Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

L’idéal développementaliste au secours de l’héritage géographique de la période coloniale. Le cas du Maroc

L’idéal développementaliste au secours de l’héritage géographique de la période coloniale. Le cas du Maroc

Mustapha Chouiki

Texte intégral

1L’idéal développementaliste, que l’accession du Maroc à l’indépendance a favorisé, a été largement mis à profit par les géographes. La montée en puissance de la géographie du développement que le Maroc a connu sous l’appellation de « géographie appliquée », qui a contribué à ce retour en force des géographes dans le giron du pouvoir, a permis à la géographie de reproduire certains des caractères qu’elle a développés sous la colonisation.

2La dynamique créée par le passage à l’indépendance a ouvert la voie à l’élargissement du champ d’action des géographes. Cette tendance s’est également consolidée avec l’ouverture de nouveaux débouchés engendrés par le besoin en cadres du Maroc indépendant, qui a profité aux géographes et en a même attiré de nouveaux, en qualité d’experts dans différents domaines relevant de la géographie. Ainsi, la recherche et la production géographiques ont connu un nouvel élan, en rapport avec les programmes de développement économique et les opérations d’aménagement de l’espace lancés au cours des deux premières décennies de l’indépendance.

3Il s’agit dans cette contribution de faire une lecture synthétique de cette réadaptation de la géographie à la nouvelle conjoncture créée par l’accession du pays à l’indépendance politique, à travers l’action géographique en matière de développement, et d’aménagement, et du discours qui a sous-tendu cette action.

Le développement recherché ne s’écarte pas trop de l’œuvre coloniale

L’action de développement, principal enjeu de la recherche géographique

4Une nouvelle fois, la géographie s’est retrouvée, au Maroc, investie de la mission d’assister les responsables politiques dans la gestion des affaires du pays. Cette nouvelle mission qui n’est pas guidée, comme au temps du protectorat, par le seul objectif de la recherche d’une plus grande mainmise sur la réalité, mais essentiellement par la volonté de transformer cette réalité, s’inscrit dans la montée en puissance de la tendance positiviste qui était derrière l’implication de nombreuses disciplines scientifiques dans la politique de planification du développement économique. Cela revient à dire que la géographie comme bon nombre de sciences n’a pas échappé à la dynamique enclenchée par la pensée keynésienne qui a érigé l’État en maître d’ouvrage des principaux chantiers de la croissance économique.

5L’accession du Maroc à l’indépendance politique a amplifié les effets de cette conjoncture mondiale qui a fait de la planification un passage obligé pour la relance de l’économie. Sous l’effet de l’euphorie d’un économisme ascendant, la géographie récemment institutionnalisée en tant que discipline universitaire s’est trouvée intégrée aux sciences appliquées sollicitées par les chantiers de développement économique. Aux « géographes malgré eux » ont ainsi succédé des « géographes enthousiastes » qui ont créé, en 1963, le « Centre universitaire de géographie appliquée ».

6Dans ce contexte, la recherche géographique s’est largement focalisée autour de la modernisation et la transformation du pays et de son économie. Aussi, par exemple, un géographe soutient-il que le Maroc est « un pays où le développement économique est en partie conditionné par la transformation de l’agriculture » (Fosset, 1972). C’est pourquoi la géographie a fait du développement une affaire essentiellement économique, ce qui a donné un autre visage à l’approche géographique qui a œuvré beaucoup plus pour la multiplication des passerelles d’intégration à l’économie de marché qu’à l’effort de développement global. Une autre façon de reproduire l’œuvre de la colonisation.

7D’autre part, la recherche géographique s’est focalisée autour de pistes visant à mettre en valeur les ressources disponibles, comme étant la solution la plus indiquée pour le développement recherché, ce qui n’est autre qu’un prolongement de la finalité de la recherche développée par et pour la colonisation. Cette forme de réalisme associée à la recherche effrénée de la modernisation s’est traduite le plus souvent par la prééminence de solutions techniques. Or le développement est avant tout un processus qui nécessite la mise en place des conditions nécessaires à son enclenchement, à sa pérennisation et à sa diffusion. Cela n’est pas toujours possible à travers la focalisation sur les seules solutions techniques, sans attention quelconque à l’environnement naturel et à la population concernée. En suivant cette voie, les géographes se sont retrouvés en contradiction avec la vision globale qui est la leur.

8L’économisme à outrance qui s’est emparé de la recherche géographique, dans le cadre de l’euphorie du développement économique, s’est également traduit par le surdimensionnement des aspects matériels de la réalité géographique. La thèse voulant que « sous l’impulsion de la colonisation européenne, des progrès d’irrigation et de la pénétration de l’économie de marché, les systèmes de culture ont évolué rapidement » (Charvet, 1972) n’a cessé d’étendre la sphère de ses adeptes, malgré le caractère limité et sélectif des solutions techniques. De plus, la seule neutralisation des problèmes matériels ne concourt pas forcément au développement, notamment dans un pays où les traditions sont toujours vivaces. De même, l’intégration à l’économie de marché n’a jamais été synonyme de développement dans son sens le plus global. Sur tous ces plans, le développement prôné par l’action des géographes ne présente pas une quelconque rupture avec l’époque coloniale ; mieux encore, il a contribué à la légitimation du modèle de développement mis en place par la colonisation.

9Ainsi, la recherche géographique qui s’est attelée à faire des mécanismes de modernisation du pays un passage obligé du développement recherché s’est retrouvée, directement ou indirectement, inscrite dans le prolongement de l’action coloniale, en rendant son legs irréversible.

La redécouverte du Maroc, élément fédérateur de la recherche géographique

10Pour l’essentiel, la recherche géographique entreprise au Maroc au cours des premières décennies de l’indépendance s’est avérée une action de redécouverte de la réalité marocaine. Les géographes qui ont revisité cette réalité, dans le cadre d’études commandées pour la préparation de projets de développement économique, ont redécouvert, par exemple, qu’il y a au Maroc des souks qui se tiennent hebdomadairement et qui constituent des structures commerciales très efficaces, en matière de desserte du monde rural et du rayonnement des villes au sein de leurs arrière-pays. Ils ont redécouvert qu’on cultive l’orge en monocéréaliculture dans les régions semi-arides, et que l’irrigation dans ces milieux est à même d’accroître les rendements. On a redécouvert l’exode rural et son impact sur les villes, et que « la tribu est une structure protectrice efficace » (Troin, 1973)… Les redécouvertes se sont multipliées et ont beaucoup servi dans la reproduction de l’empirisme de la géographie coloniale. Les fouilles en quête du moindre détail économiquement exploitable ont beaucoup joué dans la pérennisation des legs de la géographie coloniale, au sein de la recherche géographique au Maroc. Et c’est leur seule instrumentation dans les diagnostics établis à propos de la réalité à transformer qui fait la différence.

11Les géographes, qui ont tout fait pour mettre en valeur leur qualité d’experts en matière de diagnostic des différents aspects de la géographie du pays, ont excellé surtout dans l’analyse des déséquilibres spatiaux et des spécificités locales. Leurs expériences dans ces domaines ont été accentuées par le recours à outrance aux techniques de la quantification. Cette autre façon de revisiter la réalité marocaine, qui doit beaucoup à l’écho qu’elle a trouvé au Maroc à la grande diffusion des techniques quantitatives en Europe, a surtout servi dans la constitution de bases de données pour l’action de mise en valeur des régions retenues comme prioritaires dans la politique de développement économique. La concordance temporelle entre la géographie du développement et la géographie quantitative a contribué à faire passer la première pour la seconde au Maroc. Ainsi, beaucoup de géographes marocains reproduisent actuellement la géographie du développement sous le label de la géographie quantitative.

12La redécouverte du Maroc de la part des géographes s’est faite également à travers l’instrumentation de nouveaux outils théoriques. Parmi le référentiel théorique qui a sous-tendu les travaux des géographes en tant qu’experts en matière de développement, il y a d’abord le recours à un grand nombre de concepts dictés par les besoins de l’approche économique. Ainsi, la réalité géographique est de plus en plus appréhendée en termes de développement, croissance, marché, demande, offre, besoin, échange, productivité, rendement, surplus, progrès technique, trafic, flux, compétitivité, concurrence, pôles, mobilité, valorisation, effet d’entraînement… De même que l’analyse est de plus en plus sous-tendue par des outils statistiques et adossée à des taux, indicateurs, indices, lois, modèles, seuils, logiques…

13Le recours à des schémas théoriques est également de plus en plus courant, sans être toujours revendiqué en tant qu’affiliation doctrinale. Ainsi, le développement économique recherché par les géographes n’est autre que l’expression des doctrines libérales dominantes. Dans ce sens, la théorie keynésienne, où la politique des grands travaux constitue un facteur de taille de la croissance économique, a été largement inspiratrice de la recherche géographique, qu’elle soit purement académique ou impliquée dans des projets de développement. Parallèlement aux théories de la croissance économique, celle des pôles de développement a été érigée en cheval de bataille par les géographes qui ont découvert le rôle de moteur de la croissance que peuvent jouer les agglomérations urbaines et les périmètres irrigués, à travers les effets d’entraînement qu’ils sont de nature à générer. Certains géographes en quête de postures scientifiques innovantes ont trouvé dans la théorie de la diffusion des innovations le moyen le plus indiqué pour soutenir les thèses du développement à travers la modernisation des structures de production, notamment dans le domaine agricole.

14Ainsi, de nombreuses « facettes » de la géographie coloniale ont été recyclées dans le façonnage du « faciès » de la géographie du développement, à tel point que « l’âge colonial » de la géographie et son « âge développemental » ne se situent pas uniquement l’un dans le prolongement de l’autre, mais également en situation de chevauchement. La seule discordance dans ce chevauchement est inhérente à l’intérêt accru accordé à la problématique du développement, dans l’ensemble de la production géographique.

L’aménagement, une nouvelle vocation pour la géographie

15La vocation aménagiste de la géographie n’a pas embrassé, de la même manière et du même coup, toutes les spécialités de la discipline, même si elle a eu un écho certain au sein de l’ensemble de la communauté des géographes opérant au Maroc, qu’ils soient autochtones ou étrangers. La politique de développement qui s’est focalisée, au cours des deux premières décennies de l’indépendance, sur les campagnes, a donné une place prééminente aux géographes spécialisés dans le monde rural. Mais la faible représentativité de ces derniers et l’importance des projets lancés au cours de cette période ont converti des géographes d’autres spécialités, notamment en géographie urbaine, en « ruralistes occasionnels ».

L’aménagement rural comme modernisation de l’agriculture

16L’aménagement du monde rural, qui traduit un choix politique, s’est manifesté par un système de priorités où la modernisation de l’agriculture a été privilégiée. En effet, l’action aménagiste y était réduite à la modernisation de l’agriculture qui était censée déclencher des effets d’entraînement sur le mode de vie des populations, les équipements, les autres activités rurales… Ainsi, l’aménagement recherché n’était pas conçu comme une action globale, mais plutôt sectorielle. Ce caractère sélectif a été accentué par la focalisation des programmes d’aménagement sur les périmètres irrigués.

17L’aménagement de grands périmètres irrigués, tels ceux de Triffa dans le Maroc oriental, le Tadla le long du piémont sud du Moyen Atlas, le Haouz au nord de Marrakech, le Souss-Massa dans le prolongement sud de la plaine d’Agadir, le périmètre des Doukkalas sur la rive sud de l’Oum Er Rabiaa… a eu un effet certain par la transformation de zones semi-arides en espaces agricoles modernes variant entre 60 et 120 000 ha chacun. Cet effort, dont les conséquences n’étaient pas des moindres au niveau de l’économie marocaine, n’était pas toujours tangible sur le plan local. Quel rôle revient à la recherche géographique dans cette évolution ?

18La recherche géographique menée dans le cadre des programmes d’aménagement ou à la marge de l’action aménagiste s’est attelée, d’abord, à remettre en cause les structures rurales traditionnelles et à légitimer ces programmes sans se soucier de leurs véritables portées. Si « cette activité de recherche a contribué largement au développement des connaissances sur le monde rural » (Naciri, 1967), elle n’était pas faite pour mettre en évidence la nécessité d’un développement global. Aussi, cette recherche a-t-elle manqué de pertinence, sur deux plans :

  • la prééminence de la vision sectorielle : lorsqu’un géographe soutient, par exemple, que « le barrage de Mansour Eddahbi est la pièce maîtresse d’un plan d’aménagement agricole des six palmeraies de la vallée du Draa », et conclut que l’espace agricole qui naîtra de cet aménagement « se rattachera ainsi plus directement à l’économie nationale » (Riser, 1973), il met en avant la prospective à l’échelle nationale aux dépens de l’incontournable prospective sur le plan local, où les mutations déclenchées ont fait actuellement de cette région l’un des plus grands foyers de l’émigration au Maroc. Cette vision qui reflète l’aliénation inconditionnelle de nombreux géographes sur les choix officiels a contribué à discréditer le savoir géographique au sein même des sphères officielles. Une pareille vision s’est traduite par un manque à gagner énorme pour les régions concernées par les aménagements agricoles, puisqu’elles ont raté l’occasion d’un développement global, et la chance de bénéficier des équipements nécessaires à la revalorisation du niveau de vie des populations.

  • l’engouement pour les recettes technicistes : l’implication des géographes dans la quasi-totalité des programmes d’aménagement rural que le Maroc a effectués a été, certes, enrichissante pour la recherche géographique, mais elle s’est avérée également un piège pour certains d’entre eux. Lorsqu’un géographe prétend, par exemple, que « les études d’aménagement ont souvent besoin d’un semblable travail d’horloger que ne réalisent guère les bureaux spécialisés », et que le géographe produit « des cartes qui sont de véritables documents de travail pour un aménagement rural » (Troin, 1973), il y a de quoi se demander si le géographe ne cherche pas à se substituer aux techniciens de l’aménagement. Il y a, certes, des géographes qui se sont aventurés dans les labyrinthes de l’aménagement opérationnel, mais sans aucune prétention de se substituer aux techniciens ; dans tous les cas les géographes ont largement contribué à privilégier l’action sur l’espace aux dépens de l’action sur la société, ce qui n’est pas sans conséquences sur la nature du développement escompté.

19Ainsi, l’action d’aménagement dans sa version rurale, à laquelle ont été conviés les géographes, et qui n’a pas manqué d’intérêt pour la recherche et les compétences géographiques, a plus servi la politique officielle de modernisation de l’agriculture que la discipline elle-même, puisque cette dernière n’a pas développé une expertise crédible et fiable. Cela se traduit actuellement par un retour en force des bureaux d’études techniques qui ont tendance à minimiser les interventions des chercheurs, en fractionnant au maximum les tâches à accomplir.

L’aménagement urbain, une vocation récente pour la géographie

20La priorité accordée au monde rural, au cours des deux premières décennies de l’accession du pays à l’indépendance, n’est pas étrangère à l’aggravation des problèmes urbains. Cela a donné lieu, à partir des années 1980, à un regain d’intérêt pour l’aménagement urbain, qui s’est traduit par la généralisation de documents d’urbanisme dans l’ensemble des agglomérations urbaines du Maroc. Les géographes ont été sollicités pour rejoindre les équipes mobilisées pour produire des documents de régulation de la production de l’espace urbain. Et de nouveau, les frontières entre les spécialités géographiques ont été facilement franchies, puisque certains géomorphologues et ruralistes se sont même convertis à l’urbanisme.

21Cette évolution, pour similaire qu’elle puisse paraître, à celle des premières décennies de l’indépendance, ne manque pas de spécificités. Dans ce sens, la recherche géographique s’est assimilée à une quête permanente et résolue de l’ordre urbain perdu sous l’effet d’une urbanisation de plus en plus incontrôlée. Cela a valu à bon nombre de géographes d’être pris pour des utopistes dont il fallait minimiser ou du moins réguler l’implication dans la planification urbaine. En plus, les querelles doctrinales, notamment à propos des dimensions théoriques des études urbaines, rendent la recherche en géographie urbaine beaucoup plus fragmentée que son homologue rurale. À titre d’exemple, un géographe ruraliste fraîchement converti à l’urbanisme retient au terme de son étude sur la ville de Kénitra qu’une « véritable restructuration de l’agglomération serait nécessaire » (Fay, 1970), alors qu’un autre spécialisé en géographie urbaine trouve que, d’une manière générale, l’approche de la ville marocaine reste « trop spatialiste et trop sectorielle pour être vraiment efficiente » (Laghouat, 1981). Cela revient à dire que la vision techniciste qui était dominante dans les études de géographie rurale est tempérée par les divergences doctrinales en géographie urbaine.

22Ainsi, la version urbaine de l’action d’aménagement, à laquelle la géographie a apporté une contribution qui n’est pas des moindres, s’avère une expérience plus riche et plus diversifiée, de telle manière que le marché de consulting est de plus en plus hiérarchisé et de moins en moins accessible à tous les géographes. L’apparition de formations supérieures spécialisées en urbanisme est en passe de réduire la marge de manœuvres des géographes, dans un domaine qu’ils partageaient jusqu’ici avec les seuls architectes.

23Il ressort de tout ce qui précède que le virage matérialisé par l’indépendance au niveau des choix politiques, en matière d’orientation de l’action de l’État, n’a pas été vécu véritablement en tant que tel par la recherche géographique. Si l’institution des géographes en tant qu’experts en développement, et le transfert du point focal de la recherche géographique des instances administratives et militaires vers l’université, constituent un véritable tournant, la continuité du legs colonial est restée manifeste au niveau de l’aliénation de cette recherche aux choix politiques. Cela s’est traduit par par la reproduction de l’incapacité de la recherche géographique à faire prévaloir la logique scientifique sur la logique politique, évolution que d’autres sciences, comme l’économie, ont réussi à accomplir. L’utilitarisme à outrance dans lequel ont versé de nombreux géographes est pour beaucoup dans cette évolution.

Un discours dans l’air du temps

24Les géographes, qui n’ont pas résisté à l’idéal développementaliste en adhérant massivement aux programmes d’aménagement lancés par les pouvoirs publics, se sont retrouvés confrontés au dilemme posé par le discours à adopter vis-à-vis de la pertinence de ces programmes. Cela a donné lieu à un discours conciliant l’innovation et la fidélité à la ligne officielle.

Un discours se voulant innovateur

25Le premier dilemme auquel a été confronté le discours géographique concerne la gestion de l’opposition entre le passé et le présent. Les géographes qui ont accepté de contribuer à l’effort de développement s’accordent à reconnaître qu’« il serait vain et illusoire de vouloir ressusciter le passé si la géographie et l’économie modernes ont décidé de sa mort » (Laghouat, 1983). Cela s’est traduit, souvent, par des positions catégoriques vis-à-vis de certains legs du passé, comme c’est le cas, par exemple, du « pastoralisme d’antan [qui] ne saurait survivre » (Fay et Zitan, 1979). La dichotomie, qui était à la base de l’instrumentation à fond de la théorie dualiste et qui s’est ingéniée à opposer la tradition à la modernité, est de plus en plus nuancée.

26Si les géographes s’accordent sur la nécessité de « repenser l’espace marocain et le réorganiser » (Laghouat, 1983), ils développent un discours qui cherche à se démarquer de la pensée coloniale, mais qui ne remet pas en cause la totalité de son héritage. S’ils rejettent, en partie, les recettes technicistes, notamment celles visant l’extraction des populations à « leur histoire, à leur culture, à leur mode vie… » (Laghouat, 1981), et s’ils ne sont pas restés insensibles à « l’attachement des populations à l’organisation du travail et à la répartition des tâches traditionnelles » (Fay, 1984), ils restent orientés vers l’avenir, mais sans faire toujours l’impasse sur le passé. Un équilibre difficile, voire périlleux.

27Le discours géographique prend, parfois, la posture d’une vision critique très nette vis-à-vis de la politique officielle et notamment en matière de développement. Ce sont d’abord les « stratégies héritées de l’ère coloniale, et jugées ruineuses aujourd’hui par certains de ceux-là même, experts en développement et organismes internationaux bailleurs de fonds, qui les soutenaient au lendemain des indépendances » (Laghouat, 1983) qui servent de support à la critique de la politique officielle. Ce sont également les méthodes qui sont visées, puisqu’« il s’agit de moderniser et d’équiper plutôt que des territoires, des hommes » (Chiche, 1978). Mais c’est aussi tout le projet de développement de la société qui est revu et corrigé par certains géographes qui estiment que ce projet « ne pourrait avoir comme objectif que celui d’assurer sa permanence, de maintenir son autonomie, et de garantir son indépendance » (Laghouat, 1981). « La désaffection constatée n’a plus besoin d’être justifiée » (Troin, 1967).

28En somme, le caractère innovant du discours géographique, malgré la diversité des formes prises, reste fortement marqué par l’âge colonial. Dans ce sens, ce discours est resté très tributaire des concepts et des termes produits par d’autres sciences. Mais pour être de leur temps, les géographes parlent plus volontiers pour le cas du Maroc, du « sous-développement », du « mal développement », ou même du « non développement ». Ce qui n’a pas manqué de se répercuter négativement sur l’efficience même du discours géographique.

Un discours valorisant l’action développementale

29Malgré la montée en puissance de la critique au sein du discours géographique, ce dernier contribue, de différentes manières, à la valorisation de la politique de développement entreprise par les pouvoirs publics.

30Les géographes qui participent à des programmes de développement ont, presque tous, pris l’habitude de procéder à des publications, en fructifiant les connaissances et les données collectées lors de la réalisation des travaux d’expertise. Cette pratique, qui s’assimile à une action d’autovalorisation scientifique et qui est à mettre en rapport avec la consécration du caractère universitaire de la géographie, a permis à la Revue de Géographie du Maroc (dont la publication a été suspendue en 1973, en raison du départ des géographes français qui dirigeaient et exploitaient cette publication depuis l’époque coloniale) de réapparaître en 1977 sous la forme d’une nouvelle série marocanisée essentiellement au niveau de la gestion. Aussi, cette revue a-t-elle reproduit sa vocation coloniale de faire connaître les projets de développement et de mettre en valeur l’action développementale des pouvoirs publics. Lorsque certains géographes soulignent que « les effets économiques du tourisme sont déjà notables » (Laghouat, 1981), et que cette activité « constitue pour le Maroc un véritable renouveau » (Laghouat, 1981), ou mettent en valeur l’étroite liaison entre les progrès de l’agriculture et le développement urbain (Charvet, 1972), et que d’autres forgent de nouveaux qualificatifs comme le « Maroc nouveau » (Laghouat, 1978), pour mettre en évidence l’ampleur des mutations que connaît le pays, ou comme « la Californie du Maroc » pour illustrer la métamorphose de la plaine de Triffa (Charvet, 1972), l’éloge des efforts entrepris est à peine voilé.

31La valorisation de l’action publique, en matière de développement, a pris également d’autres formes. L’intérêt accordé par certains géographes aux questions du développement, dans leurs différentes dimensions, a contribué à donner du ton à la politique publique dans ce domaine. En parcourant les différentes livraisons de la Revue de Géographie du Maroc entre 1960 et 1980, on ne peut que relever la permanence des thématiques relatives au développement économique du pays. Les articles de fond, les comptes-rendus, et les chroniques à caractère économique sont les plus fréquents. Certains géographes ont même versé dans la recherche théorique du développement (Laghouat, 1981), ou se sont posés en défenseurs du modèle de développement suivi par le Maroc. D’autres ont même investi les revues spécialisées en économie comme support pour la production géographique, et ont rejoint des thèses défendues par certains économistes.

32Aussi le discours géographique d’antan, très focalisé sur la réalité marocaine et ses spécificités, a-t-il cédé la place à un discours normatif en termes de développement et intégrateur de son objet dans les canevas développementaux. De même, ce discours, qui est resté dans beaucoup de ses aspects fortement influencé par l’héritage colonial, a trouvé dans l’idéal développementaliste une aubaine pour se refaire une santé. En effet, les programmes d’aménagement de l’espace, qui ont offert une occasion aux géographes pour se faire prévaloir en tant qu’experts, ont par la même occasion permis à la production géographique d’aborder de nouvelles thématiques et, partant, d’enrichir son jargon et de développer un discours dans l’air du temps. Un discours expert ! La géographie, dépréciée par son engagement dans l’aventure coloniale, s’est rachetée en s’impliquant dans les projets de développement.

Conclusion

33Si la géographie coloniale était essentiellement une œuvre de découverte du pays, la géographie postcoloniale s’est affichée comme un acte de redécouverte des espaces à moderniser. La nuance est à faire, mais elle ne dénote aucune discordance par rapport au substrat mis en place à l’âge colonial. Les géographes, par leur implication dans une action d’aménagement se voulant plus rationnelle, plus savante, et moins engagée sur le plan politique que celle de l’époque coloniale, revendiquent beaucoup plus leur aptitude à contribuer à transformer la réalité que leur simple capacité à en rendre compte. Cette évolution qui constitue, au fond, un changement dans la continuité, est accentuée par l’attachement de l’essentiel de la discipline à continuer à être utile pour le pouvoir. Même si les géographes sont de plus en plus nombreux à faire l’ombre du « peuple », ils ne lésinent pas sur les moyens afin de se rendre utiles pour les causes officielles.

34Aussi l’héritage de la géographie coloniale se dresse-t-il au Maroc comme un facteur structurant de la recherche géographique postcoloniale dans sa globalité. Cependant, la métamorphose des géographes-colons en experts en matière de développement qui s’est accompagnée de l’émergence de la première génération de géographes marocains, s’est traduite par une transition en douceur vers une discipline où les soucis académiques et pratiques ont beaucoup servi dans l’atténuation de la coloration coloniale de la recherche géographique. Autrement dit, l’engouement des géographes pour le courant développemental au sein de la géographie a été d’une grande utilité dans l’assimilation de l’héritage colonial, à la fois par les géographes venus d’ailleurs et par les géographes marocains, formés par la dernière génération de géographes de l’ère coloniale.

35En somme, le virage que l’accession à l’indépendance était censée mettre en valeur à travers le lancement d’un certain nombre de chantiers de modernisation du pays ne s’est pas traduit en tant que tel à travers l’évolution enregistrée par la géographie. Cette discipline, qui s’est fortement investie dans l’aventure coloniale, a eu beaucoup de mal à se débarrasser de l’héritage colonial. Le courant développemental qui a offert une occasion pour entreprendre un changement en profondeur a en revanche consacré un grand nombre d’aspects de cet héritage que la géographie traîne toujours au Maroc.

Bibliographie

Bibliographie

Charvet Jean-Paul, 1972, « La plaine des Triffa : étude d’une région en développement », Revue de Géographie du Maroc, no 21, p. 3-29.

Chiche J., 1978, « Réflexions à propos des découpages régionaux du Maroc », Revue de Géographie du Maroc, no 2, p. 149-156.

Fay G., 1970, « Problèmes d’aménagement à Kénitra », Revue de Géographie du Maroc, no 18, p. 47-58.

Fay G., 1984, « Tanghaya : un projet agro-sylvo-pastoral pour le Rif occidental », Revue de Géographie du Maroc, no 8, p. 3-22.

Fay G. et Zitan A., 1979, « Forêt et vie pastorale : un nouveau type d’aménagement dans la partie Nord-Ouest de la Mamora », Revue de Géographie du Maroc, no 3, p. 5-22.

Fosset Robert, 1972, « L’évolution de la propriété en Chaouïa de 1962 à 1969 », Revue de Géographie du Maroc, no 21, p. 105-107.

Laghouat M., 1978, « La situation géoéconomique et l’intégration régionale et urbaine du Nord-Est marocain », Revue de Géographie du Maroc, no 2, p. 65-86.

Laghouat M., 1981, « Quelques éléments de réflexion pour une redéfinition théorique du concept de développement », Revue de Géographie du Maroc, no 5, p. 89-119.

Laghouat M., 1983, « Le rôle des petites villes dans la problématique de développement économique et social d’un pays sous-développé », Revue de Géographie du Maroc, no 7, p. 53-72.

Naciri Mohammed, 1967, « Les expériences de modernisation de l’agriculture au Maroc », Revue de Géographie du Maroc, no 11, p. 102-114.

Riser Jean, 1973, « Le barrage de Mansour Eddahbi et les aménagements agricoles de la vallée du Dra moyen », Revue de Géographie du Maroc, no 23-24, p. 167-177.

Troin Jean-François, 1967, « Aspects géographiques de l’expansion du tourisme au Maroc », Revue de Géographie du Maroc, no 11, p. 39-66.

Troin Jean-François, 1973, « Compte-rendu de la thèse de 3e cycle de G. Fay : recherches sur l’organisation de la vie rurale et sur les conditions de la production dans la basse montagne rifaine », Revue de Géographie du Maroc, no 23-24, p. 186-192.

Auteur

Professeur à l’université Aïn-Chock de Casablanca (Maroc).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540