Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

La géographie au Sud : état des lieux en Côte d’Ivoire

La géographie au Sud : état des lieux en Côte d’Ivoire

Irène Kassi

Texte intégral

Introduction

1Peut-on parler de rupture ou de continuité entre la géographie tropicale et la géographie du développement ? Répondre à cette interrogation n’est pas un exercice facile. À travers ce débat sur l’épistémologie de la géographie nous touchons à un point crucial de notre discipline telle qu’elle est pratiquée dans les espaces extra-occidentaux et notamment africains. Les balbutiements et les hésitations relevés dans les discours des géographes locaux à ce sujet ne sont-ils pas légitimes ? Cette assimilation de la géographie tropicale et de la géographie du développement ou du moins les contours flous de ces concepts, qui font aujourd’hui débat même chez les précurseurs français, tiennent de ce que l’un et l’autre leur furent imposés à la sortie de la colonisation. Formés après l’indépendance, les premiers géographes ivoiriens héritaient de la géographie française ces concepts sans toutefois opérer préalablement un choix fondamental. Peut-être parce les « maîtres » français eux-mêmes ne l’avaient pas fait, les limites entre ces deux concepts n’étant pas étanches. Il y a de multiples articulations entre les deux démarches, mais pas forcément le même objectif.

2S’il est aujourd’hui difficile d’affirmer la domination du courant tropicaliste sur le contexte scientifique local au détriment de celui du développement, il n’en demeure pas moins qu’il l’a tout de même influencé. La filiation avec l’école française à travers ces courants a eu inéluctablement une portée dans les champs de réflexion et les thématiques étudiées en Côte d’Ivoire. Cependant, pouvons-nous parler localement de rupture entre la géographie tropicale et la géographie du développement ? Le débat sur le développement trouve-t-il écho auprès des géographes africains et notamment ivoiriens ? Les articles qui suivent permettront d’apporter un éclairage à ce questionnement.

Géographie tropicale et géographie du développement : rupture ou continuité dans le contexte scientifique local

3La géographie française a joué un rôle pionnier dans la connaissance des ex-colonies françaises et elle continue par son champ de recherche et son questionnement à occuper une place fondamentale dans la recherche sur le développement de ces territoires. À l’aube de la décolonisation, sa contribution sur le « tiers monde » pouvait paraître insuffisante et plus encore en Afrique tropicale que sur les autres continents (Raison, 1993). Les champs d’investigation de la géographie française privilégiaient, comme en attestent les thèses publiées de cette époque, l’Asie des moussons (P. Gourou, 1936, Les Paysages du Delta tonkinois ; Ch. Robequain, Le Thanh Hoa, étude géographique ; J. Delvert, 1961, Le Paysan cambodgien, etc.), le Maghreb, l’Amérique latine (P. Monbeig, 1952, Pionniers et planteurs de Sao Paulo). Il a fallu attendre la seconde moitié de la décennie 1950 pour que, avec J. Cabot, J. Gallais, P. Pélissier, G. Sautter, l’Afrique tropicale à son tour suscite de l’intérêt (Raison, 1993). Cet engouement pour l’Afrique tropicale s’est manifesté à travers la floraison d’institutions et de programmes de recherche pluriannuels (les sociétés d’études françaises et l’ORSTOM).

Géographie coloniale et géographie tropicale : des objectifs différenciés

4Des géographes de terrain vont s’investir dans la production d’une géographie tropicale africaniste « à la française ». Cette géographie visait à mettre l’accent sur les relations entre habitants et territoire colonisé, par l’élaboration et l’exploitation des cartes et des études les plus diverses, en privilégiant l’articulation principale homme et milieu physique (Gourou, 1970). Cette définition de la géographie tropicale se démarque de la géographie coloniale dont l’action était beaucoup plus politique, économique et commerciale. De même, la géographie coloniale ne pouvait être assimilée à la géographie exploratoire, le plus souvent pratiquée par des non-géographes. Ceux-ci occultaient très souvent l’aspect scientifique au profit d’une vision impérialiste visant surtout à découvrir les richesses de l’Afrique et son exploitation. Cependant, les récits des missions sont des textes remarquables aussi bien en tant que récits d’exploration que comme premières sources historiques sur les peuples rencontrés. Ainsi, jusqu’à la fin du xixe siècle, les différentes missions des explorateurs en Afrique ont permis de recueillir de précieux renseignements géographiques et historiques sur les régions visitées.

5En Côte d’Ivoire, selon Gaston Joseph (1944), de nombreuses et très bonnes études portant sur des sujets particuliers ont été publiées. Cependant, elles ont paru dans des journaux, des bulletins ou des revues de Paris, de province et des colonies. Éparses, il est difficile de les retrouver, de les cataloguer et de s’y référer. En revanche, les ouvrages généraux ont été peu nombreux, seuls quelques-uns apportent une contribution d’ensemble. Toutefois, les études portaient sur des sujets spéciaux, tels que les monographies de régions, les dialectes et coutumes ((Maurice Delafosse, 1901, 1904, 1908), les travaux publics d’intérêt général, la végétation (Auguste Chevalier (1909), Bertin (1912-1915), Aubreville (1936), la faune, la chasse, la pêche, le sous-sol, l’état sanitaire (Le Gall, Giordani). Les observations et itinéraires fournis par les explorateurs à l’instar de Binger furent rassemblés comme les morceaux d’un puzzle et ont permis d’élaborer la carte de la colonie (Joseph, 1944). De même, les nombreuses expéditions menées dans l’arrière-pays avant et après l’établissement de la colonie par Treich-Lapleine, Marchand, Binger, Closel et bien d’autres, ont constitué des sources primaires d’informations géographiques et historiques qui ont favorisé l’installation de l’administration coloniale française (Yofoua Gnahou, Coulibaly, Flan et al., 2003). Les comptes rendus de ces missions ont permis en 1903, soit une décennie après l’implantation de la colonie, d’entreprendre de grands travaux, comme la construction des routes, du chemin de fer, du télégraphe et plus tard des écoles régionales, élémentaires et préparatoires. L’analyse de la géographie coloniale et de sa finalité met en évidence l’implantation, la légitimation et l’amélioration de la colonisation.

6À la géographie coloniale va succéder la géographie tropicale à vocation scientifique, théorique et conceptuelle. Même si elle semble être la continuité de la géographie coloniale, à l’inverse, la géographie tropicale, dont les débuts remontent aux années 1930 et l’épanouissement au milieu du xxe siècle, est une géographie d’action qui va au-delà de la simple description. Aussi, l’investissement de la sphère universitaire traduit l’affirmation de la posture scientifique de la géographie tropicale. Des universitaires, à la suite des explorateurs, vont apporter une caution scientifique aux missions de terrain. L’essor de la géographie tropicale, et plus particulièrement africaniste, dans les universités françaises a suscité bien des vocations chez des jeunes chercheurs qui vont faire de ce continent leur terrain de prédilection. Cette production s’est avérée indispensable et constitue des œuvres de connaissance très impressionnantes de ce continent au xxe siècle. Les recherches en Afrique subsaharienne francophone ont permis aux géographes français d’être les témoins des effets positifs et parfois négatifs des projets de mise en valeur des territoires colonisés et ensuite de « développement » après les indépendances.

Une promotion tardive en Côte dIvoire

  • 1 L’AOF comprenait le Sénégal, la Mauritanie, le Soudan français (actuel Mali), la Guinée, la Côte d’ (...)

7Contrairement à la Côte d’Ivoire, le Sénégal a fait très tôt l’objet d’études réalisées par des chercheurs français. Les villes de Saint-Louis et de Dakar, respectivement capitale du gouvernement général de l’Afrique occidentale française (AOF)1 de 1895 à 1902 et de 1902 à 1956, ont fait du Sénégal « la capitale intellectuelle de l’Afrique occidentale ». Ainsi, l’école de géographie de Dakar avait de l’avance sur celles des autres territoires de l’AOF (Bruneau, 2007).

8Quant à la Côte d’Ivoire, elle a suscité tardivement de l’intérêt. Il a fallu attendre le début du xxe siècle et surtout l’indépendance pour que des géographes, comme François Doumenge, Paul Pélissier, Gabriel Rougerie, Gilles Sautter, André Vigarié, Yvette Barbaza, s’investissent dans une étude scientifique du pays, de ses habitants, de son évolution, de ses ressources et de ses productions. Après 1960, des universités furent créées par l’ancienne métropole dans les ex-colonies d’Afrique occidentale à l’instar des autres possessions coloniales d’Afrique du Nord. L’enseignement supérieur en Côte d’Ivoire a ainsi débuté avec le Centre d’études spécialisées créées en 1958, puis par le Centre d’enseignement supérieur d’Abidjan mis en place le 31 juillet 1959 par le Conseil exécutif de la communauté française, réuni à Tananarive (à Madagascar) et officialisé par l’arrêté du 11 septembre 1959. En 1963, le Centre d’enseignement est mué en Université d’Abidjan, décision authentifiée par le décret no 64-42 du 9 janvier 1964. La même année est créé un Centre de géographie tropicale au sein de l’École des Lettres avec comme vocation la formation, la recherche et la diffusion des résultats de la recherche. En 1966, à l’initiative de François Doumenge, ce centre est transformé en institut autonome par décret no 66-373 du 8 septembre 1966 et placé sous l’autorité directe du recteur.

9La création de cet institut a permis la promotion de la géographie en Côte d’Ivoire. Dès le début, les objectifs majeurs furent de faire de la recherche fondamentale et appliquée dans le but de mieux faire connaître le pays et de favoriser son développement. La connaissance approfondie de ce pays passait par une recherche géographique mais également cartographique de qualité. Comme le dit Renauld Santerre (1974), « une excellente cartographie permet de visualiser certains problèmes, qui autrement échapperaient à la perception du sociologue et de l’historien », mais permet aussi de contribuer à la formation des enseignants.

  • 2 Sous la direction de Guy Lasserre ont été soutenues à Bordeaux 3, par un étudiant ivoirien, une thè (...)

10Vont se succéder à la tête de cet institut différents universitaires français dont Yves Monnier (1966), François Doumenge (1967-1970) et Félix Hinschberger (1970-1972). En 1972, les géographes nationaux accèdent à la direction administrative de l’institut tandis que la direction scientifique continue d’être assurée par les géographes français jusqu’à la moitié de la décennie 1980. Tous vont marquer la recherche et l’enseignement géographique en Côte d’Ivoire. Entre 1975 et 1985, Yvette Barbaza a véritablement influencé et orienté la géographie ivoirienne sur le plan théorique et conceptuel (analyse spatiale), méthodologique et pratique (aménagement du territoire). Sous sa direction furent menés quatre travaux de recherche de thèses d’étudiants ivoiriens et plusieurs mémoires de maîtrise et de DEA. En l’absence d’archives, il est quasi impossible de chiffrer avec exactitude le nombre de travaux menés sous la direction des Français. Les statistiques fournies ici sont à prendre avec réserve. Certains, comme Gabriel Rougerie et Jean-Charles Filleron, ont porté plus d’attention à la géographie physique tropicale (pédologie, biogéographie, géomorphologie) qu’ils ont introduite dans la formation locale. La plupart ont mené conjointement l’enseignement et la recherche. Mais il y avait aussi, à l’instar de Max Derruau, ceux qui venaient seulement pour des enseignements. D’autres, comme Guy Lasserre2 (1976, 1977, 1982) et Alain Huetz de Lemps (2001), y effectuaient de nombreuses missions pour des colloques et des jurys de thèses ou accompagnaient sur le terrain de jeunes collègues français en coopération et ivoiriens, qui préparaient sous leur direction leur thèse de doctorat.

11Ainsi, la formation de la géographie, comme ce fut le cas dans toutes les disciplines en Côte d’Ivoire, était du domaine des coopérants français. Le départ de ces coopérants pendant la décennie 1980 ne marque cependant pas la fin de la coopération. Aujourd’hui encore l’influence de l’école française est incontestable. Elle continue d’assurer en partie la formation des jeunes géographes nationaux qui s’y rendent pour des thèses et des stages. Le besoin de se frotter aux savoirs français reste paradoxalement très vivace. Aussi, pour nombre de géographes français, la Côte d’Ivoire demeure un terrain privilégié comme en témoignent les récentes publications de Jean-Charles Filleron : Essai de géographie systématique : les paysages du nord-ouest de la Côte d’Ivoire (thèse de doctorat d’État, 1995) ; « Entre fonctionnement naturel et contraintes socio-économique, l’érosion littorale dans la région d’Abidjan » (in C. Vergnolle-Mainar et B. Desailly (coord.), Environnement et sociétés, territoires, risques, développement, éducation, Scéren-CRDP, 2005).

Carte – La filiation de l’IGT avec les universités françaises

Carte – La filiation de l’IGT avec les universités françaises

12L’Institut de géographie tropicale d’Abidjan (IGT) fut ainsi affilié à diverses universités françaises dont Bordeaux, Paris qui ont joué un rôle particulièrement important dans la création de l’université d’Abidjan, Montpellier, Clermont-Ferrand, Caen et plus récemment Nantes (cf. carte). Il fut aussi affilié au centre de recherches de l’ORSTOM. Toutefois, l’historique de la production géographique rend compte que ce champ d’investigation a peu intéressé les chercheurs ivoiriens. Au regard des thématiques traitées, le qualificatif de « tropical » reste peu pertinent depuis le baptême de l’Institut. C’est une géographie tropicale certes, mais localement la tropicalité importe peu, elle n’est pas un objectif, ce n’est qu’un attribut de la géographie. L’attention portée aux hommes et à leurs sociétés, aux conditions « culturelles » de production des milieux, même si elle est parfois perceptible dans la démarche scientifique locale, ne saurait justifier la pertinence de la notion de tropicalité dans les thématiques étudiées localement. En revanche, la géographie du développement, qui privilégie les conditions économiques générales et les processus de diffusion, a eu beaucoup plus d’intérêt. Les critiques francophones de la géographie tropicale adhèrent au modèle explicatif dominant centre/périphérie mis en œuvre. Ces critiques des années 1960-1970 vont susciter chez les « tropicalistes » français un attachement aux questions de développement.

13C’est tout naturellement que « l’école d’Abidjan » s’est orientée vers le développement. À travers ce paradigme, la géographie va se révéler un outil opératoire au service de l’émancipation des peuples et des territoires. Plus encore, elle est un vivier où ont foisonné de nombreuses études des plus intéressantes mettant en corrélation le développement différencié des territoires voire les disparités régionales et leurs facteurs explicatifs, le développement urbain et rural, les doctrines économiques contemporaines et leurs impacts sur le pays, etc. La géographie tropicale dont on avait fait le champ de prédilection pendant un demi-siècle est ainsi en proie à des remises en cause.

Une géographie vouée à l’enseignement

14Les débats théoriques et conceptuels menés autour de la rupture ou de la continuité supposée entre la géographie coloniale, tropicale et du développement dans les universités françaises ont eu moins d’échos en Côte d’Ivoire. Plusieurs courants ont traversé notre discipline, mais telle que menée localement, la géographie ivoirienne voire africaine semble être à l’écart de ces débats idéologiques. Ceci pour plusieurs raisons qui s’expliquent, entre autres, au plan scientifique par la divergence des centres d’intérêt avec l’Occident, le souci permanent des locaux à s’impliquer davantage dans les programmes de développement et donc à donner un caractère à la discipline géographique beaucoup plus concret et actif que théorique et/ou conceptuel. Ce constat tient aussi de l’absence d’animation scientifique capable d’impulser une dynamique de réflexion sur l’évolution de notre discipline. Ces discussions ont moins intéressé les géographes locaux même s’ils ont également le souci des préoccupations épistémologiques, conceptuelles, théoriques et méthodologiques. Nous sommes dans des pays où la géographie est d’abord action et non une géographie de réflexion comme l’a si bien démontré Hassan Rayaleh dans le cas de Djibouti.

  • 3 Treize thèses ont été ainsi soutenues à l’IGT par des étudiants maliens, burkinabés, togolais, nigé (...)

15En réalité, il y a eu plus d’actions que de débats. Ce choix tourné vers le pragmatisme signifie-t-il que l’école de géographie ivoirienne a atteint sa maturité ? Et pourtant la discipline géographique telle que pratiquée ici a été longtemps vouée à l’enseignement. La recherche qui fut le fondement de la géographie ivoirienne s’est peu à peu enlisée. La volonté politique, après l’indépendance, était d’accorder la priorité à la formation de professeurs pour l’enseignement secondaire et supérieur. Le bilan à ce niveau est plus que satisfaisant. La Côte d’Ivoire est aujourd’hui en mesure de recruter sur place, surtout dans le secteur de l’enseignement secondaire, l’essentiel du personnel enseignant en géographie. Aussi, l’IGT a formé les étudiants étrangers dont certains ont soutenu des thèses de doctorat dans le cadre de la coopération entre l’Université de Cocody-Abidjan et certaines universités étrangères et notamment africaines (Mali, Burkina Faso, Togo, Niger, etc.)3.

16C’est une géographie très scolaire, peu orientée vers la recherche, qui de plus s’avère être un parent pauvre de l’université ivoirienne. Ceci revient à poser le problème fondamental des rapports entre la réflexion et l’action, la théorie et la pratique. C’est une interrogation que se posent très souvent nombre d’universitaires et qui revient de façon insistante chez les géographes et plus particulièrement chez les géographes du Sud. Aujourd’hui, les bouleversements dans le nouvel ordre économique et les disparités grandissantes entre les pays développés et ceux en voie de développement ravivent, même au plan local, le débat sur le paradigme du développement en géographie. Ce débat invite implicitement les géographes locaux à développer la réflexion sur les perspectives épistémologiques de notre discipline en cette époque de bouleversements sociaux, économiques et écologiques, pour ne plus raisonner qu’en termes d’action. La géographie locale ne peut plus renoncer à cet objectif sinon elle est vouée à l’échec.

Les champs dinvestigation de la géographie ivoirienne

17Si la géographie tropicale va au-delà de la simple description pour tenter de rendre compte des articulations homme-milieu (Bruneau, Raison), la géographie du développement est une tout autre étape de cette évolution épistémologique. Elle propose une analyse des rapports économiques et politiques entre pays riches et pays pauvres (Lacoste, Santos). C’est une géographie de réflexion pour l’action permettant d’apporter des réponses aux problèmes que pose le développement. À partir des années 1960, la formation des géographes nationaux s’est effectuée dans le giron de l’émergence du paradigme du développement en géographie. L’essor de ce champ disciplinaire est clairement illustré depuis 1970 dans les thématiques de recherche menées par les géographes nationaux.

La géographie au service du développement

18L’ambition politique après l’indépendance était de favoriser le développement économique national. L’essor économique devait passer nécessairement par la mise en valeur du territoire dans son ensemble. La construction de ce vaste chantier nécessitait la réalisation de grands travaux qui ont mis à contribution nombre de bureaux d’études, de centres et instituts de recherche étrangers mais également nationaux comme l’IGT. Développer un territoire c’est avant tout l’organiser. Partant de là, les géographes vont prendre une part active dans ces programmes de développement. L’apport des géographes aménagistes au processus de développement national est parfaitement en accord avec les évolutions de notre discipline, celle de mettre la géographie au cœur de l’action. Cette contribution répond à une exigence pratique : l’aménagement du territoire et, au-delà, la géographie doivent être au centre de l’organisation de l’espace. Les géographes nationaux, parfois en collaboration avec leurs homologues français, ont été consultés ou directement impliqués dans une cinquantaine de rapports techniques portant sur les programmes de développement. Au titre des résultats obtenus, nous pouvons citer, entre autres :

  • les études d’implantation des complexes sucriers ;

  • l’élaboration de l’Atlas général, l’Atlas aérien et les Atlas régionaux de la Côte d’Ivoire ;

  • les diagnostics d’aménagement des régions AVB et ARSO ;

  • l’étude de la marginalité du Nord-Est ;

  • l’étude des migrations rurales Baoulé ;

  • l’étude des activités maritimes et portuaires en Côte d’Ivoire ;

  • les études diagnostics du PNAE-CI ;

  • le schéma directeur d’aménagement de la région semi-montagneuse de l’Ouest ;

  • les itinéraires touristiques de la région des Lagunes.

19Les géographes ont ainsi accompagné le pouvoir dans son projet de développement. Comme en témoigne la diversité des champs d’action, la géographie n’a pas seulement une vocation académique. « Tout ceci nous situe dans le domaine de la complexité et de la diversité des problématiques, outils conceptuels et théoriques adoptés, et qui montre le mérite de notre pays d’avoir, plus que partout en Afrique occidentale francophone, associé très tôt, la recherche scientifique menée au sein des structures nationales, à l’effort de développement » (Hauhouot, 2002). Cependant, l’affaiblissement de l’État et l’arrêt des grands chantiers d’aménagement territorial ont réduit le champ des géographes. Toutefois, il reste une constante, celle d’axer la recherche sur le développement. C’est ainsi que l’IGT a opté pour la « recherche-développement ».

20L’inventaire des thématiques de recherche menées à partir de 1970 (37 thèses, environ 400 mémoires de maîtrise et 117 mémoires de DEA) appelle plusieurs remarques. Si ces résultats paraissent insuffisants (en quantité) c’est bien parce que la licence est le plus haut diplôme requis pour le concours aux postes d’enseignement. Ce qui explique que très peu d’étudiants achèvent le 2e cycle ou accèdent au 3e cycle. La plupart des études menées appellent une réflexion sur le développement dans laquelle toutes les problématiques sont liées à l’espace. Il était important pour les géographes de mettre l’accent sur le lien homme-espace, car parmi les conditions de l’amélioration des populations se trouve la condition spatiale. Le souci pour les géographes d’être utiles au processus de développement apparaît nettement dans les champs de recherche. Les différents sujets traités illustrent ce constat. La quasi-totalité des thèses et mémoires soutenus à l’IGT, depuis sa création, s’y réfèrent. Les étudiants mis à contribution participent à une géographie des problèmes que pose le développement et surtout son absence pour les populations locales et sur la dynamique territoriale. Ils abordent des thématiques aussi diverses que variées. Les mémoires de maîtrise ont porté très souvent :

  • en géographie urbaine, sur la politique urbaine et l’aménagement du territoire (112 mémoires) ;

  • en géomorphologie, sur la dynamique des sols, la dégradation des ressources physiques, les récessions pluviométriques (74 mémoires) ;

  • en océanographie, sur les activités portuaires, les pêches et aquacultures, les études maritimes, la politique maritime (40 mémoires) ;

  • en population et développement, sur les infrastructures et équipements, la cartographie, l’exode rural, les migrations, le genre (39 mémoires) ;

  • en aménagement rural, sur l’économie rurale, l’économie agricole, l’économie pastorale (46 mémoires) ;

  • en environnement, sur la gestion des ressources naturelles, le profil environnemental, les risques naturels, l’environnement santé (40 mémoires).

21L’objectif des thématiques traitées par les étudiants est de mettre en lumière les disparités entre les régions, d’aborder l’étude des milieux naturels à travers l’inventaire, la description, la cartographie des paysages, leur typologie et la dynamique des jachères ; de relever les multiples dysfonctionnements dans les programmes de développement ; de montrer la dynamique de l’occupation du sol et la dégradation des milieux naturels. Mais au-delà de ces thématiques génériques, qui ont été souvent axées sur l’études des milieux ruraux, la nouvelle génération des géographes nationaux, celle formée à partir de 1990 et parfois dans les universités françaises ou étrangères, s’intéresse à des problématiques plus ou moins d’actualité telles que les études urbaines (les mémoires et les thèses soutenus portant sur les questions urbaines sont les plus nombreux à l’IGT (112 mémoires de maîtrise et environ 16 thèses)). Parmi les changements, l’urbanisation constitue un phénomène majeur à la base de configurations spatiales nouvelles. Tardivement abordée en géographie tropicale, elle suscite un grand intérêt en cette période de bouleversements politique, économique et social. Les villes, simplement décrites dans les années 1960, font l’objet aujourd’hui d’études plus approfondies. Il est de plus en plus question d’études monographiques ou thématiques, abordant des questions diverses touchant les conditions de la vie urbaine, les services publics, la pauvreté, l’analyse de l’impact de la dynamique démographique et spatiale sur le devenir des villes, l’aménagement et la gestion des cadres de vie, les services collectifs et la qualité de vie, les emplois et les activités informelles, etc.

Inventer de nouveaux centres dintérêt

22Pour cette génération il importe que les travaux de recherche soient de plus en plus orientés vers les questions pertinentes du développement. La génération actuelle des géographes locaux est parfaitement intéressée par ces questions puisqu’elles sont inscrites dans la réalité sociale et qu’elles fondent la connaissance scientifique. La prise de conscience que la pensée géographique est un outil pertinent de promotion du développement conduit à approfondir les grandes questions socio-économiques ayant trait au « sous-développement ».

23L’accent est de plus en plus mis sur les problématiques de gouvernance et de développement (régions et régionalisation, décentralisation et développement municipal, planification stratégique et développement local), de femmes et de développement (femmes et agriculture, femmes et commerce, femmes et gestions des ressources naturelles), tout comme sur les questions relatives à l’environnement (dégradation des milieux naturels, profils environnementaux des villes, environnement et santé) et au tourisme, etc. L’approche initiée est fondamentalement géographique, touchant en priorité aux configurations spatiales, aux relations entre sociétés et milieu physique et à la diversité des processus spatiaux de développement.

Conclusion

24Les transformations actuelles du monde contemporain ont mis en évidence les mutations profondes et multiformes des pays « en développement » qui n’échappent pas à la mondialisation. Celle-ci y prend des formes particulières sur lesquelles il faut davantage insister en termes d’opportunités économiques (émergence de nouvelles activités), de contraintes (poids des bailleurs de fonds) ou de reconfigurations géopolitiques. Ces bouleversements imposent à la géographie, dans le sud et en particulier en Afrique, d’inventer des centres d’intérêts nouveaux qui soient en accord avec les évolutions actuelles. Dans cette optique le paradigme du développement en géographie se présente comme un outil opératoire capable de comprendre, d’analyser, de prévenir et de proposer des solutions concrètes à ces bouleversements. Dans ce cas, la question qu’on se pose est de savoir si la géographie devrait précéder, accompagner ou anticiper le développement. Comme la prospective, elle devrait jeter un regard sur le passé pour comprendre aujourd’hui et mieux préparer demain.

25Ce colloque a permis de se rendre compte qu’en Afrique, plus que partout ailleurs, la géographie n’est pas qu’un simple vecteur idéologique ou théorique mais également une géographie appliquée/active en phase avec les évolutions de son temps. Les géographes ivoiriens essayent selon les moyens dont ils disposent d’apporter des réponses aux problèmes que pose le développement en s’impliquant dans les projets et les programmes de développement. Cette démarche jalonne le progrès et fait de la géographie du développement une géographie de diffusion d’un modèle de développement : celui du « monde » occidental. Cela a donné lieu à un débat au cours de ces journées scientifiques sur la nature des solutions à apporter à ces problèmes jusqu’ici fournies par les sciences occidentales. Pour y remédier, comme le stipule Joseph Esoh Elamé, il appartient aux africains eux-mêmes de disposer d’une géographie africaine ou d’en proposer une. Selon lui, la solution géographique viendrait par une approche de la pensée africaine car les critiques portant sur les transferts de modèles ont souvent mis l’accent sur les écarts économiques, politiques, sociaux, culturels entre les pays « émetteurs » et les pays « récepteurs » à l’origine de nombreux échecs. Inventer un modèle de développement est plus que jamais un défi que doivent relever les intellectuels africains. De ce point de vue, la mise en œuvre d’une démarche géographique est susceptible d’apporter une contribution utile face à la complexité des questions que pose le développement.

Bibliographie

Bibliographie

Amin Samir et alii, 2005, Afrique, exclusion programmée ou renaissance, Paris, Maisonneuve et Larose, 301 p.

Cosaert Patrice, 2006, « La géographie des espaces tropicaux et de leur développement face à la mondialisation de l’économie », Cahiers d’Outre-Mer, vol. 59, no 236, octobre-décembre, p. 435-450.

Coulibaly Tiécoura, Flan Bakandé, Yofoua Gnahon Joseph et alii, 2003, Histoiregéographie : cours moyen, ministère de l’Éducation nationale et de la formation de base, Abidjan, CEDA, 207 p.

Gourou Pierre, 1970, L’Afrique, Paris, Hachette, 487 p.

Hauhouot Antoine Asseypo, 2002, Développement, aménagement, régionalisation en Côte d’Ivoire, Abidjan, Éditions universitaires de Côte d’Ivoire, 364 p.

Hugon Philippe, 1993, « Les trois temps de la pensée francophone en économie du développement », in Choquet Catherine, Dollfus Olivier, Le Roy Étienne et Vernières Michel (dir.), État des savoirs sur le développement. Trois décennies de sciences sociales en langue française, Paris, Karthala, p. 43-74.

Joseph Gaston, 1944, Côte d’Ivoire, Fontenay-Aux-Roses, Arthème Fayard, 234 p.

Lacoste Yves, 1965, Géographie du sous-développement, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Magellan, 288 p. (4e édition revue et corrigée, 1981).

Raison Jean-Pierre, 1993, « Trente ans, trois phases de la géographie rurale dans les pays tropicaux », in Choquet Catherine, Dollfus Olivier, Le Roy Étienne et Vernières Michel (dir.), État des savoirs sur le développement. Trois décennies de sciences sociales en langue française, Paris, Karthala, p. 136-159.

Rougerie Gabriel, 1982, La Côte d’Ivoire, Paris, Presses Universitaires de France, Que sais-je ?, 127 p.

Singaravelou (dir.), 1981, Pauvreté et développement dans les pays tropicaux. Hommage à Guy Lasserre, Bordeaux, Centre d’études de géographie tropicale-Centre de recherche d’études tropicales, 585 p.

Université de Cocody, 2004, La Recherche à l’université de Cocody. Une vision globale, Abidjan, Éditions universitaires de Côte d’Ivoire, 167 p.

Université de Cocody, 2004, Thèses de doctorats soutenues à l’université de Cocody de 1966 à 2003, Abidjan, Éditions universitaires de Côte d’Ivoire, 291 p.

Références électroniques

Bruneau Michel, « Pierre Gourou (1900-1999) ». L’Homme, no 153, janvier-mars 2000 [en ligne], mis en ligne le 4 mai 2007. Disponible sur : http://lhomme.revues.org/document1.html. Consulté le 10 février 2008.

Huetzde Lemps Alain, « Guy Lasserre (1920-2001) », Cahiers d’Outre-Mer, no 216, Hommage à Guy Lasserre, octobre-décembre 2001, [en ligne], mis en ligne le 13 février 2008. Disponible sur : http://com.revues.org/document1172.html. Consulté le 1 avril 2008.

Notes

1 L’AOF comprenait le Sénégal, la Mauritanie, le Soudan français (actuel Mali), la Guinée, la Côte d’Ivoire, la Haute-Volta (actuel Burkina Faso) et le Niger.

2 Sous la direction de Guy Lasserre ont été soutenues à Bordeaux 3, par un étudiant ivoirien, une thèse de doctorat 3e cycle en 1980 (Système, géographie et problématique des espaces ethno-culturels ivoiriens : exemple du pays Odzukru) puis une thèse d’état soutenue en 1993 (L’Est de la Côte d’Ivoire, analyse géographique des épaisseurs économiques régionales comparées). Selon leur auteur, bien que ces thèses fussent menées à « l’école bordelaise », elles ne s’inscrivent pas dans le courant tropicaliste.

3 Treize thèses ont été ainsi soutenues à l’IGT par des étudiants maliens, burkinabés, togolais, nigériens, etc.

Table des illustrations

Titre Carte – La filiation de l’IGT avec les universités françaises
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteur

Assistante à l’Institut de géographie tropicale de l’université d’Abidjan-Cocody (Côte d’Ivoire).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540