Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Tropicalité, tropicalisme, géographie tropicale : évolution d’un débat des géographies francophones aux géographies anglophones

Tropicalité, tropicalisme, géographie tropicale : évolution d’un débat des géographies francophones aux géographies anglophones

Michel Bruneau

Texte intégral

  • 1 En 1971, Pierre Gourou publiait ses Leçons de géographie tropicale : leçons données au Collège de F (...)

1La géographie tropicale est apparue en Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale au moment où était lancé un processus de décolonisation des empires britanniques, français et hollandais. Elle a pris la suite de la géographie coloniale. Le livre de Pierre Gourou sur Les pays tropicaux (1947) a joué un rôle fondateur dans l’espace académique francophone, mais également anglophone (il a été traduit en anglais en 1953). Dès sa création, la géographie tropicale a été remise en cause en France par des militants anticolonialistes tels qu’Aimé Césaire, dans son Discours sur le colonialisme (1950), comme substituant une « malédiction géographique », la tropicalité, à l’exploitation colonialiste et à ses ravages. Le Malayan Journal of Tropical Geography, devenu ensuite Journal of Tropical Geography, a été fondé en 1953. Oi J.B. (1959) y a repris une définition du monde tropical directement inspirée de celle donnée par P. Gourou. Mais, dès le milieu des années 1960, les géographes britanniques ont abandonné l’appellation « géographie tropicale » ou ne l’ont utilisée que comme une étiquette commode servant à localiser leurs travaux. En France, par contre, la présence de Pierre Gourou et de ses élèves, la longévité de son œuvre, l’institutionnalisation de la géographie tropicale dans les universités et les organismes publics de recherche, ont maintenu une ambiguïté quant au statut épistémologique de ce qui est apparu pendant longtemps comme une branche de la géographie1.

2Un débat dans le monde académique francophone est apparu tardivement dans les années 1980, couplé avec une crise institutionnelle du Centre d’Études de Géographie Tropicale de Bordeaux (CEGET). Sur le fond, ce débat ne reprenait-il pas pour l’essentiel (sans s’y référer), sur un mode plus académique, les critiques des anticolonialistes des années 1950 ? Ce débat, qui a eu des difficultés à émerger, est ensuite retombé assez rapidement, dès que la crise institutionnelle, qui a servi de facteur déclenchant, s’est atténuée au début des années 1990. À la fin de cette même décennie et au début des années 2000, dans le monde académique britannique et à ce qui était devenu le Singapore Journal of Tropical Geography (à partir de 1980), est apparu un nouveau débat sur les représentations du monde non-européen de la nature tropicale, à partir des écrits des grands voyageurs naturalistes du xixe siècle (Humboldt, Darwin, Wallace) et de la première édition des Pays tropicaux (1947) de Pierre Gourou. Des historiens de l’environnement (D. Arnold) et des géographes appartenant au courant de pensée des études post-coloniales (D. Clayton, F. Driver, D.N. Livingstone) ont analysé le discours de cette géographie tropicale, en particulier de celle de P. Gourou, en la resituant dans son contexte colonial indochinois.

3Après avoir analysé les trois temps de ce débat critique sur la géographie tropicale (1950, 1983-1989 et 1996-2006) en France et en Grande-Bretagne, on s’interrogera sur l’existence d’une école ou plutôt d’une sensibilité tropicaliste dans la géographie francophone, et sur les raisons de sa persistance par-delà les débats sur la tropicalité.

La critique d’Aimé Césaire dans le Discours sur le colonialisme ou la mise en cause de la géographie tropicale à sa naissance (1950)

  • 2 Charles Robequain a exprimé de nouveau ce point de vue en 1955 (p. 69) en recevant P. Gourou à l’Ac (...)

4Dans l’après Seconde Guerre mondiale en France, la filiation entre la géographie tropicale naissante et la géographie coloniale était clairement établie, non pas par P. Gourou lui-même – qui n’en parlait pas –, mais par Charles Robequain. Dans le compte-rendu des Pays tropicaux qu’il fit aux Annales de géographie en 1948 (70-73), il dit : « Cependant cette zone tropicale, ou intertropicale, offre un certain nombre de traits communs qu’il est intéressant de dégager : en particulier, une infériorité de techniques et un défaut de cohésion politique qui en ont fait la zone coloniale par excellence. La connaissance des pays tropicaux est justement une conséquence de cette colonisation » (1948, 71)2. Ce lien entre géographie tropicale et coloniale est également apparu dès le départ avec les critiques exprimées par Aimé Césaire dans son Discours sur le colonialisme (1953).

5Aimé Césaire y met en question la géographie tropicale de Pierre Gourou peu de temps après la parution de son livre sur les Pays tropicaux (1947), dans un contexte de remise en cause radicale de la colonisation et d’affirmation de la négritude. L’action, l’entreprise et la conquête coloniale sont pour lui « fondées sur le mépris de l’homme indigène et justifiées par ce mépris » (Césaire, 1953, 18). Il dénonce les rapports de domination et de soumission entre colonisateurs et colonisés, et en particulier la destruction des civilisations et cultures africaines et asiatiques. Il dénonce la barbarie de la mainmise européenne sur ces sociétés et leurs cultures. Dans ce contexte, il s’en prend aux intellectuels qui, quelle que soit « leur très aléatoire bonne foi subjective », ont produit des études publiées dont la portée objective et sociale en fait « des chiens de garde du colonialisme » (Césaire, 1953, 32). Il cite et analyse en partie quelques-unes de ces œuvres appartenant à des disciplines différentes : la philosophie bantoue du missionnaire belge R.P. Tempels et son idée ontologique, la psychologie de « l’âme malgache » de M. Mannoni et son idée du complexe de dépendance, la géographie de P. Gourou et son idée de « tropicalité » (Césaire, 1953, 41). Il qualifie ces trois concepts de « notions confortables et creuses ». Il qualifie « la thèse fondamentale » des Pays tropicaux (Gourou, 1947) de « partiale et irrecevable ». Il conteste le fait « qu’il n’y a jamais eu de grande civilisation tropicale, qu’il n’y a eu de civilisation grande que de climat tempéré, que dans tout pays tropical, le germe de la civilisation vient et ne peut venir que d’un ailleurs extratropical et que sur les pays tropicaux pèse, à défaut de la malédiction biologique des racistes, du moins, et avec les mêmes conséquences, une non moins efficace malédiction géographique » (Césaire, 1953, 32).

  • 3 Il fait alors l’éloge de l’économie de plantations arbustives protectrices des sols tropicaux, orie (...)

6Aimé Césaire reproche à P. Gourou « de toiser de très haut les populations indigènes » en affirmant que n’ayant pris aucune part au développement de la science moderne, on ne peut pas attendre le progrès des régions tropicales de leur émancipation mais des « éléments culturels préparés dans des régions extra-tropicales » et apportés par le colonisateur (Césaire, 1953, 34). Il montre que P. Gourou a eu une approche parfois critique sur l’intervention européenne, soulignant son « lourd passif » à cause de l’introduction de techniques mal adaptées, de dommages causés à l’environnement et de la création de conditions sociales très dures pour le travail (corvées, esclavage, travail forcé...). Dans les pays peu peuplés comme le Congo, Gourou souligne que la colonisation aboutit à un dilemme : « Les pays chauds typiques se trouvent devant le dilemme suivant : stagnation économique et sauvegarde des indigènes ou développement économique provisoire et régression des indigènes ». Mais pour Gourou, il est possible de sortir de ce dilemme grâce aux « effets bienfaisants de l’intervention européenne », lorsqu’elle respecte « les exigences du milieu géographique » (Gourou, 1947, 158)3. Alors que pour P. Gourou, les solutions sont essentiellement d’ordre technique, la critique d’A. Césaire porte sur son absence d’analyse politique : « Il choisit d’omettre, de préciser que, si le dilemme existe, il n’existe que dans le cadre du régime existant ; que, si cette antinomie constitue une loi d’airain, ce n’est que la loi d’airain du capitalisme colonialiste, donc d’une société non seulement périssable, mais déjà en voie de périr » (Césaire, 1953, 35). A. Césaire souligne bien que la géographie tropicale de P. Gourou manque d’une analyse des rapports de production, dans le cadre du système colonial qu’elle omet d’analyser en tant que tel. « Géographie impure et combien séculière ! » s’exclame A. Césaire (1950, 36).

  • 4 Prenant l’exemple de l’Afrique noire française, il montrait que des bénéfices importants allaient à (...)

7À la même époque, le géographe J. Suret-Canale, qui se réclamait du marxisme, publia dans une rubrique « Polémiques » de La Pensée (16, 1948, 103-104), un compte-rendu critique du livre de P. Gourou sous le titre : « L’exploitation coloniale est-elle une réalité géographique ? » Il critique essentiellement le fait que Gourou attribue principalement à la pauvreté des sols et à d’autres raisons tenant au milieu naturel l’arriération des pays tropicaux et leur niveau de vie très bas. « M. Gourou, posant les “principes d’une géographie économique et humaine” des pays tropicaux, ignore que l’un des caractères fondamentaux des pays dont il traite est d’être des pays coloniaux ou soumis à l’exploitation coloniale » (Suret-Canale, 1948, 103)4. Il concluait : « M. Gourou est certainement de bonne foi : son ouvrage n’est pas la première étude géographique qui ignore le rôle du capital financier moderne et de l’impérialisme ».

8Ces critiques du livre de P. Gourou, fondateur de la géographie tropicale, ne suscitèrent pas un débat dans le champ académique, parmi les géographes de l’époque qui, volontairement ou non, les ont ignorées. Mais les termes du débat, qui surgit trente ans plus tard dans les années 1980, étaient déjà posés dans le texte de Césaire, certes sur un ton très polémique et très peu académique. Aucune référence à ce texte ne fut faite trente ans plus tard car il était, semble-t-il, ignoré des géographes de la génération suivante. Il faut attendre les années 2000 pour que réapparaisse cette critique politique de la géographie tropicale d’Aimé Césaire grâce aux géographes britanniques de l’Université de Saint Andrews, qui ont pris l’initiative d’un nouveau débat sur la tropicalité (Singapore Journal of Tropical Geography, 2005, 26 (3)).

Le débat des années 1980 en France

9À la fin des années 1960, Keith Buchanan critiquait déjà, dans un rapport au vice-chancelier de l’Université de Singapour, la géographie tropicale « réactionnaire » dans la tradition de P. Gourou, qui était enseignée au département de géographie. Il recommandait d’abandonner cette géographie régionale traditionnelle pour une approche plus systématique à partir des notions de développement et de sous-développement. Les facteurs politiques et sociaux lui apparaissaient jouer un rôle majeur dans la différenciation de l’espace géographique, reléguant le tropical à l’arrière-plan (Power, Sidaway, 2004, 588 et 595). La majeur partie des géographes britanniques tels que R.W. Steel (1964), B.W. Hodder (1968), H.R. Jarret (1977) et B.H. Farmer (1983) avaient abandonné très tôt l’idée d’une spécificité tropicale dans la géographie humaine et questionné l’idée d’un « développement tropical » distinct (Hodder, 1968, 231).

10En France, par contre, la géographie tropicale apparaissait toujours comme une branche particulière de la géographie. Un débat y eut beaucoup de difficulté à émerger tardivement dans le champ académique, trente ans après les critiques d’Aimé Césaire. En effet, la plupart des élèves directs de Pierre Gourou s’y refusaient, comme en témoignent ces remarques de Gilles Sautter, lors du débat de L’espace géographique (1984) : « Qu’on me permette de ne pas m’associer à un débat concernant Pierre Gourou. D’abord parce qu’il serait indécent de la part de quelqu’un qui est son élève, et revendique cette qualité, d’être impliqué dans un débat critique le concernant. Ensuite parce que de toute façon je ressens de façon aiguë la disproportion entre la qualité d’une pensée rare et d’une personnalité exceptionnelle, dominant de haut le panorama de la géographie contemporaine en France, et ce que je pourrais moi-même en dire si je m’aventurais à vouloir me situer par rapport à lui. Pour ces raisons, et quelques autres, je me bornerai à quelques remarques non pas sur, mais autour de Pierre Gourou » (1984, 335). De même, J.-P. Raison (1989, 151-161) acceptera, de son propre aveu après moult hésitations, de participer au débat sur Les enjeux de la tropicalité sous la forme tardive d’une postface à l’ouvrage, juste avant sa publication. Alors que le débat était une pratique courante dans d’autres sciences sociales telles que la sociologie, l’anthropologie ou même l’histoire, les géographes, et en particulier ceux qui travaillaient sur les pays tropicaux, s’y refusaient. Un débat sur les idées de Pierre Gourou était vécu par beaucoup comme un crime de lèse-majesté. Ces réticences sont sans doute à rapprocher des résistances à l’émergence d’un débat sur la mémoire coloniale et à propos de l’histoire coloniale, telles qu’on a pu les constater en France encore très récemment (Bancel, Blanchard, 2005, 22-41).

11Le premier débat académique, celui des années 1980, apparaît dans trois publications : un numéro spécial de L’espace géographique (13 (4), 1984) ; « Géographie tropicale-géographie du Tiers-Monde », débat prolongé la même année dans Hérodote (33-34, 1984) sous le titre « La Géographie comme divertissement ? », entretiens de Pierre Gourou avec Jean Malaurie, Paul Pelissier, Gilles Sautter, Yves Lacoste enfin Les enjeux de la tropicalité publié en 1989 (Bruneau, Dory), à partir des actes d’une table ronde qui s’était tenue en 1987 au Centre d’épistémologie et d’histoire de la géographie du CNRS et de l’Université Paris I. Avec le recul dont nous disposons aujourd’hui, tentons de résumer les termes de ce débat et les principaux arguments échangés.

  • 5 C’est-à-dire un schéma ou un modèle d’interprétation qui, implicitement, ou en partie explicitement (...)

12Ce débat sur la géographie tropicale s’est noué autour de la pensée de Pierre Gourou qui, pour ses initiateurs, constituait un véritable paradigme scientifique5. Ce paradigme était fondé sur une approche à partir des types de paysages, reconstruits par le géographe à l’échelle locale ou régionale, paysages-structures qui permettaient le mieux de poser les problèmes des rapports hommes-milieux naturels, ainsi qu’à partir de la répartition de la population, perçue le plus fréquemment à travers une carte des densités. Le concept de civilisation, tel que défini par P. Gourou, servait de principe explicatif, la civilisation étant le propre de toute société humaine à la surface de la Terre et étant constituée par deux ensembles de techniques (les techniques de production et les techniques d’encadrement). Les temps longs, les échelles petites et grandes, les études de cas, l’analyse des situations locales étaient privilégiés. Les échelles intermédiaires correspondant aux États-nations étaient trop souvent négligées. L’absence de lois en géographie et une hostilité à toute forme de modélisation étaient également caractéristiques de ce paradigme. Les critiques des tenants d’une géographie du Tiers-Monde se fondaient d’un côté sur une approche d’inspiration marxienne par les rapports de production au sein de formations sociales dans le cadre des États-nations post-coloniaux, et de l’autre, sur le courant de l’analyse spatiale utilisant largement divers types de modélisations et une théorisation plus ou moins poussée.

  • 6 Le fonctionnement tautologique du concept de civilisation ne lui assurait pas la vertu explicative (...)
  • 7 Bien que publié plus tard mais écrit à la même époque, l’article de J. Suret-Canale sur P. Gourou ( (...)

13Que critiquaient-ils le plus dans le paradigme de la géographie humaine tropicale ? D’abord, un isolement de cette géographie par rapport aux problématiques et aux approches théoriques des autres sciences sociales. L’approche trop descriptive par les civilisations, combinaisons de techniques, en s’enfermant dans la boîte noire des « techniques d’encadrement », refusait toute analyse sociale et politique approfondie6. Le rôle de l’État était trop souvent négligé ou passé sous silence, de même les rapports de domination et de dépendance à l’échelle mondiale7.

  • 8 « La vision de Gourou du développement agricole aurait tiré un grand bénéfice d’une plus grande att (...)

14Était critiquée également l’orientation trop exclusivement rurale des travaux de P. Gourou, en particulier l’analyse de paysanneries prises en bloc sans mettre l’accent sur les différentiations socio-économiques et les inégalités qui leur étaient propres. Les phénomènes d’urbanisation avaient peu retenu son attention, comme le soulignait à la même époque Jean Gottmann (1983, 41) dans un compte rendu des Terres de Bonne Espérance : le monde tropical8.

  • 9 Il livrait un peu plus loin sa vision, sa conception de la géographie : « Ce que je cherche à compr (...)
  • 10 P. Gourou ne peut être qualifié de vidalien au sens strict du terme car il a récusé, par exemple, l (...)

15Les réponses à ces critiques, dans l’entretien publié par la revue Hérodote (1984), aussi bien de la part de P. Gourou lui-même que de la part de ses élèves ou de ceux qui défendaient son approche, tournaient autour de la notion de « techniques d’encadrement » ou d’« encadrements ». P. Gourou revendiquait « une pensée très plate que j’ai, que les hommes sont encadrés par un certain nombre de techniques variées qui ne sont pas nécessairement structurées entre elles » (1984, 66). Il récusait les termes de méthodes d’encadrement ou de systèmes d’encadrement suggérés dans l’entretien par Yves Lacoste, parce que pour lui, « il y a plusieurs techniques, ça reste dans un domaine “plat”, aussi peu chargé que possible de visions abstraites » (1984, 65)9. L’aversion de P. Gourou pour les théories ou les concepts et son refus d’adopter, en les adaptant, ceux provenant de disciplines voisines, en faisaient un empiriste qui entendait rester dans la géographie classique de la lignée vidalienne10.

  • 11 La définition qu’en donnait Gourou lui-même était relativement floue car reposant sur une énumérati (...)

16Chr. Taillard (1984, 329-331) commentait cette notion de techniques d’encadrement, qu’il estimait être au centre du « système géographique » de P. Gourou, en les considérant de la façon la plus englobante possible qui comprenait aussi bien les techniques d’organisation de l’espace que celles de relation entre les hommes11. Ces encadrements relevaient autant de la société civile que de la société politique. Le culturel et le politique y étaient profondément imbriqués. Cependant, Chr. Taillard (1984, 330) estimait lui-même : « La part belle est faite aux faits culturels qui évoluent dans le temps long et concernent de vastes aires, alors que les faits politiques au sens large, organisation des pouvoirs locaux comme des pouvoirs centraux, qui évoluent dans la courte et la moyenne durée et concernent les échelles moyennes, sont réduits à la portion congrue ». L’analyse fine de ces techniques d’encadrement ne relevait pas de la géographie, selon Gourou, mais des sciences humaines ou sociales voisines. Elles n’intéressaient la géographie que par les effets qu’elles avaient sur les paysages.

17En restant délibérément au niveau descriptif des encadrements sociopolitiques et culturels, en renvoyant aux autres disciplines pour leur analyse plus approfondie, P. Gourou se refusait à intégrer son étude des encadrements dans une théorie sociale plus générale. Il préférait enfermer les rapports sociaux de production dans une « boîte noire », qu’il nommait « encadrements », pour s’orienter vers des études de cas mettant l’accent sur les particularités locales, en invoquant les civilisations comme principe explicatif. P. Gourou, qui parlait volontiers de l’Homme, des hommes, ou parfois du « groupe humain », n’utilisait pas le terme de société, qui aurait ouvert davantage son approche aux autres sciences sociales, en particulier à la sociologie.

  • 12 Il avait nuancé par la suite ce point de vue en soumettant sa hiérarchie des civilisations et de le (...)

18Le débat des années 1980 a porté également sur les liens entre techniques et « développement ». La géographie tropicale de P. Gourou partait d’une vision très hiérarchisée des techniques : « Il existe des techniques “arriérées” de la production (ramassage, agriculture itinérante sur brûlis par exemple), des techniques “supérieures” (agriculture scientifique moderne non liée à la routine et à des préoccupations de subsistance locales, grâce aux progrès de la science et des transports) »12. P. Gourou avait ainsi abouti à un classement hiérarchisé des civilisations en fonction de leur efficacité paysagiste. En haut de l’échelle, on trouvait les « civilisations supérieures traditionnelles » (chinoise, indienne…) et, au sommet, la « civilisation moderne » qui a « la plus grande puissance d’action paysagiste », parce que bénéficiant « de techniques d’exploitation très efficaces » et « de techniques d’encadrement irrésistibles qui peuvent contrôler vastes espaces, nombreuses populations, énormes villes » (Gourou, 1973, 29-31). Découlait de cette vision une conception du « développement » comme impliquant le progrès technique, l’ouverture sur l’extérieur et la pénétration de l’économie capitaliste.

  • 13 Ainsi, les Yoruba et les Bamiléké qui, en Afrique, se rapprochaient le mieux du modèle de cette moy (...)

19P.J. Roca (1989, 120-126) soulignait l’optimisme techniciste des géographes tropicalistes dans les années 1950-60, « l’idée que le progrès c’est la mécanisation et l’irrigation par aspersion », idée toujours présente en 1982 dans Terres de Bonne Espérance. En contrepoint, le retard, la stagnation, la simplicité des techniques « traditionnelles » des populations vivant sous les tropiques étaient un thème récurrent de la littérature tropicaliste. La fascination pour les techniques les plus modernes était sous-jacente aux travaux de la plupart des géographes tropicalistes, même s’ils s’étaient rapprochés de plus en plus des ethno-sciences et de la recherche-développement des agronomes, se référant aux pratiques paysannes. De même, la référence à leur société occidentale d’origine était fréquente à travers, par exemple, l’exploitation agricole familiale européenne avant sa fragilisation par les agro-industries et l’exode rural13.

20P.J. Roca estimait que cette référence plus ou moins consciente des tropicalistes à leur société d’origine pourrait bien être le signe d’une recherche de leur propre identité sous couvert de discours sur l’altérité. Les techniques de leur propre société étaient posées comme étant en avance, évoluant globalement dans un sens positif, qui préfigurait l’avenir de l’humanité. Ils se faisaient une image du développement donnant à la technique une place comparable à celle qu’elle occupait dans leur propre société. La différence entre société des observateurs et société des observés (les autres) en matière de techniques et de statut de celles-ci était trop souvent occultée.

21Ces débats ont pris fin lorsqu’une solution institutionnelle fut trouvée par la direction du CNRS à la crise que traversait à Bordeaux le CEGET depuis 1980, en séparant en deux équipes les chercheurs de cette institution, l’une à coloration tropicaliste, l’autre non. La postface rédigée par J.-P. Raison aux Enjeux de la tropicalité (1989) montrait bien la réticence des géographes tropicalistes parisiens à débattre de l’approche de P. Gourou et de la tropicalité en général, ayant tendance à attribuer trop facilement les débats à la crise institutionnelle de la géographie bordelaise. Ce sont les historiens de l’environnement et les géographes britanniques qui ont fait rebondir ce débat dans une perspective beaucoup plus inter-disciplinaire au niveau des représentations des tropiques dans la littérature des explorateurs, des voyageurs et dans les sciences coloniales. Ils ont alors rencontré le P. Gourou de la première édition des Pays tropicaux (Arnold, 1996) et ressenti ensuite le besoin d’approfondir la façon dont Gourou a construit sa tropicalité.

Le débat sur la tropicalité dans la recherche anglophone (1996-2006)

  • 14 La tropicalité était elle-même vue comme profondément ambiguë, à la fois paradisiaque dans certaine (...)

22À la fin des années 1990 et au début des années 2000, la revue Singapore Journal of Tropical Geography a publié plusieurs articles sur la construction des représentations du monde tropical en Occident. Ces analyses se situaient dans la lignée de celles de l’Orientalisme, livre publié en 1978 par E.W. Saïd (traduit en français en 1980). L’historien D. Arnold (1998) avait été l’un des premiers à étudier cette conceptualisation du tropical à propos de l’empire colonial britannique des Indes. Le discours de l’Orientalisme, selon Saïd, était un construit, un système de représentations, posant l’Orient comme inférieur à l’Occident ; c’était une géographie imaginaire situant l’« autre » à distance du « nous », l’« ici » du « là-bas ». De même, la tropicalité, selon Arnold, devait être vue comme un complexe d’idées occidentales, d’attitudes, de savoirs et d’expériences, comme un discours fondé depuis le xve siècle sur la distinction entre un monde tempéré et un monde tropical, le premier étant a priori conçu comme « normal » et supérieur au second14. Le développement plus précoce de l’histoire de l’environnement, chez les Anglophones, a permis une prise de conscience plus aiguë du monde tropical conçu comme l’Autre environnemental de l’Occident, c’est-à-dire comme une construction culturelle occidentale, pas simplement comme un espace biophysique. Ce discours sur le « tropical » des grands voyageurs naturalistes du xixe siècle (A. Humboldt, Ch. Darwin, A.R. Wallace) apparaissait comme un discours impérialiste, colonial.

  • 15 Celui-ci était très peu présent en France comme le font remarquer G. Bowd et D. Clayton (2006) à pr (...)
  • 16 Ce que les géographes français n’ont pas pu ou voulu faire, ces deux auteurs anglophones l’ont réal (...)

23Alors que la géographie tropicale avait disparu de la géographie britannique depuis une trentaine d’années, les géographes anglophones ont redécouvert les tropiques à travers une approche interdisciplinaire, principalement théorique et historique. Ils n’ont pas eu, comme auparavant en France dans les années 1980, à ouvrir un débat au sein de leur discipline. Ils ont été portés par le courant de pensée post-moderne et post-colonial15. D. Arnold (2000) a présenté la vision très pessimiste du monde tropical véhiculée par le P. Gourou (1947) de la première édition des Pays tropicaux traduite en anglais (1953) : « L’image des tropiques comme un monde à part par nature, un monde caractérisé par la pauvreté, les maladies, l’arriération... a acquis une nouvelle autorité et spécificité scientifique » (Arnold, 2000, 16). Cette vision partielle et un peu datée de la pensée de Gourou a été largement complétée, approfondie et contextualisée ensuite par G. Bowd et D. Clayton dans leurs diverses publications (2000 à 2006)16.

24Les travaux G. Bowd, D. Clayton et J. Kleinen (2005) se sont attachés à analyser les liens entre les premiers ouvrages de Gourou et le contexte de la colonisation française en Indochine au cours des années 1920-1930. Ils soulignent l’intérêt premier de Gourou à étudier un paysage agraire traditionnel, beau, intemporel et fragile, produit par un peuple et une civilisation encore peu touchés par la modernisation apportée par la colonisation. Gourou entendait étudier « une civilisation stabilisée dans un accord matériel et esthétique avec les conditions naturelles », sa construction d’un milieu presque totalement humanisé, le delta du Tonkin, radicalement exotique et étranger aux paysages européens. C’était une unité géo-culturelle relativement autonome et intouchée, déconnectée des territoires qui l’entouraient, davantage transformés par la colonisation française.

  • 17 Contrairement à René Dumont à la même époque, il n’a pas perçu ou voulu percevoir la montée du nati (...)

25Clayton et Bowd (2005) montrent que la recherche géographique de Gourou a bénéficié d’un système colonial de production des connaissances, en particulier d’un appareil cartographique exceptionnel, de photographies aériennes et de recensements de la population. Il s’est appuyé également sur des guides et des informateurs-interprètes vietnamiens, dont il ne mentionne pas les noms, ainsi que sur des chercheurs et assistants de recherche vietnamiens, recrutés à l’EFEO, qu’il cite très rarement. Ceux-ci avaient des positions hiérarchiques inférieures à celles des Français17.

  • 18 Comme d’autres orientalistes et africanistes français de l’entre-deux-guerres, il a émis des réserv (...)

26L’ouvrage de Gourou sur les paysans du delta préserve l’altérité et l’exotisme du delta tout en l’insérant dans la description raisonnée d’un savoir géographique français. P. Gourou a exposé les limites du colonialisme français en Indochine, sans le critiquer ouvertement18. En restreignant à un petit chapitre final son analyse du colonialisme dans Les pays tropicaux (1947) et en ne posant que très peu les questions de la décolonisation, Gourou minore l’importance du passé colonial de la France. Sa géographie tropicale a contribué à atténuer le traumatisme de la fin de l’empire colonial français, en sous-entendant que le monde tropical était affecté par des problèmes antérieurs à ceux qu’aurait pu créer l’exploitation coloniale. Il a préféré privilégier le temps long des encadrements des civilisations traditionnelles précoloniales sur les temps courts de la colonisation ou de la décolonisation.

27En vénérant la raison et la science occidentale comme des outils essentiels pour la connaissance et le développement, en admirant l’harmonie et l’intemporalité des paysages rizicoles de l’Extrême-Orient, l’orientalisme tropical de P. Gourou a contribué à maintenir une certaine géographie des tropiques à distance d’un examen critique de l’impact du colonialisme, du capitalisme et des dynamiques nationalistes des peuples des Tiers-Monde. Il s’est arrogé le droit de faire des diagnostics et de juger les pratiques des paysanneries tropicales en les soumettant à son regard d’expert occidental, s’appuyant sur une connaissance rationnelle et des outils techniques modernes supérieurs.

28Ces approches critiques anglo-saxonnes de la géographie tropicale tendent à montrer jusqu’à quel point elle a été un discours du pouvoir et une façon de définir et d’essentialiser l’altérité d’un monde non-occidental, oriental et/ou tropical.

Géographie tropicale francophone, tropicalisme : école ou sensibilité ?

29Les débats, qui se sont largement noués en France autour des idées exprimées par Pierre Gourou dans ses publications, étaient supposés opposer les tenants d’une géographie du Tiers-Monde critique, prenant en compte le colonialisme, les rapports de domination, la dimension politique, à une géographie tropicale portée par les élèves et les disciples de Pierre Gourou. Mais existait-il une école de géographie tropicale formant un groupe soudé autour du maître ?

  • 19 P. Gourou, avec sa chaire au Collège de France et son poste à l’Université Libre de Bruxelles, qu’i (...)

30J.-P. Raison (2005, 323-338) met en doute l’existence d’une telle école. En effet, P. Gourou n’a jamais manifesté la volonté de constituer une telle école, ni ne s’est donné les moyens de le faire. Rien de comparable à l’école des Annales des historiens regroupés à la même époque autour de Fernand Braudel19.

  • 20 « Cet ensemble tendait à englober des géographes qui travaillaient ou ont travaillé hors du monde t (...)

31En fait, c’est la première génération de ses élèves, Gilles Sautter, Paul Pelissier, Guy Lasserre, Jean Gallais et Henri Nicolaï qui ont rassemblé autour d’eux des étudiants au moment de la décolonisation. Certains d’entre-eux ont été recrutés comme chercheurs ou enseignants-chercheurs dans diverses universités françaises, belges ou africaines et dans deux institutions de recherche : l’ORSTOM (aujourd’hui IRD) et le CNRS à travers son laboratoire propre le CEGET (1968-1992) à Bordeaux. G. Sautter (1984, 345) a cherché à définir cet ensemble tropicaliste parmi des géographes « que des goûts, des circonstances ou des affinités ont conduit à travailler en Afrique, en Amérique latine ou en Asie, les uns comme enseignants, les autres dans des organismes tels que l’ORSTOM ou le CNRS »20. La référence aux idées de Gourou a été chez eux implicite beaucoup plus qu’explicite. Nous ajouterons qu’ils se caractérisaient plutôt par le refus de prendre des positions théoriques et/ou politiques, par un empirisme frisant parfois un positivisme, découlant de la mise en avant du « terrain » comme référence suprême. Ce type de géographie tropicale s’est développé surtout en Afrique dans les années 1960-1970, en particulier avec le programme des études de terroirs lancé par G. Sautter et P. Pelissier.

  • 21 Les chercheurs travaillant sur l’Amérique latine sont, dans leur plus grande partie, restés à l’éca (...)

32Dans les années 1980, ce même type d’approche s’est étendu à une échelle régionale et a de plus en plus pris en compte le phénomène urbain que Gourou lui-même, par exemple, aborde dans son dernier livre L’Afrique tropicale, nain ou géant agricole ? (1991). Ce tropicalisme se voulait proche du vécu des paysans, de leurs pratiques et de leurs logiques, une vision par le bas face aux aménageurs, aux planificateurs cherchant à imposer leurs conceptions par le haut (Raison, 2005, 327-331)21.

33La géographie tropicale francophone, le tropicalisme, n’est donc pas à proprement parler une école ou une communauté scientifique structurée autour de la pensée d’un maître, mais plutôt un courant, une sensibilité qui a rassemblé, de façon plus ou moins informelle, des chercheurs travaillant sur des terrains dont la plupart étaient situés en zone tropicale. La force de ce courant dans le monde académique francophone était due en grande partie à sa surface institutionnelle, aux moyens dont il disposait, sous la direction des principaux élèves de Pierre Gourou précédemment nommés. Ils avaient une réelle puissance ou influence au sein de quelques universités et d’organismes de recherche publique tels que l’ORSTOM ou le CNRS.

34Aujourd’hui, alors que ce noyau d’élèves de Gourou ont pris leur retraite, ou même pour certains sont décédés, la géographie tropicale persiste dans le monde francophone en France et en Belgique, précisément là où P. Gourou a eu le plus d’élèves. Yola Verhasselt a créé très récemment (2005) un « prix de géographie tropicale » réservé aux géographes belges. Des Journées de géographie tropicale se tiennent chaque année en France ou dans les territoires d’outre-mer, alors que la commission de géographie tropicale de l’Union Géographique Internationale a été supprimée en 1972. Roland Pourtier publie en 1998, sur Internet, une leçon de géographie tropicale dans le cadre des Cafés de géographie. Il ne doute pas de l’existence d’un monde tropical qu’il définit comme « un système de systèmes, articulant l’écosystème et la société ». Il affirme : « Nous avons besoin des tropiques, c’est notre Graal. Ils hébergent nos rêves, notre besoin d’ailleurs et d’exotisme, et nous délestent de nos peurs ». La géographie tropicale persiste même chez ceux qui ne s’en réclament plus mais ont une sensibilité qui en est proche, tels Georges Rossi à l’Université de Bordeaux 3.

  • 22 Il débusque les présupposés idéologiques du système de pensée dominant, moderne et occidental, dans (...)
  • 23 « C’est bien une vision ethnocentrique des sociétés humaines et des rapports de l’homme à la nature (...)

35G. Rossi, dans L’ingérence écologique (2000), oppose l’approche occidentale de la nature et des milieux biophysiques à celle des paysanneries tropicales radicalement différente. Il remonte pour cela aux origines de l’écologisme et de l’approche développementaliste, qui date de l’époque coloniale, mais qui s’est perpétuée à travers les organismes de coopération et les politiques suivies par les États post-coloniaux22. Il dénonce les dérives médiatiques qui transforment les hypothèses en certitudes, confondent global et local, dans une absence totale de mise en perspective historique des phénomènes23.

36Le milieu tropical tel qu’il est interprété et utilisé par les populations minoritaires des montagnes revient au centre de cette géographie qui se veut critique, à l’opposé du naturalisme qui a inspiré les politiques coloniales et néo-coloniales de conservation niant les compétences des essarteurs « sauvages » ou « primitifs ». Cependant, elle se situe dans la lignée de la géographie tropicale de Pierre Gourou, même si elle renouvelle son approche scientifique en prenant en compte les apports des ethnosciences et l’étude des systèmes agraires des agronomes. Elle se fonde sur la comparaison d’études de cas à l’échelle locale, prises dans diverses régions d’Afrique, d’Asie du Sud-Est et d’Amérique latine, dont le point commun est d’être situées en milieu tropical, dans des paysanneries « traditionnelles » en évolution. Ces études de cas sont trop déconnectées des contextes culturel et sociopolitique des États-nations d’où elles sont issues. Elles sont rapprochées artificiellement et comparées en tant que « sociétés traditionnelles », du « monde intertropical » ou du « Sud ».

37Cette approche, qui souligne l’instabilité des écosystèmes et se réfère aux théories du chaos, stigmatise le modèle écologiste du « développement durable », en l’assimilant à la vision naturaliste de certains coloniaux, à la vision d’une nature stable et en équilibre des conservationnistes, tout à fait illusoire. Mais les rapports néocoloniaux de domination et d’exploitation entre pays du Nord et du Sud y sont abordés surtout sous l’angle de la domination exercée par les classes dirigeantes urbaines des États post-coloniaux sur les minorités ethniques vivant dans les milieux forestiers marginaux « à protéger ».

Géographie tropicale ou tropicalité, persistance d’une sensibilité francophone ?

38Au terme de cette analyse des principales critiques adressées à la géographie tropicale francophone et des débats qu’elles ont suscitées, que constate-t-on ? D’abord, l’importance, sans équivalent chez les géographes anglophones, des idées et des ouvrages de Pierre Gourou qui ont fondé puis accompagné, et même dominé, pendant plus d’un demi-siècle la géographie des pays tropicaux dans l’espace francophone et, à moindres égards, anglophone. Ensuite, la contestation dès l’origine par les militants anticolonialistes de la géographie tropicale de P. Gourou, hors du champ académique qui a ignoré pendant longtemps ces critiques. La difficulté à faire émerger un débat sur cette géographie tropicale dans l’espace académique francophone, un débat dont l’essentiel était déjà contenu dans les remarques critiques, polémiques, d’Aimé Césaire dans son Discours sur le colonialisme. La forte institutionnalisation des recherches de cette géographie des pays tropicaux ou d’outre-mer en France a sans doute contribué à retarder ce débat et à le détourner partiellement en y mêlant des enjeux de pouvoir. Il s’est d’ailleurs dissipé avec l’évolution de ces institutions.

  • 24 Il existe cependant les textes de Claire Hancock (« La géographie postcoloniale. “L’empire contre-a (...)

39La géographie tropicale de P. Gourou et de ses élèves était liée à la mémoire coloniale et à son utopie civilisatrice, sur laquelle il a été jusqu’à aujourd’hui difficile de faire émerger un débat en France. Celui sur la tropicalité a resurgi plus de dix ans plus tard dans l’espace académique anglophone, britannique en particulier, au sein du courant de pensée inter-disciplinaire post-colonial très peu présent en France24. Pour ce qui est de la géographie, il s’est noué une fois de plus autour des ouvrages de Pierre Gourou, en les situant en particulier au sein de leur contexte colonial et néocolonial avec une précision sans précédant. Les chercheurs britanniques ont analysé les rapports du discours de l’orientalisme tropical de P. Gourou avec les pouvoirs coloniaux et post-coloniaux. Ils ont montré sa capacité à constituer le champ scientifique tropical comme le domaine réservé du scientifique, du savant occidental. Ils ont montré comment la tropicalité participe de cette tendance de la science occidentale à constituer des domaines géographiques autres, séparés et radicalement différents du monde et de la société occidentale moderne qui représente la norme, le progrès, l’avenir. Ce sont l’Orient, les Tropiques, le Tiers-Monde, le Sud, l’Asie, l’Afrique... toujours en position inférieure par rapport à l’Europe, l’Occident, le Nord, le monde tempéré… Ce discours « scientifique » tient à distance l’Autre, tout en étendant son domaine à différentes parties du monde.

40De l’espace académique anglophone, le débat revient aujourd’hui dans l’espace francophone, à Bordeaux même, où il n’avait pas pu se tenir naguère tant les enjeux de pouvoir universitaires et institutionnels étaient importants. Il nous amène donc à nous interroger sur la persistance d’une « sensibilité tropicaliste » dans cet espace francophone, alors qu’elle a de fait disparu dans l’espace anglophone depuis plus de trente ans. Il s’agit, semble-t-il, d’une sensibilité qui réunit encore des géographes, qui se disent tropicalistes, et d’autres qui se réfèrent plutôt aux pays du « Sud », dans le cadre de politiques de coopération économique et scientifique, avec des approches qui privilégient l’analyse des techniques permettant de faire face à un même type de contraintes. N’est-ce pas le fait de travailler dans ces pays, issus de la colonisation puis de la décolonisation, qui réunit certains de ces géographes francophones en coopération et maintient une « sensibilité tropicaliste » ? L’approche en terme de tropicalité, ou a fortiori de géographie tropicale, nous semble cependant datée et par trop liée à un contexte hérité de la colonisation pour être pertinente aujourd’hui.

Notes

1 En 1971, Pierre Gourou publiait ses Leçons de géographie tropicale : leçons données au Collège de France de 1947 à 1970, et en 1988 parlait de « Mon orientation tropicaliste » à un colloque organisé en son honneur à Nimègue et intitulé Leçons de géographie tropicale et subtropicale.

2 Charles Robequain a exprimé de nouveau ce point de vue en 1955 (p. 69) en recevant P. Gourou à l’Académie des sciences coloniales : « Comme la zone tropicale a été la zone coloniale par excellence, vous êtes amené à doser les erreurs et les bienfaits de la colonisation européenne ». Alors que beaucoup d’anciennes colonies (l’Inde, l’Indonésie, l’Indochine tout d’abord) entraient dans un processus de décolonisation, il n’était plus possible d’utiliser le terme de géographie coloniale. La parution du livre de P. Gourou sur les pays tropicaux en 1947 permit fort opportunément d’utiliser le terme plus neutre, moins politique, de « tropical » en lieu et place de « colonial » au sujet de la géographie de la plupart des territoires qui avaient été colonisés ou qui l’étaient encore mais qui devaient entrer inéluctablement dans une phase de décolonisation.

3 Il fait alors l’éloge de l’économie de plantations arbustives protectrices des sols tropicaux, orientée vers les marchés internationaux, qui a particulièrement bien réussi en Asie du Sud-Est où la population était plus nombreuse. L’assainissement antimalarien et les techniques de protection des sols, de sélection des plants, mises au point par les agronomes occidentaux, ont permis de surmonter les difficultés du milieu tropical. Les plantations européennes jouent alors le rôle de modèles pour les planteurs indigènes qui pourront un jour devenir leurs concurrents en créant des usines coopératives.

4 Prenant l’exemple de l’Afrique noire française, il montrait que des bénéfices importants allaient à quelques trusts commerciaux détenant un monopole de fait et « n’ayant aucun intérêt à investir des capitaux dans les secteurs productifs de l’économie, alors que, dans le secteur commercial, les bénéfices sont plus considérables, la rotation du capital investi plus rapide, les immobilisations peu importantes, donc rapidement amorties » (Suret-Canale, 1948, 104).

5 C’est-à-dire un schéma ou un modèle d’interprétation qui, implicitement, ou en partie explicitement, a sous-tendu tout un champ de recherche, qu’on a appelé la géographie tropicale ou la géographie des pays tropicaux.

6 Le fonctionnement tautologique du concept de civilisation ne lui assurait pas la vertu explicative revendiquée, les techniques d’encadrement et les éléments humains du paysage se confondant.

7 Bien que publié plus tard mais écrit à la même époque, l’article de J. Suret-Canale sur P. Gourou (1994, 155-169) soulignait la quasi-absence d’une analyse du phénomène colonial dans sa globalité aussi bien dans Les paysans du delta que dans son livre sur les Pays tropicaux.

8 « La vision de Gourou du développement agricole aurait tiré un grand bénéfice d’une plus grande attention portée au rôle des villes et de leurs rapports à la production agricole… On sent que Gourou laisse de côté maints facteurs économiques et politiques auxquels il fait souvent allusion avec une sorte de sagesse mélancolique, comme si c’étaient de simples phénomènes transitoires ».

9 Il livrait un peu plus loin sa vision, sa conception de la géographie : « Ce que je cherche à comprendre, c’est pourquoi les situations sont ce qu’elles sont et, à mon avis, elles sont ce qu’elles sont parce qu’une série d’accidents historiques se sont accumulés et ont provoqué certaines dérives qui aboutissent aux situations présentes. Mais rien de tout cela n’était nécessaire. Les choses se font, elles ne sont pas faites » (1984, 68).

10 P. Gourou ne peut être qualifié de vidalien au sens strict du terme car il a récusé, par exemple, le concept de genre de vie qu’il perçoit comme entaché de déterminisme, mais il se situe bien dans la lignée de la géographie humaine de Vidal de la Blache.

11 La définition qu’en donnait Gourou lui-même était relativement floue car reposant sur une énumération inachevée : « L’Homme s’est encadré de mille façons : langage, famille, habitudes alimentaires, régimes fonciers, cadres villageois, tribaux, étatiques, systèmes de communication, religions, préjugés, philosophies… » (1983, 350).

12 Il avait nuancé par la suite ce point de vue en soumettant sa hiérarchie des civilisations et de leurs techniques à la notion de « niveaux d’efficacité paysagiste » : « Pour le paysage, les effets des diverses civilisations sont inégaux, et mesurables par l’étendue plus ou moins grande de la surface utilisée par l’homme, par la densité de la population, par le nombre, la nature et la localisation des constructions, l’importance du réseau des communications » (Gourou, 1973, 26).

13 Ainsi, les Yoruba et les Bamiléké qui, en Afrique, se rapprochaient le mieux du modèle de cette moyenne paysannerie entreprenante, étaient souvent cités en exemple.

14 La tropicalité était elle-même vue comme profondément ambiguë, à la fois paradisiaque dans certaines îles tropicales et infernale dans la jungle africaine « tombeau de l’homme blanc ». La représentation de la nature européenne comme tempérée et productive était opposée à celle de la nature tropicale comme sauvage et dangereuse, ayant besoin d’être domestiquée et maîtrisée (Bowd, Clayton, 2005). Le déterminisme et le « racisme climatique » étaient particulièrement présents dans la littérature des voyageurs et des écrivains anglo-saxons ou français, mais avaient été combattus plus tôt dans la littérature géographique francophone avec le possibilisme de Vidal de la Blache relayé par Lucien Febvre, puis par Pierre Gourou tout au long de son œuvre.

15 Celui-ci était très peu présent en France comme le font remarquer G. Bowd et D. Clayton (2006) à propos du dictionnaire de géographie de J. Lévy et M. Lussault (2003).

16 Ce que les géographes français n’ont pas pu ou voulu faire, ces deux auteurs anglophones l’ont réalisé, peut-être grâce à la distance qu’ils avaient par rapport à l’œuvre du maître français de la géographie tropicale.

17 Contrairement à René Dumont à la même époque, il n’a pas perçu ou voulu percevoir la montée du nationalisme et du désir d’indépendance des jeunes Vietnamiens. Le manuel de géographie qu’il a écrit avec Jean Loubet vante les mérites et les réalisations de la colonisation française pour faire de l’Union Indochinoise « une création raisonnée de la France » surmontant les divisions, la diversité et les désordres antérieurs.

18 Comme d’autres orientalistes et africanistes français de l’entre-deux-guerres, il a émis des réserves sur les privilèges et le pouvoir colonial, sans jamais condamner ou rejeter un système qui avait rendu possible son travail (Bowd, Clayton, 2006, 217). Dans son petit livre L’avenir de l’Indochine (1947), il n’envisageait pas l’indépendance du Viêt Nam mais une fédération indochinoise sous la houlette de la France.

19 P. Gourou, avec sa chaire au Collège de France et son poste à l’Université Libre de Bruxelles, qu’il a occupés conjointement jusqu’à sa retraite (1970), vivait en marge de l’establishment universitaire français dont le cœur était à la Sorbonne et dans quelques grandes universités de province comme Lyon, Bordeaux, Grenoble, Toulouse... qui formaient les professeurs de l’enseignement secondaire. Même s’il a participé à des organes d’évaluation de la recherche tels que le Comité National du CNRS, il n’a pas, comme d’autres, régi les carrières universitaires de ses « disciples », ni cherché à fonder des institutions de recherche et d’enseignement. Il s’est surtout préoccupé d’enseigner, de voyager, de faire du terrain dans les pays tropicaux et d’écrire des livres.

20 « Cet ensemble tendait à englober des géographes qui travaillaient ou ont travaillé hors du monde tropical sensu sticto dans des pays hors de l’Europe et de l’Amérique du Nord, dans ce qu’on appelle les pays du Sud. Un certain nombre de pratiques liées à la vie en expatriation dans des sociétés de cultures non-occidentales, touchées par la pauvreté, ont rapproché ces chercheurs, manifestant une solidarité diffuse beaucoup plus que des positions théoriques qui leur aient été communes » (Sautter, 1984, 345).

21 Les chercheurs travaillant sur l’Amérique latine sont, dans leur plus grande partie, restés à l’écart de cette approche tropicaliste, car ils accordaient une beaucoup plus grande place à l’analyse du rôle de l’État, de l’urbanisation et des rapports de domination à l’échelle internationale.

22 Il débusque les présupposés idéologiques du système de pensée dominant, moderne et occidental, dans lequel l’héritage judéo-chrétien pèse lourd (rejoignant en cela Haudricourt, 1962) : le mythe de l’Eden et du bon sauvage en parfaite harmonie avec son environnement, la notion de progrès technique et d’anthropisation connotée négativement, le catastrophisme ainsi qu’un néo-malthusianisme toujours sous-jacent.

23 « C’est bien une vision ethnocentrique des sociétés humaines et des rapports de l’homme à la nature, la conviction qu’il détient, grâce au savoir et au savoir-faire, la vérité, que l’Occident, politiquement, économiquement et techniquement dominant, va répandre et imposer dans le monde tropical au travers de la colonisation d’abord, puis de la politique d’aide au développement des États du Nord, des grandes agences internationales et des innombrables ONG, qui œuvrent dans le domaine de l’environnement et du développement » (Rossi, 2000, 55).

24 Il existe cependant les textes de Claire Hancock (« La géographie postcoloniale. “L’empire contre-attaque” », in Staszak J.-F. et al., Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Belin, Paris, 2001, pp. 95-115), et de Christine Chivallon (« Les pensées postmodernes britanniques ou la quête d’une pensée meilleure », Cahiers de géographie du Québec, vol. 43, no 119, 1999, pp. 297-299) sur le monde de l’Autre et les other voices.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540