Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

L’idéal développementaliste au secours de l’héritage géographique de la période coloniale. Le cas du Maroc

Présentation

Odette Louiset

Texte intégral

1Mustapha Chouiki, Professeur de l’enseignement supérieur à l’Université Hassan II-Aïn Chock de Casablanca, y assure la direction de l’UFR d’Urbanisme et Aménagement. Il dirige également le laboratoire Pôle d’Aménagement (POL.AM) et préside l’Union géographique marocaine.

2Les distinctions et prix qui lui ont été décernés rendent compte de la qualité et de la notoriété de ses travaux : prix de la promotion de la recherche à l’Université Hassan II en 1999, distinction de l’ordre de Grand géographe arabe lors de la troisième rencontre des géographes arabes à Ryad en 2003, distinction de Grand géographe par l’Union géographique marocaine en 2008.

3Son expérience de consultant en urbanisme et d’expert en maîtrise d’ouvrage urbaine font de M. Chouiki un enseignant-chercheur attaché à la question de la relation entretenue par la recherche scientifique et le pouvoir politique.

4Sa contribution, « L’idéal développementaliste au secours de l’héritage géographique de la période coloniale. Le cas du Maroc », examine les modalités d’intégration des géographes marocains dans les politiques urbaines de l’État postcolonial. Elle souligne la continuité des options économiques existant entre la gestion coloniale et les aspirations « développementalistes » en s’interrogeant sur la nature des choix opérés par la communauté géographique lors du transfert de pouvoir au nouvel État. M. Chouiki analyse tout particulièrement l’angle saisi par les géographes et les conséquences de ce choix, tant en termes de rapport au pouvoir que de regard sur la société marocaine. Il montre comment plans gouvernementaux et programmes de recherche convergent, orientés par « l’économisme ». Les choix épistémologiques qui en résultent conduisent la géographie marocaine à adopter une posture de « géographie appliquée » dans une stratégie professionnelle aménagiste. La légitimité scientifique paraît dès lors largement recherchée dans la méthodologie quantitative. De ce fait, s’est produite une assimilation originale au Maroc, entre géographie du développement et géographie quantitative. C’est par le truchement de l’analyse statistique et des modèles spatiaux que le regard a été porté sur la société. En dépit du caractère novateur des outils utilisés par les chercheurs, le tableau de la société dressé à l’époque coloniale n’a guère été ébranlé. Il a souligné les déséquilibres spatiaux et le retard accusé par la modernisation.

5Les priorités accordées par l’État au développement rural ont conduit la géographie marocaine à travailler essentiellement sur l’aménagement agricole et c’est plus tardivement, à partir des années 1980, que la discipline s’est véritablement intéressée au champ urbain. C’est également la perspective aménagiste et développementaliste qui a prévalu, faisant apparaître néanmoins des postures épistémologiques plus variées que dans la géographie rurale. Il semble que l’orientation « techniciste » y soit plus tempérée : des recherches sont menées, qui relativisent la portée des modèles urbains « occidentaux ».

6Cette contribution soulève une multitude de questions concernant la construction du savoir géographique postcolonial au Maroc. Quelle est la part de l’héritage colonial et tout particulièrement compte tenu du rôle de la discipline géographique dans l’entreprise coloniale ? Comment les géographes ont-ils pu réviser leur posture face au nouveau pouvoir et aux priorités qu’il imposait ? Quelle nouvelle image de la société, à travers sa relation à l’espace, a été produite par les géographes marocains ? Quelle part « d’utilitarisme » voire d’opportunisme a orienté les directions de recherche ? La contribution de M. Chouiki apporte des réponses en soulignant la complexité des stratégies de la communauté géographique marocaine dont on peut percevoir la diversité interne.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540