Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

« Faire » du développement (durable) au Sud. Production scientifique, construction du discours, déterminants de l’action

« Faire » du développement (durable) au Sud. Production scientifique, construction du discours, déterminants de l’action

Xavier Amelot et Véronique André-Lamat

Texte intégral

Introduction

1Au début des années 1990, s’ouvre la « décennie du développement durable ». Le paradigme du développement durable structure désormais tout autant le discours que les actions. Il s’agit, en réconciliant les sphères de l’économique, de l’écologique et du social, de sortir des logiques descendantes (top/down) et sectorielles qui ont jusque-là le plus souvent organisé les différents projets (de protection des espaces forestiers, d’intensification agricole, de développement de filières de produits par exemple). L’heure est au projet dit « « intégré » (qui s’affirme dès la fin des années 1980) puis « durable » qui doit permettre une meilleure compréhension de phénomènes complexes en mobilisant une approche nécessairement systémique, la construction d’articulations entre échelle globale et locale en s’appuyant sur une plus grande décentralisation (souvent assimilée au slogan « penser global, agir local »). L’objectif est de fonder et de développer de nouvelles formes de gestion, d’instituer de nouvelles solidarités et coopérations, le tout s’appuyant, au moins dans le discours, sur une participation accrue des acteurs locaux aux processus de décisions et aux modalités de l’application, sur la mise en place d’une réelle concertation dès l’amont de la boucle de décision, et finalement sur une co-construction des projets.

2Dans un contexte reconnu par tous ( ?) d’une finitude de l’espace marqué par l’interdépendance, la gestion durable de l’environnement constitue désormais un enjeu planétaire auquel il convient de participer. L’ensemble des principes et textes validés au niveau global vise donc à susciter de nouveaux types de comportements, à créer des outils institutionnels, politiques et législatifs capables de promouvoir et d’assurer la durabilité du développement, à produire de nouvelles pratiques pour « faire » du développement, qui est ou serait ( ?) du développement durable, en particulier dans les pays du Sud ou dits « en développement ».

3Nouvelle rhétorique ou mise en œuvre de nouvelles pratiques ? Au cœur de cette question, et plus globalement de la démarche « développement durable », se trouve la question de la production de la connaissance, censée accompagner et fonder la décision. Quelles ont été et quelles sont aujourd’hui les modalités de production de la connaissance pour fonder l’action ? Relèvent-elles de méthodologies réellement innovantes traduisant des mises en commun de savoirs différents (de l’expert et vernaculaire notamment), qui génèrent ensuite des projets de développement aux objectifs, aux modalités de gestion et d’évaluation co-construits ? Ou bien assiste-t-on simplement à un « nouvel habillage » qui aboutit à produire de « nouveaux » outils, de « nouvelles » manières de « faire » du développement qui traduisent « des cadres normatifs, c’est-à-dire l’expression de volontés et d’engagements à agir dans un cadre particulier, en accord avec une certaine vision du monde » (Aubertin et al., 1996), celle des grandes institutions internationales et des bailleurs de fonds notamment.

  • 1 L’action publique sera entendue ici comme la façon dont une société construit et qualifie des probl (...)

4Nous nous proposons dans cette contribution, à partir de l’analyse concrète d’exemples de projet engagés en République de Guinée (réhabilitation du « château d’eau de l’Afrique de l’Ouest ») et à Madagascar, d’interroger le statut des connaissances et leurs modes de production afin de tenter d’identifier en quoi ils relèvent de pratiques innovantes dans la production d’actions publiques1 ou de simples réadaptations à la marge afin de s’intégrer dans cette nouvelle rhétorique dominante du développement durable.

Faire du développement durable : « penser le changement ou changer le pansement ? »

5Aux côtés de la FAO (Food and Agricultural Organization), acteur historique de l’action en faveur du développement rural au Sud, de nouveaux acteurs internationaux sont venus se positionner fortement sur cette thématique du développement à partir de la fin des années 1980 : le Programme des Nations unies pour le Développement, la Banque mondiale mais aussi des organisations non gouvernementales de protection de la nature ou de développement de plus en plus nombreuses.

6Le Projet régional d’aménagement intégré du massif du Fouta Djalon (PRAIFD) en République de Guinée, vieux projet datant de 1959 et réactivé dans les années 1980, s’inscrit dans cette volonté de traiter de manière globale des problèmes environnementaux et socio-économiques. Suivant la logique prônée par le développement durable d’une réactivation des initiatives locales, l’expérience originale d’une politique de transfert de gestion des ressources naturelles initiée à Madagascar puis son abandon relatif au profit de politiques environnementales plus classiques fournit un autre exemple de la délicate articulation entre connaissances et action publique.

Le PRAIFD : 45 ans d’âge (1959-2004)

7Le PRAIFD constitue un projet d’une grande longévité : 45 ans d’histoire chaotique, pour un projet né en 1959, réactivé au début des années 1980, puis en 2004. Sa durabilité va nous permettre d’engager une analyse sur la permanence ou l’évolution des référentiels qui le fondent. L’hypothèse formulée ici est la suivante : le PRAIFD s’appuie-t-il successivement sur des théories scientifiques et des méthodologies datées et donc supposées évolutives ? Pour vérifier cela nous mobiliserons d’une part une analyse séquentielle du projet, qui permet d’appréhender de manière linéaire la construction d’une action publique, d’autre part une analyse cognitive, approche constructiviste qui donne toute son importance à la contextualité (du projet, donc du référentiel spatial d’application mais aussi des données scientifiques et des savoirs endogènes) et au processus d’apprentissage, d’ajustement, dans la formulation d’une action publique.

8La figure 1 retrace l’histoire du PRAIFD. Dès 1959, les acteurs locaux (agropasteurs peuls) sont considérés à la fois responsables et victimes de la dégradation. Le diagnostic classique du cercle vicieux de la dégradation (André, 2002) est acquis et accepté par tous les acteurs présents (en 1959 comme en 1979-1980). Il produit un discours catastrophiste annonçant et décrivant une crise environnementale majeure aux conséquences socioéconomiques dramatiques : le spectre de la famine est brandi, les pays voisins sont menacés. Il se fonde sur des travaux scientifiques issus de la période coloniale et sur des expertises financées par le CCTA, puis le PNUE. Conformément aux procédures du moment, état des lieux, objectifs et modalités d’intervention sont donc définis par l’extérieur au sens où ils ne résultent pas d’une demande sociale explicite. Il s’agit au final de développer et de faire respecter de nouvelles règles de gestion, rationnelles, de l’environnement.

Figure 1 – Analyse séquentielle du Projet régional d’aménagement intégré du Fouta Djalon

Figure 1 – Analyse séquentielle du Projet régional d’aménagement intégré du Fouta Djalon

Source : Véronique André, 2006, d’après le schéma de Mény et Thoening de 1989.
(1) OUA inscrit la demande dans ses objectifs du Plan d'action à moyen et long terme de lutte contre la sécheresse, la désertification et autres calamités naturelles en Afrique
(2) PNUE inscrit la demande dans son Plan d'action de lutte contre la désertification.
(3) ABN : Autonté du bassin du Niger. OMVG/OMVS : Organisation de mise en valeur du fleuve Gambie/Sénégal
(4) Exemple : bassin versant de Guetoya, bailleur PNUD. maître d'œuvre FAO

Figure 2 – Genèse et reproduction des fondements du PRAIFD (1959-2004)

Figure 2 – Genèse et reproduction des fondements du PRAIFD (1959-2004)

Source : Véronique André, 2006.

9Deux ruptures de nature différente apparaissent dans le processus. La première est conjoncturelle : après 1958, la Guinée rentre dans une phase révolutionnaire, se ferme, le projet s’arrête. La seconde correspond à une défaillance dans la conception, le déroulement du projet : il s’agit de l’absence d’évaluation des résultats, après 10 ans d’intervention. Une absence qui interroge d’autant plus qu’en 2004, une demande est explicitement formulée pour une reconduction du PRAIFD, suivant les mêmes objectifs qu’en 1959. La Guinée et les pays riverains « concernés par la dégradation de plus en plus avancée des écosystèmes naturels du massif du Fouta Djallon se décident à agir ensemble. […]. Cette dégradation « constitue depuis toujours, une préoccupation majeure tant des pays riverains du massif que la communauté internationale » (4e Conférence interministérielle, Conakry, 2004). Une permanence essentielle se dégage : la perception des événements et la définition du problème de la dégradation demeurent inchangées depuis les années 1940.

  • 2 La problématisation n’est pas un donné mais un construit : elle « procède d’une certaine perception (...)
  • 3 Durant la période révolutionnaire (1958-1984), une production de connaissances très limitée et/ou i (...)

10L’analyse cognitive du PRAIFD (figure 2) montre clairement l’absence de toute reproblématisation2 de l’action. Ce qui a été défini par la littérature coloniale – processus comme effets – dans les années 1940-1950 demeure vrai. Aucune avancée scientifique (conceptuelle ou méthodologique) n’aurait donc été susceptible d’amener une relecture, une redéfinition de la dégradation de l’environnement au Fouta Djalon. La production de connaissances3 traitant de cette dégradation est pourtant foisonnante et on peut en distinguer deux grands types.

11Des connaissances « conformes » aux objectifs du projet tout d’abord : une production scientifique coloniale datée dans l’histoire des sciences (et qui portait déjà en elle des éléments de controverse), une production issue de l’expertise développée dans le cadre du PRAIFD – conforme aux attentes des bailleurs et opérateurs, les uns se confondant parfois aux autres –, une production scientifique intégrée au projet, très formatée voire standardisée qui correspond à des mémoires de fins d’études (au plan identique) en agronomie. L’ensemble de cette production confirme, renforce l’idée du cercle vicieux de la dégradation au Fouta, telle qu’elle a été créée dès les années 1940.

  • 4 En tant qu’expert à la FAO pour le PRAIFD, elle produit une littérature grise conforme. Dans sa thè (...)

12Parallèlement, un second type de connaissances s’est développé, qui tend à nuancer ou même à s’inscrire en contre-pied du précédent : ce sont les connaissances « ignorées » par le projet. Il s’agit tout d’abord, de connaissances plus innovantes, produites au sein même du PRAIFD (bassins versants du Bafing/Balé) et qui s’appuient sur les savoirs et les pouvoirs locaux (approche décisionnelle de la gestion des ressources naturelles) : le rapport de capitalisation de 1998 ne mentionne nulle part cette approche décisionnelle, pourtant guide de toutes les réalisations du projet et ignore les rapports produits remettant en cause l’érosion accélérée ou la déforestation intensive. On trouve ensuite des travaux scientifiques (quatre thèses : André, 2002 ; Detraux, 19914 ; Lauga-Sallenave, 1997 ; Pestana, 2003) démontrant l’existence de pratiques paysannes raisonnées (rationnelles), de logiques et de stratégies paysannes de gestion de l’environnement et nuançant fortement un discours sur la dégradation pour le moins daté, réducteur et néo-malthusien. S’ajoutent également les connaissances vernaculaires, les savoirs locaux à « rationalité en finalité » de Max Weber, qui demeurent largement ignorés alors que s’est affirmé le paradigme du développement durable. Enfin, il est surprenant de constater la non-référence à des productions scientifiques reconnues (Boserup, 1965 ; Tiffen et al., 1994 par exemple), certes non spécifiques au Fouta Djalon ou à la Guinée, mais qui participent de l’évolution de la science et proposent des éléments pouvant amener à une relecture de la théorie du cercle vicieux de la dégradation (en tant que système d’idées ouvert). Autant d’éléments qui auraient pu permettre au PRAIFD de s’affranchir d’une approche très conservationniste, de se reconstruire conformément aux objectifs d’une durabilité co-construite et d’une recherche de gouvernance, prônés dans le paradigme du développement durable désormais omniprésent.

Madagascar : de l’expérience des transferts de gestion au retour de la conservation

13À Madagascar, le cadre pourtant normatif du Programme national d’action environnemental (PNAE), initié au début des années 1990, avait permis dans sa seconde phase la mise en œuvre d’une politique originale de transfert de gestion des ressources naturelles à l’échelon local. Inspirée des travaux de recherche sur la gestion patrimoniale des ressources naturelles (Weber, 1995 ; Bertrand et Weber, 1995), la GELOSE (pour GEstion LOcale Sécurisée) a été initiée à la fin des années 1990. Après des débuts laborieux, liés en grande partie à une absence de soutien politique et financier fort, cette politique s’est trouvée progressivement vidée de son contenu et s’est soldée par des résultats bien modestes en regard des actions entreprises dans des secteurs plus traditionnels des politiques publiques environnementales que sont les aires protégées.

  • 5 Lors du congrès mondial des parcs naturels qui s’est tenu à Durban en 2003, le président malgache s (...)

14La mise en œuvre de la loi 96-025 (dite loi GELOSE) relative à la gestion locale des ressources naturelles renouvelables à Madagascar a d’abord été lente à se concrétiser. En effet, si les premiers contrats sont apparus en 1999, fin 2001 moins d’une centaine avaient été signés. Le rythme s’est ensuite accéléré pour atteindre près de 500 signatures effectives à la fin de l’année 2004 (RESOLVE, 2005). Les surfaces concernées sont toutefois bien modestes (environ 300 000 ha) face au projet qui à la même époque prévoit l’extension du réseau d’aires protégées national de plus de 4 millions d’ha en cinq ans5. En outre, contrairement aux objectifs initiaux qui envisageaient une gestion intégrée de l’ensemble des ressources environnementales, plus de 85 % des surfaces transférées ne concernent que la ressource forestière à l’exclusion de toute autre. De la même manière, alors que la loi prévoyait, à l’issue d’un processus de médiation environnementale, une contractualisation de la gestion entre une communauté locale, une collectivité locale et l’État, adossée à une démarche de sécurisation foncière relative des terroirs (SFR), ce dernier volet fut rapidement abandonné dès le début des années 2000 (trop compliqué, trop coûteux à mettre en œuvre et en contradiction avec la politique de sécurisation foncière individuelle prônée par la Banque mondiale). Le rôle de la communauté signataire s’est souvent retrouvé réduit à faire appliquer localement la législation en vigueur (lutte contre les feux de végétation, interdiction de coupe,…), sans mesure d’accompagnement, ne faisant que déplacer le problème dans les zones adjacentes.

15Un décret de 2001 (décret 2001-122 GCF (Gestion Concertée des Forêts)) est venu d’ailleurs confirmer cette tendance en simplifiant la procédure pour les contrats ne portant que sur la ressource forestière. Dispensé de médiation et n’impliquant plus la commune, le contrat GCF n’est établi qu’entre la communauté locale et l’État, sans l’accord de la collectivité locale. Dans une même commune, la GCF a parfois pu être utilisée au profit d’une communauté visant à affirmer ses droits contre une autre, se trouver en contradiction éventuelle avec le plan communal de développement (PCD) et ainsi être à l’origine de conflits territoriaux.

16Dernier avatar de cette évolution, la direction générale des Eaux et Forêts a récemment lancé (en 2006) son propre programme de « sites de gestion forestière durable », les sites KoloAla (SKA), pour les forêts dont elle a la responsabilité. Voyant son rôle se restreindre en matière de gestion forestière et pour rester en phase avec les injonctions internationales prônant la privatisation de la gestion des ressources, la DGEF autorise à travers ces sites l’exploitation forestière par permis ou par contrat, entre l’administration forestière et des communautés de base (CoBa) mais aussi et surtout avec des sociétés ou des opérateurs privés.

17Certes, au final, le bilan de ces politiques de transfert de gestion est décevant. Le principe initial qui visait à garantir les droits d’usage aux communautés locales sur des ressources multiples, dans une perspective de gestion intégrée et décentralisée de l’environnement, apparaît encore loin. L’absence de moyens financiers et de véritable médiation environnementale, les contradictions des discours sur la participation, la non-prise en compte des formes d’organisation sociale et des savoirs locaux ont contribué à la faiblesse des résultats et même parfois à des situations conflictuelles (Blanc-Pamard & Rakoto Ramiarantsoa, 2007). Mais, dès le début des années 2000, avant même que les premières évaluations de la GELOSE aient donné leurs résultats, sous la pression des organisations internationales, c’est une tout autre approche, beaucoup plus traditionnelle, qui revenait au centre de la politique environnementale et bénéficiait d’un large soutien.

18Madagascar s’est engagée fin 2003 dans un vaste programme d’extension de son réseau d’aires protégées (AP) avec pour objectif un triplement de sa surface en cinq ans. Un processus de zonage a été entrepris et les premiers arrêtés de délimitations ont été promulgués dès 2006. Reprenant en des termes quasi inchangés les discours qui avaient présidé à la mise en place des premières aires protégées malgaches en 1927, la justification de ce « retour aux barrières » (Hutton et al., 2005) s’appuie sur des représentations de la nature et des relations sociétés/environnement qui sont celles des grandes ONG de conservation (BINGOs). Produisant leur propre référentiel « scientifique » (hotspot de la conservation, écorégion, etc.), souvent issu du recyclage de clichés (le cercle vicieux de l’érosion) ou de mythes datés (une hypothétique forêt malgache détruite à 80 %), ces organisations fortes du soutien des bailleurs de fonds internationaux et de leur puissance de communication sont désormais en mesure d’imposer leur vision et de dicter en grande partie l’agenda des politiques environnementales dans les pays du Sud.

19Il apparaît que les nouvelles aires protégées malgaches sont essentiellement organisées en fonction des seuls critères biologiques selon une démarche top/down des plus classiques, « scientifiquement » légitimés par un recours massif à l’outil géomatique (SIG et télédétection) au mépris d’autres logiques d’organisation fondées sur les acteurs locaux ou sur la dimension fonctionnelle et évolutive des systèmes sociaux et environnementaux (Amelot et al., 2008 ; Carrière, 2007).

20La démarche en république de Guinée comme à Madagascar est la même. Elle se fonde sur une doctrine d’inspiration néo-malthusienne postulant la pauvreté rurale comme principal facteur de la dégradation de l’environnement et obstacle au développement durable. Le défrichement massif de la forêt tropicale serait imputable à une paysannerie pauvre n’ayant d’autre alternative que de pratiquer une agriculture sur brûlis (plus ou moins itinérante) prédatrice et dévoreuse d’espaces. Un discours déjà existant durant la période coloniale et qui a déjà fondé l’action publique en son temps.

21En outre, si les remèdes préconisés prétendent concilier conservation, rentabilité économique de la filière forestière et satisfaction (durable) des besoins des populations, à l’échelon local et même national, l’approche demeure le plus souvent sectorielle. La traduction locale de ces politiques se manifeste surtout par une volonté d’un contrôle accru des communautés paysannes et pastorales dont on cherche à modifier les pratiques (brûlis toujours considérés comme néfaste, extensivité agricole non rentable et provoquant des dégradations, etc.) par le biais de programmes de lutte contre l’érosion des sols, de projets de reboisement ou d’intensification agricole ainsi que par la mise en place ou l’extension d’aires protégées.

22Dans les faits, cette démarche technocratique et normative ne change pas fondamentalement le fonctionnement qui prévaut depuis la période coloniale. Il s’agit toujours de faire appliquer par une administration nationale un modèle de gestion sectoriel standardisé, une planification décrétée d’en haut fondée sur un arsenal législatif essentiellement répressif et sur de l’expertise technique, qualifiée de « scientifique ».

Interroger le statut des connaissances et leurs modes de production : nouvelles façons de faire (innovations) ou réadaptation à la marge ?

23Au cœur de la problématique de la production et de la mise en œuvre d’un « autre » développement, se pose la question des connaissances et de leur statut. C’est-à-dire qu’il s’agit bien au final de voir en quoi certaines connaissances sont reconnues comme valides et d’autre non, afin de formuler un problème à résoudre et d’en construire le diagnostic, puis les modalités d’action.

Quelles connaissances pour fonder l’action ?

24L’exemple de l’analyse du PRAIFD a permis de faire émerger des connaissances mobilisées, toujours les mêmes, et des connaissances « ignorées ». Les premières, que nous qualifierons de manière apparemment paradoxale, de « rassurantes », produites au sein du système PRAIFD, fondent la permanence d’un diagnostic inchangé pour un même espace, malgré la mise en place de nombreuses actions, censées aboutir à une réhabilitation de l’environnement, à sa protection grâce à la mise en place de nouveaux systèmes agropastoraux plus productifs. Cette permanence, pourrait s’interpréter comme un échec fort de tous les projets engagés et autoriser au moins partiellement une remise en cause du diagnostic. Or, au contraire, elle conforte étonnamment le projet, puisqu’elle justifie en 1980 comme en 2004 sa réactivation. Étonnamment ? Oui et non finalement. Car à bien y regarder, les connaissances choisies pour justifier l’action continuent de répondre au mythe de la recherche de la rationalité, une rationalité presque absolue et a priori, qui est au cœur de l’action publique en environnement en général, du PRAIFD ou de la conservation par les aires protégées à Madagascar en particulier. Finalement, ces connaissances nourrissent un système d’idées, constitué « de concepts associés de façon solidaire dont l’agencement est établi par des liens logiques ou apparemment tels », « autocentriste » qui « tend à refuser, réfuter, rejeter et oublier […] les objections qui le contredisent, les arguments qui ne peuvent entrer dans son organisation ou encore les événements qui ne lui correspondent pas » (Morin, 1998). Il s’agit finalement ici d’une doctrine visant à légitimer (voire autolégitimer) une action publique héritée.

25Dès lors, on comprend mieux pourquoi sont ignorées les « autres » connaissances, qu’elles soient locales, empiriques, scientifiques ou produites au sein même du système projet. Elles sont finalement toutes « hors normes » et donc susceptibles d’introduire de l’incertitude voire de la controverse dans des modalités de production de l’action bien rodées, qui seraient alors menacées en tant que tel, ou simplement à reconstruire, en fonction de référentiels différents et peut-être plus appropriés et appropriables localement.

26Leur non-prise en compte est d’autant plus aisée quand, de plus, toute procédure d’évaluation est omise.

L’absence d’évaluation toujours en œuvre ? Une peur du retour sur expérience ?

27L’absence de tout processus d’évaluation, de retour sur expérience, apparaît comme un facteur majeur de blocage. En évacuant tout risque de remise en cause ou même d’ajustement, rien ne peut venir justifier une quelconque relecture de la doctrine de la dégradation et du cadre normatif de l’action. L’analyse du PRAIFD comme le retour en force des aires protégées à Madagascar nous montrent comment une action publique opère en tant que processus d’interprétation du monde, au cours duquel « une vision du monde va s’imposer, être acceptée puis reconnue comme “vraie” […] parce qu’elle permet aux acteurs (issus du Nord essentiellement) de comprendre les transformations de leur environnement, en leur offrant un ensemble de relations et d’interprétations causales qui leur permet de décoder, décrypter les événements auxquels ils sont confrontés » (Muller et Surel, 1998) : il s’agit bien du rôle de cette connaissance « rassurante », véritable mémoire constamment réactivée, conforme à une représentation de la nature construite au cours d’un processus historique propre au monde occidental. Dès lors, les objectifs et les justifications de l’action publique restent strictement inchangés et ce malgré le développement de différentes théories scientifiques.

28Depuis la fin des années 1970, la sociologie des organisations a montré l’existence d’une rationalité contingente où la rationalité d’un acteur est toujours confrontée (en termes conflictuels ou coopératifs) à celle des autres acteurs : l’acteur est un stratège qui déploie de façon pragmatique sa rationalité limitée dans un contexte contraignant (Crozier et Friedberg, 1977). Dans le même temps, des avancées scientifiques tendent à redéfinir la théorie de la dégradation (Rossi, 2000 ; André, 2006 ; Barbault et Chevassus-au-Louis, 2005) et l’idée de la prise en compte des savoirs endogènes s’affirme (Weber, 1996), renforcée dans les années 1990 par le succès du paradigme du développement durable.

  • 6 « Un certain type de rapport social (idéologique, moral, scientifique, politique) que des intellect (...)

29Le populisme, tel que le définit Olivier de Sardan6 (1995), aurait pu trouver une place dès les années 1980, dans le processus d’élaboration du PRAIFD et participer à sa reconfiguration. Intégrer les représentations culturelles, les savoirs traditionnels des agropasteurs peuls (où le savoir est fortement lié au « faire » et donc localisé, contextualisé), aurait pu permettre une certaine « mise à jour » au sein du projet, des systèmes de représentations, des logiques et des savoirs – à la fois des scientifiques, des bailleurs, des opérateurs et des populations cibles. Mais une telle démarche génère nécessairement, à travers des processus de confrontation et de médiation, de la complexité. Suivant cette perspective, le bilan de la GELOSE n’apparaît pas totalement négatif puisqu’il a permis à la société locale de se structurer et de prendre une part de responsabilité accrue dans les décisions. D’un point de vue environnemental, la GELOSE a permis de réduire localement une pression excessive sur le milieu en favorisant l’adoption de comportements plus respectueux de l’environnement (organisation des prélèvements jugés supportables par le milieu, utilisation plus économe des ressources, amélioration des rendements de carbonisation, reboisements,…) et en sécurisant les usagers de la ressource, identifiée en tant que bien commun, dans la pratique des activités autorisées au titre du contrat. Il s’agit d’un processus long et complexe, peu spectaculaire, qui cadre difficilement avec les échelles et les temporalités des bailleurs et des opérateurs de développement. La gestion de cette complexité nécessite en effet un bien précieux, du temps et ceci est contraire aux objectifs immédiats d’opérationnalité d’un projet qui le plus souvent réduit justement le temps consacré au diagnostic. La lisibilité d’un projet se voit et se mesure à ses réalisations, peu sur la durabilité de ses actions.

30Face à cette nécessité des projets (de leurs bailleurs et de leurs opérateurs) d’exister, l’absence d’évaluation et de « mémoire » de la connaissance contribue au maintien de la doctrine et pose la question de la construction, de l’utilisation, de la réinterprétation voire de la manipulation de la norme et de ses fondements scientifiques.

31Un tel constat interroge fortement. Quelle validité de la connaissance produite, inscrite dans des systèmes institutionnels qui la formalisent et la financent en même temps que l’action ? Quel statut de l’expertise scientifique ? Plus globalement la production scientifique, tronquée de son essence même (incertitude et controverse), peut-elle se transformer un instrument de légitimation de bailleurs de fonds ?

Conclusion – Vers de nouvelles modalités de production de la connaissance : une forme de prise de risque institutionnelle

32Les projets que nous avons analysés montrent l’importance de la définition du problème et du contexte dans lequel sont utilisées notamment les données scientifiques. Les membres du groupe, qui partagent une même théorie, voire une même doctrine et des valeurs similaires, ont pour objectif d’influencer l’action publique dans un sens particulier, afin qu’elle reflète leurs perspectives et leurs valeurs. En ce sens, de nombreux projets mis en œuvre aujourd’hui, même s’ils s’affichent plus novateurs et dans un esprit « développement durable », n’impliquent que peu les acteurs locaux. La concertation censée être au cœur de la démarche est assimilée au mieux à de la participation (« faites ce que le projet dit », souvent via un paysan dit « ressource ») ou à une simple consultation, sans que les acteurs locaux soient réellement impliqués dans la prise de décision. Elle peut aussi prendre la forme d’une conscientisation, qui n’est pas sans rappeler certains aspects du discours « civilisateur » colonial.

33Cela pose la question de la place et de la reconnaissance de chaque acteur, de la production et de la prise en compte de ses connaissances. Mais, au-delà de la simple compréhension des ressorts décisionnels, l’enjeu d’une analyse de la construction des référentiels de l’action publique permet donc de poser la question de la concertation, de l’intégration du citoyen dans la « boucle de la décision », de la confrontation et la conciliation des connaissances, des pratiques et des logiques différentes au sein de projets engagés au Sud mais fortement structurés et coordonnés par le Nord.

34Quelques projets parviennent à émerger, qui affichent leur volonté de co-construire des référentiels et des modes d’action et qui s’appuient sur des méthodologies différentes : réalisations concrètes du projet, critères de suivi-évaluation co-construits avec la mise en place de groupes de travail. Plus globalement, la démarche « observatoire » non spécifique au Sud nous paraît constituer une piste intéressante de réflexion. L’Observatoire de Guinée maritime (OGM) en est un exemple (Beuriot, 2007 ; Leciak, 2006) : les résultats de la première évaluation seront à suivre attentivement, de même que les réorientations potentielles du projet en fonction de ses résultats. Celui des marais atlantiques en France en est un autre (Steyaert, 2001).

35Mais intégrer les représentations culturelles, les savoirs traditionnels, les logiques et les stratégies qui en découlent et qui participent dans certains cas d’une intégration aux réseaux de la mondialisation implique une certaine prise de risque. Le risque inhérent immédiat à toute confrontation développée dans un système complexe : celui de la perte immédiate de temps. Mais un risque qui peut aussi produire (pourquoi ne pas prendre le pari) une durabilité générée par la richesse mais aussi l’efficacité de transferts de connaissances et de production de savoir-faire partagés à l’opérationnalité peut-il être plus durable ?

36Ce serait un risque, mais aussi un gain fort. Celui de s’affranchir enfin de la rupture entre une connaissance commune empirique, non plus assimilée à une connaissance « traditionnelle » et statique, mais évolutive et contingente et la Science, en tant que connaissance universelle et rationnelle

Bibliographie

Bibliographie

Amelot Xavier, Carrière Stéphanie, Moreau Sophie, 2008, Les Justes Territoires de la conservation : la délimitation d’un nouveau réseau d’aires protégées à Madagascar, actes du colloque international Justice et injustice spatiales, Université Paris X, Nanterre, 12-14 mars 2008, 23 p.

André Véronique, 2006, Environnement menacé ou territoire géré ? Le Fouta Djalon (République de Guinée), 2 tomes, thèse de doctorat en géographie, Pessac, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 512 p.

André Véronique, Bidou Jean-Étienne, 2008, « Modèlede l’environnement – Environnement du modèle », in Allard Paul, Fox Dennis et Picon Bernard (dir.), Incertitude et environnement. La fin des certitudes scientifiques, Aix-en-Provence, Edisud, coll. Écologie humaine, p. 193-208.

Aubertin Catherine, Caron Armelle et Vivien Franck-Dominique, 1997, « Convention d’environnement global : le GEF et la notion de “coût incrémental” » in Baré Jean-François (textes réunis et présentés par), Regards interdisciplinaires sur les politiques de développement, Paris, L’Harmattan, p. 255-281.

Bertrand Alain et Weber Jacques, 1995, Vers une politique nationale de gestion locale des ressources à Madagascar/From State to local commons in Madagascar : a national policy for local managements of renewable resources. In Reinventing the commons, Fifth Common property Conference, 24-28 May 1995, Bodo, Norway, IASCP, p. 1-11.

Beuriot Mathilde, 2007, Approche territoriale de la pluriactivité en milieu rural africain. Petits métiers et gros travaux en Guinée Maritime, thèse de doctorat en géographie, Pessac, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Blanc-Pamard Chantal et Rakoto Ramiarantsoa Hervé, 2007, « Normes environnementales, tranferts de gestion et recompositions territoriales en pays betsileo (Madagascar). La gestion contractualisée des forêts », Natures, Sciences, Sociétés, vol. 15, no 3, juillet-septembre, p. 253-268.

Boserup Ester, 1965, The conditions of agricultural growth : the economic agrarian change under population pressure, Londres, G. Allen and Unwin.

Carrière-Buchsenschutz Stéphanie, 2006, « L’urgence d’une confirmation par la science du rôle écologique du corridor forestier de Fianarantsoa », Études Rurales, no 178, Quel développement à Madagascar ?, p. 181-196.

Crozier Michel et Friedberg Erhard, 1977, L’Acteur et le Système, Paris, éditions du Seuil.

Detraux Micheline, 1991, Approche intégrée des systèmes de production et de leur dynamique, un outil pour une politique agricole adaptée aux besoins des régions. Application au Fouta Djallon (République de Guinée Conakry), thèse de doctorat en sciences agronomiques, Gembloux, Faculté de Sciences agronomiques, 404 p.

Lauga-Sallenave Carole, 1997, Le Cercle des haies. Paysage des agroéleveurs peuls du Fouta-Djalon, thèse de doctorat en Géographie, Nanterre, Université de Paris X, 406 p.

Leciak Élisabeth, 2006, De l’espèce au territoire. la gestion locale de la biodiversité en Guinée Maritime, thèse de doctorat en Géographie, Pessac, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3.

Le Prestre Philippe, 2004, Protection de l’environnement et relations internationales. Les défis de l’écopolitique mondiale, Paris, Armand Colin, coll. U, 477 p.

Morin Edgar, 1998, « La nature des idées », Sciences humaines, hors série no 21, juin-juillet, p. 6-10.

Morin Edgar, 1990, Introduction à la pensée complexe, Paris, ESF éditeur, coll. Communication et complexité, 158 p.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, 1995, Anthropologie et développement. Essai en socioanthropologie du changement, Paris, Apad-Karthala, coll. Hommes et sociétés.

Muller Pierre et Surel Yves, 1998, L’Analyse des politiques publiques, Paris, Montchrestien, coll. Clefs, 156 p.

Pestana Gilles, 2003, Mutations sociales et dynamiques des systèmes ruraux au Fouta Djalon (République de Guinée), thèse de doctorat en géographie, Pessac, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 546 p.

RESOLVE-PCP-IRD, 2005, Évaluation et perspectives des transferts de gestion des ressources naturelles dans le cadre du programme environnemental 3, Rapport final de synthèse, CIRAD, FOFIFA, Antananarivo, Université d’Antananarivo.

Rossi Georges, 2000, L’Ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud, Paris, Éditions du CNRS, 248 p.

Steyaert Patrick, 2001, « Associer objectifs environnementaux et pratiques agricoles, les mesures agri-environnementales à l’épreuve du terrain », Revue façSADe, no 9, janvier-mars.

Tiffen Mary, Mortimore Michael et Gichuki Francis, 1994, More People, Less Erosion : Environmental Recovery in Kenya, Chilchester, John Wiley & Sons.

Weber Jacques, 1995, « L’occupation humaine des aires protégées à Madagascar : diagnostic et éléments pour une gestion viable », Natures, Sciences, Sociétés, vol. 3, no 2, p. 157-164.

Weber Jacques, 1996, « Conservation, développement et coordination : peut-on gérer biologiquement le social ? », Colloque panafricain « Gestion communautaire des ressources naturelles renouvelables et développement durable », Harare, 24-27 juin.

Notes

1 L’action publique sera entendue ici comme la façon dont une société construit et qualifie des problèmes collectifs, élabore des réponses, des contenus, de processus pour les traiter. Il s’agit en ce sens d’un système d’interprétation du réel, au sein duquel les différents acteurs publics ou privés peuvent inscrire leur action.

2 La problématisation n’est pas un donné mais un construit : elle « procède d’une certaine perception du problème, elle-même le produit de convictions particulières, quant à la nature de la connaissance et des normes pertinentes » (Le Prestre, 2005) et donc d’une certaine interprétation.

3 Durant la période révolutionnaire (1958-1984), une production de connaissances très limitée et/ou inaccessible.

4 En tant qu’expert à la FAO pour le PRAIFD, elle produit une littérature grise conforme. Dans sa thèse, le diagnostic catastrophiste est fortement nuancé et elle invalide même certains « acquis » comme l’érosion soi-disant généralisée.

5 Lors du congrès mondial des parcs naturels qui s’est tenu à Durban en 2003, le président malgache s’est engagé à faire passer la surface d’aires protégées du pays de 1,7 à 6 millions d’hectares.

6 « Un certain type de rapport social (idéologique, moral, scientifique, politique) que des intellectuels nouent au moins symboliquement avec le “peuple”. Ce rapport peut générer chez ses intellectuels de la connaissance comme de l’action, et parfois les deux simultanément ou alternativement. »

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Analyse séquentielle du Projet régional d’aménagement intégré du Fouta Djalon
Légende Source : Véronique André, 2006, d’après le schéma de Mény et Thoening de 1989.(1) OUA inscrit la demande dans ses objectifs du Plan d'action à moyen et long terme de lutte contre la sécheresse, la désertification et autres calamités naturelles en Afrique(2) PNUE inscrit la demande dans son Plan d'action de lutte contre la désertification.(3) ABN : Autonté du bassin du Niger. OMVG/OMVS : Organisation de mise en valeur du fleuve Gambie/Sénégal(4) Exemple : bassin versant de Guetoya, bailleur PNUD. maître d'œuvre FAO
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 2 – Genèse et reproduction des fondements du PRAIFD (1959-2004)
Légende Source : Véronique André, 2006.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11201/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540