Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Les géographes et le développement

Les géographes et le développement

Paul Claval

Texte intégral

Une géographie qui se détourne de l’économie

1Le monde prend conscience de l’inégal développement dans les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale. Cette situation paraît à ce point intolérable qu’elle conduit à une restructuration profonde des approches pratiquées par les sciences sociales, par la géographie en particulier.

2Celle-ci comportait un versant économique, mais que beaucoup considéraient comme mineur. La vraie recherche se situait ailleurs et portait plus sur l’interprétation des paysages et sur l’explication des cartes de densité que sur la production des richesses. Du rôle d’Émile Levasseur, un des maîtres du renouveau de la discipline après 1870, dont la formation était économique, il ne restait guère qu’une chose : l’habitude d’évoquer d’abord les aptitudes naturelles et les ressources ; on montrait ensuite comment l’agriculture tirait du milieu la nourriture des hommes ; l’industrie venait ensuite, les activités administratives enfin (Claval, 1998, p. 77-79).

3On parlait indifféremment de géographie économique ou de géographie commerciale : l’activité productive n’intéressait alors le géographe que si les récoltes, les minerais ou les articles manufacturés étaient mis sur le marché ; l’autoconsommation familiale ou locale ne le retenait pas. La recherche s’attachait essentiellement aux productions commercialisées et aux circuits qu’elles empruntaient ; elle mentionnait le rôle des grands marchés, ceux de matières premières en particulier (Maurette, 1921). Elle ne se penchait pas sur les revenus distribués et ignorait le versant consommation du circuit.

4Les tenants de la géographie coloniale voyaient dans les possessions que la France avait acquises outre-mer un élément essentiel pour l’économie de notre pays : ne devaient-elles pas lui fournir matières premières et minerais qui lui faisaient défaut ? Marcel Dubois est le créateur de la géographie coloniale française. C’est également lui qui, en collaboration avec Kergomard, rédige le premier manuel de géographie économique de langue française (Dubois et Kergomard, 1898).

5La géographie coloniale est économique et met l’accent sur la contribution de nos possessions aux courants internationaux de matières premières et à l’essor des activités de la métropole. Elle se désintéresse de l’activité des populations indigènes qui ne sont pas employées dans les plantations ou dans les mines mises en place par les hommes d’affaires européens et quelques familles du pays. Elle ne parle pas des productions dont le marché est local : le manioc, les ignames, le maïs, le mil, le sorgho, le riz qui alimentent pourtant l’essentiel des populations.

6Les géographes qui travaillent sur la métropole ont des attitudes différentes : ils s’attachent à la diversité régionale de la France. Chaque pays se caractérise par un genre de vie qui permet à ceux qui l’habitent de tirer de leur milieu ce qui est nécessaire à l’existence, soit directement, dans des systèmes d’autoconsommation, soit à travers la commercialisation de productions qui permet d’acheter ailleurs ce qu’on ne peut pas faire pousser sur place. L’économie vise plutôt à analyser des modes de production et de consommation que la circulation des biens. Les campagnes que la géographie étudie sont frappées par l’exode rural. On pourrait – et on devrait – analyser cette tendance dans une perspective économique. Ce n’est pas l’orientation qui domine alors : c’est en termes moraux que le glissement vers les villes est analysé…

7La géographie tropicale se construit à partir de la fin des années 1930, autour de Pierre Gourou. Elle rompt avec les perspectives mises à la mode par Dubois. Son but n’est plus de mettre au service de la métropole les ressources des pays que la colonisation a pris en main ; il est de comprendre la vie des populations indigènes, de décrire leurs activités et d’expliquer les difficultés auxquelles elles se heurtent. Les secteurs de plantation et de mines lui paraissent comme plaqués sur une réalité plus profonde, plus ancienne, et à laquelle elle s’attache en priorité. La rupture avec les perspectives de la géographie coloniale réduit la part faite à l’économie. Dans des pays où une majorité écrasante de la population est rurale, l’accent est mis sur les cultures de subsistance. Pierre Gourou est très explicite sur ces points (Gourou, 1971, 1982). Le tropicaliste est un ruraliste : les difficultés que rencontrent les économies de ces pays résultent de la faiblesse de leur agriculture et de sa médiocre productivité ; c’est à elle que doit s’attacher celui qui désire aider les populations autochtones. Pourquoi, d’ailleurs, s’attarder sur l’industrie, puisque les problèmes que celle-ci rencontre sont les mêmes dans le monde tropical qu’ailleurs ?

8Les géographes sont conscients de la pauvreté des populations des pays dominés. Ils rompent de plus en plus avec la géographie coloniale. Je me souviens de François Taillefer, critiquant, en 1953, l’attribution à des colons des casiers nouvellement irrigués de Richard Toll, dans la vallée du Sénégal : cette opération relevait pour lui d’une logique d’un autre âge : les nouveaux périmètres auraient dû aider les populations locales à développer leur production et à améliorer leur alimentation. Ce n’est cependant pas des géographes que vient alors la prise de conscience de l’inégal développement.

Les économistes et la découverte de l’inégal développement

La découverte de l’inégal développement : au confluent de la macro-économie et des comptabilités territoriales

9Le problème des cycles que connaissent les activités productives est au cœur de la recherche économique depuis la fin du xixe siècle. La grande crise qui éclate en 1929 et gagne l’ensemble du monde en 1930 et 1931 rend plus urgente encore la recherche de solutions.

10Depuis le milieu du xixe siècle, la plupart des travaux avaient porté sur l’économie de l’entreprise et le fonctionnement des marchés. L’habitude d’interroger les économies nationales, qui avait dominé d’Adam Smith à Ricardo et à Marx, s’était perdue. Quel est le problème au début des années 1930 ? Les grands pays industrialisés sont incapables de générer les revenus nécessaires à l’acquisition des biens que leurs entreprises mettent sur le marché : ce n’est pas un problème sectoriel. John Maynard Keynes renoue donc avec la macro-économie (Keynes, 1936). La crise vient d’une insuffisance de la demande. L’investissement crée des richesses, mais ne génère pas automatiquement les revenus nécessaires à leur acquisition. L’État doit agir sur l’investissement et sur l’épargne pour modifier cette situation. L’application de la théorie keynésienne aux problèmes de la croissance se réalise à la veille de la Seconde Guerre mondiale, et durant celle-ci (Harrod, 1939 ; Domar, 1957).

11Pour mettre en œuvre ces idées, il faut mesurer les flux qui circulent dans les économies nationales. La recherche a commencé, en ce domaine, dès les années 1920. Elle a été stimulée par le passage à l’Ouest d’un certain nombre d’experts russes employés par les services de planification (le plus célèbre est Wassily W. Leontief) : ils savaient élaborer des comptabilités-matières décrivant la production soviétique. Passés à l’Ouest, ils se convertissent à l’idée de comptabilités-monnaie. Ils apprennent à évaluer la production nationale et à mesurer les revenus, l’épargne et l’investissement. La comptabilité territoriale progresse rapidement. Ses travaux sont suffisamment avancés pour un pilotage efficace des économies alliées au cours de la Seconde Guerre mondiale : sans avoir recours à une planification centralisée, les Britanniques et les Américains parviennent à mieux mobiliser leurs ressources que ne le font les Allemands ou les Soviétiques.

12L’idée que chaque État doit élaborer une comptabilité nationale s’impose : grâce aux experts rassemblés autour de de Gaulle, la France se lance dans l’aventure dès la Libération. Les Nations unies, qui continuent à travailler à Genève, participent au mouvement. Leurs experts appliquent les nouvelles méthodes à tous les pays (sur l’Europe danubienne et balkanique, Rosenstein-Rodan, 1943). On savait que les populations de la plupart des colonies, comme celles des pays restés indépendants en Afrique ou en Asie, étaient pauvres. Autre chose est de dire que leur sort est peu enviable, autre chose de montrer que leur revenu par tête n’est parfois que le centième de celui des États-Unis ! Le scandale du sous-développement éclate ainsi dans l’immédiat après-guerre (pour une vue d’ensemble de ce choc et des études qu’il suscite jusqu’au début des années 1960 : Austruy, 1965 ; Higgins, 1959 ; Hirschmann, 1958) : il discrédite le colonialisme, puisque les populations soumises au joug de l’Europe ne s’en tirent pas mieux que celles des nations restées libres. Les pays que la Révolution industrielle a sortis de la pénurie et a enrichis ne peuvent rester indifférents : il leur faut comprendre ce qui bloque les économies des pays que l’on qualifie encore d’arriérés ou de sous-développés – on se met vite à parler de pays en voie de développement, ou, à l’initiative d’Alfred Sauvy, de Tiers Monde. Des études permettront aux nations avancées d’aider efficacement les pays pauvres à sortir de leurs difficultés.

13Les économistes apportent un autre résultat décisif : l’économiste australien Colin Clark distingue en 1940 trois secteurs dans les activités économiques (Clark, 1940) : le primaire regroupe tout ce qui touche à l’exploitation des ressources naturelles – chasse, pêche, cueillette, foresterie, élevage pastoral, agriculture, mines ; le secondaire concerne la transformation des matières premières en produits fabriqués – l’industrie ; le tertiaire, plus vague, a trait aux services. Colin Clark met en regard l’évolution des secteurs d’activité et celle de la productivité du travail : comme il est possible de produire davantage de denrées alimentaires avec moins de main-d’œuvre, et que la demande de produits agricoles n’augmente pas aussi vite que les revenus, beaucoup d’agriculteurs sont contraints de quitter la terre et vont chercher du travail en ville. Jean Fourastié fait connaître les idées de Colin Clark en France (Fourastié, 1947) : fini le temps où l’on expliquait la croissance des villes en termes moraux !

Les économistes proposent diagnostics et moyens d’action

14Les économistes cherchent à comprendre ce qui a conduit les pays que l’on dit encore sous-développés dans l’état où ils se trouvent. Leur ambition est de proposer des politiques aptes à remédier à ces situations.

151 – La vogue de la macro-économie conduit la plupart des experts à partir de l’analyse des flux globaux qui circulent dans les territoires sur lesquels ils se penchent : production, distribution des revenus, dépense et épargne d’une part, investissement de l’autre (sur les techniques d’analyse des flux économiques, Boudeville, 1961). L’épargne et l’investissement constituent les variables-clefs : pour accéder à la croissance, il est nécessaire de mettre de côté une partie des revenus qui servira à acquérir et à mettre en œuvre de nouveaux équipements productifs (sur le rôle de l’investissement, Dieterlen, 1957). Ceux-ci assurent l’augmentation de la production. Dans la mesure où l’investissement est autonome (ce qui veut dire qu’il ne résulte pas d’une épargne préalable, mais de l’ouverture de nouvelles lignes de crédit), il génère de nouveaux revenus, ceux qui sont requis pour absorber les nouvelles productions.

16Les pays du Tiers Monde sont pauvres. Leur capacité d’épargne est faible. Elle est limitée par les effets de démonstration : la tentation est grande d’acheter les nouveaux produits de consommation dont jouissent les populations des pays occidentaux avant toute augmentation du revenu national (Duesenberry, 1949). Comme la possibilité d’écouler des productions nouvelles est réduite, la tentation est grande pour ceux qui disposent de ressources de trouver des emplois plus rémunérateurs, l’usure par exemple. Les gens sont trop pauvres pour épargner beaucoup ; le marché national est déprimé, ce qui décourage l’implantation de nouvelles activités. La pauvreté se reproduit indéfiniment (on trouvera une vue d’ensemble sur la théorie des cercles vicieux du sous-développement dans Austruy, 1965, et Higgins, 1959 ; sur l’histoire du sous-développement, Gerschenkron, 1962).

17Tel est le premier diagnostic porté par les économistes. Comment sortir du cercle vicieux du sous-développement ? Plusieurs moyens s’offrent : on peut avoir recours à l’épargne extérieure pour mettre en place les investissements dont le pays a besoin. Mais la solution est moins facile à mettre en œuvre qu’il n’y paraît ; les investisseurs étrangers savent qu’ils auront de la peine à trouver des marchés locaux – ils ne peuvent guère miser que sur la substitution d’une production nationale aux importations ; le protectionnisme que pratiquent alors, dans le domaine industriel, la plupart des pays développés limite les possibilités d’exportation. Beaucoup de nations nouvellement indépendantes redoutent, de plus, de retomber sous la coupe des puissances occidentales. Le recours à l’épargne extérieure est indispensable, mais ne peut suffire à résoudre tous les problèmes (Austruy, 1965).

182 – Ne vaut-il pas mieux stimuler et utiliser plus efficacement l’épargne nationale ? C’est la seconde solution. Les pays où le pouvoir est fort n’hésitent pas à l’employer. Le Japon de l’ère Meiji finance les investissements nécessaires à la construction d’infrastructures modernes et d’une industrie performante en pressurant les masses paysannes. L’Union soviétique fait de même lors des premiers plans quinquennaux. Dans l’un et l’autre cas, l’idée est de créer ainsi les bases d’une économie industrielle sans laquelle le développement est impossible.

19Le diagnostic de Rostow va dans le même sens (Rostow, 1960, 1963). Oui, le décollage des économies restées traditionnelles est difficile faute d’épargne et de marchés pour les productions que l’on peut développer. Le rythme de croissance est donc irrégulier : années d’expansion et années de récession se succèdent sans qu’un mouvement général se dessine. Avec le temps cependant, la situation change. Les infrastructures sont désormais suffisantes, le marché intérieur se développe : après la période difficile du démarrage, on entre dans celle de la croissance continue, où le progrès s’affirme enfin. Les actions de développement ont au départ des résultats souvent décevants ; il convient de persévérer jusqu’à ce que leur effet devienne cumulatif.

20L’économiste Ragnar Nurkse souligne l’existence de masses considérables de populations inemployées (Nurkse, 1953) : ne peut-on les mettre au travail ? Il suffit, pour cela, de procéder à une redistribution (bien sûr difficile) des revenus existants. Même peu qualifiée, la main d’œuvre ainsi mobilisée permettra de créer les infrastructures qui manquent. La Chine communiste tire parti des idées de Nurkse : c’est l’essence du Bond en avant ; toute la population est mobilisée ; on construit des routes, des barrages, des canaux d’irrigation ; pour accélérer le développement industriel, on multiplie la production de fonte à la campagne, dans des installations rustiques. Il faut vite déchanter : les populations qui étaient inemployées durant la plus grande partie de l’année étaient requises au moment des récoltes ; le Bond en avant les rend indisponibles : tout s’achève dans la famine !

213 – Les premières analyses étaient un peu naïves. Les économistes, échaudés, les approfondissent. Dès l’entre-deux-guerres, des chercheurs néerlandais s’étaient interrogés sur les blocages de l’économie de Java, qui avait pourtant bénéficié d’investissements importants de la part de la métropole au début du xxe siècle. Pour ces experts, le mal venait de l’existence d’une économie à deux secteurs, celui de l’autoproduction familiale et celui des activités tournées vers la commercialisation (Boeke, 1953). C’est en évoquant le dualisme des structures sociales et économiques que beaucoup expliquent désormais les difficultés du développement dans les pays du Tiers Monde (Higgins, 1959) : les solutions purement économiques, la réalisation d’investissements financés par une aide étrangère par exemple, ne sauraient suffire ; il faut d’abord modifier les comportements de manière à intéresser plus directement les populations indigènes à l’effort productif. Les géographes reprennent volontiers ce thème – Milton Santos y voit une explication des caractères spécifiques des villes dans les pays en voie de développement (Santos, 1975).

224 – Face aux échecs répétés des politiques de développement, certains économistes commencent à douter de leur bien-fondé. L’économie répète depuis le début du xixe siècle qu’il faut faire confiance à l’échange international, celui-ci conduisant nécessairement à une rémunération de plus en plus égale des facteurs de production (Ricardo, 1817 ; Samuelson, 1948).

23En est-on certain ? Les travaux classiques ne prenaient pas en compte, dans leurs raisonnements, les effets du progrès technique. Est-ce raisonnable ? Non. François Perroux suggère une piste nouvelle (Perroux, 1955) : dans le monde où nous vivons, la grande firme joue un rôle moteur. C’est autour d’elle que la croissance se polarise. Une formule fait fortune : « la croissance repose sur des industries industrialisantes ». Pour être efficace, il faut éviter de fragmenter les investissements – et les aides, lorsque ceux-ci proviennent de l’étranger. Mieux vaut parier sur la création de grandes unités : de petites firmes s’installeront très vite à côté. Le développement s’ensuivra, sans que l’on ait besoin de planifier toutes ses phases.

24Les idées de Perroux séduisent les économistes italiens de la Casa del Mezzogiorno et beaucoup de Sud-Américains. Elles conduisent la France à prévoir la création d’une grande aciérie à Bône, et à restructurer l’économie du Midi en y implantant l’usine sidérurgique à Fos-sur-mer.

255 – Les économistes sud-américains qui travaillent au Centre d’études sur le développement, que les Nations unies viennent de créer, ont une autre interprétation des processus qui freinent la croissance de tous les pays d’Amérique latine. Le commerce international en est responsable. L’Amérique latine vend essentiellement des sources d’énergie (du pétrole), des minerais (du fer, de la bauxite), des produits alimentaires (céréales, viande, produits laitiers, café, cacao) et des matières premières d’origine agricole (laine, coton). Le cours de ces produits est passé par un pic au moment de la guerre de Corée, puis se met inexorablement à diminuer. Pour acheter un même équipement, il faut à l’Argentine de plus en plus de blé et au Brésil de plus en plus de café. C’est la détérioration des termes de l’échange, que Raul Prebisch analyse et fait connaître (Prebisch, 1964).

26Que l’inégal développement puisse résulter des conditions de l’échange international, on le sait depuis longtemps : Karl Marx liait la Révolution industrielle à la phase d’accumulation primitive des richesses réalisées par les armateurs et les négociants européens, britanniques en particulier, au cours des xviie et xviiie siècles. Le thème avait été par la suite repris et développé par Lénine et Rosa Luxemburg. Il connaît un regain de faveur à la fin des années 1960 et au début des années 1970 : c’est la thèse du développement du sous-développement, qu’illustre Gunder Frank, par exemple (Frank, 1968, 1970).

Un bilan mitigé

27Ce sont les économistes qui ont fait du développement une préoccupation majeure de la seconde moitié du xxe siècle : comment des sociétés démocratiques pourraient-elles supporter que leur prospérité aille de pair avec la pauvreté de la majeure partie de la population mondiale ? Pourquoi les laissés-pour-compte n’aspireraient-ils pas, eux aussi, aux bienfaits du progrès et de consommations moins parcimonieuses ?

28De 1950 à 1970, ce sont les économistes que l’on écoute lorsqu’il s’agit de promouvoir le développement : n’ont-ils pas fait prendre conscience du problème ? Ne sont-ils pas les seuls à porter des diagnostics et à proposer des solutions ? Ne faut-il pas, comme ils le font, poser les problèmes au niveau national et partir de l’analyse des flux qui caractérisent chaque unité territoriale ?

29Le charme des analyses et des politiques qu’ils proposent finit par s’épuiser. Les experts ne savent pas très bien ce qu’il convient de faire, comme en témoigne la multiplicité des explications qu’ils élaborent et des mesures qu’ils préconisent. L’analyse en termes de capacité d’épargne et d’investissement n’est pas fausse, mais elle n’aide guère à sortir les pays en retard de leurs difficultés. La dualité – ou la pluralité – des circuits économiques est bien réelle, mais on voit mal comment y remédier en peu de temps. Est-il raisonnable, comme certains économistes le préconisent, de tout miser sur quelques grands pôles lorsque les moyens sont limités et la pauvreté universelle ? Que l’inégal développement soit souvent lié à l’échange inégal, c’est évident – mais la situation est moins universelle qu’on ne le pense.

Les géographes face aux problèmes du développement : un engagement qui reste longtemps partiel

30Les problèmes de développement inégal ne se posent pas seulement à l’échelle internationale : on découvre en même temps le retard des régions de la France du Sud, du Centre et de l’Ouest et celui des pays du Tiers Monde. En métropole, les géographes sont alors les spécialistes reconnus des problèmes régionaux. Ils se passionnent pour les problèmes d’aménagement et de développement ; ils aimeraient inspirer les nouvelles politiques. Pour y réussir, il faudrait que la géographie qu’ils ont apprise soit applicable – qu’elle fasse plus de place aux questions d’économie. Ce n’est pas le cas (Claval, 1998, p. 222-223, 284-289).

31Outre-mer, la situation est différente. La nécessité s’impose de tirer les pays du Tiers Monde de leur pauvreté, tout le monde en convient. Les démarches qu’inspire alors l’économie suscitent cependant la défiance. C’est que certaines expériences se sont soldées par des échecs cuisants. Devant la pénurie de matières oléagineuses, le gouvernement britannique lance après la guerre un plan ambitieux d’extension des surfaces cultivées en arachide au Tanganyika. On ne lésine pas sur les moyens : pour aller vite, on décide de mécaniser la mise en valeur. Des tracteurs labourent la savane. Les photographes prennent des clichés qui rappellent ceux que l’URSS diffusait dans les années 1930. Mais on a négligé l’érosion des sols, qui ravine les champs ; les parasites ruinent la récolte. Le bilan est désastreux.

32Les géographes affichent dès lors une méfiance – justifiée – pour les plans de développement concoctés dans quelque instance internationale par des économistes qui ignorent tout des caprices du climat, de la fragilité et de la médiocrité des sols, et des traditions qu’il faut respecter sous peine d’être rejeté par la population.

33La géographie tropicale qui triomphe alors préconise une démarche différente : partir d’une connaissance précise des milieux, comprendre les genres de vie locaux et les faire évoluer plutôt que d’imposer des solutions difficilement acceptables par la majorité des gens. Pour Gourou, le retard du Tiers Monde tient aux faiblesses de ses systèmes agricoles (Gourou, 1947, 1971, 1982) : ceux de l’Asie des deltas permettent de nourrir des densités surprenantes, mais au prix d’une débauche de travail qui rend difficile le développement d’autres activités. Les cultures sur brûlis permettent de ménager des milieux fragiles – lorsque les rotations sont assez longues –, mais elles sont extensives et mobilisent aussi la quasi-totalité des populations.

34La solution ne peut venir de l’industrialisation de ces économies. « La modernisation des technique de production tropicale passe nécessairement par l’industrialisation », note Gourou – mais cette transformation doit se faire au service de l’agriculture : « l’agriculture tropicale a besoin d’usines productrices d’engrais, d’insecticides, de fongicides, ce qui suppose une pétrochimie et des centrales hydroélectriques ; l’agriculture tropicale sera, d’autre part, plus rentable si elle dispose sur place d’usines de transformations des produits agricoles » (Gourou, 1971, p. 296).

35La recherche que mènent les géographes outre-mer est plus encadrée que ce n’est le cas en France : ce sont souvent des équipes qui regroupent des spécialistes de plusieurs disciplines qui sont déployées sur le terrain. Chacun doit alors se consacrer à son domaine privilégié : c’est le plus souvent autour de l’analyse du paysage que les géographes structurent leurs démarches, en milieu rural comme en ville.

36Le géographe demeure donc un homme des monographies. Il explore en profondeur un petit morceau de la réalité, une région rurale ici, une ville ou un quartier urbain là. Ses contributions sont fort appréciées par tous, car elles parlent précisément de la nature, des hommes, des outils, des cultures, des maisons, des façons de vivre et de faire. L’échelle où elles sont faites interdit malheureusement les généralisations. Ce n’est pas aux problèmes du développement du Togo, de la Côte d’Ivoire ou de l’Afrique de l’Ouest que le géographe s’attaque, mais aux conditions qui s’imposent ici et maintenant si l’on veut que les actions entreprises (et généralement pensées et programmées par d’autres) ne butent pas sur des obstacles.

37Face à l’économiste qui a tendance à simplifier, à généraliser, le géographe est l’homme qui rappelle les dures contraintes du milieu, la fragilité des sols, le poids de la démographie galopante, les lenteurs de la scolarisation. Il parle aussi de la mobilité des groupes, des courants migratoires, des jeunes qui fuient des conditions de vie trop dures et partent vers les villes ou vers les pays étrangers. Ce sont là des contributions essentielles à la dynamique du développement, mais qui ne permettent pas à elles seules de structurer un discours.

38Les études de ville ne manquent pas, mais beaucoup de tropicalistes ont la conviction que les villes entravent plutôt la marche au développement qu’elles ne l’aident. Des centres de production ? Non, pour la plupart d’entre eux. La prolifération des bidonvilles, le rôle de l’économie informelle, les déboires de l’industrialisation en donnent une image surtout négative.

39La géographie tropicale française est née en Indochine. Après guerre, les circonstances politiques l’orientent vers l’Afrique. Ce n’est pas le meilleur lieu pour comprendre les enchaînements qui, dans certains cas, permettent la mise en place d’un tissu industriel efficace et compétitif.

40L’insatisfaction de beaucoup de jeunes chercheurs se comprend aisément : c’est de là que sort le rejet souvent brutal de la géographie tropicale, et l’intérêt passionné pour les problèmes du développement.

La géographie du développement naît dans une conjoncture nouvelle

41L’atmosphère change à la fin des années 1960. On doute désormais de l’efficacité des recettes proposées par les économistes. Ceux-ci se montrent plus prudents : au lieu d’imposer le développement par le haut, pourquoi ne pas procéder à l’inverse, en partant du bas, des réalités tangibles en chaque lieu ? Ils découvrent ainsi la pertinence des travaux menés par les géographes.

42Parmi ceux-ci, beaucoup de jeunes rêvent de jouer un rôle plus actif dans les politiques de développement. Ils reprochent volontiers aux solutions inspirées par la réflexion libérale de manquer d’efficacité et de recréer des situations d’inégalité et de dépendance dont il conviendrait pourtant de se débarrasser définitivement.

43La géographie du développement s’affirme donc aux alentours de 1970. Beaucoup de ceux qui la pratiquent ne cachent pas la préférence qu’ils accordent aux solutions préconisées par les pays socialistes – la priorité à la création d’une industrie lourde mise en avance par les Soviétiques, ou le Bond en avant et la Révolution culturelle que lance Mao. Les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes : l’Union soviétique, qui sert de modèle, n’arrive pas à rattraper les économies capitalistes. Les pays du Tiers Monde qui ont suivi la voie qu’elle préconise vivent dans la pénurie, cependant que leurs usines géantes connaissent des déboires. Ne parlons pas des mécomptes que connaissent les pays qui préfèrent la voie chinoise à la voie soviétique, et des tragédies auxquelles elle conduit parfois, comme au Cambodge !

44Le démarrage économique que tous souhaitent est cependant au rendez-vous dans quelques pays : à Singapour, à Hong Kong, à Taiwan, en Corée. Ces pays n’ont pas choisi la voie socialiste. Ils se sont ouverts aux investissements étrangers. L’avantage essentiel dont ils ont bénéficié, c’est de voir leurs exportations vers les États-Unis échapper aux droits et aux contingentements qui freinent ailleurs l’essor de l’industrie dans les pays en voie de développement.

45Il faut une dizaine d’années pour que la géographie du développement s’affranchisse de certains de ses engagements idéologiques initiaux et qu’elle aborde le problème essentiel du développement durable.

Bibliographie

Bibliographie

Austruy Jacques, 1965, Le Scandale du développement, Paris, Rivière.

Boeke J.H., 1953, Economics and Economic Policy of Dual Societies as Exemplified by Indonesia, New York, International Secretariat, Institute of Pacific Relations.

Boudeville Jacques-R., 1963, Les Programmes économiques, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?.

Clark Colin, 1940, The Conditions of Economic Progress, Londres, Macmillan.

Claval Paul, 1998, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan.

Dieterlen Pierre, 1957, L’Investissement, Paris, Rivière.

Domar Evsey D., 1957, Essays in the Theory of Economic Growth, New York, Oxford University Press.

Dubois Marcel et Kergomard Joseph-Georges, 1897, Précis de géographie économique, Paris, Masson.

Duesenberry James S., 1949, Income, Saving and the Theory of Consumer Behaviour, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Fourastié Jean, 1949, Le Grand Espoir du xxe siècle, Paris, PUF.

Frank André Gunder, 1968, Capitalisme et sous-développement en Amérique latine, Paris, Maspéro.

Frank André Gunder, 1970, Le Développement du sous-développement, Paris, Maspéro.

Gerschenkron Alexander, 1962, Economic Backwardness in Historical Perspective, Londres, Oxford University Press.

Gourou Pierre, 1947, Les Pays tropicaux, Paris, PUF.

Gourou Pierre, 1971, Leçons de géographie tropicale, Paris-La Haye, Mouton.

Gourou Pierre, 1982, Terres de bonne espérance. Le monde tropical, Paris, Plon, coll. Terre humaine.

Harrod Roy F., 1939, « An essay on dynamic theory », The American Economic Review, vol. 38, p. 14-23.

Higgins Benjamin, 1959, Economic Development. Principes, Problems and Policies, New York, Norton.

Hirschman Albert O., 1958, The Strategy of Economic Development, New Haven, Yale University Press.

Keynes John Maynard, 1936, The General Theory of Employment, Interest and Money, Londres, Macmillan.

Maurette Fernand, 1921, Les Grands Marchés des matières premières, Paris, Armand Colin.

Nurkse Ragnar, 1953, Problems of Capital Formation in Underdeveloped Countries, Oxford, Blackwell.

Perroux François, 1955, « Note sur la notion de pôle de croissance », Économie appliquée, vol. VII, p. 307 sq. Repris dans François Perroux, 1961, L’économie du xxe siècle, Paris, PUF.

Prebisch Raul, 1964, Towards a New Trade Policy for Development, New York, United Nations.

Ricardo David, 1817, On the Principles of Political Economy and Taxation, Londres, John Murray.

Rosenstein-Rodan Paul, 1943, « Problems of industrialization of Eastern and South-Eastern Europe », Economic Journal, vol. 53, no 210-211, p. 202-217.

Rostow W.W., 1960, The Stages of Economic Growth : A Non-Comunist Manifesto, Cambridge, Cambridge University Press.

Rostow W.W., 1963, The Economic Take-off into Sustained Growth, Londres, Macmillan.

Samuelson Paul A., 1948, « International trade and the equalization of factor prices », Economic Journal, vol. 58, p. 163-184.

Santos Milton, 1975, L’Espace partagé. Les deux circuits de l’économie urbaine des pays sous-développés, Paris, Marie-Thérèse Genin, Librairies techniques.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540