Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Géographie coloniale, géographie tropicale, géographie zonale : slalom entre les tabous

Présentation

Denis Retaillé

Texte intégral

1Citation après citation, Christian Bouquet nous invite à placer en regard des (gros) mots et quelques problèmes pratiques qui montrent qu’il n’est pas si simple de juger. S’il est facile de qualifier des pires connotations ce qui relève de l’idéologie (la science des autres), il est plus délicat de prendre position en situation, de rendre compte avant de rendre des comptes. Les procès ne portent pas forcément sur les bons maux.

2La géographie tropicale aurait-elle été le repère des jugements les moins avouables portés sur la situation coloniale en justifiant les remèdes ? Il faut, à travers les lignes rapportées par Ch. Bouquet, faire la différence entre la généralité de principe, « maîtriser les épidémies et les endémies » par exemple, et l’action pratique qui n’est « qu’une question de finances et de méthodes », ce à quoi nous sommes invités. En situation de « coopération » comme en situation coloniale, on comprend qu’un certain nombre de contraintes s’imposent, qui ne relèvent pas de la pensée scientifique mais du principe de réalité. Alors les bricolages sont la règle plutôt que les grandes lignes. Les grandes lignes relèvent de la doctrine et, bizarrement, les bricolages jouent plus sûrement des connaissances acquises « sur le terrain » et interprétées à la lumière des édifices théoriques, des boîtes à outils pour tous les jours. Ils concernent aussi bien le fonctionnement social que les systèmes techniques ou écologiques. En fait, il semble qu’un fonds commun soit finalement partagé, mais constitué selon deux démarches opposées : déductives les doctrines, inductives les théories. Les mêmes phrases jugées doivent être éclaircies de ce point de vue pour prendre leur valeur. Tracer une route, maintenir l’ordre ne peut souffrir d’être des maux dans un sens ou des biens dans l’autre. De système il a donc été question et de déterminisme, à quoi il est possible de donner aussi deux significations.

3Système peut être, comme dans l’esprit de système, réduit à une grille finie de certitudes ou de faits avérés. Dans un tel système, le déterminisme joue du fait même de la régularité imposée aux faits mis en lignes systématiques : leurs mesures en permettent les classements et les interprétations jusqu’aux lois par corrélation. Et il n’y a pas de science sans déterminisme puisque la loi universelle est recherchée pour une action incontestable. Mais le système peut aussi être systémique, ce qui n’est pas la même chose. Ouvert, il permet de faire entrer les situations les plus improbables, disons les plus locales ou les plus singulières, dans un jeu qui ne peut plus être apprécié selon des lois ambivalentes (à la fois des régularités et des normes). Les déterminismes sont là beaucoup moins sûrs et peut-être même, du coup, les savants moins utiles.

4En matière humaine et sociale, la systémique renvoie aux postures des « acteurs » (observateurs et observés) qui enclenchent des liens. Il s’agit moins de causes que de raisons, beaucoup plus floues donc. Et si la certitude s’installe, on pourrait presque avouer que c’est par conviction pratique plus que par déduction « scientifique ». Les jugements peuvent pleuvoir à nouveau, et deux postures ultimes s’imposer : le retrait vers des observations sans conséquence (juste techniques) ou le maintien dans la proximité pour la mise en forme des questions et des réponses possibles. La géographie tropicale a sans doute choisi la deuxième option, au risque d’apparaître comme une ingérence. Mais après tout, puisque les jugements continuent de pleuvoir, il n’est pas mauvais de constater que les principes qui leur servent de cadre sont plus changeants qu’on aurait pu le croire. L’humanitaire d’aujourd’hui occupe assez largement ce qui était politique internationale réaliste il y a peu ; et cet humanitaire couvre de plus, au-delà de l’urgence, ce qui était autrefois politique de coopération pour le développement. Sur la base de quelles certitudes et de quels savoirs ? On voit mal comment la « science » pourrait échapper au jugement politique. Mais il faut s’en faire raison et accepter que le jugement est politique et non scientifique.

5L’intersection de la tropicalité (faut-il donner un sens absolu ou relatif au mot), du sous-développement et de la violence sociale et politique dessine les contours de notre problème, qui est à la fois scientifique et politique. Christian Bouquet, qui a vécu et travaillé pendant trente ans dans des situations de ce type, soit comme représentant de la coopération française soit comme universitaire en poste, a pu en expérimenter la réalité comme elle s’impose et demande traitement. Depuis l’expérience du feu des partis tchadiens en 1979 jusqu’à celle du ternissement de l’image de la France en Côte d’Ivoire, les positions occupées expliquent cette incertitude touchant à la fois la « science » qui doute et l’action incertaine bien que nécessaire. Aussi ne faut-il pas prendre le choix des citations et les commentaires associés que propose Christian Bouquet pour une sorte de refus pragmatique de l’investigation épistémologique, mais comme le reflet d’une fondamentale interrogation éthique.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search