi de Retour aux Seksawa (par Jacques Berque et Paul Pascon), Paris, PUF, p. 478.

25 Cl. Laux, 2008, « La construction d’une géographie de l’Océanie par les explorateurs, les missionnaires, les colonisateurs… », in Pierre Singaravélou, L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation xixe -xxe siècle, Paris, Belin, coll. Mappemonde, p. 179.

26 Les multiples actions de l’Unesco ont abouti, le 13 septembre 2007, à la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

27 Ces représentations coloniales perdurent au Maroc, entre les Berbères et les Arabes, comme au Ladakh, entre les Bouddhistes et les Cachemiris.

28 A. Berque, 2000, Ecoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, coll. Mappemonde, p. 23-24.

29 Certains comme Lydie Pézelet détaillent dans leur thèse les espaces d’hébergement et les avantages comme les inconvénients de cette proximité avec la population locale. L. Pezelet, 1997, Dynamique sociale dans le Haut-Atlas central marocain : quelle production sociale autochtone du sens de l’espace dans un contexte de sollicitation touristique internationale ? Étude centrée sur la production sociale du sens de l’espace domestique, Thèse de doctorat en géographie, Grenoble 1, Université Joseph Fournier, p. 65.

30 R. Pourtier, 2007, « Le terrain pour les tropicalistes », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 84, no 4, p. 443.

31 Ceci ressort des entretiens informels menés avec de jeunes géographes. L’atelier 7 « co-construction » du colloque d’Arras, du 18 au 20 juin 2008, intitulé « Terrain : l’espace de la méthode », réunissait trois chercheuses qui sublimaient la relation entre le chercheur et les enquêtés autour de démarches participatives avec des « peuples autochtones » que cela soit au Niger, au Chili ou en Australie.

32 J. Berque, 1989, Mémoires des deux rives, Paris, Seuil, p. 64.

33 Bernard Kayser rappelle que certains informateurs négocient le prix de leur savoir en 1978. B. Kayzer, 1978, « Sans enquête pas de droit à la parole », Hérodote, no 9, p. 17.

34 P. Pascon, 1984, La Maison d’Iligh et l’histoire sociale du Tazerwalt, Rabat, SMER, p. 6.

35 La relation entre chercheur et ONG est de plus en plus forte, soit parce que certains chercheurs ont fondé des ONG, soit parce qu’ils effectuent leur recherche en partenariat avec des ONG. De ce fait, certaines populations associent désormais systématiquement chercheurs et humanitaires.

36 Parmi, les nombreux travaux, il est possible de lire : P. de Robert, A.-É. Laques, 2003, « “La carte de notre terre”. Enjeux cartographiques vus par les indiens kayapó », Mappemonde, no 69, p. 1 ; ou I. Hirt, 2008, Redistribuer les cartes : Approche postcoloniale d’un processus de cartographie participative en territoire mapuche (Chili), thèse de doctorat, Genève, Université de Genève, 477 p.

37 J. Crook, H. Osmaston (eds.), 1994, Himalyan buddhist villages : Environment, resources, society and religious life in Zangskar, Ladakh, Delhi, Motilal Banarsidass, 866 p.

38 Nous avons observé une concentration d’écrits universitaires autour de certaines vallées. Chaque année de jeunes chercheurs (master 1, master 2) circulent dans ces vallées et multiplient les petits sujets d’étude, comme l’impact du tourisme sur les populations locales, la pollution par les déchets non biodégradables...

39 R. Reich, 1993, L’économie mondialisée, Paris, Dunod, 336 p.

40 Équipe MIT, 2002, Tourismes 1 : Lieux communs, Paris, Belin, coll. Mappemonde, p. 52-74.

41 S. Brunel, 2006, La Planète disneylandisée. Chroniques d’un tour du monde, Paris, Éditions Sciences Humaines, coll. Essais, p. 263-265.

42 Lors de nos études de terrain au Maroc et au Ladakh, nous avons observé que moins de 10 % des foyers concentrés dans les centres administratifs en bénéficient directement, et moins de 20 % indirectement.

43 Les riches propriétaires terriens, les dynasties « seigneuriales » (chorfas du Haut-Atlas, « haute-strate » au Ladakh) sont les plus investis dans le tourisme du fait de leur capital culturel et spatial. Ils disposent des plus belles demeures, des terrains les mieux placés et surtout ils réinvestissent leurs compétences, acquises du fait de leur rôle d’intercesseur, qui se faisait autour de repas collectifs sur plusieurs journées permettant d’accueillir les différents groupes locaux et régionaux, dans l’accueil touristique.

44 Pour le cas de l’Atlas, les gîtes les plus fonctionnels ont un chiffre d’affaires annuel entre 40 000 et 60 000 dirhams et génèrent un bénéfice de 20 000 à 30 000 dirhams (1 800 à 2 700 euros) par an.

45 Il est intéressant de noter la récurrence de la violence physique comme mode de gestion du conflit. Les intercesseurs traditionnels (notables et élite religieuse) sont disqualifiés car perçus comme défendant un parti et l’État est jugé comme trop lointain pour intervenir. De ce fait, les individus décident de régler le conflit par eux-mêmes ce qui se débouche régulièrement sur des affrontements (Ladakh, Padum, 2007) pouvant aller jusqu’à la mort d’un des belligérants (Haut-Atlas, Anergui en 2006).

46 M. Weber, 1919, Le Savant et le Politique, Paris, Union générale d’éditions, coll. Le monde en 10-18 [1963], 186 p.

47 E. Fougier, 2006, Dictionnaire analytique de l’altermondialisme, Paris, Ellipses, p. 8.

48 U. Beck, 2003, Pouvoir et contre pouvoir à l’heure de la mondialisation, Paris, Aubier, p. 432.

49 Il faut entendre cette idée d’héritage comme une réalité dénuée de jugements moraux comme le propose Yves Lacoste, lors de son entretien avec Sylvain Kahn dans l’émission À voix nue, diffusée le 29 septembre 2008 sur France Culture.

50 N. Elias, 1991, La Société des individus, Paris, Fayard, p. 62.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540