Version classiqueVersion mobile

Les géographes et le développement

 | 
Christian Bouquet

Les géographes et le développement

Présentation

Béatrice Collignon

Texte intégral

1Paul Claval nous offre un cadrage pour penser les conditions d’émergence de la géographie du développement dans les années 1950, dans le contexte de la géographie française. Cette présentation me suggère huit remarques principales. Les cinq premières ne font que souligner ce que dit Paul Claval, les trois suivantes sont plutôt le fruit d’une lecture en creux et de la mise en perspective que nous donnent cinquante ans de recul sur cette époque.

  1. On note d’abord la primauté de l’argument économique dans le passage d’un constat de la pauvreté à une réflexion sur le développement. La pauvreté devient inacceptable, scandaleuse, à partir du moment où elle est mesurée en revenu par habitant et comparée dans les mêmes termes entre différentes parties du monde. La notion de sous-développement s’élabore dans le cadre de cette confrontation, de ce changement d’échelle. Auparavant, la pauvreté de ces pays tropicaux encore colonisés ou tout juste indépendants, bien que connue, ne choque pas. Elle semble admise comme un simple donné, un fait « naturel » serait-on tenté de dire.

  2. Les géographes de l’après-guerre apparaissent mal préparés pour penser l’économique et, pour les tropicalistes, prisonniers de leur approche zonale et de la primauté qu’ils accordent aux études de terrain dans la construction de leurs analyses. En mettant au cœur de leur réflexion la tropicalité, fille de l’exceptionalisme en géographie, ils s’empêchent en quelque sorte de penser le développement, qui nécessite que l’on sorte d’une appréhension du monde suivant un découpage par zones géographiques. Il implique aussi que l’on donne davantage de place aux échanges et aux activités humaines plutôt qu’aux conditions naturelles, aux sociétés plutôt qu’aux milieux. L’accent mis sur les études de terrain, à des échelles régionales ou intrarégionales le plus souvent, ajoute à la difficulté car les problèmes du sous-développement se jouent à d’autres échelles. Il faut pour les penser, et agir, sortir du terrain et intégrer des réflexions plus théoriques. En somme, les outils conceptuels manquent aux géographes pour penser le développement.

  3. Fait aggravant dans cette perspective – et Paul Claval souligne là l’influence de Pierre Gourou – les géographes tropicalistes accordent l’essentiel de leur attention au monde rural. De sorte que lorsqu’ils passent d’une géographie tropicale à une géographie du développement, ils pensent celui-ci comme d’abord lié à une amélioration des rendements agricoles. Pour eux, c’est du monde rural que peut, que doit, partir le développement. Cette approche est aussi le fruit de cette démarche qui accorde la primauté au terrain et devient en quelque sorte prisonnière de l’échelle de celui-ci. La ville, en particulier la grande ville, est ainsi la grande absente de la géographie du développement, du moins à ses débuts. Elle est pensée comme un problème, le lieu où s’accumulent les maux du sous-développement. On voit ici comment la géographie tropicale « encadre » la géographie du développement : celui-ci est pensé en fonction de la façon dont cette partie du monde a été décrite, créée, par la géographie des décennies précédentes. En ce sens, il n’y a pas vraiment de rupture entre géographie tropicale et géographie du développement.

  4. Ce phénomène est accru par une lecture des campagnes tropicales qui se construit sur une analogie avec les campagnes européennes. La majorité des géographes de l’époque sont eux-mêmes issus du monde rural, ou ont des liens encore étroits avec celui-ci. Ils « apprivoisent » les campagnes tropicales en y transposant leurs expériences françaises. La figure du paysan s’impose, et renforce l’opposition villes-campagnes dans la géographie du développement.

  5. Dans l’effort des pays industrialisés pour remédier au sous-développement, dans les nombreuses recherches alors menées sur la question, quel est le rôle des géographes ? On retrouve, dans les propos de Paul Claval, la figure du géographe médiateur, entre les « réalités du terrain » et les théories économiques. De sorte que les géographes ne sont jamais les décideurs. Intégrés dans des équipes pluridisciplinaires, ils se retrouvent enfermés dans le rôle qu’on leur y a attribué – et qu’ils ont bien voulu accepter, voire qu’ils ont défini pour certain d’entre eux du moins. Ils sont les spécialistes du local et de sa cartographie, on ne leur octroie guère le droit de penser au-delà de cet horizon. La pluridisciplinarité apparaît avoir été à l’époque un frein à l’élaboration d’une géographie plus théorique et ouverte aux apports des autres sciences sociales. Elle semble avoir plutôt cantonné chacun dans la spécialité perçue – et souvent revendiquée – de sa discipline. Pour intégrer les équipes, il fallait convaincre de la spécificité de la contribution proposée, qu’il s’agisse de géographie, d’ethnologie ou de botanique, d’autres se chargeant des synthèses.

  6. Avec le recul, il est frappant de voir à quel point les géographes d’alors, tout comme leurs confrères économistes, pensent le développement comme un problème dont ils doivent s’occuper eux, dont ils ont la responsabilité. De même qu’il leur revenait, dans la période précédente, d’écrire une géographie de ces ailleurs colonisés, il leur revient désormais de sortir de la pauvreté ces mêmes ailleurs. Avant comme alors, les habitants de ces ailleurs sont les grands absents, leur point de vue n’est jamais pris en compte, il n’est même pas évoqué en fait. Et c’est bien là ce que l’on pourrait appeler le « péché originel » de la géographie du développement : sa volonté de (bien) faire, pour l’autre mais à sa place, celui-ci étant jugé incapable d’agir pour lui-même et par lui-même.

  7. Avec le même recul, on est frappé de l’évidence selon laquelle les géographes « du développement », comme les tropicalistes avant eux, sont des hommes. « Le géographe demeure un homme des monographies… », « le géographe s’attaque… », « le géographe est l’homme qui rappelle… » écrit Paul Claval. Au-delà du ratio homme/femme alors effectivement très déséquilibré au sein de notre discipline, c’est la façon dont on envisage qui peuvent bien être ces géographes qui retient mon attention. De même que l’on n’imagine pas qu’il puisse s’agir de ressortissants de ces pays « à développer », on n’imagine pas qu’il puisse s’agir de femmes. La figure du géographe, comme de tout chercheur à cette époque, est celle du scientifique, c’est-à-dire un individu dont les qualités de personne dotée d’un corps et d’un caractère propre seraient comme gommées par sa qualité de scientifique, qui agirait comme une sorte d’instance supérieure. Et chaque chercheur (avec probablement quelques exceptions bien sûr) adhère à cette représentation, se plie à ses règles et endosse ces habits-là. Aussi le fait que « le » géographe soit parfois « une » géographe (ou un/une togolais-e, marocain-e ou sénégalais-e) n’a en pratique aucune importance car tous, qu’ils soient « elle » ou « il », pensent et agissent en « géographe générique », c’est-à-dire en homme blanc de culture judéo-chrétienne.

  8. Enfin, cette géographie tropicaliste qui hésite à devenir une géographie du développement apparaît bien « nationaliste ». Autant elle est malgré tout sensible aux travaux issus des autres sciences sociales, et notamment à l’époque de l’économie, autant elle apparaît fermée aux recherches des collègues étrangers travaillant sur les mêmes problématiques à la même époque. On songe bien sûr notamment, compte tenu de l’importance de leur héritage colonial, aux géographes britanniques.

Auteur

Maître de conférences à l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, géographe et chercheur à l’UMR ADES (Bordeaux).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search