Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

« Faire » du développement (durable) au Sud. Production scientifique, construction du discours, déterminants de l’action

Présentation

José Lazcano

Texte intégral

1Les projets engagés dans le massif du Fouta Djalon (le château d’eau de l’Afrique de l’Ouest), en République de Guinée et dans les forêts de Madagascar servent de cadre de réflexion.

2Le texte présenté par Véronique André-Lamat et Xavier Amelot pose des questions essentielles, concernant les modalités de production de la connaissance scientifique sur le territoire, de son appropriation et de son utilisation par des acteurs très variés, publics, semi-publics et privés.

3Les auteurs s’interrogent sur les hésitations violentes qui frappent les « décideurs », qui ont la responsabilité d’élaborer le programme de développement, pour convaincre les responsables locaux et internationaux, les politiques, les opérateurs, ou bien les bailleurs de fonds.

4La continuité de l’action, dans un temps proche et lointain, est pour eux aussi une condition nécessaire à la bonne démarche de tout processus de développement, à condition que l’on prenne en compte l’avis de l’ensemble des acteurs et en particulier des populations locales (« co-construire des référentiels et des modes d’action »), à condition aussi que les projets subissent des évaluations régulières, allant jusqu’à une reproblématisation des hypothèses de travail et aussi de l’action qui en découle.

5L’intégration du discours du « scientifique », pour « faire du développement », est une autre question clé dans leur propos, c’est-à-dire la façon dont les différents acteurs l’utilisent à des fins partisanes pour les aider à faire aboutir leur démarche sectorielle ou globale dans une perspective d’intégration de l’ensemble des données, naturelles, économiques, sociales et culturelles.

6Par contre leurs propos sont réservés sur certaines questions de base, concernant la nouvelle « alchimie », qui s’avère nécessaire à trouver dans les « pays du Sud » pour générer une nouvelle économie durable et en conséquence une organisation territoriale susceptible de répondre aux besoins des populations actuelles, en améliorant leurs conditions de vie. Restaurer et préserver les principaux équilibres des systèmes locaux sont des gages de permanence et de bien-être des générations futures.

Auteur

Maître de conférences à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540