Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Tropicalité, tropicalisme, géographie tropicale : évolution d’un débat des géographies francophones aux géographies anglophones

Présentation

Georges Rossi

Texte intégral

1Je partage assez largement le point de vue de Michel Bruneau sur la « tropicalité » de la géographie. C’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’une discipline, ce qui supposerait qu’elle dispose tout à la fois de ses propres concepts, de ses propres méthodes et de son épistémologie, et qu’elle s’intéresse à des objets de recherche singuliers, mais d’un héritage inscrit dans un temps, dans une histoire et une pensée, celle de l’époque de la colonisation triomphante. Pour autant, ce courant de notre discipline, aujourd’hui obsolète, a été utile, important, il a apporté une masse énorme de connaissances et a produit des travaux remarquables. Il nous a aussi, au-delà du factuel, légué quelques concepts qui me paraissent toujours pertinents et qui me semblent utiles. Les techniques d’encadrement en sont un. Le comparatisme un autre. C’est surtout ce comparatisme qu’attaque M. Bruneau, lui reprochant de faire table rase du contexte dans lequel vivent ces différentes sociétés.

2Entendons-nous. Il ne s’agit pas de nier l’importance de la contextualisation des sociétés, elle est évidente à tous ceux qui les ont approchées d’assez près, mais il s’agit de constater qu’au-delà de cette contextualisation, il existe, à une échelle plus générale, d’un bout à l’autre de la planète, face à des faisceaux de contraintes (physiques, techniques, économiques…) comparables, des macro-formes d’organisation de l’espace, de la production et de la société comparables et même parfois curieusement similaires. Les systèmes sociaux-spatiaux de défriches-brûlis en forêt sont identiques en Asie, en Afrique, dans le Pacifique et en Amérique du Sud, la réponse spatiale et sociale face à la rareté de la ressource dans un contexte de faible technicité est globalement la même au Sahara et chez les Inuits. On peut ainsi multiplier les exemples de ces macro-structurations qui sont des sortes de « réponses contraintes » à des systèmes de contraintes. Ensuite, bien sûr, à une échelle plus fine, les contextes spécifiques, les particularités culturelles, dessinent sur cette trame commune mille et une variantes et, à cette échelle, les comparaisons ne valent plus.

3En exposant cela, je risque un procès en déterminisme. Précisons alors que les formes de déterminisme exposées ci-dessus n’ont rien d’absolu, ni par rapport à l’espace concerné, ni par rapport au temps. Il s’agit, osons l’expression, d’un « déterminisme contextualisé ». Il existe bien, mais dans un contexte déterminé « ici et maintenant ». La forêt peut permettre bien d’autres formes d’organisation et ces différentes formes varient dans le temps en fonction du contexte technique, économique ou géographique. Il n’aura fallu que quelques années aux Hmong de la région de Luang Phrabang, une poussée de croissance urbaine et l’ouverture d’une route permettant la commercialisation, pour passer d’eux-mêmes du riz sur brûlis au maraîchage.

4Le sujet pourrait être inépuisable, la première querelle de ce genre remonte à Vidal de la Blache !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540