Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

« L’invention » du bidon ville (1950-1990), objet et signe emblématique de la ville sous-développée

Présentation

Kamala Marius-Gnanou

Texte intégral

1Maître de conférences au département de géographie de l’université de Rouen, Odette Louiset conduit des recherches essentiellement attachées à l’Inde. Après une thèse consacrée à la place des bidonvillois dans une ville indienne, Hyderabad (1986), ses travaux continuent à porter sur l’urbanité indienne tout en s’inscrivant néanmoins dans une perspective comparatiste. La clarification du concept de ville est apparue comme une nécessité dans une géographie culturelle renouvelée : reconceptualisation et comparatisme, urbanité indienne et norme culturelle européenne. Dans ses travaux reviennent les questions : existe-t-il un modèle indien de ville ? Quelle est la place de la ville dans les discours sur l’Inde ?

2Dans la présente contribution, il s’agit d’un travail de déconstruction de la notion de bidonville depuis les tropicalistes jusqu’aux postmodernes, ou, pour le dire autrement, du bidonville des tropicalistes à celui des post-urbains.

3Comme le dit bien R. Cattedra, le bidonville est devenu avant tout un paradigme d’un espace stigmatisé et stigmatisant, un lieu-dit fait de tôles et de bidons, un espace social précaire temporaire ou pas, bref un espace marginal aux marges de la norme sociale urbaine. Il s’agit bien, en effet, de la figure synthétique de la ville sous-développée et de la « poudrière » sociale voire culturelle des marginalités cumulées (Castells, 1981). Au couple d’opposition ville indigène/ville coloniale succède celui de ville légale/ville spontanée (Massiah et Tribillon, 1988, p. 39). Depuis Granotier jusqu’à Davis, c’est le paradigme d’un espace stigmatisé et stigmatisant qui perdure. Cependant, dans cette revue intéressante qui est faite, on peut regretter qu’aucun collègue indianiste ne soit cité (Dupont, Heuzé, Saglio-Yatmirsky…).

4Il n’existe pas non plus, comme cela est dit dans cette contribution, un bilan critique sur la réalité des statistiques officielles quant à la part d’urbains vivant dans l’insécurité de la tenure. Tout le monde reprend très confortablement les données de l’ONU : il y a consensus pour dire qu’en 2020, il y aurait 1,4 milliard d’habitants dans les bidonvilles contre 924 millions aujourd’hui, soit une augmentation de 162 %, soit un tiers des citadins de la planète. Cette augmentation concernerait notamment les cinq grandes métropoles d’Asie du Sud (Karachi, Dacca, Kolkatta, Mumbai et Delhi) qui concentrent 15 000 zones urbaines de type bidonvilles (> 20 millions d’habitants).

5Cependant, on ne peut pas dire que les travaux de la recherche urbaine des pays du Sud sont historiquement et politiquement situés et proches des travaux d’experts qui ont produit des appareils normatifs internationaux. En effet, grâce la Déclaration des Nations unies à l’origine des Objectifs du Millénaire pour le développement dont le fameux objectif 7 avec les points 10 et 11 qui vise à améliorer les conditions de vie d’au moins 100 millions d’habitants de bidonvilles d’ici à 2020, des rapports réguliers sont réalisés, notamment par ONU-HABITAT. Ce Programme des Nations unies pour les établissements humains réalise en 2003 son étude la plus importante, Le Défi des bidonvilles : rapport mondial sur les établissements humains ; c’est le premier véritable audit mondial de la pauvreté urbaine qui intègre intelligemment diverses enquêtes de chercheurs d’Abidjan à Manille en passant par l’Asie du Sud, la Chine et l’ex-bloc soviétique. On peut être d’accord avec Davis quand il dit que les chercheurs associés à ce rapport rompent pour la première fois avec l’autocensure traditionnelle et accusent carrément le néolibéralisme et les Programmes d’ajustement structurel (PAS) d’être responsables de l’accroissement de la pauvreté urbaine et des bidonvilles. Pour eux, outre la réduction des dépenses publiques imposée par les PAS, le retrait de l’État est responsable de cette pauvreté urbaine. Enfin, la contribution d’Odette Louiset a le mérite de crédibiliser enfin les résultats de chercheurs, même si les auteurs du rapport maintiennent la définition classique tout à fait insuffisante : surpopulation, habitat précaire ou informel, accès réduit à l’eau courante et aux services d’hygiène et définition floue des droits de propriété. On sait pertinemment que des employés, des commerçants, des fonctionnaires vivent dans ces slums car les loyers sont trop élevés ailleurs (prix aussi élevés qu’en Europe). Bref, vivre dans un bidonville ne correspond pas toujours à une situation de désaffiliation sociale et de marginalisation économique, mais peut fort bien s’inscrire dans le cadre d’une stratégie individuelle ou familiale.

6Aujourd’hui, parmi les chercheurs, on est tous d’accord pour dire que slums, bidonvilles, favelas etc., sont des mots fourre-tout auxquels se rattachent des politiques et des désignations toujours fonctionnelles. Mais, en tant que chercheur, on est aussi là pour proposer d’autres indicateurs, d’autres bases de données, d’autres méthodes d’enquête (démarche participative en intégrant la dimension genre), d’autres outils conceptuels.

7Si l’on en est arrivé à ces propositions d’experts, c’est grâce à la recherche urbaine qui a montré depuis longtemps que le slum a historiquement tout aussi bien pu être pour les citadins les plus défavorisés un lieu d’identification et de solidarités qu’une zone de relégation et d’isolement. En effet, réfléchir aussi sur le type d’intervention à opérer dans les bidonvilles à partir d’enquêtes participatives peut être tout à fait utile pour avoir le point de vue des urbains pauvres.

8Aujourd’hui les experts, grâce aux travaux de chercheurs, savent que l’amélioration des bidonvilles est de loin préférable au relogement. En effet, on sait que les personnes qui avaient été relogées de force à la périphérie étaient retournées dans la même zone dans l’espoir de trouver un emploi. Selon le fameux rapport, l’amélioration d’un bidonville revient dix fois moins cher, ce qui constitue une alternative intéressante au rasage des bidonvilles et au relogement dans les périphéries lointaines, d’autant que les intéressés ne veulent pas quitter leur quartier car il est situé près de leur lieu d’emploi. Bref, une sécurisation rapide et permanente des tenures s’impose afin d’éviter les évictions. Les pauvres sont souvent prêts à investir leur temps et leurs ressources financières dans leur logement. Le rapport montre bien que l’amélioration des bidonvilles consiste également à accorder aux pauvres des titres de propriété foncière pour des terrains aménagés de petite taille à des prix abordables et en nombre suffisant pour la construction de logements bon marché par les pauvres eux-mêmes.

9Certes, l’Inde a adopté une politique nationale des slums dès 1999 visant à la réhabilitation in situ des slums et leur intégration dans les master plans n’est toujours pas adopté officiellement. Le cas de Mumbai est intéressant : les promoteurs sont incités à consacrer une partie des terrains à des logements sociaux avec l’accord de 75 % des habitants des bidonvilles qui doivent s’organiser en coopérative en partenariat avec les ONG pour accéder à la propriété. Certes, il semble aussi que les habitants de Dharavi souhaitent continuer à vivre dans leur village urbain (Saglio-Yatmirsky, 2002). Dans ces « villages urbains » organisés autour d’une identité professionnelle (potier, travailleur du cuir), ou ethnique (tamoul, gujarati..) ou de caste, le partage de valeurs communes et de pratiques collectives a souvent compensé la précarité des conditions d’existence. En revanche, dans les espaces récemment peuplés dans la lointaine périphérie par des individus aux origines diverses dont l’organisation sociale a été bouleversée par les mutations du système productif et la modernisation culturelle, la méfiance à l’égard du voisinage, à l’inverse, a fréquemment limité l’établissement de sociabilités locales et d’un rapport identitaire au lieu de résidence.

10Finalement, ce qui est proposé dans la contribution de Odette Louiset, c’est plutôt de relire la ville à la manière de Michel Agier : ce dernier présente l’espace urbain comme un véritable processus de création symbolique comme en témoigne l’ampleur croissante des initiatives locales tant artistiques que sociales et culturelles.

11La méthode ethnographique est ici considérée comme spécialement appropriée pour percevoir les interactions spécifiques de la vie citadine dans ces zones de relégation sociale. Bref, cette contribution propose de faire l’anthropologie de la ville un peu à la manière de l’École de Chicago. Autrement dit, cette anthropologie de la ville est inductive : elle part de l’observation directe pour construire ses interprétations. Comme dit Clifford (cité par Agier) on cherche à lire la ville par-dessus l’épaule des citadins. On est dans la post-urbanité. Pour Odette Louiset à la manière d’Agier, « c’est la fluidité et la plasticité qui pourraient être décryptées comme l’imposait déjà l’observation des bidonvilles de l’intérieur plutôt qu’à travers les indicateurs statistiques ou même l’observation qui n’est qu’une présence à distance ». En fait, pour M. Agier comme pour O. Louiset, la ville semble n’être qu’un prétexte pour s’interroger sur des questions comme la construction de l’identité, l’existence ou non d’une culture de la pauvreté, la stigmatisation etc.

12Les citadins résistent alors et face à l’instauration d’une ville fermée et excluante, face à la ghettoïsation, ils tendent à inventer de nouvelles formes urbaines hybrides. N’y a-t-il pas dans cette ethnologie citadine une tendance à idéaliser la résistance des pauvres et à espérer le renouveau politique par les classes populaires ? Avec cette empathie pour ces classes populaires, ne risque-t-on pas de tomber dans une posture culturaliste voire essentialiste ?

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540