Version classiqueVersion mobile

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

La géographie des « autres mondes » : une advocacy au service des populations marginalisées, ou la construction de « paradis agraires » ?

Présentation

Hélène Velasco-Graciet

Texte intégral

1David Goeury est géographe et prépare sa thèse sous la direction de Sylvie Brunel à l’université de Paris I (laboratoire Espaces, Nature et Culture). Il a publié « Place et rôle des ONG dans l’acceptation des parcs nationaux : le cas du Haut-Atlas oriental marocain », Géocarrefour, vol. 82/4, 2007, p. 231-241.

2Le titre de sa présente contribution, « La géographie “des autres mondes”, une advocacy au service de populations marginalisées ou la construction de “paradis agraires” ? » peut paraître à première vue bien mystérieux. Il existerait donc d’autres mondes caractérisés par l’auteur comme étant aussi des espaces méritants ou de mérite. Ces qualifications permettent à première vue de supposer que ces espaces s’opposent ou s’opposeraient à d’autres espaces qui seraient, pour leur part, des espaces du « même » et du démérite.

3Que sont ces « autres mondes » de mérite ? Ils seraient des lieux lointains (mais lointains d’où et pour qui ?) renvoyant à de lourds objets géographiques comme l’Himalaya, l’Atlas, les Andes, l’Amazonie, etc. Que reliraient ces lieux éparpillés géographiquement à la surface de la planète ? En quoi se singularisent-ils du reste du monde ? Ils sont, pour l’auteur, à la fois des espaces contraints par leur localisation et contraignants pour les populations y résidant car ils subissent un climat rude et sont éloignés des grandes voies de communication.

4Parce qu’ils sont considérés comme des espaces enclavés, lointains et éloignés, contraints et contraignants, l’auteur les présente comme tout à la fois des lieux hors jeu et des lieux à l’abri du jeu. Mais de quel jeu s’agit-il ? Il s’agirait du grand jeu du développement mondial, de ce développement dont la philosophie s’est fondée pendant la période moderne sur divers principes comme ceux relatifs à l’équité spatiale et à l’égalité sociale dont l’épicentre de l’invention et du développement fut l’Occident. Ainsi, ces « autres mondes » en auraient été exclus pour des raisons techniques pourrait-on dire. Finalement, cette exclusion aurait joué en leur faveur ; ils n’auraient pas, de fait, subi les conséquences de la Machine occidentale à développer entraînant dans son sillage la mort des cultures locales, la spoliation des ressources territoriales et la victoire du capitalisme par l’uniformisation du monde.

5Ainsi, la crise du développement moderne et la fin du mythe du progrès les remettent aujourd’hui sur le devant de la scène et les fonts sortir de l’ombre. Ils semblent entrer en coïncidence avec les valeurs portées par un nouvel imaginaire post-moderne incluant la singularité sociale et l’authenticité territoriale. En fin de compte, ces espaces – car ils seraient en retard de développement au sens classique – seraient aujourd’hui les figures emblématiques d’un autre type de développement, respectueux des cultures et de leurs environnements naturels, le développement durable.

6Mais ne nous y trompons pas, l’arrivée sur le devant de la scène de territoires jusqu’alors oubliés relève, encore et toujours, d’un processus d’invention et de mise en ordre du monde. La place des géographes dans ce processus est à souligner. Elle est dévoilée au fil de la lecture de cet article où l’auteur montre toute la fascination qu’exercent ces lieux sur des chercheurs de terrain en quête de nouvelles explorations comme gage de leur savoir-faire scientifique.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search