Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Une géographie au service de quel développement ?

Une géographie au service de quel développement ?

Hassan Rayaleh

Texte intégral

1La République de Djibouti a accédé à l’indépendance en 1977, dix-sept ans après la plupart des autres pays africains. La géographie djiboutienne est donc jeune par rapport à ses consœurs africaines et les premiers géographes ont été essentiellement formés pour les besoins du secteur éducatif. C’est seulement au début des années quatre-vingt-dix que les géographes djiboutiens ont commencé à sortir de l’enseignement pour lequel ils étaient destinés pour intégrer progressivement les services des ministères techniques (urbanisme, tourisme, hydraulique,…). Aujourd’hui, ces derniers sont à la tête d’un certain nombre de départements comme l’habitat et l’urbanisme, le tourisme, la décentralisation, la solidarité,… On peut dire, à juste titre, que la géographie djiboutienne est donc au cœur de l’action à travers les processus décisionnels mis en œuvre dans les différents secteurs cités ci-dessus.

2Par ailleurs, depuis quelques années, la République de Djibouti est entrée dans une phase de croissance économique due à une situation rentière avec les baux des bases françaises et américaines mais aussi grâce à l’arrivée d’importants investissements en provenance des pays arabes du golfe Persique. Ces derniers se portent principalement sur les secteurs du transport, du tourisme et des services. Les mutations économiques et sociales actuellement en cours à Djibouti répondent à une logique de croissance où les préoccupations environnementales et la question de la durabilité du développement ne semblent pas à l’ordre du jour. Dans ce contexte, les géographes djiboutiens ne doivent-ils pas prendre leurs responsabilités pour faire entendre leur voix afin que le développement actuel du pays soit durable en conciliant les impératifs économiques et sociaux avec la préservation de l’environnement ?

3Le propos ici est de montrer qu’à Djibouti la géographie est perçue comme une discipline de l’action qui doit continuer à mettre en avant sa singularité pour pouvoir jouer un rôle important dans le développement du pays dans un contexte de mutations socio-économiques.

Une géographie au cœur de l’action

4Les géographes djiboutiens ont été formés pour la plupart dans les universités françaises durant la fin des années quatre-vingt. Ils sont diplômés de 2e et/ou de 3e cycle avec des spécialisations en urbanisme, en tourisme, en décentralisation, en gestion des ressources en eau et en cartographie. Après leur intégration au début des années quatre-vingt-dix dans les différents services des ministères techniques, ils assurent aujourd’hui la direction d’importantes institutions nationales dans les secteurs de l’urbanisme, du tourisme, de la décentralisation,…

Géographie et habitat

5La gestion de l’habitat à Djibouti est confiée à une institution dont la principale mission est de promouvoir l’accès à la propriété des couches les plus défavorisées de la population à travers la construction de logements sociaux. Cette institution gère actuellement plusieurs cités (Barwaqo, Hodane, Wadajir…) qui regroupent près de 1 500 logements en location vente. D’autres cités en construction vont prochainement augmenter le parc immobilier confié au Fonds de l’Habitat.

6L’institution est dirigée depuis sa création en 2001 par une géographe formée à l’Université de Poitiers qui considère que sa formation joue un rôle important dans la prise de décision notamment dans les orientations de la politique nationale de l’habitat. En effet, lors de l’implantation des nouvelles cités, les questions de leur intégration dans le tissu urbain existant, de la proximité des moyens de transport et de l’existence d’infrastructures de bases (école, dispensaire, marché…) sont des éléments auxquels le géographe est plus sensible et qui se traduisent dans le choix des sites retenus.

Géographie et tourisme

7Le tourisme n’est pas une activité développée à Djibouti mais ces dernières années un certain nombre de promoteurs en provenance des pays du golfe Persique investissent le secteur avec la construction d’infrastructures hôtelières de luxe sur une partie du littoral djiboutien. Pour accompagner l’évolution du secteur, les missions de l’Office national du tourisme de Djibouti (ONTD) ont été élargies. L’Office est désormais chargé de promouvoir le développement du secteur par des mesures d’exonération de taxes et d’impôts sur toutes les activités liées de près ou de loin au tourisme. Il doit veiller également à la protection des sites touristiques du pays.

8La direction de l’ONTD est assurée depuis 1997 par un géographe, issu du milieu de l’enseignement, qui considère que sa formation initiale le prédisposait à assumer des responsabilités dans le domaine du tourisme. Pour ce dernier, le schéma directeur du tourisme à Djibouti est le fruit d’un travail d’équipe mais doit une partie de ses grandes lignes (tourisme de luxe, tourisme solidaire, écotourisme, tourisme durable…) à l’apport de la géographie. En effet, le territoire djiboutien a été considéré comme un ensemble où le développement du tourisme de luxe sur les espaces littoraux devait s’accompagner par une promotion d’un tourisme plus intégré à l’environnement local dans les régions de l’intérieur.

Géographie et décentralisation

9Même s’il est légitime de s’interroger sur l’opportunité de la décentralisation dans un pays de 23 000 km2, les caractéristiques économiques et politiques de la République de Djibouti (concentration des activités économiques et des pouvoirs politiques dans la capitale) plaident pour la mise en œuvre de celle-ci. Après une première phase d’expérimentation, le processus est entré en vigueur en 2006 avec les premières élections des assemblées régionales. Les nouvelles collectivités locales assurent la gestion des infrastructures sociales, culturelles et sportives, les marchés, la voirie et les occupations du domaine public dans les limites de leur circonscription. Elles disposeront de leur propre budget alimenté par une dotation globale de fonctionnement versé par l’État et des taxes transférées aux collectivités.

10Les procédures de transfert de responsabilités entre l’État et les Régions sont actuellement en cours d’élaboration par la direction de la Décentralisation du ministère de l’Intérieur avec à sa tête un géographe formé à l’Université de Toulouse. Pour ce dernier, la décentralisation est un processus de délocalisation géographique des pouvoirs politiques et économiques de l’échelon central vers l’échelon régional. Indépendamment des aspects juridiques, l’apport de la géographie avec le concept d’emboîtement des échelles spatiales est essentiel pour organiser la répartition des compétences entre l’État et les régions.

Géographie et hydraulique

11Située en zone semi-aride, la République de Djibouti est confrontée à un problème de pénurie d’eau aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain où la croissance démographique et urbaine exacerbe les tensions sur la ressource. Le secteur est géré par deux structures : l’Office national des eaux et de l’assainissement de Djibouti (ONEAD) pour les centres urbains et la direction de l’Eau pour le milieu rural.

12En poste au cabinet du ministère de l’Agriculture et de l’Hydraulique de 1998 à 2004, j’ai participé à la mise en place d’un certain nombre de dispositifs de gestion des ressources en eau. Au niveau de la tarification de l’eau en milieu urbain, de nouvelles tranches de facturation ont été créées pour dissuader les gros consommateurs et lutter contre le gaspillage de l’eau dans un contexte de rareté. Des tranches sociales ont également été mises en place ainsi que des mesures de promotion des branchements sociaux pour améliorer l’accès à l’eau des catégories les plus défavorisées de la population.

13Dans le milieu rural, pour pérenniser le fonctionnement des équipements d’alimentation en eau potable dans un contexte de désengagement de l’État, un Fonds national de l’Eau, alimenté par une taxe assise sur les consommations d’eau en milieu urbain, a été mis en place. Les communautés locales, exclues auparavant de la gestion des équipements, ont été structurées et davantage impliquées pour assumer une partie des responsabilités de la gestion des points d’eau ruraux.

14Ces quelques avancées dans le domaine de l’eau constituent la modeste contribution d’un géographe qui a fait appel à la solidarité entre les usagers urbains et ruraux et à une participation accrue des communautés rurales pour améliorer la gestion des ressources en eau.

15Aujourd’hui, les géographes djiboutiens participent chacun dans son domaine de compétence à l’action et donc aux orientations du développement du pays qui est entré depuis quelques années dans une phase de croissance économique.

Le développement économique actuel du pays

16Les événements du 11 septembre 2001 qui ont conforté la position géostratégique du territoire, conjugués avec une politique d’ouverture sur le monde arabe pour attirer les investissements des monarchies du Golfe et une intégration économique régionale, permettent au pays de dégager une croissance économique supérieure à la croissance démographique depuis quelques années.

Une position géostratégique confortée

17Située à l’entrée sud de la mer Rouge, la République de Djibouti contrôle, avec Aden, le détroit de Bab el-Mandeb qui sépare le golfe d’Aden de la mer Rouge, d’une part, et l’Afrique de l’Asie, d’autre part. Avec une telle position géographique, le pays est situé sur l’une des routes maritimes les plus fréquentées au monde. Cette route qui relie l’Europe à l’Asie est également celle par laquelle transitent les matières premières et notamment le pétrole en provenance du Moyen-Orient.

18La position géostratégique du territoire s’est trouvée renforcée depuis les événements du 11 septembre 2001 et la lutte engagée contre le terrorisme à l’échelle mondiale. Une coalition internationale, composée des États-Unis, de la France, de l’Angleterre, de l’Allemagne et de l’Espagne est positionnée en permanence au large en mer Rouge pour sécuriser le passage des navires dans le golfe d’Aden.

19Par ailleurs, depuis son indépendance, le pays abrite une importante base militaire française (près de 3 000 hommes) qui permet à la France de disposer de troupes prépositionnées dans la corne de l’Afrique pour intervenir plus facilement au Moyen-Orient et en Afrique.

20À partir de 2002, les intérêts américains pour le territoire se sont progressivement précisés. Avec les attentats contre leurs ambassades à Nairobi et à Mombasa, l’attaque contre le destroyer USS-Cole à Aden et les possibles redéploiements des terroristes de Al-Qaïda en Somalie, les Américains sont présents en mer dans le cadre de la force militaire de sécurité mais aussi à terre avec une base qui accueille près de 1 000 hommes des forces spéciales et des commandos marine en alerte permanente.

21Sa position géostratégique mise à la disposition de la communauté internationale engagée dans la lutte contre le terrorisme et à l’ex-puissance coloniale dans le cadre des accords de défense permet à la République de Djibouti de bénéficier d’une importante rente financière. La location des bases militaires (30 millions de dollars pour les Américains et 45 millions d’euros pour les Français) représente une part importante du budget de l’État.

Une économie ouverte sur l’extérieur

22Considéré comme le seul pays stable dans une région secouée par les conflits armés et les instabilités politiques, Djibouti a basé sa stratégie de développement sur l’ouverture de son économie sur l’extérieur. En effet, depuis que l’Érythrée et l’Éthiopie ont rompu leurs relations diplomatiques et économiques (1998), Djibouti est devenu le principal port de l’Éthiopie enclavée. Cette situation a eu des incidences directes sur le port, poumon économique du pays. Près de 80 % des importations et des exportations éthiopiennes et la totalité de l’aide alimentaire ont basculé sur le port de Djibouti. Le trafic maritime a enregistré une hausse spectaculaire passant de 1 700 000 tonnes en 1997 à 5 500 000 tonnes en 2002 et à 10 600 000 tonnes en 2007.

23Mais depuis quelques années le port de Djibouti est fortement concurrencé par les autres ports de la région. Aden, géré depuis 1999 par Singapour, est devenu de plus en plus performant avec un terminal à conteneurs comprenant 5 portiques, 800 mètres de quai et 16 mètres de tirant d’eau. Salalah (Oman), développé par le plus grand amateur mondial (Maerk), offre des installations encore plus performantes (14 portiques, 1 200 m de quai et 20 mètres de tirant d’eau…).

24Pour rester dans la course, le port de Djibouti, qui n’avait ni les moyens ni les capacités techniques pour affronter les puissants rivaux régionaux, a cherché à établir un partenariat stratégique avec les Émirats arabes unis (EAU) et notamment avec le Groupe « Dubaï Port Autority ». Ainsi, en 2000, Djibouti a concédé pour une période de vingt ans à « Dubaï Port Autority » la gestion du port et de l’aéroport du pays. Les effets immédiats de cette nouvelle relation se sont fait ressentir sur les activités du port de Djibouti où les opérations de transbordement ont augmenté de plus de 60 % en quelques années. Dans le cadre de cette coopération avec les EAU, un deuxième port en eau profonde est en cours de réalisation. Avec un budget global de 350 millions de dollars, le projet de Doraleh comprend un terminal pétrolier (opérationnel depuis juin 2005), un terminal à conteneurs (prévu pour janvier 2009) et une zone franche commerciale et industrielle (en construction).

25Parallèlement au renforcement de sa position de carrefour sur la route maritime entre l’Europe et l’Asie, le pays a fait appel aux investissements extérieurs.

L’appel aux investisseurs arabes

26Depuis l’arrivée au pouvoir d’un nouveau président (Ismaël Omar Guelleh en 1999), la République de Djibouti a entrepris des réformes structurelles (code d’investissement, code de commerce, code de travail, zones franches…) pour attirer les investisseurs étrangers sur son territoire.

27Profitant des avantages fiscaux offerts, un certain nombre d’entreprises en provenance des pays arabes (Émirats arabes unis, Oman, Yémen, Arabie saoudite,…) et d’Asie se sont installées progressivement dans le pays pour investir dans les secteurs les plus rentables (transport, import-export…). Le tourisme de luxe attire également des groupes émiratis avec la construction d’hôtels sept étoiles sur des terrains conquis sur la mer. De vastes programmes immobiliers (construction de villas et d’appartements de grand standing) à l’image de ceux qui existent à Dubaï sont en cours de réalisation dans la capitale.

28Par ailleurs, d’autres programmes de développement comme l’exploitation de la banquise de sel du lac Assal, la construction de complexes touristiques sur les rives du golfe de Tadjourah et la construction d’un pont suspendu qui relie Djibouti au Yémen à travers la mer Rouge sont en cours d’étude.

29En ouvrant largement le pays aux investisseurs arabes, Djibouti se positionne comme la porte d’entrée de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe.

L’intégration économique régionale

30Depuis que le port de Djibouti capte près de la totalité du trafic éthiopien à l’exportation et à l’importation, le pays renforce son ancrage régional. Les infrastructures portuaires, routières et aéroportuaires sont améliorées pour rester le principal débouché maritime de l’Éthiopie mais aussi pour attirer une partie du commerce des pays enclavés de l’intérieur de continent (Ouganda, Rwanda, Burundi…).

31Pour promouvoir les avantages comparatifs de Djibouti dans la région, le pays a organisé en 2006 le onzième sommet du Comesa (marché commun de l’Afrique orientale et australe) qui regroupe une vingtaine de pays. Cette zone de libre-échange constitue un vaste marché économique de près de 400 millions de personnes dans lequel Djibouti se positionne comme la principale zone de transit régional de biens et de marchandises vers les pays enclavés.

32La stratégie d’ouverture économique, d’encouragement des investissements extérieurs et d’intégration régionale a permis au pays d’avoir une croissance en hausse depuis quelques années (5 % en 2007). Toutefois, les fruits de cette dernière sont inégalement partagés par l’ensemble de la population, d’autant plus que les contraintes environnementales sont pour l’heure peu considérées.

Une croissance sans développement durable

33En dépit de la croissance économique régulière, la République de Djibouti accuse un certain nombre de retards dans les domaines sociaux.

Une pauvreté généralisée

34La République de Djibouti se caractérise actuellement par des indicateurs sociaux en dessous des normes des pays en développement à faible revenu. Avec un PIB/tête estimé à 850 $ et un indicateur de développement durable (IDH) de 0,495, le pays se classe à la 150e place sur un total de 177 pays. La pauvreté extrême et la pauvreté relative touchent respectivement 42,2 % et 74,4 % et de la population.

35Au niveau éducatif, presque un enfant sur deux (54,8 %) n’est pas scolarisé. Près de 46,2 % de personnes âgées de 15 ans et plus sont analphabètes. Le taux d’alphabétisation est de 56,3 % chez les femmes. Il est plus élevé chez les hommes (65,9 %). L’analphabétisme touche beaucoup plus les populations rurales (79,5 %) que les citadins (38,6 %).

36La situation sanitaire est globalement inquiétante compte tenu du manque de qualification du personnel et de l’insuffisance de médicaments essentiels. L’accès aux soins des ménages les plus pauvres et des femmes en particulier est limité et les taux de mortalité maternelle (67 pour 1 000) et infanto-juvénile (94 pour mille) sont assez élevés. Le système de santé est axé sur les soins curatifs, les disparités dans l’accès sont importantes entre la ville de Djibouti et les districts de l’intérieur. Le taux de prévalence moyen du VIH est relativement bas (2,9 %) mais l’épidémie infecte plus les personnes économiquement productives (6 % pour les 15-35 ans).

37La question de l’approvisionnement en eau des populations se pose avec acuité tant dans le milieu urbain que le milieu rural. Le manque d’eau se conjugue avec une irrégularité de la distribution et une mauvaise qualité de l’eau qui constitue un vecteur de maladies diarrhéiques et d’épidémies de choléra. Le problème de l’assainissement et de l’hygiène représente une menace importante à l’environnement et constitue une source d’aggravation de la situation sanitaire.

38Les principaux centres urbains du pays et notamment Djibouti-ville ont connu une expansion rapide de zones d’habitats précaires dont le développement s’est traduit par des difficultés croissantes dans l’accès aux services sociaux de base. De plus, les prix élevés des loyers, les coûts exorbitants des matériaux de construction et de la main d’œuvre exacerbent la précarité des ménages et limitent les possibilités d’accès des pauvres aux logements décents.

39Le taux de chômage est très important (59,5 %) parmi la population active. Ce taux est particulièrement élevé parmi les ménages pauvres (66,5 %) et chez les pauvres extrêmes (72,4 %). La situation des femmes est encore plus dramatique. 68,5 % des femmes actives sont au chômage contre 54,5 % pour les hommes.

Des contraintes environnementales oubliées

40La stratégie économique de la République de Djibouti basée sur la recherche de la croissance fait peser un certain nombre de risques sur l’environnement. En effet, la hausse croissante des activités portuaires engendre une importante pollution. Les installations pétrolières vieillissantes et les fuites des canalisations enfouies sous terre dans l’enceinte du port sont régulièrement à l’origine d’une pollution par les hydrocarbures. Les camions qui acheminent les marchandises à destination ou en provenance de l’Éthiopie transportent parfois des produits dangereux dont le déversement accidentel peut contaminer non seulement les sols mais également la nappe qui alimente la capitale. L’accident survenu en janvier 2002 dans le port illustre bien les risques auxquels les hommes sont quotidiennement exposés.

Une cargaison de quelque 200 tonnes d’arséniate de cuivre chromaté (un produit chimique utilisé dans le traitement du bois et des poteaux télégraphiques) est arrivée de Grande-Bretagne fin janvier, à destination de l’Éthiopie, pour la firme Ethiopian Power Corporation. Cette cargaison, qui commençait à fuir sur le bateau, a été interceptée et stockée dans cinq camions sur le port de Djibouti. L’arséniate de cuivre chromaté est un produit cancérigène et fortement toxique. Il aurait des effets dévastateurs sur les ressources halieutiques s’il se déversait dans la mer et s’il pleuvait. De plus, les ouvriers sur place ont manipulé la substance sans prendre suffisamment de précautions et ont été exposés à des émanations toxiques. Certaines personnes ont été hospitalisées. L’emplacement actuel des véhicules est souillé, et se trouve à 400 mètres d’un dépôt d’aide alimentaire. La substance chimique a été transportée dans des conteneurs en plastique alors que ce sont des conteneurs en acier qu’il faut utiliser pour éviter tout risque de fuite. (La Nation).

41Par ailleurs, la plupart des projets de développement en cours de réalisation dans le pays n’ont fait l’objet d’aucune étude d’impact environnemental. Le futur complexe portuaire de Doraleh est situé sur un site à proximité du golfe de Tadjourah qui est, avec quelques autres sites dans le monde, une des principales zones de reproduction des requins baleines. L’implantation d’activités industrielles dans la zone franche prévue dans le projet de Doraleh et les pollutions engendrées constitueront une menace pour le golfe de Tadjourah avec toutes les conséquences possibles sur la faune et la flore marine.

42Le port sec installé en dehors du port de Djibouti pour désengorger le terminal à conteneurs est implanté dans une zone classée « inondable » dans le schéma directeur et d’aménagement et d’urbanisme. L’oued Ambouli, qui se jette dans la mer à deux kilomètres à l’ouest du port actuel, forme un delta de plusieurs kilomètres de large. Face à la saturation des dépôts du port, les marchandises sont stockées avant leur acheminement par camions en Éthiopie dans une zone située à proximité immédiate du delta de l’oued. Même si les crues de l’oued ne sont pas fréquentes (trois à quatre dans l’année), les risques d’inondation sont réels en raison de la violence des crues.

Une géographie au service de quel développement?

43Le développement économique de la République de Djibouti privilégie la recherche de la croissance en espérant qu’elle puisse avoir ultérieurement des incidences positives sur l’ensemble de la population. Cette conception du développement à laquelle beaucoup d’autres de pays du monde ont adhéré, produit des modèles de société où une minorité de classes sociales bénéficie des retombés de la croissance au détriment du reste de la population délaissé dans une pauvreté extrême. Par ailleurs, le « tout à la croissance », préconisé actuellement à Djibouti, est peu soucieux des contraintes environnementales et fait peser de sérieux doutes quant à sa durabilité.

44Les géographes djiboutiens participent de cette stratégie de développement par leurs actions qui rendent possible la mise en œuvre des orientations économiques. Or, ces derniers, à la différence des économistes qui influencent les choix de la politique économique, devraient se positionner à contre-courant pour attirer l’attention des responsables politiques quant aux risques sociaux, environnementaux et spatiaux de la stratégie de développement du pays. Leur mutisme actuel nous interpelle et soulève des questions sur leur positionnement intellectuel sur le modèle djiboutien de développement.

45Certes, le système politico-social dans lequel évoluent la plupart des géographes qui assument des responsabilités administratives limite leur marge de manœuvre. Nous, les universitaires, avons peut-être plus de moyens d’action grâce à notre indépendance par rapport aux contraintes institutionnelles ? Mais pour l’heure, les géographes universitaires dont nous faisons partie ne semblent pas prêts à se démarquer du discours officiel de politique économique dans un contexte où toute discordance est perçue comme une dissidence politique. Dans ce cas, la force des géographes ne réside-t-elle pas dans leur capacité d’influence à partir de leur position hiérarchique pour proposer aux politiques des modèles alternatifs plus soucieux des contraintes environnementales et des inégalités socio-spatiales ?

46Les géographes djiboutiens assument depuis une quinzaine d’années d’importantes responsabilités dans des secteurs où leur valeur ajoutée se traduit dans les prises de décision. Mais les orientations économiques actuelles du pays qui intègrent peu les dimensions sociales et environnementales du développement appellent à une prise de conscience de leur part de leur responsabilité citoyenne.

47La création en 2008 de l’Agence djiboutienne du développement social (ADDS) et la nomination à sa tête d’un géographe spécialisé dans les programmes sociaux des politiques d’ajustement structurel pourraient être perçues comme un signe du réveil des géographes. Mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions tant que des changements en profondeur dans la stratégie ne sont pas entrepris.

Bibliographie

Bibliographie

Direction de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 2001, Étude de la vulnérabilité et de l’adaptation aux changements climatiques, Djibouti, 194 p.

Direction de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 2005, Plan de gestion intégrée de la zone côtière de Djibouti, Djibouti, 84 p.

Direction de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 2005, Profil côtier de la République de Djibouti, Djibouti, 215 p.

Dubois Colette, 2005, « Un défi pour Djibouti : rester dans la synergie de la mondialisation », Études géopolitiques, no 5, p. 131-151.

Gentili Stève, 2005, « Atouts et perspectives de l’économie djiboutienne », Études Géopolitiques, no 5, p. 115-122.

Kamil Ali Zeinab, 2005, « La zone franche de Djibouti », Études géopolitiques, no 5.

Lavacher G., 2003, Le Port Autonome Internationale de Djibouti (PAID) : Ambitions, obstacles, et enjeux, TER de Master I, Université de Nanterre Paris X, 90 p.

Lavacher G., 2004, Les Privatisations à Djibouti : conséquences spatiales, recompositions sociales et repositionnement des pouvoirs publics, TER de Master II, Université de Nanterre Paris X, 50 p.

Saint-Prot Charles, 2005, « Djibouti au carrefour des nouveaux enjeux stratégiques », Études géopolitiques, no 5, p. 25-39.

Auteur

Géographe et enseignant à l’université de Djibouti (Djibouti).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540