Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Le développement : domestication, civilisation, mondialisation

Le développement : domestication, civilisation, mondialisation

Denis Retaillé

Texte intégral

  • 1 M. Sahlins, 2007, La Découverte du vrai sauvage et autres essais, Paris, Gallimard, p. 34. La formu (...)

1Dans le dernier regroupement de textes proposé par M. Sahlins, une formule sonne clair : « L’histoire peut [donc] obéir à un ordre culturel sans être prescrite par la culture1. » Proposons que la géographie aussi ! Et que l’ordre culturel dominant relève de la sédentarité. L’idée de développement s’y est… développée comme un double synonyme de déploiement et d’accumulation.

  • 2 Philippe Descola, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences hum (...)

2Depuis que la sédentarité impose la terre comme témoin de l’investissement des valeurs anthropologiques, la localisation enracinée est au principe de la géographie. Cela se ressent dès l’enregistrement des faits, surtout ceux qui ressortissent à la description et au classement des formes « extérieures ». Une manière s’est imposée, tirée des images de la Terre et de ce qu’elle porte, traitées avec distance : voici la carte. Toute la géographie est humaine de ce point de vue, exprimant la mesure des hommes et leur inquiétude fondamentale : se localiser dans un rapport d’existence qui assure la sécurité ontologique par la définition d’un intérieur et d’un extérieur, par une limite. La première pourrait être celle qui sépare l’humain du non humain. Ce n’est déjà pas si simple malgré notre croyance commune2.

3Pourtant les mots que nous utilisons portent souvent un double sens qui brouille la sécurité en question : géographie, tout d’abord, qui désigne à la fois la chose et le discours sur la chose dans une ambiguïté presque nécessaire (comme histoire d’ailleurs). Il en va de même avec civilisation et mondialisation, phénomènes sur lesquels je m’arrêterai. Tous concourent à décrire la domestication de la terre (habitat, ressource, support) par les hommes plus ou moins organisés, plus ou moins liés. Le développement est une manière de la penser.

  • 3 J. Gottman, 1952, La Politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin (réédition CTHS, 2 (...)
  • 4 Ces figures, qui ont été publiées dans les Éléments de géographie économique, Paris, M.-Th. Génin, (...)

4Gottmann, dans La Politique des États et leur géographie, affirme que les hommes n’accèdent aux ressources que par « compartiment » ; il voit là une manifestation du principe de cloisonnement3. Ainsi se définirait le cadre de la vie collective par diminution de la distance vers l’intérieur et augmentation vers l’extérieur. Ce qui est une première manière de poser la limite, car, avant le cloisonnement, il y a le mouvement qui est la réduction voire l’annulation de la distance. Ainsi la civilisation passerait-elle d’abord par la sédentarisation, condition d’une domestication de la terre. La culture trouverait son origine dans l’agriculture, le développement dans son extension, son intensification, puis sa libération des contraintes dites naturelles, jusqu’à ce que le plus gros des activités s’en trouvent en majeure part dégagées. Par la civilisation organisatrice de la domestication, la terre devient donc territoire. Nous connaissons bien cette histoire que P. Claval avait résumée dans une succession de croquis qui se concluent par le mouvement4. Paradoxe, avec ce que l’on appelle maintenant « mondialisation », les valeurs anthropologiques dominantes se trouvent prises en défaut puisque le mouvement s’impose et que l’espace du développement n’est plus l’espace de la domestication de la terre et de la civilisation du monde mais celui d’une mobilité générale qui oblige à revoir les principes mêmes de la « géographie » dans son double sens de « donné » et de sémiotisation de ce « donné ». La richesse de l’ancrage devient assignation à résidence ; le vagabondage devient nomadisme branché.

  • 5 Selon la formule de G. Deleuze et F. Guattari, 1980, « Traité de nomadologie : la machine de guerre (...)
  • 6 Il faudra suivre plus bas la proposition de M. Gauchet (2007) portant sur l’avènement de la démocra (...)

5Notre géographie a donc une double histoire, celle d’une discipline collective progressivement imposée qui a permis le contrôle du mouvement vers l’établissement d’un tableau maîtrisé du monde (c’est pourquoi elle est discipline « royale5 », associée au pouvoir), mais aussi celle des états successifs du monde, qui en résultent et sont le plus souvent donnés pour « nature ». Il nous faut éclairer ce jeu pour observer comment le mouvement (la vie ?) a été domestiqué et comment la capture de la connaissance par la science « royale » a permis le développement de la puissance contre le monde (la liberté ?) sous couvert de civilisation. Il nous faut d’autant plus l’observer que le mouvement a continué au point de se montrer continu, dépassant toutes les limites provisoires ou conventionnelles. L’artifice des frontières assurant la sécurité ontologique des sociétés est désormais levé. Il faut faire avec, quoi qu’on en pense. Alors la science « royale » rencontre le besoin de s’ouvrir à une connaissance différente du savoir établi, pour y saisir une intuition, l’idée de la mobilité généralisée, quitte sans doute à l’enfermer pour la discipliner encore. Ce sera la suite de l’histoire du développement (déploiement) maintenant que le monde est bouclé sans qu’aucune clôture politique ne l’enferme pourtant dans une seule identité6.

  • 7 Voir à ce propos A. Bourgeot, 2000, « Sahara : espace géostratégique et enjeux politiques (Niger) » (...)

6Je pense alors au Sahel où j’ai pu observer la mise en œuvre de politiques dites de développement. Il ne pouvait que passer par la sédentarisation, les ranches d’élevage et l’agriculture, si possible irriguée, vers l’autosuffisance alimentaire comme fantasme (jamais l’échelle ne peut en être précisée). La mobilité, sous toutes ses formes, devait disparaître et d’abord le nomadisme signe de primitivité dans la domestication de la ressource terre. À quoi les sociétés locales ont répondu par la subversion, mouvement contre mouvement. La mobilité dans laquelle les valeurs anthropologiques fondamentales sont investies, contrairement à ce que postule l’idée de civilisation, a été retrouvée dans un environnement transformé : le monde mondialisé. Attardé du point de vue de la domestication, remisé aux marges de l’écoumène, ce Sahel a dû traverser toute l’histoire géographique en quelques décennies pour se retrouver connecté à la mobilité générale mais toujours sous la contrainte du contrôle7. Les évaluations, discours, investissements, actions ont amplifié, par le rétrécissement temporel, tout l’implicite géographique contenu dans l’idée de développement. Ce fut une faillite des savoirs.

La domestication de la géographie

  • 8 Voir S. Moscovici, 1968, Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion, coll. Nouvel (...)

7Domestication et humanisation forment le premier couple géographique transformant l’environnement en milieu. La domestication a fait de la terre le monde des ressources8 quand l’humanisation en a fait l’habitat de l’humanité. De ce moment, notre mot géographie a les deux sens. Ce qui n’est pas sans provoquer une ambiguïté majeure présente dès la phrase suivante : La domestication est la condition de possibilité de la civilisation de la géographie ; mais c’est là son intérêt. Il n’est pas de causalité ni même de succession entre les deux. Il ne peut être d’habitat sans ressources ; il n’est pas non plus de ressources accessibles sans définition d’un habitat. Ce pourrait être une première formulation de l’axiomatique admise dans la discipline. La forme de cette relation a cependant beaucoup évolué au long du temps de la géographie (le discours comme le fait). Cette évolution peut être appelée développement.

La géographie passe par la route

  • 9 Brunet Roger et Dollfus Oliver, 1990, Géographie Universelle, t. 1, Mondes nouveaux, Paris/Montpell (...)

8Un instrument guide ce double mouvement : la route générique. Dans l’ordre sédentaire, elle matérialise la forme spatiale de la voie qui va avec voyage mais aussi avec voyou. Il y a du paradoxe dans cette géographie maniaque du découpage et de l’appropriation : elle ne peut résulter que de ce qu’elle rejette. Le paradoxe n’est cependant qu’apparent. C’est une histoire de croisement. Les routes finissent par se croiser à force d’être lancées, et la route qui permet de s’échapper, de s’éloigner, finit par enserrer, mailler, quadriller pour tout dire. R. Brunet s’est amusé à nous le décrire9. Ainsi, la ligne qui projette ou qui joint produit-elle la ligne qui sépare… à une condition : l’investissement du sens dans les croisements (ce que l’on va appeler lieu) plutôt que dans les mouvements, quand ce qui (se) passe n’a de valeur qu’à la condition d’être capté. Notre axiomatique géographique trouve là sa base, fondée sur quelques principes dérivés des idées d’origine (le lieu) et de vecteur (la route). Ancrage et accumulation résultent de l’exploitation du mouvement ; l’origine compte plus que tout et la généalogie suit.

  • 10 Dans leur Géographie structurale, G. Desmarais et G. Ritchott (Paris, L’Harmattan, 2000) différenci (...)
  • 11 Il y a dans La Géographie de l’histoire de J. Brunhes et C. Vallaux (Paris, Alcan, 1921) des lignes (...)
  • 12 Il faudra que je rende compte de cette affirmation.

9Cette route porte à la fois l’étalement, la polarisation et l’organisation. Mais le « remplissage » de la terre comme monde s’opère selon deux modalités qui doivent être distinguées dans notre dévoilement des implicites idéologiques de la géographie sédentaire et « royale ». Selon que la liberté ou la contrainte l’entraînent, l’étalement est évasion ou dispersion, et la polarisation, regroupement ou concentration10. L’organisation qui est le réglage du système des distances est, en son centre, le « lieu » de la puissance, le « lieu » de la transformation du mouvement en nœuds hiérarchisés et en territoires emboîtés. Dans le monde sédentaire, puissance, échelle, étendue font de la route un vecteur de pouvoir11 ; la concentration en est le résultat et la dispersion son négatif. Les exemples sont innombrables dans la géographie de l’histoire, plus fréquents que les regroupements et les évasions qui supposent la liberté12. La domestication, on le comprend, ne concerne pas seulement l’environnement mais aussi l’espace et le jeu sur les distances, cette partie de la sémiosphère appelée « géographie ». Les identités collectives en sont le résultat des premières manipulations. Avec la domestication de la géographie, le territoire paraît, les confins deviennent frontières appuyées sur la limite fondamentale de la nature et de la culture, de l’humain et du non humain, de l’espace sauvage et de l’espace habité.

10Cet héritage qui est à la fois ontologique et épistémologique pose les bases de notre pensée géographique. La définition de la limite comme confins ou frontière importe ; la nature du dépassement de la limite encore plus. Car il ne s’agit pas que de matérialité territoriale, de ressources en terres, mais d’une véritable image du monde.

L’étape du croisement

  • 13 R.-P. Droit, 2007, Généalogie des barbares, Paris, Odile Jacob.
  • 14 P. Gourou, 1973, Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion.
  • 15 C. Grataloup, 1996, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Montpellier, Reclus, coll. (...)

11Le monde s’est rempli et la frontière comme séparation nette s’est imposée en simplifiant les dilemmes antiques du même et de l’autre : le barbare n’est pas le sauvage13. De part et d’autre, les mêmes sont face à face, ce qui est une sorte d’universalisme, la diversité étant ramenée sur un même plan. C’est aussi le succès de l’État qui, quels que soient ses fondements, permet d’entretenir la fiction de la forme unifiée. Le contrôle du mouvement en est toujours la clé ; le mouvement latéral (déplacement) a été transformé en mouvement « sur place », un développement comme accumulation. La Civilisation des civilisations prend alors la puissance pour preuve. C’est au croisement des trajets divers que cette accumulation se produit. On peut se jouer là des échelles pour affirmer qu’à tous les ordres de grandeur, c’est le croisement, l’échange sous toutes ses formes qui est au départ du « développement » par l’invention de nouvelles combinaisons. Dans le registre de la « civilisation », concept par ailleurs décrié, P. Gourou détonne de la géographie du développement d’alors en mettant en évidence les écarts liés à l’ouverture ou à l’isolement14 de grands ensembles géographiques qui évoluent plus par le contact que par la valorisation de leur unique stock « culturel ». C’est à l’échelle la plus micro que l’expérience la plus banale valorise le carrefour, lieu d’investissement en bons dieux (les calvaires), en pompes à essence, et toutes sortes de relais qui méritent qu’on s’y arrête. L’étape du croisement est au départ du centre, lieu de la captation du mouvement. C’est aussi vrai à l’échelle macro15.

La civilisation géographique

12Double sens encore avec civilisation : par la domestication de la terre, la nature a été civilisée, et par la domination d’une méthode, une géographie a été imposée encadrée, ajustée à la fonction de pouvoir, domestiquée elle aussi, dans l’autre sens du mot, non loin d’être asservie. Si l’on veut encore, la civilisation de la géographie (l’exercice du pouvoir sur le savoir) est une sémiotisation au deuxième voire au troisième degré. La carte a discipliné une géographie spontanée, une écriture de la terre résultant de l’accumulation d’une multitude d’actions finissant par inverser le miroir : la terre devient l’image de l’humanité comme elle est organisée dans sa diversité ramenée aux principes de la figure. Nous pouvons en rendre compte par cette structure de la connaissance géographique représentée sur nos cartes donc maîtrisée dans une réalité qui n’en est que la réalisation quand la carte est le territoire.

Schéma 1 – Le paradigme géographique du fixe

Schéma 1 – Le paradigme géographique du fixe

La civilisation de la géographie

13Le tableau des modalités de la connaissance géographique hégémonique présente l’assemblage progressif des lieux en régions-territoires et en espaces depuis les habitudes collectives codées culturellement (cultures de la distance) jusqu’au codage « scientifique », en passant par la mise en ordre savant de l’exploration systématique. La civilisation de la géographie va jusqu’au point de la faire passer pour une philosophie de la connaissance, une philosophie du monde de l’homme. Ces trois niveaux ne constituent cependant pas trois étapes successives mais des activités concourantes qui font que la « géographie spontanée » se retrouve toujours sous la forme d’information voire de problème dans la géographie savante et scientifique et qu’à l’inverse, la construction du savoir n’est pas sans influencer les habitudes sociales puis plus profondément la culture de l’espace.

14Ces strates renvoient plutôt à des types d’opérations intellectuelles et à des formulations qui sont à la fois différenciées et combinées, et que l’on pourrait, en première analyse, classer des plus sommaires aux plus élaborées. Mais la combinatoire des opérations laisse beaucoup de place au mixage. Les intuitions ne sont pas absentes de la science et le raisonnement n’est pas absent de la vie ordinaire, même non formulé. Une discipline aussi liée à l’expérience « vécue » que la géographie ne peut s’extraire tout à fait de toutes les raisons qui guident les choix individuels et collectifs ; ces raisons ne sont pourtant pas des causes (voir Sahlins plus haut) et la tentative d’extraire des déterminismes reste finalement limitée. C’est une contingence qu’impose la liberté pour peu qu’on y croie.

  • 16 E. Christen-Gueissaz, G. Corajoud, M. Fontaine, J.-B. Racine (dir.), 2006, Recherche-action. Proces (...)
  • 17 Ce tableau très simplifié, reprend l’essentiel concentré et transformé d’une entreprise menée penda (...)

15La civilisation géographique, du fait de son inscription dans l’action, même inconsciente16, encadre disciplinairement la pensée de la distance dans une civilisation de la géographie. C’est du moins ce que notre géographie a produit en s’imposant à d’autres, avec la carte comme arme et la sédentarité comme principe premier. Nous n’en sommes donc pas à la « fin de la géographie », du moins tant que ce que j’appelle « géographie spontanée », selon une formule à réviser sans doute, sera au départ de l’organisation de l’espace collectif négocié qui n’est que mouvement17.

1 – Géographie spontanée : le récit de la vie décrite et inventoriée, mis en espace

Objet géographique

Opération géographique

Espace des représentations

Représentation de l’espace

Lieu

Dénomination

Gradient ici, là-bas

Matrice

Paysage

Perception

Espace concret immédiat

Description

Territoire

Délimitation

Espace partagé

Inventaire

Région

Dessin

Projection

Circulation

16C’est le gradient ici/là-bas qui compte le plus dans la géographie spontanée « civilisée ». Il se retrouve dans toutes les formes de l’expression géographique en centre/périphérie, identité/altérité, juste/erroné etc., ce qui n’est pas sans se retrouver dans les autres niveaux de formalisation.

2 – Géographie savante : la monographie et la statistique combinées en cartes

Lieu-paysage

Agrégation

Intérieur

Tableau

Territoire-région

Extension

Extérieur

Mesure

17Intérieur/extérieur reprennent le même principe structural d’organisation qui domine notre héritage intellectuel en matière d’espace. Jusqu’à quelle distance l’intérieur l’emporte-t-il sur l’extérieur ? – Question de limite. Mais quelle forme la limite prend-elle ?

3 – Géographie scientifique formelle : la modélisation

Espace formel

Raisonnement

Loi

Modèle

18Par la multiplication des mesures, la loi s’impose. Ce qui n’était que domestication dans la pratique et dans les mots ou les signes, s’affirme là comme civilisation poussée à son paroxysme. Ce que suggère le double sens du mot loi.

4 – Géographie morale et politique

Espace social

Légitimation

Contrat

Négociation

La civilisation du monde

19Cette civilisation de la géographie en une science royale et disciplinée, ancrée sur son axiomatique sédentaire, encadre la civilisation du monde et le développement de cet ordre principalement basé sur l’État qui devient le lieu de la sécurité ontologique par l’identité collective. L’œuvre civilisatrice des fondateurs et de leurs messagers ou successeurs consiste alors à réunir les deux principes qui régissent l’identité : le lignage verticalement et le voisinage horizontalement. Avec la terre devenue territoire, une sorte de réassurance est acquise par l’investissement symbolique et matériel dans la terre.

  • 18 G. Rist, 1997, Le Développement, histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po

20C’est là que nous pouvons situer colonisation et développement (développement pris ici dans le sens restreint et « historique ») dans un même mouvement lorsque ces mots désignent l’accroissement latéral et l’accumulation de richesse que permet une géographie disciplinée plaçant le monde sur un même plan, celui de la terre en territoires, cloisonnée soit, mais unifiée par la connaissance organisée, puis de plus en plus par le mouvement contrôlé des produits et des hommes. Si du point de vue politique les deux phases ne peuvent être confondues, le mouvement est le même du point de vue géographique. On sait bien comment, dans leur diversité, les doctrines du développement sont toutes établies sur des « croyances occidentales »18. Elles se justifient d’ailleurs du fait de leur convergence avec un impératif moral : la Civilisation, aurait-on dit autrefois, pour parfaire la domestication de la terre là où elle pouvait sembler déficiente ; la démocratie, le développement durable dit-on aujourd’hui pour habiller de neuf la même entreprises. Encore une fois, je ne parle ici que du mouvement géographique encadré par un savoir disciplinaire fournisseur d’images et de systèmes d’interprétation de la réalité mise en ordre.

21La civilisation du monde se confond donc avec l’application de la rationalité géographique (civilisée) à la terre entière, entraînant au passage la diversité des civilisations dans une course à l’exploitation des ressources localisées et placées en marché élargi ou restreint, toujours contrôlé. Si la terre a d’abord été domestiquée en terroirs, elle a ensuite été civilisée en territoires par la maîtrise du mouvement : c’est l’accumulation qui est la base du développement, mouvement maîtrisé et cumulatif plutôt que mouvement libre dispersé considéré comme dispendieux voire prédateur. La géographie du développement y prend l’allure d’une géographie par État, des régions mondiales étant définies par proximité ou par communauté des problèmes géographiques (i.e. de ressources) et parfois, mais moins souvent, par la doctrine. Un modèle, cependant, recouvre le tout malgré la diversité des interprétations, le modèle centre-périphérie qui raconte une histoire et désigne les positions donc la voie la plus générale : l’intégration des périphéries au centre. Le schéma proposé par A. Reynaud et la carte qui lui était associée ont fait le tour de la géographie francophone et ont été souvent repris.

  • 19 P. Gourou, 1982, « Les Géographes et le développement », Cahiers géographiques de Rouen, no 17, p.  (...)
  • 20 S. Brunel (coord.), 1986, Asie-Afrique : greniers vides, greniers pleins, Paris, Economica.

22La contribution de la « discipline » a donc consisté à définir le mieux géographique sur la base de vocations (stade de la domestication) puis sur la base des unités « civilisées » (les États). C’est un idéal conjuguant une évaluation des possibilités locales avec des modèles d’organisation de l’espace et d’exploitation des milieux, le tout en vertu d’une idée commune de ce qu’est le bien pour une société quelle qu’elle soit, et du sens nécessaire des évolutions. Ainsi naissent les « modèles de développement ». Ils sont explicites parfois, implicites souvent, même dans le refus de tout modèle. Je pense bien sûr à P. Gourou et à la géographie tropicale qui conserve son nom en traitant très exactement des mêmes thèmes que la géographie dite du développement19. L’implicite, c’est la production pour un développement par accumulation, avec le productivisme comme credo pour tous ; le « grenier » en est une des figures (le grenier agricole s’entend)20. Le modèle sédentaire s’impose partout, appliqué à toute contrée évaluée avec ses héritages et ses contraintes, en particulier la contrainte démographique. Le mouvement peut même y être promu comme échange, mais sous une forme quadrillée, contrôlée : voir comment l’exode rural a été considéré comme un grand malheur, comment les « marchands » sont suspects vis-à-vis des producteurs, la ville contre la campagne. Nous retrouvons toujours la structure d’une géographie millénaire de l’ancrage contre le mouvement. La géographie du développement est une géographie rurale et agricole d’abord ou, éventuellement, une géographie de l’anomalie urbaine avant de devenir plus récemment une géographie des territoires après un passage par la localisation industrielle. Elle traite comme crise les mouvements migratoires, l’exode rural, la spéculation marchande, la mobilité de manière générale. N’oublions pas que voyage va avec voyou, sans feu ni lieu.

23La géographie, s’emparant du concept de développement, reproduit donc son propre itinéraire intellectuel. Le développement y est assimilé à une intégration, les niveaux du développement renvoyant à une hiérarchie autour des pôles moteurs de l’économie mondiale localisée. La géographie du développement n’est donc qu’une géographie appliquée aux voies de l’intégration, à la maîtrise du mouvement, à l’accumulation. Pour y participer cependant, il faut de la richesse, des ressources, des hommes ou du capital. Cette géographie participe de l’action lorsque, passé dans les savoirs communs, le processus de localisation qu’elle a décrit à travers le temps est au départ de visions du futur. Mais il a fallu l’idée de développement pour que la projection s’y installe, et la modélisation pour l’intégrer dans le corpus disciplinaire. Elle concerne aussi bien les régions sous-développées du monde que les régions développées : notons au passage comment « aménagement du territoire », en France, a laissé la place à « développement des territoires ». Ce passage s’est produit en même temps que la décentralisation prenait effet. Dans le même temps s’éteignait un moment de la géographie, la géographie du développement (en fait géographie du sous-développement) faisant place à l’observation de la mondialisation. Quelle en est la signification ? Centre-périphérie : le modèle transversal perd de sa capacité d’explication globale, il y a partout du centre et de la périphérie, mieux même, la centralité se promène. Il faut revoir la civilisation géographique de fond en comble.

Mondialisation, comme conclusion

24Cette géographie unifiée par sa continuité n’a finalement traité que des « contradictions de l’espace ». « Leur hiérarchie va de la contradiction entre le stable et l’instable dans chaque État (les flux et les stocks, l’éphémère et le durable, le mobile et l’institué, etc.) jusqu’aux stratégies planétaires tendant à remanier l’espace, à utiliser les ressources de tels espaces pour dominer tels autres. Fondé sur l’échange et la valeur d’échange, sur les chaînes d’équivalences, l’État moderne se voit obligé de défendre la nature, l’usage et la valeur d’usage attachés à un territoire » (Lefebvre, 1978, p. 75). C’est le mouvement dialectique qui dans ce sens supporte le développement. Mais l’universalité de l’État, cadre du développement par le contrôle du mouvement, et cadre de la géographie par la constitution d’une « science royale », a produit une première forme de mondialité. L’espace planétaire est celui des possibilités de l’histoire, l’historicité des « deux » géographies y étant supplantée par la mondialité (Lefebvre, 1978, p. 23).

25Développement comprenait une dimension temporelle faisant de la « géographie » un progrès : troisième sens pour le mot. Depuis 20 ans, c’est « mondialisation » qui encadre problématiquement sinon conceptuellement ce mouvement. La mobilité est le phénomène symptomatique le plus couramment relevé : mobilité accélérée des capitaux, des produits, des hommes ; domination du présent et de l’événement. Et notre géographie héritée éprouve quelques difficultés à suivre… le mouvement. Du coup, la mondialisation apparaît comme une crise du développement, traitée comme telle (la délocalisation emblématique) ; elle est moins souvent examinée sous la forme de la mondialité, de niveaux variés et changeants. À défaut d’une théorie de l’espace adaptée à l’inversion qui se produit entre ancrage et mouvement dans la dominance géographique, une rupture se dessine dans l’espace-temps de la « science royale ».

L’espace du temps

26La géographie sédentaire, inscrite au moins dans la longue durée, voire, pour certaines traditions, dans le très long temps géologique du point de vue de l’humain, est calée entre le passé et le futur. Le passé est défini par l’accumulation des héritages de toutes natures (on pourrait placer là les « lois » de l’espace), en tout cas est-il connu et surtout formulé ; le futur est défini par un but. Le présent, à l’articulation des deux, n’est que le moment où se joue le croisement entre déterminisme et liberté à partir duquel le futur est imaginé, prévu, préparé comme développement (ou progrès). Dans une historicité bien rythmée du passé vers le futur par le présent, le développement est inscrit comme une flèche qui est autant spatiale que temporelle, du centre vers la périphérie, l’espace étant ouvert vers l’extérieur comme sur un plan infini. Les confins sont intégrés et toujours repoussés. Le contemporain s’étend, c’est le résultat du développement, le rattrapage des « retards » pour une marche de concert vers la suite jusqu’à la fin de l’histoire. Géographie très hégélienne.

Le temps de l’espace

  • 21 F. Hartog, 2003, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.
  • 22 M. Gauchet, 2007, L’Avènement de la démocratie, 2 vol., Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sc (...)

27La sédentarisation achevée (domestication, civilisation de divers grades) par le bouclage du monde des États et son « institutionnalisation » (la mondialité de l’État), l’avènement de la démocratie et son universalité, au moins rhétorique, a bouleversé le régime d’historicité transformant le futur en vide à combler21 : l’autonomie de l’humanité ouvre un gouffre d’incertitude quand les hétéronomies se sont effacées (Dieu, Nature…)22.

28Il est possible de transposer cette analyse par une formalisation des transformations touchant le régime de la spatialité. Le principal, c’est la contemporanéité qui est la conséquence structurelle de l’instantanéité de l’information, de l’éparpillement de la réception de moins en moins totalement filtrée par des corps collectifs et plaçant de plus en plus chaque individu en responsabilité face au temps du monde. Alors que la géographie avait mis en forme l’espace du temps, le déploiement, le développement de la « civilisation », elle se trouve devoir décrire un autre espace des représentations dans un présent hypertrophié animé d’un mouvement continu. Il est toujours et partout midi ou minuit en même temps du point de vue de la mondialité. Le développement comme il était conçu dans la civilisation géographique n’a plus alors de sens. C’est pourquoi, sans manifestation spectaculaire, le concept a laissé place à celui de mondialisation, bien qu’il soit aussi trop tard pour celui-là. Mondialité serait préférable. Mais ce n’est pas par là que la civilisation de la géographie s’est faufilée pour éviter une révision trop radicale de son axiomatique.

Résistance

  • 23 Voir le numéro spécial de L’Information géographique, octobre 2007.
  • 24 S. Brunel, 2004, Le Développement durable, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?.

29Depuis que la formule existe, elle a été reprise à l’envi : développement durable. Les géographes n’en ont pas été les premiers promoteurs. Ils ont suivi, comme avec développement, un courant de pensée d’abord médiatisé sous la forme d’un slogan. Mais il y a là comme un effet d’aubaine, de quoi recycler un corpus disciplinaire de longue tradition avec vocation, équilibre et pourquoi pas harmonie à la clé23. C’est le retour, dans une nouvelle dimension, de concepts comme milieu et habitat, la domestication devant maintenant porter sur la machine lancée et la civilisation de la géographie développer une autre figure que celle qui avait été fondée sur le dessin de limites quadrillant la surface de la terre et intégrant progressivement les lieux au centre. Le centre est partout désormais, en puissance, et mobile de surcroît, ce qui remet en cause l’efficacité de quelques outils comme l’échelle (elle est continue) et la carte (elle est désorientée). La « science royale » tente donc d’absorber ce qu’elle avait refoulé, confondant slogans, principes d’action et conceptualisation scientifique avec l’expertise comme motivation24.

Nouvelles formes de la limite

30Quel peut être l’apport de la géographie dans cet environnement nouveau ? C’est-à-dire : comment la science royale peut-elle intégrer ce qu’elle avait refoulé : le mouvement qui ne pouvait être qu’un déplacement. En transformant son axiomatique, c’est-à-dire en changeant de culture. Si la mobilité reçoit de plus en plus d’investissements en valeurs anthropologiques et pas seulement matériels, l’espace des représentations est appelé à se modifier profondément. Et avec lui les représentations adaptées de l’espace. Cela commence par la limite.

31Une nouvelle forme de la limite s’impose qui désigne un objet géographique singulièrement problématique. Je propose de l’appeler horizon parce qu’il est fuyant. La mobilité qui est l’état de mouvement, pointe d’abord le lieu qui s’impose sous de nouvelles formes (mobiles), croisements de trajets autour desquels se réorganise sans cesse l’espace des représentations.

Schéma 2 – Le paradigme de l’espace mobile

Schéma 2 – Le paradigme de l’espace mobile
  • 25 Ch.-P. Péguy, 1996, L’Horizontal et le Vertical, Montpellier, Reclus, coll. Géographiques.

32Sans doute avec l’horizon comme limite du monde fini mais non borné25, les limites de la planète changent-elles aussi de forme. L’exploration géographique continue et le principe d’action appelé développement durable devra certainement se trouver approché à travers d’autres mots pour gagner en efficace en évacuant l’oxymore. La clé du problème se trouve, depuis le départ, on le saisit maintenant, du côté du mouvement.

Bibliographie

Bibliographie

Bourgeot André, 2000, « Sahara : espace géostratégique et enjeux politiques (Niger) », Autrepart, no 16, p. 21-48.

Bredeloup Sylvie, Pliez Olivier (éd.), 2005, Autrepart, no 36, Migrations entre les deux rives du Sahara.

Brunel Sylvie, 2004, Le Développement durable, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?.

Brunel Sylvie (coord.), 1986, Asie-Afrique : greniers vides, greniers pleins, Paris, Economica.

Brunet Roger et Dollfus Oliver, 1990, Géographie Universelle, t. 1, Mondes nouveaux, Paris/Montpellier, Belin/Reclus, p. 91-103.

Brunhes Jean et Vallaux Camille, 1921, La Géographie de l’histoire. Géographie de la paix et de la guerre, sur terre et sur mer, Paris, Alcan.

Christen-Gueissaz Éliane, Corajoud Geneviève, Fontaine Michel, Racine Jean-Bernard (dir.), 2006, Recherche-action. Processus d’apprentissage et d’innovation sociale, Paris, L’Harmattan, coll. Recherche-action en pratiques sociales.

Claval Paul, 1976, Éléments de géographie économique, Paris, M.-Th. Génin.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, 1980, « Traité de nomadologie : la machine de guerre », Mille Plateaux, Paris, Éditions de Minuit, p. 434-527.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines.

Desmarais Gaëtan et Ritchott Gilles, 2000, Géographie structurale, Paris, L’Harmattan.

Droit Roger-Pol, 2007, Généalogie des barbares, Paris, Odile Jacob.

Gauchet Marcel, 2007, L’Avènement de la démocratie, 2 vol., Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines.

Gottman Jean, 1952, La Politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin (réédition CTHS, 2006).

Gourou Pierre, 1973, Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion.

Gourou Pierre, 1982, « Les Géographes et le développement », Cahiers géographiques de Rouen, no 17, p. 5-9.

Grataloup Christian, 1996, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Montpellier, Reclus, coll. Espaces modes d’emploi.

Hartog François, 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

Moscovici Serge, 1968, Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion, coll. Nouvelle bibliothèque scientifique.

Péguy Charles-Pierre, 1996, L’Horizontal et le Vertical, Montpellier, Reclus, coll. Géographiques.

Retaillé Denis, 2000, Espaces, territoires, sociétés, Paris, CNED.

Rist Gilbert, 1997, Le Développement, histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

Sahlins Marshall, 2007, La Découverte du vrai sauvage et autres essais, Paris, Gallimard.

L’Information géographique, octobre 2007, Développement durable, vol. 71, no 3.

Notes

1 M. Sahlins, 2007, La Découverte du vrai sauvage et autres essais, Paris, Gallimard, p. 34. La formule est précédée d’une mise en perspective épistémologique : « […] lorsque l’anthropologue déclare qu’un certain événement […] se déploie dans une certaine logique culturelle, il ne tente pas de réintroduire l’espèce disparue du déterminisme culturel […] le fait d’affirmer qu’un certain acte était logique, qu’il faisait sens dans la culture, ne signifie pas que la logique ait déterminé son occurrence, ni que d’autres actes n’aient pu être logiquement adaptés ou socialement investis ».

2 Philippe Descola, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, Bibliothèque des sciences humaines.

3 J. Gottman, 1952, La Politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin (réédition CTHS, 2006).

4 Ces figures, qui ont été publiées dans les Éléments de géographie économique, Paris, M.-Th. Génin, 1976, tracent les profils de l’évolution de l’humanité à travers onze marqueurs comme les productions, la démographie, le passage à la ville, la mobilité enfin.

5 Selon la formule de G. Deleuze et F. Guattari, 1980, « Traité de nomadologie : la machine de guerre », Mille Plateaux, Paris, Éditions de Minuit.

6 Il faudra suivre plus bas la proposition de M. Gauchet (2007) portant sur l’avènement de la démocratie.

7 Voir à ce propos A. Bourgeot, 2000, « Sahara : espace géostratégique et enjeux politiques (Niger) », Autrepart, no 16, Migrations entre les deux rives du Sahara, 2005.

8 Voir S. Moscovici, 1968, Essai sur l’histoire humaine de la nature, Paris, Flammarion, coll. Nouvelle bibliothèque scientifique.

9 Brunet Roger et Dollfus Oliver, 1990, Géographie Universelle, t. 1, Mondes nouveaux, Paris/Montpellier, Belin/Reclus, p. 91-103.

10 Dans leur Géographie structurale, G. Desmarais et G. Ritchott (Paris, L’Harmattan, 2000) différencient les formes du mouvement selon qu’il est « exorégulé » (contraint) ou « endorégulé » (volontaire).

11 Il y a dans La Géographie de l’histoire de J. Brunhes et C. Vallaux (Paris, Alcan, 1921) des lignes à chaud assez stupéfiantes sur le mouvement, la mobilité, la mobilisation, p. 464 et sq.

12 Il faudra que je rende compte de cette affirmation.

13 R.-P. Droit, 2007, Généalogie des barbares, Paris, Odile Jacob.

14 P. Gourou, 1973, Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion.

15 C. Grataloup, 1996, Lieux d’histoire. Essai de géohistoire systématique, Montpellier, Reclus, coll. Espaces modes d’emploi.

16 E. Christen-Gueissaz, G. Corajoud, M. Fontaine, J.-B. Racine (dir.), 2006, Recherche-action. Processus d’apprentissage et d’innovation sociale, Paris, L’Harmattan, coll. Recherche-action en pratiques sociales.

17 Ce tableau très simplifié, reprend l’essentiel concentré et transformé d’une entreprise menée pendant une décennie (1985-1995) et déjà publiée partiellement dans Espaces, territoires, sociétés, Paris, CNED, 2000, après quelques essais menés en compagnie de Maryse Clary dans le cadre de l’INRP ou de l’AFDG.

18 G. Rist, 1997, Le Développement, histoire d’une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

19 P. Gourou, 1982, « Les Géographes et le développement », Cahiers géographiques de Rouen, no 17, p. 5-9.

20 S. Brunel (coord.), 1986, Asie-Afrique : greniers vides, greniers pleins, Paris, Economica.

21 F. Hartog, 2003, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

22 M. Gauchet, 2007, L’Avènement de la démocratie, 2 vol., Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines.

23 Voir le numéro spécial de L’Information géographique, octobre 2007.

24 S. Brunel, 2004, Le Développement durable, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?.

25 Ch.-P. Péguy, 1996, L’Horizontal et le Vertical, Montpellier, Reclus, coll. Géographiques.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 – Le paradigme géographique du fixe
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11151/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Schéma 2 – Le paradigme de l’espace mobile
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/11151/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540