Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

« L’invention » du bidon ville (1950-1990), objet et signe emblématique de la ville sous-développée

« L’invention » du bidon ville (1950-1990), objet et signe emblématique de la ville sous-développée

Odette Louiset

Texte intégral

« Les camions et les bulldozers arrivèrent les premiers en grondant sur l’avenue ; ils s’arrêtèrent en face du ghetto des magiciens. Un haut-parleur résonna : “Campagne municipale d’embellissement… Opération du comité central des jeunesses Sanjay… Préparez-vous à évacuer immédiatement… Ce bidonville offense le regard, on ne peut le tolérer plus longtemps… Tout le monde doit obéir sans discuter.” »
Salman Rushdie, Les Enfants de Minuit, Paris, Stock, 1983.

1Un tableau du monde est progressivement construit après la Seconde guerre mondiale, dont les divisions sont posées sur de nouvelles références et catégories de position : les critères économiques sont prédominants. Avec le développement pour norme en tant que stade et mouvement (Rostow, 1960), le sous-développement apparaît comme un retard ou le solde de l’impérialisme et de la domination (Castells, 1972 ; Amin, 1973) ; anciennes colonies et futurs pays indépendants en constituent les troupes, peu industrialisées et peu urbanisées. Plus imagés, et marquant les esprits, les critères démographiques sont largement analysés comme « preuve ». Dans le sous-développement, un paradoxe requiert l’attention : la population croît d’autant plus vite que la misère est grande et la population urbaine croît plus rapidement que la population générale. L’urbanisation, qui avait été le signe de la modernisation technologique et économique dans les pays précocement industrialisés, et qui était même de plus en plus liée à l’industrialisation (ce qui ne signifiait pas la prospérité individuelle pour tous, au contraire), se présente, à ce moment, sous un jour différent. Les plus grandes villes situées hors d’Europe ou d’Amérique grossissent et s’étendent sans proportion avec leurs capacités d’accueil, les quartiers précaires, « hors plan », composant le paysage archétypal de ces nouvelles agglomérations bourgeonnant autour des noyaux coloniaux. Ce qui les différencie notablement de leur « modèle », les villes industrielles, où les limites de la chute semblaient calculées au plus juste (terraces, corons etc.), avec les romanciers pour témoins le plus souvent.

  • 1 Bidonville est d’abord le nom propre d’une localité spontanée (1953) de la périphérie de Casablanca (...)

2Dans la deuxième moitié du xxe siècle, les témoins ne sont pas les mêmes pour décrire la misère urbaine, la pression démographique, le sous-développement, l’héritage colonial et sa nécessaire gestion. Les « experts » et, en arrière-plan, les chercheurs des sciences humaines et sociales sont là, très proches des politiques, gestionnaires et agitateurs. C’est dans cet environnement que le « bidonville » est né, vite devenu image ou parfois icône, c’est selon. Présent aussi bien dans les villes « développées » que dans les villes sous-développées, c’est cependant à ces dernières qu’il est resté attaché. Son aspect matériel, son statut foncier et l’absence d’infrastructures, sanitaires tout particulièrement, ont été soulignés abondamment. Le hors norme semble, par le bidonville, caractériser le « sous-développement » des villes si l’on veut bien remonter l’enchaînement de l’image aux causes de l’image. Parce qu’il s’agit bien de cela. Les quartiers, ainsi désignés en français après 19531, existaient avant, évidemment, mais sans cette visibilité. Depuis les années 1990, ils disparaissent d’ailleurs progressivement de la scène, sauf coup d’éclat médiatisé (Bombay, 2007), pour laisser place à d’autres images. Si les favelas, slums et bidonvilles sont loin d’avoir disparu des pays désormais pauvres ou émergents et de moins en moins sous-développés, ils n’occupent plus la même place dans les programmes des grandes institutions internationales et les projets de recherche des sciences humaines et sociales. Ce qui était marge, signe de pauvreté ou plus encore, peut même se trouver inversé : après l’invention du « bidonville » par des regards extérieurs, voilà que les bidonvillois sont devenus des inventeurs de la ville selon quelques observateurs attentifs (Agier, 1999 ; Koolhaas, 2000).

3En optant pour une analyse constructiviste mais néanmoins réaliste, nous pouvons porter un regard distancié sur les manies disciplinaires des géographes mais aussi, plus en amont, sur les litanies de la société des experts penchés sur la ville et les urbains pauvres, inventant la réalité du moment (Watzlawick, 1988). Si le bidonville n’est pas une fiction et s’inscrit dans la lignée de l’habitat des urbains pauvres, parfois repoussés dans la marginalité, son invention comme objet significatif est, quant à elle, très datée.

La ville dans l’ordre économique du monde

4Au xixe siècle, les villes étaient les lieux de la modernisation technologique et économique et les plus grandes d’entre elles étaient les centres industriels d’Europe et des États-Unis. En dehors de l’Amérique et de l’Europe, les grandes villes du monde étaient elles aussi en quelque sorte « européennes » par le modèle colonial. La colonisation a été urbanisante, constituant un épisode de fondation de villes essentiellement littorales tournées vers les métropoles mais contribuant à désorganiser le réseau préexistant et surtout introduisant la norme de la « ville moderne ». Dans le modèle dual de la ville coloniale, seule la partie européenne est reconnue comme « vraie ville » (Coquery-Vidrovitch, 1993 ; Vennetier, 1976 ; Nzuzi, 1989). Son « doublon » indigène n’en constitue qu’un appendice fonctionnel abritant la main-d’œuvre nécessaire mais gardée à distance. Le contraste de ces « deux villes » valorise les choix urbanistiques donc civilisationnels des Européens qui aiment à observer l’attraction de l’ordre et de la planification exercée sur les élites indigènes. D’un côté la ville planifiée, ordonnée, aérée et saine, de l’autre, l’anarchie, le désordre, le surpeuplement et l’insalubrité, les « indigènes » restant majoritairement des ruraux au point de voir dans la croissance « spontanée » des villes coloniales une simple transposition des villages. Aussi la distance prise par les géographes « tropicalistes » avec l’idéologie coloniale (Gourou, 1971 ; Leclerc, 1989) ne les conduit-elle pas à étudier les modalités locales de la ville mais à privilégier les questions du développement agricole. La grande agglomération demeure donc le lieu où s’exprime la domination économique, politique mais aussi culturelle. La même tendance est observée en ethnologie et anthropologie : la ville acculture et ne permet plus d’observer la société dans son organisation et sa structuration authentiques (rurales !).

5Jusque dans les années 1950, l’étude de l’urbanisation dans le monde et la description des agglomérations réservent d’ailleurs une place congrue aux villes hors d’Europe et d’Amérique. Le traité de G. Chabot (1948) est significatif à cet égard. D’une certaine manière, c’est avec la mise en place du paradigme du sous-développement que les villes de ces régions sont « apparues ». Un nouveau paradigme urbain est construit comme un de ces éléments, fondé sur le niveau de développement économique ; la diversité des situations urbaines dans le monde est soulignée. Les deux modèles européen et nord-américain étant certes distingués, « c’est surtout quand on passe du stade de développement économique et social de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord à celui de pays non industriels que le nom de ville cesse de recouvrir des réalités comparables » (George, 1964, p. 2). Ainsi P. George considère-t-il « qu’une différence de nature sépare les villes des pays industriels, d’économie capitaliste ou d’économie socialiste, de celles des pays sous-développés. Cette différence ne tient pas seulement à la faiblesse du niveau d’industrialisation mais au contexte historique induit par la colonisation ». S’ensuit une distribution en trois types fondés sur la période de leur apparition et de leur développement : villes sans intervention coloniale, villes précoloniales doublées d’un quartier colonial, villes fondées par les colons. Après avoir rappelé les héritages, le géographe décrit les caractéristiques morphologiques propres à chacun des types. Au-delà des différences, un élément commun est vigoureusement souligné : « l’ensemble des quartiers populaires suburbains » qui, en dépit de la variété des conditions et circonstances, se signalent tous par « l’absence de toute organisation sociale » (c’est-à-dire de voirie, d’adductions d’eau etc.). Ces zones constituent une « forme de développement urbain commune à toutes les villes situées dans des campagnes qui ne peuvent pas nourrir leur population et dont l’essor industriel est insuffisant pour absorber les excédents de population rurale au fur et à mesure de leur afflux dans la zone suburbaine ». À l’époque cependant, des villes européennes (sont aussi citées Barcelone, Rome et Marseille…) comptent encore des bidonvilles mais ceux-ci sont en voie de résorption car les actifs bénéficient d’une meilleure rémunération leur permettant d’accéder au logement conventionnel (George, 1964, p. 152-153).

6Dans leur Traité de géographie urbaine (1963) contemporain à celui de P. George, J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot s’attachent, quant à eux, aux différents aspects généraux du fait urbain avant de passer la revue régionale des « villes dans le monde » en une cinquantaine de pages (Europe, URSS, Amérique du Nord et Australie, Afrique du Nord et Asie périphérique, Afrique au sud du Sahara). En conclusion la situation particulière des pays sous-développés est évoquée en tant que telle, comme un processus d’urbanisation brutal qui a « brisé l’évolution normale » (Beaujeu-Garnier et Chabot, 1963, p. 460). Mais il faut reconnaître que l’essentiel du travail théorique s’inspire des situations occidentales.

7Si la ville sous-développée connaît un destin inégal en géographie, elle est davantage abordée dans des monographies urbaines ou régionales que dans les traités ou essais théoriques de géographie urbaine. Les études menées par les géographes sur les villes sous-développées ont alors comporté une part importante de « terrain » qui plaçait les chercheurs en relation plus ou moins étroite avec les organismes internationaux : les discours des uns et des autres témoignent de visions analogues même si la détection des causes et les remèdes ne font pas forcément l’unanimité. Les doctrines peuvent s’écarter depuis un même constat : le slum, le bidonville et autres sont au centre des préoccupations par le biais de la croissance démographique et de la pauvreté croisée. « La construction de la réalité la plus universellement acceptée repose sur la supposition que le monde ne peut pas être chaotique [...] » (Watzlawick, 1988, p. 73).

La plupart des ouvrages consacrés à l’urbanisation des pays sous-développés débutent par l’énoncé de statistiques. Les chiffres absolus ou relatifs sont présentés comme des preuves incontestables d’une urbanisation inédite et problématique. Le soin apporté à leur sélection et leur présentation est aussi significative d’une mise en scène plus ou moins consciente. Le choc du chiffre. Relatif ou absolu, le chiffre combiné à la date parle de lui-même. C’est le règne de l’évidence donc de l’action nécessaire. Le post-moderne R. Koolhaas sacrifie au rituel même si la suite est contradictoire…
G. Breeze (1966)
« Entre 1900-1950, la population vivant dans les villes de 100 000 habitants et plus en Asie est passée d’un nombre estimé à 19,4 millions à 105,6 millions (un accroissement de 444 %) et en Afrique de 1,4 million à 10,2 millions (un accroissement de 629 %). » (p. 17)
D.J. Dwyer (1974)
« Alors que le nombre d’habitants des centres de 20 000 et plus dans les pays industrialisés a crû de 198 millions en 1920 à 450 millions en 1960, c’est-à-dire plus que doublé, cet accroissement s’est traduit par un quadruplement des mêmes populations dans le Tiers Monde, de 69 à 310 millions. » (p. 12)
« Hozelitz souligne que, selon le Census of India, 11,9 % de la population indienne vivait dans les villes de plus de 20 000 habitants. L’Autriche connaissait ce stade d’urbanisation en 1890 [...]. En Autriche, en outre, 30 % de la force de travail était engagée dans l’industrie, contre 11 % en Inde en 1951. » (p. 23)
B. Granotier (1980)
« Les 760 millions de citadins du tiers monde de 1976, qui sont 840 millions en 1979, seront 1 171 millions en 1985. La population urbaine du tiers monde aura triplé de 1975 à la fin du siècle. » (p. 19)
« Les quartiers pauvres abritent la majorité des citadins. [...] les bidonvilles proprement dits estimés à 30 % de la population urbaine. [...] Au niveau global des villes du tiers monde, l’autoconstruction s’élève à plus de 50 % de tous les logements réalisés. » (p. 59-61)
« Si la pauvreté absolue en milieu urbain dans le tiers monde [...] concerne 200 millions d’individus, l’extension des taudis et colonies de squatters est maintenant estimée à un tiers de la population urbaine de l’ensemble des pays en développement. » (p. 88)
R. Koolhaas (2000)
« D’ici à 2025, le nombre de citadins pourrait atteindre 5 milliards d’individus (les 3/4 dans les pays pauvres). Sur les 33 mégalopoles annoncées pour 2015, 27 seront situées dans les pays les moins développés dont 19 en Asie. » (p. 3, 6)
« À Bombay, la population a quadruplé en trente ans. La moitié des habitants vivent dans des bidonvilles, et 700 000 dorment sur les trottoirs. »
« 100 millions de personnes dans le monde (une majorité d’enfants) n’ont pas de logement permanent. » (p. 25)
Mike Davis (2006)
« Il existe probablement plus de 200 000 bidonvilles sur la planète. » (p. 29)
« Recensement mondial des bidonvilles », par pays (voir tableau p. 27).
« Les plus grands mégabidonvilles (2005) en millions d’habitants » (voir tableau p. 31).
« Depuis 1970, ce sont les communautés de bidonvilles de la périphérie des villes du tiers monde qui ont absorbé la plus forte proportion de la croissance urbaine mondiale. » (p. 39)

Former et encadrer : des connaissances pour agir

  • 2 Terme général utilisé alors par les experts réunis pour désigner l’ensemble des dysfonctionnements (...)

8Le compte-rendu d’un stage d’études et de formation organisé par l’Unesco et l’ONU à Bangkok en 1956 est emblématique des discours tenus sur l’urbanisation dans les pays en développement, et plus particulièrement dans les pays d’Asie et d’Extrême-Orient. La convergence des « sciences humaines » et des organismes internationaux ne surprendra pas : le coordinateur et rédacteur du compte-rendu est Ph. Hauser, professeur de sociologie à l’Université de Chicago. L’ouvrage s’attache à identifier les problèmes soulevés par l’urbanisation rapide de la région concernée en les replaçant dans le contexte mondial. Une telle initiative signale qu’un constat s’impose d’emblée : la croissance démographique des villes sous-développées n’est pas soutenable. Alors que l’urbanisation était perçue comme un signe de progrès, elle devenait, dans ces nouvelles circonstances, la marque d’un « problème2 ».

9Dans ce que l’on peut considérer comme un manuel et un catalogue de recommandations, c’est l’approche historique du phénomène urbain qui est privilégiée permettant de différencier les régions mondiales, avec l’Europe comme référence en raison de l’antériorité de sa « transition » démographique et urbaine. Les périodes de la révolution industrielle et les rythmes de l’urbanisation concomitante sont analysés pour déceler le lien existant entre les deux processus. C’est une base de comparaison qui doit servir à identifier le moment de l’évolution déjà atteint par les pays d’Asie comme si le même trajet historique devait être parcouru dans toutes les régions du monde (le sous-développement comme retard). Mais une transposition ne saurait s’appliquer. Les auteurs-rapporteurs soulignent aussi l’écart des situations : le contexte mondial n’est plus celui du xixe siècle et les régions qui ont été colonisées ont connu un déclenchement des processus très différent. Si la situation asiatique traitée dans ce rapport est distinguée de celle des pays industrialisés ou des autres régions sous-développées, il est retenu que l’expérience européenne peut néanmoins être considérée comme source d’enseignements voire de solutions possibles.

Les caractères de l’urbanisation sous-développée : une urbanisation jugée excessive

10Le même manuel précieux passe en revue les caractéristiques du sous-développement des villes. C’est en premier lieu la croissance démographique mal maîtrisée qui provoque un bouleversement dans la répartition de la population. L’exode rural et le solde naturel urbain se conjuguent pour produire un accroissement de population dépassant les capacités d’accueil en termes de logements, d’emplois, de services. C’est l’occasion de souligner que le sous-développement des villes est lié à celui des campagnes (effet push plutôt que pull) mais en le multipliant par la concentration qui rend visible la pauvreté rarement décrite dans les campagnes (sinon par le problème foncier).

  • 3 Voir in M. Castells (1981, p. 61) : le rappel des analyses publiées par Davis, Ph. Hauser, B.F. Hos (...)

11Le manque d’emplois industriels et la part importante d’un tertiaire considéré comme parasite servent à décrire ce qui est désigné comme l’hyperurbanisation ou sururbanisation (overurbanization) c’est-à-dire un développement artificiel sans réel fondement économique3. L’afflux des néo-urbains est, au passage, rendu responsable de dysfonctionnements « moraux » : déclin de la solidarité familiale traditionnelle, délinquance des jeunes, acculturation, risques sanitaires. On sent là la répétition d’un jugement déjà porté par les hygiénistes européens sur leurs villes au siècle précédent : les quartiers insalubres et taudis concentrent l’ensemble des problèmes. Une boucle est alors mise en évidence : les pauvres sont inadaptés à la ville et trop nombreux pour permettre à la ville de les assimiler ; inadaptés à la ville, ils ne peuvent contribuer à son développement. Le personnage type est le migrant masculin néo-citadin isolé, instable dans une ville qui ne lui permet pas d’y accueillir sa famille (ce qui distingue la ville sous-développée de la ville industrielle européenne du xixe siècle).

12Que faire ? Les experts et futurs responsables du développement réunis à Bangkok dressent la liste des conditions du développement et des priorités. En effet, chaque choix aura une implication qu’il faut maîtriser. Faut-il commencer par traiter le social et envisager des investissements dont la rentabilité n’est pas immédiate ou bien parer au plus pressé et investir dans l’équipement industriel ? Dans cet environnement de l’ONU, l’interprétation de l’urbanisation et de l’industrialisation européennes pousse plutôt au choix libéral mais dans le contexte de l’après Seconde Guerre mondiale et qui plus est dans d’ex-territoires coloniaux, la planification semble devoir s’imposer en tous domaines jusqu’à des mesures radicales comme celles, anti-urbaines, qui seront prises en Chine à partir de 1958 (Grand Bond en avant, industrialisation des campagnes).

13L’urgence, cependant, qui domine l’ensemble de cette réflexion datée, c’est bien le traitement du legs colonial et la prise en main d’un processus qui s’emballe déjà. La question porte essentiellement sur les modalités de l’industrialisation et notamment sur les conséquences de sa localisation. Faut-il promouvoir l’industrie urbaine ou rurale, faut-il créer des villes industrielles nouvelles pour diminuer l’attractivité des anciennes capitales coloniales ? Le gigantisme urbain est considéré ici comme un amplificateur de pauvreté et il est admis que les villes ne peuvent contribuer au développement des pays que si leur dynamique est contrôlée. Le traitement de la ville devient donc ipso facto un problème d’aménagement du territoire. Les plus grandes villes, longtemps liées à leur métropole coloniale et adossées à l’espace de production, doivent être en quelque sorte « retournées », adossées au monde mais animant leur région.

14Le même « manuel » évoque aussi la planification intra-urbaine, sous la forme d’un « urbanisme » nécessaire traitant les problèmes de logement et d’installation des services de première nécessité tout en considérant le contexte global : épargne et investissement privés, investissements publics, production locale de matériaux, normes adaptées.

Lorsque les ressources sont peu abondantes, il convient d’insister plus particulièrement sur l’aménagement de la collectivité et de la région, afin d’assurer les services publics et sociaux et les facilités nécessaires à tous, plutôt que de construire un nombre limité de logements confortables dans un milieu mal aménagé. (Hauser, 1959)

15Les normes sont « établies en conséquence » du contexte local tout en respectant « certains principes directeurs et les règles en matière d’hygiène, de sécurité et de confort » (Hauser, 1959, p. 26). En dépit des précautions annoncées, ces normes qui sous-tendent les recommandations sont de fait issues de l’histoire urbaine européenne et des principes « rationnels » de l’urbanisme qui y ont eu cours.

De la sururbanisation à l’implosion urbaine

  • 4 In G. Breeze, 1966, Social implications of Industrialisation and Urbanization in Africa South of Sa (...)

16Ce premier manuel de développement urbain s’appuie sur la situation asiatique et précède d’autres « stages » consacrés aux villes d’Amérique latine, d’Afrique du Nord et du Proche-Orient4. Les mêmes constats et les mêmes bases sont adaptés à des histoires différentes dont les aboutissements sont malgré tout semblables. C’est l’hyperurbanisation et la sous-intégration qui font le lien, donnant aux villes sous-développées un caractère d’unité que les villes coloniales n’avaient pas. À chaque colonisation rencontrant un substrat précolonial différent répondait une allure de ville que l’on pourrait presque qualifier aujourd’hui de « culturelle » par le tableau qui en était rendu. Avec la décolonisation et le paradigme de sousdéveloppement dominant, c’est la défaillance économique de la ville et ses dysfonctionnements matériels qui l’emportent, constituant une généralité.

17Pourtant, trois décennies de politiques pour le développement n’ont pas suffi à encadrer le processus qui continue de se développer. Les constats restent les mêmes, les objectifs de planification aussi. Et si le phénomène s’est amplifié là où il existait, il s’est étendu à des régions réputées sous-urbanisées (Afrique) (Dwyer, 1974 ; Hugon et Pourtier, 1993). La seule évolution de ce tableau, somme toute assez sombre, semble n’avoir touché que la mesure de la conséquence qui est aussi une mesure de risque. Voilà que dès le début des années 1980 se présente le spectre de « l’implosion urbaine » (Hérodote no 31, 1983). À la pauvreté et à la désorganisation physique de la ville s’ajoute désormais le risque politique. La révolution islamique iranienne de 1979 n’est pas loin et les révoltes sociales des urbains pauvres d’Amérique latine sont dépassées par le résultat emblématique du soulèvement iranien. Au centre de ce processus de dégradation cumulative qui associe croissance périphérique, taudification et squattérisation de zones inconstructibles…, le bidonville présente plus que jamais la figure synthétique de la ville sous-développée et de la « poudrière » sociale voire culturelle des marginalités cumulées (Castells, 1981).

L’invention du bidon ville

18L’invention du bidonville date de la décolonisation. Il est davantage qu’un quartier urbain pauvre tout en le recouvrant en partie. En effet, les zones d’habitat populaire n’étaient pas absentes des villes des pays colonisés mais reléguées soit dans la catégorie « indigène » soit dans celle du « village » urbain, catégories assimilées à un mode de vie local, étranger à la civilisation urbaine importée d’Europe. Seule l’élite partageait la « vraie ville » avec les résidents européens.

19C’est au moment de l’accélération de la croissance urbaine, pendant la décolonisation, que le bidonville prend place dans un nouvel ordre sociospatial et dans une dynamique qui transforme la ville coloniale en ville « sous-développée » : départ des Européens remplacés par les élites locales, densification et taudification de maisons patriciennes et surtout croissance par agglomération périphérique non maîtrisée. Alors que l’insalubrité se résorbe dans les pays industriels, soit par les politiques d’aide à l’acquisition du logement, soit par l’investissement public dans l’habitat collectif locatif, elle s’accroît dans les villes du Tiers Monde jusqu’à en devenir le caractère dominant, expression d’une situation économique historique. Les formes de ces quartiers sont variées, de la taudification à la construction de simples huttes, mais la forme emblématique est celle des abris de fortune édifiés sur un terrain occupé sans titre formel. C’est ce caractère « spontané » de l’occupation foncière et « l’auto-construction » qui donnent au phénomène son originalité (McAuslan, 1986). En effet, les mal-logés d’Europe vivaient surtout dans des taudis, habitats urbains conventionnels dégradés ou surpeuplés ou bien dans des « maisons de rapport » de mauvaise qualité mais dont le statut était tout à fait légal.

Identification

  • 5 G. Massiah et J.-F. Tribillon (p. 8) relèvent la réticence des gouvernants à reconnaître le phénomè (...)

20L’invention du bidonville comme contraste avec l’urbanisme planifié perpétue, en quelque sorte, le modèle dual de la structuration urbaine. Au couple d’opposition ville indigène/ville coloniale succède celui de ville légale/ville spontanée (Massiah et Tribillon, 1988, p. 39). C’est moins la présence de logements de qualité médiocre qui marque les observateurs que leur caractère improbable dans les plus grandes villes et surtout la part du stock de logement urbain qu’ils représentent. Plus encore, la croissance des villes s’opère là. Les quartiers de cette croissance sont alors de facto identifiés comme marginaux par rapport à la ville planifiée conventionnelle et légale qui fonde la définition occidentale « moderne » de la ville. Le phénomène s’impose cependant, obligeant à constater que la marginalité s’exprime en termes de normes et non en termes numériques (Massiah et Tribillon, 1988)5. Quand un tiers des citadins est concerné, il est difficile de l’évacuer tout à fait dans la marginalité. D’autant plus que la gradation conduisant de la hutte la plus sommaire aux taudis en passant par l’occupation précaire de foncier inoccupé s’établit difficilement et que le passage de l’un à l’autre relève du mouvement intra-urbain, plutôt fréquent (Naciri, 1980).

21La perception de la spécificité et non de la marginalité de ces quartiers est attestée par l’apparition d’une nouvelle terminologie. Un terme générique surplombe la variété des formes et la diversité des lieux – favela, slum, bidonville… – à chaque langue le sien. Si ces mots ne désignent pas tout à fait la même chose, ils désignent la même idée (Breeze, 1966 ; Naciri, 1980 ; Granotier, 1980). Il est même à peu près vain de vouloir séparer nettement les différentes formes prises par le phénomène sinon après examen attentif du rapport foncier et de sa légalité. Ainsi, lorsque la taudification résulte de la squattérisation d’un bâtiment « conventionnel », le rapport au foncier est similaire à l’invasion de terrains non lotis. Ce que recouvrent les divers termes génériques et la multitude des vocables créés localement est surtout lié, en effet, au statut foncier – hors légalité –, à la précarité des matériaux utilisés y compris dans les réparations d’immeubles quasi détruits. Il est bien question de norme, juridique et urbanistique, quand l’adduction d’eau et la connexion électrique ne font pas la différence (elles peuvent être assurées dans les bidonvilles et quasiment absentes de certains quartiers pauvres « légaux »), pas plus que le statut socio-économique (les salariés peuvent être présents).

22En dehors des termes génériques et locaux, le vocabulaire a été augmenté de termes plus abstraits soulignant l’écart à la norme mais dans la norme : « habitat précaire », « quartier spontané », « établissement incontrôlé », « quartier incontrôlé » (Granotier, 1980). Dans les années 1970, M. Naciri (1980) a proposé la notion de « sous-intégration » comme réponse critique à l’idée de marginalité et pour assembler conceptuellement le tout. Il veut signifier l’intégration économique et sociale des habitants mais dans des conditions de domination. Ces citadins participent à l’économie par le biais d’activités mal rémunérées et/ou irrégulières, cependant nécessaires au fonctionnement de l’économie dite formelle. De la même manière, ils sont de la ville sans bénéficier de l’intégralité de ses infrastructures et services. Le terme a été critiqué pour sa conformité au modèle d’urbanisation et au modèle social européens devenus universels (Di Méo, 1985). Il faut en retenir néanmoins l’idée première que l’on retrouve aussi chez M. Santos dans L’Espace partagé (1975).

Localisation

  • 6 J.-F. Troin (2000) présente de nombreux croquis des « métropoles des “suds” » : modèles morphologiq (...)

23L’espace partagé ? Le mot a un double sens que Milton Santos ne pouvait pas avoir négligé malgré le titre portugais de son livre : O espaço dividido (1975). De la même manière, un jeu s’est installé autour de la marginalité. Chez les géographes, la question taxinomique a été croisée avec celle de la localisation jusqu’à permettre une modélisation de l’espace urbain fondée le plus souvent sur la structuration centre/périphérie complétée par une sectorisation rappelant le schéma de Hoyt. Or là aussi le centre/périphérie se moule sur une métaphore géométrique. Dans une telle représentation, il s’agit d’affecter à chaque secteur urbain un type d’habitat, même sous-intégré. Les schémas figurés abondent (Di Méo, 1985 ; Vennetier, 1976 ; Louiset, 1986)6. Or, le phénomène de la « bidonvillisation » se joue d’un tel ordonnancement modélisé sauf à recourir aux fractales pour pouvoir expliquer la persistance du « bidonville » au pied des immeubles les plus modernes et gardés, tout comme aux portes des « gated communities ». L’espace urbain est à la fois divisé et commun : partagé ; les « bidonvilles » sont dans la ville et de la ville. Mais ce n’est que progressivement que la ville sous-développée duale a laissé place à une ville plurielle continue dont les bidonvilles forment une part. Cela tient à deux choses : la durée qui a laissé entrevoir que le bidonville n’était pas une enclave provisoire mais un lieu d’entrée et même d’ancrage ; le « durcissement », l’expérience latino-américaine, plus ancienne, contribuant à ne pas nier la citadinité des bidonvillois, les favelados.

Éradication

24Dès les premiers tableaux décrivant la croissance hypertrophiée des villes du Tiers Monde, l’idée d’explosion urbaine souligne la soudaineté inédite du phénomène, d’autant plus effrayant qu’il est surtout porté par la croissance des bidonvilles. Ces descriptions s’accompagnent de recherches de solutions, y compris celles qui sont pilotées par des institutions internationales. L’ordre du monde, et pas seulement la paix sociale locale, pourrait être menacé par ce qui est interprété comme la misère absolue susceptible d’exploser en révoltes ou en révolutions (Hérodote no 31, 1983).

25La nature des premiers programmes destinés à régler la question des bidonvilles témoigne de la radicalité du regard porté sur ces quartiers. Le bouteur (bulldozer) fut souvent un instrument de l’aménagement urbain et les précautions des experts locaux réunis en formation par l’ONU paraissent bien éloignées des pratiques de pouvoirs publics prisonniers de modèles urbanistiques standards. L’orientation générale de ces politiques a conduit les chercheurs en sciences humaines à lutter contre le stéréotype de la « pathologie urbaine » et à identifier les rapports de force contribuant à organiser l’espace urbain dans un contexte de forte pression foncière. Les rapports inégaux sont alors décrits dans la lutte pour la conquête de la ville (Lea, Courtney, 1985). Le rôle des États désormais indépendants est analysé, entre impuissance face au déferlement de néo-urbains (générés par le croît naturel et les migrations rurales) et préférence accordée aux programmes destinés aux nantis (de Maximy, 1984, p. 172-175 ; Massiah et Tribillon, 1988, p. 206). Des thématiques similaires guident les travaux entrepris tant par la recherche francophone qu’anglo-saxonne : « fléau » de la spéculation foncière, sous-emploi et insolvabilité, faible audience politique des couches populaires, corruption des fonctionnaires chargés du logement, déguerpissements brutaux et forces de l’ordre au service de la bourgeoisie… A contrario, B. Granotier (1980, p. 178) présente le programme d’éradication des bidonvilles de la Havane comme un succès : construction de logements urbains (grande unité de voisinage de « La Havane de l’Est »), de « petits lotissements ruraux bien équipés » pour diminuer l’exode rural. Pour autant, les opérations les plus violentes ne ralentissent que pour un temps l’accroissement et la multiplication des quartiers « illégaux ».

26Si les politiques d’éradication visaient l’expulsion des habitants, organisant leur transfert en périphérie de la ville, le retour était inévitable, faute de moyens de survie. Pour autant, les situations locales varient en fonction des régimes politiques mais aussi de la structuration des sociétés (Durand-Lasserve, 1976). Néanmoins, rapports universels de classe et rôle complice des pouvoirs publics dominent les analyses. Les pouvoirs en place dans le Tiers Monde réalisant l’impossibilité de faire disparaître les quartiers « illégaux » composent alors avec la situation en optant pour un aménagement des sites et parfois même la régularisation foncière. Les évictions sont loin d’avoir disparu cependant, mais l’impossibilité d’assumer les charges de construction de logements décents pour les plus démunis et les risques contenus dans l’urbanisation incontrôlée contribuent à diversifier la nature des programmes (Granotier, 1980 ; Massiah et Tribillon, 1988).

27L’approche environnementale, dont la nécessité avait été soulignée par la conférence de Stockholm de 1972, a pu constituer un moyen terme. Devant la dimension prise par la pénurie de logements dans les villes du Tiers Monde, un effort porté sur les équipements collectifs présentait un double avantage : rendre « plus acceptables » les conditions de vie des citadins démunis et minorer le risque sanitaire susceptible de concerner l’ensemble des citadins (Mabogunje, Hardoy et Misra, 1978). Mais à terme, le développement économique demeure implicitement ou explicitement la perspective de disparition des bidonvilles.

Orientations de la recherche urbaine dans le Tiers Monde

28Dans l’ensemble, les thèmes de la recherche urbaine dans le Tiers Monde résultent des circonstances et de leur interprétation : ils sont historiquement et politiquement situés, très proches donc de ce que, dès l’abord, les grandes messes de l’expertise et la production d’appareils normatifs internationaux ont pu produire (voir plus haut). Quelques spécialisations d’orientation ou spécificités peuvent être relevées entre recherche hispanophone, anglophone et francophone, renvoyant ensemble à des contextes conceptuels différents, des champs géographiques caractéristiques et des héritages coloniaux propres. On pourrait y ajouter des clivages disciplinaires dans le traitement du champ urbain, mais l’interdisciplinarité a souvent été la règle du fait des spécialisations « régionales » du type Area Studies. Quelques grandes lignes sont partagées.

Métropoles vedettes

29La structuration des réseaux urbains conduit à observer la place particulière des grandes agglomérations dont l’attractivité constitue un facteur majeur d’accroissement. Dans des régions dont les sociétés ont longtemps été présentées comme agraires, les flux semblent se diriger tout particulièrement vers les plus grands centres urbains ou « mégavilles » (Breeze, 1966, p. 36 ; Haeringer, 1984, p. 10 ; Troin, 2000). Du thème de la macrocéphalie urbaine, découlent des questionnements portant sur les moyens de maintenir les populations dans leur région « d’origine ». Développement agricole et industrialisation rurale sont identifiés comme des stratégies destinées à freiner les migrations. La mobilité est souvent envisagée comme un voyage conduisant l’habitant rural d’un village incarnant harmonie et équilibre vers le bidonville « infernal ». Toutefois, au-delà des descriptions catastrophistes et de la compassion, l’idée émerge d’autres lectures possibles que celles de la pathologie de cette urbanité en cours de construction (de Maximy, 2000, p. 158).

L’État pour pallier la pénurie

30Issus de sociétés dont les États ont mis en place des dispositifs d’aide aux populations modestes, destinés à compenser l’insolvabilité ou la faible capacité d’épargne, les chercheurs placés face à la situation de pénurie de logement urbain dans les villes sous-développées s’interrogent aussi sur les modalités d’intervention publique dans le domaine (Lea, Courtney, 1985). Le premier constat est celui de l’insuffisante production de logements pour répondre à une demande qui ne cesse d’augmenter dans des proportions considérables. Le vocabulaire utilisé pour formuler les descriptions de telles situations est révélateur. Deux remarques sont apportées qui dramatisent la situation et en augurent les prolongements : la faiblesse des ressources globales des États concernés constituant un obstacle au financement d’un logement de type « social » et l’attribution du peu d’investissement réalisé dans l’habitat aux populations nanties. Il découle ce de constat, non seulement l’analyse de l’impuissance des gouvernements mais aussi la dénonciation d’une mauvaise foi qui occulte les choix véritables par le maniement du paradoxe selon lequel la construction en faveur des plus pauvres ne fait qu’amplifier le problème en attirant de nouveaux occupants. Cet argument, qui aboutit essentiellement à un laisser-faire, est aussi largement utilisé par les autorités locales et municipales. Le dysfonctionnement de programmes de relogement est certes lié à la dimension de ces entreprises qui apparaissent bien souvent comme une goutte d’eau, mais il s’inscrit davantage dans des logiques sociales et politiques volontairement ignorées par les pouvoirs publics alors qu’ils sont eux-mêmes bien souvent au centre de ces réseaux. Selon les lieux et moments, l’organisation associative des bidonvillois voire les groupes de pression populaires (Bataillon, Gilard, 1993) qu’ils ont pu former ont été présentés soit comme l’expression d’une revendication du droit à la ville de ceux qui n’avaient pas voix au chapitre, soit comme l’instrumentalisation de la détresse par des spéculateurs et politiciens peu scrupuleux. Le personnage du chef de bidonville a pu apparaître comme un acteur de la dynamique spatiale urbaine, dessinant, pour les familles sans logement, une carte de la ville toute particulière.

Le bidonville comme classe sociale et spatiale ?

31En privilégiant la question du développement économique et en exprimant les rapports de force comme des rapports de classe au moins en gestation, les dispositifs sociaux locaux ont d’abord été quasiment ignorés pour s’attacher surtout au problème de l’insolvabilité due à la place du secteur dit inorganisé ou informel (Haeringer, 1984, p. 10). Mais M. Santos a démontré que les deux secteurs s’articulaient et que l’économie sous-développée s’organisait selon un principe plus complexe que dual.

32Ces rapports de force sociaux ont été surtout examinés à travers le mécanisme de la spéculation foncière. La question de la planification urbaine et du contrôle étatique (ou municipal) lui a été associée (Renaud, 1985 ; McAuslan, 1986 ; Farvacque et McAuslan, 1992 ; Banque mondiale, 1994). À partir du moment où le caractère « spontané » a été assimilé à l’extériorité par rapport au cadre juridique et réglementaire, c’est la question même de la définition de tels cadres qui se pose. Dans la plupart des pays sous-développés, les anciens cadres juridiques urbains définis par l’administration coloniale ont été remplacés par de nouveaux dispositifs. Force a été de constater que si un tel cadre a fini par exister partout, il n’avait pas pour autant un sens. Il était le plus souvent déconnecté des réalités locales.

33Au total, l’entrée par le social a privilégié une échelle macro-économique et macro-géographique faisant du bidonville une conséquence lointaine de l’échange inégal et du néocolonialisme en laissant peu de place aux rapports sociaux locaux sinon comme la reproduction de rapports de classes universels. Pourtant, l’imbrication des questions foncières par exemple devait conduire à ouvrir d’autres problématiques à partir de perspectives plus « locales » : ethnicité, clientélisme, caste, solidarités diverses…

La crise urbaine

34La description et l’explication de la ville sous-développée avec le quartier sous-intégré en point de mire rejoignent les études menées au même moment sur les inner cities puis les banlieues des villes « développées ». L’ensemble a pu former la thématique de la « crise urbaine » jusqu’à parfois évoquer la « fin de la ville » (Choay, 1994). C’est un autre moment de recherche qui s’ouvre là, moins unanime et pour lequel les postures individuelles comptent plus dès la description des situations. C’est aussi le moment où la radicalité s’est subdivisée en un éventail plus ouvert du postmodernisme à l’altermondialisme.

35Cette crise urbaine, plutôt sociale au « nord » et environnementale au « sud » tient en quelques mots forts d’appréciation comme ils sont densément regroupés pour l’introduction d’un numéro consacré à La Ville partout et partout en crise (Manière de Voir no 13, 1991) : « “Supplique pour le genre urbain” :... malvie… inconfort… nuisance… démesure… monstrueuses… naufragés… victimes… délirante… effroyables… déglinguées… incontrôlables… tragiques… crime… drogue… dégradation morale… ».

36Le drame à distance place l’observateur dans l’inconfort d’une description qui comprend en elle-même son explication.

De la ville sous-développée à la ville mondialisée

37C’est donc par la reprise de cette description qu’une sortie de l’a priori est possible. À partir des années 1990, cela passe par une révision des catégories elles-mêmes, parfois jusqu’à l’extrême, et peut-être par la provocation lorsque, par exemple, Lagos est donné comme l’avenir de la ville par Rem Koolhaas (2000).

38Dans une autre posture, l’anthropologue M. Agier (1999) propose de chercher la ville dans ce qu’elle est réellement vécue et non institutionnalisée, dans le foisonnement des trajets plutôt que dans la régularité des plans, productrice de normes toujours renouvelées. Le bidonville, né comme négation de la norme, se retrouve alors au centre, tout comme d’autres citadinités improbables : « banlieues implosées » (R. Koolhaas), townships en révolte…, favelas et camps urbains de réfugiés. Alors que l’examen de la ville sous-développée relevait d’une conception très normative, il débouche, dépassé par le mouvement qui s’amplifie, sur sa propre révision. Car la ville réelle n’est pas la ville formelle et cette ville réinventée chaque jour n’est pas celle que voit le « démiurge lointain » (Agier, p. 10). Une place est faite désormais à ce que E. Soja (1996) appelle le Third Space en réinterprétant l’espace des représentations que proposait H. Lefebvre (1974). L’inversion porte la critique des représentations de l’espace, celle des observateurs et acteurs détenteurs de pouvoir, le pouvoir de l’image et des mots. M. Agier propose alors de dépasser la ville comme entité globale et sa description à travers des catégories construites de l’extérieur pour s’attacher à l’individu, au domestique, au quotidien, à la situation et à la relation. C’est la fluidité et la plasticité qui pourraient être décryptées comme l’imposait déjà l’observation des bidonvilles de l’intérieur plutôt qu’à travers les indicateurs statistiques ou même l’observation qui n’est qu’une présence à distance. C’est ce qui m’a conduit, pour ma part, à travailler sur l’intersection espace et culture, en Inde, alors que j’étais entrée par le social dans les bidonvilles de Hyderabad (1986).

39Dans ce qui peut être considéré comme un bilan d’étape (1978-1983), Ph. Haeringer (1984) préconisait déjà de passer des « villes reconnues » aux « vies inconnues » pour comprendre l’urbanité africaine. Il suggérait la piste d’une « anthropologie du geste » (p. 439) pour se démarquer des stéréotypes et des versions officielles de la ville, et pour ne pas en rester à la collecte d’informations « techniques » : « savoir que je suis locataire ne dit pas ce qui se passe chez moi. Or, il se passe beaucoup de choses chez les nouveaux citadins de l’Afrique noire » ajoute-t-il (p. 441). L’exploration anthropologique permet ainsi d’échapper aux « objectifs thérapeutiques » qui ont longtemps conditionné la recherche urbaine. Dans le même volume de récolement, J.-P. Duchemin (1982) lance un « plaidoyer pour villes indignes » : la ville est davantage dans la « ville illégale » que dans « la ville légale » et le bidonvillois y fait figure de pionnier (p. 160) : « la ville est ailleurs dans la boue et les cris de la ville populaire ». La précarité est même assimilée à la vie tandis que la fixité l’est à l’ennui. L’auteur va plus loin en suggérant que l’État doit « accepter le provisoire » et même « le promouvoir comme fondement de l’édification de la ville » (p. 165).

40Pareillement, R. Koolhaas observe les « dysfonctionnements » de Lagos à travers la fabrique urbaine des habitants, ce qui le conduit à inverser le diagnostic habituel. C’est la marginalité muée en efficacité :

les carences de Lagos en matière de système urbain traditionnel [...] ont engendré des systèmes alternatifs ingénieux et déterminants [...]. Le fonctionnement de la mégalopole de Lagos illustre l’efficacité à grande échelle de systèmes et d’agents considérés comme marginaux, liminaires, informels ou illégaux par rapport au concept traditionnel de la ville. (Koolhaas, 2000, p. 652)

  • 7 Le titre de l’ouvrage de Mike Davis Planet of slums reprend celui de Granotier. La traduction franç (...)

41Pour autant, cette perspective déjà postmoderne n’a pas totalement évacué le tableau actualisé de la ville sous-développée et de ses bidonvilles. De B. Granotier (1980) à M. Davis (2006), la même ligne est tendue jusqu’à conserver le titre spectaculaire : « la planète des bidonvilles7 ». Cette suite dramatique reprend l’héritage du tableau tiers-mondiste voire radical en le recyclant dans la mondialisation et en le présentant à la fois comme un scandale mais aussi une menace. Ce qui n’est pas sans porter quelques ambiguïtés, à savoir si la menace est porteuse d’un avenir (révolutionnaire) ou s’il faut nécessairement la lever pour préserver l’essentiel de la norme sociale.

  • 8 Le pauvre est devenu depuis les années 1960 une catégorie identitaire (M. Agier, 1999) brandie auss (...)

42Après l’invention du bidonville dans le contexte du sous-développement, on pourrait envisager sa disparition dans des pays désignés comme émergents plutôt que sous-développés (sans compter les pays les moins avancés). On serait même tenté de le croire car le bidonville a progressivement disparu du tableau, comme en Inde où la classe moyenne a ravi la vedette aux bidonvillois, à l’exception peut-être de quelques slums devenus mondialement célèbres comme Dharavi à Bombay, emblématique des laissés-pour-compte de « l’Inde qui brille » (Saglio-Yatmirsky, 2002). Pourtant, il faut s’y résoudre, le développement du secteur industriel et du tertiaire formel n’a pas entraîné la disparition de l’extrême pauvreté, ni ralenti la croissance des slums. Certains bidonvilles, devenus des quartiers populaires légalisés, coexistent avec les nouveaux établissements et d’autres demeurent « sous-intégrés » en dépit de leur grande ancienneté et d’une emprise foncière considérable. Cette situation ravive la question sociale et politique, notamment celle des choix des États en matière de dépenses publiques. Si la terminologie des années 2000 diffère de celle des années 1960, avec l’émergence du thème de la « gouvernance », le fond du problème demeure analogue. Les mêmes constats sont établis sur des programmes qui se succèdent les uns aux autres depuis plus de 40 ans (Dupont, Ramanathan, 2007). Il était possible de ne pas se satisfaire, dès lors, de la littérature grise et de la mise à jour des mêmes constats pour observer comment la dynamique des slums s’inscrivait dans un environnement politique complexe mais très efficace qui en assure la reproduction. De la même manière que dans les années 1980, le thème du sous-développement pouvait occulter les enjeux politiques, celui de la responsabilité extérieure, agité aujourd’hui, à travers le thème de la globalisation, participe de la même essentialisation du « pauvre8 ».

43Le même constat, d’un autre point de vue, peut conduire à l’idée de convergence globale. Si les habitants des bidonvilles inventent individuellement d’autres manières de faire de la ville, il se pourrait que leurs trajets croisent ceux de flux mondiaux et qu’ainsi ils échappent au « ghetto de pauvres ». Il se pourrait aussi que les « quartiers », comme l’on dit en France, rejoignent une catégorie générique nouvelle des écartés du monde. Face à l’objet, l’interprétation reste largement dépendante des options doctrinales de l’observateur, la meilleure n’étant pas le recul objectiviste se contentant de traiter les données fournies par les instituts de statistiques ou même les données recueillies par enquêtes. Avec le « bidonville » comme avec bien d’autres objets qui sont d’abord des images, il y a du travail sur la ville en géographie culturelle, vue du côté des urbains pauvres.

Bibliographie

Bibliographie

Agier Michel, 1999, L’Invention de la ville. Banlieue, township, invasions et favelas, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Amin Samir, 1973, Le Développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, Éditions de Minuit.

Bataillon Claude et Gilard Jacques (coord.), 1988, La Grande Ville en Amérique latine, Paris, Éditions du CNRS.

Banque mondiale, 1994, Logement : permettre aux marchés de fonctionner, Washington.

Beaujeu-Garnier Jacqueline et Chabot Georges, 1963, Traité de géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

Breeze Gerald, 1966, Urbanization in Newly Developing Countries, London, Prentice-Hall.

Castells Manuel, 1972, La Question urbaine, Paris, François Maspero.

Chabot Georges, 1948, Les Villes, Paris, Armand Colin.

Choay Françoise, 1994, « Le règne de l’urbain et la mort de la ville » in La Ville, art et architecture en Europe, 1870-1993, Paris, Éditions du centre Georges Pompidou, p. 26-35.

Coquery-Vidrovitch Catherine, 1993, Histoire des villes d’Afrique noire. Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel, coll. L’évolution de l’humanité.

Davis Mike, 2007, Le Pire des Mondes possibles. De l’explosion urbaine au bidonville global, traduit de l’anglais par Jacques Mailhos, Paris, La Découverte, coll. La Découverte Poche/Sciences humaines et sociales.

Di Méo Guy, 1985, Les Pays du Tiers Monde, Paris, Sirey, coll. Mémentos de géographie.

Duchemin Jean-Paul, 1984, « Plaidoyer pour les villes indignes. Pour une politique urbaine dans les pays en voie de développement. Quelques réflexions », in Haeringer Philippe (textes réunis et présentés par), 1984, De Caracas à Kinshasa. Bonnes feuilles de la recherche urbaine à l’ORSTOM (1978-1983), Paris, éditions de l’ORSTOM, p. 157-166.

Dupont Véronique et Ramanathan Usha, 2007, « Du traitement des slums à Delhi. Politiques de « nettoyage » et d’embellissement », Purusartha, no 26, Paris, EHESS, p. 91-131.

Durand-Lasserve Alain, Auger Alain et Vennetier Pierre, 1976, La Croissance urbaine dans les pays tropicaux : croissance périphérique des villes : cas de Bangkok et de Brazzaville, Talence, CEGET.

Dwyer D.J. (éd.), 1974, The City in the Third World, London, Macmillan Press Ltd.

Farvacque Catherine et McAuslan Patrick, 1993, La Réforme des politiques foncières urbaines dans les pays en développement, Washington, Banque mondiale.

George Pierre, 1964, Précis de Géographie urbaine, Paris, PUF.

Gourou Pierre, 1971, Leçons de géographie tropicale, Paris, Mouton.

Granotier Bernard, 1980, La Planète des bidonvilles. Perspectives de l’explosion urbaine dans le Tiers Monde, Paris, Le Seuil, coll. L’histoire immédiate.

Haeringer Philippe, 1984, « Une anthropologie du geste ; pour une exploration thématique de la vie citadine en Afrique noire », in Haeringer Philippe (textes réunis et présentés par), De Caracas à Kinshasa. Bonnes feuilles de la recherche urbaine à l’ORSTOM (1978-1983), Paris, Éditions de l’ORSTOM, p. 438-447.

Haeringer Philippe (textes réunis et présentés par), 1984, De Caracas à Kinshasa. Bonnes feuilles de la recherche urbaine à l’ORSTOM (1978-1983), Paris, Éditions de l’ORSTOM.

Hauser Philip Morris (éd.), 1959, Le Phénomène de l’urbanisation en Asie et en Extrême-Orient, Calcutta, Unesco.

Hérodote, revue de géographie et de géopolitique, 1983, no 31, L’implosion urbaine ?.

Hugon Philippe et Pourtier Roland (dir.), 1993, Villes d’Afrique, Afrique contemporaine, numéro spécial 168, octobre-décembre, Paris, La Documentation française.

Koolhaas Rem et al., 2001, Mutations, Barcelone, ACTAR/Bordeaux, Arc-en-Rêve centre d’architecture.

Lea John P. et Courtney John M. (eds.), 1985, Cities in conflict. Studies in Planning and Management of Asian Cities, Washington, World Bank.

Leclerc Jacques, 1989, « Amsterdam 1938. Un tropique bien blanc, sinon rien », in Michel Bruneau et Daniel Dory (dir.), Les Enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, coll. Recherches en géographie, p. 91-97.

lefebvre Henri, 1974 (4e éd., 2000), La Production de l’espace, Paris, Anthropos.

Louiset (-vagues) Odette, 1986, Le slum dans la ville. le cas d’une métropole indienne, Hyderabad, tomes I et II, Thèse d’Université, Rouen.

McAuslan Patrick, 1986, Les Mal Logés du Tiers-Monde, Paris, L’Harmattan-Earthscan, coll. Villes et entreprises.

Mabogunje Akin L., Hardoy Jorge Enrique, Misra Rameshwar Prasad (coord), 1978, Shelter Provision in Developing Countries. The Influence of Standards and Criteria, SCOPE Reports 11, Ottawa, John Whiley & Sons.

Manière de Voir no 13, 1991, La Ville partout et partout en crise, Le Monde diplomatique.

Massiah Gustave et Tribillon Jean-François, 1988, Villes en développement, Paris, La Découverte, coll. Cahiers libres.

Maximy René de, 1984, « Les orientations actuelles de l’urbanisation à Kinshasa », in Haeringer Philippe (textes réunis et présentés par), De Caracas à Kinshasa. Bonnes feuilles de la recherche urbaine à l’ORSTOM (1978-1983), Paris, Éditions de l’ORSTOM, p. 167-187.

Maximy René de, 2000, Le Commun des lieux, Paris, Mardaga, coll. Architecture + Recherches.

Naciri Mohamed, 1980, « Les formes d’habitat “sous-intégré” », Hérodote, no 19, juillet-décembre.

Nzuzi Lelo, 1989, Urbanisation et aménagement en Afrique noire, Paris, Sedes.

Renaud Bertrand, 1985, Politique nationale d’urbanisation dans les pays en développement, Paris, Economica, publié pour la Banque mondiale.

Rostow Walt Whitman, 1963, Les étapes de la croissance économique. Un manifeste non communiste, traduit de l’américain par M.-J. Du Rouret, Paris, Seuil (éd. originale, 1960).

Saglio-Yatmirsky Marie-Caroline, 2002, Intouchable Bombay. Le bidonville des travailleurs du cuir, Paris, Éditions du CNRS, coll. Monde indien – Sciences sociales.

Santos Milton, 1975, L’Espace partagé. Les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés, Paris, M.-Th. Génin, Librairies techniques.

Soja Edward W., 1996, Thirdspace. Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places, Oxford, Blackwell.

Troin Jean-François, 2000, Les Métropoles des « Sud », Paris, Ellipse, coll. Carrefours de géographie.

Vennetier Pierre, 1976, Les Villes d’Afrique tropicale, Paris, Masson.

Watzlawick Paul (dir.), 1988, L’Invention de la réalité. Contributions au constructivisme, Paris, Seuil.

Notes

1 Bidonville est d’abord le nom propre d’une localité spontanée (1953) de la périphérie de Casablanca prenant noyau autour de « Bidon 5 ». « Bidon » dans le français colonial saharien désigne à la fois le carrefour-halte, et la station de ravitaillement (d’où le bidon) qui jalonne les pistes. Le chiffre « arabe » donne en général le kilomètre ; le chiffre « romain » plutôt l’ordinal. On note comment le nom propre d’un type de localité a fini, par « contresens », par désigner le mode de construction (tôle de récupération). L’anglais « slum » pose aussi de redoutables problèmes de traduction lorsque le mot recouvre plusieurs types d’habitat alors que l’image dominante s’est imposée pour un sens. Slum et bidonville ne sont pas strictement synonymes.

2 Terme général utilisé alors par les experts réunis pour désigner l’ensemble des dysfonctionnements économiques, sociaux et même matériels touchant les villes en forte croissance des pays tout juste décolonisés ou en voie de l’être.

3 Voir in M. Castells (1981, p. 61) : le rappel des analyses publiées par Davis, Ph. Hauser, B.F. Hoselitz ou encore N.V. Sovani à partir du début des années 1950. Y est présenté le modèle de l’écart entre situations européennes et sous-développées concernant le rapport niveau d’urbanisation/niveau d’industrialisation.

4 In G. Breeze, 1966, Social implications of Industrialisation and Urbanization in Africa South of Sahara, Unesco ; id., 1961, Urbanization in Latin America, Unesco.

5 G. Massiah et J.-F. Tribillon (p. 8) relèvent la réticence des gouvernants à reconnaître le phénomène de l’urbanisation à sa « juste valeur » : « Quel gouvernant ose dire que toute politique urbaine doit être fondée sur [...] la “double évidence des deux tiers du tiers monde” : les deux tiers des pays en développement habitent des villes ; les deux tiers de ces urbains ont les plus grandes difficultés à assurer leur habitat. »

6 J.-F. Troin (2000) présente de nombreux croquis des « métropoles des “suds” » : modèles morphologiques généraux destinés à souligner les manifestations spatiales de phénomènes touchant ces villes (la ségrégation) ; modèles singuliers ou « régionaux » pour mettre en évidence la spécificité morphologique de cas significatifs.

7 Le titre de l’ouvrage de Mike Davis Planet of slums reprend celui de Granotier. La traduction française l’évite évidemment : Le Pire des Mondes possibles. Mais l’idée de base subsiste : De l’explosion urbaine au bidonville global (sous-titre).

8 Le pauvre est devenu depuis les années 1960 une catégorie identitaire (M. Agier, 1999) brandie aussi bien dans la compassion que dans l’instrumentalisation. Les « experts » sont de fait pris dans cette nasse.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540