Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Une géographie au service de quel développement ?

Présentation

François Bart

Texte intégral

1Le texte de monsieur Rayaleh présente au moins deux intérêts majeurs dans le cadre d’une réflexion sur le développement dans un pays du Sud. D’abord parce qu’il a été présenté et écrit par cette nouvelle génération de géographes africains, jeunes universitaires souvent formés au Nord, appelée à marquer de son empreinte la réflexion sur la place de la géographie dans le renouvellement de l’analyse du développement. Ensuite parce que, dans ce texte, la géographie est résolument mise « au cœur de l’action » : elle est envisagée, non pas seulement comme une « géographie appliquée », mais comme levier permettant d’accéder à des responsabilités scientifiques, techniques, politiques de décideurs.

2Monsieur Rayaleh est ainsi un jeune universitaire géographe spécialiste des questions hydrauliques ; il fait partie de cette génération de « géographes djiboutiens [qui] participent chacun dans son domaine de compétence à l’action et donc aux orientations du développement du pays qui est entré depuis quelques années dans une phase de croissance économique ».

3Ce texte passe ainsi en revue les différents domaines où de jeunes géographes ont accédé à des postes de responsabilité : habitat, tourisme, agriculture et hydraulique etc. Leur formation, souvent acquise en France, amène immanquablement à poser la question du transfert des modèles de développement ; la conclusion du texte de Hassan Rayaleh apparaît comme une critique d’une conception du développement qui, au nom de l’urgence, fait souvent des choix que l’auteur conteste avec force, celui du « tout à la croissance », « peu soucieux des contraintes environnementales qui font peser des sérieux doutes quant à sa durabilité ».

4Sa conclusion est sans concession : « [Les géographes] devraient se positionner à contre courant pour attirer l’attention des responsables politiques quant aux risques sociaux, environnementaux et spatiaux de la stratégie de développement du pays. Leur mutisme actuel nous interpelle et soulève des questions sur leur positionnement intellectuel sur le modèle djiboutien de développement. »

5On voit ici tout l’enjeu de cette géographie du développement, qui se situe, il faut le souhaiter en tout cas, à un tournant majeur : celui de la mise en œuvre d’une réflexion sur le développement de l’Afrique par des géographes africains en situation d’accès à des pouvoirs de décision.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540