Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 1

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 3. École émancipatrice : vers une éducation queer ?

L’école cisgenre : quelle intégration pour les enfants trans ?

Karine Espineira, Maud-Yeuse Thomas, Sylvie Ayral et Yves Raibaud

Texte intégral

1Sylvie Ayral (S. A.) et Yves Raibaud (Y.R.) : L’égalité femmes-hommes et la lutte contre l’homophobie sont à présent prises en compte dans les programmes scolaires. Est-ce que cela change quelque chose à la situation des élèves trans ?

2Maud-Yeuse Thomas (M.-Y.T.) : De quelle égalité parlons-nous ? Il faudrait, pour répondre à la situation des élèves trans, que l’école reconnaisse la diversité ! L’école ne prend pas en compte la possibilité des variations et des changements de genre social. Les conséquences pour les enfants trans sont connues : repliement sur soi, échec scolaire, classes-parkings inadaptées, entrée dans la vie active difficile quand il ne s’agit pas tout simplement, dès la sortie de l’école, d’une longue vie d’errance, condamnant parfois à la prostitution, souvent aggravée par des ruptures familiales. Lorsque rien n’est dit ni énoncé sur des individus dont l’identité n’a même pas de nom, tout n’est que vide. L’école ignore qu’elle est « cisgenre » et que ce refus de le voir ne lui permet pas d’assurer une intégration citoyenne aux individus LGBTI.

3Karine Espineira (K.E.) : L’égalité femmes-hommes, la lutte contre l’homophobie ou le genre font désormais partie des programmes scolaires, mais ces notions sont contestées, parfois très violemment comme on l’a vu ces jours-ci, par les courants conservateurs. L’école est « pour » et « contre », elle est divisée. Ce que je nomme une « panique de genre » a été illustrée par la polémique autour des manuels Sciences et Vie de la Terre, puis entretenue ces derniers mois par une désinformation malveillante autour des contenus des ABCD de l’égalité. Certes, tout le monde peut aller à l’école, mais pour autant parlons-nous bien d’une « école pour tous et toutes » ? Une école humaniste est avant tout une école antisexiste. Promouvoir l’égalité ne veut pas dire écarter l’altérité, on peut se trouver « hors de l’école » tout en étant chaque jour dans ses murs. Croire que les enfants ne puissent pas se sentir concernés par l’exclusion d’autres enfants montre bien que nos traditions sont sciemment aveugles aux rapports de domination et aux discriminations de genre, de classe, de « race » et de sexe qui en découlent, et qui devraient avoir toute leur place dans l’enseignement dispensé aux enfants dès le plus jeune âge.

4S.A. et Y.R. : Pouvez-vous décrire les mécanismes du décrochage scolaire des élèves trans ? Sont-ils dus à la LGBTIphobie majoritaire des élèves et des enseignant.e.s ? À l’incompétence des dispositifs de prise en charge médico-psychologiques ?

5M.-Y.T. : L’examen de la fronde « anti-théorie du genre » révèle, outre la résistance phobique à l’Autre, celle d’un refus politique plus large que l’école elle-même, la subordonnant à des régimes de surplomb : celui de la Nature ou celui de Dieu. Le refus de voir entrer le genre à l’école indique ce processus de fond. La mission d’égalité de l’école implique au contraire de s’opposer aux malveillances dont les LGBTI sont l’objet. Mais le fait-elle, qui le fait, comment le fait-elle ? À l’école, le respect de l’individu est un respect abstrait. Il méconnaît le devenir individuel en imposant un mythe réécrit en vérité fondatrice. Ce mythe est fondé sur des savoirs abstraits se référant à des penseurs morts depuis longtemps et instrumentalisant des savoirs commués en peurs du type « confusion des sexes/genres » ou du type « subversions ». Mais comment pourrait-il y avoir une prise en charge médico-psychologique des enfants trans sans le genre ? Quelle serait-elle ? Que deviendraient les enfants ainsi étiquetés ? L’école ne produit pas de futurs citoyens, elle homogénéise les comportements sur la base de la division par sexe. Ce ne sont pas seulement Piaget ou Freud qui influencent l’école mais aussi les normes binaires hétérosexuelles qui infériorisent le travail féminin, comme on le voit dans les normes de l’Organisation International du Travail. Les individu.e.s trans, scolarisé.e.s ou déscolarisé.e.s, sont égaux dans le dénuement dès lors qu’à l’âge adulte, ils-elles admettent la transition pour répondre à leur désir d’existence. Ce faisant, ils se heurtent au contenu invisible de l’enseignement : les normes préparent à une intégration uniformisante et non à une citoyenneté et à l’épanouissement.

6K.E. : Le décrochage se produit comme un dédoublement de la réalité, comme si l’enfant trans vivait dans un espace-temps se déroulant à une autre vitesse que l’espace-temps du reste du monde. On est seul à avancer, prise par un malaise qui pèse et nous ralentit. Qui n’a pas le souvenir cuisant de l’expression « fille manquée » ou « garçon manqué » ? Expressions anodines qui pourtant ont une valeur de sanction, de désapprobation exigeant en réponse un changement d’attitude : se comporter en fille réussie, en garçon réussi, avec « rien » entre les deux. Le premier réflexe de l’école est de nier l’existence de l’individu différent qui est là, devant soi ; lorsqu’elle parvient à admettre sa présence c’est pour le classer dans l’anormalité. Je vais donner mon propre exemple : ayant eu très tôt conscience de ma transidentité, j’ai témoigné à la fois d’un comportement d’enfant difficile et surdouée. Arrivée en France après le coup d’État du général Pinochet au Chili, changement de culture, de langue, perte de l’entourage familial large. Tantôt enfant difficile, tantôt renfermée, à la limite attardée, j’ai grandi dans une cité. Je ne garde pas un bon souvenir de ces années-là où ne pas montrer un comportement de garçon était sanctionné à la fois par les parents et par les camarades d’école qui étaient les mêmes que ceux de la cité. On m’a fait voir une psychologue, j’ai fréquenté pas mal de médecins, on m’a fait avaler tout un tas de choses dont j’ignore même la nature. J’ai cessé de voir la psychologue car à l’école tout le monde me traitait de « dingue », de « fou » d’autant plus qu’un psychologue scolaire venait me chercher régulièrement en plein cours pour m’amener à son bureau dans lequel je parlais ou dessinais ce qui me venait à l’esprit. Bien entendu, mon dossier scolaire m’a suivi ainsi jusqu’au Bac. On m’a prédit régulièrement l’échec scolaire, ce qui ne m’a pas empêché de faire un « bac + 5 » et aujourd’hui un « bac + 11 ». J’ai eu des coups de chance en tombant sur des profs magiques dont je garderai le souvenir ma vie entière. Cela m’a probablement donné de la force et de l’énergie mais jamais je n’ai rencontré quelqu’un à qui véritablement parler de ce qui avait envahi progressivement tout mon champ de conscience. J’ai su que la psychologue de mon enfance avait appris mon trajet transidentitaire et avait dit ne s’être aperçue de rien, ne pas « avoir vu ». Je suis persuadée qu’avec les connaissances actuelles et les apports des études de genre, elle aurait pu faire un travail formidable avec moi sans se cantonner à un diagnostic restreignant la réalité de l’individu en la conformant à celle du praticien.

7S.A. et Y.R. : Parmi les disciplines enseignées, l’éducation physique et sportive est celle qui met en jeu des corps qui doivent se conformer aux standards sexués dominants. Comment les élèves trans vivent-elles.ils cette épreuve ?

8M.-Y.T. : Cette question porte en elle une réponse, il faudrait donc pouvoir considérer chaque individu, les différents types de transidentités, leur intensité et période d’apparition pour répondre de manière précise et détaillée à une telle question. La course d’endurance et le rugby étaient mes disciplines préférées. Non par élision masculine mais par leurs exigences propres. En un mot, comment se redonner de la force vive ? La course repose sur la force mentale d’un individu, le rugby sur la force mentale d’un groupe. Il peut être un ultime refuge là où l’enseignement général fait appel à l’esprit, effaçant les corps, surtout dans les cas d’échec scolaire important. Le sport est ici synonyme de recorporalisation. Considérons la période où j’ai fait plus de sport : au lycée. À cette période, le refoulement jouait tout son rôle : j’ai déjà « oublié » mon genre d’élision.

9K.E. : Les douches au lycée étaient un cauchemar pour moi. La « nature » ne m’avait pas donné un corps très masculin et j’ai même pensé à le transformer, en faisant de la musculation et en prenant des stéroïdes pour le rendre conforme aux corps des autres garçons. Mes performances physiques étaient en deçà des normes et je faisais perdre les équipes dans lesquelles je courais. Au collège, à la fin d’une compétition, le chef de l’équipe est venu me frapper devant tout le monde pour avoir fait perdre la course de relais. Le professeur était là lui aussi et n’a rien dit. Le sentiment d’humiliation et de frustration a été si fort que j’ai commencé à sécher les cours d’éducation physique. Mes ennuis avec les « autorités scolaires » ont débuté à ce moment-là et ont duré longtemps. Personne n’a cherché la cause et j’ai moi-même tout fait pour la dissimuler car je me disais que « la vérité » me causerait bien d’autres tracas plus grands encore. À travers des conversations que j’ai pu avoir avec d’autres personnes trans durant ma vie, je sais que l’épreuve des cours d’éducation physique n’a pas été bien vécue : ce corps d’adolescent.e qui se transforme ou qui ne correspond pas à la norme… Dans tous les cas, il y a détresse.

10S.A. et Y.R. : L’existence des élèves LGBTI est souvent niée à l’école car l’enfance et la jeunesse sont présentées comme des périodes transitoires pour l’exercice de la sexualité. L’expérience trans dès le plus jeune âge est-elle compréhensible par le personnel éducatif dans ces conditions ? Comment peut-on faire pour opposer l’expérience trans aux certitudes éducatives des enseignant.e.s, notamment lorsqu’elles.ils enseignent la sexualité ?

  • 1 J’utilise son genre d’assignation, non en référence au groupe de sexe mais parce que j’ignore quel (...)

11M.-Y.T. : Cette idée de périodes transitoires pour la sexualité permet à l’adulte d’être le seul référent. J’y vois, outre un déni majeur de la diversité, une incompétence majeure. Il y a quelques années, je travaillais dans une école élémentaire d’application. Ce poste me replongeait dans mon propre échec scolaire. Je remarquai une jeune enfant d’environ 7 ou 8 ans à la voix grave, au physique et comportement que l’on peut qualifier d’androgyne : elle1 était déjà manifestement solitaire, en classe de CLIS – au lieu du CM2. Assistant à la préparation des réunions de travail avec les professeurs, le directeur, le psychologue scolaire et le parent (ici une femme célibataire divorcée, 4 enfants, sans doute elle-même déscolarisée), je leur signalai son comportement atypique solitaire – pas de jeux dans la cour avec les enfants de son âge – et leur indiquai, par prudence, qu’il pouvait s’agir d’un enfant intersexe ou transgenre. Une institutrice m’a demandé ce que signifiait le terme « intersexe ». Face à mon insistance, le psychologue scolaire m’a ramenée à la longueur de mes cheveux et au féminin de mon prénom… Seule la scolarité défaillante de l’enfant composait l’horizon de cette réunion de travail. Le développement psychosocial y était tout simplement banni, déclaré de la compétence des parents par une école qui imprimait cependant ses normes. Lors d’une rencontre amicale, les professeures de l’école m’ont demandé ce que signifiait « intersexe », mais c’est en tant que mères qu’elles se renseignaient. L’une d’elles me remercia : si son enfant à venir l’était, elle me devrait de l’avoir compris. L’égalité par la connaissance précède et programme l’égalité de chances. Inversement, la fronde anti-« théorie du genre » me semble être un exemple abouti de bêtise incarnée se prévalant de savoirs et valeurs.

12K.E : Ces adultes qui parlent des enfants, des préadolescents et des adolescents ont-ils oublié leur enfance, leur adolescence ? L’exploration des premières différences entre filles ou garçons débute très jeune. Mais il y a comme une gêne, voire une honte, à se remémorer ces premières expériences. Pourquoi ? Peut-être ne parlons-nous pas de la même enfance ? Dans ma cité il y avait beaucoup de filles qui avaient eu leur premier rapport sexuel dit consenti entre 11 et 14 ans. Ce déni de la préoccupation du corps sexué dans la jeunesse me fait penser au déni de la sexualité chez les personnes handicapées ou chez les personnes âgées. Comme s’il y avait un temps pour chaque chose et surtout des critères d’âges et d’intégrité physique. Mais qui décide de ce temps ? Qui édicte les critères ? Les trans adultes qui parlent ou écrivent depuis plus de quarante ans maintenant leur autobiographie aujourd’hui ont été des enfants et des adolescents. Certains se sont cachés presque une vie entière. Comment peut-on oublier ce simple principe de réalité ? Ce n’est pas parce qu’on ne voit pas les jeunes trans, gays, bis et lesbiennes qu’ils et elles n’existent pas ! Comment le personnel enseignant, le psychologue scolaire peut-il ignorer cela ? Le simple fait de reconnaître qu’ils peuvent rencontrer des jeunes trans ou intersexe à l’école pourrait les amener à reconsidérer leurs positions. Nous parlons bien ici de permettre des « sorties de placard » et de créer des espaces de sécurité pour de jeunes personnes trans, gays, bis ou lesbiennes !

13Une image venue du cinéma me donne l’idée de ce que le savoir et le principe d’humanité peuvent et doivent permettre. Nous sommes à la lisière d’une forêt. Il semble n’y avoir âme qui vive à des kilomètres. Nous élevons la voix pour dire que tout va bien, qu’il n’y a pas de danger, et là, soudain, des pas se font entendre et des dizaines de jeunes gens apparaissent. Qui se risquerait à se montrer dans un monde hostile et cruel tant que l’on n’a pas la garantie de pouvoir vivre et s’exprimer « en lieu sûr » ? Pourquoi ce lieu ne pourra-t-il pas être l’école ? Est-ce qu’elle ne pourrait pas être autre chose qu’une gigantesque batterie d’élevage d’une espèce unique ?

Notes

1 J’utilise son genre d’assignation, non en référence au groupe de sexe mais parce que j’ignore quel sera son devenir.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search