Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 1

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Conclusion

L’intérêt des études féministes et du genre pour penser l’émancipation des garçons

Sylvie Ayral et Yves Raibaud

Texte intégral

Aborder la lutte contre les stéréotypes sexués à l’École sous le seul angle de l’égalité entre les filles et les garçons ne suffit pas

1Combien de conventions pour l’égalité entre les filles et les garçons ces dernières années ? Convention du 14 septembre 1989 entre le Secrétariat d’État chargé des Droits de la femme et le Secrétariat d’État de l’Enseignement technique, convention du 25 février 2000 entre cinq ministères, convention de 2006-2011 entre huit ministères, convention interministérielle 2013-2018 pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif… Combien de chartes ? Combien de notes de rentrée et de rappels en cours d’année adressés aux équipes éducatives ? Pour quels résultats ?

2La longue litanie de ces décrets, notes et circulaires prônant l’égalité entre les filles et les garçons (sans oublier les dispositifs les plus récents comme l’ABCD de l’égalité) doit nous alerter sur l’existence de forces contraires : le problème n’est pas les conditions du changement mais bien la résistance au changement. Chaque fois qu’un dispositif semble entrer dans les mœurs, il recule de place en place dans les priorités éducatives pour devenir une sous-option, un objectif secondaire auquel on consacre un temps de plus en plus réduit et qui finit par tomber dans l’oubli. Les livres et programmes scolaires qui scandalisent aujourd’hui des responsables politiques de premier plan (responsables qui s’inscrivent, de façon opportuniste, dans le sillage des opposants catholiques traditionnalistes à « la théorie du genre ») existent depuis plus de 30 ans dans les fonds documentaires de toutes les écoles primaires françaises, sur les indications des gouvernements de droite comme de gauche qui se sont succédé, ainsi que le montre Johanna Dagorn. C’est donc bien d’un « retour de bâton » (Faludi, 1991) qu’il s’agit aujourd’hui. D’où l’intérêt de revenir aux paradigmes féministes des années 1970 et de mobiliser à nouveau les concepts de patriarcat et de domination masculine puisque ces formes de pouvoir continuent, insidieusement, à structurer les politiques éducatives et sont au cœur de la fabrique des garçons.

Appréhender la fabrique des garçons de façon globale

  • 1 Et hors de l’école comme nous le verrons dans le Volume 2, dans les loisirs sportifs et culturels d (...)

3La consécration par l’école des garçons virils et dominants (Depoilly), que ce soit par la punition, par les disciplines à « haute valeur masculine » ajoutée (technologie, sciences, sport), lors de l’orientation, dans l’espace de la classe, du restaurant scolaire ou de la cour de récréation1, ne saurait être traitée séparément tantôt par les sciences cognitives, tantôt par la psychologie ou encore par la sociologie de l’école. Pour mettre à jour ce qui fait système et permet que se reproduisent les inégalités structurelles entre les femmes et les hommes dans la société française, il faut appréhender la fabrique des garçons de façon globale.

4Les approches féministes, par exemple, permettent d’envisager les interactions professeurs-élèves comme des relations sexuées marquées par des rapports de domination. Céline Delcroix montre comment l’École disqualifie la dimension émotionnelle et relationnelle du métier et privilégie l’approche rationnelle, considérée comme plus professionnelle. Cette posture ne favorise-t-elle pas, de façon très efficace, des rapports sociaux de sexe favorables aux hommes et aux garçons ? N’invalide-t-elle pas des modes d’apprentissages pour lesquels les enseignantes femmes sont censées avoir, « naturellement », plus de dispositions ? Tout comme leurs élèves filles d’ailleurs ? Comment expliquer, sinon par une misogynie institutionnelle, le succès des thèses qui attribuent les faibles performances de la France, au regard de la compétition scolaire internationale, à la « féminisation croissante de l’enseignement » (Auduc 2009, Clerget 2005) ? De quoi faudrait-il « sauver les garçons » en échec scolaire ? D’enseignantes qui ne leur donnent pas assez de repères pour pouvoir se construire une identité de « mâle » dominant ? Et si on essayait plutôt de les sauver de leur « dépendance à l’égard du genre », peu favorable à la réussite scolaire, notamment chez les enfants de familles populaires, comme le montre Cendrine Marro (Marro, 2010) ? Peut-être se mettraient-ils à aimer les activités artistiques et littéraires favorisant l’expression de la sensibilité, des émotions, de l’écoute, de l’empathie plutôt que la compétition, l’agressivité ou le défi ? À travers l’itinéraire de garçons « accros » aux jeux vidéos et aux jeux de rôles en ligne (les geeks), David Peyron montre qu’il existe toujours des « plans virils B » pour les garçons : le sport s’ils ne sont pas scolaires, les jeux en ligne lorsqu’ils ne sont pas sportifs, le rock ou le rap s’ils ne sont ni sportifs, ni scolaires (Raibaud, 2005). Pauline Beunardeau explique l’asymétrie des rôles de genre par l’exemple des Niafou, ces filles des quartiers qui se démarquent des normes en adoptant des postures traditionnellement sexuées « garçons ». On sait, depuis les travaux de Stéphanie Rubi (Rubi, 2006), comme le destin des « filles violentes de banlieue » se traduit par une faible reconnaissance sociale et des rapports de couples souvent marqués par des difficultés et de la violence.

Renouer avec une École qui apprendrait à vivre avec le non-savoir, l’inconnu, à renoncer aux évidences

  • 2 Docteure en sciences de l’information et de la communication, Université de Nice Antipolis, malgré (...)

5Karine Espineira2, dans un témoignage sur son enfance trans, nous alerte sur le risque d’un programme d’égalité filles-garçons qui ne prendrait pas en compte la diversité des modèles de ce qu’est « être un garçon » et « être une fille ».

On est seul à avancer, pris par un malaise qui pèse et nous ralentit. Qui n’a pas le souvenir cuisant de l’expression « fille manquée » ou « garçon manqué » ? Expressions anodines qui pourtant ont une valeur de sanction, de désapprobation exigeant en réponse un changement d’attitude : se comporter en fille réussie, en garçon réussi, avec « rien » entre les deux. [...] On m’a fait voir une psychologue, j’ai fréquenté pas mal de médecins, on m’a fait avaler tout un tas de choses dont j’ignore même la nature. J’ai cessé de voir la psychologue car à l’école tout le monde me traitait de « dingue », de « fou » d’autant plus qu’elle venait me chercher régulièrement en classe pour m’amener à son bureau dans lequel je parlais ou dessinais ce qui me venait à l’esprit.

6Comment un enfant, par ailleurs doué d’excellentes capacités scolaires, a-t-il pu être « rien » aux yeux des enseignant.e.s, avant d’être baladé de psys en classes de rattrapage sans autre motif que celui d’être différent ? Pourquoi ce qui a été possible pour un élève trans ne le serait-il pas pour un enfant étranger ? Intellectuellement précoce ? Handicapé ? Comment renouer avec une École qui apprendrait à vivre avec le non-savoir, l’inconnu ? À renoncer aux évidences ? À construire avec les enfants eux-mêmes les conditions du vivre ensemble (de Assis Cesar) ? Envisager la diversité à l’école (et la cruauté du traitement infligé à de très nombreux enfants, par méconnaissance ou indifférence) oblige à se pencher sur ce que devrait être la mission d’une école républicaine, mixte, laïque (Lechenet). Le suivi psychologique que Karine Espineira évoque est intéressant à plus d’un titre. Il montre comment l’« aide aux enfants en difficulté » peut passer à côté des problèmes que l’École crée elle-même.

Pour en finir avec la fabrique des garçons

7La fabrique des garçons, au cœur de l’institution scolaire, est légitimée de longue date par un paradigme psychanalytique qui offre à l’École à la fois des solutions cliniques et des explications théoriques adaptées qui entérinent l’anormalité et la logique d’exclusion. Ainsi, le « manque de père » est mis en avant pour expliquer la plupart des dysfonctionnements et la famille dite monoparentale (en réalité la famille mère/enfants), soupçonnée d’anomie sociale, devient un objet clinique, en particulier quand la mère est seule à élever des fils qu’elle « materne » trop. On transforme une situation sociale en un problème psychique. Le psychiatre Stéphane Clerget, auteur de l’ouvrage Élever un garçon aujourd’hui (2005), propose sa version de la fabrique des garçons : il y aurait un déterminisme hormonal qui rendrait les garçons plus agressifs, plus rationnels... mais aussi un déterminisme éducatif qui ferait des garçons de familles monoparentales, élevés seulement par leur mère, des candidats naturels à l’échec scolaire et à la délinquance… Dès lors, le grand rôle de l’institution scolaire semble tout tracé : il faut injecter du Père, restaurer l’Ordre symbolique, le Cadre, pour permettre au sujet (en particulier le garçon « déviant ») de pouvoir « se construire » malgré tout. La monoparentalité et l’absence de père comme responsables de la déviance font partie des classiques de la littérature scientifique misogyne dont Nadine Lefaucheur fait remonter l’histoire à la fin du xixe siècle (Lefaucheur, 1987). Cette croyance qui n’a pas jamais eu de fondement sociologique, fait cependant partie des « allants de soi », largement partagés par le monde de l’éducation et du travail social.

  • 3 Pour les citer sans leur donner trop de place Naouri, Zemmour, Schneider, au Québec Corneau, Dallai (...)

8D’autres auteurs, en réponse à ces discours repris par les courants masculinistes3, émettent l’idée que « la fin du dogme paternel » ferait partie des peurs contemporaines, ce qui expliquerait la récurrence des discours sur la nécessité de restaurer l’autorité des pères et, subséquemment, la société patriarcale (Tort, 2005). Citant Freud et la psychanalyse, Cécile Croce pense au contraire qu’il faut « en finir avec le complexe de castration », concept freudien pour elle obsolète et daté qui surconstruit la différence et la hiérarchie entre filles et garçons (les filles seraient frustrées par l’absence de pénis). Peut-être faudrait-il en finir aussi, comme le propose Irène Théry (Théry, 2007), avec la triangulation freudienne Père-Mère-Enfant (pensée comme modèle universel de la construction du sujet) et avec le dogme de la différence sexuelle à l’origine de toute socialité ? À la lecture des articles qui précèdent on se demande si les Sciences de l’éducation, qu’elles s’inspirent du modèle freudien de la construction du sujet ou du projet rousseauiste de la construction d’un citoyen neutre et universel, ne participent pas, elles aussi, à l’occultation de rapports sociaux de sexe qui perturbent la réussite éducative de nombre d’enfants et d’adolescents (dont un grand nombre de garçons). Peut-être faudra-t-il, dans des travaux ultérieurs, relire les Sciences de l’éducation à la lumière des études féministes et des études de genre ? Peut-être cela permettra-t-il d’imaginer des modèles alternatifs de masculinité différents de ceux que propose implicitement l’École ?

L’importance du genre

  • 4 http://genrerechercheeducationrencontre.unblog.fr/
  • 5 http://www.youtube.com/watch?v=X3zjK6GDr00
  • 6 http://www.mediapart.fr/article/offert/7d90c2fdca833cef226f1ed9075777a7

9On peut se féliciter qu’en France, le genre soit devenu un enjeu politique majeur. On peut regretter cependant que l’année 2014, année de la publication de cet ouvrage, s’ouvre sur un contexte politique chaotique. Le succès des manifestations contre le mariage homosexuel a encouragé une propagande « anti-théorie du genre » qui semble moins déstabiliser les enseignants et les parents qu’un certain nombre d’élus de sexe masculin, toujours prêts à reculer sur des acquis sociaux qui mettent structurellement en cause leurs privilèges. Dans le même temps l’université et une grande partie du monde éducatif fait front en célébrant la « bonne rencontre du genre et de l’école4 ». L’invraisemblable mot d’ordre de « retrait de l’école5 » proposé par des organisations proches de l’extrême droite, suivi de l’encore plus invraisemblable censure du mot genre par l’Éducation nationale dans ses circulaires et rapports6, ont ému, à juste titre, une communauté scientifique qui s’est mobilisée à travers une pétition nationale rassemblant des milliers de signatures. Ces événements doivent nous encourager à poursuivre les études empiriques sur l’École en utilisant la piste féconde du genre et de ses multiples déclinaisons : études féministes, masculinités, lgbti. Nous avons vu, dans cet ouvrage, comment ces approches irriguent de façon positive et renouvelée de nouvelles recherches menées en sociologie, psychosociologie, sciences de l’éducation, histoire et géographie de l’éducation.

10Mais il faut aller plus loin... Nous devons analyser l’ensemble du champ éducatif qui entoure et construit les identités des enfants et des jeunes. Nous nous attacherons donc, dans un second volume, à étudier le champ de l’éducation non formelle : le sport, la culture, les loisirs. Notre but sera de voir s’il existe des différences, des similitudes et des continuités dans la manière de « fabriquer les garçons » dans et hors l’école. Il s’agira également, comme dans ce premier volume, de recenser les alternatives et les leviers pour en finir avec la fabrique des garçons, entendue comme la reproduction du patriarcat et de la domination masculine.

Bibliographie

Bibliographie

Auduc Jean-Louis (2009), Sauvons les garçons, Paris, Descartes.

Clerget Stéphane (2005), Élever un garçon aujourd’hui. En faire un homme, pas un macho, Paris, Albin Michel.

Marro Cendrine (2010), La Dépendance-Indépendance à l’égard du genre, HDR soutenue en juin 2010, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Faludi Susan (1993 [1992]), Backlash, la guerre froide contre les femmes, Paris, éd. Des femmes.

Lefaucheur Nadine (1987), Les Familles monoparentales, Paris, Édition Association Marie Lambert.

Raibaud Yves (2005), Territoires musicaux en région, Pessac, MSHA.

Rubi Stéphanie (2005), Les Crapuleuses, ces adolescentes déviantes, Paris, PUF.

Théry Irène (2007), La Distinction de sexe, Paris, Odile Jacob.

Tort Michel (2005), La Fin du dogme paternel, Paris, Flammarion.

Notes

1 Et hors de l’école comme nous le verrons dans le Volume 2, dans les loisirs sportifs et culturels des jeunes.

2 Docteure en sciences de l’information et de la communication, Université de Nice Antipolis, malgré une scolarité marquée par « l’échec scolaire ».

3 Pour les citer sans leur donner trop de place Naouri, Zemmour, Schneider, au Québec Corneau, Dallaire et d’autres encore qui occupent largement la sphère médiatique.

4 http://genrerechercheeducationrencontre.unblog.fr/

5 http://www.youtube.com/watch?v=X3zjK6GDr00

6 http://www.mediapart.fr/article/offert/7d90c2fdca833cef226f1ed9075777a7

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540